Sciences-Faits-Histoires

Génétique: Ascendance australasienne Au Brésil et Pérou

Génétique: Ascendance australasienne Au Brésil et Pérou

 

 

Paracas peru 1024

Paracas National Reserve, along the Peruvian coast. (Vasil Daskalov/Getty Images)

 

C'était déjà fortement soupçonné depuis les premières études datées de 2015, mais c'est maintenant confirmé, l'ADN australasien Ypikuéra est encore aujourd'hui plus largement répandu en Amérique du Sud que pensé jusqu'à présent. Il pourrait même faire partie à l'origine des tout premiers chasseurs-cueilleurs ayant conquis les Amériques du Nord au Sud, bien qu'il n'y en ait plus du tout de trace en Amérique du Nord et Centrale, ce qui constitue d'ailleurs le principal problème en ce qui concerne ce dernier point des conclusions de cette publication. La présence de l'ADN Ypikuéra seulement en Amérique du Sud est bien toujours un véritable casse-tête pour les scientifiques, malgré les tentatives d'explications de cette étude, comme le dit David Meltzer, archéologue à la Southern Methodist University et co-auteur de l'étude de 2015 identifiant le signal Y, qui dit que cette explication a du sensPourtant, ajoute-t-il, trouver une ascendance australasienne dans d'anciens vestiges côtiers renforcerait sa confiance dans les conclusions des auteurs. Il est également possible que des groupes d'ascendance Y aient vécu en Amérique du Nord et en Amérique centrale, mais se sont éteints au lendemain de la colonisation européenne. « Le signal de la population Y est un casse-tête », dit Meltzer, « mais c'est une pièce intéressante à y ajouter.» Il s'agit d'une publication assez conservatrice car ne prenant pas en compte certaines découvertes récentes, comme celle-ci, mais se limitant toujours à la théorie béringienne d'un peu plus de 15 000 ans, pourtant déjà bien malmenée et ne considérant pas la probabilité de plusieurs méthodes et dates de migrations, mais qu'une seule : le voyage à pied.

Le signal Y est l’une des caractéristiques précédemment identifiées de l’influence australasienne en Amérique du Sud, ce que l’on appelle le signal de la « population Ypikuéra » (signal Y) – une variante génétique jusqu’à présent observée uniquement dans les populations amazoniennes actuelles. Cependant, ce signal a maintenant été observé en dehors de l’Amazonie mais aussi ailleurs en Amérique du Sud, avec une analyse génomique comprenant 383 individus d’un certain nombre de groupes indigènes révélant que le signal Y existe non seulement dans les groupes amazoniens – mais aussi chez les indigènes des peuples de Chotuna (vivant près de la côte pacifique du Pérou), Guaraní Kaiowá (centre-ouest du Brésil) et Xavánte (près du centre du Brésil). Ces peuples autochtones anciens et modernes d'Amazonie partageaient des signatures génétiques spécifiques - connues donc sous le nom de Ypikuéra, ou signal Y - avec des groupes autochtones modernes en Asie du Sud, en Australie et Mélanésie, un groupe d'îles en Océanie. 

Cette connexion génétique a pris de nombreux scientifiques au dépourvu, et elle reste « l'un des événements les plus intrigants et les plus mal compris de l'histoire humaine », ont écrit les chercheurs dans la nouvelle étude.

Pour approfondir l'étude du signal Y, une équipe de scientifiques du Brésil et d'Espagne a plongé dans un vaste ensemble de données contenant les données génétiques de 383 peuples autochtones de différentes régions d'Amérique du Sud. L'équipe a appliqué des méthodes statistiques pour tester si l'une des populations amérindiennes avait une similitude génétique «excessive» avec un groupe qu'elle appelait les Australasiens, ou les peuples autochtones d'Australie, de Mélanésie, de Nouvelle-Guinée et des îles Andaman dans l'océan Indien.

