Sciences-Faits-Histoires

génétique

  • Indonésie: une nouvelle lignée humaine repérée

    Indonésie: une nouvelle lignée humaine repérée

     

    Oldest genome from wal

    La grotte de Leang Panninge sur la péninsule sud de Sulawesi, en Indonésie. Crédit : Projet de recherche Leang Panninge

     

    Étude : Une femme indonésienne préhistorique appartenait à une lignée humaine éteinte

    Enterrée dans une position fléchie avec de gros rochers, elle était génétiquement la plus proche des Australiens et des Papous indigènes - mais sa lignée était inconnue et semble avoir été perdue. 

    Une adolescente qui a vécu il y a 7 300 ans en Indonésie appartenait à une lignée inconnue d'humains modernes, qui s'est apparemment éteinte, a révélé mercredi 25 août 2021 une analyse publiée dans Nature.

    L'histoire humaine est une histoire de migrations mystérieuses et de branches déconcertantes. Les ancêtres des Papous d'aujourd'hui et les ancêtres des Australiens indigènes se sont séparés il y a environ 37 000 ans. Cette fille trouvée dans la grotte de Leang Panninge à Sulawesi était, génétiquement, également liée aux deux, selon l'analyse.

    En fait, son génome, le plus ancien d'un humain moderne de la région de Wallacea - les îles situées entre l'ouest de l'Indonésie et la Papouasie-Nouvelle-Guinée - indique une relation humaine ancienne jusqu'alors inconnue. Les chercheurs ont pu isoler suffisamment de matériel génétique du crâne d'un individu enterré il y a plus de 7 000 ans sur l'île indonésienne de Sulawesi. Il appartenait à une société de chasseurs-cueilleurs et a été enterré sur le site aujourd'hui appelé Leang Panninge ('Cave aux chauves-souris'). Une grande partie du code génétique correspondait à celui des Papouasie-Nouvelle-Guinée et des Aborigènes d'Australie d'aujourd'hui. Pourtant, des portions du génome ne correspondaient pas à ces groupes. Cela apporte de nouvelles surprises sur l'évolution de l'homme moderne.

     

    Fig1 sulawesi et wallacea

    Fig. 1 : Emplacement du site d'étude. a , Sulawesi et Wallacea. Le rectangle rouge indique la région indiquée en b . b , Leang Panninge. La ligne pointillée indique la distribution du site toaléen.

     

    L'étude internationale a été réalisée grâce à une étroite collaboration avec plusieurs chercheurs et institutions indonésiennes. Il était dirigé par le professeur Johannes Krause des instituts Max Planck d'anthropologie évolutive de Leipzig et de la science de l'histoire humaine à Iéna, le professeur Cosimo Posth du Senckenberg Center for Human Evolution and Palaeoenvironment de l'Université de Tübingen, et le professeur Adam Brumm de l'Université Griffith, Australie. L'étude a été publiée dans la dernière édition de Nature.

    Les îles Wallacées ont formé des tremplins dans la propagation des premiers humains modernes de l'Eurasie à l'Océanie, il y a probablement plus de 50 000 ansLes découvertes archéologiques montrent que les ancêtres de notre espèce vivaient à Wallacea il y a 47 000 ans. Pourtant, peu de squelettes humains ont été retrouvés. L'une des découvertes archéologiques les plus distinctives de cette région est le complexe technologique toaléen, daté d'une période beaucoup plus récente, il y a entre 8 000 et 1 500 ans. Parmi les objets fabriqués par les peuples de la culture toaléenne se trouvent les pointes de flèches en pierre caractéristiques connues sous le nom de pointes de Maros. La culture toaléenne n'a été trouvée que dans une zone relativement petite de la péninsule méridionale de Sulawesi. " Nous avons pu attribuer l'enterrement de Leang Panninge à cette culture ", explique Adam Brumm. "

    Selina Carlhoff, candidate au doctorat à l'Institut Max Planck pour la science de l'histoire humaine et auteur principal de l'étude, a isolé l'ADN de l'os pétreux du crâne. " C'était un défi majeur, car les vestiges avaient été fortement dégradés par le climat tropical ", dit-elle. L'analyse a montré que l'individu de Leang Panninge était apparenté aux premiers humains modernes à se propager en Océanie depuis l'Eurasie il y a environ 50 000 ansComme le génome des habitants indigènes de Nouvelle-Guinée et d'Australie, le génome de l'individu de Leang Panninge contenait des traces d'ADN de Denisovan. Les Dénisoviens sont un groupe éteint d'humains archaïques connus principalement grâce à des découvertes en Sibérie et au Tibet. " Le fait que leurs gènes se trouvent chez les chasseurs-cueilleurs de Leang Panninge soutient notre hypothèse antérieure selon laquelle les Dénisoviens occupaient une bien plus grande zone géographique ", explique Johannes Krause.

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Néandertalien: Art rupestre espagnol confirmé, groupes sanguins

    Néandertalien: Art rupestre espagnol confirmé

    + groupes sanguins examinés par la génétique

     

    Grottecuevaardales espagne

    Cette combinaison d'images obtenues le 29 juillet 2021 montre une vue générale et un gros plan d'une tour de stalagmite partiellement colorée dans la grotte espagnole d'Ardales, dans le sud de l'Espagne.

     

    Deux nouvelles études nous parlent des néandertaliens et confirment l'importance de notre cousin dans l'histoire humaine, d'autant plus qu'il est encore présent dans notre génome et y joue un rôle génétique pour une grande partie de l'humanité.

     

    Une étude confirme que l'art rupestre espagnol ancien a été créé par les Néandertaliens

     

    Les Néandertaliens, longtemps perçus comme étant simples et brutaux, ont vraiment peint des stalagmites dans une grotte espagnole il y a plus de 60 000 ans, selon une pré-publication du lundi 02 août 2021 d'une étude qui sera publiée dans les PNAS le 17 août 2021 : Le rôle symbolique du monde souterrain chez les Néandertaliens du Paléolithique moyen, PNAS (2021). DOI : 10.1073/pnas.2021495118

    La question avait secoué la communauté paléoarchéologique depuis la publication d'un article de 2018 attribuant le pigment ocre rouge trouvé sur le dôme stalagmitique de la Cueva de Ardales à notre espèce "cousine" éteinte. La datation a suggéré que l'art avait au moins 64 800 ans, réalisé à une époque où les humains modernes n'habitaient pas le continent.

    Mais la découverte était controversée, et  "un article scientifique disait que ces pigments étaient peut-être une chose naturelle", un résultat du flux d'oxyde de fer, a déclaré à l'AFP Francesco d'Errico, co-auteur d'un nouvel article dans la revue PNAS.

     

    Neanderthal homosapiens

    Comparaison entre un crâne d'Homo Sapiens (Homme Moderne à gauche) et un crâne de Homo Neanderthalensis (Homme de Néandertal à droite) - la moyenne du volume cervical des néandertaliens était plus élevée que la moyenne du volume cervical de l'homme moderne.

     

    Cette nouvelle analyse a révélé que la composition et le placement des pigments n'étaient pas conformes aux processus naturels. Au lieu de cela, les pigments ont été appliqués par éclaboussures et soufflage. De plus, leur texture ne correspondait pas aux échantillons naturels prélevés dans les grottes, suggérant que les pigments provenaient d'une source externe.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Asie et Moyen-Orient: Deux nouvelles espèces humaines ?

