Europe

bulgarian-archaeologists-say-that-have-uncovered-the-oldest-prehistoric-town-found-to-date-in-europe.jpg

Découverte de plus ancienne cité préhistorique en Europe à ce jour, en Bulgarie

Découverte de la plus ancienne cité préhistorique en Europe à ce jour, en Bulgarie

 

2012, MAJ 04-2015, MAJ 11-2020

 

bulgarie1.jpg

 

Les archéologues bulgares confirment la découverte de la plus ancienne cité préhistorique connue à ce jour, près de la ville moderne de Prodavia, dans le nord-ouest de la Bulgarie. Cette cité entourée de parois fortifiées a probablement été un centre important pour la production de sel, denrée très importante à l'époque. L'époque ? On parle là d'une cité érigée, creusée dans la roche entre 6700 et 6200 ans avant maintenant ! 1500 ans avant les balbutiements de la première Grèce antique...

Sa découverte, à cet endroit, explique peut-être le fabuleux trésor en or découvert pas très loin, il y a 40 ans : le plus ancien trésor en or au monde jamais trouvé jusqu'à présent... Les archéologues ont estimé que la petite ville avait pu contenir environ 350 personnes, et que les habitants faisaient bouillir de l'eau à partir d'une source locale et l'utilisaient pour fabriquer des briques de sel. Ces briques étaient probablement échangées contre d'autres denrées non locales (ou complétaient une organisation plus globale concernant plusieurs cités ou tribus (des chasseurs, des mineurs, des pêcheurs, des cueilleurs, des éleveurs, etc...) et servaient surtout à conserver la viande, d'où l'importance du lieu. Un autre trésor découvert d'ailleurs en 2012https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/un-tresor-archeologique-de-bijoux-en-or-de-2300-ans-decouvert-en-bulgarie.html

Important car, et c'est aussi unique en Europe pour l'instant, cette petite cité est en effet entourée d'une paroi d'énormes et hauts murs défensifs entourant le lieu de production. Les fouilles ont démarré en 2005, avec la découverte des restes de plusieurs maisons à deux étages, d'une série de fosses utilisées pour des rituels, ainsi que les structures d'un pont et de bastions. Une petite nécropole ou cimetière a commencé a être dégagée très récemment et est en train d'être analysée par les archéologues.

Remarquez la disposition particulière des corps enterrés : disposés sur le coté mais leurs têtes soutenues par leur mains jointes, sur une sorte de piédestal, et dirigées vers le ciel ou une direction précise.

Nous ne parlons pas d'une ville comme les ville-état grecs, de la Rome antique ou des villages médiévaux, mais sur ce que les archéologues sont d'accord pour dire qu'elle constituait une ville du cinquième millénaire avant JC, " a déclaré à l'agence de presse AFP Vasil Nikolov, un chercheur de l'Institut national d'archéologie de Bulgarie.L'archéologue Krum Batchvarov de l'institut a dit que la dernière trouvaille était « extrêmement intéressante ». « Les énormes murs autour de la colonie, qui ont été construits très grands et avec de gros blocs de pierre ... sont aussi quelque chose d'inconnu dans les fouilles de sites préhistoriques dans le sud-est de l'Europe jusqu'à  ce jour," a-t-il déclaré à l'AFP.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Navigationprehistorique5

Navigation préhistorique, les données actuelles

Navigation préhistorique, les données actuelles

 

Navigationprehistorique5

La pirogue monoxyle de Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne), 7190-6450 cal. Avant JC, lors de sa découverte. Longueur (conservée) : 4 m, (estimée) : 5 à 6 m ; largeur : 0,55 m, en pin sylvestre (Pinus sylvestris) (d’après Mordant et al., 2013, fig. 3 A). Une de ses extrémités est dotée d’un replat à surface carbonisée (réceptacle d’un foyer ?). Bulletin de la Société préhistorique française

 

C'est assez peu connu du public en général, mais il existe un bon nombre de données scientifiques et de découvertes, de nos jours, sur une navigation très ancienne, c'est-à-dire au minimum du néolithique. Quand on parle de navigation préhistorique, on y inclut la navigation fluviale, la navigation près des côtes ou banquises et même la navigation en haute mer. Certains chercheurs (voir certains liens en bas) postulent même que l'Homme de Neanderthal, voir Homo Erectus, avaient des connaissances incluant la navigation, je suis assez prudent sur ces raisonnements, mais des découvertes d'outils de pierre très anciens sur des îles non reliées aux continents à ces époques, poussent en effet à ces raisonnements logiques. On ignore aussi en effet comment l'Homme de Florès, par exemple, s'est retrouvé isolé sur une île indonésienne à une lointaine période, d'autant plus que le débat dure toujours sur son origine "Erectus" (provenant donc possiblement d'Asie) ou "Habilis" (ne pouvant provenir que d'Afrique).

J'ai déjà accumulé plusieurs données sur la navigation préhistorique, via des articles et traductions d'études scientifiques ou de presse, vous les trouverez en bas de cette compilation de données, qui ne devrait pas manquer de s'étoffer avec le temps et les découvertes à venir.

C'est aussi l'occasion de s'interroger encore sur les évidentes découvertes très anciennes (par comparaison et certaines études/fouilles locales, notamment par l'archéologue Nuno M. C. Ribeiro sur les îles des Açores. Certaines de ces découvertes les relient indéniablement à ce qu'on trouve tout le long de la façade Atlantique, des îles britanniques au Maroc, mais aussi de l'autre côté, en Amérique du nord, voir plus bas. (voir les données et vidéos ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-acores-debris-de-l-atlantide-le-docu1-et-bonus-1.html ).

Je rappelle aussi les récentes découvertes, dans les îles britanniques, de probables ports et chantiers maritimes, datés pour l'instant d'une époque intermédiaire locale entre le mésolithique et le néolithique, ceci est bien sûr toujours en discussions et il reste encore de nombreuses études à faire (voir les liens en bas). J'ajouterai comme avis personnel que la navigation a probablement été l'une des plus anciennes inventions du genre Homo, dans la mesure où il suffit d'observer la nature pour voir des objets matériels flotter sur les eaux, avec parfois des poissons inaccessibles autour...

J'ajoute deux publications concernant la navigation préhistorique : une liste de liens d'articles scientifiques concernant le sujet, établie par l'IdREF, c'est à dire Identifiants et Référentiels pour l'enseignement supérieur et la recherche : https://www.idref.fr/031563082

Et voici un extrait du long article qui y est consacré, car vous ne pensez tout de même pas que vous n'allez rien lire ici, par http://www.ancientportsantiques.com/wp-content/uploads/Documents/ETUDESarchivees/Navires/Documents/Philippe2018-BAnavigation.pdf

Philippe M. (2018) – Un état des connaissances sur la navigation préhistorique en Europe atlantique, Bulletin de la Société préhistorique française, 115, 3, p. 567-597.

