Le fossile Tullimonstrum devient encore plus mystérieux

Le fossile Tullimonstrum devient encore plus mystérieux

 

Tullymonstrium1

De temps en temps, les scientifiques découvrent des fossiles si bizarres qu'ils défient toute classification, leurs plans corporels ne ressemblant à aucun autre animal ou plante vivant. Tullimonstrum (également connu sous le nom de Tully Monster), un fossile vieux de 300 millions d’année découvert dans les gisements de fossiles de Mazon Creek dans l’Illinois, aux États-Unis, est l’une de ces créatures étranges.

À première vue, Tully a l'apparence d'une limace, superficiellement. Mais là où vous vous attendez à ce que sa bouche se trouve, la créature a un long appendice fin se terminant par ce qui ressemble à une paire de griffes saisissantes. Ensuite, il y a ses yeux, qui dépassent de son corps, sur des tiges.

Tully est si étrange que les scientifiques n’ont même pas pu s’entendre sur le fait qu’il s’agisse d’un vertébré (avec une colonne vertébrale, comme les mammifères, des oiseaux, des reptiles et des poissons) ou d’un invertébré (sans colonne vertébrale, comme des insectes, des crustacés, des pieuvres et tous les autres animaux)). En 2016, un groupe de scientifiques a prétendu avoir résolu le mystère de Tully, fournissant ainsi la preuve la plus solide à ce jour qu'il s'agissait d'un vertébréMais cette nouvelle étude remet en cause cette conclusion, ce qui signifie que ce monstre reste aussi mystérieux que jamais...

Le monstre de Tully a été découvert dans les années 1950 par un collectionneur de fossiles nommé Francis Tully. Depuis sa découverte, les scientifiques se sont demandé à quel groupe d'animaux modernes appartient cette créature. L'énigme des véritables relations évolutives de Tully a ajouté à sa popularité, le conduisant finalement à devenir le fossile d'État de l'Illinois.

Il y a eu beaucoup de tentatives pour classer le monstre de Tully , voir ci-dessous :

La majorité de ces études ont porté sur l’apparition de certaines de ses caractéristiques les plus importantes. Celles-ci incluent un trait linéaire dans le fossile interprété comme preuve d’un intestin, les bandes claires et sombres du fossile et les étranges griffes saisissantes de sa bouche. Le plan du corps du monstre de Tully est si inhabituel dans son intégralité qu'il élargira considérablement la diversité des groupes auxquels il appartient, en modifiant radicalement la façon dont nous envisageons ce groupe d'animaux. Tullimonstrum a probablement atteint des longueurs allant jusqu'à 35 centimètres (14 pouces); les plus petits individus mesurant environ 8 cm (3,1 po) de long.

La recherche de 2016 a fait valoir que l'animal devrait être groupé avec les vertébrés car ses yeux contiennent des granules de pigment appelées mélanosomes, qui sont organisées par forme et par taille de la même manière que celles des yeux des vertébrés. Mais nos recherches montrent que les yeux de certains invertébrés tels que les poulpes et les calmars contiennent également des mélanosomes séparés par leur forme et leur taille de la même manière que les yeux de Tully, et que ceux-ci peuvent également être conservés dans des fossiles.

Pour ce faire, nous avons utilisé un type d'accélérateur de particules appelé source de lumière à rayonnement synchrotron situé à l'Université Stanford en Californie. Cela nous a permis d'explorer la composition chimique d'échantillons de fossiles et d'animaux vivants. Le synchrotron bombarde des spécimens avec des éclats de rayonnement intenses pour "exciter" les éléments qui les composent. Lorsqu'il est excité, chaque élément libère des rayons X avec une signature spécifique. En détectant les signatures de rayons X émises, nous pouvons savoir quels éléments ont été excités et en fin de compte de quoi est composé l'échantillon qui nous intéresse.

 

Tullimonstrum gregarium obsolete reconstruction

L'interprétation invertébrée relancée - Crédit : By Stanton F. Fink, CC BY-SA 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=6641322

 

Nous avons d’abord constaté que les mélanosomes des yeux des vertébrés modernes présentaient un rapport zinc / cuivre plus élevé que les invertébrés modernes que nous avons étudiés. À notre grande surprise, nous avons alors constaté que le même modèle pouvait être observé chez les vertébrés et les invertébrés fossilisés trouvés à Mazon Creek.

