Forêt des rêves: un nouveau conte de Loussiné Terteryan

Forêt des rêves: un nouveau conte de Loussiné Terteryan

 

Platane vieux de 2000 ans

 

Auteure de contes et d'un livre publié (La plume magique) aux Editions EdilivreLoussiné Terteryan m'a également envoyé pour publication sur mon blog un article sur les légendes arméniennes et une recherche :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/legendes-mythes/melusine-affinites-avec-les-deesses-meres-de-l-asie-mineure.html

et un conte issu de son imagination mais empruntant son art aux légendes de l'Arménie, Le lac sacré :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/legendes-mythes/le-lac-sacre-un-conte-de-loussine-terteryan.html

La revoici en cette fin d'année 2021 avec un conte inédit pour enfants, également basé sur les légendes et mythes de l'Arménie, dont elle m'a proposé sa publication ici, Forêt des rêves :

 

 

Forêt des rêves

 

 

Première partie – Sossi

 

C'est une vraie histoire magique qui se déroule dans un pays lointain, dans un royaume ancien, dans un temps perdu.

Il était une fois une forêt où habitait le platane le plus immense au monde qui s’appelait Sossi. Au fur et à mesure que Sossi grandissait, ses racines se dispersaient dans presque tous les coins du souterrain. Comme les racines de Sossi connaissaient le souterrain entier, il était très intelligent. Pour transmettre tous ses connaissances acquises par le biais de ses racines, il apprit à parler à travers le vent, à l’aide de ses feuilles.

 

Sossi

 

Sossi était ami avec l’aigle nommé Haïsse. Ce n’était pas un aigle ordinaire mais un vrai aigle philosophe.

Il faut savoir que Haïsse et Sossi protégeaient l’harmonie de cette forêt où les rêves, faits aux toutes premières secondes du premier jour de l’an, prenaient corps.  Il y avait peu de mortels qui connaissaient l’existence de cette forêt.

Non loin d’elle se trouvait un royaume dont le prince et héritier tomba malade après avoir atteint l’âge adulte, sans qu’on sache la raison et la cause de sa maladie. C'était une maladie bizarre qui le rongeait ...

 

Deuxième partie  Prince ensorcelé

 

Ce prince s’appelait Harma. Il était de nature mélancolique, malade et le roi se souciait de laisser le relais de son royaume à son fils car il ne croyait pas qu’il puisse en assurer la gouvernance. Cela pourrait jouer en faveur de ses ennemis.

 

Harma 1

 

Donc, le roi rassembla ses conseillers et tint une réunion spéciale. Il y avait sept conseillers dans le palais qui s’occupaient des affaires du royaume. Ce jour-là, le premier conseiller n’était pas présent car cela faisait des mois qu’il avait été missionné pour trouver un remède contre la maladie du prince. 

Ainsi le premier qui parla fut le deuxième conseiller :

- Il faudra trouver un médecin plus expérimenté que celui qui est à votre service, Votre Majesté.

- Mais il est le meilleur dans le royaume, rétorqua le roi.

- Peut-être faut-il inviter un autre spécialiste d’un autre royaume ? proposa le troisième conseiller.

- Si la médecine n’y arrive pas, il vaut mieux faire appel à la magie. Je connais un mage génial qui pourrait voir le prince, intervint le quatrième conseiller du roi.

- Non, c’est hors de question qu’un mage ou un autre médecin d’un autre royaume interviennent. C'est trop risqué car le prince est l’héritier du trône. Mes ennemis pourraient ainsi profiter de la situation et organiser une diversion. La personne qui aidera le prince doit être un homme de confiance, expliqua le roi.

Les autres conseillers n’ont pas pu apporter une autre solution. C'est à ces moments critiques que la solution arrive parfois de là où on s'y attend le moins.

Le maire du palais annonça le retour tant attendu du premier conseiller du roi qui s’appelait Er. Er était déjà au courant que le roi tenait une réunion et il s’est précipité pour présenter l’information qu’il avait pu obtenir.

Avant de revenir à la réunion du roi, faisons plus ample connaissance d’Er et de Harma. En réalité Er aimait Harma comme son propre enfant. Harma, à son tour, aimait beaucoup la fille d’Er. C'est pourquoi le roi confia cette tache dure à son premier conseiller qui était prêt à remuer le ciel et la terre pour sauver Harma. C'était un homme de confiance.

Voici ce qu’il a appris durant son voyage:

- Je vous salue tous ici présents. Vous m’avez tous beaucoup manqués. Je viens de rentrer de mon voyage durant lequel j’ai traversé presque le monde entier. Mais la solution et le salut étaient beaucoup plus proches de nous tous. J'étais déjà désespéré et étais sur le chemin de rentrer sans aucun espoir d’apporter une réponse à nos problèmes, lorsque dans un village de voisinage, un fer de mon cheval s’est défait. J'ai dû faire une halte et y rester quelques jours.

La famille du forgeron du village m’a gentiment accueilli et j’y suis resté pendant deux jours. Le forgeron était un homme honnête et très intelligent mais il faut avouer, qu’en même temps, il me semblait un peu mystérieux. Le dernier jour de mon séjour chez lui, il m’a dit : “ Je connais la raison pour laquelle vous êtes dans notre contrée. Je pourrais vous aider mais il vous faudra me croire même si ce que je vais dire, c’est difficile à croire.

