Arts au paléolithique ancien et au paléolithique supérieur

Arts au paléolithique ancien et au paléolithique supérieur

 

Hwltsitngbrd

Le petit art du Paléolithique ancien est un terme collectif désignant les découvertes préhistoriques controversées d'outils en pierre et de pierres de silex du Paléolithique ancien, qui ressemblent à des visages ou à des animaux et sont censés représenter les premières œuvres d'art de l'humanité. Cependant, la majorité des scientifiques ne croient pas à la production de telles sculptures avant le Paléolithique supérieur, mais les considèrent plutôt comme des géofacts (produits naturels). La collection de ces «pierres de figure» par des Néandertaliens ou des formes humaines antérieures est difficile à prouver, bien que de récentes études et découvertes soient actuellement en train de faire évoluer les choses (voir liens en bas). En fait, les premiers arts sembleraient bien pouvoir être attribués à Homo Erectus et les Néandertaliens semblent ne pas être en reste.

 

Bilzingsleben bone

Homo Erectus proto-art os gravé - Domaine public - José-Manuel Benito - Travail personnel

 

Pour la première fois, les anciennes expressions artistiques paléolithiques de l'Homo Erectus peuvent être affirmées avec des séquences rythmées de lignes sur des os du site de Bilzingsleben. Plusieurs os gravés représentent probablement les premières implémentations graphiques d'une pensée humaine. Les lignes incisées ne peuvent pas avoir été créées en les utilisant comme documents de travail, car un fragment d'os présente deux faisceaux de 7 ou 14 lignes parallèles. Un tel arrangement ne peut pas être accidentel. Ils doivent donc avoir été exécutés intentionnellement et être appelés proto-art. Cependant, ce ne sont en aucun cas des représentations figuratives. Mais l'autre surprise est la découverte d'une zone pavée ! C'est un endroit presque circulaire en forme de place d'un diamètre d'environ 9 m. Parfois, des pierres étrangères ont été pressées dans le loess et ne sont qu'en une seule couche. Ce revêtement ne montre que quelques artefacts et donne une impression de "bien rangé". Au nord-ouest de cette place, il y avait une cheminée et un crâne d'auroch, plus une enclume faite d'un bloc de travertin et de plusieurs fragments de crâne humain. Des éclats dans les articulations du bloc de travertin indiquent la rupture des os. Dans quelle mesure cela est lié aux restes de crâne humain n'est toujours pas clair jusqu'à ce que l'examen des éclats soit terminé. Fait intéressant, une rangée de pierres mène également de l'ouest vers le revêtement et se termine non loin du «lieu de travail» illustré ci-dessus. Ce site en Allemagne a bien été daté de 400 000 ans.

 

Engraved object 1 from the bilzingsleben collection on forest elephant bone

Engraved object 1 from the Bilzingsleben collection, on forest elephant bone - Homo Erectus

 

L'extraordinaire site de Bilzingsleben indique également que Homo Erectus fabriquait déjà des structures en bois (cabanes/stockages), des reconstitutions ont été faites sur place, tandis que le site a été mis sous cloche de verre dans un bâtiment qui sert de musée sur place.

 

Des paléoanthropologues ont découvert un coquillage sur lequel des gravures abstraites ont été réalisées il y a 500 000 ans environ. Ces motifs auraient été gravés par Homo erectus. C'est une découverte pour le moins étonnante : un coquillage, sur lequel des motifs abstraits ont été gravés il y a vraisemblablement 540 000 à 430 000 ans, a été découvert par une équipe internationale de paléoanthropologues.

Selon les auteurs de cette découverte, ces gravures auraient été réalisées par Homo erectus : en effet, le coquillage a été mis au jour sur l'île de Java. Or, à cette époque, Homo erectus était le seul représentant du genre Homo présent dans cette partie du monde.

 

Coquillage gravure abstraite erectus java 500000ans

Ci-dessus, le coquillage sur lequel des gravures abstraites ont été réalisées il y a 500 000 ans environ. Crédits : Wim Lustenhouwer, VU University Amsterdam

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/neandertal-etait-un-marin-graveur-mais-erectus-aussi-bien-avant.html

 

D'autres artefacts gravés très anciens ont été découverts, tant en Afrique qu'en Europe et Asie. Ces artefacts aux datations anciennes ne sont pas tous attribuables à un hominidé particulier ou même à Homo Sapiens car plusieurs hominidés existaient aux même époques, et Homo Sapiens (Home moderne et/ou archaïque) n'a une ancienneté de 300 000 ans (en Afrique du nord) que depuis peu de temps. Voici un exemple !

" ... De même, les inscriptions sur un fragment d'ivoire de mammouth du glacier de Rissian de Whylen, dans le sud de l'Allemagne, semblent notoires (Moog 1939), mais le spécimen a été perdu à la fin de la Seconde Guerre mondiale. La grotte Wonderwerk en Afrique du Sud a donné une plaque de pierre de fer microcristalline soigneusement et délibérément gravée il y a > 276 000 ans. (Bednarik et Beaumont 2012)."

