La mission britannique Atlantis découvre un monde englouti

La mission britannique Atlantis découvre un monde englouti

Mise à jour 21-06-2019

 

doggerland2.jpg

Un monde caché sous l'eau, avalé par la Mer du Nord, a été découvert par des plongeurs qui travaillent avec les équipes scientifiques de l'Université de St Andrews.
 
Doggerland, une vaste zone de terre sèche qui s'étendait de l’Écosse au Danemark a été lentement submergée par l'eau entre 18.000 et 5.500 avant J.C. Les plongeurs de compagnies pétrolières ont trouvé des restes d'un «monde noyé» avec une population de plusieurs dizaines de milliers de personnes qui pourrait bien avoir été le «cœur réel» de l'Europe.
 
Une équipe de climatologues, archéologues et les géophysiciens ont cartographié la zone à l'aide de nouvelles données provenant des compagnies pétrolières et a révélé l'ampleur des terres parcourues par des troupeaux de mammouths.
 
doggerland.jpg
 
Les recherches suggèrent que les populations de ces terres submergées auraient pu être des dizaines de milliers de personnes, vivant dans une zone qui s'étendait de l’Écosse du Nord à travers le Danemark et jusqu'en bas de la Manche et des îles Anglo-Normandes.
La zone était autrefois le «cœur réel» de l'Europe et a été frappée par "un tsunami dévastateur", affirment les chercheurs. La vague faisait partie d'un processus plus large qui a submergé les zones de basses altitudes au cours de milliers d'années. Voir la suite ci-dessous :
 
" Le nom a été inventé pour la Dogger Bank (une ancienne île engloutie au large de l'Irlande), mais il s'applique aussi à plusieurs périodes où la mer du Nord était une terre ", dit Richard Bates de l'Université de St Andrews. « Il y a près de 20.000 ans, il y avait un « maximum » - même si une partie de cette zone aurait été recouverte de glace. Lorsque la glace a fondu, plus de terres ont été révélées -, mais le niveau de la mer a également augmenté après. " (YH : en combien de temps la mer a-t-elle monté pour submerger les terres libérées par les glaces ?, on ne sait pas, mais quelques dizaines d'années suffisent pour que nature et hommes s'installent...).
 
scans-riviere-submergee.jpg
 
Scan rivière submergée

« Grâce à un grand nombre de nouvelles données provenant de sociétés pétrolières et gazières, nous sommes en mesure de donner une forme au paysage - et donner un sens aux mammouths trouvés en-bas, et aux rennes. Nous sommes en mesure de comprendre les types de personnes qui étaient là.

« Les gens semblent penser que les changements du niveau des mers sont une chose nouvelle - mais c'est un cycle de l'histoire terrestre qui s'est passé de nombreuses fois."

Organisé par le Dr Richard Bates du Département de Sciences de la Terre à St Andrews, l'exposition Paysages Engloutis révèle la dernière histoire humaine après Doggerland, une zone aujourd'hui submergée de la mer du Nord qui était autrefois plus grande que de nombreux pays européens modernes...

« Nous avons spéculé pendant des années sur l'existence de la terre perdue à partir d'os de dragage trouvés par les pêcheurs partout dans la mer du Nord, mais c'est seulement depuis que je travaille avec des compagnies pétrolières dans ces dernières années que nous avons été en mesure de recréer ce à quoi cette terre perdue ressemblait.

« Lorsque les données ont au début été en cours de traitement, j'ai pensé qu'il était peu probable que ça nous donnerait une information utile, mais comme une plus grande surface a été découverte, elles ont révélé un paysage vaste et complexe.

« Nous avons été en mesure de modéliser ses flores et la faune, de dresser un tableau de l'ancien peuple qui y vivait et commencer à comprendre quelques-uns des événements dramatiques qui ont par la suite changé leur terre, y compris la mer montante et un tsunami dévastateur.

Le projet de recherche est une collaboration entre St Andrews et les universités d'Aberdeen, Birmingham, Dundee et au Pays de Galles Trinity St David.

