Europe

Chasseurs-cueilleurs: des études génomiques

Par Le 19/03/2023

Chasseurs-cueilleurs: des études génomiques

 

Gravettien reconstitution dun chasseur cueilleur associe a la culture gravettienne 32 000 24 000 ans credit tom bjoerklund

Gravettien-Reconstitution dun chasseur-cueilleur associé à la culture gravettienne présente dans toute l'Europe -32 000-24 000 ans - Crédit-Tom Bjoerklund

 

1- Paléogénomique des chasseurs-cueilleurs européens du Paléolithique supérieur au Néolithique

(https://www.nature.com/articles/s41586-023-05726-0) - https://www.haaretz.com/archaeology/2023-03-01/ty-article/study-of-age-hunters-changes-what-we-know-about-european-ancestry/- traductions partielles en français.

La plus grande analyse génétique jamais réalisée sur les chasseurs-cueilleurs de la période glaciaire à ce jour, a mis en lumière les mouvements humains avant, pendant et après le Dernier Maximum Glaciaire (LGM) il y a environ 25 000 à 19 000 ans. Alors que les grandes calottes glaciaires descendaient du nord, les gens ont en effet fui vers le sud, selon l' étude publiée début mard 2023 dans Nature par le professeur Cosimo Posth de l'Université de Tübingen avec des chercheurs du Centre Senckenberg pour l'évolution humaine et le paléoenvironnement, l'Université de Pékin et le Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology à Leipzig, en collaboration avec 125 scientifiques internationaux.

Outils, art et autres artefacts culturels ont conduit les chercheurs à définir deux cultures paneuropéennes de la période glaciaire : l'aurignacien, qui a émergé peu après l'arrivée de sapiens (YH : ? et/ou qu'il a amené en partie de ses origines et rencontres (néandertaliennes aussi), suivi du gravettien d'il y a environ 33 000 ansLes deux couvraient plus ou moins toute l'Europe occidentale, méridionale et centrale.

Il s'avère que les Aurignaciens d'Europe de l'Est et de l'Ouest, avant il y a 33 000 ans, étaient génétiquement très différents les uns des autres. Les Aurignaciens ont engendré les Gravettiens, et les caractéristiques du Gravettien se retrouvent de la péninsule ibérique à l'ouest jusqu'à la Crimée à l'est.

Sur la base de caractéristiques culturelles et morphologiques crâniennes partagées, les Gravettiens étaient supposés partager un profil d'ascendance. 

Mais ce n'est pas le cas, selon l'analyse génomique de 356 anciens chasseurs-cueilleurs vivant il y a 35 000 à 5 000 ans en Europe occidentale, centrale et méridionale - d'avant le dernier maximum glaciaire jusqu'au Chalcolithique : les Européens de l'Ouest associés au Gravettien descendent des populations aurignaciennes occidentales, tandis que les Européens du centre et du sud associés au Gravettien dérivent des populations aurignaciennes de leurs régions.

 

Aurignacian culture map fr svgCarte de localisation de la culture Homo Sapiens de l'Aurignacien, il y a entre 37 000 et 28 000 ans. © Sémhur / Wikimedia Commons - CC BY-SA 4.0

 

Résumé : " Les humains modernes ont peuplé l'Europe pendant plus de 45 000 ans 1 , 2 . Notre connaissance de la parenté génétique et de la structure des anciens chasseurs-cueilleurs est cependant limitée, en raison de la rareté et de la mauvaise conservation moléculaire des restes humains de cette période 3 . Ici, nous analysons 356 anciens génomes de chasseurs-cueilleurs, y compris de nouvelles données génomiques pour 116 individus de 14 pays d'Eurasie occidentale et centrale, d'il y a entre 35 000 et 5 000 ans. Nous identifions un profil d'ascendance génétique chez les individus associés aux assemblages du Gravettien du Paléolithique supérieur d'Europe occidentale qui est distinct des groupes contemporains liés à cette culture archéologique en Europe centrale et méridionale 4, mais ressemble à celui des individus précédents associés à la culture aurignacienne. Ce profil d'ascendance a survécu pendant le dernier maximum glaciaire (il y a 25 000 à 19 000 ans) dans les populations humaines du sud-ouest de l'Europe associées à la culture solutréenne et à la culture magdalénienne suivante qui s'est ré-étendue vers le nord-est après le dernier maximum glaciaire. À l'inverse, nous révélons un renouvellement génétique dans le sud de l'Europe suggérant un remplacement local des groupes humains à l'époque du dernier maximum glaciaire, accompagné d'une dispersion nord-sud des populations associées à la culture épigravettienneIl y a au moins 14 000 ans, une ascendance liée à cette culture s'est propagée du sud à travers le reste de l'Europe, remplaçant en grande partie le pool génétique associé au Magdalénien."

