volcanisme

Açores : Analyses d'un probable microlithe préhistorique

Açores : Analyses d'un probable microlithe préhistorique

 

Figure10 terceira

 

Le rapport concernant les analyses scientifiques d'une pierre possiblement façonnée artificiellement à un âge très lointain vient d'être publié sur la plateforme Academia.Edu. Ce rapport est signé par les chercheurs Dino Alberto Moura Teves, Isaac Saul Torres Ávila, Vitor Manuel Viveiros Raposo de l'Université des Açores, Angra do Heroísmo, et le professeur biophysicien Antonio Félix Rodrigues des CITAAA, CCMG, Université des Açores, Angra do Heroísmo.

Cet artefact a été recueilli par l'Université des Açores, à l'intérieur d'une structure en forme de four atypique lors d'une fouille archéologique de la DRAC (Direction Régionale de la Culture des Açores) à la Caldeira das Lajes, Terceira, Açores, présentant un éclat de pierre ou un artefact lithique. La pièce analysée était au niveau le plus bas du profil, à environ 2 mètres de profondeur, recouverte de terre mélangée à de petites pierres fracturées non identifiées, presque en grains, en pierre ponce et en argile fine. Cet éclat d'apparence pointu, car il a une pointe extrêmement effilée, raclant et coupant, mais cette dernière possibilité ne semble pas très pratique, soit en raison de l'épaisseur du tranchant ou manipulation de la pièce.

L'objectif est d'analyser certains aspects physiques de la pièce lytique hypothétique précédemment mentionnée, afin de comprendre s’il s’agit d’un éclat naturel ou produit par l'intervention de l'homme.

Les fractures concoïdales de la pièce et de sa forme ont été analysées et mesurées, à l'aide d'un pied à coulisse. Sa densité a été évaluée et observée avec une loupe électronique pour les détails de cette même pièce. La typologie et les caractéristiques de la pièce ont été comparées aux caractéristiques générales de l'industrie microlitique. La pièce a également été observée en direct par un spécialiste en pétrologie et par photographie par un archéologue expert.

Les comparaisons ont notamment fait appel aux travaux de Garreau, S. (2000). Etude technologique de l'industrie lithique acheuléenne du site des Pendus (Creysse, Dordogne), Inizan, M.; Reduron, Ml; Roche, H. et Tixier, J. (1995). Technologie de la pierre taillée. Préhistoire de la pierre tailléeGarcia, A. et Milheira, R. (2011). Les chaînes opératoires lithiques de Sítio PT-02 (Cerrito daSotéia), Ilha da Feitoria, Pelotas-RS (voir biographie en fin d'article).

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Une étrange grotte dans le Caucase Russe

Une étrange grotte dans le Caucase Russe

MAJ 21, 23-04-2020

Grottes mines baksan1 mini

 

Il n'y a pas si longtemps, dans les montagnes de Kabardino-Balkarie, dans la vallée de Baksan, a été découverte une grotte étrange. Pendant une courte période, des amateurs comme des spécialistes du monde entier sont venus étudier la cavité. Il s'est avéré que c'est une immense grotte, de plus de 70 à 80 mètres de profondeur, dont les parois sont faites de mégalithes parfaitement taillés ! Les photos et vidéos sont parfaitement cohérentes avec cette affirmation et cet article est la compilation de plusieurs petits articles ou brèves publiées dans la presse russe et certains sites, un point ayant été fait en 2012 (voir en bas les liens des sources).

Grottes mines baksan8

Voici un montage de plusieurs photos vous montrant le panorama des lieux

" Dans les montagnes de la Kabardino-Balkarie, sur l'un des sommets se situant dans les environs du village de Zayukovo, près de Baksan a été découverte une mine mystérieuse. Sa longueur est d'environ 80 mètres, elle est constituée de plusieurs parties, comme des paliers ou des transitions dans la descente, comme montré dans les photos. Elle a été étudiée par des gens de la région, Maria et Victor Kotljarova, qui ont également trouvé des croix gammées sculptées dans les montagnes. Bien que les membres de la division "Edelweiss" de Hitler, qui étaient dans le Caucase en 1942, n'aient pas atteint ce sommet. Il est possible que ces croix gammées aient été gravées par le personnel de l'organisation nazie "Ahnenerbe", engagée dans l'occulte. Mais il est possible aussi que ces croix datent de plusieurs milliers d'années, cette région du Caucase ayant probablement été occupée ou traversée par les peuples aryens qui ont à l'origine créé la croix gammée, qui était alors un symbole dédié à un dieu de paix et d'amour...

