Jourdain : un village de briques crues de 7200 ans

Jourdain : un village de briques crues de 7200 ans

 

Jourdain2

 

Un village de briques crues a survécu à 7 200 ans dans la vallée du Jourdain. Les maisons et les silos identifiés à Tel Tsaf sont une trouvaille rare étant donné l'aversion des briques de boue pour la pluie - et un hiver inhabituellement humide provoque déjà la chute des briques exposées...

Il y a une raison pour laquelle les maisons préhistoriques sont rares dans les archives archéologiquesLes pierres de construction sont réutilisées, tandis que d'autres étaient fragiles au départ, en bois et en paille, ou en briques de boue qui ont succombé aux intempéries et à la pourriture. Pourtant, les archéologues en Israël ont identifié des maisons et des silos de stockage de nourriture en briques de boue séchées au soleil remontant à 7 200 ans à Tel Tsaf, un site de la vallée du Jourdain. Le professeur Danny Rosenberg de l'Institut d'archéologie Zinman, Université de Haïfa, qui a dirigé le projet Tel Tsaf en collaboration avec le Dr Florian Klimscha du Landsmuseum de Hanovre en Allemagne et ses collègues en parlent dans PLOS One.

Les briques de boue ont été cimentées et enduites à l'aide de plâtre de boue ou de chaux (et d'autres types également), a écrit l'équipe. Sur la base de découvertes organiques, ils ont déduit que les plafonds peuvent avoir été faits de bois ou de roseaux et postulent, sur la base d'une architecture simple et moderne, que les toits étaient plats.

Les structures de Tel Tsaf sont loin d'être la plus ancienne brique crue connue de la science. Jéricho a des restes de constructions de boue encore plus anciennes datant de la période connue sous le nom de néolithique pré-poterie A, il y a environ 12 000 à 10 800 ans. Les habitants de l'ancien Jéricho ont utilisé de la brique de boue pour rehausser les murs de la ville, et beaucoup de constructions.

D'autres exemples sont légion: de nombreux sites bibliques découverts étaient également connus pour l'utilisation de briques de boue, et Ebla en Syrie avait un mur de ville en briques de boue massif jusqu'à 6 mètres (20 pieds) d'épaisseur qui remonte probablement à l'époque de Tel Tsaf. Les deux ont quelque peu survécu.

En bref, les constructions en briques crues étaient courantes au Levant (et ailleurs). Mais l'étude archéologique du développement préhistorique de la construction avec de la boue - de la technique à ce qu'elle pourrait nous dire sur les gens, leur culture, leur technologie et leurs choix - a été entravée par le fait que la brique de boue se désintègre sous la pluie...

 

Jourdain1

Le site archéologique de Tel Tsaf dans la vallée du Jourdain. photo Yossi Garfinkel

 

Cela soulève la question de savoir comment exactement les briques de boue d'un village, bien que substantielles, ont survécu partout au Levant pendant plus de quelques années, sans parler de 7 200 ans dans le cas de Tel Tsaf. Bien que le Moyen-Orient ait des déserts assez durs, ce n'est pas l'Atacama, qui ne reçoit littéralement aucune pluie :

" Ces jours-ci, les précipitations dans la vallée du Jourdain et à Tel Tsaf atteignent en moyenne 200 à 250 millimètres (plus de 8 pouces) par an ", dit Rosenberg.

" En effet, la survie des murs est particulièrement étonnante étant donné que les briques de boue de Tel Tsaf ont été cuites au soleil, non durcies par le feu ", note-t-il. " Mais le fait est qu'ils ont survécu. Nous pensons que c'est parce qu'ils ont été plâtrés non pas avec de la chaux mais avec du plâtre de boue avec divers additifs que nous étudions actuellement, et les villageois ont continué à les rechaper - à l'intérieur, à l'extérieur, sur le toit ", suggère-t-il. En un mot, un entretien.

Jourdan garfinkel silo

photo Garfinkel - silo

 

De plus, le site du village a du être recouvert très rapidement, car même après toutes ces années, les excavateurs ont trouvé des murs encore debout, dit-il. Et maintenant que Tel Tsaf est exposé aux éléments - et l'hiver 2019-2020 a été exceptionnellement pluvieux, selon les termes d'Israël et de la vallée du Jourdain - les briques se désagrègent rapidement. " Nous le voyons sous nos yeux ", explique Rosenberg, et ajoute: " C'est une des raisons pour lesquelles, dans le nouveau projet, nous essayons de fouiller le moins possible, bien que les quantités de données de première main et innovantes que nous avons récupéré est énorme ".

Les archéologues pensent également que les briques désintégrées ont été recyclées - aucune bonne ressource n'a été gaspillée.

À l'époque du Chalcolithique moyen, Tel Tsaf était un grand village s'étalant sur une colline au sud de la mer de Galilée, à quelques kilomètres de Tel Beit She'an, qui avait également une couche plus ou moins contemporaine avec Tel Tsaf. Son emplacement explique pourquoi les villageois ont choisi de construire leurs maisons et leurs installations avec de la boue friable séchée au soleil, disponible localement, mêlées généreusement avec des plantes locales, plutôt que des pierres rustiques.

 

Jourdan tel tsaf map

Ils n'en avaient pas, c'est la raison, explique Rosenberg et ses collègues à Haaretz. " Il n'y a pas de roche à construire dans cette région de la vallée du Jourdain, seulement les sédiments du fond de l'ancien lac de Lisan. L'ensemble du site est pratiquement débriqué de briques de boue et des restes de murs et d'installations en boue ", dit Rosenberg.

 

Jourdain0

Tel Tsaf est né sur ce qui avait été le fond d'un lac préhistorique étroit et allongé, Lisan, dont il ne reste que deux reliques rétrécies: la mer de Galilée et la mer Morte.

Le lac Lisan existait il y a environ 70 000 à 15 000 ans , à l'époque de la période glaciaire. Une grande partie de l'Europe était couverte de masses glaciaires, mais au Levant, elle était relativement humide. Arrive l'Holocène, alors que la glace se retirait dans le nord, le Levant s'est aridifié.

Tout au long de la vie pas très longue de Tel Tsaf - peut-être aussi peu que 500 à 700 ans, un simple clin d'œil dans ces parties découvertes prouve que les gens ont utilisé la même «recette» pour leurs briques. Les villageois ont tempéré la boue avec beaucoup de matière organique, bien que les archéologues travaillent toujours à découvrir quelles matières exactement.

L'énigme de l'autruche

Les habitants n'ont pas importé de pierre pour la construction. Cela aurait été extrêmement difficile étant donné que les bêtes de somme de ces jours, telles que le cheval et l'âne n'avaient pas encore été domestiquées, et le chameau était inconnu dans le Proche-Orient préhistorique.

Mais les objets trouvés dans les tombes trouvées à Tel Tsaf indiquent qu'ils ont importé des choses beaucoup plus légères et très finesEn fait, aucun autre site connu de cette période ne présente de connexions à longue distance d'une telle dimension, a écrit Yossi Garfinkel de l'Université hébraïque et son équipe il y a six ans dans Plos One.

 

Jourdan garfinkel

Vallée du Jourdan Photo Garfinkel

 

Rosenberg est d'accord. L'une des découvertes dans les tombes a été celle d'une femme d'âge moyen avec 1 668 perles de coquille d'oeuf d'autruche disposées en six rangées autour de sa taille. Quelle était la source de ces perles ? Y avait-il des autruches en Israël au chalcolithique ? Peut-être qu'il y en avait, peut-être qu'il n'y en avait pas. Comme le souligne Rosenberg, ils n'ont pas trouvé un seul os d'autruche, mais ont trouvé plus de 2 500 perles de la coquille d'oeufs blancs cassés robustesDes déchets de fabrication de perles d'oeuf ont également été trouvésLes éléments de preuve indiquent que, pour une raison quelconque, les œufs d'autruche ont été importés à Tel Tsaf, où ils ont été transformés en perles

Il convient d'ajouter que les autruches et autres versions locales de la faune typiquement «africaine» vivaient autrefois en Israël mais ont disparu - que ce soit à cause de la surexploitation, de l'empiètement de l'habitat ou du changement climatique.

