Bolivie Pumapunku: nouvelle théorie glaciaire

Bolivie Pumapunku: nouvelle théorie glaciaire

 

Bolivie pumapunku3figure. 3: Carte montrant l'emplacement des champs préhistoriques surélevés (basé sur Smith et. al, 1968, [10])

 

Comme les dernières découvertes le prouvent, les cités les plus anciennes du continent sud-américain seraient Caral-Supe au Pérou (avec un village il y a 7 000 ans et une ville monumentale il y a 5 000 ans) et Valdivia en Equateur, suivies de près par Bandurria, Kotosh, Sechin, La Galgada, d'autres cités de la culture Caral-Supe et Chavin de Huantar plus tard. Les choses ont été posées dans ces deux articles récents, le cas de Valdivia et probablement d'autres sites sera abordé aussi : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-1.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-2.html

Mais une toute nouvelle publication scientifique pourrait faire de la cité de Pumapunku (et par extension la ville de Tiwanaku) en Bolivie, comme la plus ancienne du continent... Je vais donc vous traduire pour information cette nouvelle étude très complète comportant une nouvelle théorie logique, publiée par Francisco J. Ariasa, du Département de mécanique des fluides à l'Université polytechnique de Catalogne,
ESEIAAT C / Colom 11, 08222 Barcelone, Espagne.

Dans ce travail, la lubrification à la glace pour déplacer le matériau lithique jusqu'au complexe de Tiwanaku et en particulier sur l'ancien site de Pumapunku est discuté. Le glissement sur la glace (pierres glissantes sur une feuille de glace) est identifié comme la technologie la plus réalisable pour le transport de pierres lourdes à Pumapunku, ce qui correspond bien à l'inventivité et à l'approche technologique de cette civilisation, non seulement à cause des conditions climatologiques propices du bassin du Titicaca mais aussi à cause de leurs inventions techniques et leurs connaissances les plus éprouvées en matière de technologie de protection contre le gel des cultures (systèmes surélevés aussi appelés suka kollo en aymara), qui auraient modifié radicalement le microclimat entier du bassin. En effet, il est tout à fait justifié de penser que si les gens de l'ancien Tiwanaku ont pu développer une technologie totalement efficace pour faire face aux effets négatifs du gel en toute la région du bassin, au contraire, il devient très difficile de croire que les mêmes personnes, que ce soit par inadvertance ou délibérément, n'auraient pas profité du gel pour déplacer les lourdes pierres des carrières. Parce que le frottement de la glace réduit au maximum le nombre d'hommes requis pour tirer la pierre la plus lourde et parce que les civilisations andines manquaient d'animaux de trait avant l'arrivée des Européens, puis en utilisant un modèle de croissance démographique disponible - dérivé des estimations du rendement des cultures, il est possible d'évaluer une limite supérieure technologique pour l'âge de la civilisation de Tiwanaku. Enfin, pour le cas spécifique des blocs d'andésite qui étaient extraits du pied du Mont Ccapia (à 90 km du site de Tiwanaku), avec une navigation sur de grands radeaux ou des bateaux de roseaux (totora) sur le lac Titicaca, la possibilité alternative d'un ancien couloir de glace dans le golfe de Taraco est analysé.

 

Bolivie pumapunku1

figure. 1: Topographie Tiwanaku du Centro de Investigaciones Arqueologicas à Tiwanaku CIAT. A) Plataforma Litica au
Site de Pumapunku. B) Localisation mondiale du complexe Tiwanaku. C) La distance entre le Complexe Tiwanaku (1) et la
Carrière Quebrada Kausani (2) située à environ 10 km où l'on pense que les gros grès ont été extraits. cliquer pour agrandir.