En d'autres termes, l'équipe évaluait si « une population amérindienne donnée partageait significativement plus de variantes génétiques avec les Australasiens que les autres amérindiens », ont déclaré Hünemeier et Araújo Castro e Silva. Les groupes sud-américains qui avaient plus de similitudes génétiques avec les Australasiens ont été interprétés par les nouveaux chercheurs comme étant les descendants des premiers ancêtres américains et australasiens, qui se sont mélangés il y a au moins 15000 ans (YH : plus vraisemblablement il y a + de 20 000 ans en fait selon l'interprétation)

La théorie béringienne a un peu évolué au fil du temps, puisque les scientifiques admettent maintenant que ce pont de glace a existé plus tôt et plus longtemps que supposé (et même lors des précédentes glaciations), cette carte tente de montrer les diverses migrations (et des Aller-retours) expliquant la diversité des groupes d'ADN, avec un arrêt assez long en Béringie, puis l'ouverture d'un passage entre les glaces pour permettre la pénétration des Amériques. La théorie côtière postule aussi l'utilisation de canoés le long du pont de glace et des côtes glacières de l'Amérique du Nord. D'autres théories affirment aussi une navigation précoce entre les îles océaniennes jusqu'à l'île de Pâques et l'Amérique du Sud, non visibles ici :

 

Beringie

Le signal Y n'est pas non plus inclus dans cette carte. credit wikiwand

Lire la suite ci-dessous :

" Nos résultats ont montré que le signal génétique australasien, précédemment décrit comme exclusif aux groupes amazoniens, a également été identifié dans la population côtière du Pacifique, indiquant une distribution du signal plus répandue en Amérique du Sud et impliquant peut-être un contact ancien entre les habitants du Pacifique et de l’Amazonie ", disent les chercheurs, dirigés par le premier auteur et biologiste évolutionniste Marcos Araújo Castro e Silva de l’Université de São Paulo (USP) au Brésil, dans leur étude.

 

Origine adn ameriquedusud australie

Affinités génétiques profondes entre l’Amérique du Sud et les Australasiens (Néo-Guinéens, Australiens et Onge des îles Andaman). Les couleurs plus chaudes indiquent les affinités les plus fortes. Notons qu'il y en tout de même en Amérique Centrale. Image: Pontus Skoglund, École de médecine de Harvard

 

En plus de suggérer que la signature génétique australasienne s’est répandue au sein des populations amérindiennes de la côte au centre de l’Amérique du Sud, les nouvelles découvertes indiquent qu’au moins deux vagues migratoires se sont probablement produites, avec une branche de personnes avec la variation Y s’installant dans le Pacifique, régions côtières, avant qu’un autre groupe ayant la même ascendance australasienne ait ensuite migré vers l’est, habitant l’Amazonie et le centre du Brésil.

Quant à savoir comment le signal Y n’a pas été capté au nord de l’Amérique du Sud – même si ces anciens migrants ont dû traverser ce territoire une fois – il est possible qu’en s’en tenant à la route côtière du Pacifique, aux lignées des migrants et à la génétique australasienne composante qu’ils transportaient, il se peut qu’ils ne se soient pas complètement mélangés avec les populations contemporaines d’Amérique du Nord et centrale.

Une autre possibilité, comme Tábita Hünemeier, auteur principal et généticien évolutionniste de l’USP, l’a dit à Science, est que ceux qui portent la variante Y en Amérique du Nord et centrale n’ont tout simplement pas survécu aux transitions violentes de la colonisation européenne.

Lorsque l'équipe s'est penchée spécifiquement sur le peuple Chotuna et d'autres peuples autochtones côtiers, y compris les Sechura et Narihuala, les chercheurs ont découvert que ces peuples avaient une ascendance d'un mélange de personnes sud-américaines et d'une branche sœur de l'Onge, les peuples autochtones qui vivent sur Little L'île d'Andaman. Lorsque l'équipe a inclus le peuple Xavánte dans l'analyse, le modèle a suggéré que les groupes côtiers ont commencé en premier, et plus tard ont donné naissance aux groupes amazoniens de l'intérieur avec l'héritage australasien.

Les premiers colons " sont probablement restés sur la côte Pacifique en raison de leurs stratégies de subsistance et d'autres aspects culturels adaptés à la vie au bord de la mer ", ont écrit Hünemeier et Araújo Castro e Silva dans le courrier électronique. « Pour cette raison, ils se seraient au moins initialement étendus et installés sur toute la côte pacifique américaine, de l'Alaska au sud du Chili. Dans ce contexte, l'expansion vers l'Amazonie, en passant par le nord des Andes, aurait été un mouvement secondaire. "

Il se peut également que le signal Y n’ait tout simplement pas été suffisamment recherché dans les populations situées plus au nord. Comme le montrent ces découvertes en cours, ce n’est peut-être qu’une question de temps et de tests supplémentaires avant que davantage de ces connexions anciennes et surprenantes ne soient connues.

Selon les archives archéologiques, une colonie sur la côte Pacifique remonte à environ 13 000 ans, ont déclaré les chercheurs (YH : mais il s'agit d'anciennes datations, à refaire avec les nouvelles calibrations, qui vieillissent toutes les anciennes). Cela concorde avec le calendrier que l'équipe a suggéré pour la migration initiale et les événements de couplage intérieur ultérieurs en Amérique du Sud, qui se sont probablement produits il y a entre 15000 et 8000 ans, respectivement, ont-ils déclaré. En outre, alors que des recherches antérieures suggéraient qu'il y avait deux vagues de premiers Américains qui ont quitté la Béringie il y a environ 15000 ans, et probablement plusieurs vagues de Béringie par la suite, la nouvelle étude a révélé que " l'une des vagues provenant de la route du Pacifique était composée par des personnes ayant une ascendance australasienne ", ont déclaré Hünemeier et Araújo Castro e Silva.

" Cette étude est un ajout bienvenu à la littérature antérieure, qui avait décrit les signaux d'ascendance australasienne (Asie du Sud) dans les groupes amazoniens ", a déclaré à Live Science dans un e-mail Alexander Ioannidis, professeur adjoint en génie informatique et chercheur en science des données biomédicales à l'Université de Stanford, qui a dirigé en 2020 une étude dans la revue Nature sur l' ascendance polynésienneIoannidis n'a pas participé à la nouvelle étude.

Quant à savoir pourquoi le signal Y n'est pas trouvé chez les peuples autochtones d'Amérique du Nord, les « auteurs suggèrent que si une telle migration avait voyagé rapidement le long de la côte pacifique de l'Amérique du Nord vers l'Amérique centrale, puis l'Amérique du Sud, alors elle pourrait expliquer pourquoi le signal est présent principalement en Amérique du Sud (à la fois sur la côte Pacifique et en Amazonie), mais pas dans les groupes autochtones d'Amérique du Nord », a déclaré Ioannidis.

 

Les chercheurs ont reconnu que les nouvelles de la connexion Australasie-Amérique du Sud pourraient susciter des idées d'un ancien voyage en mer dans l'imagination du public. Mais le modèle génétique développé par l'équipe ne montre aucune preuve d'une ancienne expédition en bateau entre l'Amérique du Sud et l'Australie et les îles environnantes à cette époque, ont déclaré les chercheurs. L'équipe a plutôt souligné que cette ascendance provenait de personnes qui ont traversé le pont de Béring Land, probablement d'anciens événements de mélanges entre les ancêtres des premiers Américains et les ancêtres des Australasiens " en Béringie, voire en Sibérie, comme le suggèrent de nouvelles preuves ", ont déclaré Hünemeier et Araújo Castro e Silva.

" Ce qui s'est probablement passé, c'est que certains individus de la région extrême sud-est de l'Asie, qui ont ensuite engendré les populations océaniques, ont migré vers le nord-est de l'Asie et ont eu des contacts avec les anciens Sibériens et Beringiens ", a déclaré Araújo Castro e Silva.

