video

France : quand des anglaises voient des spectres

France : quand des anglaises voient des spectres

 

The french pavilion in the gardens of the petit trianon and marie antoinette

Le petit pavillon du jardin français du Petit Trianon et Marie-Antoinette

Le petit Palais du Petit Trianon, situé dans le parc du château de Versailles, à une quinzaine de kilomètres de Paris, fut construit par le célèbre architecte Ange-Jacques Gabriel (qui fit aussi entre autres la Place de la Concorde et l'Ecole Militaire) pendant les an­nées 1760 pour le roi Louis XV, qui le destinait à sa favorite, Mme de Pompadour, qui décéda avant l'achèvement de son cadeau. Le Roi l'of­frit donc à sa nouvelle maîtresse, Madame du Barry. Par la suite, il devint l'une des résidences fa­vorites de l'infortunée Marie-Antoinette, l'épouse de Louis XVI exécutée pendant la Révolution française.

 

Petit trianonLe petit Trianon

Des années plus tard, le 10 août 1901, le Petit Trianon reçut la visite de deux touristes anglaises, Miss Charlotte Moberly, direc­trice d'un collège de jeunes filles d'Ox­ford, 55 ans, et Miss Eleanor Jourdain, son ad­jointe, 33 ans - deux femmes d'une grande intelligence jouissant d'une excellente ré­putation,  filles de ministres anglicans renommés, les deux dames n’étaient guère portées sur l’occultisme et le fantastique. Elles voulaient, disaient-elles, garder intacte la foi inculquée par leurs pères.. Pendant qu'elles parcouraient ses jardins, elles y virent des gens et des aménagements qui, sur le moment, leur parurent réels quoique étranges, mais qui, par la suite, se révélèrent ne pas appartenir du tout au début du XXe siècle. Après avoir parcouru les salles du château, elles décidèrent de visiter les deux Trianon. « Elles sortirent du château par le passage habituel qui, à droite de la Cour de Marbre, mène au parc ; elles traversèrent le parterre d’eau, descendirent les marches du bassin de Latone ; elles longèrent le tapis vert et, suivant l’allée transversale qui part du bassin d’Apollon, elles tournèrent ensuite à gauche, empruntant l’allée qui passe sous le petit pont, laissant sur leur droite l’ancien Corps de Garde et l’enclos des Glacières. Elles pénétrèrent ainsi dans le domaine de la Reine par une porte voisine de la Maison du Jardinier. » (Guide de Versailles mystérieux, p. 275) :

Lire la suite

Irlande : nombreuses structures cachées à Newgrange

Irlande : nombreuses structures cachées à Newgrange

 

Newgrange newstructures uk 600

 

J'ai déjà eu l'occasion de parler un peu de ces étonnants monuments préhistoriques qu'est Newgrange Passage, en Irlande, daté officiellement de plus de 5200 ans avant maintenant, et de montrer quelques photos.

 

Irlande newgrange4

Newgrange Passage, Tombeaux de Downth

 

Newgrangetomb ireland

 

Le Newgrange est un gigantesque tumulus de pierre circulaire de 80 mètres de large et de 13 mètres de haut. À la base de ce grand monticule de pierre, nous retrouvons 97 énormes pierres alignées et dont certaines sont richement décorées et nous font découvrir l’art mégalithique. A l’intérieur, un passage de 19 mètres de long menant sur une chambre funéraire cruciforme. Vu le travail qu’à du demander la construction de ces édifices, nous supposons que la population installée dès lors était déjà très organisée, avec une répartition des tâches impeccable. Construit il y a plus de 5200 ans (3200 av. JC env.), Newgrange est l’un des sites archéologiques les plus populaires en Irlande. Cet ancien tumulus préhistorique est encore plus ancien que le Stonehenge d’Angleterre ou que les Pyramides de Giza en Egypte. Celui-ci a été construit pendant l’Âge de Pierre par un peuple de fermiers occupant les terres de Boyne Valley. Selon les archéologues, Newgrange aurait été construit pour servir de tombeau mais aujourd’hui plusieurs scientifiques s’accordent à dire que ce tumulus est bien plus qu’une simple sépulture. Celui-ci serait en effet plus un lieu spirituel, religieux et astrologique où des cérémonies auraient pu se dérouler.

 

Newgrangetomb ireland2

Comme de nombreux autres monuments construits à travers le monde, il semblerait que Newgrange ai été pensé et construit pour servir de calendrier aux peuples anciens. En effet, d'après les études de l’observatoire de Sir Norman Lockyer, chaque année le soleil pénètre dans la chambre funéraire centrale à 9h17 pile le jour du solstice d’hiver (21 décembre) et reste pendant 15 minutes. Une précision des plus étonnantes qui n’est pas due au hasard et qui nous en dit davantage sur les capacités de ces peuples anciens.

 

Un programme de photographies aériennes s'est déroulé cet été 2018 au-dessus de Newgrange, et les premiers résultats ont été publiés ce début d'année 2019. Et ces résultats non seulement confirment les nouvelles impressions des archéologues mais en confirment d'autres, principalement sur l'incroyable travail effecué au niveau des modifications et adaptations des paysages locaux afin qu'ils correspondent probablement aux concepts sociaux, spirituels et scientifiques de l'époque (néolithique), au niveau de l'astronomie en particulier. Cette approche nouvelle des capacités des hommes préhistoriques (nous ne sommes pas encore dans l'antiquité locale à cette période) à modifier et utiliser les accidents du paysages a déjà été en partie démontrée dans la suite de mes articles parlant des structures anciennes (géoglyphes surtout) mieux visibles du ciel que du sol... Voici encore une pierre de plus à ce moulin qui a de plus en plus de grain à moudre...

Le Service national des monuments d'Irlande utilise des photographies aériennes haute résolution de l'entreprise Bluesky pour cartographier et enquêter sur un Henge géant (cercle ou tumulus de pierre) âgé de 4 500 ans.

La structure circulaire, située sur le site du patrimoine mondial de l'UNESCO de Brú na Bóinne, témoigne de travaux de terrassement préhistoriques. Elle a été observée pour la première fois par des chercheurs équipés de drones. À la suite de la découverte, le Service des monuments nationaux du Département de la culture, du patrimoine et de Gaeltacht a procédé à de nombreuses opérations de reconnaissance aérienne, notamment en chargeant Bluesky Ireland d’enquêter sur l’enceinte de Newgrange.

 

 

 

« Cette nouvelle information est une illustration graphique de l'étendue et de la densité des sites rituels et cérémoniels associés au tombeau de Newgrange Passage », a commenté Joseph Madigan, ministre de la Culture, du Patrimoine et du Gaeltacht. « Ces nouvelles données archéologiques étonnantes fournissent des informations nouvelles, spectaculaires et uniques sur les origines et le développement du paysage et de la société du néolithique. »

L'été 2018 a été exceptionnellement sec. Les mois de juin et de juillet ont été proches de la sécheresse. Ces conditions avaient déjà révélé les traces de récolte d'anciens châteaux et de forts de l'âge du fer en Angleterre et au pays de GallesAnthony Murphy, chercheur et photographe, a donc décidé de survoler la vallée de la Boyne avec son drone. Il a repéré une grande marque de culture circulaire sur des terres agricoles dégagées, indiquant la présence d'éléments archéologiques enfouis.L'enquête suivante allait révéler de nouveaux éléments particulièrement parlants pour les spécialistes, voir ci-dessous :

Lire la suite

OVNIs : les premiers rapports des pilotes d'avions

OVNIs : les premiers rapports de pilotes d'avions

OVNI et Pilotes de Chasse 2

Ovni pilote 1

Cet article plus ancien est à intégrer dans le dossier "OVNI et Pilotes de Chasse" dont voici le premier volet : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-et-pilotes-de-chasse-les-cas-1976-et-1980.html

Officiellement, et avec la déclassification de plusieurs documents par le gouvernement américain, ce n'est plus en 1947 que les "premières soucoupes volantes" ont été vues (par un certain Kenneth Arnold) mais au minimum en 1944.

Tout avait commencé une nuit de no­vembre 1944. Pour la première fois, un pi­lote connut l'effrayante sensation de se trouver en présence de « quelque chose venu d'ailleurs ».

En patrouille au-dessus du Rhin, entre Haguenau et la ville allemande de Neus-tadt, un pilote de la 2e escadre de l'U.S. Air Force, le lieutenant Schluter, vit apparaî­tre une dizaine de sphères rouges volant à très grande vitesse. Elles vinrent se placer à l'arrière de son appareil. Quelque peu in­quiet de ces présences insolites, le lieute­nant prit contact avec l'une des stations radar qui contrôlait cette zone :

-   J'ai une dizaine d'engins aux fesses. Et ils vont vite ! Qu'est-ce que c'est?