 

Construit il y a des milliers d'années en Bolivie, les ruines de Tiwanaku et en particulier du site de Pumapunku ont rendu les experts perplexes depuis des décennies et bien que les chercheurs ont travaillé pour déterminer son âge par une variété de différents méthodes de datation, l'origine et l'âge exacts du site sont toujours en litige. L'âge du site a été considérablement raffiné au cours du siècle dernier. Retour en 1910, Arthur Posnansky a soutenu que le site était terminé entre 11 000-17 000 ans, [1], [2], d'après des comparaisons sur les époques géologiques et à l'archéoastronomie; commençant dans les années 1970, la première datation au radiocarbone a conclu que le site a été occupé pour la première fois vers 1 580 avant JC, [3], et puis des enregistrements radiocarbones récents (1999), [4] datent le site vers 540-600 après JC. (YH : notons tout de suite que ni les références du radiocarbone des années 1970 ni celles de 1999 n'incluent un recalcul avec les récentes recalibrations du C14 du 21ème siècle).

Néanmoins, l'étude (de 1999) ne peut pas être considérée comme concluante, car les résultats du radiocarbone - qui étaient basés sur l'analyse de la matière organique de la couche la plus basse et la plus ancienne du remblais formant le site Pumapunku, ne pouvait rendre compte que, dans le meilleur des casdu moment où les pierres de fondation étaient placées, mais ne peut pas être fermement extrapolé comme le moment auquel la pierre a été transportée des carrières, car il semble clair qu'il n'est pas nécessaire que les deux périodes doivent correspondre à l'identique, et en fait il semble que chaque période constructive sur le site de Pumapunku est séparée par un temps considérable et a sa propre technique et conception particulières, [1]. De plus, à partir du matériau lithique dispersé trouvé, un matériau lithique pourrait être déplacé ou réaffecté à un autre objectif qu'à l'initiale, un fait qui peut être facilement observé aujourd'hui par les visiteurs qui peuvent trouver des pierres de Pumapunku éparpillées à proximité de personnes extrayant de la pierre pour la construction, des églises ou la construction de voies ferrées.

Lire la suite ci-dessous :

L'objet de ce travail était tout d'abord d'identifier la technique la plus appropriée, efficace et disponible pour les anciens Peuple Tiwanaku pour déplacer les pierres lourdes compatibles non seulement avec les conditions climatologiques du Bassin Titicaca mais aussi avec le genre d'inventivité montré par cette civilisation. Une fois cette technique identifiée, s'attaquer au problème de son âge évalué à partir d'un point de vue technologique qui, pour autant que ce que l'auteur sait, n'a pas été fait auparavant. La méthode proposée, bien que certainement, ne peut pas fournir un chiffre absolu pour l'âge du complexe Tiwanaku, peut  néanmoins fournir une limite maximale supérieure pour son âge, donc est digne d'être considérée. En effet, il est bien connu que les civilisations andines manquaient d'animaux de trait avant l'arrivée des Européens, et donc quelle que soit la technologie utilisée, cela ne pouvait être accompli que par la force humaine pure. Par conséquent, en connaissant la technologie ultime qui réduit au maximum le nombre d'hommes nécessaires pour transporter les lourdes pierres au complexe et en sachant l'évolution de la population dans le temps, il est possible de fixer une estimation supérieure de l'âge de Tiwanaku limitée par de pures considérations technologiques.

A. L'utilisation de la glace pour déplacer le matériau lithique à Pumapunku

 

La plus grosse pierre de Pumapunku est un bloc de grès de 7,81 mètres de long, 5,17 mètres de large, 1,07 mètre en moyenne d'épaisseur, et est estimée à environ 131 tonnes et est partie de ce qu'on appelle la Plataforma Litica, [5]. Basé sur des analyses pétrographiques et chimiques détaillées d'échantillons à la fois des pierres individuelles et des sites de carrières connus, les archéologues ont conclu que ceux-ci et d'autres grès rouge des blocs ont été transportés sur une pente raide d'une carrière près du lac Titicaca à environ 10 kilomètres (6,2 miles) (voir Fig. 1), [5].

Les archéologues affirment que le transport de ces pierres a été accompli par une importante main-d'œuvre de l'ancien Tiwanaku. Plusieurs théories ont été proposées sur la façon utilisée par cette main-d'oeuvre transportant les pierres, mais de nos jours toutes d’entre elles restent spéculatives. Deux des plus courantes propositions impliquent l'utilisation de cordes et de rampes en peau de lama et plans inclinés et utilisant des traîneaux coulissants en tenant compte que les rouleaux et roues étaient inconnus de la civilisation andine, [4], [5].

