interviews

Voie Lactée : découverte d'un trou noir impossible

Voie Lactée : découverte d'un trou noir impossible

 

Lb1 reconstitution

 

Une équipe internationale d'astronomes a découvert dans notre propre galaxie un trou noir exceptionnellement massif d'origine stellaire d'une masse 68 fois supérieure à celle du Soleil, ce qui est impossible selon les théories actuelles. 

" Selon la plupart des modèles actuels d'évolution stellaire, les trous noirs d'une telle masse ne devraient même pas exister dans notre galaxie de la Voie Lactée ", a déclaré le Dr Jifeng Liu, astronome à l'Observatoire national d'astronomie de Chine, l'Académie chinoise des sciences.

" Nous pensions que les étoiles très massives ayant la composition chimique typique de notre galaxie devaient libérer l'essentiel de leur gaz dans des vents stellaires puissants, à l'approche de la fin de leur vie. Par conséquent, ils ne devraient pas laisser derrière eux un reste aussi massif. "

" Le trou noir récemment découvert est deux fois plus massif que ce que nous pensions possible. Maintenant, les théoriciens devront relever le défi d’expliquer sa formation.

" Ce trou noir est beaucoup plus massif que les trous noirs typiques que l'on trouve couramment dans la Voie lactée, dont les masses distribuent entre 5 et 15 masses solaires ", a ajouté le Dr Jorge Casares, chercheur à l'Instituto de Astrofísica de Canarias et à l'Université de La Laguna.

Le nouveau trou noir fait partie de LB-1, un système binaire étoile-trou noir situé à environ 13 800 années-lumière de la constellation des Gémeaux :

Lire la suite

Le mystérieux mur de Rockwall, USA

Le mystérieux mur de Rockwall, Texas, USA

 

rockwall.jpg

 

USA : des reliques et des structures " mal placées " Part 1

Peut-être que seuls les natifs le savaient, mais Rockwall tire bien son nom d'un mur en pierres. Une vieille entrée en forme d'arche en pierre, dans une propriété dans un coin de la ville est tout ce qu'il reste de visible. La pluie, la végétation et les modifications de terrains modernes l'ont enterré complètement.

" Quand je voie ça, dit Mark Russo, un conseiller élu de la ville, je pense que je vais dans un jardin secret.Cela vous transporte dans un autre temps en une seconde. Qui a fait ça ici ? Comment a-t-il pu être oublié ? "

Parmi les premiers colons de la ville, il y avait trois nouveaux arrivants, TU Wade, BF Boydston et une Stevenson M. qui étaient arrivés à établir une communauté agricole. En 1852, TU Wade et sa famille ont commencé à construire leur maison sur le côté est de la fourche est de la vallée de la rivière Trinity près du bord ouest du lotissement actuel de Rockwall qui est juste au nord de la route aujourd'hui 66.

Dans le processus de construire la ferme ainsi, M. Wade a frappé une formation de pierre. En creusant plus profondément l'enquête a découvert une " paroi rocheuse " en dessous de la surface qui courre sur une bonne longueur.

À l'époque, Stevenson, Boydston et Wade étaient en désaccord avec l'autre, chacun voulant nommer la ville, d'après leurs noms. Après la découverte de la ""paroi rocheuse"", ils ont décidé de nommer le village Rockwall pour résoudre leurs différends. (J.Glenn, 1950)

rockwall2b.jpg rockwall2c.jpg

journaux 1897

Même si le « mur de roche », à ce moment-là affleurait autour de la zone et faisait deux à trois pieds de haut avec des dalles de couverture en place, aucun lien n'avait été fait quant à l'étendue et à la portée de cette apparence en forme de clôture et encore moins d'être un véritable mur.

rockwall1.jpg

Ce qui suit est l'information recueillie à partir de Mary Pattie (Wade) Gibson, petite-fille de TU Wade, fondateur de la Fondation de la Paroi du comté historique de Rockwall. Elle a le mieux décrit ce que son grand-père et d'autres hommes ont fait à domicile :

Lire la suite

Briques de la Vie : du ribose dans les météorites

Briques de la Vie : du ribose dans les météorites

 

Ribose meteorite yoshihiro furukawa 500

 

 

La cosmochimie fait partie des disciplines utilisées par les exobiologistes pour apréhender l'origine de la Vie sur Terre et tenter d'évaluer les probabilités de son apparition ailleurs dans le cosmos. Une équipe internationale de chercheurs vient de publier un article dans Proceedings of the National Academy of Sciences qui fera date à cet égard, puisqu'ils y annoncent la toute première détection dans des météorites d'un sucre et surtout pas de n'importe quel sucre, puisqu'il s'agit du ribose, un des ingrédients de base pour la constitution de l'acide ribonucléique (ARN) et même de l'ADN, des molécules donc fondamentales du vivant.

