Sciences-Faits-Histoires

Soudan : une civilisation avancée antérieure aux pharaons

Soudan : une civilisation avancée antérieure aux pharaons

 

Doukki gel reconstitution partielle 730

 

Doukki Gel, Reconstitution partielle. Crédit Mission archéologique suisse-franco-soudanaise de Kerma-Doukki Gel

 

Les fouilles à Doukki Gel n’ont pas fini de dévoiler tous ses secrets. La découverte d’une cité dont on ignore l’origine prouve l’existence d’une civilisation très avancée, antérieure aux pharaons.

De retour de mission sur place, l’archéologue et épigraphiste Dominique Valbelle fait le point sur ce que l’on sait de cette ville et de cette civilisation sans égale.

Lors des fouilles de la ville de Kerma, au début du XXe siècle, la cité voisine de 700 mètres, Doukki Gel, a été curieusement négligée. Mais à partir des années 1960Charles Bonnet, à la tête de la mission archéologique suisso-franco-soudanaise, a porté ses efforts sur ce deuxième site aussi, et Dominique Valbelle rejoint l'équipe en 1996. Des découvertes exceptionnelles, comme les pharaons noirs en 2003, ont permis de montrer l’importance de la civilisation nubienne. Ce site de Kerma et celui de Doukki Gel ont livré depuis cette époque des indices passionnants concernant l’Egypte, la Nubie et l’Afrique centrale.

 

Soudan kerma site archeologique 0

ville de Kerma, à 700 m de la ville de Doukki Gel. Crédit Mission archéologique suisse-franco-soudanaise de Kerma-Doukki Gel

 

L’archéologue Charles Bonnet a par consacré la plus grande partie de sa vie à diriger des missions suisses principalement au Soudan. À partir de 1968, ses recherches ont porté sur le grand site urbain de Kerma, puis de Doukki Gel, permettant des découvertes de premier ordre sur les développements urbains de Kerma durant plusieurs millénaires, l’identification du grand sanctuaire central de la Deffufa, la mise au jour spectaculaire des pharaons noirs, et enfin le dégagement de la cité de Doukki Gel, avec ses singuliers monuments, révélant dans le même temps aux Soudanais tout un pan de leur histoire préislamique. Il a fait partie de différentes missions suisses de 1965 à 2003. 

" Actuellement, le résultat de notre travail constitue une sorte de palier entre l’Égypte et l’Afrique centrale. Je crois que nous avons fait ou nous faisons la preuve que cela vaut la peine de se préoccuper du passé de l’Afrique centrale, car je suis certain qu’à l’époque où en Europe l’homme vivait dans des grottes de manière extrêmement rudimentaire, en Afrique prenait place une préhistoire et une histoire de première importance. Simplement, on ne la connaît pas. Mais le risque dans le monde moderne où tout avance très vite, où le dynamisme est prêché comme une religion, est de voir disparaître les vestiges de cette civilisation africaine avant de les reconnaître. Car l’archéologie demande d’être patient et les études prendront du temps. C’est cela le problème de la prochaine génération : trouver les moyens politico-militaires pour pacifier ces régions et essayer de retrouver son patrimoine et son histoire." Charles Bonnet.

C’est là qu’ont été découvertes sept statues et certains objets que l’on peut admirer dans l’exposition du Louvre de cet été 2022. Ces sept statues majestueuses et recouvertes d’or, représentations des rois de la XXVe dynastie égyptienne (744 à 656 avant J.-C.) et de leurs successeurs napatéens proviennent d’une cachette mise au jour à Doukki Gel, au Soudan, à 1 300 kilomètres au sud du Caire. En effet, l’exposition « Pharaon des Deux Terres », qui se tient au Louvre jusqu’au 25 juillet 2022, permet aux visiteurs de découvrir dans la dernière salle les reproductions des sept statues majestueuses recouvertes d’or.

