Jordanie : Retour chez les mystérieux Natoufiens

Jordanie : Retour chez les mystérieux Natoufiens

 

Jordanie hearth mini

Retour car j'ai déjà parlé de ce peuple constructeur de chasseurs-cueilleurs au savoir étonnant, car il date bien du paléolithique tardif, ici : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-mysterieux-peuple-des-natoufiens-decouvertes-recentes.html

En fait de chasseurs-cueilleurs, on sait maintenant que les Natoufiens étaient encore plus anciens que supposés (-15000 ans avant maintenant étant devenu le minimum), qu'ils s'étaient répandus et étaient restés (ne demeurant "nomade" qu'entre ses sites privilégiés) sur un vaste territoire comprenant Israël, la Jordanie, le Liban et la Syrie de -15000 ans à -11500 ans. Et que c'est l'un des premiers peuples à avoir construit des maisons. Cette nouvelle étude sur ce peuple a été faite à partir d'un nouveau site découvert en Jordanie, une étude qui remet en cause une théorie d'expansion à partir d'une région centrale (située en Galilée) grâce à des datations précises du site...

On peut aussi rappeler que ce peuple était probablement mené par des chamanes (l'extraordinaire tombe d'un chamane féminin, une guérisseuse, a été découverte) et qu'il enterrait ses morts sur des lits de fleurs et avec des couronnes de fleurs autour de la tête... on est bien loin des tribus guerrières imaginées (probablement faussement) par des anthropologues et des scénaristes trop influencés par l'histoire de notre propre civilisation guerrière...

 

Shubayqa en jordanie natoufien

IMAGE:  PROFESSEUR ELISABETTA BOARETTO ET DR TOBIAS RICHTER. AU PREMIER PLAN SE TROUVE UN FOYER NATOUFIEN À SHUBAYQA, EN JORDANIE. CRÉDIT: L'INSTITUT WEIZMANN DES SCIENCES

Cette culture natoufienne, qui chevauche la frontière entre les modes de vie nomades et sédentaires, a des origines diverses et complexes - beaucoup plus que ce que les chercheurs avaient supposé jusqu'à présent. Cette découverte résulte de nouvelles recherches menées par une équipe de scientifiques et d'archéologues du Weizmann Institute of Science et de l'Université de Copenhague.

On a découvert au cours des 10 dernières années qu'ils ont été parmi les premiers à construire des maisons permanentes et à cultiver des plantes comestibles. Ces innovations étaient très probablement cruciales pour l'émergence subséquente de l'agriculture à l'époque néolithique. Des recherches antérieures avaient suggéré que le centre de cette culture était la région du Mont Carmel et de la Galilée, et qu'elle s'était étendue à d'autres parties de la région. La nouvelle étude de l'équipe de Copenhague-Weizmann, publiée dans Scientific Reports, remet en question cette théorie de la «région centrale».

Le nouveau document est basé sur des preuves provenant d'un site Natoufien situé en Jordanie, à environ 150 km au nord-est d'Amman. Le site, appelé Shubayqa 1, a été excavé par une équipe de l'Université de Copenhague dirigée par le Dr Tobias Richter de 2012-2015. Les fouilles ont permis de découvrir un site Natoufien bien préservé, qui comprenait, entre autres, un vaste ensemble de restes de plantes carbonisées. Ces restes botaniques, rares dans de nombreux sites Natoufiens de la région, ont permis à l'équipe de Weizmann-Copenhague d'obtenir le plus grand nombre de datations pour tout site natoufien en Israël ou en Jordanie. La datation a été entreprise par le Prof. Elisabetta Boaretto à l'Institut Weizmann de la Science en utilisant la Spectrométrie de Masse par Accélérateur, ou AMS, datant. Boaretto est à la tête du laboratoire de spectrométrie de masse de l'accélérateur de recherche Dangoor (D-REAMS) de l'Institut Weizmann. C'est l'un des rares laboratoires dans le monde qui travaille avec la technologie et les méthodes qui permettent d'analyser même les plus petits restes organiques d'un site et de les dater précisément. Avec le spectromètre de masse spécialement conçu par le laboratoire, Boaretto est capable de révéler la quantité de carbone 14 dans un échantillon jusqu'à l'atome unique. Sur la base de la demi-vie des atomes de carbone-14 radioactifs, la datation faite dans son laboratoire est précise à environ 50 ans, plus ou moins. Pour assurer la plus grande précision, l'équipe a sélectionné uniquement des échantillons provenant d'espèces végétales éphémères ou de leurs extraits - par exemple, des graines ou des brindilles - pour obtenir les dates.