Grottes mines baksan10

 

« Nous savons que pendant la guerre en Kabardino-Balkarie, la mystérieuse organisation SS " Ahnenerbe " (" Patrimoine Ancestral "), a visité la région - a déclaré Victor Kotlyarov, dirigeant de la Société russe de géographie de Karardino-Balkarie. Selon le projet secret de Hitler, elle avait été à la recherche du Saint Graal, et une légende dit qu'elle l'aurait (trouvé ou caché) dans une grotte d'une montagne du Caucase ".

 

280px caucasus topo map blank svg

Il s'agit ici d'une vallée disposée sur la droite de la première grosse chaine de montagne située au nord sur cette carte et qui va de la Mer Noire à la Mer Caspienne, comme un barrage compliquant les migrations locales.

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mexique : Découverte de l'ancien royaume Maya Sak Tz'i

Mexique : Découverte de l'ancien royaume Maya Sak Tz'i

 

Mexique tablette

 

Découverte d'un ancien royaume maya avec une pyramide dans le sud du Mexique.

Après avoir cherché pendant plus d'un quart de siècle, les archéologues ont probablement finalement localisé la capitale de Sak Tz'i ', un royaume maya référencé dans des sculptures et des inscriptions de tout l'ancien monde maya. Mais ce ne sont pas les archéologues qui ont fait la découverte. Un homme du coin a découvert une tablette de 2 pieds sur 4 pieds (0,6 sur 1,2 mètre) près de Lacanja Tzeltal, une communauté du Chiapas, au Mexique.

Les inscriptions de la tablette sont un trésor de mythologie, de poésie et d'histoire qui reflètent la pratique maya typique de tisser l'histoire entre le mythe et la réalité. Diverses sections de la tablette contiennent des inscriptions qui racontent un serpent d'eau mythique, divers dieux sans nom, une inondation mythique et des récits des naissances, des vies et des batailles d'anciens dirigeantsselon un communiqué de presse de l'Université Brandeis dans le Massachusetts. YH : On est en droit de se demander dans quelle mesure et comment les archéologues postulent ou imaginent pour des mythes en ce qui concerne des serpents d'eau (l'anaconda existe et les serpents d'eaux aussi) ou même une inondation importante (qui arrivent aussi régulièrement et on peut aussi parler de déversements de lacs par exemple, ou de rupture de barrages, puisque des anciens barrages sont connus..., voir de mémoire ancestrale écrite conservée par l'élite...). 

Sak Tz'i' était assise sur ce qui est maintenant la frontière entre le Mexique et le Guatemala, et ce n'était probablement pas un royaume particulièrement puissant, a déclaré Charles Golden, professeur agrégé d'anthropologie à l'Université de Brandeis, dans le communiqué.

 

Mexique carte

Figure 1. Carte régionale montrant les sites archéologiques et les frontières modernes (par C. Golden).

 

Bien qu'elle soit entourée de voisins plus forts, les preuves suggèrent que la capitale du royaume a été occupée pendant plus d'un millénaire après s'être établie en 750 avant JC. La longévité du royaume peut être due aux fortifications qui entouraient sa capitale. Les chercheurs ont trouvé des preuves que la ville était protégée par un ruisseau avec un ravin abrupt d'un côté et des murs de maçonnerie défensifs de l'autre.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Une datation au radiocarbone affinée pourrait réécrire les événements anciens

Une datation au radiocarbone affinée pourrait réécrire les événements anciens

 

Santorin-Nea kameni

Santorin - Nea Kamini

 

La datation au radiocarbone, inventée à la fin des années 40 et améliorée depuis pour fournir des mesures plus précises, est la méthode standard pour déterminer les dates des artefacts en archéologie et dans d'autres disciplines.

« Si elle est organique et ancienne - jusqu'à 50 000 ans - vous la datez au radiocarbone », a déclaré Sturt Manning, professeur Goldwin Smith d'archéologie classique au Collège des arts et des sciences.

Manning est l'auteur principal d'un nouvel article qui souligne la nécessité d'un nouveau raffinement important de la technique. Les résultats de son étude, publiée le 18 mars 2020 dans  Science Advances, sont pertinents pour comprendre les dates clés de l'histoire et de la préhistoire méditerranéennes, notamment le tombeau de Toutankhamon et une éruption volcanique controversée mais importante sur l'île grecque de Santorin.

La datation au radiocarbone mesure la décomposition du carbone 14, un isotope instable du carbone créé par le rayonnement cosmique et présent dans toutes les matières organiques. Le rayonnement cosmique, cependant, n'est pas constant à tout momentPour tenir compte des fluctuations du rayonnement cosmique dans l'atmosphère terrestre, la teneur en radiocarbone des anneaux d'arbres d'âge connu a été mesurée en arrière dans le temps à partir du 20e siècle, pendant des milliers d'années.