Vers le milieu du IIe millénaire avant J.-C., Thoutmosis Ier conquiert le pays de Koush – la Haute Nubie – et installe au-dessus du site de Doukki Gel un « ménénou », un centre fortifié qui servait à promouvoir l’idéologie monarchique et à collecter les tributs dans les territoires dominés. En 2012, les archéologues ont découvert qu’il avait été édifié sur une ancienne cité africaine à l’architecture extraordinaire.

C’est en effet l’emplacement de cette ville étrange à l’allure africaine que les Égyptiens choisissent, pour y construire un ménénou, ces centres fortifiés spécifiques des territoires conquis, destinés à y promouvoir l’idéologie monarchique et à servir de base à la collecte des tributs. Après avoir détruit les impressionnantes défenses qui protégeaient cette ville cérémonielle aux immenses palais et aux temples circulaires qui relèvent d’une architecture totalement différente de celle de la capitale, les Égyptiens bâtissent trois temples, dédiés notamment à plusieurs formes d’Amon, et divers dispositifs domestiques protégés par de nouvelles enceintes partiellement inspirées de celles de leurs prédécesseurs. On note que, dès cette époque, plusieurs sanctuaires indigènes restent inclus dans les nouvelles enceintes. En dépit d’une révolte contemporaine de la fin du règne de Thoutmosis Ier ou du début de celui de Thoutmosis II, qui détruit le ménénou de Thoutmosis Ier, ce dernier est reconstruit et transformé par tous les pharaons de la XVIIIe dynastie jusqu’à l’époque amarnienne. L’investissement des Ramessides est plus modeste.

 

Soudan doukki gel fouilles2020

Vue aérienne du site de Doukki Gel en 2020 - Crédit Mission archéologique suisse-franco-soudanaise de Kerma-Doukki Gel

 

Le site portait un nom issu d’une épithète divine : Panébès, « le jujubier », arbre sacré particulièrement fréquent dans la région. L’étude des temples qui s’y succèdent fournit d’importants renseignements sur l’architecture religieuse égyptienne des Thoutmosides, et sur leur décor, malgré l’état fragmentaire des blocs provenant de leurs piliers, de leurs portes et des murs du sanctuaire de Thoutmosis IV. Les talatats du temple central d’Aton sont également révélatrices de décors différents de ceux que l’on connaît dans les autres temples d’Akhénaton. Enfin, des monuments privés contribuent à apporter des informations précieuses sur l’histoire de la Nubie et le développement vers le Soudan central des intérêts égyptiens. " Doukki Gel signifie la "colline rouge". Ce nom a été donné à cause des amoncellements de moules à pain, qui, en général, sur les sites archéologiques de la vallée du Nil, désignent les endroits où se trouvent des temples, et cela correspond au grand nombre d'offrandes faites aux dieux de ces temples ". Dominique Valbelle

L'archéologue et épigraphiste Dominique Valbelle nous explique l'importance de ces découvertes. " Il faut bien prendre en compte le fait qu’en Afrique, en dehors de l’Égypte, on a un vide de nos connaissances entre la préhistoire [qui se termine vers -3 500 avant J.-C.] et le XIVe siècle de notre ère."

Cette méconnaissance des civilisations africaines touche peut-être à sa fin, car en 2018, une équipe d’archéologues suisse-franco-soudanaise a fait une découverte incroyable sur le site de Doukki Gel dans la vallée du Nil au nord du Soudan.

Des dizaines de bâtiments, tous circulaires ou ovales pouvant abriter jusqu’à 1 400 colonnes.

Dominique Valbelle : " Donc des constructions monumentales, extraordinaires et qui rendent compte d’États extrêmement complexes avec des structures assez sophistiquées et une architecture totalement inconnue, qu’on considère comme étant de type africain parce que tout est circulaire ou ovale."

Ce qui frappe les archéologues, c’est que nous sommes à 700 m d’une autre ville : Kerma. Une ville contemporaine de Doukki Gel mais qui reprend l’architecture traditionnelle du style égyptien. Alors, comment expliquer les bâtiments ronds de Doukki Gel ?