" Les humains modernes ont quitté l'Afrique subsaharienne il y a au moins 60 000 ans (ka), et lors de leur expansion initiale en Eurasie, ils se sont mélangés génétiquement avec des Néandertaliens, ce qui a donné 2 à 3% d'ascendance néandertalienne dans la majorité des populations non africaines actuelles 5. Les données génomiques ont montré que les humains modernes étaient présents dans l'ouest de l'Eurasie 12 au moins 45 ka (YH: 55 ka plutôt maintenant). Certains de ces premiers groupes datant de plus de 40 ka se sont encore mélangés à des Néandertaliens, comme le montrent les signaux d'introgression récente chez des individus de Bacho Kiro en Bulgarie - associés à une culture archéologique du Paléolithique supérieur initial (IUP) - et de Peştera cu Oase en Roumanie 2 , 6. D'autres individus de cette période, tels que Zlatý kůň de Tchéquie et Ust'Ishim de Russie, ne portent pas beaucoup plus d'ascendance néandertalienne que d'autres groupes non africains 1 , 7 , indiquant des interactions différentielles entre les Néandertaliens et les premiers humains modernes lors de leurs expansions initiales à travers Eurasie. Étonnamment, cependant, aucun de ces individus d'avant 40 ka n'a laissé de traces substantielles dans la constitution génétique des populations eurasiennes actuelles 1 , 2 , 6 , 7. Les génomes les plus anciens portant des ancêtres qui dérivent principalement de la lignée menant aux Européens actuels sont Kostenki 14 (à partir de 37 ka, avec une association archéologique incertaine de l'ouest de la Russie), Goyet Q116-1 (35 ka, associé à l'Aurignacien de Belgique) et Bacho Kiro 1653 (35 ka, probablement associé à l'Aurignacien de Bulgarie) 2 , 4 , 8 . Ces données suggèrent que les ascendances génétiques identifiées chez les individus pré-40 ka analysés jusqu'à présent se sont largement éteintes ou ont été assimilées par des expansions ultérieures 1 , 9. La signature génétique de Kostenki (liée au génome de Kostenki 14, et ci-après dénommée groupe ou ascendance Kostenki) a contribué au dernier groupe génétique Věstonice (ci-après, groupe ou ascendance Věstonice), du nom du site Dolní Věstonice en Tchéquie 4. Cette signature génétique est partagée par les individus associés à la culture gravettienne définie archéologiquement (33-26 ka) en Europe centrale et méridionale et a apparemment disparu après le Dernier Maximum Glaciaire 4 (LGM). Cependant, le profil génétique des individus contemporains associés au Gravettien d'Europe occidentale reste inconnu, tout comme leur contribution aux populations après le LGM. Connue pour avoir été la phase la plus froide de la dernière période glaciaire, la LGM est considérée comme ayant provoqué un déclin démographique dans de grandes parties de l'Europe 10, avec des populations se rétractant vers les latitudes méridionales comme en témoigne, par exemple, la contemporanéité de la culture solutréenne ( 24-19 ka) dans la péninsule ibérique et le sud de la France. D'autres refuges climatiques proposés pour la survie humaine au cours de cette période sont la péninsule italienne, les Balkans et la plaine européenne du sud-est, mais la contribution génétique réelle des populations de ces régions aux Européens post-LGM est fortement débattue 111213.

