France Bretagne : L'origine de la civilisation mégalithique

France Bretagne : L'origine de la civilisation mégalithique

 

Bretagne pyramide4 1

France, Morbihan

 

Après mon dernier article, on ne quitte pas vraiment la Bretagne car une étude nous révèle que cette dernière serait en fait le berceau de la fameuse Civilisation des Mégalithes...

C'est une étude qui vient d'être publiée dans la célèbre revue de publications scientifiques Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS) qui éclaire d'un jour nouveau la société des chasseurs-cueilleurs, il y a au minimum 7000 ans...

Cette étude confirme ce que les ethnologues et anthropologues soupçonnaient de plus en plus : les capacités techniques des hommes de la fin de l'âge de pierre et du début du néolithique étaient bien plus élaborées et, de plus, on n'avait pas affaire à une multitude de tribus plus ou moins en guerre entre elles, mais bien toute une civilisation sans frontières. Déjà, les découvertes d'arts pariétaux déjà sophistiqués et des petites idoles (la "Mama" ou déesse mère) pratiquement identiques dans des endroits aussi éloignés que l'Espagne, la France et l'Indonésie, la Turquie, les Balkans, et datés de entre -47000 et -38000 ans nous font penser à une culture commune : un peuple qui s'est répandu de l'est à l'ouest et inversement, et qui a gardé le contact pendant des milliers d'années.

La Civilisation mégalithique européenne étudiée ici demeure toujours bien mystérieuse par bien des aspects. Nous savons qu'elle a laissée des milliers de structures en pierre et jusque dans des endroits reculés, avant de disparaître tout aussi mystérieusement qu'elle était apparue, peut-être repoussée ou assimilée par les nouvelles tribus celtes ou barbares venues de Suisse et de l'Est, qui deviendront les gaulois... Elle apparaît assez subitement aux alentours de 7000 ans avant maintenant, d'après les meilleures datations connues. Cette étude porte justement en grande partie sur les datations de divers artefacts de cette période et de divers endroits. Des datations par milliers. Et cette étude contient aussi des implications traitées, comme la navigation élaborée à des âges plus reculés que supposés auparavant...

Stonehenge, ce monument mégalithique d’Angleterre, ou encore les alignements de Carnac en Bretagne française, ne sont que des exemples réputés des milliers de sites où l’on peut voir des roches curieusement arrangées en Europe et sur le pourtour du bassin méditerranéen. Cette nouvelle étude suggère que tous les cercles de pierres et les sites mégalithiques d’Europe et de Méditerranée pourraient provenir d’une unique civilisation de chasseurs-cueilleurs venue de Bretagne.

 

Ileberder morbihan restesdolmen1Ile Berder Morbihan

 

Tous ces sites n’ont pas été conçus indépendamment les uns des autres mais ils remonteraient à une seule et même civilisation, apparue il y a environ 7 000 ans dans ce qui est aujourd’hui la Bretagne. “Les résultats indiquent également que les humains de l’époque étaient de meilleurs navigateurs qu’on ne le croit généralement, diffusant leur culture par voie maritime”, complète Science.

Pour parvenir à ces conclusions, Bettina Schulz Paulsson, chercheuse à l’université suédoise de Göteborg, a passé au crible les données de datation au carbone 14 de 2 410 sites antiques européens afin de reconstituer une chronologie archéologique.

Les datations provenaient principalement de restes humains enfouis dans les sites”, détaille la revue scientifique.

Voir ci-dessous :

Afin de mieux cerner les époques, la chercheuse a également pris en compte des données connues sur l’architecture des sites, l’utilisation des outils et les coutumes funéraires. Elle a découvert en portant toutes les données de datations obtenues sur carte que les plus anciens mégalithes provenaient du nord-ouest de la France, où ils sont appelés dolmens. “ Ceux-ci datent d’environ 4 700 av. J.-C., lorsque la région était habitée par des chasseurs-cueilleurs ”, détaille Science.

Aux environs de 4 300 avant J.-C., cette civilisation aurait propagé sa culture en construisant “ des mégalithes sur divers sites littoraux dans le sud de la France, au bord de la Méditerranée et sur la côte atlantique de la péninsule Ibérique ”, rapporte encore Science.

Pour l’archéologue spécialiste de Stonehenge à l’University College London Michael Parker Pearson, cité par la revue scientifique : " l’étude montre de façon satisfaisante que les mégalithes sont d’abord apparus dans le nord-ouest de la France, mais [je] n’exclus pas la possibilité que par la suite d’autres cultures aient eu la même idée de leur côté ".

