Il y a 400 000 ans, des hominines faisaient des conserves

Il y a 400 000 ans, des hominines faisaient des conserves !

 

Grotteqesem israel0 mini

Des chercheurs de l'Université de Tel Aviv, en collaboration avec des universitaires espagnols, ont mis au jour des preuves du stockage et de la consommation tardive de la moelle osseuse dans la grotte de Qesem près de Tel Aviv, site de nombreuses découvertes majeures de la fin du Paléolithique inférieur, il y a environ 400 000 ans.

La recherche fournit des preuves directes que les premiers paléolithiques ont sauvegardé les os d'animaux jusqu'à neuf semaines avant de se régaler à l'intérieur de la grotte de Qesem.

L'étude, publiée dans le numéro du 9 octobre 2019 de Science Advances , était dirigée par Mme Ruth Blasco du département d'archéologie et des civilisations du Proche-Orient ancien du TAU et par le Centre national d'investigation sur l'évolution de la société humaine (CENIEH) et ses collègues du TAU, le professeur Ran Barkai et le professeur Avi Gopher. Elle a été menée en collaboration avec les professeurs Jordi Rosell et Maite Arilla de l’Université Rovira i Virgili (URV) et de l’Institut Català de Paleoecologia Humana i Evolució Social (IPHES); Antoni Margalida, professeur à l’Université de Lleida, à l’Université de Berne, et à l’Institut de recherche sur le jeu et la vie sauvage (IREC); et le professeur Daniel Villalba de l'Université de Lleida.

" Les os ont été utilisés comme des" boîtes de conserve " qui ont préservé la moelle osseuse pendant une longue période, jusqu'à ce qu'il soit temps d'enlever la peau sèche, de briser l'os et de manger la moelle osseuse ", souligne le professeur Barkai (voir ci dessous) :

" La moelle osseuse constitue une source importante de nutrition et a donc longtemps figuré dans le régime alimentaire préhistorique ", explique le professeur Barkai. " Jusqu'à présent, des preuves indiquaient une consommation immédiate de moelle osseuse après l'obtention et l'élimination de tissus mous. Dans notre document, nous présentons des preuves de stockage et d'une consommation tardive de moelle osseuse dans la grotte de Qesem ".

" C’est la toute première preuve d’un tel comportement et offre un aperçu de la socio-économie des hominines qui vivaient à Qesem ", ajoute le Dr Blasco" Cela marque également un seuil pour de nouveaux modes d'adaptation humaine au Paléolithique ".

 

Grotteqesem israel0

Les extrémités des os de la jambe de cerf, conservées dans des conditions qui simulaient la façon dont elles avaient été conservées dans une grotte en Israël à l’âge de pierre par des humains anciens. Les scientifiques pensent avoir prouvé que les jambes ont été conservées pour permettre une consommation retardée de la moelle. Crédit Ruth Blasco

 

" Les hominines préhistoriques ont amené dans la grotte des parties sélectionnées du corps des carcasses d'animaux chassées ", explique le professeur Rosell. " La proie la plus courante était le daim, et des membres et des crânes ont été amenés dans la grotte, tandis que le reste de la carcasse a été débarrassé de sa chair et de sa graisse sur le lieu de la chasse et y a été laissé. Nous avons constaté que les os de la jambe du cerf, en particulier les métapodes, présentaient des marques de coupes uniques sur les arbres, qui ne sont pas caractéristiques des marques laissées par le fraisage d'une peau fraîche pour fracturer l'os et extraire la moelle ".

Les chercheurs affirment que les métapodes de cerf ont été conservés dans la grotte, recouverts de peau afin de faciliter la conservation de la moelle pour la consommation en cas de besoin.

 

Grotteqesem israel1

La moelle à l'intérieur d'un os métapodial après six semaines de stockage (tests réussis). Crédit: Dr. Ruth Blasco.