En utilisant cette condition de lubrification (c.-à-d. la Pierre transportée sur une luge de bois glissant au sol), il est convenu que le nombre d'hommes requis pour tirer la plus lourde pierre de 131 tonnes aurait nécessité environ 2620 personnes ou à peu près, [6]. Ce grand nombre de personnes semble cependant gênant. D'une part, même 1200 hommes pour tirer une énorme pierre est considéré comme irréalisable pour un cas égyptien ancien, [7], d'autre part, dans une étude récente sur le cas de la Cité interdite en Chine des XVe et XVIe siècles pour le déménagement d'une pierre plus légère de 123 tonnes, le nombre de 1200 hommes (c.-à-d. moins de la moitié des personnes requises réclamées pour le Cas Tiwanaku), est considéré comme irréalisable non seulement à cause de l'efficacité de la force de traction totale mais aussi à cause de l'organisation massives d'hommes, [8]. Cependant, à la différence de l'Égypte, le nombre d'hommes peut être drastiquement réduit si les conditions climatologiques sont favorables.

Récemment, (2013), [8], il a été proposé que la lubrification technique par la glace pourrait être utilisée pour transporter les énormes pierres à la Cité Interdite de Pékin en Chine aux XVe et XVIe siècles. La technique permet une réduction substantielle dans le coefficient de frottement cinétique μ puis en une réduction drastique de la main-d’œuvre requise. La Fig.2 indique le nombre d'hommes nécessaires pour tirer un traîneau avec une pierre de 131 tonnes (comme la plus lourde de Plataforma Litica) comme fonction du coefficient de frottement cinétique μ donné par la technique de lubrification spécifique utilisée. Se référant à ce chiffre, on observe que le coefficient de frottement sur le sol pour une luge à contact direct est de l'ordre de μ ≈ 1 et le nombre d'hommes correspondant autour de 2600 personnes ou à peu près, ce qui correspond effectivement au nombre d'hommes actuellement proposé par les archéologues. Cependant, si la pierre n'était pas en contact direct avec un traîneau mais à l'aide d'un couche de glace gelée, alors μ ≈ 0,22 et le nombre d'hommes tombe à 400 ou à peu près. Néanmoins ce nombre peut être optimisé encore plus. En effet, le cas le plus intéressant est quand entre la glace et la pierre apparaît un film d'eau. Un tel film d'eau peut apparaître grâce à la chaleur dégagée par le frottement dû au mouvement propre de la pierre à faible vitesse, [8], ou en induisant la fonte en frottant et en chauffant la surface devant la pierre (comme c'est le cas dans les sports de glace comme le patinage ou le curling) ou tout simplement en versant de l'eau.

 

Bolivie pumapunku2figure. 2: Nombre d'hommes en fonction du coefficient de frottement cinétique pour une pierre de 131 tonnes.

 

Quelle que soit la technique, la formation d'un tel film d'eau pour le mouvement des pierres lourdes d'environ 130 tonnes s'est avérée parfaitement réalisable, [8]. L'importance de la lubrification film-eau-glace est que le coefficient de frottement cinétique peut chuter considérablement aussi bas que 0,01 ≤ μ ≤ 0,03, [9], puis pour la pierre de 130 tonnes, le nombre théorique d'hommes pour tirer le poids peut passer des 2620 hommes à seulement 80 hommes. Parce que là il n'y a pas une autre technologie concevable - à part de la lévitation qui est bien sûr rejetée à ce moment-là, capable de réduire le coefficient de frottement cinétique dans une telle mesure, alors que le film d'eau de la couche de glace a fixé une limite supérieure au nombre minimum d'hommes requis pour tirer la pierre. La question clé est de savoir si les conditions du climat  du bassin Titicaca ont permis l'utilisation d'une technologie de couche gelée pour déplacer les pierres lourdes au complexe Tiwanaku. La réponse est affirmative, et pas seulement à cause des conditions climatologiques du bassin mais parce que la technologie est en phase avec le genre d'inventivité développé par les Tiwanaku, à tel point qu'il pourrait être presque incompréhensible qu’ils n’auraient pas profité de la méthode.