Des études complémentaires impliquant l’analyse d’ADN ancien seraient bienvenues pour corroborer l’hypothèse de Bettina Schulz Paulsson ou au contraire l’infirmer.

 

Bretagne -dolmen

Gavrinis - Morbihan

Bretagne pyramide7

" Cela montre bien que la Bretagne est à l'origine du phénomène mégalithique européen ", déclare Michael Parker Pearson, archéologue et spécialiste de Stonehenge à l'University College London.

Les origines des bâtisseurs de mégalithes hantent Bettina Schulz Paulsson depuis qu'elle a fouillé son premier monument mégalithique au Portugal il y a près de 20 ans. Au début, la plupart des anthropologues pensaient que les mégalithes étaient originaires du Proche-Orient ou de la Méditerranée, alors que de nombreux penseurs modernes soutiennent l’idée qu’ils ont été inventés indépendamment dans cinq ou six régions différentes de l’Europe. Selon elle, le principal obstacle a été de trier les montagnes de données archéologiques pour trouver des dates fiables pour les 35 000 sites, y compris des pierres sculptées, des tombes et des temples.

" Tout le monde m'a dit: " Tu es folle, ça ne peut pas être fait " ", explique Schulz Paulsson, archéologue préhistorique de l'Université de Göteborg en Suède et auteur unique de l'étude. " Mais j'ai décidé de le faire quand même."

Elle a ensuite passé au crible les données de datation au radiocarbone de 2410 sites antiques européens afin de reconstituer une chronologie archéologique préhistorique. Les dates au radiocarbone provenaient principalement de restes humains enfouis dans les sites. L'étude n'a pas porté uniquement sur les mégalithes, mais également sur les tombes dites prémégalithiques comportant des tombes élaborées en terre, mais pas d'énormes pierres. Schulz Paulsson a également pris en compte des informations sur l'architecture des sites, l'utilisation des outils et les coutumes funéraires afin de réduire davantage les dates.

Elle a découvert que les tout premiers mégalithes d'Europe venaient du nord-ouest de la France, notamment des fameuses pierres de Carnac, d'une dense collection de rangées de pierres dressées, de monticules et de tombeaux recouverts de pierres appelés dolmens. Celles-ci datent d'environ 4700 ans avant notre ère, lorsque la région était habitée par des chasseurs-cueilleurs. Les gravures sur les pierres dressées de la région représentent des cachalots et d'autres formes de vie marine, ce qui suggère que les maçons précoces étaient peut-être aussi des marins, explique Schulz Paulsson.

 

 

Le nord-ouest de la France est également la seule région mégalithique qui présente également des sites de sépulture avec des tombes complexes en terre datant d'environ 5 000 ans avant notre ère, ce qui témoigne d'une «évolution des mégalithes» dans la régionCela signifie que le  bâtiment des mégalithes a probablement pris naissance à cet endroit et s’est répandu vers l’extérieur , rapporte-t-elle aujourd'hui dans les  Actes de la National Academy of Sciences.

Vers 4300 avant notre ère, des mégalithes s'étaient répandus sur des sites côtiers du sud de la France, de la Méditerranée et sur la côte atlantique de la péninsule ibérique. Au cours des milliers d'années qui ont suivi, les structures ont continué à apparaître autour des côtes européennes en trois phases distinctes. On pense que Stonehenge a été érigé vers 2400 avant notre ère, mais d’autres mégalithes des îles Britanniques remontent à environ 4000 ans avant notre ère. L’émergence soudaine de styles mégalithiques spécifiques tels que des tombes étroites bordées de pierres sur des sites côtiers, suggère rarement que ces idées étaient en voie de disparition, mais plutôt propagées par les marins préhistoriquesSi tel est le cas, cela reculerait l’émergence de la navigation maritime avancée en Europe d’environ 2000 ans, explique Schulz Paulsson.

« Cela semble tout à fait plausible », déclare Gail Higginbottom, archéologue à l'université d'Adelaide en Australie.

Parker Pearson dit que l'étude fait du bon travail et établit que les mégalithes sont apparus pour la première fois dans le nord-ouest de la France, mais elle n'exclut pas tout à fait la possibilité que certaines cultures ultérieures aient développé l'idée de manière indépendante.

 

Gavrinis franceGavrinis, Morbihan

 

Karl-Göran Sjögren, un autre archéologue de l’Université de Göteborg, reconnaît que le nord-ouest de la France a été l’un des premiers constructeurs. Mais il n'est pas totalement convaincu qu'il n'y ait pas encore de mégalithes antérieurs à découvrir, ni d'autres preuves susceptibles de faire reculer les dates de certains mégalithes connus. De futures études qui incluent l'ADN ancien et d'autres preuves bioarchéologiques sur les mouvements de population pourraient éclaircir les choses, dit-il.

Il existe environ 35 000 mégalithes européens, terme dérivé du grec μέγας (mégas), «grand» et λίϑος (líthos), «pierre». Il s'agit notamment des tombes mégalithiques, des pierres dressées, des cercles de pierres, des alignements et des mégalithes, bâtiments ou temples. La plupart d'entre eux ont été construits au cours des âges néolithique et du cuivre et sont situés dans les zones côtières. Leur répartition se fait le long de la façade dite atlantique, notamment en Suède, au Danemark, en Allemagne du Nord, aux Pays-Bas, en Belgique, en Écosse, en Angleterre, au Pays de Galles, en Irlande, au nord-ouest de la France, au nord de l'Espagne et au Portugal, ainsi qu'en Méditerranée, sud-est de l'Espagne, sud de la France, îles de Corse, Sardaigne, Sicile, Malte et les Baléares, Pouilles, nord de l'Italie et Suisse. Intéressant, ils partagent des caractéristiques architectoniques similaires, voire identiques, tout au long de leur distribution.

" Il existe deux hypothèses contradictoires quant à l'origine des mégalithes en Europe. La vision conventionnelle de la fin du 19e et du début du 20e siècle était celle d’une diffusion d’une source unique de mégalithes en Europe, du Proche-Orient à la Méditerranée et le long de la côte atlantique. Après la première datation au radiocarbone dans les années 1970, une autre hypothèse est née de l'évolution indépendante des régions en Europe. Ce modèle a dominé la recherche sur les mégalithes jusqu'à aujourd'hui. Nous avons appliqué une approche statistique bayésienne à 2410 résultats actuellement disponibles pour le radiocarbone provenant de contextes non mégalithiques, mégalithiques, partiellement prémégalithiques et contemporains en Europe, afin de résoudre ce débat de longue date. Les résultats au radiocarbone suggèrent que les sépultures mégalithiques ont émergé dans un intervalle de temps court de 200 à 300 ans dans la seconde moitié du cinquième millénaire, années calibrées avant notre ère, dans le nord-ouest de la France, la Méditerranée et la côte atlantique d’Ibérie. Nous avons trouvé un soutien décisif à la propagation des mégalithes le long de la route maritime en trois phases principales. Ainsi, un modèle de diffusion maritime est l'explication la plus probable de leur expansion. "

" La datation au radiocarbone est un processus en deux étapes impliquant des mesures isotopiques et un étalonnage par rapport à des mesures similaires effectuées sur du bois daté dendrochronologiquement. Pour notre horizon temporel, il fournit normalement des plages de précision de 100 à 300 ans avec une probabilité de 95%.

Les datations au radiocarbone suggèrent que les premières sépultures mégalithiques en Europe étaient des petites structures fermées ou des dolmens construits au-dessus du sol avec des dalles de pierre et recouverts d'un monticule de terre ou de pierre rond ou long. Ces tombes émergent dans la seconde moitié du cinquième millénaire (années) (calibrées) avant JC dans un intervalle de temps allant de 4794 à 3986 cal BC95,4%4770 à 4005 cal BC , 68,2% ) (jeu de données S3 , M7- 2 à M29-4), qui peut être réduit très probablement de 200 à 300 ans, dans le nord-ouest de la France, les îles Anglo-Normandes, la Catalogne, le sud-ouest de la France, la Corse et la Sardaigne. Tenant compte du matériel culturel associé, les sépultures mégalithiques d’Andalousie, de Galice et du nord de l’Italie appartiennent vraisemblablement à cette première étape ( Fig. 3 ). "

 

Civilisationmegalithes1Fig. 3

Carte indiquant les dates estimées pour le début des mégalithes dans les différentes régions européennes, avec une probabilité de 95% (probabilité de 68% entre parenthèses). Le type gras en italique est utilisé pour les fourchettes de dates des estimations de densité postérieure basées sur des échantillons de contextes mégalithiques, le type gras normal pour les datations radiocarbone calibrées simples des contextes mégalithiques et le type italique normal pour les probabilités des estimations de densité postérieure associées à le premier matériau culturel dans les mégalithes.