 

Navigationprehistorique1

Fig. 1 – Physiographie de la marge celto-armoricaine (nord-ouest de l’Europe) durant le Dernier Maximum Glaciaire (d’après Toucanne et al., 2008, fig. 1, modifiée). Carte synthétique réalisée à partir de différentes études citées dans l’article : 1, extension de la calotte anglo-irlandaise ; 2, extension australe du fleuve de glace de la mer d’Irlande ; 3, extension des glaciers alpins ; 4, paléo-fleuve Manche ; 5, banc sableux celtique et paléo-vallées fluviales (en bleu) ; A à E, bassins de drainage sous-marins ; 6, système turbiditique celtique ; 7, système turbiditique armoricain. - Bulletin de la Société préhistorique française

 

Résumé : Que ce soit en mer ou dans les eaux intérieures, l’usage des moyens de transport nautiques par les populations préhistoriques ne se laisse pas aisément approcher. On doit en effet composer avec la grande rareté des principaux témoins : les embarcations sur lesquelles se sont effectuées les navigations. Malgré cette limite posée par la documentation, il est possible de préciser certains aspects chronologiques et fonctionnels à partir des sources indirectes qui nous sont accessibles dans l’enregistrement archéologique et en analysant les témoins directs que constituent les rares épaves, équipements et représentations qui nous sont parvenus. Pour ce qui concerne l’Europe atlantique, sur laquelle est centrée cette étude, nous pouvons aussi préciser quelques données concernant le rythme et les contraintes qui s’y appliquaient sans doute en nous appuyant sur la connaissance des milieux dans lesquels évoluaient les embarcations, et auxquels elles étaient fortement soumises en termes d’adaptation de leur système technique. L’analogie diachronique avec l’histoire plus récente de ces moyens de transport peut aussi nous ouvrir quelques pistes quant aux modalités de déplacement plausibles. Si la revue de tous ces faisceaux d’indices ne permet pas de définir la nature exacte de toutes les embarcations alors utilisées, on peut cependant ouvrir et délimiter le champ des possibles. Il inclut une large variété typologique réalisée à partir de perches, de fûts, de planches et de fagots végétaux, parfois revêtus de peaux tendues, composant différents types d’architectures : radeaux, pirogues, bateaux de peaux, bateaux de planches assemblées. À l’exception du dernier type, qui n’apparaît vraisemblablement que vers la fin de la Préhistoire européenne, ces dispositifs ont pu, pour la plupart, naviguer au même moment et parfois sur les mêmes voies d’eaux, mais probablement pas pour les mêmes usages.

L’enregistrement archéologique du vaste domaine des relations de l’homme avec le milieu nautique est assuré par toute une gamme de vestiges mobiliers d’exploitation halieutique (amas coquilliers, nasses, harpons, hameçons) et de vestiges immobiliers (habitats littoraux, systèmes de piégeage d’estran, aménagements portuaires). Ils témoignent d’un investissement précoce des estrans et berges pour l’exploitation de leurs riches ressources naturelles. Cependant, les solutions de navigation qui accompagnaient sans aucun doute cet investissement ont laissé bien peu de traces matérielles. Sur une dizaine de millénaires et plus encore de milliers de kilomètres de côte, de cours d’eau et de lacs, on ne peut identifier que quelques exemples de familles architecturales rassemblant un ensemble de bateaux apparentés par la morphologie, la structure et les organes techniques, ainsi que par une filiation historique (McGrail, 2001 ; Rieth, 2010 et 2016). À l’exception des pirogues monoxyles, chacune de ces familles n’est représentée que par quelques vestiges. De plus, cette connaissance est biaisée, en privilégiant les embarcations récentes et construites en bois, qui se sont mieux conservées que leurs homologues en peaux sur charpente légère s’il en a existé au même moment. Cette rareté est avant tout due à la conservation différentielle. Mais d’autres facteurs agissent en complément : au-delà de la nécessaire conjonction exceptionnelle de conditions favorables pour que des vestiges organiques parviennent jusqu’à nous, les sources ethnologiques et historiques nous enseignent qu’après abandon, les composants de nombreuses embarcations étaient souvent récupérés pour recyclage. Par ailleurs, certaines épaves risquent de ne pas être reconnues en fouille car seules les pirogues monoxyles et les bateaux de planches nous parviennent sous une forme directement identifiable. Les traces à terre sont quant à elles très ténues : les aires d’échouage, qui constituaient vraisemblablement le type de port répandu sur le littoral atlantique durant toute la Préhistoire, ne laissent aucune empreinte matérielle aisément identifiable. En conséquence, il faut en passer essentiellement par des indices indirects pour approcher ce qu’a été l’usage des moyens de transport nautiques par les populations préhistoriques. Cependant, là encore, notre perception est limitée par de nombreux filtres. Ainsi, l’utilisation d’embarcations ne peut se déduire directement du seul fait de l’existence d’une pêche littorale comprenant des espèces pélagiques : sur les sites côtiers mésolithiques de Bretagne et d’Écosse, tous les poissons, crustacés et mollusques recensés dans les amas coquilliers peuvent avoir été prélevés à partir de l’estran (Dupont et al., 2009 ; Bonsall et al., 2013). Il en est de même pour ce qui concerne le domaine des eaux intérieures : la concentration de témoins le long d’un axe nautique relève-t-elle d’un déplacement sur le cours d’eau, ou d’un périple terrestre le long de l’incision fluviatile ? Les indices concernant les navigations maritimes pléistocènes se heurtent, pour leur part, au profond bouleversement eustatique causé par la dernière déglaciation. De rares espaces isostatiques, où l’élévation du niveau de la mer post-glaciaire a été compensée par celle de la masse immergée, offrent des zones de rivage qui remontent au Pléistocène tardif, en Fennoscandinavie et en Amérique du nord (Bjerck et Zangrando, 2016).

Mais le littoral atlantique européen du dernier maximum glaciaire est maintenant sous les eaux, en particulier au nord où le bassin d’écoulement du plus grand fleuve d’Europe : le fleuve Manche, est maintenant couvert par une mer continentale (fig. 1). Ici, des dizaines de milliers de kilomètres de côte et de plaines alluviales sont submergés, depuis le vaste delta du paléo-fleuve qui s’étendait au large entre Bretagne et Cornouaille (Bourillet et al., 2003 ; Toucanne, 2008 ; Toucanne et al., 2008), jusqu’aux grands espaces humides du Doggerland dans le bassin de la mer du Nord (Gaffney et al., 2009). La multiplication récente des recherches sur ces territoires immergés, partout dans le monde, et la preuve apportée par ces travaux de la bonne préservation de certains sites préhistoriques situés à faible profondeur (Bailey, 2013a), constitue un moyen prometteur de contourner cet obstacle, mais n’a pourtant pas encore permis de documenter quelque embarcation que ce soit. Les témoins des premières navigations sont donc à la fois rares et dispersés.

