Iran : une migration vers les amériques il y a 11000 ans ?

Iran : une migration vers les amériques il y a 11000 ans ?

 

Iran cheval leopard

 

Des preuves suggèrent que les Iraniens préhistoriques ont migré vers les Amériques (Theran Times)

 

" Après des années d'explorations de peintures anciennes à l'intérieur des grottes et des montagnes de l'Iran et dans d'autres parties du globe, des résultats étonnants ont été réalisés à cet égard ", a déclaré à IRNA (The Islamic Republic New AgencyMohammad Nasserifard dans une interview publiée mardi 12 mai 2020.

" Les peintures anciennes des murs des grottes et des montagnes en Iran ont été comparées à celles d'autres parties du monde, leurs similitudes d'apparence et de motifs ont été étonnantes ", selon les citations des professeurs néerlandais Jan Brouwer et Gus van Veen ", a déclaré Nasserifard. Ajoutant : " Ses recherches et ses découvertes sont présentées pour la première fois à des passionnés et des chercheurs.". YH : Pour rappel, ces scientifiques néerlandais sont bien aussi des spécialistes des pétroglyphes, voici une oeuvre à laquelle ils ont participé, entre autres : " Prehistoric Rock Art in Britain: Sermons in Stone " De leur ami Stan Beckensall.

 

 

L'archéologue a souligné que ces pétroglyphes peuvent être un chaînon manquant dans l'histoire et les arts humains.

« Les similitudes d'apparence, les styles artistiques et les thèmes uniformes des anciens pétroglyphes et des peintures rupestres de cette terre (Iran) révèlent de nombreux liens manquants dans l'histoire et les arts humains, dont l'un est la ressemblance d'objets anciens en Iran avec ceux trouvés sur le continent américain.

Lire la suite ci-dessous :

« La découverte de motifs équestres avec des chevaux ressemblant à des léopards en Iran, que les Indiens appelaient « Appaloosa », est l'une des preuves de cette migration, que l'on peut voir sur les murs des grottes et des montagnes de Qasr-e-qand et Neyshekar, régions (archéologiques) qui datent de 11 000 ansIls sont similaires aux chevaux-léopards du Baloutchestan. »

YH : notons que l'Appaloosa a failli disparaître après la reddition des Nez-Percés en 1877, les immenses troupeaux sont décimés par l'armée américaine qui considère ces chevaux comme des armes de guerre. Ils servent même de cibles d'entraînement... Il n'est pas le premier cheval tacheté puisqu'on trouve des mentions ou des représentations de chevaux portant cette robe depuis la préhistoire jusqu'à la Renaissance. La tradition orale veut que les Nez-Percés aient découvert le cheval chez les Cayuses vers 1730. Apprenant que ces derniers ont acquis ce nouvel arrivant chez les Shoshones au sud, ils partent pour y faire du commerce et acquérir ce nouveau venu. Ils achètent une jument pleine de couleur blanche qui constitue avec son poulain le début d'immenses troupeaux qui se développent dans un environnement de pâtures grasses et de canyons, favorable et protégé. On ne connaît donc pas les origines réelles de l'Appaloosa dans les Amériques, en effet, puisque seuls des indiens les possédaient... un possible croisement avec le cheval andalou blanc des espagnols conquistadores selon certains.

 

Appaloosa thiel

Un appaloosa actuel (Wikipedia)

 

Nasserifard a déclaré que les archéologues français avaient précédemment déclaré " que les peintures de chevaux léopards sur la grotte Maral montraient une espèce spéciale de cheval, qui ne vivait qu'en Europe, tandis que les hommes vivant au Baloutchistan il y a 11 000 ans ont vu un tel cheval iranien authentique ". " Ils étaient domestiqués et sont vus à cheval sur les murs des montagnes du Baloutchistan, et les pétroglyphes du cheval indien, Apalusa, sont le même cheval-léopard pris de l'Iran préhistorique par des immigrants vers les Amériques."

 

Iran cheval leopard

Téhéran - Certains résidents préhistoriques du plateau iranien ont migré vers les Amériques, selon un archéologue et chercheur iranien, sur la base de preuves provenant de similitudes entre les pétroglyphes et les symboles de la peinture rupestre dans le centre de l'Iran et ceux trouvés dans les Amériques. Crédit photo: M. Naserifard

 

Il a noté que les études des lithographies iraniennes, en particulier celles réalisées sur le site d'art rupestre de Teymareh dans le comté de Khomein, dans le centre de l'Iran, montrent qu'il y a des milliers d'années, les habitants du plateau iranien ont migré vers les Amériques.

« Ces migrations ont eu lieu depuis le détroit de Béring, dans une zone située entre le nord-est de l'Asie et le nord-ouest des Amériques, ou depuis les océans gelés avant le dixième millénaire avant JC. L'une des peintures, trouvée parmi les pétroglyphes de la montagne à Khomein, représente un chasseur à cheval, qui, comme les Amérindiens, porte sur son dos des lames faites de plumes d'oiseaux. »

 

Bardintzeff sam 7762 tanbaly petroglyphe

Un pétroglyphe à Tanbaly, au Kazakhstan (© J.M. Bardintzeff).​

 

Ailleurs dans ses remarques, Nasserifard a expliqué: " Ce type de couverture et de chasse peut être vu parmi les Indiens vivant dans différentes parties des Amériques à travers des documents et des photographies prises,…, ces nombreuses figures préhistoriques peuvent montrer la migration des habitants du plateau iranien vers le continent américain au cours des derniers millénaires. "

Plus tôt en mars 2020, une équipe d'entomologistes et d'archéologues a conclu qu'un pétroglyphe précédemment fondé présente une créature à six membres avec la tête et les bras d'une mante religieuse. La rare sculpture de roche de 14 centimètres a été repérée pour la première fois sur le site d'art rupestre de Teymareh dans le comté de Khomein, dans le centre de l'Iran, lors d'enquêtes entre 2017 et 2018, mais n'a pas pu être identifiée en raison de sa forme inhabituelle.

