Algerie djeddars5

ALGERIE: Les Djeddars pyramides berbères

ALGERIE: Les Djeddars pyramides berbères

 

Algerie djeddars1

Datant de plusieurs siècles, voir millénaires pour les plus anciens, les tombeaux pyramidaux de l’Algérie sont des vestiges uniques d’une époque ancienne, mais le manque de recherche a laissé les Djeddars dans une ombre de mystère. Les plus anciens et connus sont au nord du pays, mais l'intérieur berbère recèle encore bien des ruines mal explorées et connues, telles les 13 monuments anguleux aux bases carrées bâtis au sommet de tumulis près de la ville de Tiaret, à environ 250 km au sud-ouest de la capitale Alger.

Construits à priori entre le IVe et le VIIe siècle, certains érudits pensent que les tombes ont été construites en tant que lieux de repos définitifs pour la royauté berbère - bien que personne ne sache qui l'a réellement commencée. Mais les autorités et les archéologues algériens tentent maintenant d'obtenir l'inscription des Djeddars sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, dans l'espoir d'assurer leur conservation et leur étude.

L'obtention de ce statut est un processus long et le ministère de la Culture a déclaré que la candidature de l'Algérie à l'organe de l'ONU "sera déposée au cours du premier trimestre de 2020".

 

Algerie djeddars2

Les experts du Centre national de recherche préhistorique, anthropologique et historique préparent depuis plus d’un an le dossier des Jeddars. L’objectif est de "préserver ce patrimoine d’une valeur incommensurable et d’un héritage ancestral", a déclaré Mustapha Dorbane, professeur à l’Institut d’archéologie de l’Université d’Alger 2. Lors de la construction des Jeddars, les rois berbères régnaient sur la région dans de petits fiefs dont l'histoire est mal connue et dont il restait peu de traces. Ce fut une période de grande agitation pour l'ancienne province romaine de Numidia, avec l'effondrement de l'empire occidental de Rome, l'invasion des troupes vandales et byzantines et l'invasion par les forces arabes de l'Afrique du Nord  :

Algerie djeddars5

Pendant des siècles, ces monuments éloignés ont été en grande partie ignorés, livrés aux ravages du temps et des pilleurs. Mais plus récemment, un groupe d’une vingtaine d’étudiants en archéologie et leurs professeurs a travaillé sur les monuments. En se déplaçant lentement, ils ont repéré des taches de vandalisme et ont utilisé de l'eau et des pinceaux pour nettoyer délicatement les symboles gravés sur une pierre avant de les mesurer.

Une tâche minutieuse, chaque entrée peut prendre plus de deux heures.

 

Algerie djeddars9

Reconstitution par le dessinateur et auteur de BD Jean-Claude Golvin

 

L'archéologue algérien Rachid Mahouz, qui a consacré cinq ans à sa thèse de doctorat sur les tombes, déplore le manque de recherches consacrées aux "merveilles" du pays.

"Les archives françaises sur les Djeddars ne sont pas disponibles et les objets et ossements trouvés pendant la période coloniale ont été transportés en France", a déclaré Mahouz, né et a grandi à proximité.

L'archéologie n'était enseignée dans les universités algériennes qu'au début des années 1980 et, jusqu'à présent, aucune spécialité sur les monuments funéraires n'est proposée.

L'équipe de recherche a travaillé sur Jeddar A, qui se trouve sur le mont Lakhdar, aux côtés des monuments B et C. Les Jeddars restants se trouvent sur une colline à environ six kilomètres, le mont Arouri, et portent les lettres D à M.

 

Algerie djeddars6

Chacune contient au moins une pièce, le plus grand tumulus cédant la place à un labyrinthe de 20 compartiments, y compris des chambres funérairesCertaines salles sont équipées de bancs, des zones que les chercheurs pensent avoir pu être utilisées pour le culte.

À l'intérieur des tombes, des symboles chrétiens traditionnels ainsi que des scènes de chasse et des figures d'animaux sont gravés au-dessus des portesDes traces d'inscriptions supposées être latines marquent les murs, mais le temps les a rendues illisibles. Parmi les couches de l'histoire, les chercheurs disent qu'ils ont également trouvé des lettres grecques - bien que d'autres le contestent.

Les Djeddars de Frenda ont été construits plusieurs siècles après d'autres imposants monuments funéraires pré-islamiques, qui se trouvent dans le nord de l'Algérie actuel, ce qui en fait le dernier du genre à être érigé avant l'arrivée de l'islam. " Le trait le plus caractéristique des Djeddars est de loin la date de leur construction ", a déclaré l'archéologue Mahouz.

Les monuments témoignent de l'évolution des pratiques d'inhumation dans la région. Des simples monticules de terre et de pierre, connus sous le nom de tumuli, aux tombeaux aux murs de pierre appelés bazinas.

Mais avec une hauteur atteignant 18 mètres, certains chercheurs disent que la taille des Jeddars les place dans une catégorie à part.

La plus ancienne description écrite connue des Djeddars a été faite par l'historien Ibn Rakik au 11ème siècle, selon le célèbre penseur arabe Ibn Khaldoun. Ibn Rakik, est un historien arabe de la fin du Xème siècle qui vécut sous la dynastie Ziride dont le témoignage précieux est rapporté par Abderrahmane Ibn Khaldoun : « Ibn-er-Rakik rapporte qu’El-Mansour rencontra dans une expédition des monuments anciens, auprès des châteaux qui s’élèvent sur les Trois Montagnes (les Djeddars). Ces monuments étaient en pierre de taille, et vus de loin, ils présentaient l’aspect de tombeaux en dos d’âne. Sur une pierre de ces ruines, il découvrit une inscription dont on lui fournit l’interprétation suivante : Je suis Soleiman le Serdéghos. Les habitants de cette ville s’étant révoltés, le roi m’envoya contre eux; et Dieu m’ayant permis de les vaincre, j’ai fait élever ce monument pour éterniser mon souvenir ». Serdéghos est une altération du mot grec Stratégos. »

 

Algerie djeddars3

Les quelques gravures qui ornent les façades internes et externes des tombeaux représentent souvent des animaux, outre des formes géométriques au dessus des entrées, qui racontent l’histoire des premiers occupants de cette région et de leurs rois, enterrés dans ces tombeaux sacrés.

