Colombie : Ciudad Perdida et les Tayronas

Colombie : Ciudad Perdida et les Tayronas

 

Tayro3

céramique tayronas, de curieuses similitudes avec l'art antique chinois

 

Voici, en tant que données archéologiques complétant les compilations de datas sur les civilisations préhistoriques ou antiques disparues, des informations sur un site situé en Amérique Latine dont je n'avais pas encore parlé. Il ne s'agit pas de découvertes récentes mais ces endroits, suite aux difficultés d'accès géographiques, ethniques ou politiques, conservent toujours de nos jours une grande part de mystères. En fait, en cherchant des données plus récentes, on s'aperçoit aisément du manque de fouilles profondes et de recherches véritables de preuves originales de la fondation de ce site et de véritables datations basées sur des éléments concrets, même si les autorités colombiennes affirment que des archéologues ont pu fouiller le site pendant 30 ans, on sait aussi que seuls 10% de celui-ci l'a été réellement !...

D'autant plus que "Ciudad Perdida" ou la "Cité Perdue" colombienne, a été découverte par des huaqueros en 1972 et révélée à la science et au public qu'en 1975, laissant la pègre des pilleurs de tombes vider en partie de ses trésors en or et joyaux les vestiges de cette petite ville précolombienne, comme d'ailleurs beaucoup de sites amérindiens... Il s'agit pourtant d'un site et d'une culture absolument unique dans tout le continent sud-américain, comme nous allons le voir :

 

Ciudad perdida sommet

Ciudad Perdida, Colombie, Gavin Rough from Waterloo, Canada - CC BY 2.0

Situé dans la Sierra Nevada de Santa Marta, en Colombie, ce site est également connu sous le nom de Buritaca tandis que les indiens l'appellent Teyuna. Ce ne fut que lorsque des figurines en or et des urnes en céramique provenant de la cité commencèrent à apparaître au marché noir local, vendues par des huaqueros, que les autorités dévoilèrent le site, en 1975. En fait, on sait maintenant que les tribus d'indiens locaux, c'est-à-dire les Arhuacos, les Kogis et les Asarios visitaient le site régulièrement mais, considéré par eux comme devant être protégé, ils avaient gardé son existence secrète le plus longtemps possible. En plus des huaqueros, la jungle environnante a également été en proie à la guerre de la drogue et à l'activité paramilitaire depuis le milieu des années 1960. En 2003, un groupe de huit touristes étrangers et leur guide ont été enlevés par un groupe de guérilla connu sous le nom d'ELN alors qu'ils se rendaient à Ciudad Perdida. Heureusement, ils ont été libérés trois mois plus tard. Après l'incident, l'accès à Ciudad Perdida a été fermé au public. Ce n'est qu'en 2005 que les touristes ont de nouveau été autorisés à visiter ce site antique, après que l'armée ait été envoyée pour s'assurer que les treks étaient en sécurité. D'après les anciens, la cité était dénommée Teyuna et pensent qu'elle était le centre, la capitale d'un réseau de villages habités par les Tayronas. Les Tayronas seraient apparus on ne sait d'où vers 200 après J.-C. et auraient créé la civilisation peu connue dite «dorée» qui aurait atteint son apogée entre 1200 et 1510 de notre ère dans la partie la plus septentrionale de la Colombie, la Sierra Nevada de Santa Marta. Une civilisation qui avait atteint un haut niveau de connaissances dans les domaines de l’architecture, de l’agriculture, de l'orfèvrerie et de l’hydraulique.

 

Tayronas statuette

Statuette Tayronas - Walters Art Museum: Domaine public

 

Leur langue était une langue chibchane. Il existe donc des liens entre les Chibchas et les Tayronas par rapport à la compréhension mutuelle. L'unité de langue autorise la réunion, sous le nom de Chibchas des peuples ayant vécu sur une vaste région d'Amérique comprenant le Costa-Rica, le Panama et l'actuelle Colombie. C'est un des groupes linguistiques les plus étendus d'Amérique mais on connaît peu l'histoire des Chibchas, aussi connus sous les noms de Muyscas, Muiscas ou Moczas. Les pièces archéologiques ont surtout fait comprendre la valeur et l'importance de leur culture. Les mythes de leurs origines sont très intéressants car ils parlent non seulement de la visite d'un homme venu d'ailleurs, puisqu'il est habillé, barbu et éducateur, mais aussi d'un "déluge-inondation", mais aussi d'une trahison... :

 

Tayronas pendantifs2

Pendentifs tayronas, les personnages étranges semblent équipés de casques et armures - musée de l'or de Santa Marta, Colombie

 

Le mythe des origines des Chibchas :