 

doggerland1.jpg

En redécouvrant une terre à travers la recherche scientifique d'avant-garde, la recherche révèle l'histoire d'un passé dramatique mettant en vedette un changement climatique massif. L'exposition publique ramène à la vie des populations mésolithiques de Doggerland grâce à des artefacts découverts profondément dans le lit de la mer.

L'exposition, un résultat d'un laborieux travail de 15 ans sur le terrain autour des eaux troubles du Royaume-Uni, a été l'un des points forts de l'événement à Londres.

Un écran interactif examine le paysage perdu de Doggerland et inclus des objets de différentes époques représentées par l'exposition - à partir de morceaux de silex utilisés par les humains comme des outils pour les animaux qui ont également habité ces terres.

En utilisant une combinaison de la modélisation géophysique des données obtenues à partir des sociétés pétrolières et gazières et des preuves directes à partir de matériaux récupérés du fond marin, l'équipe de recherche a été en mesure de construire une reconstitution de la terre perdue.

Les résultats suggèrent une image d'une terre de collines et de vallées, des marais et des grands lacs, avec des grands fleuves déchirant une côte tordue.

Comme la mer a augmenté, les collines seraient devenues un archipel isolé d'îles basses. En examinant le registre fossile - tels que les grains de pollen, de la microfaune et la macrofaune - les chercheurs peuvent dire quel genre de végétation a poussé dans Doggerland et quels animaux erraient là.

En utilisant cette information, ils ont réussi à construire un modèle sur la « capacité de charge » de la terre pour savoir à peu près combien d'êtres humains pourraient y avoir vécu.

L'équipe de recherche étudie actuellement plus de preuves du comportement humain, y compris des éventuels lieux de sépultures de l'homme, des intrigants menhirs et un charnier gigantesque.

 

excavation-sur-les-cotes.jpg

 

Dr Bates a ajouté: « Nous n'avons pas trouvé un « x marquant l'endroit » ou " Joe a créé ceci ", mais nous avons trouvé de nombreux objets caractéristiques submergés qui sont très difficiles à expliquer par des causes naturelles, telles que des monticules entourés de fossés et des souches d'arbres fossilisées sur le fond marin.

« Il reste en fait très peu de preuves, car une grande partie a été érodée sous l'eau, c'est comme essayer de trouver une partie seulement d'une aiguille dans une botte de foin. Ce que nous avons trouvé est une partie remarquable de la preuve et nous sommes maintenant en mesure d'identifier les meilleurs endroits pour trouver des signes de vie préservés."

orkney-englouti.jpg

Source : http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2167731/Britains-Atlantis-North-sea--huge-undersea-kingdom-swamped-tsunami-5-500-years-ago.html#ixzz1zstM084D

18 armes de poing en silex avaient déjà été retirées en 2003 de la Mer du Nord, et avaient été identifiées comme néandertaliennes, sans datation précise...

 

Mise à jour 21-06-2019 : Après 7 ans de plongées, sondages et études, ainsi que quelques publications prudentes, une confirmation est enfin disponible. En effet, les archéologues ont trouvé des preuves d'anciennes activités humaines sur la très propre «Atlantis» de Grande-Bretagne. 

Des scientifiques enquêtant sur un paysage de l’âge de la pierre noyé au fond de la mer du Nord ont découvert deux sites de peuplement préhistoriques potentiels sur les rives d’un fleuve ancien, disparu depuis longtemps.

C'est la première fois qu'une expédition archéologique trouve de telles preuves au large des côtes sous l'immense étendue d'eau. 

Dans le passé, des artefacts préhistoriques avaient parfois été ramassés par des pêcheurs et découverts par des équipes d'exploration pétrolière - mais les contextes des fonds marins dont ils provenaient n'avaient jamais fait l'objet d'une évaluation archéologique.

Cette fois, les découvertes font partie d'une enquête archéologique systématique.

