Auvergne

Allier, France : Anomalies dans le Chatelperronien

Allier, France : Anomalies dans le Chatelperronien

 

Chatelperron la grottes des fees wikipedia cc by sa 4 0 x500

Chatelperron - La Grottes des fées (wikipédia-CC BY-SA 4.0)

 

Le site préhistorique de la Grotte des fées, à Châtelperron (Allier), a t-il livré tous ses mystères ? Le Chatelperronien, c'est une dénomination archéologique désignant une culture préhistorique qui a été découverte et décrite pour la première fois à Chatelperron, dans le département français de l'Allier, en Région Auvergne. C'est aussi bien sûr une période, assez courte si on la compare à celle qui la précède et qui lui est reliée en partie, le Moustérien et ses diverses adaptations locales établies par les néandertaliens entre au moins 350 000 et 32 000 ans avant le présent (BP) environ. (jusqu'à plus récemment selon certaines datations en cours de confirmation). Toutes ces dates sont bien sûr en fonction des découvertes et analyses (et dates de ces analyses si on parle calibration du c14 par exemple et bonnes datations), et le Chatelperronien est actuellement situé entre 47 000 et 42 000 ans environ avant le présent.

La découverte du site est, comme souvent en archéologie, le fruit du hasard. Vers 1845, les travaux de construction de la voie ferrée reliant le bassin minier de Montcombroux à Dompierre-sur-Besbre écornèrent le promontoire de la Grotte des Fées. Les ouvriers mirent au jour trois petites cavités dont l'une, effondrée, allait révéler un gisement préhistorique d'intérêt mondial.

Albert Poirrier, alors ingénieur de la Compagnie des mines de Bert, réalisa les premières fouilles et constitua une importante collection d'ossements fossiles. La découverte fit grand bruit et, à partir de 1867, Guillaume Bailleau, médecin à Pierrefitte-sur-Loire et archéologue éclairé, poursuivit les recherches sur le site. On lui doit l'exploration du secteur des grottes occupé par les hommes du Paléolithique, entre 60.000 ans et 35.000 ans environ avant le présent.

Le site a révélé les témoignages de plusieurs occupations qui se sont succédé à la charnière de deux périodes fondamentales dans l'histoire de l'humanité, le Paléolithique moyen (essentiellement une ère néandertalienne en Europe) et le Paléolithique supérieur (l'arrivée de l'homme de Cro-Magnon et son installation).

 

L homme de neanderthal

L'homme de Néanderthal est assez proche de nous. Cro-magnons et néandertaliens ont cohabité sur les mêmes tertitoires. © Crédit photo : PIXABAY

 

YH : Nous avons donc sur place une culture néandertalienne installée il y a au moins 60 000 ans BP, qui, à priori s'adapte localement sur la durée (donc au moins semi-sédentaire et grandit, améliore ses techniques et envoie logiquement d'autres explorateurs/migrateurs ailleurs aussi) et se transforme en "chatelperronien" aux alentours de -47 000 ans BP (tout en sachant que néandertalien est déjà en contact très probable avec "Cro-Magnon-Homo Sapiens" depuis des millénaires via le Proche-Orient, et bien avant l'entrée en masse des premiers hommes modernes en Europe), alors que notre science actuelle vient de reconnaître la présence du plus ancien Cromagnonien vers - 45 000 ans BP en Europe (Bulgarie)https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/paleontologie-ce-sont-plus-anciennes-traces-connues-presence-homo-sapiens-europe-11003/

La question fait toujours débat sur l'évolution des techniques de la pierre présentée par les néandertaliens du chatelperronien (Le Châtelperronien étant distinct du Moustérien à ce niveau), à l'approche (et connaissances ?) des techniques des cromagnoniens de l'Aurignacien : ces derniers ayant possiblement apporté ces modifications aux cultures néandertaliennes ou l'inverse localement. Dans la mesure où l'on estime que le cromagnonien a procédé à plusieurs migrations, dont l'une des principales avait commencé vers - 70 000 ans environ (l'amenant en Australie il y a - 65 000 ans), il n'est pas impossible que des groupes d'hommes modernes soient parvenus et soient restés bien plus tôt en Europe (moins loin que l'Australie !) qu'encore découvert, l'avenir le dira. Mais on peut supposer que l'Homme de Cro-Magnon a bien accompagné puis remplacé l'Homme de Chatelperron sur place, vers - 42 000 ans, laissant des traces de l'Aurignacien mêlées à celles des néandertaliens, comme il a été découvert... Des squelettes néandertaliens y ont été découverts seulement, avec une large couche moustérienne et une couche chatelperronienne mêlée d'une couche aurignacienne. Il est possible que les Aurignaciens n'y soient pas allés souvent (la chasse ?), les carnaciers semblant avoir déjà repris le contrôle des lieux lors de la période gravétienne.

 

Prehistorama chatelperron

Reconstitution Chatelperronien au Préhistorama de Chatelperron (voir lien en bas)

 

Le Châtelperronien témoigne d'une mutation radicale des outillages en pierre et des productions symboliques. Reconnus dans le centre-ouest de la France et le nord de l'Espagne entre 47.000 et 42.000 ans avant le présent, les groupes humains qui s'y rattachent - vraisemblablement des néandertaliens - s'individualisent par l'emploi de lames en silex pour fabriquer des armes de chasse (les célèbres pointes de Châtelperron) et l'utilisation de matières dures animales (dents, etc.) pour confectionner des éléments de parure corporelle (perles, pendeloques, etc.). 

Par ce statut de gisement éponyme, le site de Châtelperron bénéficie d'une renommée mondiale et mobilise, aujourd'hui encore, de nombreuses équipes internationales. Il doit également sa réputation à la reconnaissance de vestiges d'occupations plus anciennes, attribuées au Moustérien, et plus récentes qui sont l'oeuvre de l'Homme Moderne (Aurignacien ancien).

Le site de Chatelperron, non fouillé depuis les années 1960, vient de faire l'objet d'une étude non invasive (LiDAR) afin d'étudier la géologie et topographie des lieux et de découvrir éventuellement de nouvelles grottes encore inconnues.

« Implanté sur un substrat calcaire, ce site est un véritable gruyère. Il y a donc peut-être d’autres grottes à découvrir.... » affirme Raphaël Angevin, Conservateur du patrimoine au service régional de l’archéologie de Clermont-Ferrand, qui fait partie d’une équipe d’experts - historien, ingénieur et géophysicien - qui s’est déplacée durant trois jours à Châtelperron pour effectuer, au sol, des relevés topographiques et utiliser un avion équipé d'un LiDAR.

« Ce nouveau projet de recherches vise à mieux comprendre l'évolution géologique du site et de son environnement, par le recours à des technologies novatrices non invasives » a ajouté Raphaël Angevin lors de sa conférence de 2019 à Dompierre sur Besbre sur le sujet.

Une présentation des résultats de la campagne 2019-2020 a été publiée, montrant une image LiDAR générale et annonçant la découverte d'anomalies au niveau de la topographie des lieux.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite