Des anciens textes ou codex mystérieux

Des anciens textes ou codex mystérieux

 

Codexgrolier maya

 

Au fil du temps ont été découverts des textes, certains surnommés "codex", dont certains ont pu être déchiffrés et datés, authentifiés, d'autres non. Ces différents textes font évidemment l'objet de continuelles analyses précises car ils pourraient révéler des choses inconnues et importantes sur une ancienne culture méconnue. La plupart du temps écrits dans un écriture morte et rare, voir même indéchiffrée partiellement, voici quelques exemples de textes qui ont pu révéler juste une partie permettant de donner un sens à leur histoire, alors que d'autres continuent à complètement dérouter les archéologues et spécialistes des langues...

Papyrus pharaon senwosret i

Ce papyrus ancien de 1500 ans d'après les datations a été trouvé près de la pyramide du pharaon Senusret I (1971 à 1926 Avant J.-C.)

Crédit: Fonds Rogers, 1934 / Public Domain

Récemment déchiffré et analysé, bien qu'il ait été découvert au début du 20ème siècle, ce papyrus égyptien parle non seulement d'un passage connu dans la Genèse de la Bible hébraïque mais donne aussi une dimension magique à son texte. Estimé comme datant des années 400 à 500 après J.C., le texte date d'une époque où le christianisme était largement pratiqué en Egypte. La personne anonyme qui a écrit les incantations en copte, une langue égyptienne qui utilise l'alphabet grec, a invoqué le Dieu des hébreux plusieurs fois, afin d'être obéi par d'autres humains. 

" Dieu de Seth, Dieu d'Abraham, Dieu d'Isaac, Dieu de Jacob, Dieu d'Israël, veille sur tous ceux qui souffrent, ma parole, que cela arrive avec puissance ", se lit une partie du papyrus traduit. " Que tout esprit qui est dans l'air m'obéisse ", demande l'utilisateur de papyrus à Dieu.

Plusieurs fois dans le papyrus Dieu est appelé " celui qui préside la Montagne du Meurtrier ", une phrase qui se réfère probablement à une histoire dans le Livre de la Genèse dans laquelle Dieu a dit à Abraham de sacrifier son fils Isaac sur le Mont Moriah, écrit Michael Zellmann -Rohrer, chercheur au département des classiques de l'Université d'Oxford, qui a décrit le papyrus magique dans la revue Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde.

Le livre de la Genèse dit que Dieu a arrêté Abraham avant qu'il n'ait réellement sacrifié son filsCependant, dans ce papyrus, l'histoire est décrite de telle manière que le sacrifice semble ne pas s'arrêter, écrit Zellmann-Rohrer, notant que d'autres textes du monde antique prétendent également que le sacrifice a été accompli. " La tradition d'un sacrifice littéral semble en fait avoir été assez répandue ", écrit Zellmann-Rohrer.

Le papyrus a été découvert au cours d'une expédition de 1934 par le Metropolitan Museum of Art de New York , le papyrus est maintenant au M.E.T. mais n'avait jamais été déchiffré ou détaillé dans un journal scientifique jusqu'à présent.

" Le texte appartient sûrement à une phase copte d'habitation du complexe pyramidal, notée par les fouilleurs, qui est marquée par des sépultures substantielles ", écrivait Zellmann-Rohrer dans son article. Il est possible que le papyrus ait été placé dans l'une des sépultures à cette époque. Le papyrus est probablement une copie d'un autre texte, peut-être une partie d'un livre, a déclaré Zellmann-RohrerBasé sur l'écriture, le texte semble avoir été copié sur le papyrus par deux ou peut-être trois personnes, en ajoutant que l'écriture "manque de compétence professionnelle" et que ceux qui ont copié le texte n'étaient probablement pas des scribes professionnels.

Le papyrus fait peu référence au Nouveau Testament, se référant principalement aux individus mentionnés dans la Bible hébraïque. Le papyrus mentionne également des termes et des noms souvent utilisés par les adeptes du gnosticisme, une religion qui a incorporé certaines des croyances du christianisme. Ceux qui ont copié le texte sur le papyrus étaient peut-être des chrétiens qui « utilisaient une tradition textuelle qui devait beaucoup à la croyance et aux traditions juives et au gnosticisme », a déclaré Zellman-Rohrer.

Le papyrus ne mentionne jamais le nom de la personne qui a utilisé l'artefact. L'une des personnes qui a copié le texte pourrait également être l'utilisateur (du sort magique). Il est également possible que l'utilisateur ait payé d'autres personnes pour le copier pour eux.