Le radiocarbone calibré en anneau d'arbre a commencé à être largement utilisé il y a 50 ans. Une courbe d'étalonnage standard a été introduite en 1986 et est mise à jour toutes les quelques années à mesure que de nouvelles données sont ajoutées. YH : On note ceci pour la dernière mise à jour officielle de la courbe d'étallonage standard : 2013 : " Aujourd’hui, les courbes de calibrations reconnues à l’échelle internationale atteignent des dates jusqu’à 48000 BC (46000 ans BP) (Reimer et. al., INTCAL13 and Marine13 radiocarbon age calibration curves 0 – 50000 yrs cal BP, Radiocarbon 55(4), 2013). Pour la période après 1950, une grande quantité de données est disponible sur la concentration en carbone atmosphérique. Ces données post-modernes sont très utiles dans certains cas pour illustrer un âge calendaire de matériaux très jeunes (Hua, et. al. Atmospheric Radiocarbon for the period 1950-2010, Radiocarbon, 55(4), 2013). " :  https://www.radiocarbon.com/francais/etalonnage-cernes-arbres.htm

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Enquête archéologique aux Açores 3

Enquête archéologique aux Açores 3

 

Snapshot 66

Beaucoup d'endroits mystérieux et protégés dans des propriétés privées sur Terceira. Photo Yves Herbo

 

Voici la suite à ces précédents articles, avec la sortie de la bande-annonce du reportage en cours de montage : 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/enquete-archeologique-aux-acores-1.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/enquete-archeologique-aux-acores-2.html

Je rappelle que nous sommes, avec Loic Occhipenti, en train de monter un reportage filmé sur notre déplacement début décembre 2019 aux Açores, île de Terceira et l'étude de certaines des découvertes récentes et inédites effectuées, à l'aide du professeur biophysicien Felix Rodriguez, dont la renommée auprès de tous les habitants locaux nous a bien aidé pour la visite de certaines propriétés privées...

Les objectifs de notre visite étaient multiples, devant la richesse des précédentes découvertes, mais nous ne pensions pas avoir autant de surprises supplémentaires et inédites par rapport aux connaissances déjà établies. Le principal de ces objectifs était bien sûr de confirmer et factualiser le fait que les Portugais n'avaient pas été les premiers à habiter ces îles au doux climat sub-tropical. Mais il est très possible, en l'état actuel des recherches et découvertes et en considérant les âges probables de ces dernières, que les îles étaient en effet désertes quand les premiers découvreurs inconnus portugais y débarquèrent.

Quoiqu'il en soit, les évidences d'une présence intelligente et bâtisseuse très ancienne sont nombreuses. Il est ici utile je pense de rappeler (ou d'informer) que les îles des Açores comme Terceira, ne sont pas des petites îles entièrement construites ou connues : si on suit les relevés démographiques, sur les 56 000 habitants de l'île, 35 000 sont regroupés dans la capitale des Açores et de l'île, Angra et banlieue, et 20 000 le sont vers l'autre ville principale de l'île, Praia da Vitória, mais elle comporte aussi de nombreux militaires issus de la base américaine locale (en cours de fermeture). On peut dire que les habitants restants (hors période touristique) se partagent les 402 km ² de la superficie de l'île... qui est loin d'être défrichée de sa végétation endémique préhistorique (heureusement) et qui recèle de nombreux parcs naturels protégés. En effet, de nombreux espaces de laurisylves, forêts endémiques (des lauriers de + 40 m de hauts entre autres, des mousses géantes, etc...) souvent infranchissables et non explorées, existent encore dans toutes les îles des Açores, nous en avons approchés et leur beauté mêlé au mystère des espaces inviolés par l'homme font rêver et s'éteindre la verve du verbe. Plus un mot, juste ouvrir grand ses yeux et son esprit :

Voir la bande-annonce du reportage ci-dessous :

Lire la suite

Indonésie, Gunung Padang 3 : Confirmations ?

Indonésie, Gunung Padang 3 : Confirmations ?

 

Gunung padang site

Cet article est la suite des articles précédents sur l'Indonésie, en particulier sur Gunung Padang :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/pyramide-geante-a-java.html (2013)

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/gunung-padang-les-traces-perdues-de-l-atlantide.html (2014)

 

C'est lors d'un meeting scientifique qui s'est déroulé en décembre 2018 qu'une publication importante, concernant Gunung Padang, est passée assez inaperçue pendant les fêtes.

Après des années de fouilles et de recherches scientifiques, la nouvelle publication du Dr géologue Danny Hilman Natawidjaja (Indonesian Institute of Sciences) vient étoffer ses précédentes analyses sur l'artificialité d'une grande partie du site...