 

Lire la suite ci-dessous :

Il faut déjà comprendre l’utilisation de ces bâtiments.

Dominique Valbelle : " On a des palais cérémoniels, c'est ce qui est le plus spectaculaire. Ce sont des palais qui sont entièrement occupés par des colonnes, avec simplement des cheminements qui vont à des trônes. C’est-à-dire que les gens ne circulaient que dans ces allées donc c'était quelque chose de très particulier. Ça ne peut être que cérémoniel parce que c'est vraiment très spécial."

Les archéologues ont aussi découvert des temples plus petits, mais à l’architecture tout aussi complexe, avec des autels et des chemins de procession intérieurs.

Mais les fouilles ont été ralenties à cause de la situation politique au Soudan et du Covid-19. Juste avant la pandémie, la mission archéologique avait découvert un bâtiment spécial, qui précède l’occupation égyptienne.

Dominique Valbelle : " La mission de Kerma-Doukki Gel avait découvert un bâtiment extraordinaire qui comprenait des salles de réunion, avec des trônes ou des sièges de dimensions différentes. C’est-à-dire qu’il y avait des gens importants et des gens moins importants dans ces salles. Là, on a vraiment des lieux de réunions, donc on a considéré que c’était le lieu de la résistance contre les velléités égyptiennes d’occupation."

Cette coalition de peuples africains est d'ailleurs évoquée dans un texte égyptien.

Dominique Valbelle : " En effet, un texte sous forme de grafito dans une tombe au sud de l’Égypte fait allusion à une coalition de ce type, des gens qui viennent vraiment de très loin et qui ont essayé, avant la conquête égyptienne, d’empêcher les Égyptiens de conquérir leurs territoires."

Ces découvertes sont récentes et devraient se poursuivre, d'après Charles Bonnet chef de la mission, elles pourraient changer notre regard sur l’histoire du continent africain.

Charles Bonnet : " Je crois pouvoir dire que l’on a affaire à une civilisation africaine, d’Afrique centrale. Parce qu’on ne peut pas avoir une architecture aussi sophistiquée sans de longs siècles d’élaboration. On découvre un état sophistiqué qui commence à une période bien antérieure à l’histoire africaine. C’est un point fondamental qui est sans doute, pour les générations futures, l’un des grands points pour comprendre le développement universel de l’homme."

Les structures à la forme ronde et ovale, datant de 2000 – 1500 avant J.C., ont été découvertes en hiver 2017-2018 dans le nord du Soudan, a expliqué Charles Bonnet, 83 ans, dans un entretien avec l'agence AFP. Elles sont situées à Doukki Gel (« la colline rouge »), à environ un km de Kerma, la capitale du royaume nubien où Charles Bonnet et son équipe fouillent depuis des décennies.

« A Kerma, l'architecture est de forme carré ou rectangulaire (...). Ici, nous avons des structures rondes », a-t-il dit, ajoutant que les trois temples se trouvaient dans un carré de 50 mètres de côté. « Cette architecture est inconnue, il n'y en a pas d'exemples en Afrique centrale ou dans la vallée du Nil », confie Charles Bonnet. « Nous ne connaissons pas beaucoup de temples ronds dans le monde (...) pour comparer », ajoute le Suisse, considéré comme le doyen des archéologues au Soudan.

La découverte de ces trois temples pourrait donner lieu à de nouvelles révélations sur l'histoire de l'Afrique, selon lui. « C'est complètement nouveau », dit-il, ajoutant que les nouvelles structures ne ressemblaient pas à l'architecture égyptienne ou nubienne, aux influences majeures dans la région. « Nous devons retrouver les racines (de cette architecture) (...) c'est le secret de l'Afrique ».

Par ses recherches, Charles Bonnet a montré ces dernières décennies l'héritage proprement africain et non seulement égyptien de l'ancien royaume de Kerma (2500 - 1500 ans avant J.C.). Il avait notamment déterré sept statues en granit de « pharaons noirs », souverains soudanais ayant régné sur l'Egypte vers le VIIIe siècle avant J.C.