La découverte a été faite en analysant des échantillons en poudre au moyen d'une technique de spectrométrie de masse par chromatographie en phase gazeuse. Deux météorites ont été l'objet de ces analyses, NWA 801 (CR) et Murchison (CM). Deux autres sucres biologiquement importants ont aussi été identifiés pour la première fois dans des météorites. L'arabinose ou sucre de pectine (les pectines sont présentes en grande quantité dans les parois végétales de nombreux fruits et légumes) et le xylose (sucre de bois ou sucre de bouleau).

 

Ribose meteorite yoshihiro furukawa

Ceci est un modèle de la structure moléculaire du ribose avec un fragment de la météorite de Murchison. La ribose et d'autres sucres ont été trouvés dans cette météorite. Crédit : Yoshihiro Furukawa

 

La météorite de Murchison fait l'objet de l'attention des exobiologistes depuis longtemps. Tombée près de la petite ville de Murchison en Australie en 1969, cette chondrite carbonée a livré aux cosmochimistes au cours des années plus de 70 acides aminés. Ils y ont ainsi découvert, sous forme de traces, l'alanine, la glycine, la valine, la leucine, l'isoleucine, la proline, l'acide aspartique et l'acide glutamique, toutes présentes dans les protéines de la vie telle qu'on la connaît sur Terre.

Des purines et des pyrimidines y ont également été trouvées. Or, ces molécules sont les bases de l'ADN et de l'ARN qui constituent le matériel génétique de tous les êtres vivants sur la Planète bleue.

C'est d'ailleurs ce à quoi fait allusion dans un communiqué de la NasaYoshihiro Furukawa de l'université de Tohoku, au Japon, l'auteur principal de l'étude publiée dans PNAS quand il explique que :

Lire la suite

Allemagne : découverte de fossiles d'une espèce inconnue de grands singes

Allemagne : découverte de fossiles d'une espèce inconnue de grands singes

 

Danuvius baviere 2

 

Ce sont les restes d'au moins quatre grands singes d'une espèce inconnue qui ont été découverts dans le sud-est de l'Allemagne, région de l'Allgäu en Bavière. Anciens de 11,62 millions d'années, les ossements ont permis de réunir 21 ossements du squelette partiel le plus complet d'un singe Danuvius male et de procéder à sa première étude, qui révèle plusieurs surprises.

La paléontologue Madelaine Böhme de l'Université de Tübingen a déclaré que l'anatomie de cette espèce, baptisée Danuvius guggenmosi, indique un style de locomotion jusqu'alors inconnu qui pourrait offrir des indices sur l'évolution de la marche bipède. Pratiquement pour la première fois parmi les fossiles de ces périodes, des os complets de membre sont préservés, ce qui fournit la preuve d'une forme nouvellement identifiée de comportement de position - le "grimpement de membre étendu" ("extended limb clambering").

 

Danuvius baviere1

Os de la main d'un spécimen masculin d'un nouveau singe Danuvius. L'étrange créature avait de longs bras, ce qui laisse penser qu'elle pouvait se balancer dans les arbres, mais ses mains ne possédaient pas des os solides, que possèdent habituellement les promeneurs sur articulations. (Crédit image: Christoph Jäckle)

 

Ce mâle devait peser entre 37 et 68 livres (17 et 31 kilogrammes) et avait des jambes ressemblant à celles des humains, mais avec des orteils et doigts saisissants et des bras allongés ressemblant à ceux des singes, qui lui auraient permis de se déplacer facilement à travers les cimes des arbres ppur échapper aux prédateurs félins par exemple. Mais ses mains et doigts n'étaient pas aussi robustes que ceux des chimpanzés, des bonobos et des gorilles, qui utilisent leurs doigts pour marcher également. En fait, la créature a peut-être également utilisé une locomotion étrange jamais vue jusqu'à présent, expliquant comment les ancêtres des humains ont pu évoluer pour marcher sur deux jambes, révèle cette nouvelle étude.