Voici le résumé de cette publication accompagnée d'un PDF plus bas : " Le site archéologique du mont Padang est connu depuis la fin du XIXe siècle comme ayant un complexe mégalithique au sommet. Nos études prouvent que la structure ne couvre pas seulement le sommet mais qu’elle enveloppe également les pentes  sur une superficie d’au moins 15 hectares.

Des études géophysiques complètes combinant des méthodes de radar de pénétration du sol (GPR) et de résistivité multicanal, une tomographie sismique complétée par des données de carottage et des fouilles archéologiques, montrent par ailleurs que les structures sont non seulement superficielles mais enracinées plus profondément. Les structures ne sont pas construites en une fois, mais consistent en plusieurs couches de périodes consécutives.

La couche la plus élevée de la surface est constituée de piles horizontales de roches en colonnes basaltiques formant des terrasses en escalier et décorées par des arrangements exotiques de colonnes rocheuses dressées formant des murs, des chemins et des espaces.

La deuxième couche, qui avait été précédemment interprétée à tort comme une formation rocheuse naturelle, enfouie à 1 à 3 mètres sous la surface du sol, est un remblai de plusieurs mètres d'épaisseur consistant en un agencement plus compact et plus avancé de roches en colonnes similaires dans une matrice à grains fins.

 

Gunungpadang kujang dhn 2018b

cet artefact, nommé " Kujang " par les Sundanais, a été découvert à 3 mètres de profondeur, à la limite du sol de la seconde couche, a été daté à entre 9770 et 9550 ans avant maintenant calibrés.

 

La troisième couche est également un arrangement artificiel de fragments de roche avec des types variés allant jusqu’à environ 15 mètres de profondeur. La troisième couche repose sur une langue de lave fracturée et massive. L'enquête révèle également des preuves de grandes cavités ou chambres souterraines.

Les résultats de la datation préliminaire au radiocarbone indiquent :

Lire la suite

Zealandia, un continent disparu retrouvé

Zealandia, un continent disparu retrouvé

 

Zealandia1

 

J'en avais brièvement parlé à la fin de cet article mis à jour en 2018, à la fin : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-ile-malden-et-ses-mysterieuses-ruines-prehistoriques.html

Un certain doute régnait encore à l'époque de la part d'une bonne partie de la communauté scientifique et du public. En effet, cela fait des décennies que la science officielle affirmait qu'il était impossible que de telles masses, composée de centaines ou milliers de km² aient pu se retrouver englouties sous les eaux, tant dans l'Atlantique que le Pacifique. Ils admettaient juste les apparitions et disparitions d'îles volcaniques de plus ou moins grandes grandeurs, puisque ce phénomène avait bien été observé à de nombreuses reprises. Ils s'appuyaient alors sur les quelques études océanographiques, sondages par les compagnies pétrolières (pas toujours honnêtes avec leurs éventuelles découvertes d'ailleurs, logiquement), pose de câbles, etc...

D'ailleurs, la pose d'un de ces câbles (télégraphique à l'époque du début du 20ème siècle), au large des Açores, avait fait l'effet de publications, à cause de la découverte à une profondeur de 2000 mètres de laves vitrifiées obligatoirement à l'air libre auparavant. Mais ces "certitudes" du 20ème siècle, basées sur des travaux très partiels et avec des techniques pas assez développées encore (ce qui n'empêche pas les "consensus" scientifiques de s'établir comme des vérités), commencent à être balayées par les nouvelles techniques. Les traces d'anciens continents engloutis (ou grandes terres) ont bien été annoncées dans l'Océan Indien, en Méditerranée récemment et dans le Pacifique donc avec Zealandia. Et les progrès actuels de la cartographie des fonds marins, ainsi que le fait que le continent Africain et l'Euro-asiatique ne correspond pas tout à fait à un collage parfait avec les Amériques (il manque en fait de larges terres pour en faire un bon collage) font qu'il existe assez probablement de telles masses effondrées sous l'Atlantique. Ce n'est pas le sujet ici, parlons des nouvelles informations sur Zealandia.

 

Zealandia continent englouti exact1024x768 p

En 2017 donc, un groupe de scientifiques en géosciences néo-zélandais, français et australiens annonçait officiellement la découverte d'un septième continent baptisé par eux Zealandia. En fait, des indices de son existence existaient déjà depuis les années 1970 mais l'idée n'était pas très considérée (évidemment) et débattue modérément par la communauté scientifique depuis environ une vingtaine d'années. Malheureusement les preuves et certitudes manquaient pour aller plus loin dans les discussions.

Le continent en question, bien qu'il s'étend sur quasiment l'équivalent des deux tiers de la surface de l'Australie est à 94% sous la surface de l'océan Pacifique, parfois sous des milliers de mètres d'eau et surtout recouvert par une épaisse couche de sédiments. Il n'émerge essentiellement que sous la forme des terres de la Nouvelle-Zélande et de la Nouvelle-Calédonie et quelques îles :

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Une pyramide engloutie à 40 m des côtes des Açores découverte ?