 

Les chercheurs ont évalué la préservation de la moelle osseuse à l'aide d'une série expérimentale sur le cerf, contrôlant le temps d'exposition et les paramètres environnementaux, combinée à des analyses chimiques. La combinaison de résultats archéologiques et expérimentaux leur a permis d’isoler les marques spécifiques liées à l’élimination de la peau sèche et de déterminer un faible taux de dégradation de la graisse médullaire pouvant aller jusqu’à neuf semaines.

" Nous avons découvert que la préservation de l'os avec la peau, pendant une période pouvant durer plusieurs semaines, permettait aux humains de rompre l'os quand cela était nécessaire et de manger la moelle osseuse encore nutritive ", ajoute le Dr Blasco.

Jusqu'à récemment, on pensait que les Paléolithiques étaient des chasseurs-cueilleurs qui vivaient au jour le jour (version de la ferme à la table de l'âge de pierre), consommant tout ce qu'ils avaient attrapé ce jour-là et endurant de longues périodes de faim lorsque les sources de nourriture étaient rares...

" Nous montrons pour la première fois dans notre étude qu'entre 420 000 à 200 000 ans, les hommes préhistoriques de la grotte de Qesem étaient suffisamment sophistiqués, suffisamment intelligents et suffisamment talentueux pour savoir qu'il était possible de préserver des os particuliers d'animaux dans des conditions spécifiques, et quand c'est nécessaire, d'enlever la peau, casser l'os et manger la moelle osseuse ", explique le professeur Gopher.

Selon les recherches, il s'agit de la plus ancienne preuve dans le monde de la conservation des aliments et de leur consommation tardive. Cette découverte rejoint d'autres preuves de comportements innovants trouvés dans la grotte de Qesem, notamment le recyclage, l'utilisation régulière du feu, la cuisson et le rôtissage de la viande.

" Nous supposons que tout cela était dû au fait que les éléphants, qui constituaient auparavant une source majeure de nourriture pour les hominines, n'étaient plus disponibles (YH : localement). Les humains préhistoriques de notre région ont donc dû développer et inventer de nouveaux modes de vie ", conclut le professeur Barkai. " Ce type de comportement a permis aux hominines d'évoluer et d'entrer dans une sorte d'existence socio-économique bien plus sophistiquée ".

Un total de 81 898 spécimens de faune ont été analysés: 59 681 dans des contextes amudiens à dominance de lame et 22 217 dans des contextes yabrudien à racloir. Les assemblages fauniques comprennent 14 taxons, dont des ongulés, des oiseaux, des tortues et, très sporadiquement, des carnivores (cf. Hyaenidae). Les daims (Dama cf. mesopotamica) sont les principaux taxons dans toutes les couches, avec des pourcentages compris entre 75,8 et 79%.

Notons que, bien plus tard, les hommes modernes ont pratiqué de même : " L'accumulation des os pour la consommation tardive de graisse et de moelle a été documentée ethnographiquement dans les communautés esquimaudes Nunamiut où les os sont stockés pendant les mois d'hiver pour être traités en grandes quantités (1). Les Loucheux au Canada traitent également les os de manière secondaire et avec un léger retard, bien qu’ils ne dépassent normalement pas 3 jours d’exposition extérieure; une fois la graisse extraite, ces groupes la stockent dans l’estomac du caribou (converti en sac), où ils affirment qu’elle reste en bon état pendant 2 ou 3 ans (24). Un autre exemple de l’utilisation des ongulés pour stocker la graisse des os après l’enduit provient des peuples des Comanches et des Pieds-Noirs, qui stockent de la viande séchée mélangée à de la graisse pour os et de la moelle osseuse dans l’estomac, les intestins et des sacs en cuir brut scellés hermétiquement au suif ".