    Asie et Moyen-Orient: Deux nouvelles espèces humaines ?

     

    Chine nouvelle espece3

    Vue d'artiste du Dragon Man dans son environnement. Crédit Chuang Zhao 

     

    Le même jour, deux publications, l'une chinoise et l'autre israélienne, revendiquent l'existence de deux nouvelles espèces apparentées au genre Homo (Nesher Ramla Homo et Homo longi). Et compte tenu des datations de ces fossiles, ces deux possibles nouveaux homininés auraient parfaitement pu rencontrer non seulement les néandertaliens mais aussi nos ascendants directs, Homo Sapiens sans parler de Dénisovien pour l'asiatique. Mieux, l'homininé asiatique serait même en fait notre plus proche cousin, raflant ce statut à néandertalien.

    Pour rappel, certaines études génétiques ont affirmé qu'il manquait au moins l'ADN d'un homininé inconnu dans le génome de l'homme moderne, mais aussi des néandertaliens et denisoviens, il n'est donc pas impossible que l'un ou même les deux de ces nouvelles espèces fortement envisagées se soient aussi croisées avec nos propres ancêtres (l'être humain a en effet un certain pourcentage de son ADN actuel attribuable selon les régions à néandertalien et dénisovien:

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-analyses-genetiques-des-neandertaliens-et-des-denisoviens-revelent-une-autre-espece-inconnue.html

     

    Autre rappel, la génétique nous affirme depuis longtemps que Homo Sapiens (nous) et Néandertalien s'étaient tous deux séparés d'un unique ancêtre commun, avec une date qui recule au fil du temps (estimée à il y a environ 400 000 ans, puis 800 000 ans, l'estimation est maintenant de 1 million d'années.


    Commençons par parler des études israéliennes, plus proche de l'Europe, qui sont toutes deux parues le 25 juin 2021 dans Science et qui s'appuient également sur d'autres publications :

    Des fouilles dans un gouffre israélien ont dévoilé un groupe d'hominidés de l'âge de pierre jusqu'alors inconnu qui a contribué à l'évolution du genre humain (Homo). Les habitants d'un site appelé Nesher Ramla, qui vivaient il y a environ 140 000 à 120 000 ans, rejoignent les Néandertaliens et les Dénisoviens en tant que troisième population homo eurasienne qui s'est culturellement mêlée et peut-être croisée avec l'ancien Homo sapiens (amenant à l'homme moderne), selon les chercheurs, qui l'ont provisoirement nommé Nesher Ramla Homo.

    De plus, les fossiles d'hominidés précédemment trouvés dans trois grottes israéliennesqui datent d'il y a environ 420 000 ans, appartiennent probablement aussi à l'ancienne population représentée par les découvertes de Nesher Ramla, selon une équipe internationale dirigée par le paléoanthropologue Israel Hershkovitz.

    « Nesher Ramla Homo était l'un des derniers survivants d'un ancien groupe [d'hominidés] qui a contribué à l'évolution des populations de Néandertaliens européens et d'Homo d'Asie de l'Est », explique Hershkovitz. (YH : cette nouvelle espèce, pour l'instant, aurait donc vécu de 420 000 ans à 120 000 ans environlocalement).

    Les travaux de Nesher Ramla ont mis au jour cinq morceaux d'une boîte crânienne et une mâchoire inférieure presque complète contenant une dent molaire. Ces fossiles ressemblent à certains égards aux Néandertaliens et à d'autres hominidés rappellant certains fossiles souvent classés à tord ou à raison comme Homo heidelbergensis, une espèce pré-néandertalienne qui aurait occupé des parties de l'Afrique, de l'Europe et peut-être de l'Asie de l'Est depuis environ 700 000 ans ( SN : 15/5/19 ).

     

    Israel fossiles nouvelle espece

    Des parties d'une mâchoire (à gauche) et d'une boîte crânienne (à droite), trouvées sur le site israélien de Nesher Ramla, représentent une ancienne population d'hominidés qui a contribué à l'évolution des Néandertaliens européens et peut-être d'anciens groupes Homo en Asie de l'Est, selon les chercheurs. AVI LEVIN ET ILAN THEILER/FACULTÉ DE MÉDECINE SACKLER/TEL AVIV UNIV.

     

    Dans les sédiments fossilifères, l'équipe de Hershkovitz a déterré environ 6 000 artefacts en pierre et plusieurs milliers d'os de gazelles, de chevaux, de tortues et d'autres animaux. Certains de ces os contenaient des marques d'outils en pierre faites lors de l'enlèvement de la viande.

    Des combinaisons de traits sur certains fossiles d'Hominidés chinois, y compris une mâchoire d'enfant datant peut-être de plus de 200 000 ans (YH : et ayant une croissance des dents identique à celle de l'homme moderne !), ressemblent à l'apparence des nouveaux fossiles israéliens, dit Hershkovitz ( SN: 1/16/19 ). Les anciens groupes Homo ayant des racines à Nesher Ramla ont peut-être atteint l'Asie de l'Est et se sont peut-être mariés avec certains groupes qui y vivent déjà, spécule-t-il.

    Mais Nesher Ramla Homo n'a pas eu à aller jusqu'en Asie de l'Est pour interagir avec d'autres groupes d'hominidés. Les outils en pierre trouvés avec les fossiles de Nesher Ramla Homo correspondent à des outils d'âge comparable fabriqués à partir de morceaux de roche préparés par H. sapiens à proximité ( SN: 1/25/18). Nesher Ramla Homo et H. sapiens doivent avoir échangé des connaissances sur la fabrication d'outils en pierre, et peut-être se sont mélangés, dit HershkovitzLes tentatives d'extraction de l'ADN des fossiles de Nesher Ramla, qui révéleraient si des croisements ont eu lieu, ont échoué.

    Il est intrigant que des outils en pierre généralement associés à H. sapiens aient été trouvés avec des fossiles aussi distinctifs, explique le paléoanthropologue John Hawks de l'Université du Wisconsin-Madison, qui n'a pas participé à la nouvelle recherche. " Ce n'est pas un flingue qui prouve qu'il y a eu des interactions étroites entre Nesher Ramla Homo et Homo sapiens, mais c'est très suggestif." YH : et il est bien sûr impossible de connaître les contributions de Néandertalien à l'Homo Sapiens et inversement (ainsi que celles de Denisovien et autres d'ailleurs)

     

    Israel nouvelle espece2

    Les outils en pierre fabriqués par une ancienne population Homo au Moyen-Orient (illustrés) ressemblent à ceux fabriqués à la même époque par les Homo sapiens voisins, suggérant que les deux groupes avaient des contacts étroits.TAL ROGOVSKI

     

    Les preuves de Nesher Ramla correspondent à un scénario dans lequel le genre Homo a évolué en tant que populations et espèces étroitement liées du Pléistocène moyen, y compris les Néandertaliens, les Denisoviens et H. sapiensDes groupes basés dans des régions méridionales habitables se sont déplacés dans une grande partie de l'Europe et de l'Asie pendant des étendues relativement chaudes et humides, écrit la paléoanthropologue Marta Mirazón Lahr de l'Université de Cambridge dans un commentaire publié avec les nouvelles études. Ces anciens groupes se sont croisés, se sont fragmentés, se sont éteints ou se sont recombinés avec d'autres groupes Homo en cours de route, produisant une variété d'apparences squelettiques observées dans les fossiles d' Homo européens et est-asiatiques, suggère Lahr.