 

Uk atlantis1

 

Seau soulevé en train de sortir de la mer après avoir été utilisé pour extraire un échantillon de sédiment du fond marin. C'est dans de tels échantillons de sédiment que les archéologues britanniques et belges, sur le navire de recherche belge, ont trouvé les deux artefacts en silex (Crédit : Simon Fitch, Université de Bradford)

 

Les archéologues - de Grande-Bretagne et de Belgique - ont découvert deux artefacts de pierre extrêmement importants dans des endroits spécifiques, qui étaient délibérément recherchés pour des activités humaines anciennes.

Les scientifiques, qui ont étudié la répartition des activités humaines anciennes et des sites de peuplement sur terre, ont appliqué leurs connaissances au paysage englouti de l'âge de pierre de "l'Atlantide britannique" dans la mer du Nord - et ont rapidement découvert un trésor archéologique.

Les deux artefacts de pierre - récupérés dans deux échantillons de sédiments de fond marin (chacun d'un peu plus d'un pied cube) provenant de sites cibles situés à 25 km au nord de Blakeney, dans le Norfolk - ne semblent pas impressionnants visuellement. Mais ils permettent, pour la toute première fois, aux archéologues de découvrir des sites de peuplement probablement de l’âge de la pierre, engloutis par la mer vers 6000 av. JC.

Les colonies potentielles elles-mêmes - sur les côtés opposés d'un ancien estuaire - sont encore plus anciennes, probablement entre 8200 et 7700 av. JC.

Les archéologues - des universités de Bradford et de Gand - ont également découvert des preuves expliquant précisément pourquoi les humains de l'âge de pierre étaient si attirés par ces deux endroits.

Le pollen et d'autres preuves environnementales retrouvés autour des deux sites montrent que les chasseurs-cueilleurs du mésolithique, qui y étaient actifs, avaient facilement accès à plus d'une demi-douzaine de zones de paysage différentes, chacune avec des ressources différentes à exploiter.

Les marais aux riches lits de roseaux offraient la possibilité de chasser de grandes espèces de sauvagine, de collecter des œufs et de cueillir des roseaux pour la confection de paniers et de pièges à poissons.

Les vasières intertidales et les plages de gravier donnaient chacune accès à différentes espèces de mollusques et de crustacés nutritifs. De plus, de nombreux phoques gris et communs auraient constitué une source saisonnièrement riche en viandes et en graisses très protéinées.

Les prairies des marais salés auraient attiré des cerfs, des wapitis et des bovins sauvages géants (aurochs), qui auraient à leur tour fourni un approvisionnement crucial en viande toute l'année aux humains locaux.

Un terrain légèrement plus élevé et plus sec, donnant sur l'estuaire de la rivière, était recouvert de noisetiers - produisant non seulement des noix, mais également du bois, idéal pour la fabrication de flèches.

Et une promenade en amont le long de la rivière aurait donné aux habitants accès à un grand nombre de poissons d'eau douce.

La topographie en craie légèrement ondulée qui formait l'arrière-pays des deux agglomérations potentielles aurait eu des sources et des petits ruisseaux pour l'eau potable.

Dernier point, mais non le moindre, une ressource géologique cruciale du côté ouest de l'estuaire. Pour cela, une couche de craie à silex gisait à l'ancienne surface du sol, fournissant ainsi à la population des silex frais pour la fabrication de ses outils.

 

Uk atlantis2Les enquêtes de télédétection, effectuées par les archéologues et les géophysiciens, ont pour la première fois révélé ce à quoi le site aurait ressemblé avant d'être inondé par la mer il y a environ 8 000 ans. La vallée et l'estuaire d'une rivière aujourd'hui disparue sont clairement visibles. Les deux découvertes ont été découvertes de part et d'autre de l'estuaire, précisément là où les archéologues s'attendaient à trouver des campements et des colonies préhistoriques (Crédit : Simon Fitch, Université de Bradford).

 

Les deux artefacts découverts par les archéologues offrent un indice de ce que les habitants de l'âge de pierre y faisaient.

Sur le côté ouest de l'estuaire, où se trouvent l'affleurement géologique de craie et de silex, les archéologues ont trouvé un fragment d'une pierre à marteau d'une taille inhabituelle - un outil utilisé pour casser des nodules de silex plus grands en fragments de taille plus appropriée pour une transformation ultérieure en outils appropriés. .