Une pyramide engloutie à 40 m des côtes des Açores découverte ?

MAJ 20-01-2020

pyramid.jpg

 

Une structure pyramidale sous-marine a été identifiée à une profondeur de 40 mètres de la surface de la côte de l'île de Terceira. La structure parfaitement carrée a été aperçue par un propriétaire de yacht privé, Diocleciano Silva, lors d'un voyage touristique. Estimée être d'environ 60 mètres de haut, la structure énigmatique a été enregistrée grâce à la technologie numérique GPS. " La pyramide est parfaitement formée et orientée apparemment sur les directions cardinales," dit Silva au Diário Insular, le journal local.


terceira.jpg

Terceira

 

Plus récemment, les archéologues de l'Association portugaise de la recherche archéologique (APIA) ont identifié des preuves archéologiques sur l'île de Pico qui prennent en charge leur conviction que l'occupation humaine des Açores est antérieure à l'arrivée des Portugais de plusieurs milliers d'années.

 

pyramid.jpgImage recueillie par Silva en utilisant la technologie GPS

 

La preuve se compose d'une grande variété de structures de roches pyramidales protohistoriques, certaines d'entre elles de 13 mètres de haut. Les structures peuvent avoir été construites selon un plan orienté, aligné avec les solstices d'été, ce qui suggère qu'elles ont été construites dans un but précis.

terceira2.jpgBeaucoup de terres sont maintenant cultivées aux Açores (mais surtout des paturages de bovins), y compris d'anciens tumulus peut-être ? Mais de grands parcs protègent aussi des forêts impénétrables d'arbres, flore et animaux endémiques sur Terceira par exemple...



L'archipel des Açores a été découvert par les Portugais, inhabité (tout au moins sur les pourtours des îles, celles-ci étant entièrement couvertes de forêts endémiques difficiles à pénétrer), autour de 1427 (probablement quelques années plus tôt, voir au 14ème siècle). La surprise est tout de même d'y rencontrer des taureaux et vaches noires, très fortes, revenues à l'état sauvage et fuyant l'homme... et une espèce devenue endémique !)

L'an dernier, les archéologues ont affirmé avoir découvert des peintures rupestres sur l'île de Terceira, qu'ils croient être de milliers d'années.

archeologist-nuno-ribeiro-researching-in-the-azores.jpgL'archéologue Nuno Ribeiro dans une grotte des Açores

 

https://www.courrierinternational.com/article/2013/08/01/prehistoire-mystere-aux-acores


Au cours des trois dernières années, une variété d'anciens vestiges archéologiques ont été identifiés sur l'ensemble des neuf îles de l'archipel des Açores. Ils comprennent un épigraphe de l'époque romaine, des sanctuaires carthaginois, de l'art rupestre et des structures mégalithiques, voir ci-dessous :

Lire la suite

Enquête archéologique aux Açores 2

Enquête archéologique aux Açores 2

 

Terceira acores 12 19 yh0(photo ©Yves Herbo)

 

Voici une petite suite à ce précédent article : 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/enquete-archeologique-aux-acores-1.html

Vous comprendrez que nous sommes, avec Loic Occhipenti, en train de monter un reportage filmé sur notre déplacement aux Açores, île de Terceira et l'étude de certaines des découvertes récentes et inédites effectuées, à l'aide du professeur Felix Rodriguez, dont la renommée auprès de tous les habitants locaux nous a bien aidé pour la visite de certaines propriétés privées...

Les objectifs de notre visite étaient multiples, devant la richesse des précédentes découvertes, mais nous ne pensions pas avoir autant de surprises supplémentaires et inédites par rapport aux connaissances déjà établies. Le principal de ces objectifs était bien sûr de confirmer et factualiser le fait que les Portugais n'avaient pas été les premiers à habiter ces îles au doux climat sub-tropical. Mais il est très possible, en l'état actuel des recherches et découvertes et en considérant les âges probables de ces dernières, que les îles étaient en effet désertes quand les premiers découvreurs inconnus portugais y débarquèrent.