    Le mélange génétique et culturel des groupes d'Homo eurasiens au cours de la période du Pléistocène moyen – qui s'étendait d'environ 789 000 à 130 000 ans – s'est produit trop fréquemment pour permettre l'évolution d'une espèce distincte dans ce cas, selon l'équipe.

    Ces fossiles compliquent encore l'arbre généalogique humain, qui est devenu plus complexe ces dernières années avec des ajouts tels que H. naledi d'Afrique du Sud et le H. luzonensis proposé aux Philippines ( SN : 9/10/15 ; SN : 4/10 /19 ). YH : Sans oublier que plusieurs autres fossiles, comme cette machoire pêchée du côté de Taïwan en 2015 ou d'autres en Asie, posent également le même type de question.

    « C’est un hominidé plus archaïque que Néandertal, mais c’est le premier hominidé découvert qui utilise un type d’outil de pierre utilisé par Sapiens », explique l’une des coauteures de l’étude publiée jeudi dans la revue Science, Marion Prévost, de l’Université hébraïque de Jérusalem. Cela ouvre la porte à la possibilité que les néandertaliens, qui ont vécu en Europe jusqu’à il y a 40 000 ans (YH : Non, tout indique qu'on trouve encore néandertalien il y a 29 000 ans et peut-être moins dans le sud de l'Europe), aient appris d’autres techniques de taille de la pierre de l’homme de Nesher Ramla plutôt que de Sapiens. « Il est possible que Nesher Ramla ait migré vers l’Europe et engendré le néandertalien », dit Mme Prévost.

    Le type d’outil jusqu’à maintenant propre à Sapiens, qui a aussi été découvert sur le site israélien, s’appelle une coupe de pierre « levallois centripète ».

    Un autre outil trouvé sur le site a attiré l’attention des paléontologues. « C’est un outil qu’on ne retrouve nulle part ailleurs au Levant, qui a deux types de coupes le long du manche, pour servir à la fois de couteau et de racloir, dit Mme Prévost. On retrouve ce type d’outil ailleurs dans le monde. Il s’agit probablement d’une évolution technologique indépendante. » Ce type d’outil est plus ancien que ceux qu’utilisaient Homo sapiens.

     

    Israel site nouvelle espece

    Le site de Nesher Ramla - PHOTO FOURNIE PAR YOSSI ZAIDNER

     

    Le site a été découvert en 2010 lors du creusage d’une carrière, et des fouilles de sauvetage ont été faites jusqu’en 2012. Les paléontologues font leurs analyses depuis. « Nous avons 80 000 outils de pierre à examiner, alors nous n’avons pas fini », dit Mme PrévostL’homme de Nesher Ramla présente quelques similitudes avec un autre hominidé archaïque retrouvé en Israël dans la caverne de Qesem, découverte en 2000, qui n’a jamais été formellement identifié. Il pourrait aussi présenter des similitudes avec des individus d’autres sites mis au jour dans la péninsule arabique, selon Mme Prévost.

     

    Voir les sources en bas de l'article.

     

    Lire la suite ci-dessous pour la nouvelle espèce revendiquée en Chine :

    Lire la suite

  • Une vaste étude confirme la singularité génétique basque

    Une vaste étude confirme la singularité génétique basque

     

    Basque genetique1

     Crédit André Flores-Bello (EL PAÍS) Représentation de la structure génétique dans le territoire basque historique, où le vert représente l'ascendance basque, et le bleu et le rouge, le mélange avec les communautés voisines.

     

    La plus grande étude jamais réalisée sur près de 2 000 échantillons d'ADN réalisée par des chercheurs de l'université Pompeu Fabra (UPF) de Barcelone a confirmé la "singularité génétique" des Basques en Europe. L'enquête, cependant, a révélé que cette différence n'a commencé à émerger qu'il y a 2 500 ans, à l'âge du fer. " Nos analyses confirment que les Basques ont été influencés par les grandes vagues migratoires en Europe jusqu'à l'âge du fer, selon un schéma similaire à celui de leurs populations environnantes ", expliquent les auteurs dans l'étude publiée dans la revue Current Biology.

    Disons tout de suite que l'histoire de la génétique basque est jonchée de résultats contradictoires. L'un des co-auteurs de la nouvelle étude, Jaume Bertranpetit, avait déjà mené des recherches en 2010 qui étaient parvenues à la conclusion inverse : que les Basques ne présentaient pas une unicité génétique. " Sans aucun doute, nos précédents travaux n'étaient pas corrects ", reconnaît Bertranpetit. Son groupe avait utilisé des techniques d'analyse génétique qui ont maintenant été dépassées par les nouvelles technologies (YH : qui seront à leur tour dépassées tôt ou tard).

    L' origine des Basques fascine la communauté scientifique depuis le XIXe siècle. L'anthropologue français Paul Broca s'est faufilé dans un cimetière basque une nuit de 1862 pour voler des crânes qu'il voulait étudier pour leurs supposées différences génétiques. Juan José Ibarretxe, premier ministre du gouvernement régional basque jusqu'en 2009, a proclamé que le peuple basque « existe depuis 7 000 ans » pour promouvoir sa vision d'un État basque indépendant. Et le président de l'époque du Parti nationaliste basque (PNV), Xabier Arzalluz, a affirmé en 2000 que les Basques étaient « les plus anciens habitants d'Europe », avec « leurs propres racines » depuis la préhistoire.

    Bien que les différences génétiques basques soient notables, l'étude montre que c'est le résultat de siècles d'isolement et de consanguinité potentiellement causés par des dialectes basques uniques qui n'ont aucun croisement avec d'autres langues européennes, ni même avec aucune autre langue vivante aujourd'hui. YH : notons aussi tout de suite que plusieurs linguistes ne semblent pas d'accord avec ce postulat, ni même d'ailleurs d'accord avec les origines et datations de certaines migrations, voir ci-dessous.

    Leur langue limitait leur interaction avec les autres communautés , qui ne pouvaient pas les comprendre. " Nos analyses soutiennent l'idée que l'unicité génétique des Basques ne peut pas être attribuée à une origine différente par rapport aux autres populations ibériques, mais plutôt à un flux de gènes externes réduit et irrégulier depuis l'âge du fer ", indique l'étude. Cela signifie que « les Basques ne sont pas des Martiens », plaisante David Comas, auteur principal de l'étude et professeur d'anthropologie biologique au Département des sciences expérimentales et de la santé (DCEXS) de l'UPF.

    Il y a environ 7 000 ans, des groupes génétiquement très proches des agriculteurs et éleveurs néolithiques d'Anatolie sont arrivés dans la péninsule ibérique. Leur mélange avec les populations indigènes a laissé des groupes dont l'ascendance était à 80 % néolithique et 20 % mésolithique local, selon le généticien basque Íñigo Olalde, dont l'équipe de l'université Harvard a reconstitué l' histoire génomique de la péninsule ibérique en 2019.

    Par la suite, il y a environ 4 500 ans, les nomades qui ont quitté les steppes de la Russie actuelle ont commencé à arriver dans la péninsule ibérique, remixant les gènes de la population dans un équilibre de 40% d'ascendance étrangère et 60% de ce qui s'y trouvait déjà. C'est le substrat génétique commun à tous les peuples de la péninsule ibérique, y compris les Basques.