Note de l'éditeur: Une version antérieure de cette histoire disait que Dieu a dit à Isaac de sacrifier son fils avant que Dieu ne l'arrête, mais en fait, dans le livre de la Genèse, Dieu dit à Abraham de sacrifier son fils Isaac...

 

Lanena knjiga liber linteus zagrebiensisPhoto Credit: Creative Commons Attribution 3.0 Unported

 

Conservé dans les bandes et emballages d'une momie égyptienne, ce texte est écrit en étrusque, une langue qui était utilisée dans l'actuelle Italie dans les temps anciens. Datant d'environ 2 200 ans, la momie et ses bandes retirées sont maintenant au Musée de Zagreb en Croatie.

La signification du texte n'est pas entièrement claire. Il était «classé comme un calendrier funéraire dans le passé, mais de nos jours, il est généralement étiqueté comme un calendrier rituel, bien que les mois ne soient mentionnés qu'à partir de la colonne 6», écrit Lammert Bouke van der Meer, professeur à l'université de Leiden dans un essai publié dans le livre "Votives, Places and Rituals in Etruscan Religion" (Brill, 2008).

Dans l'Egypte ancienne, il était courant que les matériaux soient réutilisés comme emballages de momies ou pour fabriquer des masques des momifiés. De plus, leur commerce était répandu en Méditerranée dans les temps anciens, et il n'était pas inhabituel que des marchandises soient transportées entre l'Italie et l'Égypte, d'après des documents anciens et des découvertes archéologiques. C'est un manuscrit sur toile de lin daté du 1er siècle Avant J.C. environ, avec une douzaine de colonnes verticales et, sur les 230 lignes contenant environ 1 200 mots lisibles, plus une centaine qu'il est possible de déduire du contexte, cinq cents mots originaux émergent compte tenu des répétitions typiques des formules et invocations rituelles. On pourrait définir ce livre comme une sorte de calendrier religieux évoquant certaines divinités et les cérémonies à accomplir aux lieux et dates indiqués. L'utilisation d'un texte étrusque comme bandelettes d'une momie qui a bien été identifiée (grâce à un papyrus trouvé dans son sarcophage) comme étant égyptienne et qui s'appelait Nesi-hensu, femme de Paher-hensu, tailleur de temple à Thèbes est donc totalement inexpliquée. Ce livre de rituels n'est toujours pas traduit car nos connaissances de la langue étrusque sont encore en partie incomplètes et de nombreux mots demeurent inconnus. Les mentions de plusieurs dieux et mois ont pu être reconnus principalement.

Evangile marieCrédit photo: Harvard Art Museums / Musée Arthur M. Sackler, Don de Mme Beatrice Kelekian à la mémoire de son mari, Charles Dikran Kelekian, 1984.669​

 

L '« Évangile des Destinées de Marie », comme l'appelle le texte ancien, est un évangile pas comme les autres. Écrit en copte (une langue égyptienne) et datant d'environ 1500 ans, l'Évangile des Destinées de Marie ne parle pas de la vie de Jésus, mais contient plutôt une série de 37 oracles, avec seulement quelques mots qui mentionnent Jésus. Sept centimètres sur six, c'est la minuscule taille de ce livre

L'ouverture du livre commence comme suit: " L’Évangile des Destinées de Marie, la mère du Seigneur Jésus-Christ, celle à qui Gabriel l'Archange a apporté la bonne nouvelle. Celui qui ira de l'avant avec tout son cœur, obtiendra ce qu'il cherche. Seulement ne pas être avec deux esprits. "

Le texte, maintenant à l'Université Harvard, a été déchiffré, et les détails ont été publiés en 2014 par Anne Marie Luijendijk, professeur au Département de religion de l'Université de Princeton. Dans son livre Les oracles interdits - L’Évangile des Destinées de Marie» (Mohr Siebeck, 2014), elle a écrit que l'évangile aurait été utilisé pour la divination, une tentative de prédire l'avenir. Une personne cherchant une réponse à une question aurait pu aller trouver le propriétaire de ce livre, poser une question et passer par un processus qui sélectionnerait au hasard l'un des 37 oracles pour l'aider à trouver une solution au problème donné. Quant au terme Évangile, il est à traduire d'après la spécialiste, comme "Bonne nouvelle". La façon dont le processus aurait fonctionné est inconnue. Mais on ne sait pas comment le livre a atteint les États-Unis, il a été donné à Harvard en 1984...