Lire la suite ci-dessous et les liens de données :

Lire la suite

Submerged prehistoric settlement black sea bulgaria copper age

Mer Noire: un site préhistorique submergé plus ancien de 1000 ans

Mer Noire: un site préhistorique submergé plus ancien de 1000 ans

 

Submerged prehistoric settlement black sea bulgaria copper age

Les matériaux archéologiques découverts en 2020 montrent que la colonie préhistorique submergée près de l'embouchure de la rivière Ropotamo dans le sud-est de la Bulgarie a en fait été installée il y a 6000 ans, durant le Chalcolithique. Photo: archéologue Kalin Dimitrov, via Radio Free Europe

 

Découverte par quelques traces dans les années 1970, cette colonie préhistorique submergée par les eaux de la Mer noire, avait été datée de l'âge du bronze, vers 3000 avant notre ère, mais la découverte et fouille d'une plus ancienne couche la repousse à 4000 avant JC, c'est à dire l'âge du cuivre du chalcolithique, donc ce site a maintenant 6000 ans. Cette nouvelle campagne de fouilles menée en septembre 2020 par une équipe archéologique internationale du projet MAP de la mer Noire et notamment l'archéologue Kalin Dimitrov du Centre Sozopol d'archéologie sous-marine, a également révélé que le niveau de la Mer Noire était plus bas de 5 mètres il y a 5000 ans.

Ce site submergé près de l'embouchure de la rivière Ropotamo dans le sud-est de la Bulgariedans le district de Burgas, avait été daté de l'âge du bronze pendant les campagnes 2017 à 2019, mais la campagne de 2020 a révélé une autre Histoire. « Nos découvertes de cette année sont des matériaux de l'âge du cuivre de la colonie qui, à l'époque de son existence, était entièrement située sur la terre - puisqu'ils ont été trouvés dans une couche caractéristique de l'environnement terrestre », a déclaré  l'archéologue Kalin Dimitrov du Centre Sozopol d'archéologie sous-marine à l'édition bulgare de Radio Free Europe.

Les recherches archéologiques jusqu'à présent indiquent que la colonie préhistorique était habitée en permanence. Après son installation pendant le Chalcolithique il y a 6000 ans, elle était toujours habitée à l'âge du bronze. Et au 6ème siècle après JC, pendant l'âge du fer, la période de la Thrace antique et des colonies grecques antiques sur la côte bulgare actuelle de la mer Noire, le site disposait d'un port maritime.

En 2017, dans le cadre du projet MAP de la mer Noire, qui a produit un certain nombre de découvertes sensationnelles à partir des navires coulés dans la zone bulgare de la mer Noire, la recherche sur la colonie préhistorique à l'embouchure du fleuve Ropotamo avait été relancée en raison du fait que le site est très bien conservé et n'a pas été endommagé par les constructions modernes.

« À l' époque, nos recherches entre 2018 et 2020 ont montré que sous la couche du port il y avait des restes de constructions de l' âge du bronze, datant de la transition entre le 4 e et le 3 e millénaire avant notre ère, dès le début de l'âge du bronze sur la côte bulgare [de la mer Noire] », explique Dimitrov, qui a été l'archéologue principal dans l'effort de recherche.

L'expédition sous-marine de septembre 2020 a cependant démontré que la colonie remonte à ca. 4 000 ans avant notre ère, et qu'à l'époque c'était entièrement terrestre, hors d'eau, alors que 1000 ans plus tard, à l'âge du bronze donc, les habitants étaient obligés de vivre dans des nouvelles maisons sur pilotis. L'eau est donc montée très rapidement entre - 4000 et - 3000, et encore bien sûr depuis.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Suisse artefact10500ans 600

Suisse: Découverte d'un artefact artistique de 10500 ans

Suisse: Découverte d'un artefact artistique de 10500 ans

 

Suisse artefact10500ans

C'est à proximité de la ville de Muotathal, dans le canton et district de Schwytz et donc dans la vallée de Muotatal qu'un artefact très rare a été découvert.

Il s'agit d'un objet considéré comme artistique vieux de 10 500 ans, mesurant 8 centimètres de long. C’est une trouvaille d’une extrême rareté, selon les archéologues. L’objet fait de bois de cerf est décoré de sept doubles rangées de fossettes régulières et décalées. Il a été trouvé sous un rocher en surplomb près de Muotathal, a indiqué jeudi 05 novembre 2020 le département schwytzois de la culture.

Les fouilles ont permis de mettre au jour les restes d’un camp de chasse datant du début du mésolithique. Il s’agit d’une découverte très rare d’importance internationale, selon les experts.

 

Suisse muotathakmap

Un seul objet d’art attribué au mésolithique était connu en Suisse avant la découverte schwytzoise, mais il est de 2500 ans plus récent que celui découvert récemment vers Muotathal. Pour le moment, les archéologues ne peuvent que spéculer sur sa fonction (YH : il ne correspond pas à un éventuel calendrier lunaire spéculé sur un autre objet préhistorique). Quelques très rares trouvailles du même genre ont été faites en France, en Pologne, en Allemagne et au Danemark.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Roquepertuse piliers

Cultes et sacrifices humains en Europe

Cultes et sacrifices humains en Europe

 

Roquepertuse piliers

Le portique de Roquepertuse, (vers aix en Provence), Musée Borély, Marseille, IIIe siècle Av. JC

 

Lorsque l'on fait une recherches de données concernant les sacrifices humains sur internet et les médias, on tombe invariablement en tête des données sur les sacrifices humains pratiqués par les anciennes civilisations précolombiennes des Amériques centrales et du sud. Ceci étant tempéré par le fait également prouvé que certaines de ces cultures ont préféré utiliser des figurines pour sacrifier aux dieux et qu'il n'est pas non plus prouvé que cette pratique ait été constante et le fait de tous les rois et élites religieuses sur la longueur temporelle. Mais il y a un fait tout aussi certain, c'est que les choses ont été "pires" à ce niveau parmi les cultures protohistoriques en Europe, du bassin méditerranéen, et en Asie (d'où proviennent d'ailleurs logiquement les pratiques perpétuées par les amérindiens des Amériques, puisqu'ils en venaient).

En effet, de nombreuses découvertes et études nous prouvent indéniablement que le sacrifice humain et par exemple le culte des têtes coupées, était très répandu en Eurasie et le bassin méditerranée, de la fin du néolithique jusqu'à l'Antiquité et même le Haut-Moyen-Age. Les pratiques des Gaulois par exemple, au sujet du culte des têtes coupées sont de plus en plus documentées, mais également au niveau des Ibériques par exemple. L'Europe ayant fait l'objet de plusieurs migrations préhistoriques et historiques, les origines de ce type de culte aux dieux sont assez mal définies, la probabilité étant que ses origines proviennent de l'Est (Caucase, Asie Mineure, Inde), origine de toutes ces migrations.

Une récente étude par exemple, semble prouver que 500 mots gaulois sont semblables au langage dravidien, une vaste culture provenant de la région Inde-Pakistan, qui a migré vers les Balkans et la Mer Noire (y répandant entre autres des symboles de paix comme la swastika, à priori de façon pacifique, influence et symboles que l'on retrouve jusqu'à l'ouest de l'Europe, semblant possiblement indiquer les origines des Gaulois et Celtes (ces derniers ayant intégré auparavant le dravidien). Une étude encore actualisée en ce moment, dans laquelle certaines de mes recherches et compilations de données ont d'ailleurs été intégrées :

Nos ancetres les gaulois les slaves et Dravidiensnos-ancetres-les-gaulois-les-slaves-et-l.pdf (1.14 Mo)

 

Des anciens textes connus nous parlent de ces pratiques de sacrifices humains et cultes liés, les exemples ne manquent pas : la page de ce site recense 26 citations antiques nous parlant de ces pratiques sacrificielleshttp://www.arbre-celtique.com/approfondissements/druidisme/inventaire-txt/sacrifices-hum.php

Les recherches et études ne sont pas toutes récentes (voir plus bas pour des études récentes), puisque cette publication scientifique datée de 1903 en parle déjà :

REMARQUES SUR LA PLUS ANCIENNE RELIGION GAULOISE (Suite) 1

Rites

Sacrifices humains et suicides. — Le plus célèbre (2) des rites gaulois, et en réalité le plus banal de tous, fut celui des sacrifices humains «pour apaiser les dieux» 3. Les textes le mentionnent dès l'année 277 4 chez les Galates (Celtes) de Grèce et d'Asie, et nous le retrouverons peu à peu chez toutes les hordes de la race (nous sommes en 1903 - la notion de race a toujours cour).
De toutes les variétés du sacrifice humain 5, nous ne connaissons, dans les temps anciens, que ce qu'on peut appeler le sacrifice de guerre pour la nation tout entière 6.