B. Champs surélevés

 

Des températures de congélation ont toujours été présentes dans le Bassin Titicaca. En hiver, la température baisse rapidement après le coucher du soleil, et la nuit, elle peut descendre en dessous de zéro. Pendant une saison hivernale douce typique (mai à août) dans le bassin du Titicaca, la température la nuit peut être aussi basse que -5 C, cependant, pendant les hivers rigoureux (qui sont très courants) de très extrêmes conditions sont imposées aux agriculteurs autochtones ainsi qu'aux animaux. Par exemple, des centaines de familles touchées et plus de 250 000 alpagas ont été tués en raison des températures glaciales et aux tempêtes de neige de l'hiver 2013 dans le bassin a été des températures de moins 15 degrés Celsius ont été enregistrés et le gouvernement péruvien a dû déclarer l'état d'urgence dans la région; plus récemment, en 2016, jusqu'à 50 000 alpagas élevés par les agriculteurs autochtones de Puno - situés au Titicaca bassin et à 180 km du site de Tiwanaku, sont morts pendant l'hiver glacial où les températures ont plongé aussi bas que -23 C et encore une fois le gouvernement péruvien a dû déclarer l'état d'urgence. Par conséquent, si le gel les températures hivernales dans le bassin du Titicaca n'étaient pas plus bas qu'aujourd'hui, il était au moins semblable dans les époques anciennes. C'est facile à déduire de l'une des plus ingénieuses inventions connues de l'ancien peuple Tiwanaku qui est directement liée à faire face aux températures glaciales et est appelée comme champs surélevés ou suka kollo dans la langue locale aymara.

L'impact des champs surélevés sur la région du bassin ne peut être sous-estimée, et en fait, il est largement reconnu que les champs surélevés ont radicalement changé tout le microclimat du bassin. En résumé, les champs surélevés peuvent être définis comme de grandes plantations surélevées sur des plates-formes avec des canaux intermédiaires remplis d'eau, conçus pour améliorer le drainage, maximiser la fertilité du sol et prévenir le gel, [11], [12], et ils existent au moins dès 1 000 avant JC, [13]. La carte de la figure 3 montre l'emplacement de champs surélevés préhistoriques (basé sur Smith et al, 1968, [10]).

En conclusion, il est très raisonnable de penser que si les gens de Tiwanaku ont pu développer une technologie pour faire face aux effets négatifs de l'omniprésence problème de gel dans toute la région du bassin, au contraire, il devient très difficile de croire que les mêmes les gens, par inadvertance ou délibérément, n'ont pas pris avantage des couches de givre pour déplacer les pierres lourdes des carrières, avec une réduction drastique de la main-d'œuvre de 2600 hommes à seulement 100 hommes environ, l'idée semble presque inconcevable pour dire le moins.


C. Une approche technologique du problème de l'âge du complexe Tiwanaku

 

Parce que les civilisations andines manquaient d'animaux de trait avant l'arrivée des Européens, puis en utilisant un modèle de croissance démographique - dérivé de plausible estimations du rendement des cultures, il est possible d'évaluer une limite supérieure de l'âge de la civilisation Tiwanaku. La précision des estimations sur la population de Tiwanaku, bien sûr, n'est pas possible et varie d'un auteur à l'autre, néanmoins, il semble y avoir un large consensus sur le fait que le grand arrière-pays rural du bassin du Titicaca transformé dans un paysage agricole artificiel est directement associé avec la ville de Tiwanaku. De plausibles estimations, l'archéologie a pu estimer qu'une population allant de 20 000 à 56 000 a été soutenue en permanence par les champs dans cet arrière-pays immédiat, [14], [15]. Ainsi, vers 1 500 avant JC, Tiwanaku était probablement un village avec pas plus de 200 ménages; en 400 après JC environ 15 000 habitants; vers 800 après JC vers 30 000 et vers 900 après JC jusqu'à 60 000 habitants avec l'État impérial, [6] qui cadrent bien avec un modèle de croissance exponentielle comme le montre la Fig. 4. En référence à la Fig.4, on voit que, en raison uniquement de la limitation de la technologie, l'âge maximum auquel la plus lourde des pierres pourrait être transportée par les Tiwanaku est vers 2 000 avant JC, c'est-à-dire dès la période villageoise.