Il convient également de mentionner qu'outre son importance alimentaire, la moelle osseuse a également de nombreuses autres utilisations artisanales. Par exemple, les Nunamiut utilisent la moelle des membres distaux des ongulés pour imperméabiliser les peaux et traiter les cordes d'arc (1). Elle peut également être utilisée comme combustible pour l'éclairage (46) et même dans le processus de tannage, comme le rapportent les peuples traditionnels de Sibérie (47). Qu'elle ait été consommée ou utilisée à d'autres fins, le point important ici est la capacité de planifier et de prévoir ce qui découle de ce fait. L’accumulation délibérée de métapodes implique une préoccupation anticipée pour les besoins futurs et une capacité de "déplacement temporel" qui dépasse l’ "ici et maintenant" comme moyen de subsistance (34).

La grotte Qesem est située sur le versant ouest des collines de Samarie, à environ 12 km à l'est de Tel-Aviv, en Israël, à 90 mètres au-dessus du niveau de la mer (m). La grotte est creusée dans un calcaire Turonien, de la montage occidentale d'Israël, entre les collines de Samarie et la plaine côtière israélienne. Il n'y a aucune trace d'occupation pendant le Moustérien. La grotte est découverte en octobre 2000 quand la construction d'une route détruit son plafond. Deux fouilles de sauvetage sont réalisées en 2001. Le site est désormais protégé, couvert et clôturé pendant que les fouilles se poursuivent...

Des outils en silex ont été découverts dans la grotte de Qesem. Il s'agit principalement de lames, de grattoirs, de burins et des couteaux, ainsi que des outils sur éclats et des percuteurs. Certaines strates archéologiques contiennent de nombreuses lames et outils de la même famille alors qu'ils sont absents d'autres strates. Néanmoins, des grattoirs sur éclats épais se trouvent dans la plupart d'entre elles alors que les bifaces de type Acheuléen sont dans toutes les couches archéologiques. Toutes les étapes du façonnage de la fabrication des outils sont observables dans la grotte. Beaucoup de nucléus sont conservés à proximité d'éclats permettant une reconstitution de la pierre d'origine. La spallation des rayons cosmiques du Béryllium 10 permet de déduire que les silex utilisés dans la grotte de Qesem ont été collectés à la surface ou dans des carrières peu profondes. À la même période, les silex découverts dans la grotte de Tabun ont été extraits d'une profondeur de deux mètres ou plus !

La grotte de Qesem contient l'un des premiers exemples de la maîtrise du feu par les premiers hommes et de son usage régulier au Pléistocène inférieur. De grandes quantités d'ossements brûlés, observés selon des critères microscopiques et macroscopiques, suggèrent le dépeçage des proies auprès du feu. Des échantillons d'os montrent des signes de brûlure, la chaleur ayant pu atteindre la température de 500°. Un foyer datant de 300 000 ans a été identifié au centre de la grotte. Des couches de cendres remplissent la fosse, des os brûlés d'animaux et des outils utilisés pour découper la chair ont été trouvés à proximité, permettant de supposer qu'il a été utilisé à plusieurs reprises et qu'il était un point focal pour les humains vivant dans la grotte. 

Ces ossements montrent des marques de découpes, d'extraction de la moelle et de cuisson. L'analyse des sens de découpe et les placements anatomiques des marques de couteau indiquent que la viande et le tissu conjonctif ont été coupés de manière planifié à partir de l'os. Les restes de cerfs identifiés correspondent aux pattes et aux têtes, sans les autres parties du corps, suggérant que le dépeçage des carcasses était initié sur un autre site, le choix des pièces ramenées dans la grotte étant sélectif. En outre, la présence d'os de fœtus et l'absence de bois de cerf impliquent que l'essentiel de la chasse se déroulait de la fin de l'hiver jusqu'au début de l'été. La nécessité d'enrichir le régime alimentaire de graisse animale rendait ces proies particulièrement importantes. Pour les archéologues, il s'agissait d'une « relation prédateur-proie unique ».