1. Voyez Revue des Études anciennes, les trois derniers fascicules de 190a, I. IV, p. 101-114, 217-234 et 71-286.
2. C'est le gros reproche que leur fait Cicerón, Pro Fonteio, X, ai ; mais il ne faut pas oublier que le Pro Fonteio est un plaidoyer contre les Gaulois.
3. Cicerón : Si quando aliquo meta adducti deos placandos esse arbitrantur... Deos immortales arbitrentur hominum scelere et sanguine facillime posse pl acari. — Cf. Lucain, I, 444-5 : Inmitis placatur sanguine diro Teutates; César, VI, 16, 3: Nisi non posse deorum immortaliam numen plac ari arbitrantur (remarquez la ressemblance qui existe entre le texte de César et celui de Cicerón). — Jusqu'à preuve du contraire,
on peut penser que ces victimes humaines étaient destinées seulement aux plus grands dieux, " aux dieux communs " de la nation (cf. Revue, 1903, p., 220); chez les Germains, Tacite ne parle que de sacrifices à Mercure (Germanie, IX), ou à des dieux fédéraux (XXXIX).
4. Justin, XXVI, 2. On remarquera avec quel soin la tradition du Brennos de l'Allia, que j'ai toujours soupçonnée d'avoir été retouchée par un Gaulois, écarte tout sacrifice sanglant des détails de cette geste.
5. Sacrifice « pour la santé » d'un homme (César, VI, iG, 2); sacrifice « judiciaire » de condamnés (VI, 16, 5; Diodore, V, 3a); sacrifice « d'expiation » pour sacrilège (VI, 17, 5; Strabon, IV, 4, 6); etc.
6. Für das Volk, comme dit Grimm (p. 36), traduisant le coeso publiée de Tacite,Germanie, XXXIX.

Ce sacrifice lui-même se présente sous deux formes et à deux moments différents. — Avant la bataille 1, si les présages sont trop menaçants, les Gaulois égorgent jusqu'à leurs femmes et leurs enfants, « pour racheter leur vie et la victoire 2, » ce qui n'exclut pas, sans doute, d'autres victimes humaines d'importance moins grande. C'est ce que firent les Galates avant leur grand combat contre Antigone, en 277. Le sacrifice de ces vies était donc à la fois un rachat d'autres vies que les dieux paraissaient désirer, et un achat de la victoire. — Après la bataille, s'ils sont vainqueurs, ils sacrifient leurs prisonniers, comme récompense de l'appui que les dieux leur ont accordé 3.
Si les Gaulois sont vaincus, il arrive assez fréquemment qu'ils égorgent les blessés et s'égorgent eux-mêmes : « affaissé jusqu'à la mort, » dit Diodore du vaincu de Delphes, « Brennos rassembla ses hommes, et, s'entretenant avec eux, il leur conseilla de le tuer, lui et les blessés; » conseil qui fut suivi en ce sens que Brennos s'égorgea et que son successeur fit mourir les blessés et les éclopés, au nombre, dit-on, de vingt mille 4. Je ne doute pas que ce formidable égorgement et que ce suicide du chef n'aient été parfois une manière de sacrifice.

 

Les celtes sacrificeshumains

Dessin B. Lambat - Site JF Bradu
 

1. Cf. chez les Sicambres (Florus, II, 80, a4) : Viginti centarionibus in crucem actis hoc velut sacramento sumpserunt bellum. C'est pour cela que les supplices ordonnés par Vercingétorix avant la campagne de 5a (César, VII, 4 et 5) doivent être regardés comme des sacrifices.
2. Le caractère religieux de ce massacre est indiqué par Justin (XXVI, a), c'est-à dire, ne l'oublions pas, par le Gaulois Trogue. Pompée : Extis cum magna caedes interitusque omnium praediceretur, non in timorem, sed in furorem versi, sperantesque deorum minas expiari caede suorum posse, conjages et liberos trucidant... Itaque quasi scelere vitam victoriamque redemissent... Cf. César, VI, 16, 3 : Pro vita hominis nisi hominis vita redditur. — Comme sacrifices de victimes semblables, c'est-à-dire choisies, en cas de grand péril, dans la parenté môme, voyez celui de Mésa le Moabite (II Rois, III, 27); celui de Hakon en Norvège (Golther, p. 55a). Celui de Jephté (Juges, XI) est un sacrifice après voeu, ce qui n'est pas la même chose. Tylor (Histoire de la Civilisation, trad, fr., t. II, p. 5 12 et 519) croit que « les plus frappants
de ces exemples » de victimes prises dans la parenté « se rencontrent chez les peuples sémitiques »; mais je ne suis pas sûr qu'il n'y ait pas là une illusion de tradition, et que les Sémites aient été plus enclins que d'autres à ce genre de sacrifices. — Voyez, à propos de ces passages, les théories nouvelles de MM. Hubert et Mauss sur le sacrifice (Année sociologique, t. II, 1897-8, notamment p. i34).
3. Nous verrons plus loin les différentes catégories de ces sacrifices après la guerre.
4. Diodore, XXII, 9; Pausanias, X, a3, G. — De même chez les Bretons, vaincus par Agricola, constabat saevisse quosdam in ron juges ae Uheros, tanquam misererentur (Tacite, Agricola, XXXVIII).

L'échec était une preuve que les victimes d'avant le combat n'avaient point été agréées par les dieux 1, ou que la lutte avait été entachée par une faute religieuse qu'il fallait expier 2. La certitude de la défaite, du désarmement et de l'esclavage était souvent, chez les Gaulois, le signal du suicide collectif, consommé dans une sorte de délire sacré 3.
Le suicide, même en temps de paix, fut un acte si commun chez les Gaulois qu'il est bien difficile de ne pas voir en lui une variété du sacrifice, soit spontané, soit plutôt provoqué par la conviction que les dieux l'exigeaient.