12africa312africa3.pdf (1.52 Mo) - https://www.researchgate.net/figure/Engraved-object-1-from-the-Bilzingsleben-collection-on-forest-elephant-bone_fig10_311707029

Mais parlons maintenant des figurines anciennes, dont certaines sont avérées et d'autres contestées, comme les fameuses centaines de "Venus" découvertes et datées sur une très longue période, recouvrant plusieurs "cultures" inventées par la science pour faciliter son travail de chronologie, ou d'autres figurines comme les statues de Hambourg, sur lesquelles j'ai enquêté à l'occasion de cet article. Voir ci-dessous :

Les figurines de Vénus ont été contestées au début, mais la multiplication de leurs découvertes en divers endroits et des datations affinées les ont fait reconnaître comme parmi les premiers arts évident de la préhistoire. Actuellement les plus anciennes sont affectées à l'Aurignacien mais cette pratique a traversé les âges et les cultures créées par la science moderne, prouvant une continuité entre toutes ces cultures, malgré les iatus de parfois des milliers d'années entre elles (iatus créés par des manques de découvertes). Mais les plus anciennes sont encore contestées ou discutées de nos jours, tout comme l'art de Homo Erectus, de Néandertalien et de Denisovien l'est également.  La figurine de Vénus von Tan-Tan (Maroc) est une découverte en surface par l'archéologue de Hesse Lutz Fiedler. Le deuxième objet de ce genre est la Vénus de Berekhat Ram (Israël). Cependant, les deux pièces sont considérées par de nombreux experts comme des géofacts, c'est-à-dire des jeux de la nature. Certains scientifiques, notamment Alexander Marshak et Robert G. Bednarik, reconnaissent, cependant, que celles-ci sont délibérément modifiées manuellement, qu'elles ont été consciemment éditées par les gens de telle manière que le caractère figuratif ait été souligné. La controverse à ce sujet est toujours en cours. La plus ancienne figurine de Vénus incontestée est la Vénus vom Hohle Fels datée de l'Aurignacien.

 

Venus of tan tan

 Venus de Tan-Tan Museo de la Evolucion Humana, Burgos   CC BY-SA 4.0

 

La Vénus de Tan-Tan est une figurine de Vénus trouvée au Maroc, dont le caractère artificiel est controversé. L'objet mesure environ 6 cm de haut. On estime que la découverte a entre 300 000 et 500 000 ans. Elle est constituée de quartzite, des traces d'ocre rouge y ont été trouvées, ce qui indique l'un des premiers traitements documentés avec des pigments par l'homme et une signification cultuelleLa proto-figurine a été découverte en 1999 par l'archéologue de Hesse Lutz Fiedler lors d'une expédition au sud de la ville marocaine de Tan-Tan et porte le nom de cette ville du sud du Maroc. La Vénus (qui n'en porte que le nom mais n'a aucun caractère de ce type) a été trouvée dans les dépôts d'une terrasse fluviale sur le côté nord de Wadi Draa. Les caractéristiques féminines des figurines, qui sont pour la plupart très prononcées dans l'Aurignacien et le Gravettien, sont ici absentes. Il existe différents points de vue sur la nature de la figure et sa formation: le découvreur et d'autres, tels que B. Robert G. Bednarik voient une figure de base à l'aspect humain, accentuée par quelques égratignures avec des outils en pierre. Les résidus colorés sont interprétés comme artificiels, c'est-à-dire des pigments de couleur rouge clair délibérément appliqués qui mettent en valeur la figure humaine. Pour d'autres chercheurs, comme Stanley Ambrose de l'Université de l'Illinois, Urbana-Champaign, la Vénus de Tan-Tan n'est que le résultat accidentel de conditions géologiques naturelles. Mais, depuis cette découverte de 1999, on a eu la certitude que tant néandertalien que les premiers hommes modernes utilisaient l'ocre rouge, et, de plus, c'est bien au Maroc qu'ont été trouvés à ce jour les plus anciens fossiles de Homo Sapiens (homme moderne archaïque ici) avec des datations de 315 000 ans, ce qui devrait faire un peu plus réflechir les scientifiques...

 

Venus of berekhat ram

Vénus de Berekhat Ram Museo de la Evolucion Humana, Burgos - CC BY-SA 4.0

 

La Vénus de Berekhat Ram a été découverte à l'été 1981 par l'archéologue israélienne Naama Goren-Inbar (Université hébraïque de Jérusalem) lors d'une fouille à Berekhat Ram sur les hauteurs du Golan. Le site est un cratère volcanique qui contient maintenant un lac. La couche du Fonds de 0,25 m d'épaisseur dans une position de sédiment alluvial était comprise entre deux couches de basalte (basaltes de Kramim inférieur et supérieur) inclus, dont la partie supérieure avec la datation K-Ar (Ar 40 / Ar 39 a) a un âge d'environ 233 000 ans, celle du bas date d'environ 470 000 ans. Les trouvailles en silex qui l'accompagnent proviennent de l'Acheuléen et contiennent des coupes Levallois. Il existe également des types du Paléolithique supérieur tels que des burins et des retouches d'extrémité.

