Néandertaliens et Cro-Magnon : une technologie nubienne identique

Les Néandertaliens et les Homo sapiens ont utilisé une technologie nubienne identique

 

Grotteshukbah1

Vue de l'extérieur pris de la Grotte de Shukbah - Crédit: AMOS FRUMKIN

 

Une publication de l'INSTITUT MAX PLANCK POUR LA SCIENCE DE L'HISTOIRE HUMAINE annonce dans un communiqué de presse du 15 février 2021 que les Néandertaliens ont utilisé la technologie Nubian Levallois, que l'on croyait auparavant réservée à l'Homo sapiens.

Les chercheurs impliqués dans cette étude comprennent des chercheurs du Max Planck Institute for the Science of Human History, du Royal Holloway, de l'Université de Londres, de l'Université de Bordeaux, du Max Planck Institute for Chemical Ecology, de l'Université de Malte et du Natural History Museum, Londres. Ce travail a été soutenu par la fiducie Leverhulme (RPH-2017-087). La publication est dans Scientific Reports.

Cette étude confirme la présence la plus au sud connue des néandertaliens, mais aussi l'utilisation exclusive en cet endroit d'une technique attribuée aux seuls Homo Sapiens (Cro-Magnon à l'époque).

Longtemps conservée dans une collection privée, la dent nouvellement analysée d'un enfant néandertalien d'environ 7 à 12 ans marque l'aire de répartition connue la plus méridionale de l'homininé. L'analyse de l'assemblage archéologique associé suggère que les Néandertaliens ont utilisé la technologie Nubian Levallois, que l'on croyait auparavant réservée à l'Homo sapiens.

Avec une forte concentration de sites de grottes abritant des preuves de populations passées et de leur comportement, le Levant est un centre majeur de recherche sur les origines humaines. Depuis plus d'un siècle, les fouilles archéologiques au Levant ont produit des fossiles humains et des assemblages d'outils en pierre qui révèlent des paysages habités à la fois par des Néandertaliens et des Homo sapiens, faisant de cette région un potentiel de métissage entre les populations. Il est difficile de distinguer ces populations uniquement par des assemblages d'outils en pierre, mais une technologie, la méthode distincte de Nubian Levallois, aurait été produite uniquement par Homo sapiens.

Dans une nouvelle étude publiée dans Scientific Reports, des chercheurs de l'Institut Max Planck pour la science de l'histoire humaine se sont associés à des partenaires internationaux pour réexaminer les archives fossiles et archéologiques de la grotte de Shukbah. Leurs découvertes étendent la gamme la plus méridionale connue des Néandertaliens et suggèrent que nos "parents" maintenant disparus ont utilisé une technologie précédemment considérée comme une marque de commerce des humains modernes. Cette étude marque la première fois que la dent humaine isolée du site est étudiée en détail, en combinaison avec une étude comparative majeure examinant l'assemblage des outils en pierre.

 

Grotteshukbah2

Figure 1. The location of Shukbah Cave, and illustration of the excavations in plan and in section. (a) Regional map of sites in South West Asia and (b) close up map of northern Israeli cave sites preserving fossil Neanderthal specimens, illustrating the position of Shukbah to the south of these sites; (c) a plan of Shukbah Cave (modifed from Frumkin et al.) illustrating areas of excavation, preserved deposits of anthropogenic breccias and the location of the illustrated section shown as (d) (redrawn from Garrod). - Figure 1. Emplacement de la grotte de Shukbah et illustration des fouilles en plan et en coupe. a) Une carte régionale des sites d'Asie du Sud-Ouest et b) une carte rapprochée des sites de grottes du nord d'Israël conservant des spécimens fossiles de Néandertal, illustrant la position de Shukbah au sud de ces sites; (c) un plan de la grotte de Shukbah (modifié d'après Frumkin et al.) illustrant les zones de fouilles, les dépôts préservés de brèches anthropiques et l'emplacement de la section illustrée représentée par (d) (redessiné de Garrod).

 

" Les sites où les fossiles d'hominidés sont directement associés aux assemblages d'outils en pierre restent rares - mais l'étude des fossiles et des outils est essentielle pour comprendre les métiers des hominidés de la grotte de Shukbah et de la région dans son ensemble ", déclare l'auteur principal, le Dr Jimbob Blinkhorn, anciennement de Royal Holloway, Université de Londres et maintenant avec le Pan-African Evolution Research Group (Max Planck Institute for the Science of Human History).

YH : les homininés sont une sous-classe des hominidés, qui inclut le genre Homo et les genres éteints apparentés, ce pourquoi les scientifiques peuvent utiliser les deux termes, le plus large ou le plus restreint.