    Cette étude récente, alliant la linguistique et la génétique ne semble pas dire la même chose au niveau des datations et origines réelles de certaines migrations en Europe de l'ouest et y est aussi cité d'autres études, comme celle-ci: "Une étude canadienne, The Homo Neanderthalis and the Dravidians : A Common Origin and Relation to Harappan Civilisation and Vedas, estime que les Dravidiens, Sumériens, Egyptiens, Etrusques, Celtes et Basques avaient une même origine, avaient conservé des gènes néanderthaliens - en particulier les Basques - présentaient une même déficience du métabolisme du cholestérol à l’origine d’autres déficiences génétiques, parlaient et écrivaient une langue commune akkado-dravidienne et avaient adopté un modèle semblable de société matriarcale basé sur le culte de la Déesse-mère." : 

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-odyssee-des-gaulois-et-slaves-de-l-inde-a-l-europe.html

     

    Cartemigrations geonographicproject1

    La carte ci-dessus, réalisée dans le cadre d’un projet géno-géographique de National Geographic financé par IBM, résume bien ces migrations et le rôle majeur que l’Inde a joué dans la diffusion d’une civilisation venue d’Afrique de l’Est tant vers l’Asie du Sud-Est que vers les steppes d’Asie centrale, l’Europe et l’Afrique du Nord. (Source : Genographic Project web site. http://www-03.ibm.com/press/us/en/photo/35881.wss )

     

    Alors que d'autres linguistes affirment que le Basque est considéré comme l'une des 4 langues en provenance directe de... l'Oural, dans le Caucase Russe. Ce qui d'ailleurs n'est pas gênant en soit puisque l'Oural est aussi considéré comme étant un lieu de passage des mêmes migrations provenant d'Asie Centrale, avec donc un endroit où les gênes et les langues se sont mélangés...

     

    Olalde affirme que les Basques sont génétiquement différents du reste de la péninsule ibérique – mais pas si différents. « Il y a des décennies, on disait que les Basques étaient la continuation des chasseurs-cueilleurs, puis on a vu que c'était un mensonge total. Ensuite, on a dit qu'ils étaient une continuation du peuple néolithique qui est venu plus tard et cela s'est également avéré faux », explique-t-il.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Angleterre: Les bateaux agés de 4000 ans de Ferriby

    Angleterre: Les bateaux agés de 4000 ans de Ferriby

     

    Bateauxferriby 1963 tedwright3

    https://www.penn.museum/sites/expedition/the-bronze-age-boats-of-north-ferriby-yorkshire/

     

    Retour donc sur la navigation préhistorique et protohistorique, pour accompagner le changement de consensus en cours au sujet de l'ancienneté de la navigation (humaine et préhumaine) grâce aux découvertes et aux études scientifiques liées. Je vais parler donc aujourd'hui des bateaux de Ferriby, dont les dernières datations (calibrées C14 en 2001) font remonter le plus ancien à plus de 2000 ans avant JC. Et on ne parle pas ici de pirogues préhistoriques mais bien de bateaux en bois cousus.

    Les plus anciens bateaux d'Europe construits en planches de l'âge du bronze ont été trouvés près des estuaires britanniques et des voies maritimes. Ces lieux de découverte montrent qu'ils faisaient du commerce et échangeaient des marchandises et pouvaient également prendre la mer. L'ambre et le métal étaient échangés depuis la mer du Nord et le canal (la Manche) où les marchandises de prestige allaient, les idées suivaient. Les constructeurs de bateaux étaient des techniciens, des marins et ils étaient des pionniers, des explorateurs. Autant le dire tout de suite : les navires cousus identiques semblent avoir existé aussi en Méditerranée, faisant de cette technique une sorte d'héritage mondial, mais que le plus ancien découvert est plus récent que ceux d'Angleterre. Les plus anciens étant probablement les asiatiques (inuits et sibériens) et aussi probablement à l'origine de l'héritage mondial concernant la navigation de l'homme moderne, via le nord de l'Europe notamment. A priori, le plus ancien bateau cousu de Méditerranée, découvert à Zambratija en 2014, date du 7e siècle av. J.-C seulement. On constate aussi que les techniques sont inchangées pendant de nombreux siècles à leur sujet, alors que d'autres techniques apparaissent en parallèle. 

    D'une façon certaine et archéologique, les premiers bateaux de l'homme moderne datent du néolithique, des pirogues monoxyles, mais d'autres types de bateaux (de type skiff) ont été conçus également. Il semblerait aussi que des radeaux s'appuyant sur des outres ou des amphores, inspirés pour le transport de ces dernières ou non, émergent au Moyen-Orient : en Mésopotamie, en Égypte ou en Crète selon l'interprétation que l'on fait de certaines gravures. On a par exemple retrouvé à Noyen-sur-Seine en France une pirogue monoxyle, fabriquée dans un tronc de pin sylvestre et conservée sur une longueur de plus de 4 mètres, datée du mésolithique (-7000 av. J.-C.), et actuellement visible au musée de Nemours. Deux autres pirogues, disposées côte-à-côte et en excellent état, ont également été découvertes en amont de Paris, à Nandy en France, et sont datées de 7245-6710 av. J.-C. pour la plus ancienne, 7040-6620 av. J.-C. pour l'autre, ce qui en ferait a priori les plus vieux bateaux découverts sur le plan mondial. Archives: Un bateau en roseau vieux de 7 000 ans a été découvert au Koweït. En fait, le plus ancien bateau jamais découvert, le canoë Pesse, a été trouvé aux Pays-Bas, c’est une pirogue faite à partir de tronc d’arbre évidé de Pin sylvestre (Pinus sylvestris) qui a été construit entre 8200 et 7600 av. J.-C. (entre 10200 et 9600 ans avant maintenant donc) Ce canoë est exposé au Drents Museum à Assen, aux Pays-Bas. Notons que la découverte récente d'un chantier naval daté du mésolithique, en Angleterre également, apporte également une grande pièce archéologique à la navigation préhistorique précoce, y compris maritime.

    Les bateaux de Ferriby sont datés eux du début de l'âge du bronze et ont été découverts en 1937 sur la rive nord de l'Humber, à proximité de North Ferriby dans l'East Yorkshire en Angleterre. Des planches furent remarquées dans l'estran de l'Humber en 1937 par Edward et Ted Wright, des fouilles eurent lieu à partir de 1938 effectuées par Philip Corder, mettant au jour entre 1939 et 1940 les vestiges du premier bateau, Ferriby-1. En novembre 1940 fut mise au jour la planche-quille du deuxième bateau, Ferriby-2, par les frères Wright, jusqu'à ce que la guerre oblige l'arrêt des fouilles.

     

    Bateauxferriby 1963 tedwright4

    Edward Wright, Les Ferriby Boats: Seacraft of the Bronze Age. 1990, Routledge, Londres.

     

    À la fin de la guerre, en 1946, les fouilles sont reprises et les restes des barques (Ferriby-1 et Ferriby-2) sont alors découpés pour être amenés au musée national de la Marine à Greenwich, où elles sont datées de l'Âge du Bronze. En 1963, Ted Wright découvre les restes d'un troisième bateau, Ferriby-3, qui sont retirés et amenés au musée de Hull. En 1984 et 1989, sont découverts quelques rares restes de deux autres bateaux, Ferriby-4 et Ferriby-5.