 

1. Les premières victimes n'ayant pas plu à Odin, Éric le Suédois lui promet, en échange de la victoire, sa propre mort ou son suicide au bout de dix ans (Golther, p. 55a). Comparez la devotio de Décius en 340 (Tite-Live, Vili, g): les victimes ne sont qu'à moitié favorables; le premier engagement est un échec, alors Décius « se dévoue ».
2. Les Grecs paraissent bien avoir attribué au suicide de Brennos un motif religieux, « la volonté d'un dieu » outragé, mais, il est vrai, d'un dieu grec. Valère-Maxime, I, i, g : Apollinis tempïum ingressus, dei volúntate in se manus vertit; Pausanias, X, a3, ia : Τή ot'tôoï πλέον. Cf., note 3, le suicide des Sénons, regardé comme une δίκη. — II est possible, cependant, qu'il y ait eu souvent un motif plus humain à ce suicide ou à cet égorgement. Je remarque que Brennos et Cichorios firent mourir les blessés avant de εϊς οικεία έπανελθεΐν (Diodore, XXII, 9), et que les Sénons s'entre-égorgèrent ούκ ε'χοντες £τι πατρίδας ες δς διαφύγωσι (Appien, Celtica, XI) : la mort fut donc peut-être pour eux soit un moyen de revivre, mais libres et en armes, dans le séjour des morts, soit de revenir simplement chez eux par voie de migration dans d'autres corps, comme ces nègres esclaves qui se suicidaient pour renaître dans leur propre pays (Tylor, II, p. 6).
3. J'emprunte ces expressions à Appien, Celtica, XI, parlant du suicide des Sénons en 283 : Τστερον δε Σένονες ουκ έχοντες 'έτι πατρίδας ες ας διαφΰγωσι, συνέπεσον ες χείρας υπό τόλμης τω Δομετίω, κα\ ήττώμενοι σφδς αυτούς ύ π 'οργής διεχρώντο μα-νικώς, et Appien ajoute: Κα\ δίκη μεν ήδε παρανομίας. Le récit est répété dans les mêmes termes Samnitica, VI. — En 225, en Cisalpine, Άνηρόεστος εί'ς τίνα τόπον συμφυγών μετ' ολίγων προσήνεγκε τας χείρας αυτω κα\ τοις αναγκαίο ις (Polybe, II, 3 1). — Les Galates en 189 (Florus, I, 37 — II, 11,6): Alligati miraculo quidam fuere, cum catenas morsibus et ore temp tassent, cum offocandas invicem fauces praebuissent. — Les Gaulois (ou Ligures) des Alpos, en 118 (Orose, V, i4, 5) : Cum se... bello impares fore intellegerent, occisis conjugibus ac liberis, in flammas sese projecerunt ; qui vero... capti fuerant, alii ferro, alii suspendió, alii abnegato cibo, sese consumpserunt. — Des Celtibères en 195 se suicident, parce qu'on leur enlève leurs armes, nullam vitam rati sine armis esse (Tite-Live, XXXIV, 17). — Silius Italiens dit à peu près de même des Cántabros (III, 329-331) : Nec vitam sine Marte pati. Il s'agit, dans ce cas, du suicide des vieillards, contraint ou spontané (cf. Schrader, p. 36). — Voyez ce que dit Nicolas de Damas des Ombriens, apud Stobée, VII, 3g. — Suicide collectif des Numantins en 133: Rhoecogene duce... in ultimara rabiem furoremque conversi (Florus, I, 34 = 11, 58, 15; Appien, Hispánica, XCVI). — Suicide des Vénètes, en 56: Dion Cassius, XXXIX, A3 (détail qui ne se trouve pas chez César). — Suicide de Cantabres au temps d'Auguste (Florus, II, 33, 50; Strabon, III, 4, 17)· — Suicide de Sacrovir et de ses compagnons en 21 ap. J.-C. (Tacite, Annales, III, 46): Illic sua manu, reliqui mutuis ictibus occidere : incensa super villa omnes cremavit.

Suicides individuels de Gaulois :
César, I, 4, 4?; VI, 3i, 5; Hirtius, Vili, 44, a; Plutarque, Virtutes mulierum, XX; Amatorius, XXII; Tacite, Annales, III, 4a*, etc. — Strabon fait justement remarquer (III, 4, 17), a propos du suicide des Cantabres, que cela n'est point le propre d'une race : Κοινά δέ χα\ ταΰτα προς τα Κελτικά εΌνη χα\ τα θράκια κα\ Σκυθικά.

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Swastika kardzhali

Bulgarie : Des tombes de 8000 ans, une possible écriture

Bulgarie : Des tombes de 8000 ans, des swastikas péhistoriques, une possible écriture

 

Swastika kardzhali

 

DES INHUMATIONS NÉOLITHIQUES ÉTRANGES DE 8000 ANS DÉCOUVERTES DANS LA CAPITALE BULGARE

 

Un total de quatre sépultures néolithiques d'il y a près de 8000 ans, qui sont à la fois particulières et les plus anciennes tombes à avoir même été découvertes dans la vallée de Sofia, ont été découvertes par des archéologues dans la colonie néolithique de Slatina, dans ce qui est aujourd'hui un quartier résidentiel densément peuplé de la capitale bulgare.

La colonie néolithique de Slatina, vieille de 8000 ans, située dans le quartier Slatina de Sofia, est l'une des premières grandes colonies de la civilisation européenne, la civilisation préhistorique qui a émergé au néolithique sur le territoire de la Bulgarie actuelle et de certaines parties des pays voisins tels que la Roumanie et la Serbie, dans les Balkans et la vallée du bas Danube et près de la mer Noire.

Cette civilisation préhistorique du néolithique et chalcolithique, qui avait le plus ancien or du monde, la plus vieille ville d'Europe, et apparemment quelques-unes des premières formes d'écriture préalphabétiques, est appelé certains chercheurs comme la « vieille Europe ». Elle existait avant les célèbres civilisations de La Crète minoenne, la Grèce mycénienne, l'Égypte ancienne et la Mésopotamie antique par des milliers d'années.

Les découvertes très intrigantes de la colonie néolithique de Slatina à Sofia faites ces dernières années comprennent d'énormes maisons néolithiques d'il y a 8000 ans, et un artefact préhistorique très intrigant, une croix gammée (swastika) en forme de grenouille, en néphrite, la troisième du genre à avoir été découverte en Bulgarie. (voir en deuxième partie de cet article).

 

Slatina neolithic settlement sofia bulgaria 8000 year old graves prehistory 6

L'une des sépultures les plus étranges jamais trouvées dans la colonie néolithique de Slatina dans la capitale bulgare Sofia est la tombe nouvellement découverte d'un homme qu'un de ses bras a laissé sous son corps. YH : encore une fois dans cette région, les membres ont l'air d'être très grands. Photo: Académie bulgare des sciences

 

Au total, quatre sépultures préhistoriques datant de près de 8000 ans ont été découvertes dans la colonie néolithique de Slatina lors des fouilles archéologiques de 2020, a annoncé l'Académie bulgare des sciences.

La colonie néolithique de Slatina a été fouillée depuis les années 1980 par l'archéologue Prof. Vasil Nikolov, vice-président de l'Académie bulgare des sciences, qui a même reçu un prix spécial de la ville de Sofia précisément pour cette recherche.

« Avec les deux tombes que nous avons trouvées [dans la colonie néolithique de Slatina] l'année dernière, ces quatre tombes récemment découvertes sont les plus anciennes tombes humaines connues du territoire de Sofia et de la vallée de Sofia », a déclaré Nikolov. « Pour la toute première fois, nous avons rencontré des trouvailles extrêmement rares du complexe rituel [de la colonie] », ajoute-t-il.

