Voynich1

Manuscript de Voynich : langage proto-roman

Manuscript de Voynich : un langage proto-roman

 

Voynich1

 

UNIVERSITÉ DE BRISTOL - Un universitaire de l'Université de Bristol a réussi à déchiffrer le code d'un « texte parmi les plus mystérieux du monde », le manuscrit de Voynich.

C'est le Dr Gerard Cheshire, associé de recherche, utilisant une combinaison de pensée latérale et d'ingéniosité, qui a pu identifier le langage et le système d'écriture du document, dont la réputation est d'être impénétrable.

Dans son article révisé par les pairs, Le langage et le système d'écriture de MS408 (Voynich) Expliqué, publié dans la revue Romance Studies, Cheshire décrit comment il a déchiffré avec succès le codex du manuscrit tout en révélant le seul exemple connu de prototypage de Langue romane.

« J'ai vécu une série de moments" euréka " lors du déchiffrement du code, suivi d'un sentiment d'incrédulité et d'excitation lorsque j'ai réalisé l'ampleur de la réalisation, à la fois en termes de son importance linguistique et de révélations sur l'origine et le contenu du manuscrit.

« Ce qu’il révèle est encore plus étonnant que les mythes et les fantasmes qu’il a engendrés. Par exemple, le manuscrit a été compilé par des religieuses dominicaines comme source de référence pour Maria de Castille, reine d’Aragon, qui s’est avérée être la grande tante de Catherine d’Aragon :

« Il n’est pas exagéré de dire que cette œuvre représente l’un des développements les plus importants à ce jour en linguistique romane. Le manuscrit est écrit en proto-roman - une langue ancestrale des langues romanes d’aujourd’hui: portugais, espagnol, français, italien, roumain, catalan et galicien. La langue utilisée était omniprésente en Méditerranée à l'époque médiévale, mais elle était rarement écrite dans des documents officiels ou importants, car le latin était la langue de la royauté, de l'église et du gouvernement. En conséquence, la proto-romance a été perdue des registres jusqu'à maintenant. "

Cheshire explique en termes linguistiques ce qui rend le manuscrit si inhabituel:

Voynich4

« Il utilise un langage éteint. Son alphabet est une combinaison de symboles inconnus et plus familiers. Il ne comprend pas de signes de ponctuation dédiés, bien que certaines lettres aient des variantes de symboles pour indiquer des signes de ponctuation ou des accents phonétiques. Toutes les lettres sont en minuscule et il n'y a pas de doubles consonnes. Cela inclut les diphtongues, triphthongs, quadriphthongs et même quintiphthongs pour l’abréviation de composants phonétiques. Il comprend également des mots et des abréviations en latin. ". Notez que plusieurs symboles ont été traduits dans l'article entier dans lien ci-dessous.

Voynich2

Cela montre le mot 'palina' qui est une tige pour mesurer la profondeur de l'eau, parfois appelée tige ou règle de stadia. La lettre 'p' a été étendue. Manuscrit Voynich

 

La prochaine étape consiste à utiliser ces connaissances pour traduire le manuscrit entier et compiler un lexique. Cheshire reconnaît que cela prendra du temps et du financement, car il compte plus de 200 pages.

«Maintenant que le langage et le système d'écriture ont été expliqués, les pages du manuscrit ont été ouvertes afin que les chercheurs puissent explorer et révéler, pour la première fois, son véritable contenu linguistique et informatif.»

Le manuscrit de Voynich est un texte médiéval, manuscrit et illustré, daté du carbone au milieu du XVe siècle. Il porte le nom de Wilfrid M. Voynich (1865-1930), un libraire et antiquaire polonais qui a acheté le manuscrit en 1912. Cette année-là, son lieu d'origine, Castello Aragonese, Ischia, est devenu une propriété privée. Il semble donc probable que le manuscrit faisait partie de la «dépollution de la maison» avant la vente de la propriété. Il est actuellement hébergé à l’Université de Yale, où il est classé sous l’article MS408 dans la bibliothèque Beinecke de livres et de manuscrits rares.

Voynich3

Cela montre deux femmes ayant cinq enfants dans un bain. Les mots décrivent différents tempéraments: tozosr (bourdonnement: trop bruyant), orla la (sur le bord: perte de patience), tolora (idiot / idiot), noror (nuageux: terne / triste) ou aus (oiseau doré: bien élevé) , oleios (huilé: glissant). Ces mots survivent en catalan [tozos], portugais [orla], portugais [tolos], roumain [noros], catalan [ou aus] et portugais [oleio]. Les mots orla la décrivent l’humeur de la femme à gauche et pourraient bien être la racine de la phrase française «oh là là», qui a un resenti très similaire. Manuscrit Voynich

 

Le manuscrit a été révélé pour la première fois au public en 1915. Ses illustrations fascinantes et son écriture inconnue ont immédiatement captivé l’imagination des érudits du monde entier. Alan Turing et ses collègues de Bletchley Park comptent parmi ceux qui ont tenté de déchiffrer le code. Le FBI s’est également essayé pendant la guerre froide, pensant apparemment que c’était peut-être de la propagande communiste !