En d'autres termes, les ancêtres des Australasiens se sont associés aux premiers Américains bien avant que leurs descendants n'atteignent l'Amérique du Sud, ont déclaré les chercheurs. " C'est comme si ces gènes avaient fait du stop sur les premiers génomes américains ", ont déclaré Hünemeier et Araújo Castro e Silva.

L'étude sera publiée dans le numéro du 6 avril 2021 de la revue The Proceedings of the National Academy of Sciences.

YH : ce qui est surtout dommage, c'est que tous ces chercheurs conservateurs ignorent royalement toutes les études et recherches sur la navigation ancienne asiatique et mondiale... qui sont pourtant nombreuses, comme celle-ci, ou d'autres...

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/navigation-de-taiwan-aux-iles-ryukyu-il-y-a-plus-de-30000-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/navigation-prehistorique-les-donnees-actuelles.html

https://www.idref.fr/031563082

http://www.ancientportsantiques.com/wp-content/uploads/Documents/ETUDESarchivees/Navires/Documents/BAnavigation-Philippe2018.pdf

 

En ce qui concerne toujours les théories "à pied" ou " côtière " concernant la Béringie, une étude de 2018 ballotait entre les deux au vu des découvertes récentes :

 

Beringie 2018

Les humains ont connu un boom démographique il y a environ 16 000 ans alors qu'ils s'approchaient ou atteignaient les Amériques après avoir traversé le pont terrestre du détroit de Béring. Notez que les sites connus avec des restes humains anciens (cercles rouges) et les sites archéologiques (croix noires) sont indiqués sur la carte. (Crédit d'image: Potter et al., Sci.Adv.2018; 4: eaat5473)

 

Les premiers habitants des Amériques ont-ils étreint la côte après avoir traversé le détroit de Béring ou ont-ils voyagé plus loin à l'intérieur des terres, entre deux énormes calottes glaciaires ?

Cette question préoccupe les chercheurs depuis des décennies. Maintenant, un examen des données archéologiques, géologiques, anthropologiques et génétiques plaide pour les deux, mais surtout pour ce dernier: Il semble que les humains préhistoriques aient favorisé la route intérieure, bien que certains aient voyagé le long de la soi-disant autoroute côtière de varech plus tard.

Mais tout le monde n'est pas convaincu que c'est le cas. Certaines études récentes ont suggéré que la route côtière était la voie privilégiée. C'est parce que les conditions intérieures étaient beaucoup trop dures jusqu'à ce que les calottes glaciaires se soient retirées, ce qui, selon certaines recherches, ne s'est produit qu'après la fondation des premières colonies en Amérique.

Les premiers Américains ont commencé leur voyage dans le nord-est de l'Asie et le sud de la Sibérie (YH : ce qui pourrait expliquer les plus anciennes traces trouvées récemment en Alaska (30 000 ans). Puis, il y a entre 25 000 et 20 000 ans, les ancêtres des Amérindiens d'aujourd'hui se sont séparés des Asiatiques de l'Est.

Ce qui s'est passé ensuite est vivement débattu. Il est possible que ce groupe ait immédiatement traversé le pont terrestre maintenant submergé du détroit de Béring, ou qu'ils aient traîné en Béringie - un concept connu sous le nom d' hypothèse de l'arrêt de Béringie. La Béringie est le terme qui décrit ce qui aurait alors été une vaste région englobant des parties de la Russie, appelée Béringie occidentale; Alaska, appelée Béringie orientale; et l'ancien pont terrestre entre les deux.

Les auteurs de la publication ont encore une autre idée: peut-être que ce groupe est resté en Asie du Nord-Est, mais d'une manière qui a conduit le groupe à s'isoler génétiquement des autres populations là-bas. Ensuite, après avoir traversé le pont terrestre et atteint l'Alaska, les gens auraient pu voyager à l'intérieur des terres pour la plupart par une nouvelle route sans glace. (Cependant, les scientifiques ne sont pas d'accord sur le moment où cette route sans glace a été ouverte.)