 

Slatina neolithic settlement sofia bulgaria 8000 year old graves prehistory 7

Les sépultures néolithiques récemment retrouvées, concernent un enfant, une femme et deux hommes. Photo: Académie bulgare des sciences

 

Slatina neolithic settlement sofia bulgaria 8000 year old graves prehistory 4

Les quatre sépultures néolithiques récemment découvertes en 2020 et les deux sépultures découvertes en 2019 sont les plus anciennes sépultures humaines jamais découvertes dans la vallée de Sofia, datant de près de 8000 ans. Photo: Académie bulgare des sciences

 

Nikolov souligne que la colonie néolithique de Slatina est un « phénomène culturel » qui peut être interprété comme l'un des lieux qui a donné le début de la civilisation humaine en Europe.

La colonie néolithique de Slatina elle-même a existé pendant environ 500 ans, de la fin du 7 e millénaire avant JC environ jusqu'au milieu du 6 e millénaire avant JC.

« La datation des tombes nouvellement découvertes les amènent au début du 6 e millénaire avant notre ère, et on sait très peu sur les rituels religieux de cette période, » dit le professeur de l'Académie bulgare des sciences.

Bien que lors des saisons précédentes, l'équipe archéologique ait mis au jour de vastes demeures préhistoriques, les habitations probablement associées aux tombes découvertes cette année semblent avoir été détruites.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Grece grottetheopetra7

Grèce : rapport sur la grotte occupée de Theopetra

Grèce : rapport sur la grotte de Theopetra occupée entre 130000 ans et 4000 ans BP

 

Grece grottetheopetra7

Un nouveau rapport, écrit par l'archéologue Dr. Catherine Kyparissi-Apostolika, chef honoraire de l'Éphorat de la paléoanthropologie et de la spéléographie du ministère grec de la Culture et des Sports grec éclaire l'ère néolithique en Grèce.

La grotte Theopetra en Thessalie, en Grèce centrale, s'est formée au début de la période du Crétacé supérieur, 137 000 000 - 65 000 000 ans avant le présent. La grotte, qui a été créée dans le calcaire, y est habitée depuis la période du Paléolithique moyen, et de nouvelles découvertes donnent un nouvel aperçu de la vie de ces premiers peuples.

Selon les archéologues, la grotte est probablement le lieu de l'une des plus anciennes constructions humaines sur Terre, car les découvertes indiquent que l'abri était habité il y a 130 000 ans, tout d'abord par les Néandertaliens. (YH : voir ci-dessous).

Les fouilles de Theopetra ont commencé en 1987 sous la direction de l'archéologue Dr. Catherine Kyparissi-Apostolika.

Les découvertes faites depuis lors incluent des outils en pierre des périodes paléolithique, mésolithique et néolithique, ainsi que des objets en poterie néolithique, en os et en coquille. Les découvertes sont des preuves importantes de la transition du mode de vie du Paléolithique au néolithique en Grèce.

 

Grece grottetheopetra1Crédit: Tolis-3kala / Wikimedia Commons

 

Les dernières découvertes montrent qu'environ 43 personnes vivaient dans la grotte Theopetra pendant l' ère néolithique. Les experts ont même pu confirmer qu'ils mangeaient du blé, de l'orge, des olives, des légumineuses et de la viande dans leur alimentation.

Les dernières données présentées par le Dr Kyparissi-Apostolika montrent que la grotte a servi de refuge aux gens pendant des milliers d'années, et il est très probable qu'il y ait eu des périodes où ils l'ont quittée, en fonction des conditions météorologiques du moment, puisque le climat a changé à plusieurs reprises au cours de ces milliers d'années.

Ces dernières années, la grotte a également servi d'abri pour la population locale en temps de guerre, et aussi à d'autres moments pour des enclos pour animaux.

Selon le Dr Kyparissi-Apostolika, des sépultures humaines sont également trouvées sur le site, il ne fait donc aucun doute qu'il y avait des habitants dans cette grotte. Deux sépultures correspondent à la période post-glaciaire du Paléolithique supérieur, une datant de 14 990 à 14 060 av. tandis que trois autres sépultures correspondent à la période mésolithique, et ont été datées entre 7 000 et 7 500 avant JC.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Ancienthunters0

Pologne : Non ils n'ont pas fuit le froid il y a 27500 ans

Pologne : Non, ils n'ont pas fuit le froid il y a 27500 ans, ni il y a 20000 ans

 

Ancienthunters0

Contrairement aux affirmations de beaucoup de spécialistes (sans aucune preuve concrète d'ailleurs, mais juste une logique moderne), les hommes de l'âge de pierre ou tout au moins une partie, n'ont pas obligatoirement fuit les grands froids de l'âge de glace... et la glace ne les dérangeaient pas non plus au point imaginé par les scientifiques. L'impossibilité de traverser les glaces couvrant le nord de l'Amérique par exemple (sauf par un éventuel couloir dénué de glaces) à leur entrée via la Béringie pourrait bien n'être pas si réaliste que ça...

Les anciens chasseurs sont restés dans la partie la plus froide de l'Europe du Nord plutôt que de migrer pour échapper aux conditions hivernales glaciales, ont découvert les archéologues de l'Université d'Exeter.

Des preuves provenant d'os de renards arctiques montrent que des communautés vivant il y a environ 27 500 ans tuaient de petites proies dans les plaines inhospitalières de l'Europe du Nord pendant les mois d'hiver de la dernière période glaciaire.

Les chercheurs n'ont trouvé aucune trace d'habitations, suggérant que les gens ne restaient que peu de temps ou vivaient dans des tentes dans la zone fouillée, Kraków Spadzista, dans le sud de la Pologne, l'un des plus grands sites du Paléolithique supérieur d'Europe centraleJusqu'à présent, il n'était pas clair si les gens se retiraient ailleurs chaque hiver pour éviter le froid intense.

 

Redfoxdispla

Le renard roux de l'arctique n'a pas disparu de nos jours... pour l'instant malheureusement...

 

Le Dr Alexander Pryor, de l'Université d'Exeter, qui a dirigé l'étude, a déclaré: " Nos recherches montrent que les climats froids et rigoureux de l'hiver de la dernière période glaciaire ne constituaient pas un obstacle à l'activité humaine dans la région. Les chasseurs ont fait des choix très précis quant à l'endroit et quand tuer leur proie. "

Il y a environ 27 500 ans, les habitants de Cracovie Spadzista ont tué et massacré un grand nombre de mammouths laineux et de renards arctiques sur le site. Pour la première fois, l'équipe de recherche a pu reconstituer les détails de la façon dont les renards se déplaçaient dans le paysage avant leur mort, et également à quelle période de l'année ils sont morts, en analysant la chimie interne et les structures de croissance de l'émail dentaire et les racines.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Linear a fractions

Progrès sur le décryptage de l'écriture Linaire A Minoen

Progrès sur le décryptage de l'écriture Linaire A Minoen

 

Linear a fractions

 

Une nouvelle recherche met en lumière les signes de fraction du script linéaire A minoen encore non déchiffré.