    Lors d'une nouvelle datation effectuée en mars 2001, ces restes furent alors proclamés comme étant les plus anciennes barques assemblées d'Europe.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Génétique: une nouvelle migration ancienne en Europe inconnue

    Génétique: une nouvelle migration ancienne en Europe inconnue

     

    L'analyse du génome révèle une ancienne migration humaine inconnue en Europe

     

    Grotte bacho kiro bulgarie 45000ans

     

    Le séquençage génétique de restes humains datant de 45 000 ans a révélé une migration jusque-là inconnue en Europe et a montré que le mélange avec les Néandertaliens au cours de cette période était plus courant qu'on ne le pensait auparavant.

    La recherche est basée sur l'analyse de plusieurs restes humains anciens - y compris une dent entière et des fragments d'os - trouvés dans une grotte en Bulgarie l'année dernière.

    Le séquençage génétique a révélé que les restes provenaient d'individus qui étaient plus étroitement liés aux populations actuelles d'Asie de l'Est et des Amériques qu'aux populations d'Europe.

    " Cela indique qu'ils appartenaient à une migration humaine moderne en Europe qui n'était pas connue auparavant par les archives génétiques ", indique la recherche, publiée mercredi dans la revue Nature .

    Il " fournit également la preuve qu'il y avait au moins une certaine continuité entre les premiers humains modernes en Europe et plus tard les gens en Eurasie ", a ajouté l'étude.

    Les résultats " ont changé notre compréhension antérieure des premières migrations humaines en Europe ", a déclaré Mateja Hajdinjak, chercheur associé à l'Institut allemand Max Planck d'anthropologie évolutive qui a aidé à diriger la recherche.

    " Cela a montré comment même la toute première histoire des Européens modernes en Europe a pu être tumultueuse et impliquer des remplacements de population ", a-t-elle déclaré à l'AFP.

     

    Grotte bacho kiro bulgarie 45000ans1

    Le secteur Niche 1 (à gauche) et le secteur Main (à droite) lors des fouilles de la grotte Bacho Kiro, Bulgarie, en 2016. La zone de ciment au premier plan a été excavée auparavant dans les années 1970. De nouvelles fouilles ont repris là où ces fouilles s'étaient arrêtées. Crédits: MPI-EVA / Nikolay Zaheriev

     

    Une possibilité soulevée par les résultats est " une dispersion de groupes humains qui seront ensuite remplacés (par d'autres groupes) plus tard en Eurasie occidentale, mais continueront à vivre et à contribuer à l'ascendance des gens en Eurasie orientale ", a-t-elle ajouté. YH: autrement dit, les premiers arrivés en Europe de l'Ouest n'y sont pas restés en majorité mais ont voyagé vers l'Asie, et leurs descendants sont ensuite revenus en partie d'Asie, et ces derniers ont remplacé leurs ancêtres locaux.

    Les restes ont été découverts l'année dernière dans la grotte Bacho Kiro en Bulgarie et ont été salués à l'époque comme preuve que les humains vivaient aux côtés des Néandertaliens en Europe beaucoup plus tôt qu'on ne le pensait.

    L'analyse génétique a également révélé que les humains modernes en Europe à cette époque se mélangeaient davantage avec les Néandertaliens qu'on ne le supposait auparavant.

    Tous les « individus des cavernes de Bacho Kiro ont des ancêtres néandertaliens cinq à sept générations avant de vivre, ce qui suggère que le mélange (hybridation) entre ces premiers humains en Europe et les néandertaliens était commun », a déclaré Hajdinjak.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Génétique: Ascendance australasienne Au Brésil et Pérou

    Génétique: Ascendance australasienne Au Brésil et Pérou

     

     

    Paracas peru 1024

    Paracas National Reserve, along the Peruvian coast. (Vasil Daskalov/Getty Images)

     

    C'était déjà fortement soupçonné depuis les premières études datées de 2015, mais c'est maintenant confirmé, l'ADN australasien Ypikuéra est encore aujourd'hui plus largement répandu en Amérique du Sud que pensé jusqu'à présent. Il pourrait même faire partie à l'origine des tout premiers chasseurs-cueilleurs ayant conquis les Amériques du Nord au Sud, bien qu'il n'y en ait plus du tout de trace en Amérique du Nord et Centrale, ce qui constitue d'ailleurs le principal problème en ce qui concerne ce dernier point des conclusions de cette publication. La présence de l'ADN Ypikuéra seulement en Amérique du Sud est bien toujours un véritable casse-tête pour les scientifiques, malgré les tentatives d'explications de cette étude, comme le dit David Meltzer, archéologue à la Southern Methodist University et co-auteur de l'étude de 2015 identifiant le signal Y, qui dit que cette explication a du sensPourtant, ajoute-t-il, trouver une ascendance australasienne dans d'anciens vestiges côtiers renforcerait sa confiance dans les conclusions des auteurs. Il est également possible que des groupes d'ascendance Y aient vécu en Amérique du Nord et en Amérique centrale, mais se sont éteints au lendemain de la colonisation européenne. « Le signal de la population Y est un casse-tête », dit Meltzer, « mais c'est une pièce intéressante à y ajouter.» Il s'agit d'une publication assez conservatrice car ne prenant pas en compte certaines découvertes récentes, comme celle-ci, mais se limitant toujours à la théorie béringienne d'un peu plus de 15 000 ans, pourtant déjà bien malmenée et ne considérant pas la probabilité de plusieurs méthodes et dates de migrations, mais qu'une seule : le voyage à pied.

    Le signal Y est l’une des caractéristiques précédemment identifiées de l’influence australasienne en Amérique du Sud, ce que l’on appelle le signal de la « population Ypikuéra » (signal Y) – une variante génétique jusqu’à présent observée uniquement dans les populations amazoniennes actuelles. Cependant, ce signal a maintenant été observé en dehors de l’Amazonie mais aussi ailleurs en Amérique du Sud, avec une analyse génomique comprenant 383 individus d’un certain nombre de groupes indigènes révélant que le signal Y existe non seulement dans les groupes amazoniens – mais aussi chez les indigènes des peuples de Chotuna (vivant près de la côte pacifique du Pérou), Guaraní Kaiowá (centre-ouest du Brésil) et Xavánte (près du centre du Brésil). Ces peuples autochtones anciens et modernes d'Amazonie partageaient des signatures génétiques spécifiques - connues donc sous le nom de Ypikuéra, ou signal Y - avec des groupes autochtones modernes en Asie du Sud, en Australie et Mélanésie, un groupe d'îles en Océanie. 

    Cette connexion génétique a pris de nombreux scientifiques au dépourvu, et elle reste « l'un des événements les plus intrigants et les plus mal compris de l'histoire humaine », ont écrit les chercheurs dans la nouvelle étude.

    Pour approfondir l'étude du signal Y, une équipe de scientifiques du Brésil et d'Espagne a plongé dans un vaste ensemble de données contenant les données génétiques de 383 peuples autochtones de différentes régions d'Amérique du Sud. L'équipe a appliqué des méthodes statistiques pour tester si l'une des populations amérindiennes avait une similitude génétique «excessive» avec un groupe qu'elle appelait les Australasiens, ou les peuples autochtones d'Australie, de Mélanésie, de Nouvelle-Guinée et des îles Andaman dans l'océan Indien.