Bien intrigué, je l’ai laissé parler. Voici ce qu’il m’a dit : “ Votre prince Harma est ensorcelé. Le Mauvais œil l’a frappé. Le prince pourrait trouver son salut, s’il arrivait à vaincre tout seul ses propres problèmes. Il est né pour une mission noble.

 - Je ne saurai pas expliquer pourquoi, mais j’ai cru en ses paroles. Ainsi, je l’ai remercié et me suis précipité au palais.

- Mais d’où un simple forgeron pourrait connaître ce malheur que nous essayons de cacher de tous pendant tout ce temps ? demanda le roi.

- Je vous le dit, ce forgeron n’était pas un être ordinaire. Moi aussi, j’étais très étonné, répondit Er. 

- Er, mon ami, tu n’ignores pas que j’ai beaucoup de confiance et de respect pour toi, mais je ne crois pas aux fables sur la guérison par le biais d’une magie. En plus, je ne peux pas faire confiance en ce forgeron qui parle de maladie causée par le Mauvais œil, déclara le roi.

 

Troisième partie Harma et Haïsse

 

La nuit du retour d’Er et des récits sur le Mauvais œil, une rumeur s’est étendue dans le palais : tous pensaient que le premier conseiller avait perdu la tête. Le roi, qui était très ami avec Er, lui aussi croyait que son ami avait un souci. Il s’en voulait de l'avoir laissé aller dans les contrées lointaines où il lui est arrivé ce malheur.

Mais Er n’avait pas perdu la tête. Voici ce qu'il s’est passé dans la chambre de Harma cette nuit-là:

Ayant à peine fermé les yeux, Harma entendit un étrange bruit, on aurait dit le chuchotement de feuilles d’arbre. Mais le plus bizarre était les paroles que Harma arrivait à distinguer au travers de ce bruit.

La voix disait : “ Er a raison, tu es élu, tu dois prouver à tous et surtout à ton père que tu es un héros, que tu es un être doté de pouvoirs surnaturels ”.

En ouvrant les yeux, Harma s’est pincé pour s'assurer qu’il ne dormait pas. Ensuite, il a entendu une voix plus claire et ressemblant au langage humain. Cette voix a dit :

- Ne perd plus de temps. Monte sur mon dos et je t’emmène vers ton destin.

Cette voix était celle de Haïsse, l’aigle philosophe.

 

Haisse

 

Le lendemain, lorsque Haïsse et Harma sont partis, le roi a appris que son fils avait disparu. Il déclara un deuil et envoya ses troupes à la recherche de son fils.

Si ses troupes sont partis vers le sud, le nord, l’est et l’ouest du royaume, Haïsse et Harma sont partis vers l’horizon et vers l’inconnu. C'était le chemin qui pourrait amener nos héros au pays des impossibles ou de tous les possibles.

- Est-il très loin l’horizon, Haïsse ? demanda Harma.

- Très loin, presque inaccessible, répondit-il.

Les champs, les montagnes, les villes et les villages se perdaient du regard et seul l’horizon restait toujours intact dans ce paysage.

Harma et Haïsse ont voyagé toute la journée, en horizon le ciel commençait à devenir rose, ensuite orange et à la fin-rouge. Harma à cause de sa maladie devint très pâle et perdit toutes forces.

 

Quatrième partie Yervand au Mauvais œil

 

En réalité ce voyage était suivi par un être maléfique qui s’appelait Yervand. C'est le roi qui était toujours jaloux du père de Harma. Donc, comme il ne pouvait pas avoir d’enfants, car il n’était pas né d’une union ordinaire, le jour où Harma devint adulte, il l’ensorcela. Donc Er et surtout le forgeron n’inventaient rien. Ce Mauvais œil existait vraiment.

 

Mauvais oeil

 

 Voici ce que racontait les légendes à son égard : “ Les habitants de son royaume faisaient porter aux nouveau-nés, pour les protéger, une amulette bleue avec un œil blanc au centre. Car ils avaient peur du mauvais-œil de leur roi. Il est dit que le roi Yervand, par des pratiques magiques, avait un regard maléfique. Dès que pointait l’aube, les serviteurs royaux avaient coutume de placer devant lui des pierres d’obsidienne, qui, dit-on, éclataient à la suite du pouvoir maléfique de son regard. L’exercice auquel s’adonnait chaque matin le roi semble avoir eu pour but de réduire la force maléfique dans son regard. Le Mauvais-œil est spécialement connu pour pulvériser d’un seul regard les meules des moulins. Le regard, aurait donc un pouvoir destructeur de pierres. Les habitants de ce royaume croiraient toujours à la puissance maléfique de l’œil ”.

Donc comme Yervand, par la force terrible de son œil maléfique, était en train de suivre le voyage de nos héros, il décida de faire en sorte que Harma ne puisse pas continuer son voyage.

 

La suite ci-dessous :

Cinquième partie Dans le village du forgeron

Haïsse, en portant Harma, était en train de chercher une auberge pour passer la nuit ou plutôt un hôpital qui pourrait le soigner. Haïsse devinait la raison du malaise de Harma et avait une sorte de présentiment que ce n’était pas le seul obstacle sur leur chemin et que les problèmes allaient se multiplier. 