 

Le Linéaire A Minoen est encore un script non déchiffré, principalement utilisé sur l'île de Crète de 1700 à 1400 avant notre ère. Une nouvelle étude publiée dans le Journal of Archaeological Science met en lumière l'une des caractéristiques les plus énigmatiques du linéaire A - les valeurs mathématiques précises de son système de fractions numériques (telles que 1/2, 1/4, 1/8 ).

Le Linéaire A est une écriture logo-syllabique utilisée à des fins administratives sur la Crète de l'âge du bronze. Avec le Hiéroglyphe Crétois, c'est l'un des deux systèmes d'écriture créés par la civilisation minoenne.

Sur son modèle, les Mycéniens ont créé plus tard le script linéaire B pour enregistrer leur dialecte du grec ancien.

Aujourd'hui, le corpus linéaire A comprend plus de 7 400 signes sur 1 527 inscriptions (découvertes), dont 90% sont des documents d'argile à caractère administratif, tels que des tablettes, des disques et des nodules.

En ce qui concerne les notations numériques, le linéaire A utilise un système décimal, avec des signes représentant quatre grandeurs: les unités sont écrites avec des traits verticaux, des dizaines avec des traits horizontaux ou des points, des centaines avec des cercles et des milliers avec des cercles entourés de traits.

Le système est cumulatif et additif, et les nombres sont écrits de gauche à droite avec les puissances dans l'ordre décroissant: ainsi, par exemple, 6 352 serait écrit avec six signes '1000', trois '100', cinq '10' et deux '1'.

Le Linéaire A comprend également un ensemble de 17 signes qui représentent des fractions. Ils sont transcrits en majuscules: A, B, D, E, F, H, J, K, L, L2, L3, L4, L6, W, X, Y et Ω.

Pour faire la lumière sur les valeurs de ces fractions, le professeur Silvia Ferrara de l'Université de Bologne et ses collègues se sont concentrés sur un ensemble spécifique de documents linéaires A datant de la période minoenne tardive I (vers 1600-1450 avant notre ère) :

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Vue du dolmen d oberbipp

Suisse : Les génomes néolithiques indiquent des sociétés anciennes parallèles

Les génomes néolithiques de la Suisse moderne indiquent des sociétés anciennes parallèles

 

Vue aerienne du dolmen d oberbipp

Vue aérienne du Dolmen d'Oberbipp en Suisse, pendant la fouille.

 

La recherche génétique à travers l'Europe montre des preuves de changements drastiques de population vers la fin du néolithique, comme le montre l'arrivée d'ascendance liée aux pasteurs de la steppe pontique-caspienne (Kurgans). Mais le moment de ce changement et le processus d'arrivée et de mélange de ces peuples, en particulier en Europe centrale, sont peu connus. Dans une nouvelle étude publiée dans Nature Communications, les chercheurs ont analysé 96 génomes anciens, offrant de nouvelles perspectives sur l'ascendance des Européens modernes.

Avec des établissements néolithiques trouvés partout, depuis les rives des lacs et les environnements de tourbières jusqu'aux vallées alpines intérieures et aux cols de haute montagne, le riche dossier archéologique de la Suisse en fait un lieu privilégié pour les études de l'histoire de la population en Europe centrale. Vers la fin de la période néolithique, l'émergence de découvertes archéologiques provenant de groupes culturels du complexe d'artefacts en cordes (CWC) coïncide avec l'arrivée de nouvelles composantes d'ascendance de la steppe pontique-caspienne, mais exactement quand ces nouveaux peuples sont arrivés et comment ils se sont mélangés avec les indigènes Européens restent flous.

Pour le savoir, une équipe internationale dirigée par des chercheurs de l'Université de Tübingen, de l'Université de Berne et de l'Institut Max Planck pour la science de l'histoire humaine (MPI-SHH) a séquencé les génomes de 96 individus de 13 sites néolithiques et du début de l'âge du bronze. en Suisse, dans le sud de l'Allemagne et dans la région Alsace de la France.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Venus of piatra neamt 17000y fundatia mircea titus romanescu

Roumanie : controverses sur la statue Vénus de 17000 ans

Roumanie : controverses sur la statue Vénus de 17000 ans

 

Venus of piatra neamt 17000y fundatia mircea titus romanescu

La découverte d'une statue de Vénus vieille de 17 000 ans en Roumanie suscite la controverse.

La découverte présumée d'une figurine de Vénus de 17 000 ans dans un site archéologique près de Piatra Neamt, dans le nord-est de la Roumanie, a suscité la controverse après que des journalistes du tabloïd local Libertatea ont rapporté que la figurine avait été trouvée par deux amateurs, et non par des archéologues professionnels. Des questions sur son authenticité.

L'équipe d'archéologues qui était en charge du site a mis en scène la découverte et fait des photos suggérant qu'ils étaient sur place au moment de la découverte de la figurine, visant ainsi à rendre la découverte plus crédible.

Les circonstances dans lesquelles la statue a été trouvée, l'impossibilité de dater le matériau à partir duquel la statue est fabriquée, son état presque parfait et le style qui ne correspond pas à la période où elle aurait été créée pointent plutôt vers un faux que vers un découverte authentique, selon des spécialistes interrogés par Libertatea.

 

Venus of piatra neamt 17000y fundatia mircea titus romanescu3Musée de l'évolution humaine et de la technologie du paléolithique, Roumanie

 

La découverte de la figurine de Vénus a eu lieu le 21 juin 2019, et a été annoncée officiellement dans un communiqué de presse le 11 décembre 2019. La découverte a été annoncée par le Musée de l'évolution humaine et de la technologie au Paléolithique de Targoviste, dont l'équipe d'archéologues , coordonné par les professeurs Marin Carciumaru et Elena Nitu, était en charge du site Piatra Neamt.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Danuvius baviere 2

Allemagne : découverte de fossiles d'une espèce inconnue de grands singes

Allemagne : découverte de fossiles d'une espèce inconnue de grands singes

 

Danuvius baviere 2

 

Ce sont les restes d'au moins quatre grands singes d'une espèce inconnue qui ont été découverts dans le sud-est de l'Allemagne, région de l'Allgäu en Bavière. Anciens de 11,62 millions d'années, les ossements ont permis de réunir 21 ossements du squelette partiel le plus complet d'un singe Danuvius male et de procéder à sa première étude, qui révèle plusieurs surprises.

La paléontologue Madelaine Böhme de l'Université de Tübingen a déclaré que l'anatomie de cette espèce, baptisée Danuvius guggenmosi, indique un style de locomotion jusqu'alors inconnu qui pourrait offrir des indices sur l'évolution de la marche bipède. Pratiquement pour la première fois parmi les fossiles de ces périodes, des os complets de membre sont préservés, ce qui fournit la preuve d'une forme nouvellement identifiée de comportement de position - le "grimpement de membre étendu" ("extended limb clambering").

