Sciences-Faits-Histoires

Artefacts et légendes du Sierra Leone

Artefacts et légendes du Sierra Leone, Afrique de l'Ouest

 

bureh-beach-sierra-leone.jpg

Sierra Leone-Bureh Beach

 

Le Sierra Leone est un petit pays d'Afrique de l'Ouest coincé entre l'océan Atlantique, la Guinée et le Libéria. 

Les Nomoli (ou Nomori) ont été trouvées sur les terres et champs des tribus Temné, les Mendé et les Sherbro, et elles présentent des similitudes avec le Pomdo des Kissi de Guinée. Elles sont faites en stéatite – une pierre presque aussi souple à travailler que le bois.

 

sierraleone-figurinespierre4.jpg 

sierraleone-figurinespierre3.jpg

 

En cherchant des diamants en Sierra Leone, Afrique occidentale, des indigènes firent des découvertes inattendues : ils tombèrent régulièrement sur des sculptures en pierre hautes de 40 à 70 cm. La provenance de ces Nomoli est indéterminée.

 

sierraleone-pierresduciel.jpg


Certains d’entre eux ont été découverts à des profondeurs de 50 mètres. Cela signifie qu’elles pourraient avoir 17 000 ans. Une datation qui ne correspond pas aux découvertes faites à ce jour par l’archéologie. Le professeur Pitoni a toujours récupéré un matériau organique sur le lieu même de la découverte et la datation de ces artefacts en pierre s'échelonne de 2500 à 17 000 ans pour le plus vieux.

 

sierraleone-figurinespierre5.jpg 

sierraleone-figurinespierre6.jpg 

sierraleone-figurinespierre2.jpg

 

" Vous avez là un homme très très grand assis sur un éléphant, puisqu'il y a également des légendes de géants dans toute l'Afrique. Vous connaissez la taille d'un éléphant !  Le travail de la pierre est remarquable, l'objet est très dur et très lourd ". YH : Notons tout de même que la plupart des anciennes civilisations ont représenté leurs rois comme étant beaucoup plus grands que leurs sujets, histoire de pouvoir et de domination, d'action psychologique sur le peuple... les momies de plusieurs pharaons ont été découvertes par exemple, et ils n'étaient pas plus grands que leurs sujets mais ils étaient bien représentés sur les murs comme l'étant...

 

sierraleone-figurinespierre9.jpg 

sierraleone-figurinespierre11.jpg

sierraleone-figurinespierre12.jpg

 

Certains artefacts représentent aussi des humains ou semi-humains à tête de reptile et tenant une sorte de pot où ils pourraient mettre quelque chose. Au sommet de plusieurs Nomolis se trouve également un trou pour y entrer quelque chose. Ils étaient très probablement utilisés pour les cérémonies.

 

sierraleone-figurinespierre13.jpg 

sierraleone-figurinespierre14.jpg 

sierraleone-figurinespierre15.jpg

 

L'une d'entre elles, parmis les plus âgées, détenait en elle, dans une cavité, une petite sphère métallique. Vous avez ici une sorte d'animal... qui ressemble à un dinosaure. Quand le professeur Pitoni a trouvé cette statue, elle émettait un drôle de bruit. Il l'a donc ouverte et on a trouvé à l'intérieur une petite bille noire. Vous pouvez la voir au pied de la statue [en haut à droite] ; elle était en métal ferreux.

 

sierraleone-figurinespierre16.jpg sierraleone-figurinespierre17.jpg sierraleone-figurinespierre18.jpg sierraleone-figurinespierre19.jpg sierraleone-figurinespierre20.jpg sierraleone-figurinespierre21.jpg sierraleone-figurinespierre22.jpg sierraleone-figurinespierre23.jpg sierraleone-figurinespierre25.jpg sierraleone-figurinespierre26.jpg

 

L'expert en musée et artefacts Klaus Dona (Photos issues de son documentaire) :

"Au moment des recherches sur cet artefact et sur cette bille de métal plus particulièrement, le professeur m'a appelé le lendemain matin pour me dire qu'on avait dû me faire une mauvaise plaisanterie. 
Pourquoi ? ai-je demandé. Parce que les recherches ont révélé que le matériau était de l'acier chromé et que l'acier chromé a été découvert en Autriche au début du XXème siècle. Cela signifie qu'il était impossible d'en trouver à l'intérieur d'une statue vieille d'environ 17 000 ans !