La figurine est en tuf rouge de 35 mm de long, 25 mm de large et 21 mm d'épaisseur, qui a trois dépressions, qui étaient probablement entaillées avec une pierre à arêtes vives. Une indentation fait le tour de l'extrémité la plus étroite et deux autres descendent sur les côtés et sont considérées respectivement comme le cou et les bras. Une analyse SEM détaillée de la figure et des morceaux de tuf naturels et expérimentalement traités du même site a conduit Francesco d'Errico et April Nowell à la conclusion que les lignes incisées sont anthropiques. Par conséquent, la pierre est considérée comme travaillée, même si la figure alléguée ressemble peu à des découvertes ultérieures. Ce serait le plus ancien exemple de l'art humain, dont Homo Erectus aurait été le créateur à la fin des Acheuléens. L'expert en art paléo américain Alexander Marshack (Université de Harvard), après un examen microscopique, considère que dans cette proto-sculpture une similitude de forme apparemment donnée par la nature a été renforcée par un traitement ciblé et qu'une émergence purement naturelle est à exclure. Les archéologues Angela Close et João Zilhão acceptent un traitement humain, mais pas l'interprétation comme une statuette féminine. Zilhão suggère son utilisation pour extraire de l'ocre. Les récentes découvertes prouvant aussi que tant Néandertalien que Homo Sapiens ont utilisé également une technique Levallois au Levant pourrait relativiser l'identité du site... : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/neandertaliens-et-cro-magnon-une-technologie-nubienne-identique.html

La Vénus de Tan-Tan et la très ancienne Vénus de Berekhat Ram sont les plus anciennes découvertes connues de figurines de forme humaine.

 

800px venushohlefels2

Figurine paléolithique Vénus de Hohlefels (en ivoire de mammouth) - CC BY-SA 3.0

 

La Vénus de Hohle Fels a d'environ six centimètres de haut, sculptées en ivoire de mammouth, qui a été découverte en septembre 2008 lors de fouilles dans la grotte karstique Hohle Fels au pied sud du Jura souabe a été découvert près de Schelklingen en Allemagne

La figurine, qui pèse 33,3 grammes, mesure 59,7 millimètres de haut, 34,6 millimètres de large, 31,3 mm d'épaisseur et presque complètement préservée, il ne manque que le bras et l'épaule gauches. Au lieu de la tête, un œillet croisé a été découpé, ce qui indique que la figurine était portée comme pendentif avant d'être introduite dans le sédiment. Les vernis correspondants dans l'œillet prouvent la suspension, qui a probablement été faite avec un bracelet en cuir. Cependant, un cordon, par exemple en fibres végétales, serait également possible, comme cela a été prouvé pour le stade de culture un peu plus jeune du Pavlovien.

Les jambes sont courtes, pointues et asymétriques car la jambe gauche est légèrement plus courte que la droite. Les seins surdimensionnés, les fesses accentuées et la zone génitale clairement soulignée sont frappants. Le sillon entre les fesses est profond et traverse sans interruption vers l'avant, où les grandes lèvres sont soulignées entre les jambes ouvertes. Le directeur des fouilles Nicholas Conard voit cela comme une " exagération délibérée des traits sexuels de la figurine ". Les bras courts et les mains soigneusement sculptées sont sous les seins sur le haut du ventre. On ne sait pas si cette position de la main avait une signification particulière aux yeux des porteurs paléolithiques de la figurine. En plus des détails anatomiques soigneusement exécutés, la figure présente une série de lignes et d'encoches incisées, uniques par leur complexité parmi les figures en ivoire du Jura souabe. La figure ne montre aucune trace de coloration précédente.

La figurine Vénus provient de la culture du Paléolithique supérieur de l'Aurignacien (Cro-Magnon). Les couches archéologiques Va et Vb dans lesquelles les fragments ont été retrouvés sont datées au radiocarbone à un minimum de 31 000 et un maximum de 35 000 14 C ans, ce qui correspond à un âge calendaire calibré de 35 000 à 40 000 ans. Ceci fait de la Vénus de Hohle Fels l'une des plus anciennes représentations au monde du corps humain, avec la Vénus de Galgenberg. Nicholas Conard a émis la possibilité que ce soit une sculpture néandertalienne, ce qui a été évidemment contesté, sans qu'aucune certitude ne soit dégagée d'un côté ou de l'autre.