Quoiqu'il en soit, les évidences d'une présence intelligente et batisseuse très ancienne sont nombreuses. Il est ici utile je pense de rappeler (ou d'informer) que les îles des Açores comme Terceira, ne sont pas des petites îles entièrement construites ou connues : si on suit les relevés démographiques, sur les 56 000 habitants de l'île, 35 000 sont regroupés dans la capitale des Açores et de l'île, Angra et banlieue, et 20 000 le sont vers l'autre ville principale de l'île, Praia da Vitória, mais elle comporte de nombreux militaires issus de la base américaine locale. On peut dire que les habitants restants (hors période touristique) se partagent les 402 km ² de la superficie de l'île... qui est loin d'être défrichée de sa végétation endémique préhistorique (heureusement) et qui recèle de nombreux parcs naturels protégés. En effet, de nombreux espaces de laurisylves, forêts endémiques (des lauriers de + 40 m de hauts entre autres, des mousses géantes, etc...) souvent infranchissables et non explorées, existent encore dans toutes les îles des Açores, nous en avons approchés et leur beauté mêlé au mystère des espaces inviolés par l'homme font rêver et s'éteindre la verve du verbe. Plus un mot, juste ouvrir grand ses yeux et son esprit :

Lire la suite

Enquête archéologique aux Açores 1

Enquête archéologique aux Açores 1

 

Ancre1 acores 2019 12 07

(photo ©Yves Herbo)

 

Je suis actuellement sur une enquête filmée aux Açores, ce qui explique le manque actuel de nouveaux articles. Un départ un peu précipité par l'obtention des autorisations militaires par le professeur Felix Rodrigues, notre correspondant physicien passionné d'archéologie aux Açores (et qui a un fils diplômé en archéologie d'ailleurs), car une partie des structures à étudier se trouvent dans l'enceinte d'une forteresse militaire en activité, sur l'île de Terceira.

Nous sommes arrivés vendredi 6 décembre 2019 au soir via un vol Barcelone-Lisbonne, puis un vol Lisbonne-Terceira (qui avait une heure de retard à son départ). Notez que les Açores ont deux heures en moins actuellement par rapport à la France. Dès le samedi, tôt le matin, nous avons entamé, avec le professeur Rodrigues, un premier périple sur le site de Grota do Medo qui recèle de véritables merveilles, dont j'ai déjà parlé un peu dans un précédent article (lien en bas) et qui sont indéniablement des structures mégalithiques très semblables à ce que nous trouvons dans toute l'Europe : deux dolmens à couloir bâtis l'un au-dessus de l'autre. Ces structures sont datées en Europe, la plupart du temps, du néolithique...

 

Grotadomado15

Grota do Medo aux Açores à gauche (crédit F. Rodrigues pour ce comparatif)

 

Journée très fatigante car des heures de marche, montées et descentes dans une forêt parfois dense, avec des passages parfois barrés par des chutes d'arbres suite au récent cyclone, qui a d'ailleurs fait beaucoup de dégâts sur la petite île de Flores. Je peux déjà vous dire que les journées de dimanche et lundi ont aussi été très intenses et épuisantes, avec également des kilomètres de marche en des endroits parfois un peu dangereux, escarpés, parfois glissants à cause du taux d'humidité assez élevé aux Açores, malgré un très beau soleil et de bonnes températures : nous avons eu 20°C samedi, 21°C dimanche et le lundi beaucoup plus humide, avec de hautes pressions atmosphériques et tout de même 19°C... moites. Il faut savoir que les Açores bénéficient d'un climat semi-tropical tout au long de l'année, avec des températures très constantes aussi bien le jour que la nuit.

Lire la suite

Le Labyrinthe de Kerama

Le Labyrinthe de Kerama MAJ 14-09-2019

 

kerama-1.jpg

 

Au large de l'une des îles Kerama, Japon, à une profondeur de 27 à 33 mètres maintenant, se trouve un dédale de structures pierreuses dénommé le labyrinthe de Kerama, constitué de cercles de rocs, on n'a pu déterminer encore s'il s'agit de phénomènes d'érosions naturels ou de structures travaillées et taillées dans la roche. On sait que cette terre était pour la dernière fois au-dessus du niveau de la mer il y a environ 10.000 ans. La disposition de ces pierres sont à rapprocher  aux ruines de l'île d'Andros aux Caraïbes, à "l’œuf centre du monde" de l'île de Pâques ou encore aux structures sous-marines de Yonaguni ou des Bahamas, vers Bimini...

 

kerama-5.jpg

kerama01.jpg

kerama04.jpg


Mais il y a encore d'autres choses :

Lire la suite

Pompéi : Découverte du trésor d'un sorcier

Pompéi : Découverte du trésor d'un sorcier

 

Pompei treasure2

Le coffre contenait de nombreux objets de valeur, mais pas d'or. Crédit : EPA

 

Les archéologues travaillant dans la ville romaine ensevelie de Pompéi, en Italie, affirment avoir découvert un "trésor de sorciers", notamment des porte-bonheurs, des miroirs et des perles de verre.

" La plupart des objets auraient appartenu à des femmes ", a déclaré Massimo Osanna, directeur du parc archéologique de Pompéi.

Une pièce contenant les corps de 10 victimes, dont des femmes et des enfants, a été mise au jour dans la même maison.