Mais lorsque j'ai, immédiatement après, contacté le professeur Pitoni, il a ri et m'a dit : "Je suis géologue. Si une statue fait un bruit bizarre, je ne l'ouvre pas tout de suite, mais je la passe d'abord aux rayons X."

Vous pouvez voir ici, sur l'image de droite [ci-dessous] une des radiographies et vous pouvez constater qu'à l'intérieur de la statue se trouve déjà la bille, la bille en acier chromé était déjà là."

 

Statueavecbille metal On voit tout dans cette radiographie. Le professeur Pitoni a également vu que cette statue de pierre avait déjà été ouverte auparavant et parfaitement refermée. Il a fait appel à un spécialiste qui l'a ouverte exactement comme sur cette photo, le petit bouchon de pierre qui obturait le trou à l'intérieur, et on peut constater que la bille de métal était déjà là.

Nomoli sierra leone museum

 

« Nomoli-Sierra Leone Museum (2) » par John Atherton — Soapstone "Nomoli" figure from Sierra Leone (West Africa). Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-Sierra_Leone_Museum_(2).jpg#/media/File:Nomoli-Sierra_Leone_Museum_(2).jpg

 

Nomoli mende sierra leone

 

« Nomoli-Mende-Sierra Leone » par Ji-Elle — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-Mende-Sierra_Leone.jpg#/media/File:Nomoli-Mende-Sierra_Leone.jpg

 

Nomoli british museum

 

« Nomoli-British Museum (8) » par John Atherton — Soapstone "Nomoli" figure from Sierra Leone (West Africa). Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-British_Museum_(8).jpg#/media/File:Nomoli-British_Museum_(8).jpg

 

Nomoli tervuren

 

« Nomoli-Tervuren (1) » par John Atherton — Soapstone "Nomoli" figure from Sierra Leone (West Africa). Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-Tervuren_(1).jpg#/media/File:Nomoli-Tervuren_(1).jpg

 

Lire la suite ci-dessous pour les Pierres du Ciel et leur légende :

Les Pierres du Ciel.

 

sierraleone-pierresduciel1.jpg 

sierraleone-pierresduciel3.jpg 

sierraleone-pierresduciel4.jpgskystone1.jpg
 

Les « skystones » bleus représentent une autre énigme. Le géologue et archéologue Angelo Pitoni a été en charge dans le passé d'exploitation du diamants, le Sierra Leone en possède en effet plusieurs mines. Plusieurs pierres de couleur azur ont été trouvées dans le sol en 1990, un sol daté d'environ 12.000 ans d'après les diamantaires

Pitoni a envoyé la pierre mystérieuse dans plusieurs laboratoires du monde entier. Des tests ont été effectués dans les laboratoires des universités de Genève, Rome, Utrecht, Tokyo et Freiberg en Allemagne. Tous les experts disent la même chose, à savoir que la pierre bleue n'existe pas parce qu'elle ne ressemble à aucun type de roche connue dans la nature sur Terre !

C'est pourquoi ce doit être une pierre artificielle. Comme la pierre est bleue avec de fines veines blanches, on l’a appelée « Skystone » ou « Pierre du ciel ». On a trouvé dans sa composition plus de 77 % d'oxygène, avec des traces de carbone, de silicium, de calcium et de sodium. Sa composition rend la « Pierre du ciel » semblable à une sorte de ciment ou de stuc et elle semble avoir été artificiellement colorée. Les indigènes vivant dans la région où la pierre a été trouvée connaissaient déjà son existence, y compris leurs ancêtres, parce que cet artefact ressemblant à une pierre servait à repérer des trous creusés dans le sol.