Les experts en outils de pierre croient que le fragment de pierre à marteau a cassé accidentellement la pierre à marteau originale alors qu’elle était utilisée pour produire de tels artefacts embryonnaires. Cela suggère fortement que le site était utilisé comme base de fabrication d'outils.

Les scientifiques ont déterminé que la pierre de marteau d'origine, dont le fragment avait été séparé, avait probablement la taille d'un pamplemousse et pesait environ un kilo.

Le fragment lui-même - à peine cinq centimètres de long et six millimètres d’épaisseur - a néanmoins conservé la preuve que la pierre à marteau, dont elle était originaire, avait déjà été fortement utilisée. La partie supérieure du fragment était recouverte de dizaines de marques d'impact, preuve de la manière dont le marteau d'origine avait été utilisé au début de la fabrication de nombreux outils.

Il est probable que les étapes ultérieures plus raffinées de la fabrication des outils se soient également déroulées sur le site.

De l'autre côté de l'estuaire, aujourd'hui disparu, les archéologues ont trouvé leur deuxième artefact: un petit éclat d'un centimètre de long et de deux millimètres d'épaisseur, qui a coupé un gros morceau de silex lors de la fabrication de l'outil. Cela démontre également que la fabrication d'outils se produisait sur les rives de l'estuaire.

Les archéologues planifient maintenant la prochaine phase de leur enquête sous-marine.

Premièrement, ils enverront un mini sous-marin sans équipage pour approfondir leurs recherches et filmer les fonds marins aux deux endroits.

Il est alors envisageable que le mini sous-marin utilise ses bras robotiques pour récupérer tout objet ancien important, visible sur le fond marin.

Enfin, ils peuvent envoyer des plongeurs à 32 mètres au fond de la mer pour y effectuer des fouilles appropriées.

Les défis à relever pour enquêter au fond de la mer du Nord sont immenses. Il est donc concevable que l'enquête puisse durer plusieurs années.

Les découvertes sont particulièrement importantes car il est généralement impossible de retrouver d'anciens sites côtiers de cet âge sur la terre ferme. En effet, la fonte partielle des calottes glaciaires de la période glaciaire à la fin de la dernière glaciation a entraîné une élévation massive du niveau de la mer dans le monde entier.

À l’âge de pierre, comme de nos jours encore, une proportion très importante de la population vivait sur la côte (où les ressources étaient souvent plus abondantes) - et leurs anciens habitats se trouvent maintenant, le plus souvent, au fond de la mer...

Le paysage de l'âge de pierre, submergé lors de la formation de la mer du Nord, est l'un des plus vastes paysages de ce type noyés sur Terre.

En termes de compréhension plus complète de l'évolution culturelle de l'humanité, l'enquête en cours sur l'Atlantide britannique est donc particulièrement importante.

" Nos recherches en cours nous permettront, espérons-le, de reconstruire la vie sur plus de 100 000 km 2 d'anciennes terres situées sous l'actuelle Mer du Nord et la Mer d'Irlande, avant qu'elles ne soient inondées par l'élévation du niveau de la mer il y a 10 000 à 7 000 ans ", a déclaré un archéologue clé impliqué dans le projet, le Dr Simon Fitch de l'Université de Bradford.

L'expédition en mer du Nord était dirigée par le géophysicien belge, le Dr Tine Missiaen de l'Université de Gand et le Flanders Marine Institute, en collaboration avec le projet «Paysages perdus» de l'université de Bradford, dirigé par le professeur Vincent Gaffney, archéologue.

La participation de la marine belge, qui a permis l’utilisation de son navire de recherche «RV Belgica» par les archéologues et les géologues, a été la clé du succès de l’expédition.

L'expédition a été financée par le Conseil européen de la recherche dans le cadre du programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'Union européenne.