Les traductions sont éloquentes. Le septième oracle du livre dit ainsi ceci : « Ô humain, tu sais que tu as fait du mieux que tu le pouvais. Tu n’as gagné rien d’autre que la perte, le conflit et la guerre. Mais si tu as un peu de patience, ta situation connaîtra la réussite à travers le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob ».

Quant à l’oracle 34, en voici une traduction : « Va de l’avant, immédiatement. C’est une chose de Dieu. Tu sais que tu souffres beaucoup depuis de nombreux jours. Mais cela ne doit pas t’importer, parce que tu es au havre de la victoire ».

 

CodexdedresdeLe Codex de Dresde - Photo Credit: Alexander von Humboldt/Wikimedia Commons

 

Le Codex de Dresde est un texte maya datant d'environ 800 ans; il contient 39 feuilles magnifiquement illustrées avec des textes et des images des deux côtés. Une recherche publiée en 2016 dans le Journal of Astronomy in Culture  indique que le codex enregistre les phases de la planète Vénus afin que les Mayas soient certains que leurs cérémonies se déroulaient le bon jour. Les Mayas  " avaient un ensemble d'événements rituels très élaborés qui étaient liés au calendrier ", explique Gerardo Aldana, chercheur à l'Université de Californie à Santa Barbara. " Ils faisaient probablement une activité rituelle à grande échelle liée aux différentes phases de Vénus " .

Le codex est apparu pour la première fois en Europe à la Bibliothèque Royale de Dresde, en Allemagne, dans les années 1730. Comment il est arrivé là n'est pas clair. De nombreux textes mayas ont été détruits par des missionnaires chrétiens zélés essayant d'éliminer toute croyance non-chrétienne...

 

Codexgrolier mayaCodex Grolier Maya - Public domain - Le codex le plus ancien découvert jusqu'à présent comporte de nombreuses représentations d'humains ou humanoïdes équipés de trois doigts ou orteils accompagnés d'humains "normaux". Les distinctions physiques sont très nettes, attribuant aux tridactyles des attributs animaux ou étranges...

Le Codex Grolier, un document ancien parmi les plus rares du monde, a été considéré avec scepticisme depuis qu'il aurait été découvert par des pillards dans une grotte du Chiapas, au Mexique, dans les années 1960. Mais une nouvelle étude méticuleuse du codex a abouti à une conclusion surprenante: le codex est à la fois authentique et probablement le plus ancien de tous les manuscrits survivants de l'Amérique ancienne. Stephen Houston, professeur de sciences sociales de la famille Dupee et codirecteur du programme des premières cultures à l'Université Brown, a travaillé avec Michael Coe, professeur émérite d'archéologie et d'anthropologie à Yale et chef de l'équipe de recherche, avec Mary Miller de Yale et Karl Taube de l'Université de Californie-Riverside. L'étude, a déclaré Houston, " est une confirmation que le manuscrit, contrairement à certaines affirmations, est tout à fait réel. Le manuscrit était abandonné dans un sous-sol du Musée national à Mexico, et son histoire est enveloppée d'un grand drame. Il a été trouvé dans une grotte au Mexique, et un riche collectionneur mexicain, Josué Sáenz, l'avait envoyé à l'étranger avant son éventuel retour aux autorités mexicaines. "

Le manuscrit aurait été trouvé dans la grotte avec une cache de six autres objets, y compris un petit masque en bois et un couteau sacrificiel avec une poignée en forme de poing fermé, écrivent les auteurs. Ils ajoutent que bien que tous les objets trouvés avec le codex aient été prouvés authentiques, le fait que les pillards, plutôt que les archéologues, aient trouvé les artefacts a rendu les spécialistes du domaine réticents à accepter que le document était authentique.