Le contrôleur rigole :

-   C'est tes anges gardiens ! Je n'ai rien sur mes écrans !

Schluter décide de se rendre compte. Manche au ventre et palonnier engagé à fond, il amorce un virage cabré très serré, bascule son « P 51 » et pique sur les sphè­res. Celles-ci disparaissent aussitôt à une vitesse fulgurante. Elles réapparaissent deux minutes plus tard, mais se maintien­nent cette fois à distance respectueuse. Elles restent ainsi pendant six minutes, puis descendent à une altitude inférieure à celle de l'avion, reprennent leur vol hori­zontal, et disparaissent définitivement. De retour à sa base de Dijon-Longvic, l'officier établit un rapport sur son étrange ren­contre, le premier sans doute du dossier américain des OVNI.

C'était aussi la première d'une très lon­gue série d'apparitions inexplicables, dont furent victimes les pilotes alliés et les pilo­tes allemands, chacun soupçonnant l'autre d'avoir mis au point une nouvelle arme se­crète. Rapidement surnommées « chasseurs fantômes » ou « foo-fighters », ces boules de lumière avaient un diamètre d'une cin­quantaine de centimètres. Étaient-elles téléguidées depuis un astronef de comman­dement évoluant à très haute altitude? Ces « sondes » répercutaient-elles leurs infor­mations sur l'altitude, la vitesse et la ma­niabilité des appareils qu'elles escortaient?

Un engin matériel, comme ceux qui ap­parurent plus tard, aurait pu se trouver sous le feu des canons ou des mitrailleuses des avions, des barrages de flack, ou plon­gés en plein combat aérien. Ces boules de lumière immatérielles avaient l'avantage, elles, d'être invulnérables.

Ce fut le début d'une surveillance qui s'est poursuivie sans relâche, et qui s'éten­dit à l'Espace dès le lancement des pre­miers satellites...

 

1952-1-ovni-ufo-north-korea-1952-1-1.jpg1952, Corée du Nord

 

La rencontre de Kenneth Arnold avec neuf disques argentés survolant le mont Rainier, le 24 juin 1947, ouvre l'ère des « soucoupes volantes », bien qu'un article de presse américain datant de la fin du 19ème siècle y fait déjà mention de la vision d'une "soucoupe volante"... Quelques mois plus tard, le 7 janvier 1948, le capitaine Mantell trouve la mort dans des circonstances inexpliquées alors qu'il tente d'intercepter un énorme OVNI dans le ciel du Kentucky. http://www.forum-ovni-ufologie.com/t10469-1948-ovni-le-crash-de-thomas-mantell Ces deux grands « classiques » du dossier OVNI font trop souvent oublier que des centaines de pilotes, civils ou militaires, de toutes nationalités, ont eux aussi rencontré des OVNI dans tous les cieux du monde au cours des trente dernières années. Tous les rapports concernant ces « incidents de vol » n'ont pas été divulgués, les pilotes - qu'ils soient civils ou militaires - ayant reçu, dans la plupart des pays, de très sévè­res consignes de silence, assorties le plus souvent de menaces de sanctions discipli­naires.

cpt-mantell.jpgCapitaine Mantell

trois chasseurs pulvérisés

L'une des plus spectaculaires parmi ces premières rencontres s'est déroulée le 15 juin 1951 dans le ciel du Vaucluse. Elle fit l'objet d'un rapport officiel au bureau scientifique du Ministère de l'Air :

Lire la suite

Alien Files - Saison 1

Alien Files - Saison 1 -

 

Unsealed alien files2

Le 8 Avril 2011, le FBI a dévoilé le Vault, la déclassification de décennies de documents top secrets du gouvernement américain pour la première fois.

Ces documents portent sur des sujets qui ont frappé les théoriciens du complot au cours des dernières décennies. Les fichiers contiennent également des milliers de rapports d'observations d'ovnis et de l'activité extra-terrestre (ou autre, il n'y a pas que la théorie "aliens" qui existe !). The Alien fichiers tentent de découvrir la vérité derrière ces documents Secrets et offrent un regard de première main sur les mystères de l'univers.

Les documents Alien Files enquêtent sur les fichiers récemment publiés concernant des rencontres extraterrestres et d'OVNI, rendus accessibles au public en 2011 par le Freedom of Information Act. Chaque semaine, Alien Files aborde un cas alien convaincant par l'ouverture de ces dossiers secrets auparavant hors-limites. Sur la base de l'information nouvellement découverte, la série ré-examine les preuves clés et suit des pistes de développement.

Alien Files examinent les observations d'OVNIS de masse, des enlèvements de personnes, les dissimulations des gouvernements (et encore récemment fin 2017 avec les révélations liées au Pentagone et les dernières nouvelles des aliens de partout dans le monde. Nous plongeons dans le "photoshopping» de l'espace, la valeur de Wikileaks, et le rôle des médias sociaux joué dans des histoires exotiques. Enfin, nous examinons ces documents nouvellement libérés pour voir comment des visites extra-terrestres peuvent avoir une incidence sur notre passé, et l'influence qu'ils peuvent avoir sur notre avenir.

http://www.imdb.com/title/tt2435226/fullcredits?ref_=tt_ov_st_sm

http://www.unsealedfiles.com/the-conspiracy-files

Saison 1 : 22 épisodes

Saison 2 : 16 épisodes (lien à venir)

Unsealed alien files

 

  Alien Files S01E01 Guide de survie face aux extraterrestres

Le "Projet planète Bleue" (Blue Planet Project) est un document anciennement classé top secret renfermant des notes prises par un scientifique qui, selon les rumeurs, aurait été missionné par le gouvernement américain pour aller sur des sites supposés de crashes extraterrestres, afin de recueillir le maximum d'informations sur leur existence. Certaines technologies et infrastructures y seraient annotées et décrites méticuleusement.

Le livre révèle également l'existence d'expériences, d'enlèvements et de villes extraterrestres souterraines. La population est bien entendu très loin de se douter de tout ce qui est relaté dans ce document. Mais qui a bien pu en être à l'origine ? Il semble que ce soit un scientifique dénommé Jefferson Souza, qui aurait participé à bon nombre de projets top secrets. Il explique dans son recueil que plus de 160 races d'extraterrestres sont déjà venues sur terre, mutilant le bétail et enlevant des humains. Certaines heureusement étant pacifiques. Il explique également qu'un traité aurait été signé entre les extraterrestres et les gouvernements aux termes, duquel ils auraient accédé à des technologies extraterrestres.

Une immense base souterraine se trouverait à Dulce au Nouveau Mexique. C'est en son sein que seraient cachés des extraterrestres travaillant main dans la main avec le gouvernement. De nombreux témoignages confirment cette thèse.

Jefferson Souza aujourd'hui est introuvable. Mais ce livre soulève tout de même certaines questions. Sommes-nous vraiment seuls ? Est-il possible que des extraterrestres se cachent parmi nous au quotidien ? Les gouvernements mènent-ils des opérations secrètes à l'abri des regards ?

 

Alien Files S01E02 Déchiffrer le code extraterrestre

Depuis des millénaires, les extraterrestres tenteraient d'entrer en contact avec les hommes : aujourd'hui un de leurs messages aurait été décodé.

 

Alien Files S01E03 Los Angeles cité des aliens

Les apparitions d'extraterrestres dans la région de Los Angeles n'ont rien de surprenant quand on étudie le relief sous-marin de la côte californienne :

Lire la suite

Nouveau dossier : Spécial Caraïbes

Nouveau dossier : Spécial Caraïbes

 

Bimini routeouportenglouti1

 

Un nouveau dossier (regroupant de nombreux articles de ce site) a été créé aujourd'hui ! Vous pouvez le voir en cliquant, dans le menu du haut, sur "Autres Pages", ou ici via ce lien :

http://www.sciences-faits-histoires.com/pages/dossier-special-caraibes.html

 

Je vous en souhaite bonne lecture (visualisation car il y a quelques vidéos) !

Yves Herbo, SFH, 10-12-2018

Sibérie : Grotte de Denisova, nouvelle découverte

Sibérie : Grotte de Denisova, nouvelle découverte

 

Denisova diadememammouth

Les fragments du diadème en os de mammouth laineux, d'autres fragments sont recherchés. Image: siberiantimes

 

 

Décidément, les découvertes étonnantes s'enchaînent dans la devenue célèbre Grotte de Denisova, qui a apporté les premières preuves de l'existence d'un nouveau cousin d'Homo Sapiens, le Dénisovien, qui a fini par être reconnu par la communauté scientifique comme étant issu d'une nouvelle branche du genre humain. Autrement dit, un ancêtre commun (encore inconnu) a donné au moins trois branches distinctes de l'arbre de Homo sapiens : l'Homme Moderne, Néandertalien et Dénisovien. Et si l'on en croit certains généticiens, une quatrième branche est détectable au niveau de l'ADN, mais encore totalement inconnu. Une chose est maintenant certaine, on trouve de l'ADN de néandertalien dans celui de l'Homme Moderne (surtout au niveau européen), mais aussi de l'ADN dénisovien (surtout au niveau Australie et Papouasie). Et on trouve aussi des preuves ne mixité entre néandertaliens et dénisoviens. En notant que ces croisements entre "cousins" ont probablement aussi donné une espèce hybride, dont un exemplaire a été aussi trouvé à Denisova.