 

Mauvais oeil

 

Le Mauvais œil d’Yervand lui montrait le cheminement de nos héros. Yervand les suivait du regard sans bouger de sa place et mijotait un plan maléfique.

Harma et Haïsse étaient en train d'étudier leur entourage. Le village était très joli, avec des jardins et des maisons bien entretenus. C'était assez agréable de se promener dans les rues de ce village. Quant aux villageois, ils étaient stupéfaits de voire un jeune homme, vêtu comme un noble, se promener, épaulé par un aigle assez étrange.

Ils ont soupçonné quelque chose de bizarre et sont allés voir le chef du village. Ce dernier était déjà au courant de tout ce qui se passait dans leur contré par le biais d’Yervand.

Alors que nos héros arpentaient les rues du village, inconnues pour eux, les policiers du village les ont arrêtés et jetés en prison.

Heureusement pour nos héros, le forgeron habitait dans un coin très discret de ce même village.

...

Les villageois et le chef du village ont pris une décision influencée par Yervand. Ils ont délibéré un arrêté de mise en garde des étrangers soupçonnés en espionnage.

En prison, d’abord ils ont été interpelés en présence du chef de village.

- Qui êtes-vous ?

- Moi, je suis un jeune homme qui aime voyager, mentit Harma.

Bien évidemment Haïsse ne prononça pas un mot. Comme le prince comprenait qu’il ne devrait pas dévoiler son identité, aux questions posées par les policiers, il donnait des réponses évasives en évitant de donner son vrai prénom et aucune information qui pourrait divulguer son secret.

Pendant ce temps, comme d’habitude, Yervand suivait la scène grâce à son Mauvais œil.

Donc il envoya ses serviteurs à la police et ils ont attesté que c'était de toute évidence le prince du royaume voisin.

L'incarcération du prince malade devint inévitable et surtout imminente. Le prince était officiellement reconnu comme étant soupçonné d'espionnage et son père comptait parmi les suspects qui ont organisé cette “diversion”.

Harma tomba encore une fois en mélancolie pendant que Haïsse réfléchissait sur leur fuite de la prison. Il fallait agir vite car Yervand allait probablement envoyer ses messagers vers le royaume de Harma en accusant le roi d'espionnage. Cela pourrait déclencher une guerre que le père de Harma voudrait éviter à tout prix.

Donc comment faire ?

Laissons un petit moment nos héros dans leur état et allons voir le forgeron.

Le forgeron était parmi les villageois qui ont assisté à la scène extraordinaire de l’arrestation du “prince espion”. Il comprenait bien ce qu'il se passait et il avait un proche ami qui était un faucon.

Le forgeron envoya un message au faucon qui a compris ce qu’il fallait faire.

Les geôliers étaient en train d’effectuer leur tâche quotidienne lorsque le ciel s'est couvert d'un immense nuage, mais quel nuage ! En réalité ce n’était qu’une armée de faucons qui était sur le point d’attaquer la prison.

Les geôliers n’avaient jamais eu occasion de se confronter à une attaque pareille. Les guerriers faucons étaient féroces et déterminés. La prison a été prise d’assaut et les prisonniers “les plus dangereux” libérés.

Le prince Harma s’est installé sur le dos de Haïsse et accompagnés de l’armée de faucons, ils sont partis vers les faubourgs du village.

 

Sixième partie Conseil du forgeron 

 

Forgeron

 

Voici l’immense maison du forgeron qu'il a bâti de ses propres mains. Il attendait ses invités devant les grilles de sa maison. C'était un homme grand, avec un corps d’athlète et le visage bronzé.

Le forgeron a accueilli Harma et Haïsse avec les honneurs appropriés. Après le repas de bienvenu, il demanda à Harma de le suivre.

- C’est une conversation qui doit rester entre nous deux. Je ne pouvais même pas en parler à Er qui vous est tellement fidèle. Je t’amène au cœur du sacré qui existe dans ma demeure, c’est-à-dire dans mon atelier où n’ont accès que ceux qui sont élus.

Le forgeron a su lire l’étonnement dans le regard du prince et lui a expliqué que l’atelier du forgeron est un lieu sacré et il doit être loin des yeux des simples mortels qui n’ont pas l’accès chez lui. Pourquoi sacré ? Car c’est un endroit béni par les dieux.

- Quels dieux ? demanda  Harma.

- Tu le sauras à travers tes aventures, que tu dois continuer tout seul comme un grand. Haïsse a fini sa mission de messager, il devait t’amener jusqu’à ma demeure et ensuite, ce serait à toi de gérer. Et sache qu’ici le Mauvais œil d’Yervand ne pourra t’atteindre.

- C’est quoi cette histoire du Mauvais œil ? demanda encore Harma.

Et le forgeron raconta l’histoire de ce mage doté de pouvoirs maléfiques. Et ajouta :

- Tu vois, tu ne te sens plus malade. Car tu es en dehors de l’influence du Mauvais œil.

- Comment puis-je m’orienter sans l’aide de Haïsse contre tous ces pouvoirs extraordinaires ? demanda Harma.

Forgeron le rassura :

- Tu auras deux coordinateurs.