 

Beringie 2018b

Cette carte montre des sites archéologiques de plus de 13 000 ans (en gris), entre 10 000 et 13 000 ans (en blanc) et des échantillons géologiques / biologiques âgés de 13 300 à 15 700 ans. Notez que les sites intérieurs sont généralement plus anciens que les sites côtiers. YH : mais cette étude a éliminé les sites plus anciens, jugés non encore approuvés. (Crédit d'image: Potter et al., Sci.Adv.2018; 4: eaat5473)

 

Alors que les gens s'approchaient ou atteignaient les Amériques, leur population a explosé il y a environ 16000 ans, a déclaré le chercheur principal de l'examen, Ben Potter, directeur du département et professeur d'archéologie à l'Université d'Alaska à Fairbanks.

" En bref, les données montrent que ces ancêtres amérindiens se sont séparés des Asiatiques de l'Est il y a assez longtemps - il y a environ 25 000 ans - avec une période d'isolement, d'isolement génétique ", a déclaré Potter lors d'une conférence de presse. Plus tard, une fois que ces personnes ont entrepris leur incroyable voyage,  «nous voyons des preuves d'une expansion démographique, après 16 000 ans et avant il y a 14 000 ans, lorsque nous voyons les premiers sites sans équivoque des Amériques ». YH : comme souvent, certains scientifiques, au lieu de considérer les études ne convenant pas à leurs propres suppositions et envisager d'autres possibilités, préfèrent tout simplement les occulter et maintenir leurs suppositions fermement, influençant d'une certaine façon le public et des pairs et retardant en fait la science. De plus, ils se servent souvent d'archives anciennes et non datées avec des méthodes modernes.

La plupart des archéologues conviennent qu'il y a 13 000 à 12 600 ans, les anciens peuples de la culture Clovis vivaient déjà dans ce qui est aujourd'hui le Nouveau-Mexique.

Mais quel itinéraire les premiers Américains ont-ils emprunté pour s'y rendre: le corridor intérieur ou côtier ? Les archéologues débattent depuis longtemps de cette question. Pendant une grande partie du 20e siècle, les scientifiques ont pensé que les peuples anciens voyageaient à l'intérieur des terres, sur le corridor sans glace en Amérique du Nord entre deux énormes calottes glaciaires. Mais au cours des deux dernières décennies, de plus en plus d'archéologues ont favorisé l'idée de l' autoroute côtière de varech. C'est en partie parce qu'il n'est pas clair si le couloir libre de glace est apparu assez tôt pour correspondre aux dates des sites archéologiques connus dans les Amériques, et si ce couloir pourrait accueillir un groupe d'humains en migration.

 

Beringieactuelle alaska

La vue depuis un site paléo-indien au début de la Béringie, en Alaska. (Crédit d'image: Ben A. Potter)

 

Mais de nouvelles preuves suggèrent que le couloir sans glace s'est ouvert plus tôt que les chercheurs ne l'avaient réalisé auparavant, ont déclaré les auteurs de la revue. « La dernière partie déglaciée était libre de glace et de lac glaciaire il y a au moins 15 000 ans », a déclaré Potter. « Les dates des plantes et des animaux (macrofossiles) dans la région remontent, encore une fois, à environ 15 000 ans [il y a des années]. Et je tiens à souligner que ce sont des minima. La viabilité du couloir pourrait être encore plus ancienne; ce ne sont que les premiers En tout état de cause, ces données remettent en cause le corridor comme hypothèse d'une route de colonisation. "

D'autres facteurs indiquent également une route intérieure : toutes les cultures anciennes dont ces premiers Américains étaient originaires en Sibérie et en Asie du nord-est étaient liées à l'intérieur des terres. " Ils ne sont pas côtiers; ils ne sont pas maritimes. Ils chassaient le mammouth, le bison et le cheval ", a déclaré Potter. " Les premiers Beringiens faisaient de même."

Bien qu'il existe quelques sites archéologiques le long de la côte de la Béringie, ils sont plus jeunes que ceux de l'intérieur des terres, ont noté les chercheurs.