De plus, la femme Tel Tsaf avec la ceinture d'oeufs d'autruche avait été enterrée sous le sol d'un silo en briques de boue et avait un poinçon en cuivre, le plus ancien artefact en métal coulé connu trouvé dans le sud du Levant (visible plus haut). Comme précédemment rapporté par Garfinkel, Rosenfeld lui-même et d'autres, ce poinçon suggère que la technologie des métaux moulés a atteint la région dès la fin du sixième millénaire avant notre ère. Selon l'analyse, le minerai provenait de très loin - peut-être du Caucase. YH : En effet, bien avant les grandes civilisations comme celle de l'Egypte par exemple, les contacts entre l'Afrique et l'Europe et Asie existaient, et il y avait déjà des brassages d'ADN entre ces populations et cultures pas si éloignées dans les faits...

La datation de l'outil brut peut indiquer que la technologie du métal coulé a été introduite dans le sud du Levant des siècles avant le début du Chalcolithique moyen, ou âge du cuivre, ont-ils écrit précédemment dans Plos One.

D'autres preuves de liens commerciaux à longue distance du village, des millénaires avant l'écriture, comprennent l'obsidienne, également connue sous le nom de verre volcanique, qui serait originaire d'Anatolie, de Turquie ou d'Arménie; des fragments de céramiques décorées de Mésopotamie; de jolies pierres vertes (pas des pierres précieuses); et des coquillages de partout - la mer Rouge, la Méditerranée et même du Nil, dit Rosenberg.

 

Jourdain3

Tel Tsaf - Wikipedia Commons

 

La période du Chalcolithique moyen, lorsque Tel Tsaf prospéra, était pré-monétaire (on ne peut parler de commerce). Ils devaient avoir "troqué" pour ces importations exotiques, posant la question de ce qu'ils devaient donner en échange. YH : ce postulat du troc par les économistes modernes ne repose en fait sur rien du tout. Le refus de considérer que les différents regroupement d'humains de ces époques, éparpillés sur de grandes distances, ne voyaient pas de réelles différences culturelles entre elles et se considéraient comme très semblables est évident. D'ailleurs, ces pratiques d'entre-aides ont disparues juste après cette longue période, avec l'invention de la monnaie et du commerce... avec les conséquences qu'on connaît encore aujourd'hui, incapables de se passer de ce vieil outil usé, exacerbant l'individualisme et le crime...

Un indice peut résider dans ses silos, explique Rosenberg: Le village semble avoir prospéré grace à l'agricultureEn fait, Tel Tsaf a fait la une des journaux en 2017 après la découverte d'un modèle en argile vieux de 7200 ans d'un silo de stockage de nourriture, que les archéologues ont interprété comme un vestige d'un rituel incitant les dieux à préserver les récoltes ou la récolte.

 

Jourdan garfinkel stoneseal

Ce qui ressemble à un sceau et son moulage, prouvant peut-être la provenance à d'autres peuples de l'origine de la culture du blé local (interprétation YH - la partie droite semble différente et symbolique) - Photo Garfinkel

 

Les vrais silos étaient également naturellement faits de briques crues et pouvaient avoir des capacités de 15 à 30 tonnes de céréales - une capacité de stockage bien au-delà des besoins possibles d'une famille élargie donnée. Les installations de stockage des aliments sont connues depuis encore plus tôt, la période néolithique. Mais les exemples antérieurs découverts étaient plus petits.

Des travaux séparés du Dr Rona Avissar-Lewis sur l'enfance dans le Levant de l'ère préhistorique et biblique suggèrent que les noyaux familliaux n'étaient pas plus grands qu'aujourd'hui, avec une moyenne d'environ trois enfants en moyenne. Ce n'était pas à cause des techniques de contraception prémonitoire, mais parce que le taux de mortalité infantile était d'environ 75%. Même si tout le clan vivait ensemble, combien pourraient-ils manger ? " La quantité de stockage n'est pas moins qu'incroyable ", explique Rosenberg.