Un trait essentiel qui distingue les humains de nos plus proches parents vivants - les grands singes modernes, y compris les chimpanzés, les bonobos, les gorilles et les orangs - outans, est la façon dont nous nous tenons debout et marchons debout. Cette posture bipède a finalement permis de libérer nos mains pour utiliser des outils, aidant ainsi l’humanité à se répandre sur la planète. 

En revanche, les grands singes modernes possèdent des bras allongés qu'ils utilisent lors des mouvements. Par exemple, les chimpanzés, les bonobos et les gorilles pratiquent la marche sur les articulations, tandis que les orangs-outans marchent avec le poing sur le sol et que tous les grands singes modernes possèdent des traits anatomiques qui leur permettent de se balancer de branche en branche en utilisant uniquement leurs bras - une méthode de locomotion appelée brachiation.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Turquie : un nouveau site de 11 800 ans découvert

Turquie : un nouveau site de 11 800 ans découvert

 

Turquie fouilles2019 11800ans mardin 500

 

Faisant maintenant partie de la province de Mardin, cette région du sud-est de la Turquie a accueilli de nombreuses civilisations, notamment des Sumériens, des Akkadiens, des Babyloniens, des Hittites, des Urartiens, des Romains, des Abbassides, des Seljuks et des Ottomans. C'est sur le site de l'ancienne colonie Boncuklu Tarla que des dernières découvertes ont eu lieu.

L'archéologue Ergül Kodaş a déclaré que son équipe procédait à des fouilles sur le site dans le cadre d'un projet axé sur la documentation et le sauvetage de sites culturels situés dans le district de Dargecit, lorsqu'ils ont découvert un réseau d'égouts vieux de 11 800 ans et plus de deux douzaines d'artefacts architecturaux. Le professeur Kodas, professeur au département d’archéologie de l’Université Mardin Artuklu et conseiller scientifique des fouilles à Boncuklu Tarla, a déclaré que les travaux avaient été dirigés par la professeure Ayşe Tuba Ökse, du département d’archéologie de l’Université de Kocaeli.

Au total, 15 restaurateurs et archéologues, ainsi que 50 travailleurs, procèdent actuellement à des fouilles dans la zone, qui a été désignée site historique et culturel par les autorités turques.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Astrophysique : une nouvelle piste pour les trous de ver

Astrophysique : une nouvelle piste pour les trous de ver

 

Trou noir ver

 

Les physiciens ont compris assez rapidement que les trous noirs et les trous de ver étaient une solution possible aux équations de la relativité générale d’Albert Einstein. En effet, c'est très peu de temps après la publication de la théorie par Einstein en 1915, que le physicien allemand Karl Schwarzschild (fin 1915) a trouvé une solution possible qui prédit non seulement l’existence de trous noirs, mais aussi celle de tunnels les reliant. Mais Schwarzschild avait calculé que tout trou de ver reliant deux trous noirs s’effondrerait trop rapidement pour que quoi que ce soit puisse le traverser. La seule façon de traverser ces objets cosmiques, d'après lui, serait de les stabiliser grâce à l’existence de matières exotiques à densité d’énergie négative. C'est Albert Einstein lui-même, recevant un courrier explicatif de Schwarzschild, qui présenta au nom de celui-ci à l'Académie des sciences de Prusse le 13 janvier 1916 les calculs du physicien, car il est le premier à avoir trouvé une solution à ses équations gravitationnelles. Avec la métrique de Schwarzschild, ce dernier démontrait que dans les équations décrivant la gravitation d'une quantité de matière concentrée en un point, il apparaît une singularité à la distance du rayon de Schwarzschild du centre, qui n'est en fait qu'apparente, comme le montre la métrique de Kruskal-Szekeres. Malheureusement, Schwarzschild décédait en mai 1916, victime d'une maladie contractée lors de son enrôlement dans l'armée allemande pour faire la guerre.

