archéologie

Anticythère : fouilles 2017, un mystérieux disque de bronze

Anticythère : fouilles 2017, un mystérieux disque de bronze

 

Antikythera disc mini

 

Un nouveau retour sur cette extraordinaire épave découverte il y a plus de 100 ans au large de l'île d'Anticythère, et qui cache toujours, sous un gros éboulement de pierres, des trésors archéologiques à découvrir. Il s'agit donc ici d'une nouvelle mise à jour d'un précédent article déjà mis à jour : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-mecanisme-d-anticythere-refait-parler-de-lui.html

Le mécanisme de l'extraordinaire machine antique découvert dans l'épave a été décrit et expliqué, même s'il semble incomplet, et sa datation a même été repoussée car il est maintenant certain que ce bateau transportait... des objets déjà vieux et provenant du passé grec, et non pas des objets contemporains du bateau ! En effet, il est estimé que cet énorme bateau (beaucoup plus grand qu'imaginé au 20ème siècle) a sombré en 67 Avant JC. Mais les études de la machine la datent de -205 Avant JC AU MINIMUM, elle peut être plus ancienne encore (voir le précédent article). Et certaines des statues trouvées remontent pour elles à au moins le 4ème siècle avant JC...

En ce qui concerne cet énorme navire antique (peut-être le plus grand jamais découvert à ce jour), les questions sur ses origines et utilisations sont multiples. Que faisaient toutes ces statues, dont certaines datant de plus de 300 ans avant l'époque concernée, à bord de ce navire ? Et cette machine si en avance sur son temps ? Certains scientifiques pensent à du recyclage : les vieilles statues de philosophes oubliés ou de rois déchus étaient fondues ou démembrées et réutilisées, "modernisées"... D'autres hypothèses font état d'un gros navire marchand, une sorte de "bazar" flottant de ports en ports, d'un gros navire pirate ou encore de passeurs. J'ajoute l'hypothèse faisant de ce navire celui d'un grand philosophe de l'époque transportant ses trésors d'une bibliothèque à une autre, mais qui n'est jamais arrivé à bon port... Espérons que les prochaines fouilles éclairent ce sujet. Quoiqu'il en soit, la campagne de fouilles 2017 a ramené de nouveaux objets et statues, dont un mystérieux disque de bronze orné de la figure d'un taureau :

Lire la suite

Mort : Conservation anormale de certains cadavres

Mort : Conservation anormale de certains cadavres

 

Bernadette soubirous mini

Bernadette Soubirous, intacte depuis 1879 (?)

Il y a tout de même controverses en ce qui concerne Bernadette Soubirous : si la première exhumation a bien prouvé sa très bonne conservation, les suivantes semblent moins évidentes : https://www.histoire-genealogie.com/Un-temoignage-sur-les-exhumations-de-Sainte-Bernadette-Soubirous-le-corps-etait-il-intact-ou-pas

 

Un titre certes très macabre, mais il s'agit bien de cela : La découverte au cours de l'Histoire et encore récemment de cadavres ensevelis depuis des siècles ou décennies et qui demeurent intacts, non momifiés mais souples et présentant encore l'apparence de la vie...

Les médecins sont parfaitement au courant, la définition légale de la mort a dû être récemment reconsidérée, et même à plusieurs reprises. En effet, les progrès de la médecine ont démontré que l'arrêt des battements du cœur ou la disparition du réflexe oculaire ne permettaient plus d'avoir une certitude absolue sur le décès d'un patient. Plusieurs personnes ont ainsi pu être réanimés, malgré l'absence totale de tout signe de vie. Les récents critères mondiaux adoptés incluent désormais un électro-encéphalogramme plat qui est supposé signifier la mort du système nerveux. En France, par exemple, encore plus récemment, la confirmation par angioscanner de la mort encéphalique est devenue une pratique courante en alternative à la pratique de l’électro-encéphalogramme. La disponibilité des scanners dédiés à l’urgence, l’évolution des connaissances et des techniques ont permis une évolution rapide des critères d’interprétation de ces examens. Cette décision est bien sûr liée au fait que les neurones, contrairement aux autres cellules du corps, sont très vite et définitivement détruits s'ils ne reçoivent pas d'oxygène, puisque les neurones ne se reproduisent pas...

Mais cette nouvelle définition de la mort est encore provisoire, qu'une approche, et soumise à progrès (oxygénation des neurones ?). Car entre le moment où un corps contient encore la vie et celui où commence le processus de décomposition s'étend une grande inconnue qui peut parfois durer... des siècles !

