France

Medoc tumulus3 500

Médoc, France : fouille d'un tumulus préhistorique

Médoc, France : fouille d'un tumulus préhistorique

 

Medoc tumulus3 500

 

 

Le site du Tumulus des Sables se trouve dans la petite ville de Saint-Laurent-Médoc, à 40 kilomètres au nord-ouest de Bordeaux. Il a été découvert par accident en 2006 lorsque des enfants curieux, en fouillant dans le jardin d’enfant d'une maternelle, ont retiré des restes humains du sol.

Les archéologues ont été amenés sur place et, à partir de l'ancien fouillis de poteries et d'os retrouvés, le site a été rapidement identifié comme un tertre funéraire, une zone de terre surélevée située au sommet d'une tombe. L’association d’un tertre, d’une faible élévation, de restes humains disloqués et de céramiques a orienté en 2010 l’équipe d’archéologues vers l’identification d’une sépulture collective appartenant à la culture campaniforme.

L’étude du site a révélé une première occupation funéraire à la fin du néolithique. Le lieu accueillait une trentaine d’individus. Une vidange partielle de la première sépulture a été effectuée comme en témoigne la découverte de nombreux vestiges.

Les sépultures étaient accompagnées de mobiliers funéraires. Les archéologues ont mis à jour des vases en céramique, des points de flèches et de rares éléments en cuivre. La parure était constituée de perles en dentales (un petit coquillage marin en forme de tube), en calcaire, accompagnées de boutons en os.

 

Medoc tumulus2

L'équipe des scientifiques à l'œuvre sur le site du tumulus des Sables à Saint-Laurent en 2010. Patrice Courtaud, anthropologue au laboratoire de l’université Bordeaux 1, et Antoine Chancerel, conservateur de patrimoine au Musée national de préhistoire aux Eyzies-de-Tayac (24), entourés d’étudiants qui viennent du monde entier, ont procédé à un enregistrement méticuleux de chaque vestige. PHOTO P. V. VALLADE PIERRE

 

9 ans après le réenfouissement du site pour rendre le terrain à la maternelle, les études biochimiques sont enfin publiées en avril 2019 :

Le monticule funéraire préhistorique situé dans le sud-ouest de la France a été utilisé et réutilisé par des habitants pendant plus de deux millénaires consécutifs, selon une analyse des os et des dents du site. Mais des céramiques remontant au néolithique moyen - vers 5500 ans avant notre ère - et jusqu'à l’âge du fer - vers 1000 ans avant notre ère - ont également été découvertes sur le site, montrant que le site a été habité ou visité pendant près de 4500 ans.

Il s'avère donc que le site a été occupé et réoccupé sur une longue période, en particulier par une civilisation s'étant répandu dans toute l'Europe, l'une des premières probablement, d'après le style de poteries découvertes et quelques dents humaines :

Lire la suite

Corse etrusque1 500

Corse, France : découverte d'une tombe étrusque en hypogée

Corse, France : découverte d'une tombe étrusque en hypogée

 

Corse etrusque1 500

 

Une équipe d’archéologues de l’Inrap fouille actuellement une exceptionnelle sépulture étrusque à Aleria-Lamajone (Haute-Corse, France). Menée sur prescription de l’État (DRAC Corse), cette fouille a mis en évidence deux tronçons de voies et une nécropole étrusque et romaine. La découverte, parmi les sépultures, d’une tombe étrusque en hypogée creusée dans la roche, a entraîné la publication d’un arrêté complémentaire de prescription de fouilles.

Située à quelques centaines de mètres de la cité antique, bordée de voies de circulation romaines, la fouille de la nécropole s’étend sur un hectare. L’état de conservation des sépultures est remarquable, l’acidité des sols en Corse entraînant habituellement la destruction des ossements. Plusieurs pratiques funéraires sont représentées : inhumations en fosse, en coffrage de maçonnerie, sépultures en coffrage de bois cloutés, bûchers funéraires, etc. Les sépultures ont délivré un impressionnant mobilier de prestige : plus de deux cents objets dont une centaine de vases complets, datés du IVe siècle avant notre ère jusqu’au IIIe siècle de notre ère.

 

Corse etrusque3

Tombe étrusque, avec, au premier plan, les marches et le couloir conduisant à la chambre funéraire initialement creusée dans la roche. - Denis Gliksman, Inrap

 

Parmi l’enchevêtrement de sépultures, les archéologues de l’Inrap viennent de mettre au jour une tombe étrusque en hypogée, une chambre funéraire souterraine, généralement destinée à des personnages de haut rang. Ce modèle de tombe à chambre avec un couloir n’a pas été mis au jour en France depuis plus de quarante ans.Une volée de marches débouche sur un couloir de 6 mètres de long, donnant accès à la chambre funéraire. À plus de deux mètres de profondeur, celle-ci est encore intacte, obturée par un amas d’argile, de tessons, de cailloux et de charbons. Les archéologues émettent l’hypothèse que ce scellement a été ouvert puis colmaté à plusieurs reprises, afin de déposer dans la chambre de nouvelles offrandes, voire de nouveaux défunts. La position de l’hypogée au sein de la nécropole a nécessité de fouiller au préalable les sépultures contigües. L’effondrement naturel du plafond et le colmatage de la chambre au fur et à mesure du temps, ont contraint l’équipe de l’Inrap à la fouiller depuis son sommet (suite ci-dessous) :

Lire la suite