Ses travaux sont à l'origine de toutes les recherches effectuées depuis sur les trous noirs et les trous de ver. Depuis, les trous noirs sont passés d'une hypothèse théorique à une reconnaissance quasiment unanime, alors que les trous de ver sont restés comme une hypothèse que de nombreux physiciens cherchent à confirmer ou infirmer.

Cette année 2019 a vu les publications de deux équipes de chercheurs qui pourraient faire évoluer les choses vers une confirmation de l'existence de ces fameux trous de ver. Pour rappel, les trous de ver sont des raccourcis hypothétiques entre deux régions de l’espace-temps. En fait, pour plusieurs physiciens, ces trous de ver pourraient non seulement relier deux points distants de notre univers, mais aussi (ou à la place), relier deux univers (parallèles ou dimensionnels) différents.

Tout d'abord, une équipe de scientifiques de l’Ivy League a publié une étude expliquant comment des trous de ver traversables pourraient exister. Daniel Jafferis, physicien à l’Université Harvard, semble avoir une solution. Comme il l’a expliqué dans sa conférence de l’April meeting of the American Physical Society 2019 : « La perspective de configurations de trous de ver traversables a longtemps été une source de fascination. Je décrirai les premiers exemples compatibles avec une théorie de la gravité pouvant être complétée par UV, sans aucune matière exotique. La configuration implique une connexion directe entre les deux extrémités du trou de ver. Je discuterai également de ses implications pour l’information quantique en relation avec la gravité, du paradoxe de l’information du trou noir et de sa relation avec la téléportation quantique ».

 

Trou noir ver blanc voyage interstellaire

Bien qu’ils soient une solution possible aux équations de la relativité générale, les trous de ver nécessitent de la matière exotique pour rester stables. Toutefois, selon Jafferis, il pourrait exister une configuration stable de trou de ver sans nécessiter une telle matière. Crédits : Andrzej Wojcicki/Getty

 

Dans le cadre de cette étude, Jafferis a examiné le travail effectué par Einstein et Nathan Rosen en 1935. Cherchant à développer les travaux de Schwarzschild et d’autres scientifiques à la recherche de solutions aux équations d’Einstein, ils avaient proposé l’existence éventuelle de ponts dans l’espace-temps (appelés ponts d’Einstein–Rosen, ou trous de ver) qui pourraient théoriquement permettre à la matière et aux objets de les traverser.

En 2013, cette théorie était utilisée par les physiciens théoriciens Leonard Susskind et Juan Maldacena comme une solution possible pour la relativité générale et l’intrication quantique. Connue sous le nom de conjecture ER = EPR, cette théorie suggère que les trous de ver sont à la base du mécanisme de l’intrication quantique, permettant de relier deux particules séparées l’une de l’autre.

C’est à partir de là que Jafferis a développé sa théorie, en postulant que les trous de ver pourraient en réalité être traversés par des photons. Pour tester cela, Jafferis a mené une analyse avec l’aide des physiciens Ping Gao et Aron Wall.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mexique : découverte de 27 sites mayas sur une carte LiDAR

Mexique : découverte de 27 sites mayas sur une carte LiDAR

 

Lidarelsaraguato mini500

 

Un archéologue très observateur a utilisé une carte en ligne LIDAR librement disponible pour localiser 27 sites cérémoniels mayas au Mexique.

Selon le New York TimesTakeshi Inomata, professeur d'archéologie à l'Université de l'Arizona, a découvert de nombreux sites inconnus à l'aide d'une carte LiDAR (Détection de la lumière et télémétrie) trouvée en ligne l'an dernier. La technologie LiDAR exploite un laser pour mesurer les distances à la surface de la Terre et peut s'avérer extrêmement utile pour étudier ce qui est caché dans les zones à végétation dense.

 

Mayanlidar7 superjumbo

La carte LIDAR en question, republiée par le New York Times

 

La carte de 2011, qui couvre 4400 km 2 des états mexicains de Tabasco et de Chiapas, a été publiée par l'Institut national de la statistique et de la géographie du Mexique, a rapporté le Times.

 

Mayalacarmelitawest

Vue de l'ouest du site de La Carmelita. (Crédit :Takeshi Inomata)

 

Inomata a déclaré à Fox News que cette découverte faisait suite à ses recherches sur le site de Ceibal au Guatemala, où un complexe cérémoniel datant de 1000 à 900 avant JC a été découvert.