 

" Parmi ces régions, le nord-ouest de la France est la seule à présenter des constructions monumentales en terre avant les mégalithes ( Annexe SI , Fig. S2). Les tombes de Passy, ​​dans le bassin parisien, n’ont pas encore de chambre mégalithique, mais sont d’impressionnantes structures exigeant beaucoup de main-d’œuvre d’une longueur pouvant atteindre 280 m. Ces tombes semblent être les premières tombes monumentales en Europe; la première personne inhumée dans la nécropole de Passy est décédée en 5061 av. J.-C. à 4858 av . J.-C. ( 95,4% ; 5029 av. en C. à 4946 av . J.-C. , 68,2% ) ( fichier S3 , M1-4)). Un peu plus tard, les premières tombes monumentales émergent en Bretagne, et plus particulièrement dans la région de Carnac, sous la forme de tumulus ronds recouvrant des sépultures à fosses, des cistes de pierre et des chambres sèches. La première phase de construction du tumulus Saint - Michel à Carnac est daté de l'intervalle de temps 4782 cal BC à 4594 cal BC ( 95,4% , 4724 cal BC à 4618 cal BC , 68,2% ) ( Dataset S3 , M4-2 à M4-4 ).

En Catalogne, dans la région de Tavertet, des sépultures mégalithiques précoces sont apparues au cours de la même période, pratiquement contemporaines des sépultures bretonnes. Une réévaluation des résultats disponibles au radiocarbone a permis de dater la construction de ces fosses entre 4722 et 4068 Avant JC ( 95,4% ; 4581 à 4267 BC , 68,2% ).

Les petites chambres de pierre sans accès et les inhumations simples ou doubles sont un diagnostic pour le début du stade mégalithique du cinquième millénaire avant notre ère. Dans le dernier tiers du cinquième millénaire, les chambres les plus anciennes accessibles sont attestées par des dolmens et des sépulturesFig. 4 ). Ces tombes pourraient être rouvertes pour des inhumations répétées, ce qui marque le début d'une nouvelle pratique pour l'ensemble de l'Europe: la construction de tombes pour les dépositions successives de restes humains au fil des siècles. La plus ancienne fosse mégalithique accessible et connue avec des dates fiables au radiocarbone est située dans le centre-ouest de la France, dans la nécropole de Prissé-la-Charrière, dans les Deux-Sèvres. Le début des activités funéraires à ce dolmen est calculé entre 4371 cal av. J.-C. et 4263 cal. BC (95,4%; 4358 cal. BC à 4275 cal. BC , 68,2% ) (jeu de données S3 , M20-2 ). Les structures de transition vers les sépultures de passage sont documentées pour la Bretagne et pour le tumulus long ou tertre de Lannec er Gadouer avec une séquence radiocarbone qui indique cette transition de 4503 cal BC à 4103 cal BC ( 95,4% ; 4432 cal BC à 4233 cal BC , 68,2%) ( Jeu de données S3 , M5-8 ). Des tombes mégalithiques accessibles sont connues du nord de la Corse sur le Monte Revincu daté de 4327 cal. BC à 4266 cal. BC ( 95,4% ; 4302 cal. BC à 4273 cal. BC , 68,2% ) (jeu de données S3 , M27-5 ). "

YH : Notons au passage que cette nouvelle pratique du dernier tiers du 5ème millénaire avant JC de tombes à plusieurs usages font que ces datations basées sur les derniers restes présents peuvent être repoussées de plusieurs décennies ou siècles dans le temps...

 

Civilisationmegalithes2

Fig. 4

Carte indiquant les dates estimées pour le début des mégalithes accessibles sous forme de dolmens et de sépultures de passage dans les différentes régions d'Europe, avec une probabilité de 95% (probabilité de 68% entre parenthèses). Les caractères italiques gras sont utilisés pour les fourchettes de dates des estimations de densité postérieure basées sur des échantillons provenant de sépultures mégalithiques accessibles, les caractères gras normaux sont utilisés pour les datations radiocarbone calibrées simples provenant de sépultures mégalithiques accessibles, et les caractères italiques réguliers pour les probabilités des estimations de densité postérieure. associé au matériel culturel le plus ancien dans des dolmen ou des sépultures.