Voici en tout premier lieu, pour retracer l'historique des découvertes, les articles précédents concernant Denisova :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-analyses-genetiques-des-neandertaliens-et-des-denisoviens-revelent-une-autre-espece-inconnue.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-cranes-de-denisoviens-enfin-decouverts.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-scientifiques-confirment-qu-un-bracelet-a-40000-ans.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouverte-de-la-fille-d-une-neandertalienne-et-d-un-denisovien.html

 

Rappelons que les découvertes d'os de doigts et de fragments de cranes n'ont pas encore permis de reconstituer physiquement l'Homme de Denisova et que nous ne connaissons toujours pas son apparence physique. La découverte cet été des fragments d'un diadème en os de mammouth semble indiquer qu'il avait un large crâne, plus gros que celui des néandertalien et de l'homme moderne à priori. Et il semble bien aussi que Dénisovien était plus avancé techniquement que ces deux derniers d'après les datations de ces artefacts !

La découverte remarquable d'un diadème a été faite cet été dans la célèbre grotte sibérienne où, pendant de nombreux millénaires, Homo sapiens (Homme moderne) a côtoyé des Néandertaliens éteints et une autre branche d'un homme ancien, Dénisoviens, disparue depuis longtemps.

On suppose que le diadème - ou tiare - a été fabriqué par des Dénisoviens, déjà connus pour avoir eu la technologie il y a environ 50 000 ans pour fabriquer des aiguilles élégantes en ivoire et un bracelet en pierre sophistiqué et magnifique. 

La tiare est peut-être la plus ancienne de ce type au monde. Elle semble avoir eu une utilisation pratique: garder les cheveux hors des yeux; sa taille indique qu'il était destiné aux hommes et non aux femmes.

Une autre théorie, bien que liée aux diadèmes fabriqués 20 000 ans plus tard par les habitants de la Yakoutie au bord de la rivière Yana, est qu’ils auraient pu désigner la famille ou la tribu d’un homme ancien ou dominant, agissant comme un passeport ou une carte d’identité.

 

Denisova reconstitutiondiademe

La tiare paléolithique peut être datée d’environ 45 000 à 50 000 ans. Image: siberiantimes

 

Les marques qui y figurent indiquent qu’elle avait été «usée» avant d’être jetée dans une caverne considérée par les archéologues comme l’un des trésors les plus significatifs de l’homme ancien au monde : voir la suite ci-dessous : 

Lire la suite

Australie : la plus ancienne trace de maçonnerie au monde ?

Australie : la plus ancienne trace de maçonnerie au monde ?

 

Australie jawoyn1

 

Cela ne fait que quelques années que le peuple Jawoyn a autorisé l'étude de 'Gabarnmung', considéré comme sacré et caché depuis des siècles. Situé dans le sud-ouest d'Arnhem, en Australie se trouve un monument en pierre créé par les Australiens d'origine il y a 50 000 ans. Cette partie du pays de Jawoyn, Nawarla Gabarnmung est un exemple incroyable d'ingénierie d'un abri sous-roche jamais vu ailleurs à cette époque de l'histoire ancienne. Signifiant «trou dans le rocher», «passage» ou «vallée ouverte du centre» par le peuple Jawoyn, Jawoyn Elder, Margaret Katherine, a la responsabilité de veiller à la sécurité de cet endroit très spécial aujourd’hui :

 

Margaret explique l'importance du partage des connaissances avec les blackfullas et les whitefullas.

 

Ce monument [de passage] ou «transformation d'un espace protégé» créé par les mains habiles des ancêtres Jawoyn est le plus ancien exemple connu au monde de modification d'une fondation en pierreLes gisements de charbon découverts au-dessus des couches les plus basses présentent un âge moyen de 49 350 ans calibrés avant le présent !

Le travail effectué à Gabarnmung par ces anciens ingénieurs n’avait peut-être pas besoin des mathématiques précises pour construire une grande pyramide, mais il valorisait tout autant les mathématiques et la connaissance intelligente du travail de la pierre sur une longue période. L'abri a été construit en creusant un tunnel dans une falaise naturellement érodée. Le toit mesure 1,75 m à 2,45 m au-dessus du sol, supporté par 50 piliers créés par l'érosion naturelle des lignes de fissures dans le substrat rocheux. 36 piliers ont été peintsCertains piliers préexistants ont été supprimés, certains ont été réaménagés et d'autres ont été transformés. Dans certaines zones, les dalles de plafond ont été enlevées et repeintes par l’ancien peuple Jawoyn qui utilisait l’abri.

 

Australie jawoyn2

“Certaines des plus anciennes peintures d'art rupestre au monde se trouvent à Gabarnmung” voir ci-dessous :

Lire la suite

Sodome et Gomorrhe détruites par un astéroïde ?

Sodome et Gomorrhe détruites par un astéroïde ?

 

Jordanie tall el hammam 32 728

 

Un bilan de plusieurs années d’étude au sujet du site de Tall El-Hammam, situé au sud de la vallée du Jourdain, à environ 14 kilomètres au nord-est de la mer Morte, a été exposé récemment lors de la réunion annuelle de l’American Schools of Oriental Research. C'est l’archéologue Steven Collins de la Trinity Southwest University aux États-Unis, qui mène des fouilles des lieux depuis plusieurs années dans le cadre du Tall el-Hammam Excavation Project avec des collègues, qui en est le principal rapporteur. Je parle déjà des recherches de Steven Collins en 2012, voir le lien tout en bas...

Notons que ce site de Tall el-Hammam semble être considéré comme l'une des plus grandes villes antiques de l'âge du bronze au Proche-Orient et que le chercheur suppose qu’il peut correspondre aux villes de Sodome et Gomorrhe de la Bible, à l'instart d'autres villes citées dans cet ancien texte, découvertes au fil du temps. Pour rappel, ces villes sont décrites dans les textes comme des lieux de perdition, qui finissent par attirer la colère divine et qui sont donc détruites en réaction par le soufre et le feu...

 

Jordanie0

 

Les études locales semblent indiquer un tout autre scénario sur la destruction de ces villes, qui aurait été interprétée d'une façon religieuse par les prêtres :

Lire la suite

Apparitions Mariales et OVNIs

APPARITIONS MARIALES ET OVNIS - 1 -

 

cairo.jpg

virgin.jpg

Zeitoun, Egypte, 1968-1969

 

Généralement l’Eglise fait preuve d’une très grande prudence avant de canoniser un saint ou de reconnaître un miracle et les esprits scientifiques — rationalistes impénitents ou non — ne pourront, en l’occurrence, que lui donner raison; nous en avons justement présentement de très bons exemples sous les yeux, bien sûr avec le cas de Fatima en 1917 auquel s’est intéressé le feu contre- amiral Gilles Pinon mais aussi avec celui de Medjugorje en Yougoslavie et et de Kibeho au Rwanda qui sont un peu moins connus.

 

avis très intéressant du Contre-Amiral français Gilles Pinon sur le prodige de Fatima en relation très nette avec les OVNI et la présence probable d'entités exterieures à la Terre qui tentent de nous faire réfléchir (cliquez sur les liens en cas)...

 

Que s’y est t-il passé en effet ? A Medjugorje, aux fins fonds des Balkans, plusieurs adolescents ont prétendus voir et parler quotidiennement à la Sainte Vierge pendant plus de mille jours, et foules et autorités s’en sont émus; des pèlerinages ont même eu lieu, sans la caution de la hiérarchie ecclésiastique. voir ci-dessous :

Lire la suite

La cité légendaire de Tartessos enfin découverte ?

La cité légendaire de Tartessos enfin découverte ?

Ou Atlantis ?

 

Atlantis tartessos reconstitution2

Reconstitution informatique

 

De nouvelles photos et publications m'incitent à faire une suite à un long article publié il n'y a pas si longtemps que cela : Tartessos ? Une structure antique de plusieurs cercles trouvée en Andalousie.

En effet, de premières découvertes entre 2011 et 2014 concernant ce fameux royaume semi-légendaire avaient déjà fait la une de certains journaux et médias, comme ici : https://www.20minutes.fr/sciences/687012-20110314-sciences-la-cite-atlantide-engloutie-sous-marecages-espagne.