Ce n'est qu'au milieu du XIXe siècle et les premières explorations archéologiques modernes en Algérie, provoquées par le colonialisme français, que les Djeddars ont commencé à attirer l'attention.

Les troupes françaises et les autorités coloniales ont commencé l'exploration de neuf des tombes en 1865.

La compréhension des Djeddars a été renforcée à la fin des années 1960 par l’étude en trois ans de l’archéologue algérienne Fatima Kadra des Jeddars A, B et C, la plus ancienne des 13 et la seule à être explorée depuis l’indépendance de l’Algérie.

 

Algerie djeddars4

Mais plusieurs des structures n'ont jamais été fouillées, car la gravité et le temps ont amené des monticules de terre et de pierres s'écraser sur les tombes. Les pillages et la détérioration ont aggravé une tâche déjà difficile pour les chercheurs modernes disposant de peu de soutien. Certaines, effondrées, n'ont jamais été fouillées, faute de pouvoir accéder à l'intérieur, et pourraient encore renfermer des restes, estime l'archéologue Rachid Mahouz. 


https://phys.org/news/2019-01-algeria-ancient-pyramid-tombs-shrouded.html

 

https://youtu.be/ZHeE3waBPRY

M. Sahraoui est revenu sur le patrimoine architectural berbère de la wilaya de Tiaret qui, selon lui, recèle plusieurs sites archéologiques dont celui des Djeddars de Frenda, qui réunit à lui seul treize pyramides berbères. A cet égard, le conférencier a tenu à préciser qu’il s’agit bel et bien de pyramides bâties par les Berbères des milliers d’années avant J-C. « Beaucoup d’Algériens ignorent l’existence de pyramides dans notre pays. Pour eux, ces édifices n’existent qu’en Égypte », a-t-il déclaré. « Ces pyramides ont servi de tombeaux et de mausolées pour les rois berbères », a-t-il ajouté.

 

Algerie djeddars7

L’intervenant n’a pas manqué de préciser également que d’autres pyramides semblables à celles de Tiaret existent à travers tout le territoire national, à l’exemple du mausolée royal de Maurétanie, à Sidi Rached, près de Tipasa, construit en 950 avant J-C, celui de Medghassen à Batna, bâti trois siècles avant J-C, celui du roi berbère Syphax, à Sig, dans l’Ouest algérien, et celui de la reine berbère Tin Hinan, à Tamanrasset.

Pour le conférencier, outre l’aspect spirituel qui caractérise ces lieux de cénotaphe, à savoir la sépulture, la construction de ces pyramides en forme de dôme traduit une architecture bien propre à la culture berbère et met en évidence tout le savoir-faire et le génie de ses concepteurs. Preuve que les Berbères possédaient déjà à cette époque une grande maîtrise de la géométrie et des calculs.

 

Algerie djeddars8Structure pyramidale berbère élaborée

 

Évoquant les fouilles archéologiques qui ont été menées sur les différents sites de la wilaya de Tiaret, M. Sahraoui a indiqué que la première archéologue de l’Algérie indépendante à avoir mené des recherches sur ces sites était Mme Khadra Kadri.

L’universitaire a rappelé enfin que tous ces monuments sont malheureusement aujourd’hui dans un état désolant, en constante dégradation, et qu’il est temps de protéger ces joyaux de l’architecture berbère antique, qui témoignent du passé prestigieux des ancêtres et de la grandeur de cette civilisation plusieurs fois millénaire.

Par leur aspect, pyramides à gradins, ils sont similaires au medracen de Batna et au tombeau royal de la Maurétanie à Tipaza. " L’origine des Djeddars a été longtemps controversée ", fait remarquer Auguste Berque. Le chercheur Adrien Berbrugger fait remonter la construction des Djeddar à une période utérieures à celle des Byzantins.

Alors que G. Camps fera un lien entre les trois monuments, le Madracen, le Mausolée Royal de Maurétanie dit le tombeau de la chrétienne et les Djeddars. Et d'après l'auteure, Ginette Aumassip, ces monuments datent de plusieurs milliers d'années. Et ils sont les plus anciens monuments de l'Afrique du Nord.

Les Djeddars localisés au Sud-Ouest de Tiaret paraissent dérivés des tumuli, leur construction est cependant bien plus régulière. Ces monuments sur plan carré se composent d'un soubassement et d'une pyramide à gradins; des caveaux funéraires avec couloir d'accès sont ménagés à l'intérieur. Aucun monument analogue n'est signalé dans l'extrême Sud Saharien. 

 

Sources : 

https://phys.org/news/2019-01-algeria-ancient-pyramid-tombs-shrouded.html

http://www.archaeologica.org/NewsPage.htm

https://www.vitaminedz.com/histoire-et-origine-des-djeddars/Articles_19447_361794_14_1.html

 

Yves Herbo et traductions, Sciences-Faits-Histoires, 30-01-2019

 

 

archéologie échange lire mystère légendes antiquité

Ajouter un commentaire