Devant les yeux du prince, le forgeron a fabriqué deux amulettes, l’une à la forme de soleil avec un œil de pierre blanche et l’autre comme un croissant de lune avec un œil de pierre bleue. Le prince était époustouflé en observant la scène où le feu a su rendre docile et gentil le métal le plus féroce du monde, le fer. Les amulettes ont pris une sorte de vie lorsque le forgeron les a bénites avec des incantations qui ont semblé très incompréhensibles à Harma. C'est ainsi que le prince comprît pourquoi cet atelier était un lieu sacré.

En tendant au prince ces amulettes, le forgeron donna l’instruction sur leur utilisation :

- Si la pierre de l’amulette à la forme de soleil devient orange, tu dois t’orienter vers le sud ou l’est. Si la pierre de l’amulette à la forme de lune prend la couleur argentée, il faut aller vers le nord ou l’ouest. En dehors ces amulettes, sois attentif aux signes de la nature : le feuillage des arbres peut te montrer où se trouve le sud, où le nord, les étoiles également pourront te guider.

Ensuite, le forgeron laissa Harma dire ses adieux à tous et surtout à Haïsse et partir vers sa première destination.

 

Septième partie Montagne Tondrak

 

Harma suivait le conseil du forgeron et s’orientait toujours en tenant compte des indications des amulettes. Ainsi il a traversé des pays et des royaumes. Un jour lorsqu’il se réveilla dans un village au pied d’une immense montagne au sujet de laquelle les villageois racontaient des légendes, les amulettes ne donnaient plus de signe. C'est-à-dire, il était arrivé à sa destination.

 

Tondrak mount

 

La montagne s’appelait Tondrak qui signifie le four. Et la légende disait qu’ici au sommet de cette montagne les dieux ont fabriqué le premier four sacré. Cette pratique a plu aux mortels qui, à leur tour, ont imité les dieux et ont fabriqué le four qu’actuellement on nomme Tonnir.

D'autres légendes racontaient que c’était l’endroit préféré du dieu de l’orage Vahagn où il aimait passer son temps avec ses amis dieux et géants.

De temps en temps, on pourrait entendre le bruit du feu qui était fait dans le ventre de Tondrak.

Même si les villageois ont déconseillé au bizarre étranger de s’aventurer vers la montagne, Harma resta irréfutable. Il a pris assez de provisions et est parti gravir le sommet de Tondrak.

Comme notre prince est devenu un vrai homme, ce ne fut pas difficile pour lui de monter sur le Tondrak. Il faisait presque nuit lorsque Harma arriva à la cime de la montagne. Quelle beauté était ouverte devant ses yeux ! C'était époustouflant. Soudain il a entendu une voix très connue, très douce et très désirable à son ouïe. En retournant vers la direction d’où venait la voix, il a vu Arpinné, sa chère amie qui était la fille d’Er. Harma n’arrivait pas à croire qu’Arpinné pouvait le suivre durant tout ce temps. Comme lisant dans ses pensées, elle a dit :

- Oui, je t’ai suivi et maintenant, je suis là, avec toi. Ta mission est terminée. Il ne te reste qu’une seule chose à faire pour que nous soyons ensemble. Vas-y saute dans le ventre de la montagne, elle ne te fera pas de mal.

En le disant Arpinné est allée vers l’abime et Harma fit son premier pas pour la suivre, quand un orage éclata dans le ciel. En déchirant le ciel nocturne, un géant avec la barbe étincelante s’est précipité vers le prince. Il l’a attrapé et n’a pas laissé faire le deuxième pas qui serait fatal.

 

Vahagn

 

- Qui êtes-vous et qui vous a permis de m’empêcher de suivre mon Arpinné, cria Harma, fou de rage.

- Je suis le dieu Vahagn et je ne t’ai pas laissé suivre Yervand, le mage qui sait se transformer en femme, en homme, en monstre etc... Je veux dire que ce n’était pas Arpinné, -répondit Vahagn.

- Vous m’avez sauvé la vie. Je vous remercie cher Vahagn, se calma Harma.

- Avec plaisir ! Mais tu n’es pas ici pour que je te sauve la vie. Tu es là pour que je te baptise avec l’incandescence du feu de Tondrak. C'est une montagne bénite, expliqua Vahagn.

Vahagn pris son épée à l’aide de laquelle il évoquait l’orage et l’a mise dans le ventre bouillonnant de la montagne. L'épée fut resourcée et prête à baptiser Harma.

L'épée est solennellement descendue sur la tête, le nez, les yeux et la bouche de Harma. Pendant ce temps un rayon d’incandescence est descendu sur le visage du prince.

Vahagn prononça :

- Au nom de la Mère Lune, du Père Soleil et du Fils Orage.

Après ce baptême Vahagn organisa un immense festin pour le célébrer en invitant tous ses amis dieux et géants. Tous ont bien profité du festin et le baptême fut approuvé.

Le temps était venu que Harma poursuive son chemin et Vahagn lui donna son dernier conseil :

- Ecoute toujours ton cœur et regarde et vois seulement avec les yeux de ton âme. Ils ne te trahiront jamais.

 

Huitième partie – Taureau

 

Harma reprit son chemin, laissons-le et allons faire un petit voyage vers son royaume.

Le palais se trouvait dans un état pitoyable, son père, tombé malade du deuil, était au lit. Un chaos régnait partout. Le seul fidèle dans le royaume et parmi la noblesse restait Er. Au pied du lit du roi malade, veillait Arpinné. Elle a grandi et est devenue une vraie princesse.

