Brésil : les géoglyphes amazoniens en danger

Brésil : les géoglyphes amazoniens en danger

 

Geoglifo fazenda crixa

Un autre géoglyphe ancien détruit par l'agriculture amazonienne

 

Les dommages causés au géoglyphe dans une ferme de l'État brésilien d'Acre révèlent les dangers de l'agro-industrie pour le patrimoine amazonien.

J'en avais déjà parlé il y a quelques temps, en espérant de futures découvertes, mais l'addiction de l'humanité à sa vieille drogue de 3000 ans (l'argent) est bien trop forte : l'état brésilien porte beaucoup plus d'importance à son économie qu'à la culture, la mémoire humaine et la simple intelligence, voir la Vie... :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/civilisations-tres-anciennes-en-amazonie.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/amazonie-les-harakmbut-devoilent-leurs-monolithes-sacres.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvertes-dans-les-andes-et-en-amazonie.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-hommes-installes-en-amazonie-il-y-a-plus-de-10000-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/retour-sur-les-geoglyphes-amazoniens.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/bresil-une-amazonienne-parle-des-pyramides-du-xingu.html

 

Pendant des décennies, les chercheurs ont découvert des trésors archéologiques qui prouvent l'existence de civilisations complexes en Amazonie brésilienne avant le colonialisme. Les plus fascinants sont peut-être les plus de 500 géoglyphes anciens révélés dans l'État d'Acre depuis les années 1970.

Mais certains de ces énormes dessins géométriques, gravés ou construits sur le sol, ont été détruits avant même que les scientifiques puissent en apprendre davantage sur les civilisations derrière eux. À la fin de l'année dernière, les employés de la ferme Crixá ont nivelé un géoglyphe de plusieurs centaines de mètres carrés et vieux de plusieurs milliers d'années pour faire place au pâturage du bétail et à une plantation de maïs.

Les dommages n'ont été découverts que récemment lors d'une analyse de routine par le paléontologue Alceu Ranzi, qui a étudié les structures pendant 40 ans.

" C'est un monument historique d'importance pour toute l'humanité ", a déclaré Ranzi, déplorant la perte d'un dessin qu'il avait lui-même découvert en 2001. Ranzi avait décrit le géoglyphe comme " un musée en plein air qui n'entraverait en rien le développement de l'agro-industrie. dans la région ". Il se trompait malheureusement...

Le géoglyphe de la ferme Crixá, dans la municipalité de Capixaba, n'est pas le premier à succomber aux machines et à  l'expansion agricole  (aidée par la Chine et au bénéfice de l'Europe qui achète le plus de soja amazonien - surtout la France ^^), qui mettent en péril le patrimoine d'Acre afin de répondre à la demande mondiale croissante de produits de base comme le soja.

 

Geoglifo fazenda crixa

Le site avant

 

Geoglifo fazenda crixa nova

Le site après... crédits Google Earth

 

Il y a quelques années, deux géoglyphes de l'État ont été perdus à cause de la construction de routes: l'un à la BR-317, qui ouvre la municipalité amazonienne de Boca do Acre; et l'autre à la BR-364 dans la municipalité de Brasiléia, une route importante pour l'agro-industrie locale. Dans les deux cas, les géoglyphes n'avaient été découverts que lors des travaux (YH et détruits très vite).

Lire la suite ci-dessous :

La destruction de sites archéologiques par des travaux publics est courante en Amazonie. Dans l'État de Pará, les indigènes Munduruku se sont battus pendant des années pour récupérer des urnes sacrées découvertes lors de la construction d'un barrage hydroélectrique.

Le propriétaire de la ferme Crixá, Assuero Veronez, qui est également président de la Fédération agricole d'Acre, a déclaré que la destruction du géoglyphe était un accident.

« Il y a quelques années, je leur ai dit de ne pas interférer dans la zone du fossé », a-t-il déclaré, ajoutant: " Je suis prêt à atténuer les dégâts autant que possible."