Certaines découvertes et preuves scientifiques sur l'état de conservation anormale de certains cadavres pose un important problème à la science moderne comme nous allons le voir...

Lire la suite

Pologne : Découverte d'un bâton gravé du mésolithique

Pologne : Découverte et analyse ADN d'un bâton gravé du mésolithique taillé dans du bois de renne

 

Pologne artefact mini

 

Selon une étude publiée ce mois dans la revue scientifique PLOS ONE par Grzegorz Osipowicz et ses collègues de l'Université polonaise de Nicolaus Copernicus, un bâton percé orné trouvé en Pologne centrale fournirait des preuves d'échanges entre des communautés mésolithiques très éloignées les unes des autres.

Les artefacts et les matières premières peuvent donner un aperçu de la façon dont les communautés préhistoriques échangeaient des cadeaux, et des découvertes, tels par exemple que la pierre transportée pour sa signification technologique, ou des produits en métal ornant des tombes. Récemment, des chercheurs ont trouvé un bâton percé orné d'un bois d'origine inconnue sur le site de Gołębiewo 47 en Pologne centrale.

 

Pologne artefact

Lire la suite

Une pierre gravée de 3200 ans aurait parlé de Troie et du Peuple de la Mer

Une pierre gravée de 3200 ans aurait parlé de Troie et du Peuple de la Mer

 

Luvien inscriptions mini

 

Après le dernier article (hasard des découvertes !), nous restons donc dans l'antique Anatolie (aujourd'hui turque) mais nous nous rapprochons de la Mer Egée et de la Grèce, du côté des anciennes Phrygie et Troade...

Une dalle de pierre gravée d'une inscription de 3 200 ans , qui raconte l'histoire d'un Prince de Troie et peut-être aussi du mystérieux Peuple de la Mer, a été déchiffrée, ont annoncé le 07-10-2017 des archéologues. L'inscription sur la pierre, d'une longueur de 95 pieds (29 mètres), décrit la montée d'un royaume puissant appelé Mira, qui a lancé une campagne militaire menée par un prince nommé Muksus de Troie.

L'inscription est écrite dans une langue ancienne appelée Luvien que seuls quelques savants, estimés à pas plus de 20, peuvent lire aujourd'hui. Ces érudits comprennent Fred Woudhuizen, un savant indépendant, qui a maintenant déchiffré une copie de l'inscription...

 

Phrygie falaisesculptee

Phrygie, falaises sculptées de deux lions gardant une tombe royale ou un temple dédié à la déesse-mère Cybèle, qui était peut-être d'ailleurs représentée au milieu (?). Les marches ont disparu et une épée géante semble avoir brisé l'antique tombe creusée dans du tendre tuf volcanique...

Lire la suite

Anatolie : Découverte d'un nouveau site de 11500 ans

Anatolie : Découverte d'un nouveau site de 11.500 ans

 

Hasankeyf monticule 11500ans3 mini

 

Les découvertes très anciennes, de l'époque du site de Gobekli Tepe, devraient augmenter au fil du temps, et les datations sur un nouveau site situé dans le monticule de Hasankeyf sur le littoral de la rivière Tigris, dans la région anatolienne de la Turquie le confirment. Nous sommes donc à proximité de la ville antique de Hasankeyf, dans la province du sud-est de Batman de Turquie et c'est la cinquième étape des fouilles de la cité ensevelie, initiée par le projet Ilısu Dam HES et ses travaux de sauvetage du patrimoine culturel.

Le chef des fouilles à Hasankeyf, le professeur adjoint Mevlüt Eliüşük, a déclaré que 12 archéologues japonais travaillent également dans le monticule. " Les fouilles ont continué sur le site au cours des trois premiers mois, puis le recensement des constatations a été faiteLes analyses ont révélé que le site de Hasankeyf Mound remonte à 9 500 av. J.-C., il y a 11 500 ans ", a-t-il ajouté.