 

800px venus vom galgenberg

La Vénus de Galgenberg au Musée d'Histoire Naturelle de Vienne - 36 000 ans, on peut s'étonner de sa modernité apparente - CC BY-SA 3.0

 

La Vénus de Galgenberg (également Fanny vom Galgenberg ) est une figurine de Vénus en serpentine verte, qui tire son nom de l'endroit où elle a été trouvée près de Stratzing en Basse-Autriche. Avec une datation au radiocarbone de la couche de découverte à environ 32000 BP et selon des enquêtes récentes sur le site et recalibration autour de 36 000 ans BP, c'est la plus ancienne figurine de Vénus généralement reconnue à côté de la Vénus de près de 6 cm de Hohlefels, qui a été trouvée en 2008. Toutes deux appartiennent à la culture archéologique de l'Aurignacien (Cro-Magnon) et la Vénus de Galgenberg 7,2 cm de haut a été trouvée en 1988.

Le site paléolithique doit sa découverte au chercheur Emil Weinfurter, qui en 1942 a trouvé des artefacts et des os d'animaux de la période aurignacienne sur le talus d'un ravin sur le versant nord. À l'été 1985, une fosse d'excavation pour un réservoir d'eau surélevé a été creusée sur le Galgenberg, creusant les couches de trouvailles paléolithiques et découvrant des os et des outils en pierre. Johannes-Wolfgang Neugebauer a été informé des découvertes par le Département des monuments terrestres de l'Office fédéral des monuments, qui a immédiatement reconnu leur importance. En septembre et octobre 1985, il effectue les premières fouilles de sauvetage au pied de la fosse de construction. À partir de 1986, la préhistorienne viennoise Christine Neugebauer-Maresch a été chargée de la poursuite des fouilles du site. La statuette a été retrouvée lors des fouilles en cours le 23 septembre 1988. La sculpture en pierre mesure 7,2 cm de haut et pèse 10 gLe dos de la figurine est plat, le devant est sculpté. Elle a une posture de danse. Cette représentation lui a donné le surnom quand elle a été retrouvée: " Fanny - la Vénus dansante de Galgenberg ", d'après la célèbre danseuse Fanny ElßlerComme la représentation n'est pas claire, elle est également interprétée comme un chasseur avec une massue (mais on pourrait aussi y voir un oiseau ou un serpent, des yeux y semblant gravé).

Comme le montrent les déchets de sculpture, la statue a probablement été réalisée à l'endroit où elle a été trouvée. La pierre provient également de la région. La détermination de l'âge est basée sur la datation au 14 C des résidus de bois environnants. L'original de la figurine peut être vu au Musée d'Histoire Naturelle de Vienne. À environ 25 kilomètres de Stratzing sur le Danube se trouve le site de la Venus de Willendorf, d'environ 7 000 ans plus récente.

D'après les archéologues, les Vénus disparaissent du paysage européen vers -20 000 ans environ, lors d'un maximum glaciaire (+ de 200 Vénus du paléolithique découvertes à ce jour)... pour réapparaître sporadiquement à partir de - 16 000 ans environ, mais surtout dès le début du néolithique et jusqu'à seulement quelques millénaires AV. JC. Les statues du 9ème millénaire au 4ème millénaire AV. JC découvertes dans l'une des plus ancienne ville du monde, Çatal Hoyuk pourraient en être un exemple célèbre, en liaison avec une struture matriarcale, ainsi que d'autres sites connus : 

 

Dc3a9esse mc3a8re de catal hoyuk

https://matricien.wordpress.com/geo-hist-matriarcat/asie/catal-hoyuk/ - pour les images et photos

 

Une vidéo montrant beaucoup de Vénus :

 

 

Passons maintenant à des statues beaucoup plus controversées encore, voir même censurées, ce qui pourrait encore signifier un certain "racisme" dans la science moderne au sujet de ce qui ne serait pas attribuable à l'homme moderne pour encore une majorité de scientifiques, surtout en ce qui concerne les arts et le spirituel : les statues de Hambourg, datées de 100 000 à 200 000 ans et attribuées aux Néandertaliens. Officiellement, seuls la fabrication de quelques bijoux et de quelques graffitis non identifiables sont attribués aux Néandertaliens à ce jour (notons que les Russes attribuent aussi aux Denisoviens la fabrication de bijoux très sophistiqués).

 

Il n'y a aucun doute sur l'existence des nombreuses statues de Hambourg, puisque celles-ci ont fait l'objet d'une très longue exposition et de plusieurs conférences, photographies à l'appui. Mais leur histoire est très complexe, liée en partie à des récupérations tardives politiques d'extrême droite et surtout à leur disparition totale après le décès de leur découvreur, un archéologue allemand reconnu et ayant publié plusieurs études et livres. Comportant des caractéristiques nettement archaïques mais pourtant associées à une forme de "3D" pouvant représenter plusieurs figures selon l'angle de vision ou d'éclairage, elles font partie d'une forme d'art qui est éventuellement en train d'être découverte par plusieurs scientifiques et remontant au paléolithique supérieur, mais pouvant encore subsister jusqu'au Cro-Magnon ou l'hybride néandertal-Cro-Magnon. L'avenir devrait nous éclairer à ce sujet, je n'en doute pas personnellement...

