Sciences-Faits-Histoires

Un hominidé en Californie il y a 130 000 ans ?

Un hominidé en Californie il y a 130 000 ans, une autre confirmation ?

 

Stones feat 680 california2Une nouvelle étude ajoute à la preuve que la proposition controversée selon laquelle les pierres et les os de mastodonte précédemment excavés en Californie, y compris ceux présentés ici, représentent la première preuve connue de l'activité humaine dans les Amériques, il y a 130 000 ans. LARRY AGENBROAD

 

Depuis 2017, un débat scientifique houleux s'est établi entre spécialiste au sujet d'une étude de l'époque affirmant qu'il y a environ 130000 ans, une espèce Homo non identifiée utilisait des outils en pierre pour briser les os d'un mastodonte près de ce qui est aujourd'hui San Diego, en Californie. Si cela est vrai, cela signifierait que les humains ou l'un de nos proches parents évolutifs ont atteint les Amériques au moins 100 000 ans plus tôt qu'on ne le pensait auparavant, remodelant considérablement la compréhension des scientifiques sur le moment où la région a été colonisée ( SN: 26/04/17 ). J'avais traduit les données d'ailleurs à cette époque : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/important-l-homme-en-amerique-il-y-a-130000-ans.html

 

Les critiques se sont demandé à l'époque si les pierres déterrées étaient réellement utilisées comme outils. Et d'autres chercheurs ont suggéré que des marques d'outils supposées sur les os auraient pu être créées lorsque les os étaient transportés par des cours d'eau rapides ou causés par des activités de construction qui ont partiellement exposé le site de Californie avant son excavation en 1992 et 1993.

Mais de nouvelles analyses renforcent l'affirmation controversée, dit une équipe qui comprend certains des chercheurs impliqués dans la découverte initiale. Des résidus chimiques d'os apparaissent sur deux pierres précédemment trouvées parmi les restes de mastodontes sur le site de Cerutti Mastodon, rapportent les scientifiques dans le Journal of Archaeological Science: Reports de décembre 2020. Les deux roches de Cerutti montrent également des signes d'avoir porté ou reçu des coups durs là où des résidus osseux se sont accumulés, selon l'équipe. La plus grosse pierre peut avoir servi de plate-forme sur laquelle les os ont été brisés avec la pierre plus petite, éventuellement pour enlever la moelle pour manger ou pour obtenir des morceaux d'os appropriés pour la mise en forme en outils.

« De nombreux coups répétés sont susceptibles d'avoir créé les concentrations d'os brisés [de mastodonte] » trouvés sur le site, explique Richard Fullagar, géoarchéologue à l'Université de Wollongong en Australie qui faisait également partie de la recherche originale. Des hominidés - peut-être des Néandertaliens, des Denisoviens, des Homo erectus ou des Homo sapiens - ont battu les restes de la grande créature lors d'une ou peut-être plusieurs visites sur le site, affirme Fullagar.

Lire la suite ci-dessous :

Dans la nouvelle étude, Fullagar, le géoarchéologue de Wollongong Luc Bordes et ses collègues ont utilisé des microscopes pour déterminer que la structure chimique et moléculaire des résidus sur les deux pierres correspondait à celle des os en général. Ce résidu a dû être acquis en martelant des os de mammouths qui ont été trouvés éparpillés autour des pierres, soutient l'équipe. Étant donné que des restes microscopiques d'os n'apparaissaient que là où les pierres montraient des signes d'usure et des chocs violents, il est peu probable que les pierres aient accumulé les résidus en entrant accidentellement en contact avec des os de mastodonte après avoir été recouvertes de sédiments, disent les scientifiques.

 

Stones feat 1030x580 california1

Des résidus osseux microscopiques trouvés sur cette pierre appuient une affirmation contestée selon laquelle la roche a été utilisée pour briser des os de mastodonte sur un site du sud de la Californie il y a environ 130 000 ans, selon les chercheurs. JAMES BERRIAN / MUSÉE D'HISTOIRE NATURELLE DE SAN DIEGO

 

 

Des parties d'os de mammouths Cerutti cassés sont également recouvertes de croûtes durcies qui se sont formées il y a des milliers d'années ou plus. Selon les chercheurs, la survie de ces croûtes contredit l'argument selon lequel les pierres et les os de Cerutti pourraient avoir été endommagés par les activités de construction.