Les traductions jusqu'à présent ont révélé que le manuscrit est un condensé de remèdes à base de plantes, de bains thérapeutiques et de lectures astrologiques concernant des questions relatives à l'esprit et au corps féminins, à la reproduction et à la parentalité, ainsi qu'au cœur, conformément aux croyances religieuses païennes catholiques et romaines des Européens de la Méditerranée. à la fin de la période médiévale.

 

Voynich1

La vignette A illustre le volcan en éruption qui a motivé la mission de sauvetage et le tracé de la carte. Elle a surgi du fond marin pour créer une nouvelle île nommée Vulcanello, qui a ensuite été rattachée à l'île de Vulcano à la suite d'une nouvelle éruption en 1550. La vignette B représente le volcan d'Ischia, la vignette C montre l'îlot de Castello Aragonese et la vignette D représente l'île de Lipari. Chaque vignette comprend une combinaison d’images naïvement dessinées et légèrement stylisées ainsi que des annotations pour expliquer et ajouter des détails. Les cinq autres vignettes décrivent d'autres détails de l'histoire. Manuscrit Voynich

 

Il y a une carte picturale fascinante dans le manuscrit. Il raconte l'histoire remarquable d'une mission de sauvetage par bateau, dirigée par la reine Maria, visant à sauver les survivants d'une éruption volcanique près de l'île de Vulcano, qui a débuté le 4 février 1444. La carte, qui montre Ischia, le Castello aragonais, Lipari, Vulcano et Vulcanello, ont permis de déterminer l’emplacement exact du manuscrit et sa date d’origine.

Il y a une certaine ironie à réaliser que le manuscrit n'a pas été écrit en code, mais en langage et en système d'écriture contemporains qui ne sont plus utilisables. Le système d'écriture est plus singulier et moins intuitif que les systèmes modernes, ce qui explique peut-être pourquoi il est finalement devenu obsolète. Cependant, un vestige important de la langue a survécu, avec son lexique séquestré dans les nombreuses langues modernes de l'Europe méditerranéenne.

 

Voynich5

Ceci montre une illustration d'un moine barbu dans sa bassine, du monastère où le manuscrit a été créé. Les mots se lisent: opat a sa (c'est l'abbé). Son visage est l’un des rares visages masculins vus dans le manuscrit. Le mot opát a toujours été utilisé pour signifier abbé en polonais, en tchèque et en slovaque, ce qui montre que le proto-roman a atteint l'Europe de l'Est. En Europe occidentale, d’autres variantes subsistent: abat (catalan), abad (espagnol), abbé (français), tandis que le latin est «abbas». Cela démontre également le chevauchement phonétique entre les sons ‘p’ et ‘b’ dans l’alphabet du manuscrit. Manuscrit Voynich

 

Voynich6

Ceci montre une représentation schématique d'une fausse couche ou d'un avortement, sous la forme d'un bébé emmailloté dans des bandelettes et d'une masse de sang sortant d'un tube, accompagné des mots «omor néna» (bébé tué ou mort). Le mot «omor» a survécu en roumain, où il signifie «assassiner». Le mot «néna» a survécu en espagnol, où il signifie désormais «bébé femelle» [«néne» est un bébé mâle]. Manuscrit Voynich

 

Il a été écrit par une figure du passé tout à fait inconnue et ordinaire, sans code délibéré, mais une langue et un système d'écriture qui étaient utilisés normalement et quotidiennement pour leur époque et leur lieu d'origine, mais les informations linguistiques et historiques qu'il contient ont une importance sans précédent. Il s'avère donc que le manuscrit est remarquable après tout, mais de manière académique plutôt que sensationnaliste et fantastique. (Cheshire 2017a Cheshire, G. 2017a. «Liens linguistiques manquants». Lingbuzz: site Web de linguistique préimprimée. Https://ling.auf.net/lingbuzz/003737 [Google Scholar], 2017b Cheshire, G. 2017b. « Rencontres linguistiques Localisation du manuscrit MS408. ”Lingbuzz: Site Web sur la linguistique de pré-impression. Https://ling.auf.net/lingbuzz/003808 [Google Scholar]). Plus précisément, le manuscrit a été rédigé par une religieuse dominicaine en tant que source de référence pour la cour royale féminine à laquelle son monastère était affilié.

 

Sources : * Le langage et le système d'écriture de MS408 (Voynich) expliqué  Auteur: Gerard Cheshire

https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/02639904.2019.1599566

https://popular-archaeology.com/article/bristol-academic-cracks-voynich-code-solving-century-old-mystery-of-medieval-text/

 

Un dossier Voynich et des recherches (2013-2014) : Dossier : Le mystérieux manuscrit Voynich

 

Yves Herbo Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 17-05-2019

 

 

mystère échange archéologie lire astronomie volcanisme antiquité livre légendes

Commentaires (1)

jules mornon
  • 1. jules mornon | 17/05/2019
Bonjour,

Voici un lien qui éclaire l'info sous un autre angle (deuxième partie de l'article :) )

Cordialement,

Jules

Ajouter un commentaire