La grotte de Shukbah a été fouillée pour la première fois au printemps 1928 par Dorothy Garrod, qui a rapporté un riche assemblage d'ossements d'animaux et d'outils en pierre de style moustérien cimentés dans des dépôts de brèche, souvent concentrés dans des foyers bien marqués. Elle a également identifié une grande molaire humaine unique. Cependant, le spécimen a été conservé dans une collection privée pendant la majeure partie du 20e siècle, interdisant les études comparatives utilisant des méthodes modernes. La ré-identification récente de la dent au Natural History Museum de Londres a conduit à de nouveaux travaux détaillés sur les collections de la Shukbah.

Lire la suite ci-dessous :

" Le professeur Garrod a immédiatement vu à quel point cette dent était distincte. Nous avons examiné la taille, la forme et la structure 3D externe et interne de la dent, et nous l'avons comparée aux spécimens d'Homo sapiens et de Néandertal de l'holocène et du pléistocène. Cela nous a permis de clairement caractériser la dent comme appartenant à un enfant néandertalien d'environ 9 ans ", explique le Dr Clément Zanolli, de l'Université de Bordeaux. " Shukbah marque la partie la plus méridionale de la chaîne de Néandertal connue à ce jour ", ajoute Zanolli.

Bien que l'Homo sapiens et les Néandertaliens aient partagé l'utilisation d'une large gamme de technologies d'outils en pierre, la technologie nubienne Levallois a récemment été argumentée comme ayant été utilisée exclusivement par Homo sapiens. L'argument a été avancé en particulier en Asie du sud-ouest, où les outils nubiens de Levallois ont été utilisés pour suivre les dispersions humaines en l'absence de fossiles.

 

Grotteshukbah3

Figure 5. Nubian Levallois cores from Shukbah Cave (a–h) and Bisitun (i) and Nubian Levallois points from Shukbah cave (j–n) which feature a medial distal ridge through distal divergent and/or bilateral shaping. (a–c, e–g, j–m) Photos © UCL, Institute of Archaeology; (d, h, n) courtesy of the Pitt Rivers Museum, University of Oxford; i courtesy of the Penn Museum, University of Pennsylvania). - Figure 5. noyaux de Nubian Levallois de Shukbah Cave (a – h) et Bisitun (i) et pointes Nubian Levallois de
Grotte de Shukbah (j – n) qui présentent une crête médiale distale à travers une forme distale divergente et / ou bilatérale. (a – c,
e – g, j – m) Photos © UCL, Institut d'archéologie; (d, h, n) avec l'aimable autorisation du Pitt Rivers Museum, University of
Oxford; (avec l'aimable autorisation du Penn Museum, University of Pennsylvania).

 

" Des illustrations des collections d'outils en pierre de Shukbah ont fait allusion à la présence de la technologie Nubian Levallois. Nous avons donc revisité les collections pour approfondir l'enquête. En fin de compte, nous avons identifié beaucoup plus d'artefacts produits en utilisant les méthodes Nubian Levallois que nous l'avions prévu ", explique Blinkhorn. " C'est la première fois qu'ils sont trouvés en association directe avec des fossiles de Néandertal, ce qui suggère que nous ne pouvons pas faire un lien simple entre cette technologie et l'Homo sapiens."

" L'Asie du Sud-Ouest est une région dynamique en termes de démographie, de comportement et de changement environnemental des hominidés, et peut être particulièrement importante pour examiner les interactions entre les Néandertaliens et les Homo sapiens ", ajoute le professeur Simon Blockley, de Royal Holloway, Université de Londres. " Cette étude met en évidence la gamme géographique des populations de Néandertal et leur flexibilité comportementale, mais émet également une mise en garde opportune selon laquelle il n'y a pas de liens simples entre des hominidés particuliers et des technologies spécifiques d'outils de pierre."

« Jusqu'à présent, nous n'avons aucune preuve directe d'une présence néandertalienne en Afrique », a déclaré le professeur Chris Stringer du Natural History Museum. " Mais l'emplacement sud de Shukbah, à seulement 400 km du Caire, devrait nous rappeler qu'ils se sont même parfois dispersés en Afrique."