 

Hasankeyf monticule 11500ans

Lire la suite

Pérou : Découvertes de sculptures en bois dont un sceptre étonnant

Pérou : Découvertes de sculptures en bois dont un sceptre étonnant

 

Perou1 mini

 

C'est une découverte très intéressante qui vient d'être révélée dans les médias spécialisés péruviens, dans une antique cité précolombienne, située précisément au niveau de Chayhuac An - probablement la première grande enceinte entourant le premier Palais de la ville d'adobe de Chan Chan, dans la région nord de La Libertad, vers Trujillo, Pérou. Il s'agit de quatre sculptures en bois - interprétées comme représentant trois mâles et une femelle - un sceptre étonnant, des objets métalliques, des textiles et des restes de coquillages marins. Tous ces objets sont excavés d'une plate-forme funéraire et la quatrième sculpture en bois, assez abîmée, est toujours en train d'être délicatement extraite de sa gangue de sédiments durcis.

 

Perou4 apn andina

Lire la suite

Reliques étranges du Pérou : Les news au 30-09-2017

Reliques étranges du Pérou : Les news au 30-09-2017

 

Ap newmomies3 mini

 

Vous allez trouver un petit résumé des avancées de cet été, les quelques annonces qui sont apparues depuis le dernier article de la mi-juillet et la conférence de Lima tenue par Mr Maussan, journaliste mexicain, mais surtout par plusieurs scientifiques ayant le courage de parler de leurs examens et analyses sur ces corps biologiques découverts fin 2015 dans un site archéologique tenu encore secret par les pilleurs de tombes (huaqueros) à l'origine de la découverte (comme une grande majorité de découvertes péruviennes, quoiqu'en disent les archéologues locaux...).

Une première chose qui s'est produite en juillet est donc l'envoi par le chercheur Deï Mian d'un dossier complet des données en possession de l'Inkari Cuzco à BTLV (Bob vous dit Toute La Vérité) pour transmission aux scientifiques français (Mr Alain Froment notamment) en toute transparence et afin qu'ils étudient les choses avec de VRAIES pièces et non des montages ou mélanges de données comme lors des émissions précédentes de la radio alternative... Thierry Jamin a donné son soutien à cette initiative en insistant sur le fait qu'il a toujours voulu que les reliques et preuves disponibles soient analysées par un maximum de scientifiques (preuve qu'il n'y a aucune volonté de cacher quoi que ce soit), y compris des français. Ce n'est pas de sa faute si les scientifiques sont si frileux et moins curieux que la logique le voudrait...

Dans la foulée, le chercheur Deï Mian a annoncé avoir contacté et reçu un grand intérêt de la part de scientifiques britanniques, qui ont donc également reçu un dossier complet des données disponibles à cette date. "  De par mes contacts en Angleterre, nous avons des scientifiques de Cambridge, Cardiff, Glascow et Leicestershire universities qui ont déjà eu des rapports de l’affaire en main, et aussi étonnant que cela puisse paraître, leurs premières conclusions ont été bien différentes de celles des experts français qui ont exprimé une « conclusion hâtive » ". Et il y a eu aussi, question analyses scientifiques en cours, un apport de la part d'une scientifique française, neuroscientifique reconnue par ses pairs, qui s'est déplacée au Pérou en septembre et qui va pouvoir faire des analyses et séquences ADN dans un laboratoire français. De son côté, Michel Ribardière est en train de tenter de constituer (difficilement devant les à-priori) un groupe de scientifiques internationaux pouvant apporter un avis réfléchit après étude sur ces reliques, qui sont en majorité des corps momifiés artificiellement par de la terre de diatomée (très probablement), mais qui sont possiblement accompagnés de "poupées" ou "objets rituels" créés par les indiens locaux au fil du temps (comme c'est le cas d'objets assez similaires trouvés dans certaines tombes dans le passé, j'en ai déjà montré car il s'en trouve dans des musées...).

Quelques conférences ont eu lieu cet été, avec les participations de Deï Mian, Alain Bonnet et Michel Ribardière, avec la diffusion du reportage/historique de l'Alien Project, des explications et débats :

 

Conferenceseteap

Lire la suite

Croatie, cités englouties dans l'Adriatique

Croatie, cités englouties dans l'Adriatique

 

Ile de pag structures englouties4 mini

 