 

Jourdan garfinkel stoneviolonPierre anthropomorphique ? Photo Garfinkel

 

Interrogé sur la façon dont ils auraient pu faire pousser de l'agriculture dans une zone où les précipitations moyennes sont pitoyables par an, il explique qu'ils avaient beaucoup d'eau du Jourdain, des ruisseaux et des sources locales. De plus, le temps était chaud: vraiment chaud en été, mais les plantes adorent la combinaison de la chaleur et de l'eau. Les moustiques aussi, mais c'est la vie. YH : Et oui, il est très possible que les uns nourrissaient les autres en échange d'objets ou denrées non disponibles localement, mais doit-on parler de troc ou d'une bonne organisation d'êtres humains conscients d'appartenir aux mêmes origines ? Ne serait-ce pas, justement, ce que les puissants de notre monde moderne voudraient éviter : une conscience mondiale d'appartenir avant tout à une seule espèce, relègant de faux problèmes culturels et diviseurs à l'arrière plan ?

Au sujet de la vie, parmi les nombreuses découvertes de Tel Tsaf depuis sa découverte dans les années 1950, sont les fondations de quatre grands bâtiments construits autour de cours - un style levantin commun qui persiste à ce jour. Alors que l'étude de leur alimentation se poursuit, les os indiquent une consommation avide de la vache et du porc, dont le dégoût ne se développerait que beaucoup plus tard (apparemment il y a environ 3000 ans).

On ne sait pas vraiment quand et pourquoi les peuples du Levant ont cessé de manger des porcs. Certains postulent que les raisons peuvent avoir moins à voir avec les éclairs divins et plus à voir avec le fait que les poulets sont délicieux, plus faciles à élever, ont besoin de moins d'eau par kilogramme, pondent des œufs - ce que les porcs n'ont pas - et sont plus faciles à ramasser et bousculez quand l'ennemi vient en maraude. Avant ces révélations, il semble que la domestication de la volaille était principalement motivée par la volonté de miser sur les combats de coqs. YH : En fait, ce décret a plus probablement été ajouté dans les textes religieux à cause d'une maladie engendrée par les porcs : c'est une décision politique de santé publique, et la religion a été utilisée...

 

Jourdan garfinkel plan

Plan du site à l'époque des fouilles GarfinkelPhoto Garfinkel

 

Les archéologues ont également trouvé des preuves que les habitants mangeaient du poisson du Jourdain. Ils ont également trouvé une quantité étonnamment importante de noyaux d'oliviers, étant donné que le climat de la vallée du Jourdain n'est pas favorable aux oliviers. Les petits fruits amers ont probablement également été importés. Le Dr Rosenberg étudie également le régime alimentaire des villageois de Tel Tsaf comme un régime peut-être proto-méditerranéen.

L'essentiel, c'est que l'ancien Tel Tsaf semble avoir été grand, fort et sale selon les normes de l'époque. Pourtant, alors que Jéricho est considérée comme l'une des villes les plus anciennes au monde, Tel Tsaf a été abandonnée après quelques siècles . « Soudain, il avait disparu, nous ne savons pas pourquoi », explique Rosenberg. « Cela fait partie du mystère. Nous n'avons pas encore la moindre idée. » Restez à l'écoute des études.

Une petite vidéo visible sur la page facebook du groupe d'études :

https://www.facebook.com/485046511663688/videos/848614332141566/

 

Tel Tsaf a été identifié pour la première fois dans les années 40 comme el-Sufuh dans une enquête sur la vallée de Beth Shean menée par N.Tzori. Plus tard, à la suite de l'exposition de quelques éclats de poterie peints lors de la démolition d'une partie de la colline, le professeur R. Gophna a fouillé le tél principal de 1978 à 1980 pour le compte de l'Institut d'archéologie, de l'Université de Tel Aviv et d'Israël Département des antiquités. La fouille a exploré une superficie d'environ 100 m 2. Au cours de cette expédition, une sonde de 2,5 mètres de profondeur a été creusée dans l'un des carrés et a touché un sol vierge. De ces tranchées, Gophna a suggéré qu'il y avait deux périodes d'occupation à Tel Tsaf. Il a attribué la phase antérieure à la période néolithique de la poterie et la phase ultérieure et principale à la période chalcolithique précoceL'occupation néolithique de la poterie a été identifiée à travers deux fosses trouvées dans le sol vierge du carré D5. L'occupation du Chalcolithique ancien était cependant beaucoup plus riche et montrait de nombreuses preuves de l'architecture en briques crues et d'autres installations. Entre les deux couches d'occupation se trouvait une couche de sol sablonneux. En plus de l'architecture, des quantités de poterie, de silex, d'outils en pierre moulue, d'os et d'autres matières organiques ont été exposées.