Une légende locale raconte que " Allah, fâché contre quelques anges, les aurait transformé en pierre, et comme ils volaient dans le ciel, ils sont tombés sur la terre sous forme de pierres bleues "...

analyseskystones.jpg

Analyses Pierres du ciel

Une autre légende raconte ceci :

" Le coin de ciel habité par les Nomoli se transforma en pierre, se brisa et tomba sur terre sous forme de fragments de roche ". Les scientifiques ont trouvé des traces d’iridium dans les « skystones ». L’iridium n’est pourtant pas présent sur terre. Sauf dans les météorites venues de l’espace. YH : Un autre fragment d'une comète ou astéroïde qui se serait fragmenté au-dessus de la Terre justement à cette période selon plusieurs études ?

 

exponomoli3.jpg

 

Exposition Klaus Dona Suisse

 

Enquête sur Angelo Pitoni : https://it.wikipedia.org/wiki/Angelo_Pitoni

 

Pitoni 768x447

Crédit : Dario Del Buono ?

 

Angelo Pitoni (né à Rieti, 1924 - mort à Rieti, 2009) était un explorateur, écrivain, militaire et géologue italien

Angelo Pitoni était géologue pour la FAO, botaniste et agronome amateur, découvreur de mines d' émeraude, expert en lapis lazuli.

Avant de devenir géologue, Pitoni a été médaillé d'or dans la Résistance et commando des forces spéciales britanniques et de l'Oss américain.

Il était l'ami de Don Zeno Saltini, le fondateur de Nomadelfia, décoré de la Silver Star américaine, agent secret à 20 ans, explorateur et aventurier dans la jungle amazonienne à 23 ans. (YH : Rappelons qu'à ces périodes, les explorateurs et découvreurs se voyaient aussi attribués du titre d'archéologues, aucun diplôme n'existant pour cette pratique).

Parmi ses découvertes figurent la Pierre du Ciel, le Nomoli et la Dama del Mali. La Dama del Mali se trouve en Afrique de l'Ouest en Guinée sur un éperon rocheux de 1500 mètres de haut surplombant l'océan Atlantique. Le chiffre a été considéré par les chercheurs comme l'effet de l'érosion éolienne, mais Pitoni a émis l'hypothèse qu'il s'agissait d'une sculpture créée il y a 20 000 à 35 000 ans. La Dame représente une femme avec un chapeau et regardant vers le bas. Haute de 150 mètres, si elle était construite aujourd'hui elle représenterait un travail colossal. Les indigènes racontent la légende d'une femme transformée en pierre pour avoir tué son mari.

Ouvrages : 

  • L'inconnu : homme, matière, antimatière , Rome, Edizioni Mediterranee, 1973.
  • Le mystère de la vie , Rome, Académie Dom Magistral, 1995.
  • Notre sol , Rome-Londres, Baton International, 1971.

Bibliographie :

  • Adriano Forgione, magazine Fenix ​​n°10 (2009)

 

Autres données : https://www.federazioneufologicaitaliana.org/le-scoperte-straordinarie-e-dimenticate-nel-tempo-del-professor-pitoni-lindiana-jones-italiano/

 

Extraits : " Après la guerre, décoré de la Silver Star américaine, il continua comme Agent pour les USA jusqu'à la naissance de la CIA et comme toujours lorsque les organismes se transforment, il fut mis hors de l'Agence et que lui, étant encore jeune et intelligent, était-il prêt à collaborer avec des gens d'Amérique du Sud pour lesquels il a organisé des coups d'État. Au bout d'un moment, la CIA, accusée d'être l'inspirateur en raison de son implication, l'a sorti et lui a imposé un ultimatum : soit il a obtenu son diplôme à leurs frais et est allé travailler pour les compagnies pétrolières, soit elles auraient dû l'éliminer.

Ainsi est né le professeur Pitoni, parachuté dans la forêt amazonienne à la recherche de zones de champs pétrolifères, prodrome du grand explorateur vénézuélien de régions inconnues et sauvages qui ont fait de lui le chercheur et le grand initié que j'ai rencontré. "

" Pitoni, dans sa vie d'explorateur ont fait d'innombrables découvertes de "petite" importance, allant des statuettes antiques à une cité maya, une fois qu'il m'a montré des photos en couleur prises dans la forêt où se détachaient des rondins coupés, invité à une observation plus attentive, j'ai remarqué un point rouge sur le bord d'une des souches : sous la loupe un homme apparut debout, il avait découvert des arbres 10 fois plus gros que les Séquoias. Ses récits étaient merveilleux et horribles en même temps que lorsqu'il m'a dit qu'il était avec une tribu aborigène depuis des mois et qu'il n'a découvert qu'ils étaient cannibales qu'à la fin de leur séjour.