Certains disaient que Sáenz avait été contacté à propos du codex par deux pillards qui l'avaient emmené - dans un avion dont la boussole était cachée par une toile - sur une piste d'atterrissage isolée près de Tortuguero, au Mexique, pour lui montrer leur découverte. Quant au manuscrit lui-même, il différait des codices authentifiés de plusieurs manières notables, y compris son manque relatif de texte hiéroglyphique et l'importance de ses illustrations. Houston et ses co-auteurs ont analysé les origines du manuscrit, la nature de son style et de son iconographie, la nature et la signification de ses tables de Vénus, les données scientifiques - y compris la datation au carbone - du manuscrit et le savoir-faire du Codex, la façon dont le papier a été fait pour les pratiques connues des peintres mayas et même l'encre (le fameux bleu maya qui ne pouvait être imité lors de la découverte du codex). Le Grolier a été daté par le radiocarbone et est antérieur aux autres codices mayas connus (Dresde, Paris, Madrid), selon les auteurs. Le Codex Grolier est un fragment composé de 10 pages peintes décorées d'une iconographie maya rituelle et d'un calendrier qui représente le mouvement de la planète Vénus. Les peuples mésoaméricains, dit Houston, reliaient les cycles perçus de Vénus à des dieux particuliers et croyaient que le temps était associé aux divinités.

Selon l'équipe, le Codex Grolier est aussi un guide «prédéterminé plutôt qu'observateur», c'est-à-dire qu'il déclare ce qui « devrait se produire plutôt que ce qui pourrait être vu à travers la couverture nuageuse variable de la Méso-Amérique orientale. Avec ses 104 ans de prévisions calendaires vénusiennes, le Grolier aurait été utilisable pour au moins trois générations de prêtres ou de gardiens de jour », écrivent les auteurs. Cela place le Grolier dans une tradition différente de celle du Codex de Dresde, qui est connu pour ses notations et ses calculs élaborés, et rend le Grolier adapté à un type particulier de lectorat, un alphabétisme moyennement élevé. Il a peut-être aussi servi un groupe ethniquement et linguistiquement mélangé, en partie Maya, en partie lié à la civilisation toltèque centrée sur l'ancienne ville de Tula dans le centre du Mexique.

 

Evangile judas

En 2006, la National Geographic Society a publié une traduction du texte du troisième siècle appelé «Evangile de Judas» qui pourrait représenter Judas Iscariot - qui, dans le Nouveau Testament, a trahi Jésus - sous un jour positifCertains érudits prétendent que le texte, écrit en copte, décrit Jésus demandant à Judas de le trahir afin qu'il puisse être crucifié et monter au ciel. Cependant, les experts ne sont pas d'accord sur la traduction et l'interprétation du texte. April DeConick, professeur de religion à l'Université Rice de Houston, a déclaré que le texte déclare en fait que Judas est un "daimon" (démon) - mais la plupart des érudits savent aussi que le terme grec "Daimon" ne signifie pas obligatoirement quelque chose de sombre ou mauvais et que c'est une pauvre et limitée interprétation de la richesse de la langue grecque... Des tests sur l'encre de l'évangile indiquent qu'elle est authentique, selon une équipe dirigée par le microscopiste Joseph Barabe de McCrone Associates en Illinois.

 

Ark of the covenant reliefPhoto Credit: Photo by I. Vassil, public domain Wikimedia

Le " Traité des Navires " (ou Massekhet Kelim) est un texte hébreu qui prétend révéler où les trésors du temple du roi Salomon étaient cachés, et discute le sort de l'Arche de l'Alliance. Le texte dit que l'Arche, avec d'autres trésors, " ne sera pas révélée avant le jour de la venue du Messie, fils de David ..." - le mettant hors de portée de tout chercheur de trésors.

La première copie survivante du texte date de 1648James Davila, professeur à l'Université de St Andrews en Écosse, a étudié et traduit cette copie du texte. " L'auteur utilise des méthodes traditionnelles d'exégèse scripturaire pour déduire où les trésors ont pu être cachés, mais je pense que l'écrivain abordait l'histoire comme une fiction amusante, pas un guide pour trouver le Temple perdu et ses trésors ". Davila a publié sa traduction et son interprétation du texte dans le livre "Ancien Testament Pseudepigrapha: More Noncanonical Scriptures Volume 1" (William B. Eerdmans Publishing Co., 2013).

les « trésors ont été cachés par un certain nombre de Lévites et des prophètes » , écrit James Davila. « Certains de ces (trésors) ont été cachés dans divers endroits de la Terre d’Israël et dans la Babylonie , tandis que d’autres ont été livrés entre les mains des anges Shamshiel, Michel, Gabriel et peut – être Sariel… ». Le traité est similaire à certains égards au livre métallique « Copper Scroll, » l’un des manuscrits de la mer Morte trouvé près du site de Qumrân en Cisjordanie. Le rouleau de cuivre discute également l’emplacement du trésor caché, mais pas du Temple de Salomon. Le traité décrit les trésors d’une manière imaginative. Une partie se réfère à « soixante-dix-sept tables d’or, et leur or était sur les murs du jardin d’Eden qui a été révélé à Salomon, et ils ont  rayonnés comme l’éclat du soleil et la lune, qui rayonnent à la hauteur du monde ».