D. Le transport de blocs d'andésite

Tandis que le grès sédimentaire de teinte rouge brillant provient des carrières de la chaîne Kimsachata-Chilla situé à environ 10 km, au sud de Tiwanaku (voir Fig.1), l'andésite volcanique gris bleuâtre était extrait dans une région plus éloignée au pied du mont Ccapia à environ 90 km de Tiwanaku (voir Fig.5 en haut), et malgré cela ils sont entre 10 tonnes à 40 tonnes et pas aussi lourd que le grès de Plataforma Litica, néanmoins pour le transport de ces blocs survient un autre problème différent.
Selon l'hypothèse actuelle, ces géants de pierres d'andésite (les plus grosses pesant 40 tonnes) étaient transportés sur environ 90 kilomètres à travers le lac Titicaca sur des bateaux de roseaux totora (le totora est un bac indigène en roseau généralement de 2 à 7 mètres de long et un tiers de large), sur deux chemins possibles représentés en haut de la Fig.5, [5], puis ils ont été traînés encore 10 kilomètres vers la ville et le possible port d'Iwawe. Le discutable point est que l'on croit que le roseau totora n'a pas la rigidité requise pour transporter les pierres lourdes ou que la profondeur du tirant d'eau du bateau totora, capable de résister à un poids d'environ, disons, 20 tonnes, pourraient causer un échec dans les eaux peu profondes. [5]. En conséquence, il a été proposé que les blocs d'andésite devaient être transportés à l'aide de balsa mais, parce qu'il n'y a pas ce matériau dans l'ensemble du Bassin du Titicaca, il fallait l'apporter d'Amazonie situé à environ 80 km au nord-est de Titicaca, [5].

Néanmoins, il semble que des recherches expérimentales récentes en 2002, ont eu un succès avec la reproduction du transport d'une pierre d'andésite jusqu'à 10 tonnes utilisant un bateau de roseau totora, [17]. (YH : ce qui est insuffisant).

 

Bolivie pumapunku4figure. 4: Estimation de la population de Tiwanaku avec l'époque. Les courbes horizontales sont le nombre d'hommes nécessaires pour tirer une pierre 131 tonnes
poids en utilisant le contact traîneau-sol et le contact traîneau-eau-film-glace-sol, comme illustré à la Fig.2.

 

Néanmoins, dans le cadre du présent étude, il est intéressant d'étudier l'alternative, et encore inexplorée, possibilité qu'en fait l'andésite des pierres ait été transportées à travers le lac Titicaca sans utiliser des bateaux totora en roseau ou balsa, mais utilisant en fait une route de glace plus ou moins de la façon illustrée sur la Fig.5 (bas).
Si un tel couloir de glace hypothétique existait vraiment, il pourrait être soit une route saisonnière, soit une route permanente. En ordre pour évaluer cela, nous procéderons comme suit: Pour commencer, nous devons évaluer l'épaisseur minimale efficace de la calotte glaciaire capable de résister, par exemple, à une pierre de 10 tonnes. Bien que de nombreuses formulations semi-empiriques pour la résistance au roulement de glace sont disponibles dans la littérature, mais la plus simple et expression la plus largement utilisée en raison de Gold (1971) [18], semble préférable.