« Nous sommes ensuite allés dans cette région (Tabasco) en pensant qu'il pourrait y avoir des complexes cérémoniels similaires de cette période », a-t-il expliqué. « C'était formidable de voir qu'il y avait plus de sites de ce type que prévu. Il est également remarquable qu'ils aient des formations rectangulaires très standardisées ».

Lire la suite-ci-dessous :

Lire la suite

Egypte, Luxor : des découvertes multiples s'enchaînent

Egypte, Luxor : des découvertes multiples s'enchaînent

 

Luxorfouilles2019b

Crédit: Ministère des Antiquités Egypte

 

Le 11 octobre 2019, une publication dans les médias annonçait la découverte d'une véritable "Zone industrielle" remplie d'objets royaux, composée de 30 ateliers et d'un grand four à céramique, un site tentaculaire découvert dans la Vallée des Singes de Louxor. C'est maintenant plus de 20 sarcophages intacts, scellés et peints, en parfait état, qui viennent d’être découverts dans une cachette à El Assasif, sur la rive ouest de Louxor. Une annonce officielle est prévue samedi 19 octobre 2019.

" Chaque atelier avait un but différent ", a déclaré l'archéologue Zahi Hawass, qui a dirigé les fouilles, lors d'un entretien téléphonique avec CNN. " Certains étaient utilisés pour fabriquer de la poterie, d'autres pour produire des artefacts en or et d'autres encore pour fabriquer des meubles ".

Sur le site, qui s'étend sur environ 75 mètres dans la vallée, l’équipe de Hawass a découvert des perles de marqueterie, des bagues en argent et du papier doré - des objets couramment utilisés pour décorer les cercueils en bois de la royauté antique égyptienne. Selon la déclaration, certains des artefacts représentaient les ailes d’Horus, une divinité associée à la mort et à la résurrection.

 

Luxorfouilles2019a

L'équipe de fouilles a découvert 30 ateliers utilisés pour produire des objets tels que des poteries, qui ont été placées dans les tombeaux royaux parsemant les vallées environnantes. Crédit: Ministère des Antiquités Egypte

 

" Ceci est sans précédent ", a déclaré Hawass à propos des trouvailles. " Jusqu'à présent, tout ce que nous savions sur la région (de Louxor) provenait des tombes elles-mêmes, mais cette nouvelle découverte nous permettra de faire la lumière sur les outils et techniques utilisés pour produire les cercueils royaux et le mobilier placé dans les tombes ".

Selon Hawass, cette découverte marque la première fois que des ateliers de fabrication d'ornements funéraires à "l'échelle industrielle" sont découverts en Égypte. Il a ajouté que le site fournirait des informations supplémentaires sur la vie des ouvriers qui y travaillaient.

" Nous avons trouvé des pièces de stockage contenant de l'eau et de la nourriture, ainsi qu'un réservoir d'eau dans lequel les travailleurs pouvaient boire ", a-t-il expliqué.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Israel, En Esur: une ville de 5 000 ans découverte

Israel, En Esur: une ville de 5 000 ans découverte

 

Israel ville5000ans 550

 

 

Décidément, après la découverte cet été d'une étonnante ville préhistorique de 9000 ans environ découverte près de Jerusalem (voir le lien ci-dessous), c'est maintenant la découverte d'une grande cité datée de 5 000 ans environ, de l'âge du bronze donc, qui a été découverte au nord de Tel Aviv. Et il y a également en-dessous encore, des ruines datées de 7 000 ans environ...

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/motza-decouverte-d-une-cite-prehistorique.html

Cette vieille ville de 5 000 ans laisse présager une planification urbaine sophistiquée qui s'est produite bien plus tôt que prévu.

" Il s’agit de la plus grande zone urbaine de l’âge du bronze trouvée dans la région à ce jour et pourrait fondamentalement changer l’idée de la date à laquelle une urbanisation sophistiquée a commencé à se produire dans la région ", ont déclaré les archéologues.

L'Autorité israélienne des antiquités a déclaré dans un article sur Facebook que la ville avait été découverte sur le site de fouilles d'En Esur au cours de travaux routiers près de Harish, une ville située à environ 50 kilomètres au nord de Tel Aviv.Les archéologues ont décrit la ville comme "cosmopolite et planifiée". Elle couvrait une superficie de 65 hectares et abritait environ 6 000 personnes, ont-ils ajouté, ce qui aurait été une taille importante pour l'époque. A tel point que l'Autorité des antiquités israéliennes l'a appelée le "New York du début de l'âge du bronze".

