Kurdistan : découverte de tablettes cunéiformes de l'Empire Assyrien

 Kurdistan : découverte de près de 100 tablettes cunéiformes datant de l'Empire Assyrien Moyen

 

Bassetki tablets mini

 

C'est dans les ruines d'une antique cité disparue, nommée Bassetki​retrouvée en 2013, que cette nouvelle fouille a déterré près de 100 tablettes cunéiformes en argile. Il est possible que les tablettes aient été réunies et cachées pour leur sauvegarde depuis des millénaires.

C'est une équipe de l'université allemande de Tübingen dirigée par le professeur Peter Pfälzner qui avait déjà découvert la petite ville en 2013, située dans ce qui est aujourd'hui le Kurdistan irakien (la région qui réclame actuellement son indépendance !), et c'est la même équipe, qui continue ses fouilles, qui vient de tomber sur cette cache regroupant près d'une centaine de tablettes.

" Nos découvertes apportent la preuve que ce centre urbain ancien dans le nord de la Mésopotamie a été habité presque continuellement d'environ 3000 à 600 av. J.-C. ", a déclaré le professeur Pfälzner. " Cela indique que Bassetki était d'une importance clé sur les routes commerciales principales ".

En effet, dans l'un des anciens bâtiments de Bassetki, 93 tablettes d'argile ont été excavées. La plupart des tablettes ne sont pas cuites et donc très usées et leur décryptage sera un défi majeur pour les années à venir...

 

Bassetki tablets

Des tablettes cunéiformes âgées de 3 250 ans ont été trouvées à l'intérieur d'un récipient en argile sur le site archéologique de Bassetki, dans la région du Kurdistan au nord de l'Irak. Crédit : Peter Pfälzner, Université de Tübingen.

" Soixante des précieux documents ont été déposés dans un pot en céramique qui était probablement utilisé pour le stockage des tablettes d'argile ", ont déclaré les archéologues.

" Le pot a été découvert dans une pièce d'un bâtiment datant de l'assyrien moyen qui avait été détruit; avec deux autres pots, il s'est retrouvé enveloppé dans une épaisse couche d'argile. "

" Les céramiques ont peut-être été cachées de cette façon peu de temps après la destruction du bâtiment environnant. Peut-être que l'information qu'elle contient était destinée à être protégée et préservée pour la postérité ", a déclaré le professeur Pfälzner.

" On ne sait pas encore si les tablettes contiennent des documents commerciaux, officiels ou religieux. Notre philologue, le Dr Betina Faist, a déchiffré un petit fragment d'une tablette d'argile. Il mentionne un temple à la déesse Gula, suggérant que nous pourrions regarder un contexte religieux ".

" J'espère que les textes donneront une grande variété de détails sur l'histoire, la société et la culture de cette région peu connue du nord de la Mésopotamie au IIe millénaire avant J.-C. ", a-t-il ajouté.

 

Bassetki bronze age city

Le monticule de ruines à Bassetki, en Irak/Kurdistan, avec la vaste zone de la ville basse où paissent maintenant les moutons. Crédit d'image: Peter Pfälzner.

 

En ce qui concerne la ville trouvée en 2013 et selon les découvreurs, le Professeur Peter Pfälzner de l'Université de Tübingen et le Dr. Hasan Qasim de la Direction des Antiquités de Dohuk, le site a été créé vers 3000 avant J.-C. et a pu prospérer pendant plus de 1200 ans.

Le site abrite aujourd'hui le petit village kurde de Bassetki (qui a donc donné son nom à la cité antique dont le réel nom est inconnu) dans la région autonome du Kurdistan. " Bien que le site d'excavation ne se trouve qu'à 45 km du territoire contrôlé par l'EI, il a été possible de mener le travail archéologique sans aucune perturbation ", ont noté les archéologues, qui ont vécu dans la ville de Dohuk, à seulement 60 kilomètres au nord de Mossoul, pendant les travaux d'excavation.

« La zone autour de Bassetki se révèle être une région culturelle riche, de façon inattendue, qui se trouvait au carrefour des voies de communication entre les cultures mésopotamienne, la Syrie et l'Anatolie pendant l'âge du bronze, ajoute le Prof. Pfälzner. Nous prévoyons donc d'établir un projet de recherche archéologique à long terme dans la région en collaboration avec nos collègues kurdes ».

Tout aussi important, le professeur Pfälzner, le Dr Qasim et leurs collègues ont également découvert des couches datant de la période de l'Empire akkadien de Sargon (2340-2200 av. J.-C.), considéré comme le premier empire mondial de l'histoire de l'humanité.

 

Empireakkadiendesargon

l'Empire akkadien de Sargon (2340-2200 av. J.-C.) - Original image by Nareklm. Uploaded by , published on 26 April 2012 under the following license: GNU Free Documentation License

 

Ils suggèrent que la ville antique a pu être un important avant-poste akkadien. L'importance de l'établissement pourra être vu à partir des découvertes au cours des travaux d'excavation.

Le village avait déjà un mur qui courait autour de la partie supérieure de la ville à partir de 2700 av. J.-C. afin de protéger ses habitants des envahisseurs. De grandes structures en pierre y ont été érigées vers 1800 avant JC.

Les archéologues ont également trouvé en 2013 des fragments de tablettes cunéiformes assyriennes datant d'environ 1300 av. J.-C., ce qui suggérait l'existence d'un temple dédié au dieu météorologique mésopotamien Adad sur ce site. Il y avait une ville basse d'environ 3 300 pieds (1 km) de long à l'extérieur du centre de la colonie.

En utilisant des mesures de résistance géomagnétique, les archéologues ont découvert des indications d'un vaste réseau routier, de divers quartiers résidentiels, de grandes maisons et d'une sorte de bâtiment palatial datant de l'âge du bronze. La colonie était reliée aux régions voisines de Mésopotamie et d'Anatolie par une route terrestre datant d'environ 1800 av. JC...

 

Sources : http://www.sci-news.com/archaeology/cache-assyrian-cuneiform-iraq-05350.html

http://www.sci-news.com/archaeology/bronze-age-city-iraq-04341.html

 

Yves Herbo Traductions, Sciences-Faits-Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 25-10-2017

 

 

Yves Herbo sur Google+

moyen-orient archéologie prehistoire échange lire mystère antiquité

Commentaires (1)

Michel Laurent
  • 1. Michel Laurent | 30/10/2017
"Un vieux livre" dont les médias feraient mieux de parler au lieu de ces guerres incessantes pour "l'or noir" ...

Ajouter un commentaire