Semi-légendaire parce que ce royaume est bel et bien cité à plusieurs reprises par les anciens Grecs (qui le considéraient comme la toute première civilisation réelle de toute l'Europe, et ensuite les romains. L'archéologie moderne a ajouté ses contributions par la découverte de nombreuses structures, bijoux sophistiqués et gravures en Andalousie, attribués à Tartessos...

Il semble bien qu'une étape supplémentaire, et importante, vient d'être franchie après l'étude de photos satellites et de terrain... Notons que si plusieurs chercheurs supposent fortement que Tartessos serait en réalité une évolution de la célèbre Atlantis de Platon, de part ses dimensions et apparence, d'autres pensent que cela pourrait être plutôt une des colonies d'Atlantis, comme affirmé par Platon, imitant comme souvent dans le passé la ville-mère, alors que d'autres bien sûr, doutent d'un quelconque lien avec le royaume légendaire de l'orateur Critias, dont les sources se sont perpétués par voie orale jusqu'à ce dernier, via le législateur athénien Solon du début du VIe siècle, qui l'a lui-même appris de prêtres égyptiens de Saïs lors d'un voyage en Egypte et enfin Platon.

Atlantis tartessos structuresdonananationalpark

Des structures rondes déterrées dans le parc National Doñana en Andalousie espagnole, qui pourraient être une évidence des îles artificielles décrites par Platon - Image shows formations inside the Doñana National Park, Andalucia, Spain. They may be evidence of islands depicted by Plato in his story of Atlantis. The philosopher described how buildings were propped up on a mixture of natural and man made island structures

 

Suite :

Lire la suite

La cité engloutie du lac Fuxian au Yunnan

La cité engloutie du lac Fuxian au Yunnan - 2012 - MAJ 11-2018

 

Lacfuxian chine1

 

Il y a de cela quelques années (2001 et 2006, puis 2014),  des fouilles archéologiques dans le lac Fuxian au Yunnan (Sud-Est de la Chine) ont découverts un certain nombres d’objets antiques, de la vaisselle (en photo) et des vestiges de bâtiments au fond du lac laissant à penser qu’une cité datant de l'époque des Han (206 av. J-C-220 ap JC)  y serait engloutie.

On a notamment découvert un mur de pierre de 30 m de long, de 1,5 m de haut. Le mur avait été façonné à l'aide de pierres régulières; entre celles-ci les jointures étaient visibles. Le mur et les pierres détachées étaient également marqués d'empreintes artificielles. Pour les archéologues, il s'agit peut-être du tronçon de l'enceinte d'une cité ancienne. Ils ont trouvé là une grande dalle dont une face est recouverte de mousses tandis que l'autre est lisse. Les spécialistes estiment que la dalle pavait la place de la cité ancienne.

 

fouilles-yunnan.jpg

 

Les vestiges de la cité, s'étendent sur une longueur de 2 000 m du nord au sud et une largeur de 1 200 m d'est en ouest. Etant donné son envergure, la superficie occupée et son aspect majestueux, cette construction antique submergée est un cas rare en Chine comme dans le monde.

Quel peuple vivait dans cette cité ? et comment s’est-elle retrouvée engloutie par les eaux ? En 2006, une nouvelle expédition à découvert les vestiges d’une pyramide semblable à celles des mayas :

Lire la suite

Momies de Nazca : présentation officielle des résultats d’analyses

Momies de Nazca : présentation officielle des résultats d’analyses

 

Scanmaria

Scan de la momie surnommée Maria

 

C'est le lundi 19 novembre 2018 à 15h00 pour la France (09h00 heure péruvienne) que la présentation officielle des résultats d’analyses se fera au congrès de la République du Pérou (métaux , histologie, datation C14, analyses ADN, scanners HD), sous l’égide du congressiste Armando Villanueva, auteur du projet de loi sur les momies de Nasca visant à protéger ce patrimoine péruvien. Rappelons que de nombreux députés péruviens soutiennent ce projet de loi, les datations multiples de plusieurs de ces reliques confirmant leur ancienneté sans doute possible.

LIEN NUREA TV   : https://www.nurea.tv/video/momies-de-nasca-resultats-alien-project-2018/ (en français)

LIEN TERCER MILENIO  : Jaime Maussan official (en espagnol)

https://www.youtube.com/channel/UC6ffFUtT43XHlccQbyWsNHA?fbclid=IwAR0eQ3eJxSMColRnagHoxwHFI0kYSVpnyXZso4V4FDgdKM3aT2FECV4cheo

Je rappelle que les premières reliques ont été découvertes fin 2015 mais révélées à partir de octobre-novembre 2016 par les huaqueros (traduire par pilleurs de huaca/tombes et temples) qui ont fait la découverte d'un site souterrain dans la région de Nazca-Palpa, notamment par des émissions télévisées au Pérou mais surtout par l'entremise de l'ONG Inkari Cuzco, qui a été mise au courant lors de cette dernière période. L'ONG, chargée d'explorations historiques sur le passé pré-colombien du Pérou (et toujours accompagnée d'un archéologue et d'un garde national comme la loi péruvienne l'exige) et également d'aides diverses auprès de certaines tribus amazoniennes (ravies de proposer des porteurs et ressources lors de ces expéditions, en échange d'aides financières ou autres) avec les autorisations des Ministères de la Culture et de l'Environnement péruviens. L'ONG a d'ailleurs reçu une médaille gouvernementale pour ses activités en 2017. L'ONG a donc commencé son enquête, avec en tout premier lieu la recherche du contact avec le chef des découvreurs, surnommé "Mario", et a ouvert un site spécialement consacré à cette étrange affaire : https://www.the-alien-project.com/

L'historique très complet de cette affaire, et établi dès novembre 2016 par mes soins, se trouve ici : http://www.sciences-faits-histoires.com/pages/pages/reliques-etranges-du-perou-momies-de-nazca.html

Les rumeurs les plus folles ont tourné sur la toile au sujet de cette affaire, avec aussi de nombreuses fausses affirmations et même des faux fabriqués par des sceptiques ou défendeurs de dogmes. Deux scientifiques français se sont même un peu ridiculisés lors d'une émission sur une chaîne alternative internet, bien qu'ils aient montré plus de prudence vers la fin en disant qu'ils n'avaient pas tous les éléments en main pour apporter un éclairage sérieux sur le peu de données qu'ils avaient à l'époque. Maintenant, de nombreux laboratoires indépendants ont donnés les résultats de plusieurs analyses C14 et ADN, des scans HD ont été faits et des analyses des métaux accompagnant les reliques sont disponibles.

 

Stephenfratpietro paleo dna laboratory univ lakehead canada

 

Certains scientifiques ayant participé aux études (dont de très sérieux scientifiques reconnus et publiés, notamment aux USA), sceptiques au début, ont avoué leur surprise et intérêt lors de ces analyses, y compris anatomiques :

Lire la suite

Groenland - un gros impact spatial détecté

Groenland - un gros impact spatial détecté

 

Cratere groenland© NASA Goddard

 

Une publication scientifique dans le journal spécialisé Science Advances, d'après une étude de trois ans par une grosse équipe de spécialistes internationaux (Kurt H. Kjær, Nicolaj K. Larsen, Tobias Binder, Anders A. Bjørk, Olaf Eisen, Mark A. Fahnestock, Svend Funder, Adam A. Garde, Henning Haack, Veit Helm, Michael Houmark-Nielsen, Kristian K. Kjeldsen, Shfaqat A. Khan, Horst Machguth, Iain McDonald, Mathieu Morlighem, Jérémie Mouginot, John D. Paden, Tod E. Waight, Christian Weikusat, Eske Willerslev et Joseph A. MacGregor) affirme la découverte d'un large cratère d'impact sous un actuel glacier au Groenland.

Le résumé de la découverte se traduit ainsi : " Nous rapportons la découverte d'un cratère d'impact important sous le glacier Hiawatha dans le nord-ouest du Groenland. D'après les levés radar aéroportés, nous avons identifié une dépression circulaire du substrat rocheux de 31 km de large sous jusqu'à un kilomètre de glace. Cette dépression présente un rebord surélevé qui coupe les canaux sous-glaciaires d'un affluent et un soulèvement central modéré qui semble s'éroder activement. À partir d’enquêtes au sol sur l’avant-pays déglacié, nous avons identifié des structures incorporées dans le substrat rocheux précambrien le long de la marge de glace qui tangent au bord sous-glaciaire. Les sédiments glacio-fluviaux de la plus grande rivière drainant le cratère contiennent du quartz choqué et d'autres grains liés aux impacts. L'analyse géochimique de ce sédiment indique que l'impacteur était un astéroïde de fer fractionné, dont la largeur devait être supérieure à un kilomètre pour produire le cratère identifié. La radiostratigraphie de la glace dans le cratère montre que la glace de l'Holocène est continue et conformable, mais toute la glace plus profonde et plus ancienne semble être riche en débris ou fortement perturbée. L'âge de ce cratère d'impact est actuellement inconnu, mais d'après nos preuves géologiques et géophysiques, nous concluons qu'il est peu probable qu'il soit antérieur à la création de la calotte glaciaire du Groenland au Pléistocène. "

F1 large-GroenlandContexte géomorphologique et glaciologique du glacier Hiawatha, au nord-ouest du Groenland.