 

Soudan la fosse desstatuespharaonsnoirsLes fragments des sept statues de rois de la XXVe dynastie et napatéens dans la fosse. Crédit Mission archéologique suisse-franco-soudanaise de Kerma-Doukki Gel


La Nubie, qui correspond aujourd'hui à une partie du nord du Soudan et du sud de l'Egypte, était alors connue pour ses matières précieuses comme l'or, l'ivoire ou l'ébène.

Parallèlement à la découverte des temples, Charles Bonnet a indiqué avoir trouvé à Dokki Gel d'« énormes fortifications », signe selon lui que le site pourrait encore renfermer d'autres trésors. « Cela signifie que cette partie du monde était défendue par une coalition, probablement par le roi de Kerma avec des gens venant du Darfour (ouest) et du centre du Soudan » contre les Egyptiens, qui voulaient contrôler le commerce en Afrique centrale.

 

560x315 3 les statues reconstituees dans le musee de kerma

Les statues royales reconstituées dans le musée de Kerma (3 du royaume de Kouch et 4 de Nabatée)- Crédit Mission archéologique suisse-franco-soudanaise de Kerma-Doukki Gel


Charles Bonnet a récemment expliqué au Time : « Il faut avouer que mis à part ce que quelques sources d'époque égyptienne nous disaient, on ne savait à peu près rien de l'histoire de cette région : il n'y a eu presque aucune fouille, pas de grands projets de recherche – par une forme de désintérêt scientifique, et peut-être aussi parce que le climat politique d'aujourd'hui ne s'y prête guère. Mais on avait tout de même senti que cette partie du monde avait une histoire – même si elle n'était pas écrite depuis ses débuts .»

Les cultures Kerma sont étudiées depuis de nombreuses décennies. A la fin du XIXe siècle, l’archéologue américain, George Reisner pensait que le grand monument au centre de l’image correspondait aux restes d’un palais égyptien en terre étrangère. Nous savons aujourd’hui qu’il s’agit du temple principal d’une ville indigène qui s’étend autour du monument sur une période comprise entre 2350 et 1550 avant notre ère.

« Nous découvrons un nouveau monde et c'est le monde africain », dit-il encore à l'AFP. « Ce pays est énorme, c'est le cœur de l'Afrique avec de nombreuses influences venant de la mer Rouge, du Darfour et du Kordofan (sud) », explique-t-il. « Nous disposons ici d'une histoire du monde extraordinaire, et peut-être que dans quelques années nous aurons une Soudanologie au même titre que l'Egyptologie ».

Une telle structure pour le temple, érigé dans un espace de 50 mètres de côtés (?) et des centaines de colonnes, est absolument extraordinaire pour la région...

 

Sources : https://kerma-doukkigel.ch/la-mission/  - plusieurs vidéos aussi sur le site officiel de la mission archéologique

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/carbone-14-le-magazine-de-l-archeologie/decouverte-de-la-ville-sacree-des-pharaons-noirs-5698590

https://information.tv5monde.com/afrique/au-soudan-le-genevois-charles-bonnet-devoile-les-restes-d-un-passe-africain-154023

https://www.letemps.ch/culture/soudan-genevois-charles-bonnet-devoile-restes-dun-passe-africain

https://kerma-doukkigel.ch/les-sites/kerma/

https://www.telerama.fr/sortir/cette-civilisation-ne-ressemble-a-aucune-autre-au-soudan-un-site-pourrait-reecrire-l-histoire-7010339.php

https://fr.wikipedia.org/wiki/Doukki_Gel

 

Soudan kouch carte 768x933

Crédit Mission archéologique suisse-franco-soudanaise de Kerma-Doukki Gel

 