Après le LGM, une composante génétique lointainement liée à l'individu Goyet Q116-1 de Belgique daté de 35 ka - nommée ascendance GoyetQ2 (ci-après, groupe ou ascendance GoyetQ2) - est réapparue (YH : migration) chez des individus du sud-ouest et d'Europe centrale associés à la culture magdalénienne (19 –14 ka, de la péninsule ibérique à l'Europe de l'Est à travers l'Europe centrale) et sous une forme mixte chez les chasseurs-cueilleurs du Paléolithique final et du Mésolithique ultérieurs 4, 14, mais l'extension géographique de cette ascendance n'est toujours pas claireAu lieu de cela, dans le sud de l'Europe, un profil génétique distinct de chasseurs-cueilleurs a été trouvé dès 17 ka chez des individus associés à la culture épigravettienne 15 (24–12 ka, de la péninsule italienne au sud-est de la plaine européenne à travers les Balkans). Cette ascendance « Villabruna » (ci-après, groupe ou ascendance Villabruna) a montré des liens avec les populations anciennes et actuelles du Proche-Orient 4, 16, mais le mode et le rythme de son expansion dans la péninsule italienne restent inexplorés. L'ascendance Villabruna est apparue plus tard en Europe centrale et on pense qu'elle a largement remplacé les groupes liés à l'ascendance GoyetQ2 4. Cependant, sa formation, sa diffusion et son interaction avec les chasseurs-cueilleurs contemporains d'Europe de l'Est et leur interaction avec les expansions ultérieures des agriculteurs néolithiques du sud-est de l'Europe ne sont pas bien caractérisées.

Dans cette étude, nous analysons 356 anciens génomes de chasseurs-cueilleurs, y compris de nouvelles données génomiques de 116 individus datés de 35 à 5 ka, ainsi qu'une nouvelle méthode d'estimation de la contamination basée sur des cycles d'homozygotie. Nous fournissons une description systématique des transformations génomiques que les groupes de chasseurs-cueilleurs ont subies depuis le début du Paléolithique supérieur à travers l'Eurasie occidentale et centrale et comment celles-ci sont éventuellement liées aux changements culturels et climatiques.

 

Albanie: découverte de la cité illyrienne perdue de Bassania ?

Par Le 22/06/2022

Albanie: découverte de la cité illyrienne perdue de Bassania ?

 

Albanie bass1 730

Crédit : PAP - M. Lemke

 

Bassania était une ville illyrienne qui passa sous contrôle romain pendant les guerres illyriennes. L'emplacement de Bassania a déjà été suggéré comme étant près du village de Pedhanë dans le comté de Lezhë, ou du village de Bushat dans le comté de ShkodërBassania a été décrite par l'historien romain Livius (Tite-Live dit « Le Padouan », né en 59 av. J.-C. ... ou en 64 av. J.-C. ... et mort en l'an 17 dans sa ville natale de Padoue) dans le contexte de la lutte de l'armée romaine avec le dernier roi des Illyriens, Gentios.

Le site a été découvert pour la première fois en 2018, lorsque des chercheurs de l'Université de Varsovie ont identifié des murs défensifs cyclopéens et deux structures en pierre auparavant considérées comme des formations rocheuses naturelles sur une colline près de Shkodra, qui se sont révélées être une guérite et deux bastions. En effet, la porte découverte était accompagnée de deux bastions auxquels aboutissaient de puissants murs défensifs de plus de 3 m de large. Leurs parties extérieures étaient constituées de blocs de pierre profilés. L'espace entre eux était rempli de petites pierres et de terre.

 

Albanie bass2

Crédit : PAP - M. Lemke

 

Selon les chercheurs, ce type de construction est typique des structures défensives hellénistiques. Cette datation est également étayée par des objets que les archéologues ont découverts près des murs : pièces de monnaie et fragments de vases en céramique du IV-I siècle av. Cela signifie que la ville fonctionnait à l'époque du royaume illyrien, qui a cessé d'exister au tournant du millénaire après l'invasion romaine.