A ) Vue régionale du nord-ouest du Groenland. La carte en médaillon montre l'emplacement par rapport à l'ensemble du Groenland. La case magenta identifie l’emplacement de (B) à (D). ( B ) Une mosaïque ArcticDEM de 5 m sur l’est de la région d’Inglefield. Les couleurs sont la vitesse de la surface de la glace. La ligne bleue illustre un chemin de drainage basal actif déduit des radargrammes. ( C ) Relief en surface des ombrages de collines basé sur la mosaïque ArcticDEM, qui illustre des caractéristiques telles que les ondulations de surface. Les lignes rouges pointillées sont les contours des deux paléocanaux sous-glaciaires. Les lignes bleues représentent les contours du bassin versant, c’est-à-dire que la ligne bleue continue est sous-glaciaire et que la hachure est supraglaciale. ( D) Topographie de lit basée sur les sondages radar aéroportés entre 1997 et 2014, données de la NASA et 2016 de l'Institut Alfred Wegener (AWI). Les triangles noirs représentent les pics de bord surélevés des radargrammes, tandis que les cercles pourpres foncés représentent les pics du soulèvement central. Les lignes rouges hachurées représentent les mesures sur le terrain de la direction des structures de substrat rocheux marginales de glace. Les cercles noirs indiquent l'emplacement des trois échantillons de sédiments glaciofluviaux décrits dans le tableau S1.

 

Dans la discution et consclusion de l'article, les scientifiques disent : "  Ce cratère est potentiellement l'une des 25 plus grandes structures d'impact sur Terre et c'est le seul de cette taille qui conserve encore une partie importante de son expression topographique de surface d'origine. " : 

 

Lire la suite

Deux statues polynésiennes trouvées en Indonésie !

Deux statues polynésiennes trouvées en Indonésie !

 

Sitearcheologique mount srobu in the yotefa bay area indonesie

Une grotte en Papouasie

 

Une équipe de recherche du Centre d'archéologie de Papouasie a réussi à trouver deux statues mégalithiques de style polynésien sur le site du mont Srobu ou de la colline Srobu, à Jayapura, en Papouasie, Indonésie.

" Cette découverte est extraordinaire et unique car elle diffère des autres statues découvertes dans d'autres régions de la Papouasie ", a déclaré le chercheur du Centre d'archéologie de la Papouasie Erlin Novita Idje Djami à Jayapura, le mercredi 31 octobre.

Selon Erlin, les deux statues sont de style polynésien, mais elle préfère les appeler les statues mégalithiques de Papouasie Srobu. Les deux statues mesurent un mètre et pèsent environ 50 à 60 kilogrammes. YH : il n'y a pas de photos des deux statues pour l'instant de disponibles, elles sont toujours à l'étude.

Erlin a révélé que le site de Srobu Mountain est l’un des sites les plus importants de Jayapura. Ce site est situé dans la baie de Youtefa.

Voir aussi plus bas les étranges monolithes de l'île de Sarawasi, Indonésie :

Lire la suite

Des pharaons chinois dans leurs pyramides

Des pharaons chinois dans leurs pyramides - update 2018

pyramid-chine7.jpg

Complément de cet article, pour en savoir plus... : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-trouvailles-qui-genent.html

Au centre du monde selon ses habitants, il y a les pyramides chinoises. Dans la plaine de Quin Chuan, province du Shen Si, près de la ville de Xsian au sud-ouest de Pékin. On en connaît aujourd’hui plusieurs centaines, dont la hauteur varie de vingt à cent mètres. Certaines sont des pyramides plus ou moins tronquées, comme celles de Teotihuacan et possèdent les mêmes quatre degrés. Leurs arêtes de pente ont à peu près le même angle. D’autres possèdent des arêtes lisses et un sommet pointu semblables à celles de Gizeh. Mais beaucoup sont massives et rustiques, avec une prédominance de quatre ou cinq degrés, et une vaste terrasse au sommet comme à Tucume au Pérou.

A croire que toutes les influences se sont succédées ici...

Au delà de ce descriptif succinct, on n’en sait pas beaucoup plus. Si ce n’est que certaines sont mentionnées par des auteurs chinois du sixième siècle avant notre ère comme étant déjà les tombeaux millénaires d’anciens rois légendaires dont les hommes ont perdu depuis longtemps la mémoire.
Plus tard, entre le premier et le quatrième siècle de notre ère, lors de l’introduction du bouddhisme en Chine, on trouve dans des correspondances et des récits de voyageurs, de lettrés et de moines, des allusions à ces majestueux temples et mausolées que plus personne n’honore, même si les traditions populaires en attribuent l’origine à des entités fantasmagoriques.

A la même époque, des commerçants de l’empire de Kushan (Nord de l’Inde) s’installent en Chine où ils découvrent, étonnés, des peuples qui leur ressemblent. Bien qu’ils paraissent installés là depuis longtemps, leurs rites, leur art et leur écriture ont été peu influencés par la culture chinoise. Ce serait même plutôt l’inverse. Et les grands tumulus funéraires font partie de leurs traditions.

Des découvertes oubliées ou occultées ?

Pour les occidentaux, ces pyramides ont été signalées par des commerçants australiens dans les années 1900. Souvent recouvertes par la végétation, elles étaient difficiles à identifier. Mais c’était aussi le cas en Mésoamérique de la quasi-totalité des ruines amérindiennes avant qu’elles soient dégagées de leur gangue végétale.

Cependant, en Chine, au lieu de libérer les vestiges, les autorités chinoises encouragent les paysans à y planter des arbres. Comme si on essayait de les camoufler en vulgaires accidents de terrain, futurs tertres naturels d’ici à quelques dizaines d’années. Étrange comportement... Auquel concourent certains historiens conformistes de nos contrées qui ont décrété, une fois pour toutes et parfois sans même être allés se rendre compte sur place, que c’étaient des tumulus relativement récents, et rien d’autre !

Redécouvertes en 1945 par un pilote américain, et photographiées de façon à ne laisser planer aucun doute sur leur géométrie et leur caractère artificiel, aucune étude archéologique ne put être entreprise pendant la période du maoïsme et de l’immédiat post-maoïsme.
Avec la réouverture de ce pays au monde à partir de 1994, quelques archéologues occidentaux furent autorisés à avoir des contacts avec leurs homologues chinois et à s’approcher des pyramides.
Mais les spécialistes locaux ne se montrèrent guère coopératifs ni enthousiastes et les visites, courtes, furent très superficielles, faute de l’autorisation d’entreprendre des fouilles.

autel-petit.jpg

Une approche civilisationnelle globale

Certes, la plupart de ces pyramides sont faites d’un composite naturel d’adobe et de pierres.
Mais cela s’inscrit dans une logique structuraliste universelle que l’on retrouve sur tous les continents : d’abord des collines modifiées, plus ou moins sculptées. Puis des collines artificielles, prélude à des terrils sacrés. Enfin des constructions massives censées commémorer des événements majeurs, établir des passerelles avec l’invisible, ou honorer les dieux par l’entremise de quelques grands personnages.

Structures de l’esprit donc, cherchant à s’élever vers le ciel. Et structures matérielles reposant sur les matériaux de construction locaux, mis en oeuvre par une technologie simple. Près de l’entrée obturée de certaines de ces pyramides, on remarque des ruines qui pourraient être celles de temples ou de mausolées ? Comme en Égypte et en Amérique...

Une de ces pyramides ne ressemble pas tout à fait aux autres. Elle semble entièrement construite en pierres au lieu d’être faite d’adobe ou d’un mélange de pierres et de terre comme à Caral. Située plus au nord dans la vallée de Qumrân Lin, elle mesure cent soixante mètres de haut et paraît isolée (pour comparaison la pyramide de Kheops atteint deux cent trente mètres)

Impressionnante dans son énormité, elle est un bel exemple de pyramide à degrés à la fois simple et achevée. On l’appelle la pyramide blanche du fait de son revêtement.
Des fouilles devaient y être entreprises. Si elle l’ont été, les Chinois sont restés très discrets sur le sujet. Invitant les étrangers trop curieux à parler d’autre chose. Avec cette exquise civilité qu’on connait aux Chinois pour éluder les questions embarrassantes.
La présence de concentrations militaires et d’une base spatiale à proximité sont-elles l’unique cause de ce mutisme ?

mummyx-large.jpg

La présence de momies intrigue

Les momies chinoises ont remarquablement résisté au temps.
Il ne faut pas les confondre avec les corps momifiés naturellement par le climat aride, retrouvés dans la région du bassin de Tarim à l’ouest de la Chine. Même si l’existence d’une civilisation complexe de type proto-indoeuropéen, il y a six à sept mille ans dans cette partie du monde impose une remise en cause du Dogme, cela ne semble avoir eu aucune incidence sur une invention typiquement chinoise, et beaucoup plus tardive, de l’art de la momification.