Le roi dormait et sur son visage digne et royal, étaient visibles les rides qui ont su tracer la carte de ses souffrances.

Mais que s’est-il passé ? Après la disparition du prince, les malheurs se sont poursuivis dans le royaume.

Un jour, dans un des villages du royaume, un paysan terrifié racontait à ses voisins le malheur qui est survenu. Voici ce qu’il raconta : “ Nous étions en train de nous reposer en famille lorsque, nous avons entendu la voix aigüe de notre fille qui rentrait du jardin. Nous sommes sortis pour voir ce qu'il se passait et nous n’avons pu apercevoir qu’une chose : une bête immense et ailée avait enlevé notre fille. Si ce n’était pas une créature ailée, j’aurais pensé que c’était un taureau ” .

La plupart des voisins n’ont pas cru le paysan. Ils ont pensé que le pauvre avait perdu la tête à cause du malheur. Mais où avait disparu sa fille, personne ne le savait.

Malheureusement ces enlèvements se sont multipliés et sont devenus habituels. Une fois par mois, à la pleine lune, un taureau ailé arrivait et enlevait une jeune fille de 18 ans. Ensuite personne ne savait où les victimes disparaissaient. Tout le monde pensait que le taureau les mangeait.

Pour savoir qui était ce taureau, il faut découvrir les origines du roi Yervand. Tout le monde savait qu’il possédait un Mauvais œil mais personne ne soupçonnait d’où venait ses pouvoirs magiques. En réalité, Yervand était né d’une liaison extraordinaire. Sa mère fut une sorcière et vampire qui se nourrissait de sang de jeunes filles pour rester toujours jeune. Son père était un taureau mythique. De cette union diabolique était né Yervand qui arrivait non seulement à se transformer, comme le peuvent faire les sorcières, mais il était également un taureau. Donc son apparence humaine n’était qu’une transformation. Ainsi c'était Yervand qui enlevait les filles pour sa mère sorcière, qui lui avait promis de dévoiler le secret sur comment vaincre définitivement le roi et Harma.

 

Taureau

La pleine lune est arrivée. Tout le monde attendait que le taureau arrive pour enlever une autre pauvre fille. Les filles dans les villages se sont cachées et nulle ne se montrait dehors, sauf une et c’était Arpinné qui ne croyait pas que le taureau ailé ose attaquer le palais royal.

Elle était dans le jardin royal et se promenait sans se douter de ce qui allait arriver. Donc le Mauvais œil du taureau a repéré Arpinné et a dirigé Yervand vers le palais.

 

Arpinne

 

Tout s’est passé en une seconde, Arpinné était enlevée.

 

- Dis-moi enfin, chère mère, quelle est le secret de la victoire contre ce roi, demanda Yervand après que sa mère ait dégusté le sang d’Arpinné.

- Patience ! déclara sa mère.

- Vous vous moquez de moi. Vous avez peur qu’après avoir appris ce secret, je ne vous procure plus du sang des jeunes filles et que vous vous nourrissiez comme avant, par du sang des grenouilles et des crapauds ! cria en rage Yervand.

En disant cela, Yervand attrapa sa mère et la mis dans une cage.

- Je ne vous laisse plus sortir jusqu’à vous ne me dévoiliez ce fichu secret, annonça Yervand.

La sorcière acquiesça : " Il faut trouver la forêt des rêves et couper l’arbre le plus immense de cette forêt. Si ma mémoire ne me trompe pas, cela doit être un platane. Je ne me souviens plus de son nom. Mais bon ! Si tu veux y arriver, il faut suivre Harma. Il se dirige vers la forêt et il connait le messager de cet arbre. Maintenant libère-moi ".

Yervand laissa sa mère dans son palais morose avec les victimes qui étaient devenues de pâles ombres au service de cette sorcière-vampire et se dirigea vers Sossi.

Revenons vers Harma qui avait quitté Vahagn et pris le chemin de son royaume. Soudain de nulle part surgit sa vieille connaissance Haïsse. Harma n'en croyait pas ses yeux :

C’est toi Haïsse ? Quelle rencontre !

Haïsse n’avait plus son air tranquille et il était évident que quelque chose n’allait pas. Haïsse a expliqué à Harma qu’il est venu l’accompagner vers Sossi car il y avait une urgence. Donc ils sont allés à la forêt.

La rencontre avec Sossi fut chaleureuse.

- Prince Harma ! dit Sossi, je t’attendais.

Le prince a reconnu la voix étrange qu’il avait entendu au palais, le soir de son départ.

Le vent léger effleurait le feuillage de l’arbre et selon le chuchotement qu’il émettait, Harma arrivait à comprendre Sossi.

 

Sossi

 

Le platane lui a raconté son histoire et surtout les mésaventures de son royaume. Ainsi Harma a appris le malheur qui est arrivé à Arpinné, à son père et à sa patrie.

- Comment régler cette situation ? demanda Harma.

- Il te faut d’abord libérer les pauvres victimes qui sont dans le piège de la sorcière. Si tu ne te dépêches pas, elles vont se transformer en moisissure. Ensuite, tu auras une autre tâche à accomplir mais chacune en son temps. Sache que chaque année, le cercle du renouvellement arrive à échéance le dernier jour de l’an et le reprend le premier jour de l’an suivant. Donc il ne faut pas rater ce moment magique et seulement à ce moment-là, tu pourras accomplir la prouesse pour laquelle tu es convoqué au pays de tous les possibles.