 

Israel ville5000ans1

Crédit : picture-alliance/newscom/D.Hill

 

C'est plus de deux à trois fois plus grand que les plus grands sites (de cette région) remontant à cette période ", a expliqué l'archéologue Yitzhak Paz.

 

(voir la suite ci-dessous) :

Lire la suite

Anomalies dans la Baltique : Nouvelles expéditions 2019

Anomalies dans la Baltique : Nouvelles expéditions 2019

 

Scananomaliebaltique2 mini

 

 

Voici la reprise d'un gros dossier de ce site, puisque cette découverte et les recherches liées y ont été suivies et traduites dès son début : http://www.sciences-faits-histoires.com/pages/pages/les-anomalies-de-la-mer-baltique.html

Un gros dossier qui va devoir être divisé en deux parties étant donné la masse de son contenu.

Nous avions donc quitté l'équipe Océan X à la moitié de l'année 2016 et sa découverte confirmée d'un sous-marin datant de la première guerre mondiale dans un autre endroit de la Mer Baltique. Depuis, l'équipe a pu se procurer un bateau plus récent et confortable, un nouveau rover et a continué ses recherches d'épaves et de cargaisons de spiritueux, permettant le financement de l'entreprise. C'est en juin 2019 que l'annonce d'une nouvelle expédition sur l'Anomalie 2 cette fois est engagée formellement...

 

baltique-anomaly2-scan-1.jpg

Les scans de 2011 avec l'Anomalie 1 à gauche et l'Anomalie 2 à droite (crédit : Ocean X)

ocean-explorer-balticanomaly2012g.jpg

le scan de 2011 de l'Anomalie 2 (crédit : Ocean X)

 

Depuis, les analyses des scans et l'utilisation des données sur la région, de comparaison avec des cartes marines, satellitaires et les données des échoes des senseurs du rover associées aux logiciels GPS ont permis de dessiner de nouvelles cartes des lieux. Pour rappel, l'équipe avait au moins pu faire un passage au-dessus des deux anomalies à la mi-août 2014, avec leur nouveau matériel de sonar multidirectionnel Klein 3900 :

 

Maps2011sonarscans

Nous avons ici un mix entre la ligne de scan du sonar de 2011 et l'écho de la région au multibeam (multidirectionnel 3D GPS) (2014).

 

Baltiqueano

scan issu d'un passage au-dessus de l'anomalie 2 (2014) Publication by Thomas Mikey Scrøder Jensen

 

Ano 2zoommpevrard2

Ano 2 par MP Evrard (équipe française), une certaine apparence d'une épave ou de l'empreinte sédimentée d'une épave...

 

 

Voici une petite vidéo mise en ligne en septembre 2019 présentant les débuts de l'expédition de juin 2019, en direct du bateau et la veille d'atteindre le lieu des Anomalies. Présentation faite par Peter Lindberg de la passerelle du navire. Celui-ci annonce qu'il s'agit juste d'une petite expédition car ils n'ont que 66% de l'équipage. Les quelques minutes d'images restantes ont été filmées sur les lieux, le lendemain, avec un beau temps et une petite visite du bateau...

 

Le site des anomalies a été atteint le 08 juin 2019 d'après la communication du chef de l'expédition, ‎Peter Lindberg‎, voir ci-dessous :

Lire la suite

Sri Lanka : des microlithes sophistiqués de 48 000 ans

Sri Lanka : des microlithes sophistiqués de 48 000 ans

 

Phasedetc outilsdivers

 

De petits outils en pierre - probablement des pointes de flèche et de lance - trouvés dans une grotte au Sri Lanka sont en train de réécrire l'histoire sur la façon dont les humains se sont déplacés vers de nouveaux environnements difficiles il y a près de 50 000 ans.

Une nouvelle datation au radiocarbone montre que les microlithes sont les plus anciens trouvés en Asie du Sud et parmi les plus anciens de toute l'Eurasie. Les outils semblent faire partie d'une «boîte à outils de survie» qui a permis à Homo sapiens de s'installer dans les forêts tropicales humides et dans d'autres environnements difficiles beaucoup plus tôt que prévu.