Nous avons là de vraies momies, qui ont subi un traitement délibéré post mortem. Certaines ont l’air d’avoir été enterrées la veille de leur exhumation... Pourtant, elles ont entre trois et quatre mille ans. Et sont donc contemporaines des pharaons !

Les corps vidés de leurs organes ont été enveloppés dans des bandelettes de soie très serrées, en faisant jusqu’à vingt fois le tour. Puis les momies furent placées dans un premier cercueil étanche, rempli d’un liquide contenant des acides dilués et du sulfure de mercure. La composition en a été altérée au fil du temps et il est impossible d’analyser avec certitude la totalité des composants.
Ensuite, ce premier cercueil était placé dans un second, lui-même dans un troisième. Pour les très grands personnages, cela pouvait aller jusqu’à cinq. Le caveau était enfin rendu totalement étanche en étant recouvert de plusieurs tonnes de charbon avant d’être scellé sous une épaisse couche d’argile.

Un télescopage de cultures

Si certaines de ces momies sont de type mongoloïde, d’autres s’avèrent proches des critères anthropologiques propres aux Indoeuropéens. Certes, l’Académie prétend toujours définir les  Indoeuropéens uniquement par les ramifications linguistiques. Mais aujourd’hui, la science a bousculé cette frileuse attitude en dâtant les artéfacts et en amplifiant les ADN fossiles afin de les analyser. Confirmant la surprise des premiers archéologues. « Elles ont des cheveux clairs et le nez pointu ! » précisaient avec une touchante candeur les découvreurs des années 1900.

Cela ne semble pas ravir particulièrement les officiels chinois... Surtout, certains de ces corps ont été trouvés dans des tombes creusées au cœur de la Chine, en plein Shen Si, rarement dans les pyramides, plus souvent dans des mausolées extrêmement proches.
Cela pourrait expliquer le peu d’empressement des autorités à y mener des fouilles. Et aussi la volonté inavouée des responsables chinois de masquer ce pan de leur histoire en recouvrant d’arbres des monuments destinés à passer aux yeux des générations futures pour de simples accidents de terrain.

mommie-chine.jpg

Nous sommes confrontés là à la pire des réactions concernant la connaissance du passé.
Celle d’un nationalisme chatouilleux et d’un ethnocentrisme schizophrénique, qui refusent d’admettre qu’en des temps très reculés, leur terre a pu être occupée par d’autres peuples. Quant à l’idée que leur civilisation ne soit pas une création exclusive d’ancêtres de leur race, elle les révulse ! Attitude d’autant plus absurde que la plupart des civilisations connues s’avèrent avoir été des agrégats de multiples cultures.

Découverte : Les Aryens en chine il y a 9000 ans

En juillet 1996, deux étudiants qui pataugeaient dans la rivière Columbia, à Kennewick dans l'Etat de Washington, trébuchèrent sur les restes du squelette d'un Européen mâle d'âge adulte. Tout d'abord les anthropologues supposèrent qu'il s'agissait d'un pionnier mort à la fin du 19ème siècle. Mais la datation au radiocarbone montra que le squelette était âgé d'environ 9300 ans. En fait, «l'Homme de Kennewick» est la dernière d'une série de découvertes d'anciens squelettes, qui tendent à confirmer la théorie que quelques-uns des premiers habitants de l'Amérique du Nord étaient des Européens, qui émigrèrent à partir du continent eurasiatique par un pont de terre à travers la Mer de Bering vers la fin de la dernière ère glaciaire, il y a environ 12 000 ans. Le Docteur Robert Bonnischen, directeur du Centre pour l'Etude des Premiers Américains, à l'Université de l'Etat de l'Oregon, pense que «l'Homme de Kennewick» jette le doute sur l'exactitude du terme «Paléo-Indien», qui est habituellement utilisé pour décrire cette période de la préhistoire américaine. «Peut-être que certains de ces types étaient précisément des Paléo-Américains», admet-il.

kennewick-man.jpg

Bien sûr, de tels faits posent un problème majeur à la version «politiquement correcte» de l'histoire, qui encourage l'idée selon laquelle les Américains Blancs ont honteusement volé leur pays aux Indiens. Il n'est donc pas surprenant qu'on aie tenté de dissimuler au public les faits concernant «l'Homme de Kennewick». Encouragés par le gouvernement Clinton, les Indiens Américains ont réclamé le squelette, invoquant une loi fédérale de 1990 qui assure la protection de leurs sites funéraires. Leur intention déclarée était de l'enterrer immédiatement dans un endroit secret, et d'empêcher ainsi de futurs examens scientifiques et des tests ADN. Cependant, huit anthropologues américains, clamant que les Indiens et le gouvernement fédéral craignent les implications de la découverte, ont entamé une action juridique en octobre 1996, pour empêcher tout enterrement secret du squelette. - et ils ont gagné dans les années 2000...

En fait, «l'Homme de Kennewick» est un élément nouveau et important, qui s'ajoute à un ensemble d'indications qui suggèrent que pendant la période du Haut-Paléolithique, entre -- 10 000 et -- 35 000 environ, les bancs Indoeuropéens-- c'est-à-dire des hommes semblables aux Européens modernes -- ne vivaient pas seulement en Europe, mais aussi dans une zone s'étendant de l'Asie du nord jusqu'au Pacifique. En Sibérie et dans d'autres régions orientales ils furent finalement refoulés et absorbés par des peuples mongoloïdes, bien que des poches isolées de gènes européens aient survécu jusqu'à nos jours en Asie du nord. Le peuple métissé des Aïnous au Japon en est un exemple.

homme-de-kennewick.gif

La crédibilité de cette théorie a été spectaculairement renforcée dans les dernières années par la découverte remarquable de plus d'une centaine de corps d'Européens naturellement momifiés, vieux de 2400 à 4000 ans, dans la région du bassin du Tarim [70 km à l'ouest de l'ancien lac du Lop Nor, NDT], en Chine de l'ouest. Étonnamment bien préservées par le climat aride de la région, ces momies témoignent de l'existence d'un peuple de type nordique, avec une culture avancée, splendidement habillé avec des tuniques, des pantalons, des bottes, des bas, et des chapeaux. Dans une grande tombe, les corps de trois femmes et d'un homme furent découverts. L'homme, âgé d'environ 55 ans à sa mort, était d'une taille d'au moins 1m80 et avait des cheveux châtain clair qui étaient en train de blanchir. L'une des femmes les mieux préservées était d'une taille de 1m80, avec des cheveux châtain clair tressés en nattes. [Illustrations ; ci-dessus : le Sinkiang (Tuskestan chinois), plus grande province de Chine, où se trouve le site du bassin du Tarim. Ci-dessous : un Européen de grande taille, aux cheveux clairs, enterré il y a 3000 ans en Chine de l'ouest. Les corps momifiés de douzaines de ses congénères ont été découverts dans la même région.]

momie-europeenchine.jpg

Parmi les objets découverts avec les corps se trouvaient des manteaux de fourrure, des gants de cuir, et un miroir décoré, alors que les femmes avaient des sacs contenant des petits couteaux et des herbes, probablement à usage médicinal. A Cherchen, dans le sud du désert de Takla Makan, on découvrit le corps momifié d'un enfant, probablement âgé de guère plus de trois mois à sa mort, enveloppé dans de la laine brune, et les yeux recouverts de petites pierres plates. A côté de sa tête il y avait une coupe à boire faite dans une corne de bovidé, ainsi qu'un «biberon» fait d'une mamelle de brebis, qui avait été coupée et cousue pour pouvoir contenir du lait. Une momie mâle portait même les traces d'une opération chirurgicale sur son cou, les incisions ayant été recousues avec du crin de cheval.

En fait, plusieurs momies de type européen avaient déjà été découvertes dans la région du bassin du Tarim au début de ce siècle, l'une d'entre elles ressemblant à une femme celte, et une autre à un vagabond bohémien. Toutes étaient habillées de beaux vêtements, incluant un chapeau avec des plumes, ayant une ressemblance frappante avec les coiffures alpines encore portées de nos jours dans les Alpes. Mais ces premières découvertes, vieilles d'environ 2000 ans, furent rejetées comme étant des corps d'Européens isolés qui s'étaient égarés dans cette région, et elles furent ainsi considérées comme n'ayant pas de signification culturelle ou historique.