 

Albania 03

Crédit : PAP - M. Lemke

 

La colonie est située entre deux centres anciens importants dans la région de l'ancienne Illyrie (aujourd'hui l'Albanie) - la capitale illyrienne de Shkoder et la ville grecque de Lissos.

Dans le cadre d'une nouvelle étude du Centre de recherche sur l'Europe du Sud-Est de l'Université de Varsovie, l'équipe a appliqué des levés géophysiques sur la colline révélant une colonie qui couvre environ 20 hectares. Cela a conduit les archéologues à concentrer les fouilles sur deux grands édifices, l'un de 240 mètres2 et l'autre de 70 mètres2 datant de l'époque hellénistique.

 

Lire la suite ci-dessous:

Portugal: la plus ancienne momie au monde certifiée a 8000 ans

Par Le 16/03/2022

Portugal: la plus ancienne momie au monde certifiée a 8000 ans

 

Portugal vallee de sao 730

Le squelette de ce que l'on pense être la plus ancienne momie connue a été retrouvé sur un site funéraire vieux de 8000 ans dans la vallée du Sado au Portugal.(Crédit image : Peyroteo-Stjerna et al/European Journal of Archaeology)

 

Des photos auparavant non développées révèlent des signes de momification vieux de 8 000 ans – les plus anciennes preuves trouvées au monde.

Il y a environ 60 ans, un archéologue a pris des photos de plusieurs squelettes enterrés dans des tombes vieilles de 8 000 ans dans le sud du Portugal. Maintenant, une nouvelle analyse de ces photos auparavant non développées suggère que les plus anciennes momies humaines ne viennent pas d'Égypte ou même du Chili, mais plutôt d'Europe

Plus d'une douzaine de corps anciens ont été découverts dans la vallée du Sado, au sud du Portugal, lors de fouilles dans les années 1960, et au moins un de ces corps avait été momifié, peut-être pour faciliter le transport avant son enterrement, ont déclaré des chercheurs après avoir analysé les images et visité le cimetière.

Et il y a des signes que d'autres corps enterrés sur le site pourraient également avoir été momifiés, ce qui suggère que la pratique aurait pu être répandue dans cette région à cette époque.

Des procédures élaborées de momification ont été utilisées dans l'Égypte ancienne il y a plus de 4 500 ans, et des preuves de momification ont été trouvées ailleurs en Europe, datant d'environ 1 000 av JC. Les momies dans la région côtière du désert d'Atacama au Chili, celles des Chinchorros, datent d'environ 7 000 ans, avec également des procédures élaborées de momification. Celles du Portugal seraient donc plus anciennes de 1 000 ans par rapport aux plus anciennes connues et prouvées à ce jour, mais ne possédant pas de procédures très élaborées, juste des liens resserrés au fur et à mesure d'un séchage naturel.

Bien que la momification soit relativement simple dans des conditions très sèches comme le désert d'Atacama, il est difficile d'en trouver des preuves en Europe, où des conditions beaucoup plus humides signifient que les tissus mous momifiés restent rarement préservés, a déclaré Rita Peyroteo-Stjerna, bioarchéologue à l'Université d'Uppsala en Suède. YH : mais les momies des Chichorros, des actuels Chili et Pérou, sont tout de même très élaborées car les corps étaient littéralement démembrés puis reconstruits à l'aide de bois, cordes, végétaux et argiles, rien à voir avec les momies naturellement séchées par les civilisations suivantes, qui procèdaient avec des liens et des "fagots" enrobant les corps..., comme au Portugal à priori.