Les partisans de l'hypothèse de la route côtière disent que de nombreux sites côtiers qui existaient sont probablement maintenant sous l'eau ou n'ont pas survécu à cause des éléments. Mais Potter et ses collègues soutiennent que de grandes bandes de terres côtières de la période glaciaire sont toujours au-dessus de l'eau, et que les enquêtes n'ont pas réussi à trouver des sites côtiers âgés de plus de 12 600 ans, ce qui les rend environ 1 600 ans plus jeunes que les « premiers sites sans équivoque de l'intérieur de la Berginia », ont écrit les chercheurs dans la revue. Donc, si les gens ont emprunté la route côtière aussi loin en arrière, plus de preuves auraient dû survivre. YH : Potter a peut-être changé d'avis avec la nouvelle étude très récente découvrant des traces de cropolites humaines de 30 000 ans en Alaska !

Cependant, il est également possible que les ancêtres des Amérindiens d'aujourd'hui aient une faible densité de population qui a laissé de petits sites qui n'ont pas été préservés ou qui seraient difficiles à trouver pour les archéologues, a déclaré Justin Tackney, chercheur postdoctoral en anthropologie à l'Université de Kansas qui n'a pas participé à l'examen.

En outre, au cours des 20 dernières années, certains archéologues ont fait valoir que le peuple Clovis n'était pas la première culture des Amériques et que le pré-Clovis existait avant eux, a déclaré Tackney. Mais les chercheurs de la publication affirment qu'il n'y avait pas beaucoup de sites pré-Clovis. Au contraire, ils affirment que ces sites représentent " des migrations ratées qui ont peu contribué génétiquement ou culturellement aux Amérindiens plus tardifs " ou qu'ils ont peut-être été mal identifiés, et sont en réalité les sites d'ancêtres directs de Clovis, a noté TackneyL'étude ignore également certains sites auxquels des dates peu fiables leur sont attribuées.

" Ce n'est pas une revue impartiale de la littérature, et [les gens] devraient en être conscients ", a déclaré Tackney à Live Science. Cependant, les chercheurs mettent en évidence « comment le soutien archéologique de la route côtière présente des faiblesses qui doivent être explorées et expliquées », a-t-il déclaré. YH : tout à fait d'accord avec lui, et cette étude concernant une migration liée aux Australasiens (maritimes et côtiers donc, va tout à fait dans ce sens... Ce ne sont pas obligatoirement les mêmes populations qui ont choisi de tenter deux chemins différents, même au même moment...

 

Sources : https://www.livescience.com/south-american-australian-dna-connection.html

https://www.sciencealert.com/the-genetic-signal-of-ancient-australians-in-south-america-goes-deeper-than-we-knew

https://www.laterredufutur.com/accueil/les-premiers-migrants-sud-americains-avaient-une-ascendance-indigene-australienne-et-melanesienne/

 

Autres articles en lien :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/bresil-les-preuves-d-une-migration-plus-ancienne.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-bresil-avait-aussi-son-cro-magnon.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/bresil-prehistoire-migrations-adn-ovnis.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/prehistoire-antiquite/la-mysterieuse-pierre-d-inga-bresil.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/civilisations-tres-anciennes-en-amazonie.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/retour-sur-les-geoglyphes-amazoniens.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-hommes-installes-en-amazonie-il-y-a-plus-de-10000-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/genetique-adn/l-adn-revele-une-ancienne-route-de-migrations-inconnue.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/une-plus-ancienne-branche-genetique-du-chromosome-y-decouverte.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-polynesiens-en-californie-il-y-a-plus-de-1000-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-solutreens-ont-decouvert-l-amerique-il-y-a-26000-ans-au-moins.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/alaska-incendies-et-humains-detectes-dates-de-32-000-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-liaison-entre-la-siberie-et-les-ameriques.html

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 03-04-2021

mystère échange archéologie lire prehistoire légendes Histoire génétique

Ajouter un commentaire