Sa séquence stratigraphique (encore incomplète car le substratum n’a pas encore été atteint) est divisée en deux parties principales: la partie inférieure (environ 6,5 m d’épaisseur) constituée de sédiments à contenu clastique, de gravier et d’argiles et la partie supérieure (environ 4,5 m d'épaisseur) composé de sédiment cimenté avec une grande composante de cendre. La partie inférieure a été déposée dans une chambre karstique fermée, tandis que la présence de radicules calcifiées dans la partie supérieure indique un environnement plus ouvert (48). Le profil stratigraphique a été daté selon plusieurs méthodes [uranium-thorium (U / Th), thermoluminescence (TL), résonance de spin électronique (ESR) et séries ESR / U]] de 420 000 à 200 000 ans.

L'ensemble de la séquence stratigraphique a été attribué au Complexe culturel acheulo-yabudéen (AYCC) du Paléolithique inférieur tardif, qui est une entité culturelle locale différente de l'Acheuléen précédent et du Moustérien suivantQesem regroupe deux des trois industries AYCC: l’Amudien à pales et le Yabrudian à raclettes. La production de bifaces s'est poursuivie dans l'AYCC, mais les bifaces sont extrêmement rares sur le site. Le recyclage du silex est un élément clair des assemblages tout au long de la séquence de la grotte et indique des trajectoires technologiques bien établies pour la production de types désignés de paillettes et de pales tranchantes spécifiques à des fins ciblées.

L'utilisation du feu est présente dans les premiers niveaux de la grotte et est évidente tout au long de la séquence, à la fois directement par la présence d'un foyer central et de grandes quantités de cendre de bois et indirectement par la grande quantité de silex et d'os brûlés. 

Qesem a également fourni 13 dents humaines provenant de différentes parties du profil stratigraphique. Les données fournies par analyse morphométrique et numérisation tridimensionnelle (3D) montrent que les dents de Qesem ne sont pas de type Homo erectus (sensu lato), mais présentent des similitudes avec les populations locales du Skélien et de Qafzeh du Pléistocène supérieur, ainsi que certaines affinités avec les Néanderthaliens (50). Par conséquent, les fossiles humains peuvent appartenir à une lignée d'hominines locale encore inconnue du Levant.

L'analyse des dépôts sur les dents montrent des traces de nourriture marquant un régime à base de plantes, ainsi que des petites quantités de sang attestant d'une consommation de chair animale. Des fibres non comestibles, également retrouvées, ont pu être utilisées par l’homme préhistorique pour nettoyer ses dents.

YH : Notons qu'il y a toujours une certaine controverse au sujet de ces dents, car certaines analyses les attribueraient à... un Homo Sapiens (Homme pré-moderne) de 400 000 ans... mais la découverte d'Homo Sapiens archaïques récemment au Maroc, datés de 300 000 ans, a relancé le débat...

Sources : R. Blasco, J. Rosell, M. Arilla, A. Margalida, D. Villalba, A. Gopher, R. Barkai. Stockage de la moelle osseuse et consommation retardée dans la grotte du Qesem du Pléistocène moyen, Israël (420 à 200 ka)Progrès de la science, 2019; 5 (10): eaav9822 DOI: 10.1126 / sciadv.aav9822

https://www.sciencedaily.com/releases/2019/10/191009142902.htm

https://www.aftau.org/news-page-archaeology?&storyid4677=2487&ncs4677=3

https://www.nytimes.com/2019/10/09/science/marrow-israel-cave.html

 

YH : Décidément, il semble de plus en plus que des hominines très anciens, considérés comme des "brutes" proches de l'animal encore très récemment par la science, vivant chichement et au jour le jour de chasses et cueillettes... étaient beaucoup plus intelligents, avaient conscience du temps et de la prévisions des choses, planifiaient leurs ressources et les stockaient, construisaient même des choses (voir la découverte récente d'une construction attribuée à néandertalien en France, dans la grotte de Bruniquel), s'habillait selon la saison de peaux d'animaux ou de plumes (mais nous utilisons aussi toujours les peaux d'animaux (cuir) pour nos chaussures et blousons par exemple !), pratiquaient certaines formes d'art et de rituels...

 

Yves Herbo et traductions, Sciences-Faits-Histoires, 21-10-2019

 

 

moyen-orient archéologie prehistoire échange lire mystère

Ajouter un commentaire