" Il est très difficile de faire ces observations, mais c'est possible avec des méthodes combinées et un travail expérimental ", a-t-elle déclaré à Live SciencePeyroteo-Stjerna est l'auteur principal d'une étude sur la découverte publiée ce mois-ci dans le European Journal of Archaeology

 

Portugal 8000ans1

Les archéologues ont pu reconstituer les lieux de sépulture à partir de descriptions écrites, de cartes dessinées à la main et de photographies récemment découvertes.(Crédit image : Peyroteo-Stjerna et al/European Journal of Archaeology)

 

La preuve de la momification provient de plusieurs rouleaux de film photographique trouvés parmi les effets personnels d'un archéologue portugais décédé, Manuel Farinha dos Santos, décédé en 2001.

Farinha dos Santos avait travaillé sur des restes humains découverts dans la vallée du Sado au début des années 1960. Lorsque les chercheurs de la nouvelle étude ont développé les images, ils ont découvert des photographies en noir et blanc de 13 sépultures du Mésolithique, ou Middle Stone Age.

Bien que certains documents et cartes dessinées à la main du site aient été conservés au Musée national d'archéologie de Lisbonne, ces photographies étaient auparavant inconnues et ont donné aux archéologues une occasion unique d'étudier les sépultures, a déclaré Peyroteo-Stjerna.

Lire la suite ci-dessous:

Un pendentif de 41500 ans et un collier de perles de 9000 ans

Par Le 01/12/2021

Un pendentif de 41 500 ans et un collier de perles de 9 000 ans

 

Jordanie collier 9000ans 03

Entouré de gorges profondes, le site néolithique de Ba`ja se trouve sur un haut plateau au milieu
des montagnes de la région de Petra, dans le sud de la Jordanie [Crédit : HGK Gebel]

 

Fin de mois de novembre 2021 préhistorique avec la découverte d'un pendentif gravé en mammouth daté de 41 500 ans et la reconstitution d'un très ancien collier découvert en Jordanie, daté de 9 000 ans.

 

Commençons par le plus ancien avec la découverte d'un pendentif vieux de 41 500 ans sculpté dans un morceau de défense de mammouth laineux, qui pourrait être le plus ancien exemple connu de bijoux décorés en Eurasie fabriqués par des humains, selon les archéologues.

Le pendentif a été trouvé dans la grotte de Stajnia, un abri sous roche naturel dans le sud de la Pologne. Les résultats de la datation au radiocarbone, publiés dans Scientific Reports 1, suggèrent qu'il est plus ancien de milliers d'années que les artefacts décorés de la même manière provenant d'autres sites. D'autres objets trouvés dans la grotte de Stajnia incluent un poinçon de 7 centimètres de long - un outil pointu utilisé pour faire des trous - façonné à partir d'un morceau d'os de cheval.

« Ceux qui ont fabriqué les artefacts de Stajnia avaient clairement un langage, et la nature des artefacts eux-mêmes nous donne un aperçu fascinant de ce que les fabricants ont pu apprécier et de leur monde », explique Laura Basell, archéologue à l'Université de Leicester, au Royaume-Uni. " Il est raisonnable de suggérer que les chevaux et les mammouths étaient vraiment importants dans leur vie et que ces objets ont une signification à plusieurs niveaux."

 

Pendentif 41500ans pologne

Le pendentif, vu ici sous deux angles différents, présente des trous percés et une cinquantaine d'indentations plus petites qui créent une courbe irrégulière. Crédit : Antonino Vazzana/BONES Lab

 

Le pendentif de forme ovale a deux trous percés et est décoré d'au moins 50 petites marques de perforation qui créent une courbe en boucle. Le véritable but et la signification de ces points restent flous, mais ils pourraient représenter un système de comptage, des observations lunaires ou un moyen de marquer des victimes, suggèrent les chercheursL'extrémité pointue du poinçon en os de cheval est usée, ce qui indique une utilisation intensive.

La datation au radiocarbone place le morceau de défense de mammouth utilisé pour fabriquer le pendentif entre 41 730 et 41 340 ans.

Le pendentif lui-même ne pouvait pas être beaucoup plus ancien que sa décoration - les défenses de mammouth n'étaient pas souvent conservées dans la région en raison des conditions écologiques locales. " Une vieille défense de mammouth aurait été impraticable pour façonner l'ornement Stajnia et sculpter le motif ponctué ", explique Sahra Talamo, chimiste à l'Université de Bologne en Italie, qui a dirigé l'étude. Le poinçon avait environ 42 000 ans.