P = Ah2 (1)

où P est la charge autorisée (tonne); h est l'efficacité de l'épaisseur de la calotte glaciaire (cm); et A = 0,01 tonne / cm2.
Par conséquent, en supposant une pierre andésite de 10 tonnes, elle nécessite une épaisseur h ≈ 100 cm. Ainsi, il s'agit de savoir si réellement une telle épaisseur pourrait être construite pendant le temps glacial de l'hiver. De nos discussions précédentes, des températures de congélation très basses peuvent être atteintes dans le Bassin du Titicaca, et en fait le lac Titica au Puno a subi un gel partiel sur la surface du lac, donc 1 mètre d'épaisseur pour l'hiver dans le lac Titicaca ne pouvait pas être exclu. Néanmoins, il y a un facteur qui empêche presque l'idée d'un couloir de glace saisonnier dans l'ancien bassin, et cette raison est précisément la présence des champs surélevés déjà discutés.

 

Bolivie pumapunku5 Bolivie pumapunku6

figure. 5: Transport de l'andésite depuis le mont Ccapia aux alentours de 90 km de Tiwanaku. Gauche: l'hypothèse du chemin actuel,
[5]. A droite: en supposant un couloir de glace dans le golfe de Taraco.

 

La raison en est facile à comprendre si nous réalisons que les profondeurs typiques des champs surélevés entourant tout le bassin du Titicaca mesure environ 1 mètre de profondeur et par conséquent, cela n'a pas de sens d'utiliser une telle profondeur si, pendant les hivers toute la chaleur latente stockée serait épuisée pour geler tout le champ surélevé. En conclusion, si un tel couloir de glace existait déjà dans le passé et était utilisé pour le transport, il devait être un couloir de glace permanent et cela ne semble possible que pendant la retraite glaciaire dans le région du bassin. La retraite glaciaire dans la cordillère  bolivienne a commencé vers 12 000 avant le Présent, [19] et a été marquée par un série de stabilisations et de réévaluations jusqu'à environ 10 000 avant le Présent [20] - [24]. Passé ce délai, les glaciers se sont rapidement retirés aux limites quasi modernes de 9 000 avant le Présent, et la plupart des vallées ont été complètement déglaciées avant 8 000 avant le Présent.

Le Paléo-lac Titicaca a commencé à chuter de sa situation élevée à 5-10 m au-dessus des niveaux modernes quelque temps après 11 000 avant le Présent, [25], et s'est probablement approché des niveaux modernes autour de 9 000 avant le Présent [21].

Par conséquent, sous l'hypothèse d'un glacier hypothétique, l'âge de l'ancien Tiwanaku serait d'environ 8000 à 12000 ans, ce qui est beaucoup plus en accord avec les premiers calculs d'Arthur Posnansky (11000-17000 ans), [1], [2 ], basé sur des comparaisons avec les zones géologiques et l'archéoastronomie du temple de Kalasasaya.

Conclusion :

Dans ce travail, la lubrification de la glace pour déplacer les pierres lourdes du site de Pumapunku est pour la première fois proposée, ce qui est tout à fait conforme à l'inventivité et à l'approche technologique utilisée par cette civilisation, non seulement en raison des conditions climatologiques propices du bassin du Titicaca mais aussi à cause de la plupart de leurs inventions et connaissances techniques prouvées en matière de technologie de protection contre le gel des cultures. La lubrification de la glace permet une réduction du nombre d'hommes nécessaires pour tirer la pierre et qu'il semble très improbable que les gens de Tiwanaku n’en ait pas profité.
Parce que le frottement de la glace offre une réduction maximale dans le nombre d'hommes nécessaires pour tirer la plus lourde pierre et parce que les civilisations andines manquaient d'animaux de trait avant l'arrivée des Européens, puis en utilisant un modèle de croissance démographique disponible - dérivé des estimations plausibles du rendement des cultures, il a été possible d’évaluer une limite supérieure technologique pour l'âge de la civilisation de Tiwanaku vers 2 000 avant JC. Enfin, pour le spécifique cas des blocs d'andésite supposés extraits de la carrière au pied du mont Ccapia (à 90 km du Site Tiwanaku) et ayant navigué sur de grands radeaux ou des bateaux totora sur le lac Titicaca, la possibilité alternative d'un ancien couloir de glace dans le golfe de Taraco était analysé. On montre que si un tel couloir de glace a été utilisé, il fallait nécessairement un couloir de glace permanent lors du recul glaciaire dans le bassin du Titicaca il y a environ 8 000 à 12 000 ans.