 

Jourdan gophna pottery

Les poteries du néolithique, peintes et beaucoup plus belles que celles du Chalcolithique, pourtant plus récentes... culture différente au même endroit. Dessin Gophna

 

Entre 2004 et 2007, le professeur Y. Garfinkel a mené de nouvelles fouilles sur le site. Les fouilles à grande échelle (environ 800 m 2 ) ont été menées dans trois zones du tél. La zone B est située sur la partie ouest du site où un puits profond a été exposé. La zone C se trouve dans la partie orientale de la colline principale. Cette partie comprenait la zone de Gophna que Garfinkel a nommée zone A. La troisième zone est D, une petite sonde au nord-ouest de la zone C. Garfinkel attribue la période d'occupation dans les zones B et C à la période chalcolithique moyenne, postdatant la culture de l'oued Rabah (Néolithique tardif / Chalcolithique précoce) et précédant la période ghassulienne (période chalcolithique tardive). Une étude récente des dates C14 de cette fouille a été publiée, suggérant que les zones B et C étaient contemporaines et datent du dernier quart du 6 ème millénaire avant JC et le premier siècle du 5 e millénaire. Selon cette étude, le site a été abandonné au cours du premier siècle du 5 ème millénaire.

En raison de leur grande taille et de leur nombre, les silos découverts sont un problème critique à Tel Tsaf. Ils montrent une accumulation de surplus à une échelle inconnue dans tout autre site contemporain du Levant sud. 16 fosses ovales creusées dans le sol ont été exposées dans les cours. Ces fosses sont interprétées comme des installations de cuisson ou des fours en terre. De grandes quantités d'os d'animaux ont été trouvées à l'intérieur et autour d'eux. Les sépultures sont de deux nourrissons et deux adultes. L'un des adultes est une femme exposée dans le silo C555 avec un collier composé de 1 668 perles de coquille d'oeuf d'autruche placées sur la partie frontale du bassin. Dans le remblai de cette tombe, située dans le coin nord-est de la cour du bâtiment I, un poinçon en cuivre a été découvert. Cela suggère que la technologie du métal coulé a été introduite dans le sud du Levant dès la fin du 6e millénaire, Cal AV. JC.

 

Jourdan garfinkel pottery well2

Poteries du chalcolithique - Photo Garfinkel

 

Les fouilles de Tel Tsaf ont été renouvelées en 2013 en tant que projet multidisciplinaire conjoint mené par l'Institut d'archéologie Zinman de l'Université de Haïfa et le Département eurasien de l'Institut archéologique allemand de Berlin, sous la direction du professeur Danny Rosenberg et du docteur Florian Klimsha. Une nouvelle zone d'excavation (zone E) à 100 mètres à l'ouest de la zone C a été ouverte, où un plancher a été atteint et de nombreuses découvertes ont été recueillies.

Jourdan garfinkel well

Photo Garfinkel - Wall

 

Sources : https://www.haaretz.com/archaeology/.premium-mud-brick-village-survived-7-200-years-in-the-jordan-valley-1.8498916

https://www.haaretz.com/archaeology/oldest-evidence-of-food-storage-ritual-found-in-israel-1.5450144

https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0092591

https://www.haaretz.com/archaeology/.premium-mideast-s-oldest-metal-object-in-found-in-israel-1.5259977

http://teltsaf.haifa.ac.il/index.php?option=com_content&view=article&id=521&Itemid=292&lang=en

 

Autres liens sur des cités ou villages très anciens dans cette région :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/motza-decouverte-d-une-cite-prehistorique.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/israel-en-esur-une-ville-de-5-000-ans-decouverte.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-decouvertes-archeologiques-bibliques-en-israel-1.html

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 09-02-2020

 

moyen-orient archéologie prehistoire interviews échange lire mystère

Ajouter un commentaire