Jusqu'à récemment, les forêts tropicales étaient considérées comme des obstacles à la migration humaine, avec des maladies, des animaux dangereux, la rareté de plantes riches en glucides et des ressources limitées, posant tous des problèmes. Par conséquent, les recherches sur les migrations humaines en Asie se sont concentrées sur la côte et la savane.

 

Sri lanka grotte

Sri Lanka, entrée d'une grotte - wikipedi common

 

Toutefois, au cours des dix dernières années, de plus en plus de preuves archéologiques ont montré que H. sapiens vivait dans les forêts tropicales ombrophiles d’Asie du Sud, du Sud-Est et de Mélanésie il y a 45 000 à 36 000 ans. YH : Ces nouvelles datations calibrées repoussent donc déjà de 3 000 ans la présence certaine de l'homme moderne au Sri Lanka. Mais je n'oublie pas la présence possible, voir probable, de Homo Denisova (détecté "localement" au Tibet et Philippines) et de Homo Erectus (trouvé en Asie et ailleurs) auparavant...

Cette image manquait d'une bonne compréhension de la technologie utilisée par les humains pour leur survie, ces études approfondies sont instructives, voir ci-dessous :

Lire la suite

Impact puissant il y a 12 800 ans : Nouvelle confirmation

Impact puissant il y a 12 800 ans : Nouvelle confirmation en Afrique du Sud

 

Collisions 1

 

Une nouvelle recherche soutient l'hypothèse qu'un astéroïde a contribué à l'extinction de masse du Dryas récent (12 800 ans).

 

Une équipe de scientifiques sud-africains a découvert des preuves corroborant en partie l'hypothèse selon laquelle la Terre aurait été frappée par une grosse météorite, un astéroïde ou une comète il y a 12 800 ans, entraînant des conséquences globales, notamment un changement climatique, et contribuant à l'extinction de nombreuses espèces de grands animaux à l'époque, lors d'un épisode appelé le Dryas Récent.

L’équipe, dirigée par le professeur Francis Thackeray de l’Institut d’études sur l’évolution de l’université du Witwatersrand à Johannesburg, en Afrique du Sud, a découvert des preuves d’un «pic de platine» remarquable sur un site appelé Wonderkrater dans la province du Limpopo, au nord de Pretoria, en Afrique du Sud. En travaillant avec le chercheur Philip Pieterse de l'Université de Johannesburg et le professeur Louis Scott de l'Université de l'État libre, Thackeray a découvert ces preuves à partir d'un noyau foré dans un gisement de tourbe, notamment dans un échantillon âgé d'environ 12 800 ans. Cette recherche a été publiée dans Palaeontologia Africana, voir ci-dessous :

Lire la suite

Vix, France, une nouvelle tombe celte découverte ?

Vix, France, une nouvelle tombe celte découverte ?

 

Vix vueaerienne mini 1

L'emplacement de ce qui pourrait être une autre sépulture a été trouvé sous le tumulus de la princesse de Vix : c'est l'un des premiers enseignements des nouvelles fouilles entreprises sur le site, qui ne sont pas finies puisqu'elles durent jusqu'en novembre de cette année 2019. Découverts et partiellement fouillés en 1953, le tumulus de la princesse de Vix et son trésor ont été datés à l'époque au 6ème siècle avant notre ére. Il serait intéressant de refaire de nouvelles datations avec les nouvelles calibrations et techniques.

Durant l’hiver 1953, dans des conditions difficiles, la tombe de « la Dame de Vix » fut fouillée par René Joffroy. Dans la chambre funéraire, parementée de bois, les quatre roues d’un char étaient déposées le long d’une paroi. Au centre, une femme d’environ 40 ans reposait sur la caisse du char. Elle était richement parée avec notamment un torque en or, des fibules en bronze décorées d’or, de corail et d’ambre... Un gigantesque cratère grec en bronze – le plus grand vase métallique de l’antiquité – occupait un angle de la tombe. Il est décoré d’hoplites, de chevaux et de chars et des gorgones forment ses anses. Sont aussi présents une phiale (coupe) d’argent, une œnochoé, des bassins de bronze…
Cette tombe constitue en France la plus grande découverte celtique du XXe siècle mais le vaste monument funéraire qui l’abritait n’a jamais été réellement fouillé.