Pompéi fut englouti par une éruption volcanique du mont Vésuve en 79 après JC. L'éruption fatale a conservé la ville et ses habitants au fil du temps, ce qui en fait une source riche pour les archéologues. (YH : On note ici que la même chose est arrivée à une ville voisine, Herculanum, mais qu'on n'en parle jamais ! Pourtant, cette ville dédiée et peut-être créée (?) par le héros Hercule devrait aussi avoir certains intérêts historiques... mais il est vrai que les fouilles d'Herculanum ont commencé dès le... XVIIIᵉ siècle par les Bourbon-Deux-Siciles qui régnaient sur Naples. Et que les méthodes employées et pillage officialisé n'ont pas arrangé les choses pour l'archéologie moderne... Mais il doit y rester des choses dans les couches les plus profondes...).

Le " trésor du sorcier " de Pompéi a été retrouvé dans ce qui restait d'une boîte en bois. Le bois lui-même s'était décomposé et il ne restait que les charnières en bronze, préservées par la matière volcanique qui se durcissait. Les objets trouvés sont ainsi décrits :

Lire la suite

Mont Shasta 2 : la légende de J.C. Brown

Mont Shasta 2 : la légende de J.C. Brown

 

Montshasta mini

 

Cet article vous raconte une bien étrange histoire du début du 20ème siècle et fait complément à ce premier article sur le Mont Shasta, considéré comme la "Montagne Sacrée" de Californie, aux USA : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/paranormal/mysteres-sur-le-mont-shasta.html

Cette histoire a déjà été rapidement abordée dans le premier article cité ci-dessus, mais, dans le cadre de mes continuelles recherches de compléments ou de nouveaux mystères liés aux anciennes civilisations (connues ou non), j'ai découvert quelques approfondissements et traces, preuves physiques, que ce récit n'est pas une invention pure et simple, mais repose bien sur des faits vérifiables. Tout au moins une partie, ce qui n'est pas négligeable plus d'un siècle après les événements...

Montshasta castlecrags

The Castle Crags et l'une des anciennes mines. Une bataille a eu lieu à cet endroit entre les mineurs et les indiens Creeks...

Tout d'abord, il faut rappeler que la présence humaine sur et autour du Mont Shasta remonte à la préhistoire : la datation minimum locale a été établie à 9.000 ans avant JC mais les découvertes faites par les archéologues dans d'autres régions dépassent maintenant allègrement les - 13 à -14.000 ans... des pétroglyphes non datables mais très anciens ont été trouvés sur une partie du Mont Shasta, plus précisément à The Castle Crags. Des pétroglyphes très remarquables d'ailleurs car il s'agit d'empreintes de mains masculines et féminines teintées en rouge et de plusieurs formes de serpents. D'étranges sortes de croix de Malte, plus récentes à priori, ont également été trouvées, en déplaçant certaines roches...

Montshasta 1

Le magnifique paysage du Mont Shasta se reflétant dans l'eau d'un lac

 

C'est donc en 1904 que J. C. Brown, géologue britannique employé par " The Lord Cowdray Mining Company of England ", arrive aux Etats-Unis, afin de prospecter la région du Mont Shasta et la Sierra Nevada, afin de réunir des données sur l'or y gisant encore...
Voir la suite ci-dessous :

Lire la suite

L'Arche de Noé et les documents déclassifiés de la CIA

L'Arche de Noé et les documents déclassifiés de la CIA

 

ararat-anomaly-1949-closeup.jpg

ararat-anomaly-1949-closeup

 

" Toutes les informations dans cet article, même si autrefois SECRET / NOFORN, ont été déclassifiées par les organismes compétents et publiées par le Freedom of Information Act (FOIA) à Clifford A. Paiva. L'anomalie du mont Ararat n'est pas l'Arche, mais plutôt une structure géologique et peut-être culturellement modifiée. L'Arche et la photo de Simmons-Arslan, images traitées par Clifford A. Paiva, est à l'altitude de 16.500 pieds (5.000 mètres) dans la section nord-est du volcan. Le Dr. Arslan qui a pris la photo en 1989 pour M. Robin Simmons, affirme que la zone sévèrement crevassée est très dangereuse et apparemment inaccessible. Le Dr. Robert Gates, secrétaire à la Défense actuel, a ordonné une des nombreuses enquêtes précédentes sur la position de l'Arche dans le milieu des années 1990. Le danger pour le monde en ce qui concerne précisément comment un tel navire massif est parvenu à se positionner sur un volcan haut de 17,000 pieds continue d'être une menace pour la sécurité internationale. "

ararat-anomaly-1949.jpg

1949-CIA

 