- Comment puis-je vaincre la sorcière ? Je n’ai pas reçu une éducation qui m’a enseigné à tuer des femmes, même si cette femme est une sorcière, expliqua Harma.

- Ne t’inquiète pas pour cela, elle n’est pas née comme une mortelle donc sa mort ne sera pas ordinaire non plus. Tu ne vas pas tuer cette vampire, dit Sossi.

Après avoir reçu les dernières instructions de la part de Sossi, Harma prit le chemin vers le royaume de la sorcière.

 

Neuvième partie Royaume de sorcière

 

Le royaume de la sorcière était dépourvu d’êtres humains. Les rares hommes et femmes qui vivaient dans ce royaume n’était que les otages de la sorcière qui suçait leur sang et les obligeait à travailler pour elle. Ils devaient oublier leurs noms, leurs familles, c’est-à-dire leur vie avant de tomber entre les mains de la sorcière. Ils y restaient jusqu’à devenir une simple moisissure.

Harma n'avait jamais pu imaginer qu’un endroit aussi désagréable puisse exister sur terre. Il pleuvait et tout était boueux en permanence. À la place de végétation et de la verdure, il ne poussait que de la mousse. C'est pourquoi cela sentait le moisi et l’air était irrespirable partout.

Quand Harma franchit les frontières de ce territoire, les rats, qui étaient les gardes-frontières de la sorcière, se sont dépêchés de tenir au courant leur reine de l’arrivée d’un homme avec un sang frais.

 

Sorciere

 

La sorcière comprit que cela devrait être Harma, l’ennemi de son fils Yervand.

- Il aura un accueil digne d'un prince. Ha, ha, ha ! ricana-t-elle.

Harma cherchait quelqu’un pour le renseigner sur l'endroit où se trouvait le palais de la sorcière. Mais sauf les vers, les rats, les souris, les corbeaux et d’autres bêtes désagréables, il n’a rencontré personne.

La sorcière ne voulait pas tuer Harma sur place car elle désirait déguster son sang frais et pouvoir ensuite faire de lui un de ses otages. C'est pourquoi elle n’a pas envoyé son dragon crache-pus vers le prince Harma.

Il existait un labyrinthe dans ce royaume maudit dont l’existence n’avait été révélée qu’au prince. Car il était élu. Ce labyrinthe était une devinette. Ceux qui arriveraient à ne pas paniquer et être attentifs pourraient non seulement sortir de là mais également découvrir le secret sur comment vaincre cette immortelle vampire-sorcière.

Harma regardait autour de lui et ne voyait que les mêmes chemins à franchir qui à leur tour l’amenaient vers les mêmes endroits où il pensait être déjà passé. Sans paniquer, Harma trouva la solution : il fallait se souvenir qu'il possédait les amulettes du forgeron. Ces dernières l’ont orienté tout au long de son parcours incroyable. Donc il regarda ses deux amulettes et fut stupéfait, celle en forme du soleil brillait comme jamais donc il s’est orienté vers le sud-est. L’endroit où Harma se dirigeait avec son amulette à la main commençait à se transformer. La moisissure disparaissait et la végétation poussait. Le prince était ravi et très encouragé. Il continua son chemin en forme de spirale.

Enfin arrivé au bout du labyrinthe, Harma s'arrêta devant une stèle gravée. L'écriture lui sembla étrange et il ne croyait pas parvenir à la lire. Il s’est souvenu du langage de Sossi qui, aussi, dans un premier temps, n’était pas très facile à comprendre.

En se concentrant sur les signes, au premier regard, énigmatiques, il fit appel à son cœur et commença à lire le texte suivant : “ Le brouillard est toujours suivi par le soleil. Car le soleil seul pourrait raviver une vie éteinte. Un seul rayon du soleil pourrait vaincre le noir immortel ”.

Harma avait compris comment procéder dorénavant et se dirigea vers le palais. Devant la porte d’entrée, il a rencontré les gardes, qui étaient des immenses crapauds. Il a demandé d'être accueilli par la reine. Les crapauds furent instruits de le laisser entrer sans problème. La sorcière l’attendait pour le piéger et faire de lui un de ses otages. Elle sentait déjà le parfum du sang frais et se réjouissait.

Pendant ce temps Yervand n’arrivait pas à espionner Harma car ses amulettes activées le rendaient invisible pour le Mauvais œil. Yervand était confiant envers sa mère, qui pourrait résoudre le problème de Harma. Pourtant étant sorcier, il avait un mauvais présentiment. Le manque d’information sur les déplacements de Harma le rendait nerveux.

Yervand voulait être assuré que Harma soit éliminé pour passer à l’attaque contre Sossi.

Et il avait raison par rapport à ses mauvais présentiments, qui allaient à se réaliser...

 

Et voici comment...

- Ah ! Quel honneur pour mon palais ! Qui vois-je, est-ce vraiment Vous, Votre Majesté Harma ? déclara la sorcière en voyant Harma entrer.

- Cet honneur, comme vous le dites, je ne vous l’accorderais jamais si vous n’aviez pas enlevé Arpinné et d’autres jeunes filles de mon royaume.