Cette collection comporte plusieurs dizaines de statues, divisée en des statues anthropomorphes et des statues zoomorphes. Voici tout d'abord quelques photographies montrant la collection en question :

 

Hwmatthexhib2

" Exposition des figurines de pierre de Hambourg-Wittenbergen (niveau Altona) dans le cadre du séminaire de préhistoire et des débuts d'histoire à Hambourg."

Cette photographie donne une bonne indication de l'étendue de la collection Hambourg-Wittenbergen de Matthes.

Photographe Walther Matthes. La découverte de l'art du Paléolithique ancien et moyen dans le nord de l'Allemagne. Annuaire de l'art préhistorique et ethnographique (IPEK) 21: 1-18; (1963): planche 1.1.

 

B hwmatthexhib1

" 2ème exposition des figures de pierre de Hambourg-WIttenbergen (niveau Altonaer) dans le séminaire de préhistoire et de l'histoire ancienne à Hambourg."

Cette collection présente principalement des sculptures de têtes et de profils d'hominidés.

Photographe Walther Matthes. La découverte de l'art du Paléolithique ancien et moyen dans le nord de l'Allemagne. Annuaire de l'art préhistorique et ethnographique (IPEK) 21: 1-18; (1963): planche 1.2.

 

Hwmatt 5heads

Identifiés par Walther Matthes comme des sculptures de têtes humaines.

Photographe Walther Matthes. Matthes, W. (1963). La découverte de l'art du Paléolithique ancien et moyen dans le nord de l'Allemagne. Annuaire de l'art préhistorique et ethnographique (IPEK) 21: 1-18, Pl. 2.1.

 

Hwmatt bison vaches

Identifiés par Walther Matthes comme des sculptures de bisons (en haut); (en bas à gauche) veau; (en bas à droite) ours.

Pour des images plus rapprochées de «bison» et «ours», voir les deux diapositives suivantes. Pour une sculpture de veau remarquablement similaire de Pampau, voir EP Gallery: 5 Groß Pampau: Animals, slide (f) .

Photographe Walther Matthes. Matthes, W. (1963). La découverte de l'art du Paléolithique ancien et moyen dans le nord de l'Allemagne. Annuaire de l'art préhistorique et ethnographique (IPEK) 21: 1-18, Pl. 7.1,2,3.

 

Avant d'autres photographies, voici la réelle histoire de cette affaire, qui n'a pas toujours été reprise fidèlement dans plusieurs ouvrages de la part de plusieurs chercheurs ou sites. Walther Matthes (1901–1997) était un préhistorien allemand. Selon son acte de naissance, il est né Walter Matthes, mais a changé l'orthographe de son prénom à partir de 1934/35, principalement en Walther, possiblement sous la pression xénophobe du parti nazi. Matthes a étudié de 1920 à 1925 aux universités de Berlin, Marburg et Budapest les matières préhistoire, histoire, géographie historique et philosophie. En 1925, il obtient son doctorat à Berlin avec Hubert Schmidt. Du 1er octobre 1924 au 31 mars 1925, il prend la direction d'une exposition itinérante sur les antiquités préhistoriques au Märkisches Museum. De 1925 à 1928, il fut chargé de la réalisation de la prospection archéologique du district d'Ostprignitz. Il a ensuite travaillé de 1928 à 1934 en tant que directeur du Musée d'État de Haute-Silésie à Beuthen.

Depuis 1932, il travaille pour l'histoire allemande avec le Reichsbund de Hans Reinerth. En 1933, il devint membre de la SA et en 1937, après l'interdiction d'adhésion, devint membre du NSDAP. Le 1er avril 1934, il était professeur associé sans habilitation en « Histoire et histoire germanique primitive » à l'université de Hambourg et en même temps chef du département de préhistoire au musée d'ethnologie de Hambourg. De 1941 à la fin de la guerre, il a travaillé pour le département de préhistoire de l'Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg. En 1941 et 1942, il était en Bretagne pendant six semaines puis déployé en Union soviétique occupée de l'automne 1942 à l'automne 1943, de mars à décembre 1944, il part en voyage de recherche en Italie.

En janvier 1946, il fut arrêté en tant que suspect et interné jusqu'en janvier 1947. En 1948, il fut libéré comme disculpé, mais l'autorité compétente lui refusa toujours de reprendre son poste de professeur. Ce n'est qu'après plusieurs procès qu'il a pu reprendre son poste de professeur en 1951. Il a pris sa retraite le 30 septembre 1969.