 

" Dans l’ouest de la péninsule ibérique, les fourchettes de dates de début des structures accessibles sont calculées pour l’Estremadura, entre 3844 et 3383 cal BC. ( 95,4% ; 3658 à 3432 cal BC , 68,2% ) ( fichier S3 , M33-1 ). , pour l’Alentejo entre 3743 et 3521 av . J.-C. ( 95,4% ; 3673 av.C. jusqu'à 3567 av.JC , 68,2% ) (jeu de données S3 , M34-5 ), et pour Beira entre 3883 av.JC et 3782 av.JC (95,4% ; 3837 cal BCà 3796 cal BC , 68,2% ) (jeu de données S3 , M35-19 ). De même, les premiers mégalithes datés en Grande-Bretagne et en Irlande datent également de la première moitié du quatrième millénaire avant notre ère. La plus ancienne tombe mégalithique connue dans le sud de l'Angleterre, Coldrum, est calculée à 3971 cal BC à 3805 cal BC ( 95,4% ; 3960 cal BC à 3880 cal BC , 68,2% ) ( 20 ), et Parknabinnia sur le Burren en Irlande à 3885 cal BC à 3440 cal BC ( 95% ;3715 cal. BC à 3530 cal. BC , 68% ) ( 21 ).

Les siècles suivants sont une période de stase mégalithique et de réutilisation d'anciennes tombes mégalithiques. À l'exception des tombes de galeries en Belgique, rien n'indique que des mouvements ou de nouvelles régions mégalithiques aient été ajoutés pour le moment.

Enfin, une expansion encore mégalithique est arrivé plus tard dans la deuxième moitié du quatrième millénaire dans le nord de l' Allemagne et la Scandinavie méridionale ( 22 ⇓ - 24). En Méditerranée, on assiste à un renouveau mégalithique au deuxième millénaire avant notre ère dans les îles Baléares, les Pouilles et la Sicile. Celles-ci sont associées aux phénomènes de l'âge du bronze et / ou du gobelet à cloches. "

Nous avons ainsi pu démontrer que les premiers mégalithes ont pris naissance dans le nord-ouest de la France et se sont répartis le long des routes maritimes des côtes méditerranéennes et atlantiques en trois phases principales successives ( Fig. 5). Leur expansion a coïncidé avec d'autres mutations sociales et économiques des sociétés du Néolithique et de l'âge du cuivre qui dépassent le cadre de cet article. L'ancienne génération d'archéologues avait raison en ce qui concerne une diffusion maritime du concept mégalithique. Ils se sont trompés en ce qui concerne la région d'origine et la direction de la diffusion mégalithique. Les mouvements mégalithiques ont dû être puissants pour se répandre avec une telle rapidité aux différentes phases, et les compétences, les connaissances et la technologie maritimes de ces sociétés ont dû être beaucoup plus développées que présumé jusqu'à présent. Cela incite à une réévaluation radicale des horizons mégalithiques et invite à ouvrir un nouveau débat scientifique sur la mobilité maritime et l'organisation des sociétés néolithiques, la nature de ces interactions à travers le temps et la montée de la navigation. "

 

Civilisationmegalithes3

Fig. 5

Carte montrant le tracé hypothétique de l'expansion mégalithique en trois phases principales (rouge − vert − jaune), des périodes de stase mégalithique (brun − blanc) et l'épisode d'un renouveau mégalithique de la Méditerranée (orange) au deuxième millénaire ap. estimation du début des sépultures mégalithiques dans les différentes régions européennes avec une probabilité de 95% (probabilité de 68% entre parenthèses). Les caractères italiques gras sont utilisés pour les fourchettes de dates des estimations de densité postérieure basées sur des échantillons de sépultures mégalithiques, les caractères gras normaux sont utilisés pour les simples dates radiocarbone calibrées des sépultures mégalithiques et les caractères italiques normaux pour les probabilités des estimations de densité postérieure associées au premier matériel culturel dans les tombes mégalithiques.

Sources :

https://www.pnas.org/content/early/2019/02/05/1813268116

https://www.courrierinternational.com/article/archeologie-les-megalithes-deurope-seraient-tous-issus-dune-meme-civilisation

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 26-02-2019

 

archéologie prehistoire échange lire mystère légendes

Ajouter un commentaire