- Vous vous trompez Harma, cher prince. Je ne pourrais jamais enlever aucune fille. Je ne suis même pas au courant de ce dont vous parlez. Je ne suis qu’une vieille femme solitaire.

- Vraiment ? demanda Harma.

- Bien sûr !

- Oui, vous avez raison. Il est malheureux de vivre dans un royaume aussi morose et humide. Peut-être qu'un peu de Soleil pourrait vous faire du bien.

- Arrête malheureux, ne me parle pas de, de, de... ne prononce même pas ce nom, cria la sorcière, hystérique.

- Oui, je suis d’accord avec toi sorcière, c’est très malheureux d’être l’ennemie du Soleil. Même son nom te fait peur, n’est-ce pas ? Et que dirais-tu à ça ? et il montra l’amulette en forme de Soleil.

Les rayons de l’amulette, qui brillaient plus fort que le Soleil, ont illuminé tout aux alentours. Dès l’arrivée des premiers rayons sur le visage de la sorcière, elle a commencé à brûler. Les brûlures lui faisaient un mal insoutenable. Alors qu'elle demandait à Harma de l’aide, le prince n’y a même pas prêté attention. Il s’est précipité vers la prison, où la sorcière, avec ses rats et ses crapauds, gardait les pauvres en otage.

Le prince a ouvert les portes de la prison. Les otages sont sorties et avec elles Arpinné. Le prince se dépêcha de la prendre dans ses bras.

- Arpinné ! Tu m’as tellement manqué. Tu brilles encore plus fort que ce soleil qui ne s’était jamais montré dans le ciel de ce royaume, dit le prince, qui embrassa Arpinné.

La lumière du soleil, qui brillait déjà dans le ciel, a su disperser tous les nuages. Le brouillard a cédé sa place au soleil. Sous les yeux des otages libérées, la végétation poussait, des oiseaux sont arrivés des pays lointains et le royaume s’est épanoui. C'était une magie, la vie reprenait ses droits sur cette terre.

...

Yervand a eu un immense mal dans la poitrine lorsque sa mère s’est enflammée. Et il a compris que Harma avait vaincu sa mère. Il envoya son Mauvais œil pour voir sur place tous les dégâts commis par le prince.

 

Dixième partie Nuit du nouvel an

 

Harma était heureux, enfin heureux après tant d'années. Arpinné tenait sa main et ne voulait pas le quitter : elle était très impressionnée par la prouesse de son prince charmant. L’heureuse nouvelle du succès du prince arriva au palais où le roi attendait son fils et Arpinné. Ces nouvelles ont pu guérir le roi d’un seul coup. Le pays était content d’avoir un héritier du trône aussi brave et intelligent.

Même si Harma était heureux, cette fois, c’était lui qui avait un présentiment que le mal n’était pas définitivement vaincu. Mais surtout, il se souvenait qu’il fallait réaliser une prouesse à un moment magique, la nuit du nouvel an. C'est-ce que lui avait dit Sossi.

Cette fois le mal devrait arriver de la part d’Yervand et il devrait vouloir se venger pour sa mère aussi.

D'ailleurs, où se trouvait-il en ce moment précis ? Harma se posait cette question mais il ne possédait pas d’œil maléfique qui pourrait espionner son rival. Ce dernier mijotait déjà un plan diabolique pour mettre fin aux victoires de Harma et surtout mettre fin à son royaume, qui était en train de fleurir.

La sorcière lui avait appris que la force de Harma dépendait de l’arbre mais duquel exactement, elle l'ignorait. Donc c’était à Yervand de le découvrir. Il pourrait utiliser ses ruses pour arriver à la forêt des rêves mais trouver l’arbre, serait un autre casse-tête pour lui.

Yervand se transforma en faucon et alla chercher Haïsse car il le connaissait grâce aux aventures de Harma et Haïsse dans le village du forgeron.

 

Faucon

 

Yervand surprit Haïsse dans une grotte d’où il suivait Harma et Arpinné. Ces deux-là avaient trouvé un endroit où passer la nuit et dormaient tranquillement.

Harma dormait paisiblement mais au milieu de la nuit, commença à parler dans son sommeil. Il rêvait de Haïsse, qui était attaqué par un faucon et enlevé. Le faucon était immense et ensuite, il s’est transformé en taureau ailé, c’est-à-dire le même qui enlevait les filles de son royaume. Ce taureau menaçait Haïsse de mort si ce dernier ne lui montrait pas l’arbre qui protégeait Harma.

- Donne-moi au moins son nom, dis-moi qui est-il ? criait Yervand.

A cause de ces cris pendant le sommeil, Arpinné s’est réveillée et a réveillé Harma. Le prince a compris que son rêve avait été envoyé par Sossi ou par Haïsse. Il s’adressa à Arpinné:

- Nous devons changer de route. Je dois sauver mes deux amis.

- Où allons-nous ? demanda Arpinné.

- A la forêt des rêves.

Arpinné n’avait jamais entendu parler de cette forêt mais elle le suivit sans aucune hésitation.

... 

Yervand et Haïsse étaient au pied d’un immense platane et Yervand a pris le tronc de l’arbre dans ses bras. Ce dernier avait compris ce que voulait faire le taureau ailé et frémit de peur. L'arbre présentait la froideur de la mort. Ses branches commencèrent à trembler de peur et de douleur.