 

419px popol vuhLe Popol-Vuh - Domaine public

Le Popol Vuh, qui se traduit à partir d'une expression en quiché signifiant littéralement « livre de la natte », généralement traduit par « Livre du Conseil » ou « Livre de la Communauté » est une histoire d'origine mythique racontée par les K'iche ' Maya (qui étaient basés au Guatemala). Il s'agit d'une sorte de « Bible » maya dont le contenu, remontant à la période précolombienne, relate l'origine du monde et plus particulièrement du peuple quiché, l'une des nombreuses ethnies mayas, dont le centre de rayonnement se situait dans la partie occidentale du Guatemala actuel. Le livre inclut une généalogie royale de la période postclassique accordant une place prééminente à la lignée Kaweq. C'était à l'origine une tradition orale maya, qui a dû être écrite par les coloniaux espagnols ou des missionnaires au 16ème siècle, ou encore l'un des descendants mayas (selon Dennis Tedlock rédigée entre 1554 et 1558, soit une trentaine d’années après la conquête espagnole. Cette version anonyme, dont l'auteur est probablement un religieux maya cherchant à conserver une tradition orale et pictographique très ancienne, était en langue quiché transcrite en caractères latins selon la phonologie espagnole de l’époque). Selon les récits, les dieux Tepew et Q'ukumatz « ont fait sortir la terre d'un vide aquatique et l'ont doté d'animaux et de plantes », écrit Michael Coe, professeur à l'université de Yale, dans son livre «The Maya» ( Thames et Hudson, 2011).

L'histoire dit que les dieux avaient de la difficulté à créer des humains et décrit comment ils ont finalement créé les jumeaux héroiques, Hunahpu et Xbalanque. Les jumeaux se sont lancés dans une série d'aventures, dont la victoire sur les seigneurs des enfers. La première copie survivante du Popol Vuh remonte à 1701 et a été enregistrée en espagnol par le prêtre dominicain Francisco Ximénez. Une copie du texte est dans la bibliothèque de Newberry à Chicago. 

Tout d’abord est décrite la genèse du monde qui offre certaines ressemblances avec la Cosmogonie biblique. Du néant originel, les Dieux décidèrent de créer le monde, de le rendre matériel et de le peupler de créatures afin d'être adorés. Après la création de la terre, des montagnes, de la flore et de la faune, ils créèrent les premiers hommes à partir de la glaise. Ce premier essai s'étant révélé infructueux, une seconde tentative fut effectuée à partir du bois, mais ces hommes s’avérèrent frivoles, vaniteux et paresseux. Les Dieux les firent donc disparaître par le moyen d'un déluge ; ils périrent ou devinrent des singes. À la fin, dans une ultime tentative ils façonnèrent les hommes à partir du maïs, et la race humaine trouva là sa substance définitive.

La seconde partie narre les aventures des jumeaux Hun Ahpu et Xbalamque, comment ils vinrent à bout de Vucub Caquix, "sept perroquets", dont l'orgueil démesuré déplaisait aux dieux, du fils de ce dernier, Zipacna, qui avait tué les quatre cents frères, et de son frère Cab R'acan, qui abattait les montagnes. Ensuite, le texte parle de Hun Hun Ahpu, père des jumeaux, et de son propre frère jumeau Vucub Hun Ahpu : les maléfiques seigneurs de Xibalba les invitent dans leur monde souterrain pour les tuer ; ils les enterrent à Pucbal Chah et placent leur tête dans les arbres ; par la suite, Xquic, la fille d'un des seigneurs de Xibalba, se trouve fécondée par la salive d'un des jumeaux ; elle part alors trouver leur mère ; elle met au monde Hun Ahpu et Xbalamque. Ceux-ci se débarrassent de Hun Batz et Hun Chuen, leurs demi-frères jaloux, et les transforment en singes ; ils repartent ensuite à Xibalba pour venger Hun Hun Ahpu et Vucub Hun Ahpu, et triomphent de Hun Came et Vucub Came, les maîtres de Xibalba, et des autres seigneurs, grâce à leur emprise sur les animaux et leurs dons de métamorphoses. Ils deviennent ensuite le Soleil et Vénus.