 

Danuvius baviere1

Os de la main d'un spécimen masculin d'un nouveau singe Danuvius. L'étrange créature avait de longs bras, ce qui laisse penser qu'elle pouvait se balancer dans les arbres, mais ses mains ne possédaient pas des os solides, que possèdent habituellement les promeneurs sur articulations. (Crédit image: Christoph Jäckle)

 

Ce mâle devait peser entre 37 et 68 livres (17 et 31 kilogrammes) et avait des jambes ressemblant à celles des humains, mais avec des orteils et doigts saisissants et des bras allongés ressemblant à ceux des singes, qui lui auraient permis de se déplacer facilement à travers les cimes des arbres ppur échapper aux prédateurs félins par exemple. Mais ses mains et doigts n'étaient pas aussi robustes que ceux des chimpanzés, des bonobos et des gorilles, qui utilisent leurs doigts pour marcher également. En fait, la créature a peut-être également utilisé une locomotion étrange jamais vue jusqu'à présent, expliquant comment les ancêtres des humains ont pu évoluer pour marcher sur deux jambes, révèle cette nouvelle étude.

Un trait essentiel qui distingue les humains de nos plus proches parents vivants - les grands singes modernes, y compris les chimpanzés, les bonobos, les gorilles et les orangs - outans, est la façon dont nous nous tenons debout et marchons debout. Cette posture bipède a finalement permis de libérer nos mains pour utiliser des outils, aidant ainsi l’humanité à se répandre sur la planète. 

En revanche, les grands singes modernes possèdent des bras allongés qu'ils utilisent lors des mouvements. Par exemple, les chimpanzés, les bonobos et les gorilles pratiquent la marche sur les articulations, tandis que les orangs-outans marchent avec le poing sur le sol et que tous les grands singes modernes possèdent des traits anatomiques qui leur permettent de se balancer de branche en branche en utilisant uniquement leurs bras - une méthode de locomotion appelée brachiation.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Hommemodernevsneanderthal

Néandertalien utilisait du goudron pour coller le bois aux pierres

Néandertalien utilisait du goudron de bouleau pour coller le bois aux pierres

 

Hommemodernevsneanderthal

 

Un outil de noyau de silex partiellement recouvert de goudron de bouleau ajoute aux évidences sur une pensée complexe de Neandertal.

Une équipe de chercheurs affiliés à plusieurs institutions néerlandaises a mis au jour un petit outil de découpe de Néandertal utilisant du goudron de bouleau. Dans son article publié dans Actes de la National Academy of Sciences, le groupe décrit l'outil et ce qu'il révèle sur la technologie de Neanderthal, beaucoup plus élaborée que supposée il y a peu de temps...

 

Hommemodernevsneanderthal

Comparaison entre un crâne d'Homme Moderne (à gauche) et d'un crâne de néandertalien.

 

Des travaux antérieurs avaient déjà mis au jour des preuves montrant que les Néandertaliens utilisaient du goudron de bouleau pour fabriquer divers types d'outils, dont la plupart impliquaient le transfert de pierres taillées à des manches en bois. Cette nouvelle découverte le confirme, puisque les chercheurs ont trouvé un outil sans poignée: un morceau de silex conçu pour être tranchant d'un côté et recouvert de goudron de bouleau de l'autre.
L'ajout de goudron de bouleau permettrait à l'utilisateur de tenir l'outil confortablement et de mettre beaucoup de pression dessus sans se couper la main. Les chercheurs notent que la création et l'utilisation de goudron de bouleau nécessitent un certain degré de réflexion complexe. L'opération en plusieurs étapes commence par la collecte du bois et sa combustion de manière à extraire le goudron. Le goudron ressemblant à de la gomme peut être utilisé pour lier des objets car il devient dur lors du refroidissement à la température ambiante.

 

Adhesifsneandertal

Carte de l’Eurasie occidentale avec les emplacements de recherche de produits chimiques et chimiques.
Adhésifs MP identifiés et datés par spectrométrie. On note l'utilisation du goudron de bouleau, du goudron de pin et de bitume pétrolifère, datés de 191 000 ans à 40 000 ans... (PNAS.org)

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Grece apidima1 homosapiens

Le plus ancien homme moderne trouvé hors d'Afrique : 210000 ans

Le plus ancien homme moderne trouvé hors d'Afrique : 210 000 ans ?

 

Grece apidima1 homosapiensApidima 1 (présenté ici dans une reconstruction) présente toutes les caractéristiques d'un crâne humain moderne. Crédit: KATERINA HARVATI, EBERHARD KARLS UNI TÜB

 

Les chercheurs ont trouvé le premier exemple (plus ancien à ce jour) de notre espèce (l'homme moderne) en dehors de l'Afrique.

Un crâne découvert en Grèce a été daté d'il y a 210 000 ans, à une époque où l'Europe était occupée par les Néandertaliens.

Cette découverte sensationnelle ajoute aux preuves d'une migration antérieure de personnes en provenance d'Afrique (YH : difficile à savoir en fait : ces nomades pouvant provenir de n'importe où, et peuvent même être nés sur place, vu le faible nombre d'années d'espérance de vie !, ou encore retourner vers l'Afrique, ou ailleurs...) qui n'a laissé aucune trace dans l'ADN des personnes vivantes aujourd'hui.

Les résultats sont publiés dans la revue scientifique Nature.

" Il est environ cinq fois plus vieux que n'importe quelle autre preuve d'hommes modernes en Europe (YH : 47000 à 45000 ans jusqu'à présent). Et évidemment, il est plus vieux que Misliya d'Israël (un fossile humain moderne datant de 150 000 ans). La forme de l'arrière du crâne est très moderne. et c'est potentiellement le plus ancien fossile qui montre ce regard moderne à l'arrière du crâne ", a déclaré le professeur Chris Stringer, du Natural History Museum de Londres.

Voir la suite ci-dessous :

Lire la suite

Chypre1

Chypre : Découverte d'un impressionnant bâtiment d'environ 7000 ans

Chypre : Découverte d'un impressionnant bâtiment d'environ 7000 ans

 

Chypre2

Photo: Département des antiquités de Chypre

 

Le département chypriote des antiquités du ministère des Transports, des Communications et des Travaux publics vient d'annoncer l'achèvement de la mission archéologique 2019 de l'Université Aristote de Thessalonique (AUTH) dans les montagnes du Troodos. L'équipe, sous la direction du professeur Nikos Efstratiou, était composée d'étudiants de premier cycle et de troisième cycle de la section d'archéologie du département d'histoire et d'archéologie de l'AUTH et du chercheur chypriote Demetris Kyriakou.

Cette année, le site d’Agios Ioannis / Vretsia-Upper Rhoudias, situé dans la partie supérieure de la terrasse de la rivière Xeros dans une zone de hautes terres du district de Pafos (altitude: 460 m), découvert au cours de la saison de fouilles 2018, a été fouillé. Les fouilles de 2019 ont dévoilé un impressionnant bâtiment circulaire qui appartient chronologiquement à la « phase de Choirokoitian » (environ 6400 - 5600 av. J.-C.). Le bâtiment en pierre a un diamètre d'au moins 5 mètres et est extrêmement bien construit (constitué de deux lignes de pierres). Il est conservé dans un très bon état. D'autres structures plus petites ont également été révélées en association avec le bâtiment plus grand, ainsi qu'une zone réservée aux ordures. Les découvertes de l'excavation comprennent un grand nombre d'outils en pierre concassée, des outils en pierre brute et en pierre broyée, voir ci-dessous :

Lire la suite