 

Tullymonstrium2

Vue d'artiste de Tullimonstrum. Crédit: PaleoEquii / Wikipedia , CC BY-SA

 

Nous avons ensuite analysé la chimie des yeux de Tully et le rapport zinc / cuivre était plus similaire à celui des invertébrés que des vertébrés. Ceci suggère que l'animal n'était peut-être pas un vertébré, ce qui contredit les efforts antérieurs de le classer.

Nous avons également constaté que les yeux de Tully contiennent un type de cuivre différent de celui des yeux vertébrés. Mais le cuivre n’était pas identique à celui des invertébrés que nous avons étudiés. Ainsi, bien que notre travail ajoute du poids à l’idée que Tully n’est pas un vertébré, il n’est pas clairement identifié comme un invertébré non plus.

 

Tullymonstrium3

Un autre look possible pour le monstre de Tully. Crédit: Nobu Tamura / Wikimedia, CC BY-SA

 

" Où allons-nous à partir d'ici ? Une analyse plus large de la chimie des mélanosomes et d’autres pigments dans les yeux d’un plus large éventail d’invertébrés constituerait une bonne étape. Cela peut aider à réduire davantage le groupe d'animaux auquel appartient Tully.

En fin de compte, l’énigme du genre de créature qu'est le monstre de Tully se poursuit. Mais nos recherches montrent à quel point l’étude des fossiles aux niveaux chimique et moléculaire peut jouer un rôle important dans la détermination de l’identité de cette créature énigmatique. "

 

Sources : https://phys.org/news/2019-11-mysterious-tully-monster-fossil.html

 

Tullimonstrum gregarium 4334

Fossile attribué à Tullimonstrum gregarium dans le musée civique de Storia Naturale di Milano . Ce spécimen montre clairement la structure de la barre oculaire. Crédit: Ghedoghedo - Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=33183606

 

YH : Bon, je ne suis pas paléozoologue, mais il me semble en tout cas qu'il y a aussi certaines ressemblances et qu'il pourrait bien être aussi un ancêtre de nos hyppocampes... Mais il est utile aussi de dire ici que l'endroit même de la découverte de ces fossiles (uniques au monde) compote certains mystères : 

" La formation des fossiles de Mazon Creek est inhabituelle. Lorsque les créatures sont mortes, elles ont été rapidement enterrées dans un cul de sac limoneux. Les bactéries qui ont commencé à décomposer les restes de plantes et d'animaux dans la boue ont produit du dioxyde de carbone dans les sédiments autour des restes. Le carbonate combiné avec le fer de la nappe phréatique autour des vestiges a formé des nodules incrustants de sidérite. L’organisme était enseveli, ce qui retardait la pourriture et permettait de conserver une impression de l’organisme. Les mécanismes de préservation dans le ruisseau Mazon sont mal compris. La combinaison de l'enfouissement rapide et de la formation rapide de sidérite a permis une excellente conservation des nombreux animaux et plantes qui étaient ensevelis dans la boue. En conséquence, les fossiles de Mazon Creek sont l’un des plus importants assemblages de fossiles du monde, Lagerstätten. L'enfouissement et la compression rapides ont souvent amené les carcasses de Tullimonstrum à se plier et à se replier comme les autres fossiles du ruisseau Mazon (YH : la tête du fossile ici présenté aurait donc été pliée sur le côté).

La proboscis est rarement préservée dans son intégralité; il est complet chez environ 3% des spécimens. Cependant, une partie de l'organe est préservée dans environ 50% des cas.

 

Tullimonstrum gregarium 343

Les deux parties de la pierre contenant le fossile - By Ghedoghedo - Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=33183605

 

Hippocampe chevelu hippocampus guttulatus 24

hyppocampe chevelu - L’hippocampe, ou cheval de mer, appartient à la famille des Syngnathidés. Cette famille regroupe dans les mers européennes deux groupes très caractéristiques par leur forme : les syngnathes (les aiguilles de mer ou vipères de mer) et les hippocampes. C’est la femelle qui pond ses ovules dans la poche abdominale du mâle (marsupium), formée par des replis de la peau. Près pour l’accouplement, le mâle exhibe sa poche ventrale largement ouverte. La femelle y dépose ses œufs et le mâle peut ensuite les fertiliser. La poche du mâle peut contenir une centaine d’oeufs. L’incubation dure d’une dizaine de jours à quelques mois. Les jeunes hippocampes éclosent à l’intérieur de la poche et ressemblent déjà à l’adulte avant de sortir. 

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 17-11-2019

 

 

archéologie prehistoire échange lire mystère USA

Ajouter un commentaire