En 1957, par l'intermédiaire de l'ingénieur Hans Oeljeschlager de Hambourg-Poppenbüttel, en charge de la reconstruction de Hambourg, Matthes a pris connaissance de la découverte paléolithique de trois prétendues petites sculptures en silex, qu'Oeljeschlager avait faites dans l' Alstertal en 1932/33, ainsi que d'outils en silex (lames, grattoirs, etc.) et de sculptures appelées " Pierres faciales ". (Hans OeljeschlagerPortraits en relief - 200 000 ans? Hamburger Abendblatt, n ° 54, du 4 mars 1950). Matthes date les découvertes d'une moraine au sol, qu'il considère comme de vrais artefacts, de l'âge de glace du Riss, c'est-à-dire à la période des Néandertaliens. Comme plus tard Elisabeth Neumann-Gundrum (1981) avec ses grandes sculptures en pierre, Matthes pense que les peuples préhistoriques ont retouché les formes trouvées dans la nature grâce à un post-traitement.

Herbert Kühn a accepté en 1965 les interprétations de Matthes: " Ces sculptures appartiennent à la période entre 250 000 et 150 000 ans et apparemment même avant cela."

Le chercheur local Friedrich Schäfer s'est également occupé de supposées petites sculptures et, avec Matthes, a collecté d'autres matériaux paléolithiques sur le site de Pivitsheide à Lipper Land en 1958.

Dans les années suivantes, Matthes a regroupé sur une vaste collection d'objets correspondants du nord de l'Allemagne. Les musées officiels n'ayant montré aucun intérêt pour sa collection, Matthes exposa les objets dans 28 vitrines dans les salles de son séminaire à l'Université de Hambourg au début de 1963.

En 1969, Matthes a publié un livre sur l'art figuratif de la période glaciaire avec le titre Art de l'âge glaciaire dans la région de la mer du Nord en collaboration avec Helgoland, Association d'histoire et de culture de la baie allemande.

 

Walther matthes eiszeitkunst im nordseeraum

La science académique rejette à l'unanimité l'interprétation de ces objets comme de petites sculptures et interprète les pierres comme des produits naturels ou des ustensiles en pierre qui ne présentent que des similitudes aléatoires avec des visages ou des animaux. Apparemment, il n'y a aucune preuve convaincante d'un traitement ciblé. Mais selon une déclaration du scientifique Rainer Michl de l'Université de Hambourg, l'université n'était pas intéressée par la collection du professeur Matthes, car «... selon l'opinion unanime des experts de l'âge de pierre et de la technologie des chutes de pierres - ce n'était clairement pas des artefacts mais des produits naturels. … Le point de vue de Matthes a probablement été noté comme une curiosité ». En fait, personne n'a voulu examiner de près les objets, l'idée que des néandertaliens auraient pu faire ceci était trop improbable, surtout à l'époque. En fait, une demande faite à l'Université de Hambourg en 2000 a révélé que " les « pierres figuratives » avaient été prélevées sur la propriété privée de Matthes lors de sa retraite et que l'on ne savait pas où elles se trouvaient "... (Katholing 2001, p. 76).

Le fait que les thèses de Matthes ont été reprises par les auteurs de l'extrémiste de droite Grabert-Verlag en 1999 n'arrangent pas les choses. Il en va d'ailleurs de même pour plusieurs théories sur des gravures sur pierre attribuables aux hominidés, qui semblent attirer principalement des auteurs d'extreme droite ou assimilés, de quoi se questionner sur la nature profonde de cet état de fait de la société occidentale...

 

Sitedesdecouverteshwmatt

"Fig. 1. La rive escarpée de Hambourg-Wittenbergen, prise en 1961." Site fouillé par Walther Matthes, Université de Hambourg.

Par typologie d'outils, le site est clactonien et daté de l'interglaciaire de Treene par stratigraphie géologique. Alfred Rust et Gustav Steffens. (1962). Les artefacts du niveau Altona de Wittenbergen. Un groupe du Pléistocène moyen des cultures de Heidelberg. Neumunster.

Photographe Walther Matthes. Matthes, W. (1966). La représentation des humains et des animaux au Pléistocène moyen du nord de l'Allemagne: une contribution à la question de l'âge de l'art. Actes du Congrès international de 1962 des sciences préhistoriques et protohistoriques (Rome) . Fig. 1.

 

Hwbear2

Identifié par Walther Matthes comme une sculpture de tête d'ours.

Commentaire: " James Harrod a personnellement vu cet objet au laboratoire d'archéologie de l'Université de Hambourg en 1988. À cette époque, l'objet - qui ressemblait manifestement à une sculpture de tête d'ours - était considéré par le personnel archéologique comme un morceau de silex et certainement pas un outil. Il était utilisé pour éteindre et écraser les mégots de cigarettes. Nous croyons comprendre qu’après avoir protesté contre cela, il n’a plus été utilisé à cette fin. Au cours de la même année, l'Université a envoyé de nombreuses caisses d'artefacts de Matthes à une entreprise qui les a broyés en gravier". YH : L'université a donc volontairement fait disparaître toute trace de ces objets en 1988, sans vraiment les faire examiner par des spécialistes indépendants (aucun rapport n'a jamais été vu à leur sujet) : de quoi avaient-ils peurs, que la suprémacie de l'homme moderne sur les arts et la spiritualité soit remise en question ?...

Photographe Walther Matthes. Matthes, W. (1963). Die Entdeckung der Kunst des Alteren und Mittleren Palaeolithikums dans le Norddeutschland. Jahrbuch pour Prahistorische und Ethnographische Kunst (IPEK) 21: 1-18; Taf. 4.1.

 

Hwbear3

Identifié par Walther Matthes comme une figure d'ours. Devant et avers de l'objet.

Photographe Walther Matthes. Matthes, W. (1963). La découverte de l'art du Paléolithique ancien et moyen dans le nord de l'Allemagne. Annuaire de l'art préhistorique et ethnographique (IPEK) 21: 1-18; Plaques 6.1 et 6.2.

 

Hwltsitngbrd

«33. Vogel von Wittenbergen LT. No. 6.23». [Hauteur: 5 cm].

Commentaire: C'est l'une des formes d'oiseaux stéréotypées de l'Acheulien postérieur et du Paléolithique moyen, le style «perché».

Photographe Walther Matthes. Matthes, W. (1969). Art de la période glaciaire dans la région de la mer du Nord . Otterndorf, Gr: Niederelbe-Verlag; (1964/1965). Fig. 33.

 

Hw4hds

Identifiés par Walther Matthes comme des sculptures de têtes humaines.

Photographe Walther Matthes. Matthes, W. (1963). La découverte de l'art du Paléolithique ancien et moyen dans le nord de l'Allemagne. Annuaire de l'art préhistorique et ethnographique (IPEK) 21: 1-18, Pl. 2.2.

 

Hwhd1

"38.1. Tête avec bonnet de Wittenbergen. N ° 3.11. Un peu au-dessus de la taille naturelle."

Photographe Walther Matthes. Matthes, W. (1969). Art de la période glaciaire dans la région de la mer du Nord . Otterndorf, Gr: Niederelbe-Verlag; (1964/1965). Fig. 38.1.

 

Hwhd2

"38.2. Chef de Wittenbergen. N ° 3.10." [Hauteur: 8 cm.]

Photographe Walther Matthes. Matthes, W. (1969). Art de la période glaciaire dans la région de la mer du Nord . Otterndorf, Gr: Niederelbe-Verlag; (1964/1965). Fig. 38.2.

 

Prtrthds

En haut: "Fig. 18 et 19. Deux vues d'une pierre faciale noire de Hambourg-Wittenbergen, 6 cm. Hauteur".
Au centre: "Fig. 22. Pierre de façade en silex foncé de Hambourg-Wittenbergen, 13 cm de hauteur. En
bas à gauche:" Fig. 23. Petite tête en silex noir de Hambourg-Wittenbergen, 4 cm de haut.
En bas à droite: "Fig. 5. Sculpture en silex de Hambourg-Wittenbergen, 18 cm de haut.

Photographe Walther Matthes. Matthes, W. (1966). La représentation des humains et des animaux au Pléistocène moyen du nord de l'Allemagne: une contribution à la question de l'âge de l'art. Actes du Congrès international de 1962 des sciences préhistoriques et protohistoriques (Rome) . Figures 5, 18, 19, 22, 23.

 

Hwhead37

"37. Head of Wittenbergen. No. 3.15." [Hauteur: 22 cm.]

Photographe Walther Matthes. Matthes, W. (1969). Art de la période glaciaire dans la région de la mer du Nord . Otterndorf, Gr: Niederelbe-Verlag; (1964/1965). Fig. 37.

 

Polyhd2n1

"Fig. 18 et 19. Deux vues d'une pierre de visage noire de Hambourg-Wittenbergen, 6 cm. Haut".

Commentaire: Les sculptures combinées, comme celle-ci combinant deux têtes en une sur le devant et l'avers, ne sont pas rares parmi les sculptures acheuliennes et paléolithiques moyen.

Photographe © Walther Matthes. Matthes, W. (1966). La représentation des humains et des animaux au Pléistocène moyen du nord de l'Allemagne: une contribution à la question de l'âge de l'art. Actes du Congrès international de 1962 des sciences préhistoriques et protohistoriques (Rome) . Fig. 18, 19.

 

Polyhd123

Commentaire: Les sculptures combinées, comme celle-ci combinant deux têtes en une sur le devant et l'avers, ne sont pas rares parmi les sculptures acheuliennes et paléolithiques moyen. Un exemple est présenté dans la diapositive précédente. Un autre est illustré ci-dessous.

"48.1. Sculpture polymorphe de Wittenbergen. N ° 3.8. [Hauteur 18 cm.] Dans cette position, la sculpture montre le visage d'une femme à gauche."
"49.1. Sculpture polymorphe de Wittenbergen. N ° 3.8. [Hauteur 18 cm.] C'est l'objet qui a déjà été montré sur l'image 48.1. Dans cette position, il montre le visage d'un homme sur le côté droit."
"49.2. Wittenbergen. No. 3.8. Arrière de la tête montré dans l'image 49.1."