REFERENCES :

[1] Posnansky A. 1945. Tihuanacu, the Cradle of American Man. I-II. Translated by James F. Sheaver. New York: JJ Augustin.
[2] Posnansky A. 1910. Tihuanacu e islas del Sol y de la Luna (Titicaca y Koati). La Paz
[3] Ponce Sangines C. 1971. Tiwanaku: Espacio, Tiempo y Cultura. La Paz: Academia Nacional de Ciencias de Bolivia.
[4] Vranich A. 1999. Interpreting the Meaning of Ritual Spaces: The Temple Complex of Pumapunku, Tiwanaku, Bolivia. Doctoral Dissertation, The University of Pennsylvania.
[5] Ponce Sangin´es C; Mogrovejo Terraza G. 1970. Acerca de la Procedencia del Material L´ıtico de los Monumentos de Tiwanaku. Publication no. 21. Academia Nacional de Ciencias de Bolivia.
[6] Montano Duran P. 2016. El Imperio de Tiwanaku. Tercera edition. Grupo Editorial Kipus. Cochabamba , Bolivia.
[7] Downson S . 1998 . Hystory of Tribology . Professional Engineering Publishing, London. 2nd. pp. 28-45
[8] Li J; Chen H; Stone H:A. 2013. Ice lubrication for moving heavy stones to the Forbidden City in 15th-and 16thcentury China. PNAS, 110,50. p.p 20023-20027
[9] Bowden F.P, Huhes T.P. 1939. The mechanicsm of sliding on ice snow. Proc R Sco Lond A MAth Phy Sci 172(9499: 280-298.
[10] Smith C.T; Wiliam M.D; Patrick H. 1968. Ancient Ridged Fields in the Region of Lake Titicaca. The Geographical Journal. 134:353-3
[11] Clark L.E; Kay L.C. 1989. Raised Fields and Sustainable Agriculture in the Lake Titicaca Basin of Peru. Browder, John 0. 1989 Fragile Lands of Latin America: Strategies for Sustainable Development. Westview Press Boulder, Co
[12] Clark L.E. 1998. Raised Field Agriculture in the lake Titicaca Basin.Putting Ancient Agriculture back to Work. Expedition. 30 (1). pp. 8-16.
[13] Fagan B.M; Durrani N. I. 2016. The Beginning. An Introduction to Archeology. Thirtheeth Edition. Routledge, New York.
[14] Kolata A.L. 1986. The Agricultural Foundations Of The Tiwanaku State: A View From The Heartland. American Antiquity, 51(4), 1986, pp. 748-762.
[15] Kolata A.L. 2003. Tiwanaku and Its Hinterland: Archaeology and Paleoecology of an Andean Civilization. Vol. 2, Urban and Rural Archaeology. Washington, DC: Smithsonian Institution Pres
[16] Janusek J.W. Ancient Tiwanaku. Case Studies in Early Societies. Cambridge University Press. New York, 2008.
[17] Vranich A; Harmon P; Knutson C. 2002. Reed Boats and Experimental Archaeology on Lake Titicaca. Expedition. volume 47,number 2.
[18] Gold L.W. 1971. Use of Ice Covers for Transportation. Canadian Geotechnical Journal. 8(2): 170-181.
[19] Stanish C; Cohen A.B; Aldenderfer M.S. 2005. Advances in Titicaca Basin Archaeology-1. Series: Monograph 54. Cotsen Institute of Archeology at UCLA. Los Angeles, California.
[20] Abbott M.M; Binford M; Brenner; K. Kelts. 1997. A 3500 14C yr high-resolution record of water-level changes in Lake Titicaca, Bolivia-Peru. Quaternary Research 47:
p.p. 169-180.
[21] Abbott, M., G. Seltzer, K. Kelts, and J. Southon. 1997. Holocene paleohydrology of the tropical Andes from lake records. Quaternary Research.47. p.p. 70-80.
[22] Seltzer, G. 1990. Recent glacial history and paleoclimate of the Peruvian-Bolivian Andes. Quaternary Science Reviews. 9-2/3. p.p. 137-152.
[23] Seltzer, G. 1993. Late-Quaternary glaciation as a proxy for climate change in the Central Andes. Mountain Research and Development 13(2). p.p. 129-138.
[24] Seltzer, G., P. Baker, S. Gross, S. Fritz, and R. Dunbar. 1998. High-resolution seismic reflection profiles from Lake Titicaca, Peru-Bolivia: Evidence for Holocene aridity in the tropical Andes. Geology 26(2). p.p. 167-170.
[25] Clapperton, C. 1993. Quaternary Geology and Geomorphology of South America. Elsevier Science Publishers B.V., Amsterdam