" BSM Research Associates traite de la CIA et des investigations d'imagerie de l'Agence Geo-Spatial Intelligence Agency concernant le Mont Ararat, l'Arche, et des discussions avec la Defense Department's National Reconnaissance Office (NRO). Elles ont eu lieu sur une unité de télécommunication sécurisé (STU) téléphonique en 1999, au Laboratoire Dahlgren du Naval Surface Warfare Center pendant que je travaillais en tant que physicien. Les informations concernant le «navire» ont été classifiées au moment de la conversation, en 1999, cachées bien sûr du grand public mais révélées à moi par le biais du téléphone STU de la Defense Intelligence Agency (la DIA) du NRO. Mon engagement portait sur l'application de techniques de traitement d' images appliquée à l'imagerie disponible du navire. Ces événements ont suivi le mandat de l'actuel secrétaire à la Défense Robert Gates (1994) et son abandon de ses responsabilités en matière de sécurité nationale concernant la vérification et la validation de la position du navire sur le strato-volcan, du mont Ararat en Turquie orientale. Les craintes concernant des embarras personnel et professionnel peuvent avoir influé sur son courage au sujet de cette enquête d'une importance capitale. Le Dr. Gates a peut-être confondu anthropologie historique et géophysique avec l'illusion de la religion. Le concept de religion est un moyen sûr (de manipulations ?) pour les employés du gouvernement.

 

anomaly1989a.jpganomaly1989

L'Arche a été statuée comme exister, et la photo Simmons-Arslan confirme qu'elle est située dans la section nord-est du strato-volcan, très près du sommet, au nord-ouest de la gorge Ahora. Le navire a été photographié par le Dr Ahmet Arslan en 1989 sous la direction et le financement de M. Robin Simmons. Voir ci-dessous :

Lire la suite

La mystérieuse civilisation de l'Indus

La mystérieuse civilisation de l'Indus - 2012 - MAJ 06-2015

 

inde-corps-calcin200po-1.jpg

Mohenjo-Daro, Pakistan/Inde : Comme à Pompéï, plusieurs corps calcinés ont été retrouvés enfouis, reposants tels quels dans les anciennes rues.

Ce site constitue un véritable mystère, affirment les archéologues, qui auraient juré, avant la découverte de Mohenjo-Daro, qu’aucune véritable civilisation n’avait pu exister dans la vallée de l’Indus, au Pakistan, il y a environ 4 500 ans. Depuis 1921, une succession de découvertes dont la cité d’Harappa puis celle de Mohenjo-Daro ont prouvé l’existence d’une culture jusqu’alors inconnue.
La civilisation de la vallée de l’Indus a inventé une écriture à ce jour indéchiffrée (YH : mais plus ou moins traduite maintenant sous les dénominations "phonétique archaïque" ou "proto-sanscrit") et a manifestement marqué la culture indienne. Mais, le plus grand mystère reste l’abandon de ces cités et la disparition de cette civilisation.

harappa-pierreindustrielle.jpg

Harappa-Pierre industrielle

En 1921, des fouilles débutèrent à Harappa. Les archéologues mirent au jour les maigres vestiges d’une grande cité.
En 1922, un archéologue indien qui cherchait les vestiges d’un ancien temple bouddhiste, mis au jour à 640 km d’Harappa les ruines d’une civilisation protohistorique. C’est une véritable métropole qui sortit de terre. Mohenjo-Daro, la « colline des morts », fait toujours l’objet de recherches mais aussi de vives controverses. Mais qui était cette civilisation restée si longtemps dans l’ombre ?

harappa.jpg

Harappa

Il faut imaginer un peuple qui a vécu sur un immense territoire. Ce peuple parlait une langue qui nous est inconnue et utilisait une écriture que nous n’avons toujours pas réussi à déchiffrer.

Cette civilisation a construit de grandes villes divisées en quartiers mais avec une logique qui nous échappe.
En effet, nous n’avons retrouvé ni temples, ni palais. Les premiers habitants de la vallée de l’Indus ont commencé à édifier des villages vers le VIIe millénaire avant notre ère.

Puis, entre 3 200 et 1 800 ans avant notre ère, de grandes villes s’épanouirent. C’est entre 2 700 et 2 600 ans avant notre ère que furent édifiés les imposants murs d’enceinte d’Harappa.

harappa-2.jpg

Harappa

Les chercheurs ont d’abord pensé que cette civilisation était constituée de colonies provenant de Mésopotamie. Mais, les fouilles ont révélé que ce peuple avait ses caractéristiques propres. Pour l’instant, faute de nouveaux indices, officiellement la plus ancienne civilisation indienne est née sur les rives de l’Indus tout comme l’Egypte s’est développée sur les rives du Nil :

(voir la suite ci-dessous) :

Lire la suite