Veronez attend maintenant la visite du personnel de l'Institut du patrimoine historique et artistique national (Iphan), qui évaluera les dommages causés au patrimoine archéologique du site. La plainte de Ranzi a également mobilisé le ministère public fédéral et la police fédérale, qui enquêtent sur l'affaire.

Géoglyphes: l'héritage de l'humanité

 

Le site archéologique de la ferme de Crixá figurait sur la Liste indicative des sites du patrimoine mondial que le gouvernement brésilien a présentée à l'Unesco en 2015. En 2018, le géoglyphe vieux de 2 500 ans du site archéologique de Jacó Sá, à 50 kilomètres de la capitale d'Acre, Rio Branco, est devenu le premier du pays à être inscrit sur la liste du patrimoine culturel.

Les chercheurs en savent très peu sur l'histoire des géoglyphes d'Acre. Contrairement à la majorité de ceux du Pérou et de l'Angleterre, redécouverts il y a plus d'un siècle, ils sont parmi les plus récents à retenir l'attention des archéologues. Ces énormes figures dessinées au sol n'ont été révélées qu'à la fin du 20 e  siècle à cause de la déforestation en Amazonie.

Le manque de matériel génétique dans leurs structures suggère qu'il n'y avait pas de villages là-bas (YH : Nuance, de la céramique y a été trouvée, mais pas de restes humains ou autres pour l'instant). Certaines études ont fait valoir qu'elles représentent des traces de civilisations qui adoraient des dieux géométriques et ont peut-être ouvert la voie à des rituels religieux.

Quel que soit leur objectif, les chercheurs conviennent que les géoglyphes sont essentiels pour comprendre le processus d'occupation et d'établissement dans la région amazonienne par les civilisations anciennes. Ils offrent également des indices sur la question de savoir si l'Amazonie était peut-être une savane il y a des milliers d'années, alors qu'une végétation basse aurait pu faciliter les conceptions.

 

Amazon geoglyph farming 1024x686

Geoglyphs in the Amazon are under threat from agricultural expansion (image: Diego Gurgel/ Secretaria do Estado do Turismo e Lazer)

 

Agriculture en croissance

Le gouverneur d'Acre, Gladson Cameli, est entré en fonction en 2019 en promettant d'éliminer tous les obstacles à la croissance de l'agro-industrie à Acre. À l'instar de l'État voisin de Rondônia, le plus déboisé d'Amazonie, Cameli a préconisé l'expansion de la production de soja et de bœuf.

Cependant, Edivan Maciel, le secrétaire à la production d'Acre, a déclaré qu'il n'était pas nécessaire de défricher de nouveaux terrains: " Nous avons déjà suffisamment de zones anthropisées [terres converties par les humains] pour augmenter la production et faire d'Acre un centre d'exportation majeur."

Le nouveau projet est venu après des décennies d'un gouvernement de gauche qui prônait une économie écologiquement durable mais qui n'a pas réussi à apporter le développement économique et social à l'État, l'un des plus pauvres du Brésil.

Ce changement de politique concerne Miguel Scarcello de l'organisation non gouvernementale SOS Amazônia. Selon Scarcello, toute activité économique à grande échelle liée à l'exploitation des terres met l'Amazonie en danger.

« Malheureusement, l'Amazonie est une cible constante pour les exploiteurs et à chaque fois, il devient plus difficile de surveiller et de contrôler les actions dommageables », dit Scarcello.

L'un des projets les plus importants de l'administration actuelle est de créer une zone spéciale de développement agricole dans la région le long des lignes de Matopiba, une plaque tournante de la savane du Cerrado qui a conduit à la destruction de la moitié de la végétation indigène du biome.

La zone a été provisoirement nommée Amacro, une combinaison des États d'Amazonas, d'Acre et de RondôniaL'homme à l'origine du projet n'est autre que le propriétaire de l'agriculteur de Crixá, Assuero Veronez. Dans une récente interview sur le projet avec le site Web d'informations environnementales O Eco, Veronez n'a pas tenté de dissimuler le potentiel du projet à provoquer la destruction de l'environnement:

« La déforestation est pour nous synonyme de progrès, autant qu'elle peut choquer les gens. Acre n'a pas de minerai, pas de potentiel touristique, ce sont les meilleures terres du Brésil. Mais cette terre a un problème, une forêt au sommet. " (sic)

 

Terrapreta terrenoirepoterie

Un archéologue montre un morceau de céramique trouvé dans la terre noire, un sol amazonien utilisé pendant des millénaires dans la gestion des terres (Photo: Bruno Kelly)

 

" Les peuples amazoniens qui habitaient la région il y a 2 000 à 8 000 ans ont laissé un héritage qui a aujourd'hui permis une agriculture durable, la préservation de la biodiversité et la survie des communautés riveraines. Leur don était un sol connu sous le nom de terra preta de índio - terre noire indienne.

La terre noire est riche en calcium, magnésium, zinc, manganèse, phosphore et carbone, ce qui en fait un mélange fertile. C'est une qualité rare en Amazonie, où les sols acides ne sont normalement pas bien adaptés à la culture.

Jusque dans les années 1990, les chercheurs pensaient que la terre noire - créée en mélangeant une gamme d'ingrédients comprenant du charbon de bois, du fumier et de la poterie cassée dans le sol, en la nourrissant pendant des millénaires - était un phénomène naturel. Son existence remet en question deux idées de longue date: que l'Amazonie était une région vierge avec peu d'habitants avant la colonisation européenne; et que le sol accueille mal l’agriculture sans l’aide des produits chimiques modernes et des arbres en feu.

« Nous pouvons utiliser la leçon de la terre noire d'Amazonie pour améliorer la production des ménages dans les communautés riveraines », a déclaré Carlos Augusto Silva, archéologue et spécialiste de l'environnement. La Terre Noire révèle également que les communautés agricoles amazoniennes se soucient de la durabilité et de l'impact des déchets qu'elles génèrent, a-t-il déclaré.

" Même aujourd'hui, les gens continuent à faire cela, avec des activités qui donneront certainement des résultats dans quelques milliers d'années."

Marcelo Cunha Nascimento, agriculteur rural, vit aux côtés de la terre noire depuis son enfance. C'est une ressource qui soutient l'agriculture pendant la saison des inondations de juin à juillet, a-t-il déclaré à Diálogo Chino. Chaque année, les eaux boueuses du fleuve Amazone engloutissent le chou sauvage, les bananes et le manioc dans sa communauté de São Francisco Terra Nova, dans l'État d'Amazonas.

Dans la partie la plus élevée du territoire, il y a une zone de deux hectares non inondable. Les résidents plantent du gombo, du maxixe (un légume semblable au concombre) et de nouveaux plants de chou vert (chou), qui sont transplantés dans la plaine inondable lorsque les eaux se retirent.

« Pendant cette période où il est impossible de planter dans les zones humides inondées, nous prenons le canoë et nous venons sur cette île pour planter dans la terre, qui est plus solide et n'a pas besoin d'être fertilisée ou brûlée », explique Nascimento. La poterie et le charbon de bois au milieu de la terre noire, ajoute-t-il, prouvent que « nos ancêtres vivaient sur cette terre et la préparaient à l'usage des générations futures ».

Dans les fermes de la région de Nascimento, les chercheurs ont trouvé des preuves d'occupation humaine durant environ 2 500 ans. Là, les terres arables sont devenues partie intégrante d'un écosystème qu'elle contribue à protéger.

« Les sites archéologiques qui contiennent la terre noire d'Amazonie sont des laboratoires en plein air qui servent non seulement les êtres humains, mais tous les animaux et la biodiversité », a déclaré Silva, désignant une banque de graines qui nourrit également les animaux: " Le site avec la terre sombre préservée garantit la survie de cet écosystème. "

Son origine anthropique (artificielle) signifie que la terre noire sert de puissant puits de carbone, selon Milton César Costa Campos, un pédologue à l'Université fédérale d'Amazonas.