Pumaupc2pPumaupc2p (340.01 Ko)

YH : Quelques réflexions. Comme il est dit dans cette étude, la ville de Tiwanaku, comme la plupart des villes d'ailleurs, s'est bâtie sur plusieurs périodes et au fil des siècles. L'exemple de la cité de Caral-Supe semble approprié : on sait maintenant qu'un premier village a existé à partir de 7 000 ans avant le Présent, et que les structures monumentales, avec de très grosses pierres, ont été créées vers 5 000 ans avant le Présent. Et on sait aussi que la majorité de ces premières villes ont été bâties sur des plateaux et flancs de la cordière des Andes, et à proximité de rivières descendant des sommets. Et on sait aussi que toutes ces populations ont construit des canaux hydrauliques, supposés pour l'agriculture. On peut donc aussi se poser la question sur l'utilisation de la glace lors des hivers dans les montagnes pour transporter les lourdes pierres.

L'auteur de cette étude donne donc comme date de 2 000 Avant JC à la civilisation de Tiwanaku, en ne se basant que sur la carrière de grès à 10 km du site, et cette pierre de 131 tonnes, mais environ 8 000 à 12 000 ans pour l'andésite situé à 90 km et ses plus grands blocs de 40 tonnes (soit entre 1 000 et 5 000 ans avant le village de Caral). Nous avons donc éventuellement (tout ceci doit être affiné) la construction du village (et donc de la civilisation pré-Tiwanaku) entre ces anciennes dates et les constructions monumentales vers 2 000 avant JC, soit environ 1 000 ans après celles de Caral-Supe. En fait, comme l'avons vu, tout dépend pratiquement du nombre de personnes présentes sur le site aux différentes époques...

Notons aussi qu'aucune de ces dates (y compris les plus anciennes) ne sont incompatibles avec la présence des amérindiens en Amérique Latine, déjà prouvées largement. Et que ces amérindiens proviennent en grande majorité du grand nord canadien à priori, et de la Béringie, donc pas incultes en ce qui concerne la glace et le grand froid...

 

Vidéos récentes : https://www.arte.tv/fr/videos/061733-014-A/enquetes-archeologiques-titicaca-la-mer-des-tiwanaku/

 

 

Articles en complément : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/bolivie-decouvertes-imprevues-a-tiahuanaco.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/bolivie-decouvertes-exceptionnelles-dans-le-lac-titicaca.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/bolivie-24-sites-engloutis-dans-le-lac-titicaca.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/tiahuanaco-en-bolivie-les-preuves-de-son-existence-il-y-a-15-000-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/preuves-d-une-autre-histoire-en-bolivie.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-mysteres-de-la-fuente-magna-bolivie.html

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 21-07-2020

 

mystère Bolivie échange archéologie lire prehistoire antiquité légendes

OVNIs : ODHtv - Actualités 2ème trimestre 2020 OVNIs : ODHtv - Actualités 2ème trimestre 2020
OVNIs : ODHtv - Actualités 2ème trimestre 2020   MAJ 23-07-2020 Lien...
  Génome humain : pas encore complètement décodé
Génome humain : pas encore complètement décodé   Repr&eac...
Génome humain : pas encore complètement décodé

Ajouter un commentaire