 

Boaretto jordan hearth

CRÉDIT: L'INSTITUT WEIZMANN DES SCIENCES

 

Plus de vingt échantillons provenant de différentes strates du site ont été datés, ce qui en fait l'un des sites Natoufiens les mieux datés du monde. Les dates ont montré, entre autres choses, que le site a d'abord été établi peu de temps après les premières dates obtenues pour le nord d'Israël. " Nos résultats montrent que Shubayqa 1 a été occupée pour la première fois entre ~ 14.400 - 14.200 cal BP (1σ) ou ~ 14.600 - 14.200 cal BP (2σ). L'occupation des Natoufiens a duré de 300 à 600 ansLe site a ensuite été abandonné pour c. 900 ans et occupé à nouveau au Natoufien tardif entre ~ 13 300 - 13 100 cal BP (1σ) ou ~ 13 300 - 13 000 cal BP (2σ). Le site a ensuite été abandonné à nouveau et réoccupé ~ 12 160 - 11 650 cal BP (1σ) ou ~ 12 380 - 11 500 cal BP (2σ) ". Soit les Natoufiens se sont développés très rapidement dans la région (ce qui est l'explication la moins probable), soit les schémas de peuplement sont apparus plus ou moins simultanément dans différentes parties de la région.

" La première date de Shubayqa 1 montre que les chasseurs-cueilleurs Natoufiens étaient plus polyvalents que ce que l'on pensait auparavant. Les recherches antérieures avaient lié l'émergence de la culture natoufienne à la richesse de la zone boisée méditerranéenne. Mais les premières dates de Shubayqa montrent que ces Pléistocènes tardifs de chasseurs-cueilleurs ont également pu vivre assez confortablement dans des zones de steppes plus ouvertes, à l'est ", explique M. Richter. Certains de leurs moyens de subsistance semblent avoir été fortement tributaires de l'exploitation des tubercules de pointe, ainsi que d'autres plantes sauvages et de la chasse aux oiseaux, à la gazelle et à d'autres animaux.

Ces nouvelles dates ne cadrent pas toujours avec l'idée que le changement climatique était le principal moteur de l'abandon ou de la réinstallation, bien qu'il ait clairement joué un rôle. (les natoufiens ont connu le mini âge glaciaire du Jeune Dryas sans trop en souffrir apparemment).

Boaretto dit que la théorie de la «zone centrale» est peut-être due, en partie, au fait que les sites du Mont Carmel ont été les mieux conservés et étudiés, jusqu'à présent. En plus de remettre en question l'idée que le Natoufien ait commencé dans un site précis et s'est étendu vers l'extérieur, l'étude suggère que les chasseurs-cueilleurs qui vivaient il y a 15 000 à 12 000 ans étaient ingénieux et pleins de ressourcesIls ont appris à utiliser de nombreuses plantes et animaux là où ils étaient et à les entretenir d'une manière qui a conduit à une installation rapide. Les auteurs disent que cela soutient une vision dans laquelle il y avait de nombreuses voies vers l'agriculture et que «le mode de vie du néolithique était un processus hautement variable et complexe qui ne peut être expliqué sur la base de modèles à cause unique».

 

Shubayqa en jordanie natoufien2

Vue aérienne de Shubayqa 1 montrant la zone d'excavation principale A / B et l'emplacement de Shubayqa 1 (inséré en bas à gauche). Carte produite en utilisant les données de Natural Earth (naturalearthdata.com) et traitée à l'aide de QGIS 2.18.13 ( http://www.qgis.org/en/site/ ). Photo aérienne d'Alexis Pantos.

 

Une autre caractéristique étonnante des natoufiens, et cela fait même partie de l'une des caractéristiques qui les distingue, c'est leur utilisation de pierres microlithiques (de petites dimensions pour des travaux de précision) taillées en forme de croissants de lune, appelées lunates, avec une diminution de la longueur des pierres au fil du temps : La longueur moyenne des premiers lunates natoufiens est comprise entre 18 et 28 mm, la largeur entre 6 et 9 mm. À la fin du Natoufien, les lunates ont une longueur moyenne de 15-20 mm et une largeur moyenne de 4-7 mm...

" Shubayqa 1 est le premier site daté du début à la fin du Natoufien avec des restes architecturaux significatifs identifiés à l'extérieur de la zone boisée méditerranéenne dans le sud du Levant. D'une superficie de plus de 1000 m 2 , avec une architecture impressionnante, des gisements d'occupation épais, des sépultures, un important assemblage d'artefacts en pierre, une production d'outils en os et de nombreux pendentifs en os et en coquillage, il remplit tous les critères d'un camp de base. La chronologie de Shubayqa 1 pose un certain nombre de questions pour notre compréhension de l'émergence et du développement du Natufien épipaléolithique supérieur ".

 

Sources : https://wis-wander.weizmann.ac.il/chemistry/uncovering-varied-pathways-agriculture

https://www.eurekalert.org/pub_releases/2017-12/wios-uvp120717.php

https://www.nature.com/articles/s41598-017-17096-5

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 13-12-2017

 

 

Yves Herbo sur Google+

moyen-orient archéologie prehistoire échange auteur lire mystère

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.