Si on regarde la configuration des fonds marins de la Méditerranée il y a environ 12000 à 10000 ans, juste avant la fin de la dernière grande période glaciaire et la fonte des glaces entraînant à la fois une montée des eaux et un rehaussement du socle continental suite à l'allègement du poids des glaces, on constate que de nombreuses côtes et îles/presqu’îles possédaient plus de surfaces habitables que de nos jours. C'est une évidence qu'auparavant comme aujourd'hui, l'être humain était très présent en bord de mer, pour de multiples raisons qui vont de la nourriture au climat marin souvent plus doux. La Mer Adriatique, entre l'Italie et les anciens pays yougoslaves, les Balkans, ne déroge pas à cette règle, avec de plus une très grande surface à l'air libre en remontant vers la Baie de Venise et Trieste par exemple (ville et baie qui nous démontrent d'ailleurs que la Mer monte toujours et de plus en plus). Le fait que le grand fleuve Pô déverse un gros volume de sédiments contribue néanmoins d'une part au comblement de certaines baies (le golfe d'Hadria, ville étrusque bâtie vers le 6ème siècle avant J.-C. et qui a donné son nom à la Mer a disparu suite à son comblage par les alluvions du Pô) et à la limitation de la montée des eaux par endroits. 

Il n'est dont pas très surprenant que de probables lieux de la préhistoire européenne soient engloutis dans l'Adriatique, mais que les boues sédimentaires font qu'ils sont inaccessibles du côté Ouest (italien) de la mer, alors que l'inverse se produit du côté Est, qui est géologiquement beaucoup plus karstique et découpé, composé de nombreuses îles et îlots... et de fonds accessibles. C'est dans ce contexte que des recherches archéologiques marines se développent de plus en plus le long des côtes de l'Est Adriatique. D'autant plus que plusieurs légendes et quelques textes nous informent que des cités ont possiblement été englouties, et que des pays ayant bénéficié de bons apports touristiques comme la Croatie par exemple possèdent plus de moyens financiers que d'autres et perçoivent l'intérêt touristique de ce potentiel attrait historique supplémentaire à la beauté des lieux et au climat...

Des découvertes récentes semblent aller dans ce sens, et même si on ne parle pas de sites préhistoriques très anciens comme au large d'Israel par exemple, les découvertes n'en sont qu'à leur début...

 

World 7000ans

La Terre (centrée sur l'Europe) à la fin de la dernière période glaciaire (les glaces ne sont pas indiquées)

Lire la suite

Portugal et Açores, des "cart-ruts" aussi

Portugal et Açores, des "cart-ruts" aussi

 

Cart rutsporto5 mini

 

Les plus connus se trouvent sur l'île de Malte, et j'en avais parlé ici, mais plusieurs autres régions du monde comportent ces traces jugées mystérieuses par plusieurs chercheurs, jugées comme étant l'oeuvre de civilisations antiques connues, comme celle des Romains par exemple pour d'autres... Cette dernière affirmation peut d'ailleurs être considérées comme étrange quand l'on sait qu'à Malte, par exemple, ces traces continuent en partie sous l'eau... et que la montée des eaux de la Méditerranée semble un peu trop lointaine pour que les Romains ou les Grecs soient impliqués dans ces traces. On reste tout de même avec deux hypothèses : une utilisation de ces sorte de 'rails" pour lancer des bateaux sur la mer (un travail sous-marins donc nécessaire par des anciens grecs par exemple) ou effectivement une civilisation préhistorique méconnue (en liaison avec les très nombreux "crânes allongés" (ou dolichocéphales) trouvés sur l'île ?) qui aurait fait ces traces avant la montée des eaux. Mais l'on sait aussi que l'île a été victime de plusieurs tsunamis (comme d'autres régions méditerranéennes), voir même qu'elle aurait pu s'affaisser assez récemment (séismes) et expliquer l'engloutissement de ces traces et même de plusieurs temples découverts au large... Les explications sont multiples et ouvertes encore...

Ces traces en forme de sillons souvent parallèles et de longue grandeur demeurent tout de même un mystère et plusieurs explications quant à leur objectif ont été émises, dont un système de traîneau (en bois car on n'en a retrouvé aucune trace) afin qu'un peuple mégalithique/préhistorique puisse déplacer de lourdes pierres afin de créer leurs structures de rituels ou autres (dolmens, menhirs, cairns ou habitations...). Certains pensent que les Phéniciens, voir Tartessos, pourraient aussi être ce peuple. Une autre explication logique est bien sûr l'utilisation de chars dans de la boue, les sillons des chars ayant durci au fil du temps... mais on ne retrouve pas de traces laissés par les chevaux dans la même boue durcie, ce qui est gênant (ni d'empreintes humaines à priori !), ce qui nous mène à un système peu crédible de "montagnes russes" préhistorique... et les géologues réfutent cette explication...

