Sciences-Faits-Histoires

Maroc: fabrication de vêtements entre 120000 et 90000 ans

Maroc: fabrication de vêtements entre 120000 et 90000 ans

 

Maroc gr4

Figure 4: Étapes de fabrication de l'outil en os spatulé

 

Une nouvelle étude parue dans Cell.com/Iscience conclue que les premiers hommes modernes vivant sur la côte Atlantique du Maroc utilisaient des outils en os pour fabriquer des vêtements, entre 120 000 et 90 000 ans avant le présent.

" Les os qui ont été intentionnellement façonnés et utilisés comme outils ont été considérés comme une caractéristique du comportement humain moderne () car ils nécessitent d'importants investissements en temps et en main-d'œuvre et des séquences de production élaborées (). " YH : Ce qui a été démenti assez rapidement avec les découvertes d'os utilisés également par Néandertalien comme outils (). Soressi et al. décrivent les outils en os formels de lissoir fabriqués par les Néandertaliens en Europe et interprétent ces lissoirs comme étant utilisés comme outils de travail du cuir (), même si pour l'instant ces découvertes en France sont plus récentes, on sait que si Néandertaliens n'était pas présent en Afrique subsaharienne, il l'était bel et bien au niveau du Sahara et du Levant. Néanmoins, l'attribution à Homo Sapiens (Homme Moderne) repose également sur le type d'outils (lissoirs en forme de spatules), puisque également trouvé en Afrique du sud, Tanzanie et Zambie.

" Nous décrivons ici un assemblage d'outils en os probablement utilisé pour la production de cuir et de fourrure de la grotte des Contrebandiers, daté d'il y a environ 120 à 90 000 ans (ka). Les vêtements et la fourrure étaient probablement nécessaires à l'expansion de l' Homo sapiens dans les habitats froids au cours du Pléistocène. Cependant, il est extrêmement peu probable que la fourrure et d'autres vêtements organiques soient conservés dans les archives fossiles. Des études génétiques sur les poux des vêtements suggèrent une origine des vêtements dès 170 000 avec H. sapiens en Afrique (). Dans cet article, nous présentons des preuves d'enlèvement de fourrure trouvés sur des ossements de carnivores datant d'il y a 120 000 ans à la grotte des Contrebandiers au Maroc. La combinaison d'os de carnivores avec des marques de dépouillement et d'outils en os probablement utilisés pour le traitement de la fourrure fournit des preuves indirectes très suggestives pour les premiers vêtements dans les archives archéologiques.

Les outils osseux varient selon les régions et sont généralement décrits comme formels ou informels. Cette étude suit la définition concise de d'Errico et al. des outils osseux formels comme « des artefacts fonctionnels façonnés avec des techniques spécifiquement conçues pour l'os, telles que le grattage, le meulage, le rainurage et le polissage » (d'Errico et al., 2012a), et nous ajoutons donc que les outils formels en os peuvent être identifiés comme tels car ce sont également des morceaux d'os, de bois, d'ivoire ou de dent façonnés qui portent des marques de fabrication. Suivant la définition de Tartar des outils en os intermédiaires comme « non formellement travaillés et uniquement reconnaissables par les marques de percussion à leurs extrémités » (), nous ajoutons que les outils en os informels sont des morceaux d'os qui ont été utilisés sans façonnage préalable et ne portent donc pas de marques de fabrication. "

" Des outils en os informels et formels apparaissent dans plusieurs sites archéologiques du Pléistocène en Afrique et en Europe, avec les premières preuves d'os utilisés comme outils pour creuser des termitières (Backwell et d'Errico, 2001) datant d'environ 2,0 millions d'années (Ma) (d'Errico et Backwell, 2003). Sur le site de Swartkrans, en Afrique du Sud, quatre carottes de corne et un os présentent des marques de meulage qui suggèrent que ces outils de creusement ont été intentionnellement façonnés et sont donc des outils osseux formels dont l'âge s'étend de ∼ 1,8 à 1,0 Ma (d'Errico et Backwell, 2003)." (...) YH : Ces anciennes dates sont évidemment à rapporter à divers hominidés, tout en sachant que des études prouvent que les singes (chimpanzés et autres) utilisent aussi parfois des pierres ou branches-brindilles comme outils...