- Je vois que tu trembles Sossi ! dit Yervand.

L'arbre avait répondu :

- Je ne suis pas Sossi. Ne me sacrifiez pas, je vous en supplie.

Mais Yervand ne comprenait pas le langage de l’arbre donc il a sorti la hache pour le couper, lorsqu’il entendit la voix du vrai Sossi :

- Laisse-le Yervand ! Haïsse t’a menti, ce n’est pas Sossi. Je te parle un langage clair pour que tu me comprennes et m’entendes. Vas dans la direction de cette voix, je t’attends, disait Sossi.

Mais Yervand ne le croyait pas.

- Pourquoi dois-je te croire ? demanda-t-il.

- Parce que les ruses sont dans ton style, moi, je ne mens pas pour vaincre. Mentir pour moi signifie être vaincu par le mal, répondit l’arbre.

Yervand pris sa hache et se dirigea vers Sossi.

Pendant ce temps-là, Harma et Arpinné étaient déjà sur le chemin de la forêt lorsque Haïsse est apparu. Il leur a demandé de monter sur son dos.

- Il ne reste que deux heures pour pouvoir réaliser le sauvetage de Sossi. Le cercle va se renouveler et le nouvel an va arriver dans déjà deux heures. Dépêchons-nous ! dit Haïsse.

Arpinné, Haïsse et Harma sont arrivés au moment où Yervand commençait à couper Sossi.

Harma en rage se jeta sur Yervand en criant :

- Je ne te laisserai pas. Si tu as du courage vas-y, bat-toi avec moi, lâche !

Yervand regarda Harma et fit un mouvement magique en se transformant en dragon.

 

Dragon

 

Ce dragon monta au ciel et descendit en attaque sur Harma. Le prince regarda le ciel avec désespoir et pria comme Vahagn le lui avait appris : “ Au nom du dieu Soleil, de la déesse Lune et du dieu Vahagn ”. Ses prières sont arrivées aux oreilles des dieux sollicités et à une vitesse d’éclair, le ciel se déchira et une épée de foudre perça le sol devant les pieds de Harma. Il l’attrapa et en visant l’œil du dragon le traversa. Tout le pouvoir d’Yervand était concentré dans son œil aux pouvoirs magiques. En le perçant, Harma a su mettre fin à cette histoire de Mauvais œil et d’Yervand.

Sossi saignait de plusieurs plaies qu’Yervand avait creusées avec sa hache sur le tronc. Arpinné, Haïsse et Harma ont mis un pansement. Haïsse chuchotait des incantations de guérison.

En ce moment magique du nouvel an, nos héros ont décidé de ne pas laisser seul Sossi et pour lui remonter l’humeur, ils ont décoré l’arbre avec mille couleurs.

- C’est en quelque sorte, ton deuxième anniversaire. Tu dois être joli, dit Harma à Sossi. C'est ainsi que la décoration d’arbre au nouvel an est devenue une habitude sacrée dans le royaume de Harma.

En ce moment extraordinaire, lorsque tout le monde attend que quelque chose d’important commence à se réaliser, soudain tout le bruit se tut dans l’univers et le silence descendit du ciel.... Ensuite, un gong a sonné et les flocons de neiges, comme des fous, ont commencé à tomber en chantant et en dansant. Ils annonçaient l’arrivée du nouvel an. Avec les premiers sons du gong, tous ont fait leurs vœux dans la forêt des rêves de la nuit du nouvel an. En croyant fort qu’ils devraient se réaliser.

  …

Cette année-là, Harma demanda la main de la jolie Arpinné et ils se sont mariés. C'était le vœu de Harma et d’Arpinné. Harma dirigeait son royaume avec son père qui a vécu de bonnes années après ces événements. C'était le vœu du père de Harma. Ensuite, Harma construisit un sanctuaire autour de la forêt des rêves et devint le meilleur ami de Sossi et de Haïsse. C'était le vœu de Haïsse et de Sossi.

On raconte que les enfants de Harma arrivaient, comme leur père, à comprendre le langage de Sossi. Car ce don se transmettait du père aux fils pendant des générations. Le dernier roi qui arrivait à parler à Sossi fut l’arrière-petit-fils de Harma, Anoushavan Sossanver qui signifie Anoushavan dédié à Sossi. Après Anoushavan, les historiens et les légendes ne mentionnent aucun nom du prince qui puisse parler à Sossi. Mais qui sait ? Peut-être quelque part, il existe encore un autre prince qui possède ce don de génie ? Et un jour on en parlera encore ...

 

L.T. 15/12/21

Texte et images proposés par Lussiné Terteryan

 

 

Arménie, archéologie et légendes

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/armenie-retour-sur-les-mysteres-prehistoriques.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-mysteres-de-l-armenie.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/armenie-la-pyramide-de-dvin.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/legendes-mythes/melusine-affinites-avec-les-deesses-meres-de-l-asie-mineure.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/legendes-mythes/le-lac-sacre-un-conte-de-loussine-terteryan.html

 

Yves Herbo, relecture et relai, Sciences-Faits-Histoires, 28-12-2021

mystère échange lire auteur légendes écrivain fiction écriture conte mythes

Ajouter un commentaire