Restons sérieux et parlons donc de ces étranges "cart-ruts" également visible au Portugal et aussi aux Açores, fait intéressant suite à la (re)découverte de plusieurs pyramides anciennes sur les Açores (semblables à celles des Canaries) mais aussi de sites mégalithiques, dont j'ai largement parlé ici...

 

 

Açores, Madalena, à Valverde, Criação Velha et Sete Cidades, paysage de pyramides...

Lire la suite

France : Le disque astrologique antique de Chevroches

France : Le disque astrologique antique de Chevroches

 

Disque1

 

C'est une découverte assez peu connue du publique, du début du 21ème siècle, qui a été effectuée sur la commune de Chevroches, qui se situe à l’est du département de la Nièvre, à 3 km au sud-est de Clamecy. A la suite de constructions prévues, une fouille archéologique préventive officielle est pratiquée en 2001 – 2002 par une équipe de l’Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales, devenue l'Inrap. C'est une grosse surprise qui attend les archéologues : c'est toute une petite cité gallo-romaine qui émerge du sol, sur au moins 4 hectares et, avec les très nombreuses structures qui ont été découvertes, il faut noter la présence d’un vaste bassin monumental (26 m x 18 m, pour une profondeur de 2,30 m) et d’un édicule (sacellum ?) de plan carré.

Historiquement, l’occupation gallo-romaine s’est développée de façon soutenue depuis le second quart du Ier siècle de notre ère jusqu’au Ve siècle. Sur les lieux, les fouilles démontrent que l’activité métallurgique tient une place essentielle au IVe siècle (fer et bronze) et se répartie dans de vastes ateliers implantés au sein d’îlots séparés par des rues. Le mobilier est très abondant et se signale par des pièces de qualité remarquable dont quatre dépôts d’objets métalliques contemporains à cette époque (dont 2 trésors monétaires), dans un contexte d’enfouissement daté des années 350 ap. J.-C..

Parmi ces quatre dépôts, le plus fourni rassemblait plus de 200 objets (ou fragments) d’objets manufacturés, en bronze, en fer et en plomb. L’étude de ce dépôt a permis de reconnaître des outils (marteaux, compas, gradines, burins...), des éléments domestiques (clés en fer ou en bronze, chaînes, fragments de vaisselle, ...) ou de harnachement, des barres et des chutes de forge, des éléments de parure (fibules), ainsi qu’un élément de garniture ajourée de fourreau de couteau fafriquée dans l’atelier de Gemellianus, situé à Aquae Helveticae, l’actuel Baden, près de Zurich en Suisse. Le « disque » , très oxydé au moment de sa découverte, avait été rangé parmi les éléments de décor de harnachement. C'est sa restauration qui a pu révéler sa véritable nature...

 

Chevroches fouilles2 2002

Chevroches - Escalier en pierres qui permettait d’accéder à la pièce n° 3 (îlot A), depuis la terrasse supérieure ; il ne reste presque rien du bâtiment que cette dernière supportait.

Lire la suite

Lybie : Débuts de la recherche de la cité perdue de Barca

Lybie : Débuts de la recherche de la cité perdue de Barca

 

Cyrenaique mini

 

Noyez que la Lybie est l'ancien nom de la Libye selon Pline l'ancien, cité par Denis Diderot " Pline dit avec un peu d’exactitude, que les truffes de Lybie étoient plus charnues que les autres " (Denis Diderot, Jean Le Rond d’Alembert, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, Chez Briasson, 1765).   :)

 

Cela a été annoncé officiellement fin août 2017 par l'Autorité Archéologique Libyenne : un projet vient d'être planifié au sujet de la recherche de l'ancienne ville perdue de Barca, liée à une civilisation libyenne disparue et qui a été décrite dans les livres d'Histoire. Selon certains anciens écrits d'historiens, la ville disparue de Barca pourrait se situer aux alentours de la ville actuelle d'Al-Marij, qui est très ancienne, c'est donc là que les premières fouilles auront lieu...

Pour rappel, la ville de Barca (ou Barqa, ou Barka, appelée Barké ou Barce dans l'Antiquité) est mentionnée comme déjà existante avant l'arrivée des anciens Grecs dans la contrée, et serait devenue la capitale de l'ancienne province de Cyrénaïque, du temps des anciens Grecs. En fait, il faut distinguer la ville qui s'était étendue au fil du temps jusqu'à la mer pour y créer un port, et l'ancienne ville, située dans les terres... et qui a complètement disparue...