En effet, les spécialistes modernes, en accord avec la mode de l'Histoire «politiquement correcte», ont eu tendance à nier les preuves de tout contact ou échange précoce entre la Chine et l'Ouest pendant cette période, considérant le développement de la civilisation chinoise comme une affaire essentiellement intérieure, coupée de toute influence extérieure. Plus encore, toute diffusion de peuples ou de culture était supposée avoir eu lieu de l'est vers l'ouest, les Européens ayant été civilisés par les Chinois. L'éminent spécialiste de la Préhistoire Gordon Childe, par exemple, résuma en 1958 la Préhistoire européenne comme étant l'histoire de «l'irradiation de la barbarie européenne par la civilisation orientale». (1)

Mais les dernières momies découvertes dans le bassin du Tarim sont trop nombreuses, trop anciennes, et trop riches d'enseignement, pour pouvoir être rejetées de cette manière. [Cependant, ces découvertes n'ont été connues du grand public qu'à partir du milieu des années 90, alors que les premières momies ont été découvertes à partir de 1978-1980, NDT.] Et, plus important, elles ont aidé à rouvrir le débat à propos du rôle que les Européens ont pu jouer dans les origines de la civilisation en Chine, quelques archéologues recommençant à arguer que les Européens pourraient bien avoir été à l'origine de l'introduction en Chine d'éléments de base tels que la roue et les premiers objets en métal. Cela renforce sérieusement les théories qui furent proposées au début du siècle, mais qui furent ultérieurement enterrées sous une avalanche de pensée «politiquement correcte». En 1912 par exemple, un universitaire réputé de Cambridge, A.C. Haddon, nota dans The Wanderings of Peoples la possibilité que l'élément civilisateur de la vieille civilisation chinoise aurait pu être introduit par la migration d'un peuple plus cultivé venant de l'ouest.

A présent, selon le Dr Han Kangsin, un anthropologue de l'Institut d'Archéologie de Pékin, l'existence des squelettes et des momies souligne clairement le fait que les premiers habitants de la région du bassin du Tarim étaient des Blancs, apparentés aux Cro-Magnons de l'Europe paléolithique. Cette théorie est soutenue par le Dr Victor Mair, spécialiste des anciennes langues et cultures asiatiques à l'Université de Pennsylvanie, qui encouragea la principale expédition qui découvrit les momies. Il est devenu le principal avocat de la théorie selon laquelle des groupes importants d'Européens étaient présents dans le bassin du Tarim longtemps avant les actuels habitants de la région, suggérant que les peuples turcophones n'arrivèrent pas dans cette région avant le 8ème siècle av. JC environ. Ultérieurement, pense-t-il, les nouveaux venus chassèrent les Européens, encore que le principal groupe ethnique de la région aujourd'hui, les Ouïgours, compte parmi ses membres des individus avec des cheveux et un teint inhabituellement clairs.

En réalité, la preuve de l'existence d'un peuple indo-européen, à présent disparu, qui vivait en Asie centrale, existe depuis longtemps. Les membres de ce peuple sont connus sous le nom de Tokhariens, et sont décrits plus précisément sous le nom de Arsi, qui est apparenté au sanscrit Arya et au vieux-persan Ariya, signifiant Aryen : «ce qui est noble et digne». Leur langue, qui présente des similarités avec les branches celtiques et germaniques du tronc commun indo-européen, est conservée dans des manuscrits datés entre le 6ème et le 8ème siècles après JC, et de solides preuves de son existence peuvent être trouvées aussi loin qu'au 3ème siècle.

En dépit du fait que des manuscrits tokhariens ont été trouvés seulement pour la période la plus récente, les linguistes ont occasionnellement identifié des mots tokhariens dans des manuscrits écrits en gandhari prakrit, une langue vernaculaire du nord-ouest de l'Inde qui était utilisée comme langue administrative dans une grande partie du bassin du Tarim du 3ème au 5ème siècle après JC. Les Tokhariens étaient aussi connus antérieurement sous le nom de Yue-zhi (ou Ru-zhi), qui sont cités dans des textes chinois datés du 5ème siècle après JC, dans les limites d'ancienneté définies par la datation des momies du bassin du Tarim.

chine-momies-taklamakan1.jpg

Les Tokhariens sont représentés de manière frappante sur des peintures murales à Kizil et Kumtura (non loin de la ville chinoise de Ku-Che, dans les montagnes du Tien Shan au nord du bassin du Tarim) comme des Européens d'allure fière, de grande taille, avec des cheveux roux ou blond-roux, nettement divisés au milieu, des longs nez, des yeux bleus ou verts, des visages allongés. Les Yue-zhi du premier siècle avant JC sont aussi décrits dans des statues peintes à Khalchayan (à l'ouest de la rivière Surkhan, dans l'ancienne Bactriane). Eux aussi sont dépeints comme des Européens avec des longs nez, des visages fins, des cheveux blonds, la peau rose, et des yeux bleus clairs. On sait par des sources historiques que pendant le 2ème siècle av. JC, les «grands Yue-zhi» se déplacèrent du nord-ouest de la Chine jusqu'à Ferghana et la Bactriane, qui se trouve sur le flanc le plus éloigné du Pamir. A partir de là ils partirent au sud à travers l'Hindou Kouch vers l'Afghanistan et la partie nord du subcontinent indien, où ils fondèrent le puissant empire Kushan. Ce dernier, en retour, étendit à nouveau son pouvoir jusqu'au bassin du Tarim, et avec lui se répandit le Bouddhisme, qui atteignit finalement la Chine.

«Les nouvelles découvertes obligent à un réexamen des vieux livres chinois qui décrivent des individus historiques ou légendaires, de grande taille, avec des yeux bleus ou verts, de longs nez, de grandes barbes, et des cheveux roux ou blonds. Les spécialistes ont traditionnellement raillé ces récits, mais il semble maintenant qu'ils pourraient se révéler exacts.» (Victor Mair)

Une hypothèse qui rencontre une faveur croissante est que la migration de ces Indo-Européens commença avec leur invention du chariot à roues. Travaillant avec des archéologues russes, le Dr David W. Anthony, anthropologue au Hartwick College à New York, a découvert des débris de roues de chariots dans des tumulus funéraires vieux de 5000 ans, dans les steppes de la Russie du sud et du Kazakhstan. Cette série d'investigations a un rapport direct avec la question des momies européennes en Chine, parce que des roues en disque, formées de trois pièces, similaires à celles qui ont été découvertes en Asie de l'ouest et en Europe, datées du 3ème et du 2ème millénaire av. JC, ont été découvertes dans le désert de Gobi, au nord-ouest du bassin du Tarim. De même, des roues à rayon datant du début du 2ème millénaire av. JC ont été mises à jour dans un autre site non loin de là.

La plupart des chercheurs acceptent à présent la thèse selon laquelle le lieu de naissance des véhicules tirés par des chevaux et l'utilisation des chevaux comme montures se trouvait dans les steppes d'Ukraine, plutôt qu'en Chine ou au Proche-Orient. Comme le Dr Anthony et ses collègues l'ont montré par leur étude au microscope des dents de chevaux, des chevaux étaient déjà harnachés en Ukraine il y a 6000 ans. De même, des chars de bois avec des roues à rayons ont été datées d'environ 2000 ans av. JC, dans la même région. En comparaison, les chars n'apparaissent en Chine qu'environ 800 ans plus tard. Des chevaux enterrés rituellement, similaires à ceux de l'ancienne Ukraine, ont aussi été mis à jour dans le bassin du Tarim, ainsi que des débris de roues de véhicules faites par l'assemblage de trois planches de bois polies et parallèles. Des véhicules avec des roues à peu près identiques ont été découverts dans les plaines d'Ukraine et datées de 3000 ans av. JC.

Un grand nombre d'objets découverts dans les tombes des momies du bassin du Tarim ont fourni des preuves importantes de la domestication du cheval. Cela inclut un mors en bois et des rênes en cuir, une cravache consistant en une seule lanière de cuir attachée à un manche de bois, un morceau de bois avec des lanières de cuir, et une selle de cuir rembourrée, parfaitement réalisée. Cela semble confirmer que les momies appartenaient à une culture nomade de cavaliers, qui se répandit à partir des plaines de l'Europe de l'est. Cela renforce aussi la conviction grandissante des archéologues, que l'extension de la langue, de la culture, et du stock génétique indo-européens est peut-être liée à l'extension graduelle des techniques de domestication du cheval et des véhicules tirés par des chevaux, depuis leur région d'origine en Europe, il y a 6000 ans. (YH : voir beaucoup plus si on regarde certaines peintures datées de cro-magnon ou plus ancien encore, trouvées dans des grottes en France et en Indonésie (encore) ! - juste des réflexions et des liens probables (trop de coïncidences encore !)).