    En d'autres termes, l'équipe évaluait si « une population amérindienne donnée partageait significativement plus de variantes génétiques avec les Australasiens que les autres amérindiens », ont déclaré Hünemeier et Araújo Castro e Silva. Les groupes sud-américains qui avaient plus de similitudes génétiques avec les Australasiens ont été interprétés par les nouveaux chercheurs comme étant les descendants des premiers ancêtres américains et australasiens, qui se sont mélangés il y a au moins 15000 ans (YH : plus vraisemblablement il y a + de 20 000 ans en fait selon l'interprétation)

    La théorie béringienne a un peu évolué au fil du temps, puisque les scientifiques admettent maintenant que ce pont de glace a existé plus tôt et plus longtemps que supposé (et même lors des précédentes glaciations), cette carte tente de montrer les diverses migrations (et des Aller-retours) expliquant la diversité des groupes d'ADN, avec un arrêt assez long en Béringie, puis l'ouverture d'un passage entre les glaces pour permettre la pénétration des Amériques. La théorie côtière postule aussi l'utilisation de canoés le long du pont de glace et des côtes glacières de l'Amérique du Nord. D'autres théories affirment aussi une navigation précoce entre les îles océaniennes jusqu'à l'île de Pâques et l'Amérique du Sud, non visibles ici :

     

    Beringie

    Le signal Y n'est pas non plus inclus dans cette carte. credit wikiwand

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • L'origine de l'Homme moderne ne peut être attribuée à aucun lieu ou époque

    L'origine de l'Homme moderne ne peut être attribuée à aucun lieu ou époque

     

    Humansorigines

    Les crânes d'Homo erectus, Homo heidelbergensis, un Néandertalien et un humain moderne. 

     

    Une équipe de scientifiques européens a publié dans Nature son étude et réflexions liées ce mois, concluant que :

    " L'origine des humains modernes ne peut être retracée à aucun point unique dans le temps ou dans l'espace ".

     

    Les Homo sapiens sont aujourd'hui très différents de nos origines évolutives, c'est-à-dire des microbes se tortillant dans une boue primordiale. Mais notre émergence en tant qu'espèce distincte ne peut, sur la base des preuves actuelles, être attribuée de manière concluante à un seul endroit à un moment donné.

    En fait, selon une équipe de scientifiques, qui ont effectué un examen approfondi de notre compréhension actuelle de l'ascendance humaine, il se pourrait même qu'il n'y ait jamais eu un tel momentAu lieu de cela, les premières apparitions connues de traits et de comportements Homo sapiens sont cohérentes avec une gamme d'histoires évolutives.

    Nous n'avons tout simplement pas un registre fossile assez grand pour statuer définitivement sur un moment et un lieu spécifiques dans lesquels les humains modernes ont émergé.

    « Certains de nos ancêtres auront vécu dans des groupes ou des populations qui peuvent être identifiés dans les archives fossiles, alors que très peu de choses seront connues des autres », a déclaré l'anthropologue Chris Stringer du Natural History Museum de Londres au Royaume-Uni.

    « Au cours de la prochaine décennie, la reconnaissance croissante de nos origines complexes devrait étendre la portée géographique du travail de terrain paléoanthropologique à des régions auparavant considérées comme périphériques à notre évolution, telles que l'Afrique centrale et occidentale, le sous-continent indien et l'Asie du Sud-Est. Nous avons quelques idées générales sur notre histoire. L'homo sapiens a divergé des ancêtres archaïques il y a quelque temps entre un million et 300 000 ans (à ce moment-là, neuf espèces humaines distinctes peuplaient la planète). "

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Génome humain : pas encore complètement décodé

    Génome humain : pas encore complètement décodé

     

    Chromosomes miga al nature 2020

    Représentation des 22 chromosomes humains et du chromosome X (agrandi à droite). Les barres bleues et orange représentent les séquences continues obtenues par le séquençage par nanopores. © Miga et al., Nature 2020

     

    En 2003, Human Genome Project annonçait le séquençage complet du génome humain avec plus de deux ans d'avance sur les prévisions initiales. Mais la majorité des médias s'étaient contentés de relayer l'information sans trop approfondir, ni comprendre d'ailleurs, et pour la majorité des gens, c'était donc finalisé. Mais c'était en partie faux : Si cette cartographie couvre 99 % des trois milliards de bases ADN du génome, il reste de nombreux trous et séquences manquantes sur les différents chromosomes. Car le génome n'a pas été séquencé en une seule fois : c'est une sorte de gigantesque puzzle reconstruit à partir de séquences d'ADN mises bout à bout, ce qui entraîne des discontinuités et des répétitions. Certaines zones contiennent ainsi de nombreuses séquences redondantes, ce qui rend particulièrement difficile la reconstruction. Imaginez un puzzle avec un grand ciel bleu où l'on n'aurait aucun indice sur la forme et l'emplacement des pièces qui le composent. Et plus les séquences sont petites, plus le casse-tête est compliqué. Ces répétitions sont particulièrement abondantes dans la zone centrale du chromosome, là où les télomères se croisent, car l'ADN y est très enchevêtré. Ce n'est pas parce que le séquençage a été finalisé que le décodage l'est...

    Cette semaine, une équipe du Genomics Institute de l'université de Californie à Santa Cruz a semble-t-il réussi à surmonter ces obstacles et vient d'annoncer le séquençage complet d'un chromosome, à savoir le chromosome sexuel X. Les chercheurs, dont les résultats sont publiés dans la revue Nature, ont pour cela eu recours au séquenceur MinION fabriqué par Oxford Nanopore Technologies qui utilise le séquençage par nanopores. Cette technique consiste à appliquer un courant électrique à une membrane perforée de milliers de trous d'environ un nanomètre de diamètre. En traversant ces nanopores, les bases azotées de l'ADN produisent chacune une variation différente du courant, ce qui permet de les identifier. Il est ainsi possible de retranscrire des séquences bien plus longues mesurant des centaines de milliers de paires de bases. « Nous pouvons ainsi couvrir entièrement des régions répétitives jusqu'ici considérées comme insolubles », atteste Karen Miga, l'auteure principale de l'étude.

    Il demeurait cependant de multiples ruptures dans le génome que les chercheurs ont dû corriger manuellement, en s'appuyant sur les variantes dans les séquences répétitives pour servir de marqueurs, utilisés ensuite pour aligner et relier les séquences entre elles. « Nous avons utilisé un processus itératif sur trois plateformes différentes pour ajuster le séquençage et atteindre un haut niveau de précision », indique Karen Miga. Au total, l'équipe a réussi à compléter les 29 trous présents sur le chromosome X dans la base de données du génome de référence de 2003.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Des traces des denisoviens dans l'ADN des islandais

    Des traces de néandertalo-denisoviens dans l'ADN des islandais

     

    Islande neandertal

    L'ADN des Islandais apporte de nouvelles connaissances sur les espèces humaines disparues 
    [Crédit: Université Arhuus]

     

    Une équipe internationale de chercheurs a mis au point une nouvelle image des Néandertaliens basée sur les gènes que les Néandertaliens ont laissés dans l'ADN des humains modernes lorsqu'ils avaient des enfants avec eux il y a environ 50 000 ans. Les chercheurs ont découvert les nouvelles pièces du puzzle en analysant les génomes de plus de 27 000 Islandais. Entre autres choses, ils ont découvert que les femmes néandertaliennes accouchaient lorsqu'elles étaient plus âgées que les femmes homo-sapiennes de cette époque, et que les hommes néandertaliens devenaient pères lorsqu'ils étaient plus jeunes.