 

 

 

 

Cartedoggerland

 

Autres articles complémentaires sur le même sujet (avec aussi les recherches d'autres scientifiques entre les îles Britanniques et le Danemark) : 

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/actualite/mer-du-nord-un-yellowstone-inconsidere.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/les-tsunamis-nord-europeens.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/baltique-un-site-prehistorique-englouti-au-sud-de-la-suede.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-plongeurs-suedois-ont-trouve-des-reliques-de-11-000-ans-en-mer-baltique.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/une-foret-galloise-engloutie-il-y-a-5000-ans-refait-surface.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/angleterre-des-empreintes-humaines-vieilles-de-800-000-ans.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/archeologie-la-montee-des-eaux-a-englouti-une-partie-de-la-prehistoire-francaise.html

 

Source : https://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/atlantis-britain-stone-age-north-sea-archaeology-artefacts-discovery-a8952721.html

 

 

Yves Herbo - SFH 07-2012, 21-06-2019

 

 

mystère archéologie environnement prehistoire climat météo

Commentaires (2)

Marchant
  • 1. Marchant | 13/07/2017
https://ma-petite-energie.fr/blog/un-banc-de-sable-et-de-lelectricite-pour-70-millions-deuropeens/

Ce dogger bank  ( voir le lien ) s est enfonce dans la mer il ya des millénaires  il Etait habite .On y a drague un crânehumain des outils en pierre des os de mammouth , il y a peut être des sites qui ne semblent pas naturels ! 
Un programme Européen vient de  faire la cartographie de ses rivières !!!
Il effleure a 20 mètres de profondeur les courants ont probablement érode les couches supérieures (des habitants pour se protéger , y avaient peut être érige des fosses donc  des butes ,qui leur ont permis  de se protéger des tempêtes et submersions y ont sans doute survécu quelques temps  )
Curieux on vient de decouvrir de part et d autre, a  farm must , au nord de la tamise et au danemark des perles de verre colorées 
 recemment attestées provenance d'egypte datées   1500 ans avant jc 
Et tout le monde sait  qu il y avait de l'ambre de la baltique  dans le tombeau
de toutenkhamon 
Curieux qu a Balinghen (qui signifie la résidence du prince, )  au sud on aie trouve 4,2 kg de torques et ceintures en or de cette époque le plus grand trésor de la préhistoire ( le monopole du commerce de l etain  jusqu' en orient suffit a valider une telle richesse )

en Angleterre, près de mustfarm, on trouve des dizaines de barques de 8 mètres de long souvent cachées en parfait état sous l eau, comme pour en garder un monopole
A Douvres, on admire  un navire de cette époque  cousu comme ceux caches precieusement près du sphinx en egypte
Ces bateaux démontables pouvaient donc passer du Rhin au Danube par les collines de Balingen près de Bâle!  

Les peuples de la mer illustres sur les murs des temples égyptiens portent une chevelure en ',Huron ' identique a celle que l on a retrouve sur une momie des marais irlandaise plus récente  a Conyclavan !

Au paravant , ces peuples de la mer (peut être pour conserver leur monopole de l etain, , ) détruisent totalement toute trace de la civilisation hittite
A l époque même  ou le roi Hittite refusaiit a pharaon le secret de la forge  du fer qui permet de faire une épée plus longue.plus souple !

Refoules par Ramses , ces peuples de la mer se réfugient en phenicie dont les habitants deviendront d habiles marins et commerçants 
yvesh
Oui effectivement, toutes les découvertes récentes, y compris dans le nord de l'Allemagne nous font découvrir un ancien monde où le nord de l'Europe a eu un plus grand rôle à jouer qu'on ne le pensait, les voyages sur des milliers de km étaient courant, l'utilisation de tous les cours d'eau était très optimisé avec en effet des bateaux démontables, on découvre dans le centre de l'Europe d'anciennes routes, d'anciens comptoirs commerciaux et étapes vers le sud, le commerce de l'ambre et de l'étain, de denrées typique du nord avait créé des princes nordiques très influents mais qui ont été effacés historiquement avec l'avènement de l'âge du fer. On y retrouve peut-être les traces des hyperboréens des anciens grecs et du peuple de la mer des égyptiens plus tard effectivement.

Ajouter un commentaire