 

Bardintzeff sam 7766 tanbaly petroglyphe

Un pétroglyphe à Tanbaly : un dieu énigmatique, à tête de soleil (© J.M. Bardintzeff).

 

Jan Brouwer et Gus van Veen ont examiné le site de Teymareh en estimant que ses sculptures avaient été réalisées entre il y a 40 000 à 4 000 ans.

On ne peut que deviner pourquoi les hommes préhistoriques ressentaient le besoin de sculpter un homme-mante dans la roche, mais le pétroglyphe suggère que les humains ont lié la mante au surnaturel depuis les temps anciens. Comme l'ont déclaré les auteurs, la sculpture témoigne, " que dans la préhistoire, presque comme aujourd'hui, la mante religieuse était un animal mystique et apprécié ".

L'art rupestre préhistorique donne un aperçu des époques et des cultures passées alors que les archéologues classent les outils pour les sculptures par époques spécifiques. Les outils d'incision incluent le silex, le métal ou les os de cuisse de proies chassées.

 

Au sujet de "l'Homme-mante" (MantisMan), reconnu aussi par les spécialistes de l'art rupestre comme "Homme-squatter, squatter-Man", voici la traduction de l'article iranien :

 

Iran mantisman

Téhéran - Une équipe d'entomologistes et d'archéologues a conclu qu'un pétroglyphe précédemment trouvé présente une créature à six membres avec la tête et les bras d'une mante religieuse. Crédit photo: M. Naserifard

 

La rare sculpture de roche de 14 centimètres a été repérée pour la première fois sur le site d'art rupestre de Teymareh dans le comté de Khomein, dans le centre de l'Iran, lors d'enquêtes entre 2017 et 2018, mais n'a pas pu être identifiée en raison de sa forme inhabituelle.

Les nouvelles découvertes ont été récemment publiées dans le Journal en libre accès de la recherche sur les orthoptères, contribué par les entomologistes Mahmood Kolnegari de l'Université islamique Azad d'ArakMandana Hazrati de l'Institut Avaye Dornaye Khakestari; et Matan Shelomi de l'Université nationale de Taiwan s'associant avec l'archéologue indépendant et expert en art rupestre Mohammad Naserifard.

Le pétroglyphe montre une créature à six membres avec la tête et les bras d'une mante religieuse, mais avec deux cercles sur les côtés, de manière similaire au célèbre pétroglyphe " homme squatter '' trouvé à plusieurs endroits dans le monde, a rapporté lundi ScienceDaily.

 

Iran mantereligieuse empusahedenborgil

Une mante religieuse, Empusa hedenborgii, qui pourrait avoir inspiré le pétroglyphe, selon l'équipe de recherche. (Crédit: M. Mahmood Kolnegari)

 

" Il a six membres a été décrit comme mi-homme, mi-mante."

Les gravures rupestres, ou pétroglyphes d'animaux invertébrés sont rares, alors les entomologistes se sont associés à des archéologues pour essayer d'identifier le motif. Ils ont comparé la sculpture avec d'autres dans le monde et avec les créatures locales à six pattes que ses artistes préhistoriques auraient pu rencontrer, selon le rapport. Elle pourrait avoir un lien avec une espèce locale, l’Empusa.

Compte tenu de leur âge, il est extrêmement difficile de déterminer le sens réel des pétroglyphes. Dans ce cas précis, on ignore donc pourquoi l’auteur de cette gravure a cherché à combiner un homme et une mante religieuse, ni même si c’était réellement son but premier.

 

Iran mantereligieuse empusahedenborgil2

Pétroglyphe «Homme-mante accroupi». A. Le pétroglyphe inspecté, situé dans la région de Teymareh, comté de Khomein, province de Markazi, Iran. IFRAO (Fédération internationale des organisations d'art rupestre) Echelle standard: 10 cm de bout en bout. Crédit photo: M. Naserifard. B. Dessin en noir et blanc du motif (illustration de M. Kolnegari).

 

Les six membres suggèrent un insecte, tandis que la tête triangulaire avec de grands yeux et les avant-bras saisissants sont incontestablement ceux d'une mante religieuse, un insecte prédateur qui chasse et capture des proies comme les mouches, les abeilles et même les petits oiseaux.

Encore plus mystérieux sont les membres moyens, qui se terminent par des boucles ou des cercles. Le plus proche parallèle à cela en archéologie est le «Squatter Man», une figure de pétroglyphe trouvée dans le monde entier représentant une personne flanquée de cercles. Bien qu'ils puissent représenter une personne tenant des objets circulaires, une autre hypothèse est que les cercles représentent des aurores provoquées par des décharges de plasma atmosphérique.

D'autres exemples d'homme-squatters : 

Homme foudre

Homme squetter

YH : On ne sait pas encore si les iraniens entendent revendiquer une partie du territoire américain à cause de cette colonisation estimée à 11 000 ans (humour).

Sources : https://www.tehrantimes.com/news/447819/Evidence-suggests-prehistorical-Iranians-migrated-to-Americas

https://www.tehrantimes.com/news/446235/Mantis-man-describes-puzzling-petroglyph-found-in-Iran

Journal en libre accès de la recherche sur les orthoptères

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 16-05-2020 

 

moyen-orient archéologie prehistoire échange lire mystère légendes Iran

Précédent : Néandertaliens dans les paysages pré-Pyrénées   Suivant : Irlande: découverte d'un quai et de bateaux du néo...

Ajouter un commentaire