Les ancêtres des Chibchas existaient déjà au commencement du monde, et la  Lune ne servait pas encore de compagne à la Terre. A cette époque, les habitants du plateau de Bogota vivaient comme des barbares. Ils étaient nus, ne connaissaient pas l'art de l'agriculture, ne se nourrissaient que des aliments les plus grossiers, et se trouvaient, en un mot, plongés dans l'état le plus abject et le plus déplorable. Tout d'un coup, un vieillard apparaît au milieu d'eux; il venait des plaines situées à l'est de la Cordillère de Chingosa. Il portait une longue barbe et des vêtements, ce qui fit supposer qu'il appartenait à une population différente. Cet homme avait trois noms, mais celui de Bochica prévalut parmi les Muyscas. Il leur apprit à cultiver la terre, à labourer, a semer et à tirer de la récolte tout le parti que peut y trouver l'industrie d'un peuple agricole. Cela fait, il leur enseigna encore l'art de se vêtir suivant la différente température des saisons, à se bâtir des demeures solides, à se réunir pour vivre en société, à se secourir et s'aider mutuellement.

 

Caminostayronas

Cette sculpture serait un mandala d'origine tayronas nommé Caminos Tayronas

 

Tant de bienfaits lui avaient attiré la vénération publique, et rien ne se serait opposé à ce qu'il jouît d'un bonheur sans mélange, si ce n'eût été la malice de son épouse Huythaca. Cette méchante femme se livra à d'abominables sortilèges pour faire sortir de son lit la rivière Funzha. Alors toute la plaine de Bogota fut bouleversée par les eaux; la plupart des hommes et des animaux périrent dans ce déluge, et le reste se réfugia sur le sommet des plus hautes montagnes. Bochica, indigné, chassa loin de la terre cette indigne compagne, ce qui veut dire qu'il la fit mourir. 

La tradition ajoute qu'elle devint la Lune, tournant sans cesse autour de la Terre pour expier sa faute. Bochica brisa les rochers qui fermaient la vallée du côté de Canoas et de Tequendama, pour faciliter l'écoulement des eaux; il rassembla les hommes dispersés, leur enseigna le culte du Soleil, et mourut après plein de jours et de gloire. Nous ferons remarquer, en passant, que ce dernier acte de la puissance de Bochica explique, dans la pensée des Muyscas, le phénomène de la célèbre cascade de Tequendama, où les eaux du Rio Bogota se précipitent d'une hauteur de 180 mètres environ.

 

Tayronas pendantifs

Pendentifs en or Tayronas, les personnages étranges portent des coiffes reptiliennes et des toucans - Crédit : Rolfmueller — Travail personnel, CC BY-SA 3.0 - Musée du Louvre, Paris

 

En ce qui concerne le peuple particulier des Tayronas, on sait qu'ils ont joué un rôle majeur dans le domaine de l’orfèvrerie, car ils maîtrisaient la technique du moulage à la cire perdue. Le tumbaga, cet alliage de cuivre et d’or leur était fort utile. Le chauffage jusqu’à l’oxydation du cuivre était suivi d’un trempage dans l’eau glacée et cela permettait de laisser une patine permanente d’or et évitait que la pièce ne se fissure. Ils modelaient des figurines d’esprits, d’êtres humains et d’animaux pour les pratiques rituelles.

 

Tayronas pendantif tridactyle

Tayronas statuette tridactyle

Pendentif et statuette tridactyles tayronas - Musée de l'or de Santa Marta, Colombie

 

Les villages étaient reliés par un réseau de routes en pierres serpentant depuis les lieux habités jusqu’aux coins les plus reculés de la sierra. Les maisons étaient de forme ronde, construites sur des terrasses en pierre. Elles n’avaient pas de fenêtres et étaient couvertes de feuilles de palme. Les murs étaient faits en boue avec de petites pierres et peints à la chaux. Les terrasses étaient tout d’abord dégagées des arbres pour y planter ensuite les cultures. Puis quand les cultures avaient épuisé en partie le sol, elles servaient pour y construire les maisons. Et ainsi de suite, de terrasse en terrasse. Les villages étaient équipés de conduites d’eau jusqu’aux maisons particulières. La taille des maisons démontrait l’importance de ses occupants. Des maisons sacrées servaient de lieu de réunion aux habitants quand les ermites sages ou chamanes venaient leur porter la parole des dieux. Elles servaient aussi de lieu d’apprentissage. Chaque ville avait des hommes formés comme guerriers mais ils ne constituaient pas une armée. Les hommes à la fin de leur formation devenaient les manicatos, les guerriers de la nation Tayrona.

 

Culture precolombiennes en colombie

Les civilisations préhispaniques colombiennes par Dr Brains — Travail personnel, CC0

 

La structure politique et administrative avait des aspects fédéralistes et d’autres centralistes. Chaque grande "ville" comptant 1000 habitants avait un cacique dont le rôle était plus administratif que divin, comme c’était le cas dans les autres civilisations pré-hispaniques. Les institutions nationales uniformes et non armées étaient les prêtres qui étaient très respectés et même vénérés. Ils pouvaient influencer les décisions des conseils et régir les conditions de vie des résidents en vertu des dispositions des dieux.