Mais il a également découvert des choses d'une importance archéologique remarquable telles que la Skystone et la Dama del Mali.

En 1990, Angelo Pitoni découvrit en Sierra Leone (Afrique de l'Ouest) l'existence d'une pierre bleue anormale qu'il fit analyser dans divers laboratoires à travers le monde. Les tests effectués par les laboratoires de l'Université de Genève, de l'Université Sapienza de Rome, d'Utrecht, de Tokyo et de Freiberg ont tous affirmé la même chose, à savoir que la pierre bleue "n'existe pas" car elle ne ressemble à aucun type connu de roche dans la nature. Par conséquent, il doit s'agir d'une pierre artificielle.
Puisque cette pierre que je me montre plusieurs fois lors de nos rencontres au fil des années, est de couleur bleue avec de fines veines blanches, à cause de cela elle s'appelait « Skystone », c'est-à-dire pierre du ciel. Sa composition s'est avérée être plus de 77% d'oxygène, et le reste était en grande partie du carbone, du silicium, du calcium, du sodium. La composition de la Skystone la rend similaire à celle d'une sorte de béton ou de stuc, et elle semble avoir été colorée artificiellement. Les indigènes du lieu de découverte connaissaient déjà cette pierre, telle qu'elle apparaissait parfois lorsqu'ils creusaient des trous dans le sol. Et parfois cette pierre circulait aussi en dehors de la Sierra Leone, puisque la même pierre avait été trouvée des années plus tôt sur un marché au Maroc, elle s'appelait « Kryptonite » et a été analysée à Londres avec les mêmes résultats.

Un autre mystère est que cette pierre se trouve toujours dans des couches de sol datant d'au moins environ douze mille ans, ce qui est assez étrange étant donné que la pierre du ciel a certainement été produite par une civilisation très avancée mais officiellement il n'y avait aucune civilisation évoluée dans ces moments.

Toujours en Sierra Leone, dans le même pays où Pitoni a trouvé la pierre céleste, il a également trouvé des statuettes d'individus d'apparence déformée, que les habitants appellent « Nomoli ». Pitoni m'a dit que leur datation, calculée sur la base d'analyses scientifiques, remonte à environ douze mille ans.
Ces statuettes ont également été découvertes des années plus tôt, et certaines d'entre elles se trouvent au British Museum à Londres et au Musée de l'Homme à Paris, où il n'était pas possible de les attribuer à une culture africaine connue et finalement les statuettes ont fini par être oublié par l'archéologie officielle.

La troisième découverte pertinente de Pitoni dans la région est ce qu'on a appelé la "Dame du Mali", une gigantesque sculpture féminine de 150 mètres de haut qui domine le sommet inaccessible d'une montagne en Guinée, qui culmine à 1500 mètres.
La "Dame du Mali" ressemble à l'incontournable effigie gigantesque d'une figure féminine avec une sorte de couronne sur la tête, sculptée sur un immense mur de granit qui, dans les temps anciens, aurait pu être une côte rocheuse d'un lac ou d'une mer, compte tenu également le fait qu'il soit face à l'Atlantique. Les traits somatiques de la figure féminine sont résolument indo-européens, et en particulier l'expression royale et imposante est frappante, ce qui va bien avec le genre de couronne sur la tête et avec la robe semblable à une tunique royale.
Il faut souligner la parfaite modélisation de la tête et du dos, ainsi que leur état de conservation quasi excellent
Cette sculpture a déjà été découverte par certains érudits, qui croyaient incroyablement qu'il s'agissait de l'effet de l'érosion éolienne, et c'est certainement le plus grand mystère puisque même un enfant comprendrait qu'il s'agit d'une sculpture humaine raffinée, sans compter que des analyses ont montré la l'inexistence de facteurs d'érosion éolienne, sans compter que la sculpture a également été étudiée par le Dr Moussa Courouma, archéologue et directeur du Musée national de Guinée. Le "Dama del Mali" est situé sur une paroi rocheuse haute et uniforme au-dessus d'un gouffre vertigineux et est mieux conservé du côté ouest car il est plus protégé des éléments que du côté est.
La tête mesure environ 25 mètres de haut, tandis que l'ensemble de la sculpture mesure environ 150 mètres de haut, et en dessous, le rocher continue de culminer sur 200 mètres supplémentaires, sachant que toute la montagne sur laquelle il est placé a une hauteur de 1500 mètres. Le visage est orienté sud-sud-est, mais légèrement descendant vers la grande vallée environnante, et étrangement toute la sculpture est d'une couleur différente de la formation géologique à laquelle elle appartient.

