comètes

La comète Atlas en train de se disloquer

La comète Atlas en train de se disloquer

 

Atlas2

 

J'avais brièvement parlé de cette comète Atlas (C/2019 Y4), (juste comme élément de comparaison avec celle d'Ison, question liaison avec certains calculs calendaires d'un correspondant 2012-2020), qui s'annonçait comme une grande comète possiblement visible à l’œil nu dans les prochaines semaines, ayant la même trajectoire que la célèbre comète de 1844, qui avait été visible à l’œil nu. Notons tout de suite que son nom "Atlas" n'a rien à voir avec le dieu grec antique, mais qu'elle a été rebaptisée Atlas en l’honneur du programme Asteroid Terrestrial-Impact Last Alert System (ATLAS), qui l’a découverte au voisinage de notre système solaire (dans la constellation de la Grande Ourse en décembre 2019). Et elle présente donc quelques similitudes avec la « grande comète de 1844 ». À commencer par sa trajectoire. Ce qui fait dire à certains spécialistes que ce corps de glaces, gaz et de poussières mêlées pourrait être un morceau détaché de C/1844 Y1, rapporte Futura Sciences . Et que toutes deux soient elles-mêmes des fragments d’un corps céleste encore plus imposant qui se serait brisé il y a des siècles ou millénaires, en sachant que la comète de 1844 avait une périodicité estimée à 6 800 ans, et Atlas estimée pour l'instant à 6 000 ans.

La comète étonnait par sa grande luminosité et la taille démesurée qu'avait pris sa chevelure de gaz vert (coma) : 720.000 kilomètres de diamètre le 24 mars, soit plus de 5 fois et demi le diamètre de la planète Jupiter. Sa queue de gaz et de poussière, quant à elle, continuait de s'allonger : elle mesure 3,3 millions de kilomètres début avril. Mais les rapports des observation le 05 avril 2020 annonçait de grands changements. Les chercheurs ont noté un changement radical et brutal dans l’aspect de la comète C/2019 Y4 ATLAS. Son noyau s’est allongé et l'astre a subitement amorcé un déclin de luminosité après une phase de progression rapide. Les chercheurs avaient annoncé alors une probable dislocation du noyau...

Une publication du site The Astronomer’s Telegram, datée du 6 avril 2020, rapporte « la possible désintégration de la comète C/2019 Y4 (ATLAS) ». Le constat est tiré des images suivantes, obtenues par le Ningbo Education Xinjiang Telescope (NEXT). Elles montrent que la comète aurait « une morphologie compatible avec un déclin ou un arrêt soudain de la production de poussière, comme on pourrait l’attendre d’une grande perturbation du noyau ».

 

Atlas

Le changement de morphologie de la comète, entre le 2 et le 5 avril 2020. // Source : The Astronomer’s Telegram (photo recadrée)

 

La comète est devenue plus sombre. « Le noyau semble s’allonger et des forces non gravitationnelles sont en jeu. Les prochains jours seront très intéressants », commente l’astronome Matthijs Burgmeijer, qui observe régulièrement l’objet, sur Twitter. Quelques jours plus tôt, le scientifique avait constaté que la comète s’éclaircissait de façon régulière.

 

Aujourd'hui, 13 avril 2020, la comète a dépassé l'orbite de Mars et se dirige vers celle de la Terre, notre planète étant loin de sa trajectoire et s'en éloignant. L'orbite de cette comète actuellement calculée (mais en train de se modifier comme le disent les chercheurs à cause des perturbations de son noyau) fait qu'elle ne suit pas le plan écliptique du système solaire ((le plan orbital des planètes), mais le traverse aux abords du Soleil, comme montré ici :

Voir la suite ci-dessous :

Lire la suite