    On sait maintenant qu'un groupe de nos ancêtres a quitté l'Afrique entre -60 000 et -50 000 ans et, il y a environ 50 000 ans, a rencontré des Néandertaliens en Europe, puis a eu des enfants avec eux.

    Maintenant, une nouvelle analyse montre que les Néandertaliens ont peut-être eu des enfants avec une autre espèce humaine éteinte (Denisoviens), avant de rencontrer Homo Sapiens, et que ces enfants ont été fertiles et ont transféré des gènes des deux espèces à des hommes modernes.

    " Ici, nous examinons l'effet de cet événement en utilisant 14,4 millions de fragments de chromosomes archaïques putatifs qui ont été détectés dans des séquences de génome entier entièrement phasées provenant de 27 566 Islandais, correspondant à une gamme de 56 388–112 709 fragments archaïques uniques qui couvrent 38,0–48,2% du génome appelableSur la base de la similitude avec les génomes archaïques connus, nous attribuons 84,5% des fragments à une origine Altaï ou Vindija Néandertal et 3,3% à une origine Denisovienne; 12,2% des fragments sont d'origine inconnue. Nous constatons que les Islandais ont plus de fragments de type Denisovien que prévu grâce au tri incomplet de la lignée. Cela s'explique mieux par un flux de gènes de Denisovien, soit vers les ancêtres des Néandertaliens introgresseurs, soit directement chez les humains. "

    Lire la suite ci-dessous sur cette publication scientifique parue dans Nature :

    Lire la suite

  • Un crâne jette le doute sur l'ascendance humaine moderne

    Un crâne fossile de Homo heidelbergensis jette le doute sur l'ascendance humaine moderne

     

    Homo heidelbergensi2

    Des scientifiques de l'Université Griffith ont dirigé une équipe internationale pour dater le crâne d'un des premiers hominine trouvé en Afrique, ce qui pourrait bouleverser les connaissances sur l'évolution humaine, à cause de leur découverte.

    Le crâne de Broken Hill (Kabwe 1) est l'un des fossiles les mieux conservés de l'une des premières espèces humaines, Homo heidelbergensis, et il était estimé à environ 500 000 ans.

    Le professeur Rainer Grün de l' Environmental Futures Research Institute a dirigé l'équipe qui a analysé le crâne et d'autres restes humains fossiles trouvés dans les environs, y compris un fragment du tibia et du fémur au milieu de l'arbre. Le matériel est disposé au Natural History Museum de Londres, où travaillent les collaborateurs du professeur Chris Stringer et du conservateur principal Michael Rumsey.

    Découverts en 1921 par des mineurs en Zambie, les vestiges de Broken Hill ont été difficiles à évaluer jusqu'à ce jour en raison de leur récupération aléatoire et du site complètement détruit par l'exploitation de carrières.

    En utilisant des méthodes de datations radiométriques, les analyses du professeur Grün placent maintenant le crâne à une date relativement jeune, estimant qu'il a entre 274 000 et 324 000 ans.

    En publiant leurs résultats et leur méthodologie dans Nature , le professeur Grün a déclaré que « la nouvelle meilleure estimation de l'âge du fossile a un impact sur notre compréhension du tempo et du mode des origines humaines modernes ».

    Lire la suite

  • Génétique et récentes découvertes : Homo Sapiens serait né en Eurasie !

    Génétique et récentes découvertes : Homo Sapiens serait né en Eurasie !

     

    Genetique

    J'ai déjà parlé de ces récentes découvertes et de cette remise en question d'une naissance de Homo Sapiens (l'homme moderne) en un lieu unique en Afrique, qui était la théorie la plus admise encore très récemment. Cette théorie était basée sur les découvertes anciennes faites en Afrique ("Lucy", australopithèque dont la "branche" menant à l'Homme moderne a été annulée finalement, ainsi que les Paranthropes : on parle encore par convenance à leur sujet (le seul critère étant la bipédie partielle !) de lignée humaine, mais ceci est de plus en plus contesté). Et même "Toumaï", découvert en 2001 au Tchad (et qui a donné une nouvelle espèce de primate menant à l'Homme : Sahelanthropus tchadensis à l'époque) considéré pendant un temps comme le plus ancien représentant de la lignée humaine (7 millions d'années) n'a pas gardé son statut très longtemps avec d'autres découvertes plus récentes. Pareil pour Orrorin tugenensis et Ardipithecus ramidus : ces fossiles de primates "évolués" et les études génétiques de leurs vestiges ont permis de les situer à une date précédant environ un demi million d'années les australopithèques. Autrement dit, la divergence entre les pré-humains et des éventuels chimpanzés se serait produite bien plus tôt que l'on ne pensait, soit entre – 13 et – 7 millions d'années. Cette théorie d'un lieu unique en Afrique pour la naissance du genre Homo est actuellement en passe d'être annulée : la multiplication des découvertes en des lieux multiples de fossiles et d'espèces différentes contredit cette hypothèse. Les découvertes au Maroc d'Homo Sapiens archaïques, vieux de 300000 ans, en est un exemple flagrant. Et celles en Afrique du Sud n'arrangent pas les choses sur la multiplication en question. Tout récemment, les restes de deux types d'hominidés nommés respectivement Australopithecus sediba et Homo naledi découverts en Afrique du Sud, ont augmenté les incertitudes. Leurs squelettes sont très différents de l'un à l'autre. L'A. sediba comporte des mâchoires et des mains proches de celles de l'homme, mais des pieds proches de ceux du singe. Pour sa part, Homo naledi était doté d'un crane et de pieds proches de ceux de l'homme moderne. Il était âgé d'environ 300.000 ans... Ceci conduit beaucoup de paléoanthropologues à se demander aujourd'hui s'il ne conviendrait pas d'abandonner l'hypothèse d'une évolution quasi linéaire vers l'homme moderne...

    La théorie de la sortie d'Afrique du genre Homo, affirmant que seuls des hominidés ayant un gros cerveau et de longues jambes (Comme Homo Habilis, Homo Ergaster, Homo Erectus) est quant à elle annulée par la découverte, en 2002, d'un crane daté de – 1,75 millions d'années, qui était trop petit pour contenir un gros cerveau (nommé Homo Georgicus). Il convenait à un cerveau de 600 cm3, soit la moitié du cerveau humain actuel. Or le fossile se trouvait, non en Afrique mais dans le Caucase, à Dmanisi. Ceci était la preuve que des hominidés à petits cerveaux avaient pu quitter l'Afrique... et tout aussi bien être aussi à l'origine d'espèces de lignée humaine !