(...) " Enfin, en Afrique du Nord, un outil formel « couteau en os » de la grotte de Dar es-Soltan I a été identifié dans des gisements atériens datés d'il y a ∼ 90 ka (Bouzouggar et al., 2018) et des outils en os « spatule » provenant de gisements atériens ont été identifiés à El Mnasra (El Hajraoui, 1993, El Hajraoui, 1994; El Hajraoui et Debénath, 2012).

Lorsque l'on compare les premiers assemblages d'outils osseux formels et informels d'Afrique et d'Eurasie à ceux de la MSA africaine plus récente ∼ 100 ka, il est clair que ces derniers sont : (1) géographiquement plus répandus, (2) en comprennent un plus grand nombre, et ( 3) révèlent une plus grande diversité de types. Cependant, ce n'est qu'à l'âge de pierre tardif africain (il y a ∼ 44 ka) (d'Errico et al., 2012b) et du Paléolithique supérieur eurasien (il y a ∼ 48 ka) (Hublin et al., 2020; Langley et al., 2020) qu'il y a une explosion de formes d'outils osseux diverses et plus élaborées.

 

Maroc gr1

Figure 1 La grotte des Contrebandiers, El Mnasra et Dar es-Soltan I sont des grottes côtières avec des outils en os dans des gisements archéologiques stratifiés dans la région de Témara au Maroc. Carte d'altitude du Maroc, où km fait référence à des kilomètres et ka à des milliers d'années. Carte du (A) Maroc avec (B) localisation de la grotte des Contrebandiers et des sites archéologiques mentionnés dans le texte.

 

La grotte des Contrebandiers (33°55′18,2″N, 6°57′42,4″W) est située sur la côte atlantique du Maroc ( Figure 1 ), à environ 250 mètres (m) de la côte actuelle. Taillée dans des calcarénites du Pléistocène, elle a une profondeur de 30 m avec une entrée de 28 m de large. Fouillé à l'origine dans les années 1950 et 1970 par l'abbé Roche, une nouvelle fouille conjointe maroco-américaine a commencé en 2007 dirigée par Harold Dibble et Mohamed Abdeljalil El Hajraoui (Dibble et al., 2012). Les fouilles récentes ont utilisé des méthodes modernes pour assurer un degré élevé de contrôle contextuel, qui comprenait la détection ponctuelle de tous les objets de plus de 25 mm avec une station totale et le criblage d'objets plus petits à partir de seaux de 7 L avec 1 cm et 2 mm maillage (Dibble et al., 2012)."

" Les fouilles précédentes de Roche ont enlevé la quasi-totalité des dépôts ibéromaurusiens plus récents de l'âge de pierre (LSA) et du néolithique (Dibble et al., 2012). Une petite quantité de matériel ibéromaurusien est restée à l'avant de la grotte (Informations supplémentaires), et ailleurs au Maroc, des matériaux similaires ont été datés de 23 459 à 12 568 ans calibrés avant le présent (Personnel et al., 2019). Les outils osseux décrits ici proviennent des gisements sous-jacents dits maghrébins du Moustérien et de l'Atérien ( Figure S1 ), qui sont désormais attribués au MSA panafricain (Dibble et al., 2013). Les âges des couches MSA ont été estimés à l'aide de trois techniques (résonance de spin électronique, thermoluminescence et datation par luminescence stimulée optiquement) (Informations supplémentaires), qui ont toutes donné des résultats concordants ( tableau S1 ) et indiquent que les couches porteuses d'outils osseux MSA ont commencé Il y a ∼ 120 ka et s'est terminé il y a ∼ 90 ka (Dibble et al., 2012)."

 

Lire la suite ci-dessous :

" A la grotte des Contrebandiers, les analyses zooarchéologiques (Hallett, 2018) ont identifié des restes squelettiques de renard des sables ( Vulpes rueppellii ), de chacal doré ( Canis aureus ) et de chat sauvage ( Felis silvestris ) portant des marques correspondant au dépouillement pour l'enlèvement de la fourrure (Crezzini et al., 2014) qui ont été trouvés dans les gisements du MSA ( tableau S3 ). Des marques de coupe ont été trouvées sur le radius, le cubitus, le tibia et les fragments de mandibule ( figures 5 et S5 ) pour ces trois espèces de carnivores ( V. rueppellii N = 12 marques de coupe d'ours, ce qui représente 9 % du total des restes de renard des sables MSA, pour C. aureus N = 2 marques de coupe d'ours, ce qui représente 7% du total des restes de chacal doré MSA, et pour F. silvestrisN = 2 marques de coupe d'ours, ce qui représente 8 % du total des restes de chat sauvage MSA). Ce modèle de marques de coupe est conforme aux techniques modernes d'élimination de la fourrure, où des incisions initiales sont faites sur les membres antérieurs et postérieurs pour détacher la peau des pattes. La peau est ensuite tirée vers la tête en un seul morceau, et pour enfin détacher la peau de la tête de l'animal, des incisions sont pratiquées près des lèvres, entraînant des marques de coupure sur la mandibule (Burch, 2002). En revanche, les bovidés des Contrebandiers ont été transformés pour l'enlèvement de la viande (Hallett, 2018), car les distributions des marques de coupe sont situées sur les tiges médiane et proximale de tous les os longs, où la masse musculaire est concentrée ( Figure S5 ). Cela montre que les distributions des marques de coupe sur les carnivores associées à la transformation de la fourrure sont incompatibles avec les modèles de boucherie d'enlèvement de la viande ; les carnivores n'étaient que dépouillés et n'étaient pas massacrés pour la viande. Aucune preuve d'ornements faits sur os n'a été trouvée dans l'assemblage faunique de la grotte des Contrebandiers."

" La combinaison d'os de carnivores portant des marques compatibles avec le dépouillement et les spatules dans les contextes MSA de la grotte des Contrebandiers est un indicateur très suggestif que les premiers humains pratiquaient l'enlèvement de la fourrure. Cela montre que diverses ressources animales ont été utilisées à des fins différentes autres que pour l'alimentation et qu'une diversité d'outils a été utilisée pour différentes activités."

 

Maroc gr6

Figure 6 Flaker à pression dentaire de cétacé

 

" D'autres outils osseux Contrebandiers Cave MSA comprennent trois pièces qui ressemblent à des flocons à pression à mainFigure 6 et S3 ) produites dans des études expérimentales modernes (d'Errico et al., 2012a; Doyon et al., 2019). Les premiers flocons à pression datent d'il y a 125-105 ka à Lingjing, en Chine (Doyon et al., 2019). La technologie de floconnage sous pression a été suggérée par Mourre et al., 2010 avec une date d'il y a ∼ 75 ka à Blombos Cave, Afrique du Sud, et d'Errico et al., 2012a ont décrit des flocons de pression avec une date d'il y a ∼ 64-57 ka à la grotte de Sibudu, en Afrique du Sud. De manière significative en Afrique du Nord, de petits foliates d'outils en pierre finement écaillés trouvés en association avec le stade isotopique marin (MIS) 5 artefacts classiques à soie atérienne peuvent également avoir été écaillés par pression (Scerri, 2017). Des outils de pierre façonnés par écaillage à main par pression sont régulièrement documentés il y a ∼ 20 ka en Eurasie au cours du Paléolithique supérieur (par ex.Bradley et al., 1995; Mourre et al., 2010)."

" À la grotte des Contrebandiers, dans la couche V-1b (datée de 113 ± 7 ka, voir les informations supplémentaires), une pointe de dent de cétacé (CB K8-1641) a été découverte, portant des marques compatibles avec une utilisation comme floconneuse à main ( Figure 6 ). Des restes de baleines, de dauphins et de phoques ont été identifiés dans les sédiments du MSA en Afrique du Sud (Klein, 1976), mais aucun n'a été confirmé au Pléistocène en Afrique du Nord (Steele et lvarez-Fernández, 2011) sauf la pièce que nous rapportons ici. Dans les contextes du Paléolithique inférieur et moyen en Europe, des fragments d'ivoire d'éléphant avec des stries sur leurs surfaces ont été incorrectement identifiés comme des points d'ivoire et reclassés plus tard comme des pseudo-points (Villa et d'Errico, 2001). Cependant, les stries et les écaillages sur CB K8-1641 ( Figure 6 ) sont compatibles avec la modification de surface identifiée sur les flocons à pression manuels comme décrit dansd'Errico et al., 2012a.