Talamo et ses collègues ont comparé leurs découvertes avec des objets présentant des motifs en pointillés similaires provenant de sites archéologiques d'Allemagne, de France, de Russie et de l'Arctique sibérienLe pendentif de la grotte de Stajnia est antérieur à d'autres objets décorés de la même manière trouvés ailleurs de 2 000 ans, selon l'équipe.

« Par rapport à des artefacts tels que des objets lithiques – des outils en pierre taillée – les découvertes de ce type sont vraiment assez inhabituelles », explique Basell. " Les dates correspondent bien aux dates des premiers instruments de musique connus en Europe en provenance d'Allemagne."

Mais l'affirmation de l'équipe selon laquelle le pendentif est le plus ancien bijou orné d'Eurasie pourrait s'avérer controversée.

Lire la suite ci-dessous:

Des tablettes gravées de Stonehenge de 5000 ans analysées

Par Le 19/11/2021

Des tablettes gravées de Stonehenge de 5000 ans analysées

 

1e chalk plaques 680

Faces supérieures des plaques de craie gravées de la région de Stonehenge. Crédit image : Davis et al ., doi : 10.1017/ppr.2021.13.

 

Une équipe d'experts de Wessex Archaeology a analysé quatre anciennes plaques de craie de la région de Stonehenge, dans le sud de l'Angleterre. Leurs résultats placent les plaques dans la première partie du 3e millénaire avant notre ère, ce qui, avec l'identification de motifs individuels, permet de reconsidérer les artefacts et les dessins dans le corpus de l'art néolithique dans les îles britanniques. Comme nous venons tout juste d'entrer dans le 3ème  millénaire après JC, ces plaques de craie ont donc environ 5 000 ans, tout en sachant maintenant que certaines des pierres de Stonehenge datent en fait " d'une plage de 6980 ± 2120 av. J.-C. à 1900 ± 20 après J.-C., la grande erreur reflétant les distributions de doses équivalentes hétérogènes à âge mixte. Les échantillons dans les remblais primaires des quatre trous de pierre échantillonnés ont des combinaisons pondérées, suggérant une date de construction probable de 3 530 ± 330 avant JC (5,55 ± 0,33 ka) du henge d'origine.https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/stonehenge-une-imitation-d-un-monument-plus-ancien.html

La craie a fourni un matériau des plus attrayants pour la gravure depuis d'innombrables générations. Il offre des surfaces qui peuvent être lissées, permettant aux conceptions d'être esquissées, retravaillées, modifiées ou effacées en conséquence.

La matière est irrésistible ; des exemples récents incluent un insigne de régiment sculpté par des membres du régiment de Liverpool Pals pour documenter leur présence dans une tranchée d'entraînement de première ligne de la Première Guerre mondiale à Perham Down dans la plaine de Salisbury, dans le Wiltshire.

Les exemples les plus spectaculaires de craie gravée préhistorique concernent un petit nombre d'objets portables, principalement les trois Folkton Drums, Folkton, North Yorkshire et deux plaques carrées d'une fosse du Néolithique tardif, la Chalk Plaque Pit près d'Amesbury, Wiltshire.

Les Folkton Drums et les plaques de craie fournissent collectivement les exemples les plus fréquemment illustrés d'art gravé sur craie de Grande-Bretagne.

https://www.cambridge.org/core/journals/antiquity/article/abs/two-incised-chalk-plaques-near-stonehenge-bottom/C5CEE034EB795689CA4AA7458B0385EE

De plus, deux autres plaques de craie fragmentaires sont maintenant connues de la région de Stonehenge : un exemple brisé de Butterfield Down, Amesbury et un autre fragment de Bulford, à seulement 7 km de Stonehenge.