Les techniques d’enregistrement des données en usage en 1953 n’autorisaient qu’une prise en compte partielle de la tombe. Aucune vue d’ensemble, aucun relevé stratigraphique n’existent pour cet espace funéraire. Aujourd’hui, l’utilisation de drone, la photogrammétrie et la modélisation 3D sont autant de nouvelles technologies au service des archéologues.

De nombreuses questions restent en suspens, auxquelles l’équipe de spécialistes (archéologues, géomorphologues, céramologues, etc…) tente de répondre. Le monument funéraire abrite-t-il encore des sépultures secondaires ? Pourrait-on, comme l’a montré le site princier de Lavau, déceler les traces d’un podium destiné aux funérailles de la princesse ?

 

Vix vueaerienne

Vue zénithale de la fouille ; le tumulus apparaît, vaste aménagement de pierres et de terre ; au cœur de la fouille, à la croisée des bermes, se trouve la tombe, recoupée par la fouille de 1953. - Denis Gliksman, Inrap

 

Depuis le mois d'août et jusqu'en novembre 2019 donc, des équipes de l’INRAP, l’Institut national de recherches archéologiques préventives, et de l’unité de recherche ArTeHis, se succèdent à Vix, près de Châtillon-sur-Seine, en Cote d'Or, là où en 1953 avait été découverte la tombe d'une princesse celte. Elle était pleine d'objets merveilleux, dont le célèbre vase de Vix, 200 kilos de bronze richement ouvragé, mais les archéologues veulent en savoir plus. Ils ont fait ce mercredi 18 septembre 2019 un point d'étape pour la presse :

Lire la suite

OVNIs : ODHtv - Actualités 3ème trimestre 2019

OVNIs : ODHtv - Actualités 3ème trimestre 2019 - MAJ 02-10-2019

 

Ovni dans le monde odhtv

Lien vers l'actualité du 1er semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 2ème semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2019.html


 

JT Ovni en France, vous partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques mais également un dossier sur les ovnis dans l'histoire d'un département ou d'une région. (ps: Toutes les images ou vidéos que vous pensez être des films d'ovni dans cette vidéo sont des reconstitutions selon le ou les dessins des témoins, comme indiquées en haut à gauche....)

L'édition de Juillet 2019 vous est présentée par Gilles.T :

Lire la suite

Il y a 7000 ans l'homme fabriquait des biberons

Il y a 7000 ans l'homme fabriquait des biberons

 

Vaseneolithique

 

Des traces de lait de ruminants ont été retrouvées dans des biberons en céramique datés de 5.000 ans avant J.-C. Ici, un bébé avec une reconstruction d'un de ces récipients préhistoriques. Crédit: Helena Seidl da Fonseca 

 

Une équipe de scientifiques, dirigée par l'Université de Bristol, a découvert la première preuve que des bébés préhistoriques étaient nourris au lait d'origine animale à l'aide de l'équivalent de biberons modernes.

D'éventuels vases d'alimentation pour nourrissons, fabriqués à partir d'argile, apparaissent pour la première fois en Europe au néolithique (environ 5 000 av. J.-C.), et deviennent de plus en plus courants au cours des âges du bronze et du fer.

Les vases sont généralement assez petits pour tenir dans les mains du bébé et ont un bec verseur à travers lequel le liquide peut être aspiré. Parfois, ils ont des pieds et ont la forme d'animaux imaginaires.

Malgré cela, en l'absence de toute preuve directe de leur fonction, il a été suggéré qu'ils pourraient également être des vases pour les malades ou les infirmes.

 

Vaseneolithique5

Crédit : Katharina Rebay-Salisbury

 

Les chercheurs voulaient déterminer s'il s'agissait bien de vases d'alimentation pour bébés (biberons). Ils ont donc sélectionné trois exemples trouvés dans de très rares tombes d'enfants en Bavière (Allemagne). Celles-ci étaient petites (environ 5 à 10 cm de diamètre) avec un bec extrêmement étroit.

L'équipe a utilisé une approche combinée chimique et isotopique pour identifier et quantifier les résidus de nourriture trouvés dans les vases, lire la suite ci-dessous :

Lire la suite