Photographe Walther Matthes. Matthes, W. (1969). Art de la période glaciaire dans la région de la mer du Nord . Otterndorf, Gr: Niederelbe-Verlag; (1964/1965). Image 48.1, 49.1, 49.2.

 

Hwmsk2

Commentaire: Les scuptures hominidés / «masques» humains ne sont pas rares parmi les sculptures acheuliennes tardives et du Paléolithique moyen, en particulier dans la tradition symbolisant la CCC européenne. C'est un exemple du style «masque grotesque», dans ce cas avec un seul œil, mais avec la tête déformée en une sorte de forme de «sablier».

«70. Einäugige Gesichtsmaske von Wittenbergen. Nr. 3, 20.» [Hauteur 12 cm.]

Photographe Walther Matthes. Matthes, W. (1969). Eiszeitkunst im Nordseeraum . Otterndorf, Gr: Niederelbe-Verlag; (1964/1965). Bild 70.

 

Vous pouvez voir plusieurs autres photographies de cette collection disparue et aussi sur d'autres sites archéologiques sur ce site ayant un abord artistique également sur certains outils de la préhistoire :

http://www.originsnet.org/galleryep.html

 

Très récemment, une thèse émanent du CNRS français, suite à des fouilles et la découverte d'un probable masque anthropomorphe néandertalien et des tracés pariétaux a relancé le débat. On retrouve dans ce masque une grande similitude avec les pierres ci-dessus :

Des tracés pariétaux, un masque, oeuvres de néandertal?

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/neanderthal-france-des-dessins-et-un-masque.html

 

Neanderthal roche cotard3

En ce qui concerne Cro-Magnon et ses "successeurs", dont nous avons déjà parlé avec les plus anciennes figurines de Vénus, d'autres découvertes officielles et datées nous rapprochent aussi de ce style plus ancien : 

" Les dernières fouilles entreprises entre 1983 et 1993 par S. Hachi dans l’abri sous roche ibéromaurusien d’Afalou Bou Rhummel (Algérie) ont conduit à la découverte, en contexte, de nombreuses figurines zoomorphes et anthropomorphes en matière minérale plastique cuite. Ces documents exceptionnels, qui sont à ce jour les plus anciens en Afrique du Nord, proviennent de couches datées entre 15 000 et 11 000 BP, sachant que les plus anciens dépôts remontent à près de 18 000 BP. Vingt-huit échantillons – de moins de 1 mg – ont été soumis à des analyses en spectroscopie d’absorption infrarouge (IR) en vue d’identifier les constituants minéralogiques (kaolinite, smectites, silicates amorphes) susceptibles de préciser les températures atteintes pour la cuisson de ces objets. Les résultats montrent que ces objets ont été cuits à des températures variant entre 500 et 800 °C. La cuisson assurément intentionnelle, pressentie dès l’observation macroscopique, se trouve désormais précisée de même que les seuils thermiques atteints. D’autre part, la matière première argileuse utilisée est très vraisemblablement de provenance locale."

 

Algerie 18000

Algerie 180002

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0003552102010853

 

" La production de figurines animalières ou humaines fait partie intégrante des activités des Hommes de Cro-Magnon en général et les Gravettiens ont été des artistes très productifs. Ils nous ont légué de nombreuses œuvres d’art mobilier. Tout près de Senozan, Solutré a donné un mammouth et deux rennes sculptés sur des rognons de chaille. "

 

Solutre

https://saast.fr/wp-content/uploads/2017/11/Duriaud_2013_Excentrique_Senozan_bulletin_SAAST_t.CXI_p7-20.pdf

 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/paleolithique-les-plus-anciennes-gravures-avaient-une-signification.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-gravures-prehistoriques-racontent-une-histoire-cosmique.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/une-gravure-datee-de-11000-ans-decouverte-en-grande-bretagne.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/espagne-des-dizaines-de-gravures-trouvees-dans-une-grotte.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/oural-la-celebre-idole-en-bois-shigir-redatee-a-11500-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/russie-oural-nouveautes-sur-la-plus-vieille-idole-en-bois.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-figurines-d-argile-prehistoriques-d-hommes-oiseaux-de-7800-ans-en-grece.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-mystere-des-figurines-lezards-des-ubaidiens.html

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 27-04-2021

mystère échange archéologie lire prehistoire légendes Histoire Europe homininés neandertalien

Egypte, Delta: 110 sépultures datées de 6000 à 1500 AV JC Egypte, Delta: 110 sépultures datées de 6000 à 1500 AV JC
Egypte, Delta: Découverte de 110 sépultures datées de 6000 à 1500 AV JC ...
  Suisse: Lucerne découverte d'un village de 3000 ans englouti
Suisse: Lucerne découverte d'un village de 3000 ans englouti   Un plongeur...
Suisse: Lucerne découverte d'un village de 3000 ans englouti

Ajouter un commentaire