    Sans oublier la Turquie, l'homme de Kocabashttp://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/datation-du-plus-ancien-hominide-trouve-en-turquie-a-ce-jour.html

    Pire, la découverte récente d'un homininé plus ancien que Toumaï en... Grèce, l'année dernière, ainci que la découverte d'outils de pierre accompagnés de fossiles "travaillés" en Chine très anciens (2,12 millions d'années) mettent maintenant la naissance d'un ancêtre du genre Homo Sapiens possible ailleurs qu'en Afrique (le critère privilégiant l'Afrique étant bien jusqu'à présent les datations et la génétique). 7,2 millions d'années (Ma) : Graecopithecus freybergiDécouverte en 1944 à Pyrgos Vassilissis au nord-ouest d'Athènes, le fragment fossile de mandibule de ce primate a été passé en 2017 au crible des scanners, révélant une fusion des racines de deux prémolaires, caractère que l'on retrouve principalement chez les hominidés. Ce caractère s'ajoute à un autre, propre à notre lignée : la taille réduite des canines. On peut aussi parler de la découverte du crâne Dali Man en Chine, qui a été daté à 260 000 ans, qui remet d'une certaine façon une origine absolument certaine d'Homo Sapiens en Afrique, ou alors il faut admettre une sortie d'Afrique bien avant des premiers Homo Sapiens archaïques... Et on peut aussi compter l'Homme de Floreshttp://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-homme-moderne-homo-sapiens-a-bien-un-nouveau-cousin.html

    Sans oublier des traces très parlantes en Crète : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/crete-une-decouverte-incroyable-qui-complete-les-autres.html

    Et encore mieux, c'est maintenant la génétique qui remet en question la naissance d'Homo Sapiens en Afrique ! Mais voyons donc ces nouvelles études génétiques qui bouleversent tant de choses si elles sont confirmées par d'autres encore, et d'autres découvertes de fossiles :

    Lire la suite

  • Découverte de la fille d'une Néandertalienne et d'un Dénisovien

    Découverte de la fille d'une Néandertalienne et d'un Dénisovien

     

    Os denisoneanderiens

     

    C'est une découverte extraordinaire qui vient d'être annoncée et publiée dans l'une des éditions référencées à comité de lecteurs préférées des scientifiques, Nature, par les auteurs Viviane Slon, Fabrizio Mafessoni et Benjamin Vernot du Département de génétique évolutive, Institut Max Planck d'anthropologie évolutive, Leipzig, Allemagne. Le type de découvertes rêvées par tous les archéologues, anthropologues et généticiens biologistes, celles qui confirment par des faits des analyses génétiques amenant jusqu'à présent de bonnes suppositions.

    Voici le résumé de la publication : " Les Néandertaliens et les Dénisoviens sont des groupes éteints d'hominidés qui se sont séparés (d'après la génétique) il y a plus de 390 000 ans. Nous présentons ici le génome de 'Dénisova 11', un fragment d'os de la Grotte Dénisova (Russie) et montre qu'il provient d'un individu qui avait une mère néandertalienne et un père Dénisovien. Le père, dont le génome porte des traces d'ascendance néandertalienne, était issu d'une population apparentée à un Dénisovien retrouvé dans la grotte. La mère venait d'une population plus proche des Néandertaliens qui vivaient plus tard en Europe que d'un ancien Néandertalien trouvé dans la grotte Dénisova, suggérant que les migrations de Néandertaliens entre l'Est et l'Ouest de l'Eurasie se sont produites il y a 120 000 ans.

    La découverte d'une progéniture de Néandertal-Dénisovan de première génération parmi le petit nombre de spécimens archaïques séquencés à ce jour suggère que le mélange entre des groupes d'hominidés du Pléistocène tardif était courant lorsqu'ils se sont rencontrés ".

     

    Os denisova11

    Fragment d'os de « Denisova 11 », découvert en 2012, par des archéologues Russes dans les montagnes de l'Altaï en Sibérie (grotte Dénisova). © Ian Cartwright - University of Oxford/Max Planck Institute/AFP

    Quelques détails sur la découverte et la publication :

    Lire la suite

  • Les pygmées n'ont probablement pas le Hobit comme ancêtre

    Les pygmées n'ont probablement pas le "Hobbit" comme ancêtre

     

    Tetedehobbit flores 500

    Tête de Homo Floresiensis ou "Hobbit" - Indonésie

     

    Cela n'a qu'un rapport lointain avec les personnages créés par Tolkien dans ses romans liés au Seigneur des Anneaux, les Hobbits, mais c'est bien le surnom donné à un hominidé découvert sur l'île indonésienne de Flores, Homo Floresiensis. J'ai déjà parlé de ce petit hominidé, soupçonné comme étant une mutation locale (dû à l'isolement de l'île, bien qu'il ait bien fallut que ce dernier y débarque un jour) de Homo Erectus :

    http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/homo-floresiensis-dit-le-hobbit-avait-un-plus-gros-cerveau-que-prevu.html

     

    Flores pygmees

    Fig. 1 Sampling location and genomic variation of the Flores pygmies.

    (A) Location of Flores pygmy village and populations integrated into the analysis. The inset shows a subset of 85 populations from East Asia (EA), ISEA, and Oceania used for the PCA. The Rampasasa village (red square) is close to the Liang Bua cave, where H. floresiensis fossils were excavated. (B) PCA performed on 85 populations (13). (C) ADMIXTURE results for K = 6 clusters are shown for 96 worldwide populations (13).

    Cette fois, c'est une étude génétique qui a tenté de de révéler de nouvelles choses sur le petit hominidé, bien que la tâche ne soit pas aisée car aucun ADN n'a pour l'instant pu être tiré des ossements du "Hobbit"... :

    Lire la suite

  • Une nouvelle technique de datation des anciens ossements

    Une nouvelle technique de datation des anciens ossements

     

    Squelette d epoque neolithique mis au jour en israelUn squelette d'époque néolithique mis au jour en Israël. Photographie par Yosef Galili, Ehud Galili, Itamar Greenberg, Wikimedia Commons

     

    L'intérêt pour les origines des populations humaines et leurs voies de migration s'est considérablement accru ces dernières années, avec de nombreuses nouvelles découvertes bouleversant certaines certitudes trop tôt établies. Un aspect critique du traçage des événements de migration est de les dater, et de les dater de façon fiable. Cependant, les techniques liées au radiocarbone *, couramment utilisées pour dater et analyser l'ADN de squelettes anciens, peuvent être inexactes et pas toujours applicables. Inspirés par le modèle de la structure démographique géographique qui permet de suivre les mutations de l'ADN associées à la géographie (et donc l'environnement), les chercheurs ont développé une nouvelle méthode analytique, la Time Population Structure (TPS), qui utilise les mutations de l'ADN pour déduire l'époque.

    Le Dr Umberto Esposito, chercheur postdoctoral dans le laboratoire du Dr Eran Elhaik, Département des sciences animales et végétales à l'Université de Sheffield, Sheffield, Royaume-Uni, a annoncé à la conférence annuelle de la Société européenne de génétique humaine que la TPS peut calculer les mélanges d'ADN provenant de périodes différentes pour estimer son âge définitif. " Cela introduit une toute nouvelle approche de la datation. À ce stade, dans son état embryonnaire, TPS a déjà montré que ses résultats sont très similaires à ceux obtenus avec la datation traditionnelle au radiocarbone. Nous avons trouvé que la différence moyenne entre nos prédictions d'âge sur des échantillons qui existaient il y a 45 000 ans et ceux donnés par la datation au radiocarbone était de 800 ans ". La nouvelle technique n'en est qu'à ses débuts mais ils sont déjà très prometteurs...

    Lire la suite