 

Grotteshukbah1

Vue de l'extérieur pris de la Grotte de Shukbah - Crédit: AMOS FRUMKIN - peut être agrandie

 

Sources, liens : https://www.nature.com/articles/s41598-021-82257-6.pdf

https://inee.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/les-neandertaliens-les-plus-meridionaux-au-proche-orient

https://www.eurekalert.org/pub_releases/2021-02/mpif-nah020921.php

https://archives.musee-archeologienationale.fr/downloads/dorothy-garrod-4.pdf

 

YH : la totale absence de néandertalien en Afrique, pour l'instant, pose évidemment question. Comme le disent les scientifiques dans cet article, il a bien du y faire des incursions, mais sans laisser de traces discernables à ce jour. Ceci pose d'autres questions. Un foyer de l'apparition de néandertalien n'est pas identifié clairement : Moyen-Orient ou Europe ? Jusque assez récemment, les scientifiques supposaient que néandertalien avait pour ancêtre Homo Hedelbergensis, un autre homininé seulement présent en Europe et plus ancien que lui (800 000 à 300 000 ans d'ancienneté). Mais une partie de plus en plus importante de la communauté scientifique suggère que Homo Hedelbergensis ne serait pas une espèce à part, mais un néandertalien archaïque, et que néandertalien serait bien apparu en Europe. Les scientifiques lui cherchent un ancêtre en Afrique, mais en vain pour l'instant (certains pensent que Homo rhodesiensis pourrait l'être, mais sans preuves à ce jour). Mais là où cela se gâte, c'est que la génétique affirme que Néandertalien et Homo Sapiens (Homme moderne) se seraient séparés d'un ancêtre commun inconnu il y a entre 800 000 et 600 000 ans). Et puisque les scientifiques pensent que Homo Sapiens est apparu en Afrique, cela signifierait que cet ancêtre commun devait être logiquement en Afrique. Mais dans ce cas, cet ancêtre commun inconnu devait être en même temps en Afrique et en Europe ou Levant, puisqu'il n'y a pas de traces de néandertalien en Afrique. Les choses se sont encore plus compliqué avec la découverte que Homo Denisova (un homininé présent en Europe et Asie depuis 450 000 ans, à peu près comme le néandertalien en âge) partageait une certaine parenté avec les Néandertaliens (et qu'il s'est aussi mélangé à lui ET avec les Homo Sapiens). Cela pourrait signifier que l'homme moderne (Homo Sapiens), néandertalien et denisovien auraient un même ancêtre commun en fait. Fait intéressant : une étude récente prouve que Homo Heidelbergensis et Néandertal avaient avait plus ou moins la même taille que l'homme moderne vivant dans la région méditerranéenne et en Europe centrale.

Le foyer de naissance de Homo Sapiens pose aussi question d'ailleurs. On pensait qu'il était apparu du côté du rift de l'Afrique de l'Est, voir en Afrique du Sud, mais la découverte du plus ancien fossile de Homo Sapiens, daté de 315 000 ans, est maintenant au Maroc, à l'extrême ouest de l'Afrique du nord. Ceci nous rapproche bien d'une séparation d'un ancêtre il y a environ 500 000 ans, comme le disent actuellement les scientifiques, mais lequel, et où ? Et on sait maintenant que l'homme moderne était déjà hors d'Afrique il y a au moins 200 000 ans... Quoi qu'il en soit, les recherches sur l'origine de l'homme moderne sont toujours aussi passionnantes.

Et pour finir, question technique nubienne Levallois, Néandertalien étant plus ancien que l'Homme moderne (Homo Sapiens), y compris sur place, on peut logiquement se demander lequel des deux a appris à l'autre cette technique... d'autant plus qu'il semble que cette technique soit aussi associée à l'Homme de Tourville en France, bien plus ancien que la présence de l'homme moderne en Europe !

http://www.sci-news.com/othersciences/anthropology/earliest-homo-sapiens-04933.html

http://www.sci-news.com/othersciences/anthropology/oldest-modern-human-fossil-israel-05667.html

https://cordis.europa.eu/article/id/34704-scientists-piece-together-homo-heidelbergensis-height-puzzle/fr

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/de-l-adn-vieux-de-400-000-ans-complique-l-histoire-de-l-homme.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-homme-moderne-apparition-entre-500-000-a-300-000-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/il-y-a-200000-ans-en-france-l-homme-de-tourville.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/pages/pages/dossier-neanderthal.html

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 18-02-2021

mystère échange archéologie lire prehistoire moyen-orient Histoire

ADN de plus d'un million d'années de mammouths congelés ADN de plus d'un million d'années de mammouths congelés
ADN de plus d'un million d'années de mammouths congelés - des surprises ...
  Stonehenge : une imitation d'un monument plus ancien ?
Stonehenge : une imitation d'un monument plus ancien ?     Waun Mawn est ...
Stonehenge : une imitation d'un monument plus ancien ?

Ajouter un commentaire