 

Ciudad perdida

Ciudad Perdita, Region de Magdalena, Colombie

 

Les Tayronas étaient autosuffisants ; ils pouvaient pêcher pour leurs besoins en protéines animales et ils cultivaient les terres arables des parámos irrigués par de nombreuses rivières. Le maïs cultivé étant trop dur à manger et plus facile à cuisiner, ils ont inventé les bollos, des petits pains individuels. Ils fabriquaient aussi de la bière et des arepas, des pains de maïs blancs garnis. Le miel servait à sucrer les boissons. Ils le produisaient dans des ruches. Leurs fruits étaient les corossols, les ananas, les avocats et les goyaves. Ils consommaient peu de viande, la chèvre et des rongeurs étaient consommés surtout lors des cérémonies.

 

Ciudad perdida vestiges

 

Raphael Chay — Wikitravel, CC BY-SA 3.0

 

On suppose que Ciudad Pérdida a été édifiée en 800 après JC, 650 ans plus tôt que Machu Picchu au Pérou. C'était certainement le centre politique et économique de la région du Rio Buntaca, la cité pouvait abriter 800 personnes et elle fut abandonnée pendant la colonisation espagnole. Elle était constituée de 169 terrasses creusées à flanc de montagne, d’un réseau de routes étroites et de nombreuses petites places circulaires. Ces terrasses ovales ou rondes préhispaniques sont uniques en Amérique Latine.

 

Ciudad perdidacarte roc

Une pierre gravée trouvée à Ciudad Perdita semble être une carte de la région, démontrant que les Tayrunas étaient aussi des géographes ! crédits : Stan James and Yael Zwighaft - CC BY 3.0

 

Historiquement parlant, c’est le conquistador Rodrigo de Bastidas en 1528 qui met le premier le pied sur le territoire des Tayronas. Une vingtaine d'années plus tard, vers 1550, 80% de la population a été tuée, les 20% restants sont divisé entre ceux qui trouvent refuge dans les zones élevées de la montagne et les autres qui ont disparu dans le processus de métissage. Les Tayronas ont toujours refusé de céder aux Espagnols, d'où leur massacre presqu'intégral. Ceux qui ont survécu et détiennent encore une partie de la culture cosmogonique sont les Kogis, les Arhuacos, les Arsarios et les Kankuamos...

 

Tayronas galetgrave elephantcolombie

Ce galet gravé d'un étonnant monstre possédant deux têtes d'éléphants se trouve au musée de l'or de Santa Marta en Colombie

 

 

 

 

General east 1 1700x900

 

Les archéologues ont découvert plus de 200 structures couvrant une superficie d'environ 0,3 km carré. Ces structures comprennent des maisons de différentes tailles, des terrasses, des chemins et des escaliers bordés de pierre, des places, des aires de cérémonies et de festin, des canaux et des entrepôts. En 2012, une étude faite localement par des archéologues a modifié les données en prouvant que la cité pouvait abriter au moins 3000 habitants. Il a été aussi trouvé des sépultures datées de 200 après J.-C., prouvant une origine locale très ancienne, au moins de l'époque Neguanje... De plus, environ 250 villes et villages tayronas ont été recensés sur les 2000 miles carrés (2000 square mile area) de leur territoire...

 

Sources : https://globalheritagefund.org/index.php/what-we-do/projects-and-programs/ciudad-perdida/

http://www.ancient-origins.net/ancient-places-americas/ciudad-perdida-lost-city-colombian-highlands-holds-mysteries-020347

http://popular-archaeology.com/issue/december-2012/article/archaeologists-explore-colombia-s-lost-city

https://arqueomick.blogspot.fr/2014/03/santa-marta-musee-de-lor-de-tayrona.html

Wikipedia (photos), Youtube

 

Yves Herbo et traductions, Sciences-Faits-Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 29-12-2017

 

 

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire échange environnement auteur lire mystère antiquité

Commentaires (3)

yvesh
Très belle initiative de rendre leurs terres à ces peuples si longtemps délaissés... merci pour votre commentaire !
Terrevive
Magnifiques photos ; les terrasses vues de haut sont très importantes.
Eric Julien fait Beaucoup pour les Kogis en rachetant les terres pour leur redonner. Ainsi les Indiens ont pu retrouver les terres de leurs ancêtres, réactiver les lieux et refaire circuler l'énergie sur différents niveaux.
Rafaelasn
  • 3. Rafaelasn | 30/12/2017
Awesome post.Really thank you! Want more.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.