Mais les nouvelles découvertes n'ont pas réglé le différend. La circulation répétée de camions dans la zone pendant la construction aurait pu bousculer des pierres récemment enterrées contre des os de mastodonte plus anciens et fossilisés, créant des dommages qui ont été confondus avec l'utilisation d'outils anciens et intentionnels, explique l'archéologue Gary Haynes de l'Université du Nevada, à Reno. Par exemple, un os de membre de mastodonte précédemment déterré a été brisé en plusieurs centaines de morceaux, ce qui correspond aux effets de camions lourds qui grondent fréquemment au-dessus de leur tête, dit Haynes.

Le résidu osseux nouvellement analysé n'inclut pas non plus le collagène. Ce composant de l'os se dégrade généralement lors de la fossilisation, mais des traces d'os frais peuvent rester. Les pierres probablement utilisées il y a longtemps pour briser des os de mastodonte frais auraient dû ramasser des résidus contenant au moins un peu de collagène. Donc, ce manque soulève la possibilité que, plutôt que des pierres anciennes soient utilisées pour briser des os de mastodonte frais, le trafic de camions a poussé des pierres enterrées contre des os de mastodontes fossilisés contenant peu ou pas de collagène survivant, dit Haynes.

Une étude non publiée de 2015, également co-écrite par Fullagar, a trouvé des résidus de collagène sur trois pierres de Cerutti, y compris la pierre à marteler nouvellement proposée. Cette enquête a utilisé un colorant spécial pour identifier les traces de collagène. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si les techniques utilisées dans la nouvelle étude ne peuvent pas détecter d'anciens résidus de collagène ou si les zones de rétention de collagène des deux pierres de Cerutti n'ont tout simplement pas été échantillonnées.

Résumé : Notre analyse de deux galets (pegmatite CM-254 et andésite CM-281) identifie des micro-résidus osseux qui ne sont pas uniformément répartis sur les galets, et il est peu probable qu'ils aient été transférés à partir de sédiments ou d'un contact passif avec des macro-os adjacents. Des micro-résidus osseux sur des galets CM-254 ont été récupérés sur des surfaces associées à des traces d'usage, mais étaient absents de la surface naturellement brisée trouvée en contact direct avec une côte de mastodonte. En outre, des micro-résidus osseux sur des galets CM-281 ont été récupérés à partir d'emplacements orientés vers le haut avec des marques d'impact et d'autres traces d'usage; mais étaient absents sur la surface tournée vers le bas. Les micro-résidus osseux sont absents dans les sédiments, loin des concentrations osseuses. Ces nouvelles données soutiennent l'argument selon lequel la concentration associée de pierres brisées et d'os de mastodonte est in situ, et que les os à cette concentration ont probablement été brisés par le galet de pegmatite (comprenant CM-254 et d'autres fragments), lorsqu'il a frappé des os de mastodonte placés sur le galet d'andésite CM-281. Ces résultats ajoutent à la totalité des preuves qui soutiennent l'action humaine plutôt que les processus géologiques en tant que moteur responsable du modèle taphonomique CM.

A suivre donc pour l'étude incluant des résidus de collagène ou autres...

 

Sources : https://www.sciencenews.org/article/stones-mastodon-bones-debate-america-first-settlers

www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S2352409X20304478

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/important-l-homme-en-amerique-il-y-a-130000-ans.html

 