 

Annaleon almarij

Anna Leon proche de Al Marij sur un terrain propice aux fouilles... (Libya Observer)

Lire la suite

Tunisie : exploration de la cité engloutie de Néapolis

Tunisie : exploration de la cité engloutie de Néapolis

 

Uno luniversita a oristano 1 mini

Crédit photo : UNO – L’Università a Oristano

 

Ce n'est pas vraiment une surprise car le site de Néapolis est connu de longue date, mais l'exploration enfin réussie (après 7 ans de tentatives !) du port et d'une partie de la cité engloutie vient de donner un bon appui aux textes antiques sur la survenue d'un fort séisme suivi d'un tsunami le 21 juillet 365 après J-C, et qui aurait aussi d'ailleurs durement touché Alexandrie et la Crète. Un puissant séisme estimé à + 8 en magnitude aurait probablement provoqué l'affaissement du sol au niveau de la baie de Néapolis (près de l’actuelle Nabeul​) et un tsunami serait en plus venu engloutir les ruines du port et d'une bonne partie de la ville. 

Mais les explorations, depuis 2010 donc, par  l’Institut National du Patrimoine tunisien et l’Université italienne de Sassari, ont fini par découvrir d'autres détails importants sur la cité effacée des registres romains, grâce à des conditions météo très favorables cet été 2017...

 

Neapolis1

APS photos

Lire la suite

Brésil : Des français déterrent des objets de 23 000 ans

Brésil : Des français déterrent des objets de 23 000 ans

 

Brazil early occupation

 

Denis Vialou, du Musée national d'histoire naturelle de Paris, et ses collègues pensent avoir trouvé des artefacts de 23 000 ans dans le refuge de Santa Elina dans l'est du Brésil, selon un rapport publié dans Science News . Les artefacts, trouvés dans trois couches de sédiments, comprennent des objets en pierre et des plaques osseuses prises à partir de la peau de paresseux géants, qui ont été modifiées avec des encoches et des trous. Des foyers ont également été trouvés dans les couches de sédiments. Les sites d'occupation humaine précoce en Amérique du Sud se trouvent généralement le long de la côte.

 

090117 bb south america main

D. Vialou et al.  - l'Antiquité

Lire la suite

Crète : Une découverte incroyable qui complète les autres ?

Crète : Une découverte incroyable qui complète les autres ?

 

Crete empreintesfossiles 5 7ma3

 

Ce n'est pas une découverte récente, car elle date de 2002 (par un géologue polonais sur le site de Trachilos, en Crète), mais ces empreintes de probables homininés viennent d'être datées de... - 5,7 millions d'années ! Ce qui provoque bien sûr immédiatement une polémique entre scientifiques...

Mais cette nouvelle découverte est pourtant, en quelque sorte, complémentaire à d'autres découvertes effectuées dans la région, à commencer par les preuves qui se multiplient sur la présence, justement, d'un hominine possiblement ancêtre d'hominidés et même de l'Homme Moderne (remettant en question la naissance de ce dernier en Afrique !), c'est à dire le Graecopithecus (-7,2 Ma), un primate qui vient d'être reclassifié en homininé, dont j'ai parlé récemment dans cet article...

Mais il y a eu d'autres découvertes en Crète et îles environnantes, moins connues (ou volontairement oubliées par la science officielle ?) : celles d'un nombre très élevé d'outils de pierre très ancien et même de sructures (terrasses mégalithiques) englouties comportant ces mêmes outils de pierre très anciens, dont j'avais parlé ici...

Toute une conjonction de découvertes anciennes et récentes qui pourrait confirmer qu'un ancêtre de l'homme moderne, voir ce fameux "chaînon manquant" ancêtre à la fois des primates et du genre Homo, vivait déjà en Europe avant même que les Australopithèques africains n'existent ! Y compris à la période où la Mer Méditerranée était en très grande partie asséchée par la fermeture du détroit de Gibraltar, entre 5,5 et 5,9 millions d'années...

 

Crete empreintesfossiles 5 7ma1

Mais parlons de cette nouvelle découverte :

Lire la suite

ODH TV Reportages 2016-2017

ODH TV Reportages 2016-2017 - MAJ Episode 8

 

Rochertortue mini

 

Episode 01: Ovni et mégalithes, y'a-t-il un lien ?

Lire la suite