« La fosse à plaques de craie, découverte en 1968, a été l'une des découvertes les plus importantes de l'art de la craie du néolithique tardif en Grande-Bretagne, et au cours des cinq dernières décennies, nous avons vu des plaques supplémentaires découvertes dans la région de Stonehenge qui ont aidé l'étude », a déclaré le Dr. Bob Davis, ancien agent principal de projet chez Wessex Archaeology.

 

1e chalk plaques

Faces supérieures des plaques de craie gravées de la région de Stonehenge. Crédit image : Davis et al ., doi : 10.1017/ppr.2021.13. - Cliquer pour agrandir.

 

Lire la suite ci-dessous :

Açores: des habitants au moins 700 ans avant leur découverte

Par Le 20/10/2021

Açores: des habitants au moins 700 ans avant leur découverte

 

Terceira acores 7 decoupes antiques orientees soleil yherbo 730

Terceira-Açores-7 découpes antiques orientées lever soleil - Crédit Yves Herbo

 

Une équipe internationale de chercheurs a trouvé des preuves que des personnes vivaient sur des îles de l'archipel des Açores environ 700 ans plus tôt que les preuves précédentes ne l'avaient montré. Dans leur article, publié dans Proceedings of the National Academy of Sciences, le groupe décrit son étude des carottes de sédiments prélevées dans les lacs de certaines des îles de l'archipel.

En raison de l'absence d'autres preuves (YH : il y en a pourtant d'étudiées depuis au moins une décennie par des archéologues locaux et il y a même eu une conférence internationale déjà en 2013 !), les historiens pensent que les gens sont arrivés aux Açores pour la première fois en 1427, lorsque le marin portugais Diogo de Silves a débarqué sur l'île de Santa Maria. Peu de temps après, d'autres du Portugal sont arrivés et ont élu domicile dans l'archipel. Dans ce nouvel effort, les chercheurs ont trouvé des preuves que des humains vivaient sur certaines des îles des Açores environ 700 ans plus tôt. (YH : c'est un minimum car il y a de toute évidence des traces de mégalithisme, de probables traces de Phéniciens et Romains...)

Cherchant à en savoir plus sur l'histoire des Açores, les chercheurs ont commencé à collecter des échantillons de sédiments de plusieurs lacs des îles et à les étudier pour voir ce qu'ils pourraient révéler. Les échantillons de sédiments peuvent servir de preuves historiques parce que la matière dans l'air qui tombe à la surface d'un lac puis au fond du lac est recouverte de nouvelles couches de sédiments au fil du temps.

 

Lac peixinho sur l ile de pico acores

Les biomarqueurs du lac Peixinho sur l'île de Pico aux Açores suggèrent la présence d'élevage et d'agriculture sur brûlis dès 700 CE : IMAGEBROKER/ALAMY STOCK PHOTO - cliquer pour agrandir

 

L'analyse des carottes de sédiments a montré une augmentation du 5-bêta-stigmastérol dans une couche de carotte datée entre 700 CE et 850 CE, prélevée dans le lac Peixinho. Le composé se trouve généralement dans les excréments du bétail, tels que les vaches et les moutons, dont aucun ne vivait aux Açores avant l'arrivée de l'homme. Ils ont également constaté une augmentation des particules de charbon de bois (suggérant que de grands incendies avaient brûlé) ainsi qu'une baisse des pollens d'arbres indigènes. Les résultats suggèrent que quelqu'un avait brûlé la forêt pour fournir plus de terres pour le bétail. Les chercheurs ont trouvé des preuves similaires dans des carottes prélevées dans le lac Caldeirão, qui se trouve sur une île différente, bien qu'elles soient apparues environ un siècle plus tard. Et ils ont trouvé des preuves de ray-grass non indigène (plante fourragère de la famille de l'ivraie) dans les sédiments d'un lac sur une troisième île.

 

Lac caldeirao a l interieur de la caldeira effondree de l ile de corvo

Lac Caldeirão à l'intérieur de la caldeira effondrée de l'île de Corvo. Crédit : Santiago Giralt.

 

Lire la suite ci-dessous :