théologie

Toujours pas de nouvelles du papyrus en copte

Des nouvelles du papyrus en copte affirmant que Marie-Madeleine était la femme de Jésus - MAJ 11-04-14

 

 

" Quatre mots sur un fragment de papyrus jusqu'alors inconnu fournissent la première preuve que certains des premiers chrétiens croyaient que Jésus avait été marié ", a dit le professeur à Harvard, Karen King, au 10e Congrès international des études coptes en septembre 2012. On a donc appris à l'époque que ce document avait été révélé en 2010 et dormait depuis longtemps.

King, le professeur en titre de Théologie à Harvard Divinity School, a annoncé l'existence de l'ancien texte lors de la réunion du congrès, qui se tient tous les quatre ans et accueilli en 2012 par l'Institutum Patristicum Augustinianum du Vatican à Rome. Les quatre mots qui apparaissent sur le fragment se traduisent par " Jésus leur dit : ma femme. " Les mots, écrits en copte, une langue des chrétiens égyptiens, sont sur un fragment de papyrus de 1 inche et demi sur 3 inches (3,81 cm sur 7,62 cm).

Roger Bagnall, director of the Institute for the Study of the Ancient World in New York City, believes the fragment to be authentic based on examination of the papyrus and the handwriting. Photo © Karen L. King

Un côté du fragment contient huit lignes incomplètes de l'écriture, tandis que l'autre est gravement endommagé et l'encre est fanée d'une telle manière que seulement trois mots et quelques lettres individuelles sont encore visibles, même avec la photographie infrarouge et l'amélioration des photos avec l'ordinateur. Malgré sa petite taille et mauvais état, King a dit que le fragment fournit des aperçus aguichants des questions sur la famille, les disciples, et le mariage que posent les chrétiens antiques.

King et sa collègue Anne-Marie Luijendijk,  professeur agrégée de religion à l'Université de Princeton, croient que le fragment fait partie d'un évangile récemment découvert. Leur analyse du fragment est prévue pour une publication dans le numéro de Janvier 2013 de Harvard Theological Review, une revue par leurs pairs.

King a publié un avant-projet du document, un segment de questions-réponses approfondies sur le fragment et sa signification, et des images de lui, sur une page du site de la Divinity School.

Le fragment déchiré brun-jaune appartient à un collectionneur privé anonyme qui a contacté King pour l'aider à traduire et l'analyser. Le collectionneur a joint King avec une lettre du début des années 1980 indiquant que le professeur Gerhard Fecht de la faculté d'égyptologie à l'Université libre de Berlin croyait qu'il est la preuve d'un possible mariage de Jésus.

King a dit que lorsque le premier propriétaire l'a contactée au sujet du papyrus, en 2010, " je ne croyais pas qu'il était authentique, et lui ai dit que je n'étais pas intéressée. " Mais le propriétaire était persistant, de sorte qu'en Décembre 2011, King l'a invité à l'amener à son labo à Harvard.

Après l'avoir examiné en Mars 2012, King a amené le fragment à New York et, avec Luijendijk, le transmet à Bagnall pour qu'il soit authentifié. " Lors de l'examen de Bagnall des moyens utilisés pour l'écriture, que l'encre avait pénétré, avait interagi avec le papyrus et que d'autres facteurs susceptibles de confirmer son authenticité existaient, le travail sur l'analyse et l'interprétation du fragment a commencé sérieusement ", dit King.

On sait peu sur la découverte du fragment, mais il est censé provenir de l'Egypte, car il est écrit en copte, la forme de la langue égyptienne utilisée par les chrétiens là-bas au cours de la période impériale romaine. Luijendijk a suggéré qu '« un fragment aussi endommagé venait probablement d'un ancien tas d'ordures, comme tous les premiers restes du Nouveau Testament." Parce qu'il est écrit sur les deux côtés du fragment, il appartient clairement à un livre ancien, ou un codex, et pas à un rouleau ", dit-elle.

Lire la suite