Aucun reste d'éléphant n'a été identifié à la grotte des Contrebandiers, et la morphologie de cette pièce indique qu'il s'agit probablement d'un fragment de dent de cétacé et non d'ivoire d'éléphant (Espinoza et al., 1990). Il est néanmoins possible que ce mammifère marin ait endommagé l'extrémité de ses dents en se nourrissant de substances dures telles que des crustacés, des poissons osseux, des calmars ou d'autres vertébrés marins. De futures analyses d'usure sur ce spécimen pourraient clarifier si les stries et les écaillages observés sont de nature anthropique ou non anthropique. Bien que l'identification des espèces doive être confirmée par des techniques moléculaires, la morphologie et la biogéographie suggèrent que la dent provient probablement d'une dent de cachalot ( Physeter macrocephalus ). Ce spécimen représente l'utilisation d'une dent de mammifère marin par l'homme vers ∼113 ka.

D'autres outils osseux formels et informels, aussi bien que possible, comprennent : (1) 13 « retoucheurs », (2) 28 pièces façonnées qui ne sont pas conformes à un type encore connuFigure S6 ), (3) deux fentes à côtes en morceaux qui sont probablement les sous-produits mis au rebut de la fabrication spatulée (voir Tartare (Tartare, 2009) pour le processus de fabrication d'outils en os à partir de côtes fendues), et (4) trois pièces aux surfaces régulières et lisses qui semblent être le résultat de l'utilisation plutôt que de la fabrication ( figure S4 et tableau S2 ). Ces outils en os seront analysés pour les traces de fabrication et d'usure dans les études futures des artefacts de la grotte des Contrebandiers et ne sont pas décrits en détail ici."

" Des fouilles menées par El Hajraoui à El Mnasra il y a plus de vingt-cinq ans ont mis au jour des outils en os spatulés dans des contextes atériens () qui ont été largement ignorés dans les discussions sur la technologie des outils osseux MSA et sont restés sans date jusqu'à récemment. (...) "

Il y a ∼120 ka en Afrique du Nord, les gens occupaient la grotte des Contrebandiers, chassant 67 espèces d'animaux vertébrés (Hallett, 2018) pour la nourriture et les peaux. Les outils en os de la grotte des Contrebandiers démontrent qu'il y a environ 120 ka, H. sapiens a commencé à intensifier l'utilisation de l'os pour fabriquer des outils formels, et l'os a été intentionnellement façonné pour des tâches spécifiques qui comprenaient le travail du cuir et de la fourrure. Cette polyvalence semble être à l'origine de notre espèce, et non une caractéristique qui a émergé après que H. sapiens ait étendu son aire de répartition en Eurasie. L'émergence précoce et panafricaine de la technologie formelle des outils osseux met également en évidence le rôle de l'ensemble du continent africain dans le développement de la morphologie et du comportement humains modernes (Hublin et al., 2017; Richter et al., 2017; Scerri et al.,2018). Compte tenu du niveau de spécialisation de la culture du matériel osseux à outils de la grotte des Contrebandiers, il est probable que des exemples antérieurs (plus anciens) seront retrouvés."

" Dans la présente étude, il n'a pas été possible d'analyser les outils osseux de la grotte des Contrebandiers pour l'identification des résidus. De plus, aucune fabrication expérimentale ou utilisation d'outils osseux n'a été incluse dans la présente étude. Les collections de référence publiées ont été consultées pour l'identification des types d'outils, les techniques de fabrication et l'interprétation de l'usure des outils en os de la grotte des Contrebandiers. Alors que notre étude a utilisé un grossissement de 40X pour identifier les traces d'usure sur les outils en os interprétés comme étant utilisés pour le dépouillement, nous n'avons pas utilisé un grossissement de 100X-500X pour diagnostiquer directement le ou les matériaux de contact sur lesquels chaque outil en os a été utilisé."

 

Humans used tools to make clothes more than 100000 thousand years ago

Des fossiles suggèrent que les humains utilisaient des outils en os pour fabriquer des vêtements dans la grotte des Contrebandiers au Maroc il y a quelque 120 000 ans. Photo de la société Max Planck

 

Voir d'autres photos des outils et tableaux dans la publication et sources :

https://www.cell.com/iscience/fulltext/S2589-0042(21)00956-1#

https://www.upi.com/Science_News/2021/09/16/germany-animal-bones-clothing-pleistocene/2951631808600/

 

Maroc et autre article lié : 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-homme-moderne-apparition-entre-500-000-a-300-000-ans.html

 

Yves Herbo, Traductions et Compilations de Données, Sciences-Faits-Histoires, 18-09-2021

mystère échange archéologie lire prehistoire Histoire éducation sciences traductions Afrique Maroc

Ajouter un commentaire