Ces découvertes ont des conséquences extrêmement importantes pour la compréhension des origines de la civilisation chinoise, puisqu'on a maintenant démontré que le char fut connu en Chine seulement vers le milieu du second millénaire av. JC, à peu près à l'époque du développement de la métallurgie du bronze et de l'écriture. Par conséquent, ces faits suggèrent que les chariots et les chars furent introduits en Chine à partir de l'ouest par les Indo-Européens. Cela démontre aussi que la pénétration européenne en Chine ne commença pas avec l'ouverture de la Route de la Soie, que les livres d'histoire datent habituellement du 2ème siècle av. JC, mais au moins 2000 ans plus tôt, au tournant du Néolithique et de l'Age de Bronze, lorsque la totalité de l'Eurasie fut reliée culturellement et technologiquement par les migrants européens.

Des vagues migratoires s'étendant sur une période d'au moins 7000 ans (de -- 8000 à -- 1000) emmenèrent les Aryens depuis leur habitat d'origine du nord de la Mer Noire jusqu'en Europe de l'ouest, en Inde du nord, en Chine de l'ouest, et en Amérique du nord (par le détroit de Bering).

map-migration.gif

En fait, en 1951 l'archéologue allemand Robert Heine-Geldern était déjà parvenu à montrer une série de similarités entre les techniques de la métallurgie en Europe et en Chine, vers 800 av. JC. Sa démonstration incluait de l'équipement pour les chevaux, des épées à deux tranchants, des haches et des pointes de lances, dont il situait l'origine dans les centres métallurgiques du Halstatt et du Caucase. Arguant qu'une «migration reliante» s'était déroulée depuis l'Europe à travers l'Asie, il suggéra que l'émergence de la culture des Dong en Chine du sud pourrait s'expliquer par des influences venant directement d'Europe, pendant les 9ème et 8ème siècles av. JC. (2)

Deux ans plus tard, l'archéologue russe bien connu S.I. Rudenko nota l'existence de momies ayant une apparence européenne dans les tombes royales de Pazyryk dans les monts de l'Altaï, datées des 5ème et 4ème siècles av. JC. Cette démonstration fut ultérieurement appuyée par John Haskins de l'Université de Pittsburgh, qui suggéra que les Yueh-zhi (un ancien nom chinois pour désigner les Tokhariens) de la région de Pazyryk dans l'Altaï, pourraient avoir été apparentés aux Celtes de l'Europe continentale.

Précisément, les momies du bassin du Tarim ont fourni de nouvelles preuves qui appuient la thèse de Heine-Geldern. Quelques-uns des objets trouvés avec les momies suggèrent fortement un lien avec la «période des haches à douille», caractérisée par ses haches de bronze à douille (ayant un manche de bois creux inséré du côté opposé à la lame) et d'autres objets en bronze, tels que des couteaux avec des manches en forme d'animaux. La «période des haches à douille», qui est datée d'environ -- 1800 à -- 1000, s'est étendue sur toute l'Europe et cadre bien avec certains aspects de la culture du cheval et du char, qui met l'accent sur la chasse, avec l'utilisation de différentes sortes d'arcs.

Ainsi une nouvelle crédibilité a été donnée à des théories précédemment ignorées et ridiculisées, à propos des origines et du développement de la civilisation en Chine. A la lumière de ces nouvelles découvertes, Edwin Pulleyblank de l'Université de la Colombie Britannique argua récemment que l'influence européenne pourrait avoir été un facteur important pour l'unification des états chinois et l'établissement du premier empire chinois centralisé, par Chinchi Huangti en l'an 221 av. JC. Il souligne l'arrivée de l'extérieur, à la lisière de la steppe chinoise, de la technique militaire des archers montés, mentionnés explicitement pour la première fois dans les sources chinoises en l'an 307 av. JC. A l'ouest, les archers montés apparaissent avec les Scythes, étroitement apparentés aux Celtes, qui sont mentionnés pour la première fois dans les sources moyen-orientales vers l'an 800 av. JC et dont le mode de vie est décrit en détail par l'historien grec Hérodote. Ironiquement, ce fut la technique des archers montés, typique du nomadisme classique, qui domina la steppe européenne et qui rendit possible l'émergence des grands empires de la steppe des Singnou, des Turcs et des Mongols qui plus tard terrorisèrent l'Europe.

Pulleyblank suggère précisément que la technologie européenne fut copiée par les Chinois et retournée contre ses inventeurs. En effet, une analogie frappante avec l'extension de l'utilisation des archers montés aux frontières de la Chine peut être vue dans la manière dont la découverte des chevaux par les Indiens du Mexique, du fait des Espagnols, et de leur utilisation guerrière, a transformé les Grandes Plaines d'Amérique du nord au 19ème siècle. Cette théorie de l'imitation [des techniques européennes] par les peuples mongoloïdes est aussi appuyée par la présence de nombreux mots d'origine indo-européenne dans les strates les plus archaïques des langues apparentées au chinois. Cela inclut des mots comme «cheval », «traces», «charrette», «roue », et «vache», et cela aussi suggère que ce furent les Européens qui apportèrent tout cela en Chine.

Les échantillons de textiles, datés de la fin du second millénaire av. JC, découverts dans les tombes du bassin du Tarim, fournissent aussi la preuve de la diffusion de la technique sophistiquée des Européens jusqu'en Chine. L'un des fragments était une pièce de tissu en laine avec un dessin à carreaux, nécessitant l'utilisation d'un fuseau à tisser qui n'a jamais été associé auparavant avec la Chine ou l'est de l'Asie à une date aussi reculée. Irene Good, spécialiste de l'archéologie du textile à l'Université de Pennsylvanie, a confirmé que le dessin des carreaux était virtuellement identique, sur les plans stylistique et technique, aux pièces de textiles découvertes en Autriche et en Allemagne sur des sites datant d'une période un peu plus tardive.

urumchi-frag1-tarim.jpg

Le Dr Elizabeth J.W. Barber, linguiste et archéologue à l'Occidental College de Los Angeles, et auteur de Prehistoric Textiles (Princeton University Press, 1991), confirme que les Chinois n'utilisèrent pas et ne connurent même pas le fuseau à tisser, mais en eurent connaissance par l'influence de l'ouest, et seulement après la période des Han. Il est significatif qu'il y ait de nombreuses ressemblances entre les momies du bassin du Tarim et «l'Homme des glaces» [le fameux « Ötzi», NDT], vieux de 5000 ans, découvert en 1991 dans les Alpes autrichiennes. Cela inclut le type et le style des vêtements, les objets personnels, le symbolisme religieux solaire, et les tatouages magiques ou décoratifs, ainsi que le type racial distinctif.

Ces découvertes semblent par conséquent confirmer de plus en plus l'existence d'une culture celtique s'étendant à travers l'Eurasie, il y a au moins 4000 ans. Comme l'a souligné James Opie, universitaire spécialiste des instruments en bronze et des motifs décoratifs sur les anciens textiles, il est hautement significatif que les entrelacs celtiques, les svastikas, et les motifs à thème animalier, aient été découverts depuis l'Europe, à travers l'Iran, jusqu'à la Chine. La religion des Celtes archaïques -- ainsi que celle des Scythes -- était une religion solaire, et les svastikas à trois ou quatre branches utilisées comme symboles solaires sont des éléments omniprésents dans l'art celtique. De même, les Européens du bassin du Tarim montrent un net penchant pour les spirales solaires, les tatouant sur leurs visages et les gravant sur les brides de leurs chevaux. Cela en soi suggère qu'il s'agissait de Nordiques, qui furent et qui ont toujours été des adorateurs du Soleil et du Ciel, et plus généralement de la Nature. Comme l'a dit le Dr Michael Puett, historien des civilisations d'Asie de l'est à l'Université de Harvard, les momies du bassin du Tarim révèlent clairement un processus de diffusion culturelle depuis l'Europe, vers l'extérieur.

Tout cela renforce la thèse du pionnier de l'archéologie, Colin Renfrew, qui contesta l'idée précédemment admise que la culture préhistorique commença au Proche-Orient ou en Asie centrale, et fut «diffusée» seulement plus tard vers l'Europe «barbare». Ces nouvelles découvertes confirment que les préalables culturels à la civilisation sont beaucoup, beaucoup plus anciens en Europe qu'on le croyait, et suggèrent que loin que l'Europe ait été civilisée depuis l'extérieur, ce fut plutôt le reste du monde, incluant l'Asie, qui fut civilisé par les colons européens. (3)

1. V. Gordon Childe, Antiquity, 32 (1958), 70

2. J. P. Mallory, In Search of the Indo-Europeans (Londres 1989), 59.

3. Colin Renfrew, Before Civilization (New York 1974).

Sources : http://lemondeintemporel.blogs.lalibre.be/

Les pyramides Chinoises :

Lire la suite