YH : Nous avons donc maintenant une cité sophistiquée et monumentale (la plus ancienne avérée d'Afrique noire pour l'instant , et sans influence ?) qui sort du néant vers 4400 avant le présent et disparaît sous une autre ville (Dakki Gel - Pnoubs ou Panebès, la cité de Thoutmosis Ier) vers il y a 3500 ans... notons aussi au passage que nous avons aussi le site de Wadi El-Arab où il y a des recherches de vestiges d’habitats, datés vraisemblablement entre 7000 et 6500 av. J.-C.. L’intérêt principal du gisement de Wadi El-Arab est de livrer une succession d’occupations stratifiées couvrant deux millénaires (8200-6200 av. J.-C.). Ce site livre notamment des informations précieuses sur les origines du pastoralisme en Afrique. Découverte d'un secteur à vocation funéraire, avec des sépultures datées entre 7000 et 6500 av. J.-C. ; probablement les plus anciennes sépultures néolithiques du continent. Et le site de Boucharia, dont l'intérêt majeur réside dans sa datation et dans le fait qu'il livre de la céramique. Il s'agit en effet de la plus ancienne production de poterie connue au Soudan (8300 av. J.-C.). L'extension de la zone fouillée fournira de plus amples informations sur le contexte et sur les relations possibles avec les poteries sahariennes contemporaines.

 

Soudan wadi el arab

Wadi El-Arab - archives Crédit Mission archéologique suisse-franco-soudanaise de Kerma-Doukki Gel

Une hypothèse a été faite selon laquelle cette ville enterrée ait été édifiée immédiatement après la première guerre menée contre les Nubiens par Sésostris Ier, de la XIIe dynastie. Ce pharaon avait conquis jusqu'à la zone de la deuxième cataracte. Sous Amenemhat II les Kouchites sont venus payer tribu à ce souverain, mais ceci n'a probablement guère duré. De nouveaux préparatifs pour une campagne militaire sont sans doute engagés par le père de Sésostris IIISésostris II. Cette installation serait peut-être contemporaine d'une ligue qui s'est dressée contre les pharaons à ce moment-là, juste avant les expéditions de Sésostris III (r. 1872-1854). Son armée est descendue jusqu'à Semna, bien au-delà de la deuxième cataracte, qui marquera la frontière par l'édification de 7 forteresses.

Comme ce type de forme circulaire n'a aucun rapport ni avec l'architecture Égyptienne ni avec l'architecture Nubienne de Kerma, il pourrait s'agir d'un de ces peuples qui se sont coalisés avec Kerma pour lutter comme l'hégémonie égyptienne, et venus d'ailleurs, de l'Afrique voisine. Mais la datation maintenant indiquée, plus ancienne encore qu'en 2016-2018, semble de fait annuler cette première hypothèse.

Et les fouilles ne sont pas terminées, on en est loin. Quel peuple et quelle civilisation africaine a bien pu si rapidement construire de tels temples et infrastructures étonnants ?

 

Ce n'est pas la première fois que des soupçons de constructions ou des traces anciennes ont été signalées en Afrique non saharienne :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/artefacts-et-legendes-du-sierra-leone.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/afrique-du-sud-des-outils-de-700000-ans-des-cites-de-200000-a-75000-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-artefacts-exceptionnels-de-44-000-ans-en-afrique-du-sud.html

 

Yves Herbo, compilations de données, Sciences-Faits-Histoires, 12-06-2022

mystère échange archéologie lire antiquité légendes Histoire éducation sciences Afrique

Commentaires

  • jules
    • 1. jules Le 14/06/2022
    Bonjour,

    Super article!

    Cordialement,

    Jules
    • yvesh
      • yveshLe 14/06/2022
      Merci Jules ! Le grand vide archéologique et historique africain, dont il est aussi question dans cet article d'ailleurs, va probablement sortir par bribes de dessous les jungles, avec les progrès scientifiques et techniques; mais cela dépend de la situation géopolitique locale malheureusement aussi... Bien cordialement, Yves

Ajouter un commentaire