 

La dama del maly

Crédit : Angelo Pitoni


La roche sur laquelle est sculptée la « Dame du Mali » est une émergence granitique avec une faille intermédiaire qui la divise en deux avec un bradyséisme qui fait remonter le mur où se trouve la sculpture et enfonce le côté opposé. L'effet de glissement provoqué par le bradyséisme est de quelques centaines de mètres, donc la partie du rocher qui contient la « Dame du Mali » est beaucoup plus haute que le reste de la montagne. Par conséquent l'œuvre a été sculptée avant le début du bradyséisme et donc bien plus bas que sa position actuelle.
En bref, Pitoni a déclaré que, sur la base de l'analyse du type de bradyséisme, l'âge minimum de la sculpture est de 20 000 ans.
En raison de son apparence royale et de ce qui ressemble à une couronne, cette sculpture semble représenter une reine non identifiable car elle ne peut être attribuée à aucune notion possédée par l'homme moderne, car théoriquement, lorsque la "Dame du Mali" a été sculptée, il n'y avait pas de civilisations officielles si avancées pour pouvoir effectuer un travail similaire, sans parler de la Skystone que même aujourd'hui, il n'est pas possible de comprendre comment elles ont été produites.
En analysant la structure géographique dans laquelle elle est placée, on a l'idée que cette sculpture a été réalisée à des époques très reculées lorsque les eaux arrivaient près de la montagne où se trouve la "Dame du Mali", puisqu'elle semble être sculptée spécifiquement sur une espèce d'une falaise pour regarder vers une étendue d'eau, probablement l'océan ou un grand lac.

Par ailleurs, la « Dame du Mali » semble logiquement liée à la « Pierre du Ciel », traçant ainsi les frontières d'une ancienne civilisation avancée qui s'étendait de la Sierra Leone à la Guinée (mais peut-être aussi au Mali), remontant à une période allant de Il y a 12 500 à 35 000 ans. C'est en fait très possible, car il existe des découvertes archéologiques tangibles de l'existence de civilisations avancées à cette époque partout dans le monde, comme en témoignent les nombreuses structures submergées au large de Cuba et l'énorme structure submergée de Yonagumi (Japon), à la fois fruit de civilisations avancées développées au cours de la dernière période glaciaire, qui va de 12 500 à 35 000 ans.
À ce stade, il est évident de l'existence même dans ces régions d'Afrique d'une civilisation évoluée ancienne et maintenant oubliée, peut-être un descendant de l'Atlantide, dont il reste de grandes traces concrètes, telles que les restes de matériaux artificiels et la gigantesque sculpture découverte par Angelo Pitoni. Par conséquent, il est évident qu'une telle civilisation a également laissé d'autres traces substantielles dans la vaste zone où elle semble s'être développée, mais il n'est pas surprenant qu'elles n'aient pas encore été trouvées, car les recherches archéologiques dans cette région continuent de n'être rien (néant absolu), si l'on exclut les quelques tentatives du courageux explorateur Angelo Pitoni."

 

Yves Herbo, Traductions et Compilations de données, S-F-H, 02-2012, 03-2015, Up 10-2021

lire archéologie échange environnement mystère légendes éducation sciences traductions Afrique

Ajouter un commentaire