En moyenne, la terre noire peut retenir trois à six fois plus de carbone que les autres types de sol car elle a évolué pour stocker du carbone sous forme de biochar - des résidus déposés par des populations anciennes qui ne se détériorent pas aussi facilement que d'autres formes.

« Une fois que nous avons dominé la science sur la façon de fabriquer de la terre noire, vous pouvez l'utiliser pour transformer le stockage du carbone dans le sol », a-t-il déclaré.

Campos a déclaré que les chercheurs envisageaient d'utiliser des résidus de scieries pour fabriquer de la terre noire au lieu du charbon de bois. Ces développements pourraient permettre aux chercheurs de transformer un produit émettant du carbone en un produit qui le stocke. En outre, cela fournirait aux petits agriculteurs un sol plus fertile qui ne nécessite pas de produits agrochimiques.

Cependant, la capacité de la Terre noire à stocker le carbone a un inconvénient en ce qu'elle ne peut pas être utilisée dans une agriculture intensive à grande échelle (pour des cultures comme le soja) car le labour en libérerait de plus grandes quantités.

La législation brésilienne interdit la vente, l'exploitation et le transport de la terre noire amazonienne, qui est considérée comme faisant partie du patrimoine archéologique de la région.

Ils ne peuvent pas non plus reproduire la terre noire en raison de ses origines mystérieuses, selon l'archéologue Ângela Araújo, de l'Université fédérale d'Amazonas (UFAM).

" Nous ne savons pas si dans le passé les gens ont connu des processus comme ceux que nous voyons aujourd'hui, avec des inondations et des sécheresses majeures, et ont dû s'adapter d'une manière ou d'une autre ", a déclaré Araújo.

On ne sait toujours pas si une poignée de terres sombres d'Amazonie est créée par des communautés vivaces ou migrantes qui ont planté, effectué des rituels ou jeté des déchets au cours des millénaires.

« Il y a tout un univers plein d'hypothèses que l'archéologie a cherché à étudier. Le profil du sol peut nous donner une idée de ce qui a pu se passer », a-t-elle déclaré.

Des botanistes et d'autres spécialistes ont découvert que les terres sombres contenaient des graines brûlées, des os d'animaux comme des poissons et des tortues, de l'écorce d'arbre, de l'urine, des pierres, des fragments de poterie (qui aident à maintenir l'humidité dans le sol) et même des urnes funéraires. Pourtant, aucune expérience n'a réussi à reproduire les propriétés des sols trouvés dans les sites précolombiens amazoniens.

Les études archéologiques sur l'occupation humaine de l'Amazonie font face à une grave pénurie de ressources et dépendent de volontaires pour effectuer des fouilles et des tests. Sans cela, a déclaré Dysson Teles, directeur du musée Amazon de Manaus, ils ne peuvent pas présenter de nouvelles informations au public et préserver leur patrimoine.

Teles a averti que sans la terre noire et avec une pénurie de professionnels qualifiés pour la comprendre, tout l'écosystème pourrait être en danger. Il doit être protégé, dit-il.

" Un peuple sans histoire est un peuple sans mémoire… Tant que je sais que j'appartiens à cet environnement, je peux préserver davantage ce qui existe pour les générations futures."

 

Sources : https://dialogochino.net/en/agriculture/37037-millenary-geoglyph-destroyed-by-amazon-farming/

https://dialogochino.net/en/agriculture/25843-tracking-chinas-soy-footprint-in-brazil/

https://dialogochino.net/en/agriculture/26853-black-earth-the-amazons-sustainable-farming-legacy/

 

 

Des photos et vidéos sur les géoglyphes brésiliens ici : http://www.jqjacobs.net/archaeology/geoglyph.html

 

Je parle de la Terre Noire (Terre Preta) ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/bresil-kuhikugu-ou-site-x11-la-cite-z.html

 

Yves Herbo et traductions, Sciences-Faits-Histoires, 15-09-2020

 

archéologie échange environnement climat lire mystère antiquité Brésil

Précédent : Arkaim et mystères archéologiques russes en Oural   Suivant : Progrès sur le décryptage de l'écriture Linaire A ...

Ajouter un commentaire