Amérique du Nord et préhistoire :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-pyramides-pres-des-cotes-est-des-usa.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-tumulus-prehistoriques-de-5000-ans-etudies-en-nouvelle-angleterre-usa.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/usa-oregon-un-outil-pre-clovis-de-16000-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-mysterieux-mur-de-rockwall-usa.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/usa-l-etrange-mur-grave-de-chatata-tennessee.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/usa-des-reliques-et-des-structures-mal-placees-part-3.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/legende-du-grand-canyon-la-cite-troglodyte-perdue.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/une-cite-engloutie-au-large-de-la-californie.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/une-cite-engloutie-dans-la-baie-de-willapa-washington.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-indiens-d-amerique-seraient-en-partie-originaires-d-europe.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/paranormal/mysteres-sur-le-mont-shasta.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-amerique-decouverte-10-000-ans-plus-tot.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-mayas-retrouves-dans-l-illinois.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-solutreens-ont-decouvert-l-amerique-il-y-a-26000-ans-au-moins.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/traces-de-l-homme-de-neandertal-aux-ameriques.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-liaison-entre-la-siberie-et-les-ameriques.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-sun-dagger-des-anasazi.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/actualites-archeologie-sciences.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/nevada-usa-des-petroglyphes-dates-d-entre-14800-et-10500-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-dalles-et-pierres-gravees-d-amerique-du-nord.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/visibles-que-du-ciel-3.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/retour-sur-le-mont-serpent-de-l-ohio-usa.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/idaho-usa-un-site-date-de-16600-a-15300-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/louisiane-usa-un-professeur-affirme-que-les-tumuli-ont-11-300-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/usa-grotte-de-pendejo-datations-du-pleistocene.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/usa-des-structures-prehistoriques-de-10000-ans-sous-le-lac-michigan.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/un-gros-impact-d-asteroide-au-canada-il-y-a-des-millions-d-annees.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/gros-impact-sur-l-hemisphere-nord-il-y-a-12-900-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/thule-et-hyperboree.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/groenland-un-gros-impact-spatial-detecte.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-liaison-entre-la-siberie-et-les-ameriques.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/decouverte-des-traces-d-une-calotte-glaciaire-arctique-prehistorique-a-l-est-de-la-siberie.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-homme-en-amerique-du-nord-entre-3oooo-et-24ooo-ans-nouvelles-preuves.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/ameriques-un-autre-site-date-de-30-000-ans.html

 

Pour rappel, depuis sa création mi 2011, ce blog, tenu par un seul auteur et écrivain, (et qui s'appelait Sciences-Fictions-Histoires jusqu'en 2017, puisque l'auteur est aussi écrivain de livres d'anticipation), a pour principal objectif la compilation de données sur différents thèmes, dont l'archéologie ancienne. Il est évident (et Albert Einstein a également compilé diverses données le précédant pour finalement trouver sa fameuse équation) que certaines données peuvent avoir des liens ténus, voir fausses, mais ce n'est pas tant la preuve que l'idée ou l'hypothèse qui peut être intéressante. La science moderne a un peu trop tendance a vouloir effacer ou dédaigner des "découvertes contestées", par manque de preuves fermes (qui existent rarement en fait quand on voit les problèmes de datations avec le carbone 14, encore de nos jours) mais surtout parce que les sites contestés font rarement l'objet de poursuites en investigations sérieuses (pas de bourses attribuées ni de volontaires souvent). Et l'un des objectifs est qu'elle ne soit pas perdue irrémédiablement, car des données s'effacent de la mémoire et de la toile internet chaque jour. Et la connaissance humaine ne doit pas effacer même ses erreurs, mais en tirer leçon et s'en souvenir. Aucune science n'est figée et les exemples sont très nombreux de revirements complets et d'annulations de théories admises par la majorité (Néandertalien n'est plus un homme-singe de nos jours, mais un quasi-humain par exemple, la planète Pluton a bien des satellites malgré sa petite taille, on commence bien à découvrir de vrais continents engloutis, par exemples parmi tant d'autres...). L'auteur n'a pas de parti-pris et ne soutien aucune thèse ou hypothèse, affirmations ou écrits traduits ou non, par rapport à d'autres, dans tous les thèmes abordés. Il peut lui arriver de se poser des questions et d'émettre des idées, sans plus. C'est de l'information et de la compilation de données pour améliorer la réflexion et les conserver, permettant éventuellement d'envisager d'autres hypothèses en fonction des rapprochements. Sans plus et pas moins. Certaines personnes n'ayant pas la compréhension (ou l'historique et réel objectif de l'auteur), ou étant même mal intentionnées, ont arbitrairement (et sans grande réflexion) voulu mettre ce long travail bénévole dans une "case" "alternative" ou même "ésotérique". L'erreur est humaine, dit-on... tant pis pour eux, cela ne touche ni la volonté, ni les objectifs de l'auteur... qui continuera à traduire et à parler de publications très scientifiques ou non, contestées ou non ou d'hypothèses passées et présentes...

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 13-12-2020

Histoire USA prehistoire lire archéologie échange mystère

Ajouter un commentaire