De nouveau le texte revient aux quatre hommes de maïs mentionnés précédemment : Balam Quitzé, Balam Acab, Mahucutah et Iqi Balam. Une fois ces humains parfaits créés, les Dieux prirent peur que leurs créatures ne les supplantent. Ils décidèrent donc de les rendre moins parfaites en restreignant leurs sens et leur intelligence et en les obligeant à procréer (ce pourquoi furent créées également quatre femmes), puis à mourir. Ces huit humains sont à l'origine de toute la race humaine. Survient ensuite un épisode similaire à celui de la Tour de Babel, où l'humanité se divise et perd sa capacité à parler un seul et même langage...

 

Egyptian codex baktiothaCrédit photo: Photo de Mme Effy Alexakis, copyright Macquarie University Ancien Centre de recherche sur les cultures

 

Ce codex de 20 pages date d'environ 1300 ans et est écrit en copte. Il contient une variété de sorts et de formules magiques, y compris des sorts d'amour, des sorts pour soigner la jaunisse noire et des instructions sur la façon d'exécuter un exorcisme. Le texte a pu avoir été écrit par un groupe de Sethians, une secte chrétienne antique qui a tenu Seth, le troisième fils d'Adam et d'Eve, en haute estimeL'ouverture du texte fait référence à une figure mystérieuse nommée "Baktiotha", dont l'identité est inconnue.

" Je te rends grâces et je t'appelle, le Baktiotha: le grand, qui est très digne de confiance, celui qui est le maître des quarante et neuf espèces de serpents ", lit-on dans une  traduction du texte. Si l'on veut asservir quelqu'un, par exemple, le codex suggère de prononcer une formule magique sur deux clous, puis de « les appuyer sur le montant de la porte, l'un sur le côté droit et l'autre sur le côté gauche ». Les chercheurs expliquent la présence d'un certain nombre d'invocations en référence à Jesus, avec la datation du manuel. En effet, à l'époque où le codex aurait été écrit, de nombreux Égyptiens étaient chrétiens. « Le Baktiotha est une figure ambivalente. Il est doué d'une grande puissance et règle les forces dans le monde matériel. » Les chercheurs pensent que ce codex peut représenter, avec son mélange d'invocations, un document de transition écrit avant que toutes les invocations sur les Sethiens aient été purgées des textes magiques. En outre, ils ont remarqué la présence d'autres textes qui seraient semblables au codex déchiffré, mais qui contiendraient plus d'éléments Chrétiens-Orthodoxe que Sethiens. Ils estiment également que les invocations aient été initialement séparées, dans le codex, des 27 sortilèges, et que plus tard, elles aient été réunies pour former un « instrument unique de pouvoir rituel ». L'identité de la personne qui a utilisé ce codex reste un mystère. Elle ne serait pas nécessairement un prêtre ou un moine.

Les chercheurs, Malcolm Choat et Iain Gardner, respectivement professeurs à l'Université Macquarie en Australie et à l'Université de Sydney, écrivent dans leur livre A Coptic Handbook of Ritual Power, qui ont traduit et analysé le texte, l'appellent un «Manuel de la puissance rituelle». Il est maintenant logé au Musée des cultures anciennes de l'Université Macquarie à Sydney en Australie. L'université a acheté le codex en 1981 auprès d'un marchand d'antiquités basé à Vienne, Michael Fackelmann. Là où Fackelmann l'a obtenu est inconnu...

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 19-04-2018

 

 

Yves Herbo sur Google+

moyen-orient archéologie échange livre lire mystère légendes antiquité

Commentaires (2)

yvesh
Merci pour vos encouragements ! Oui, il est possible d'aider le site modestement (internet, Matériels informatiques, énergie, etc...) en faisant un don via Paypal ou encore en achetant mes livres ! Il se trouve une case qui est consacrée aux dons dans la page d'accueil en descendant ou dans le menu de droite et des infos sur mes romans de SF dans la page d'accueil et d'autres endroits du site (ou internet avec mon nom !)...
Cordialement, Yves Herbo
jules mornon
  • 2. jules mornon | 20/04/2018
Bonjour,

Super article! Merci beaucoup!

(est il possible de vous soutenir financièrement, même symboliquement? Je trouve que votre travail de compilateur est de loin ce que l'on trouve de mieux en langue française sur la toile!)

Cordialement,

Jules

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.