Momies de Nazca : présentation officielle des résultats d’analyses

Momies de Nazca : présentation officielle des résultats d’analyses

 

Scanmaria

Scan de la momie surnommée Maria

 

C'est le lundi 19 novembre 2018 à 15h00 pour la France (09h00 heure péruvienne) que la présentation officielle des résultats d’analyses se fera au congrès de la République du Pérou (métaux , histologie, datation C14, analyses ADN, scanners HD), sous l’égide du congressiste Armando Villanueva, auteur du projet de loi sur les momies de Nasca visant à protéger ce patrimoine péruvien. Rappelons que de nombreux députés péruviens soutiennent ce projet de loi, les datations multiples de plusieurs de ces reliques confirmant leur ancienneté sans doute possible.

LIEN NUREA TV   : https://www.nurea.tv/video/momies-de-nasca-resultats-alien-project-2018/ (en français)

LIEN TERCER MILENIO  : Jaime Maussan official (en espagnol)

https://www.youtube.com/channel/UC6ffFUtT43XHlccQbyWsNHA?fbclid=IwAR0eQ3eJxSMColRnagHoxwHFI0kYSVpnyXZso4V4FDgdKM3aT2FECV4cheo

Je rappelle que les premières reliques ont été découvertes fin 2015 mais révélées à partir de octobre-novembre 2016 par les huaqueros (traduire par pilleurs de huaca/tombes et temples) qui ont fait la découverte d'un site souterrain dans la région de Nazca-Palpa, notamment par des émissions télévisées au Pérou mais surtout par l'entremise de l'ONG Inkari Cuzco, qui a été mise au courant lors de cette dernière période. L'ONG, chargée d'explorations historiques sur le passé pré-colombien du Pérou (et toujours accompagnée d'un archéologue et d'un garde national comme la loi péruvienne l'exige) et également d'aides diverses auprès de certaines tribus amazoniennes (ravies de proposer des porteurs et ressources lors de ces expéditions, en échange d'aides financières ou autres) avec les autorisations des Ministères de la Culture et de l'Environnement péruviens. L'ONG a d'ailleurs reçu une médaille gouvernementale pour ses activités en 2017. L'ONG a donc commencé son enquête, avec en tout premier lieu la recherche du contact avec le chef des découvreurs, surnommé "Mario", et a ouvert un site spécialement consacré à cette étrange affaire : https://www.the-alien-project.com/

L'historique très complet de cette affaire, et établi dès novembre 2016 par mes soins, se trouve ici : http://www.sciences-faits-histoires.com/pages/pages/reliques-etranges-du-perou-momies-de-nazca.html

Les rumeurs les plus folles ont tourné sur la toile au sujet de cette affaire, avec aussi de nombreuses fausses affirmations et même des faux fabriqués par des sceptiques ou défendeurs de dogmes. Deux scientifiques français se sont même un peu ridiculisés lors d'une émission sur une chaîne alternative internet, bien qu'ils aient montré plus de prudence vers la fin en disant qu'ils n'avaient pas tous les éléments en main pour apporter un éclairage sérieux sur le peu de données qu'ils avaient à l'époque. Maintenant, de nombreux laboratoires indépendants ont donnés les résultats de plusieurs analyses C14 et ADN, des scans HD ont été faits et des analyses des métaux accompagnant les reliques sont disponibles.

 

Stephenfratpietro paleo dna laboratory univ lakehead canada

 

Certains scientifiques ayant participé aux études (dont de très sérieux scientifiques reconnus et publiés, notamment aux USA), sceptiques au début, ont avoué leur surprise et intérêt lors de ces analyses, y compris anatomiques :

C'est le cas par exemple de William Brown, biophysicien moléculaire, Master genetic à l'Université de New-York, qui a conclu d'après la partie des examens et les données qu'il a eu en main en juin 2018, que les êtres sur lesquels les échantillons d'ADN ont été prélevés ne sont pas d'une origine terrestre connue (ce qui ne veut pas dire qu'ils sont "extra-terrestres", mais qu'ils sont non répertoriés dans les bases de données du génome humain ou animal..., qu'ils ne correspondent pour l'instant à aucune espèce connue.). C'est la même chose pour la biologiste Clara Ines Martinez, qui a cherché et professé en Suisse notamment, pour laquelle les séquences d'ADN découvertes n'ont aucun rapport avec ce qui est connu chez l'homme ou les espèces connues. Les scientifiques russes, prudents, parlent également d'une possible nouvelle espèce...

 

Implant1 main

 

Implant2 main

 

En tout cas, d'après mes renseignements, les analyses ADN et C14 effectuées séparément par l'Institut Inkari semblent correspondre en tout point à celles effectuées par Mr Maussan pour Tercer Milenio et la chaîne américaine Gaia. L'ONG Inkari via son président Thierry Jamin apporte également plusieurs autres contributions avec des scans HD, éliminant ou montrant d'éventuelles manipulations (anciennes ou modernes) des corps, et aussi des analyses approfondies des matériaux découverts au même endroit et de la peau des corps.

 

Sculpture3

Osetmetal gravuresreliques5 mini

 

Devant l'importance des premiers résultats, plusieurs députés péruviens et aussi des archéologues officiels ont décidé de travailler à la protection de ce qu'ils considèrent maintenant comme un patrimoine péruvien important. Qu'il s'agisse de représentations de déités nazcans ou de réelles créatures non répertoriées, les nombreuses datations et certaines études anatomico-génétiques semble confirmer la réelle authenticité de ces reliques et leur importance. Le cas de la grande momie de 1m65 surnommée "Maria" semble le plus convainquant à ce titre.

 

Nazca momiemaria mini

La momie surnommée Maria

 

La confirmation de réels œufs (quatre maintenant ?) avec des traces de fœtus à l'intérieur pour le cas de la momie nommée "Josefina" est une forte rumeur qui circule. Mais la présentation de demain est là pour possiblement, probablement, bouleverser certaines de nos certitudes et apporter une découverte, si elle est confirmée bien sûr, primordiale pour la science moderne et même peut-être pour toute l'humanité. Nul doute de toute façon que de nombreuses autres études et analyses, contre-analyses, seront à l'ordre du jour concernant ces étranges reliques du passé...

 

Josefinaradio

Radio de la momie surnommée Josefina

 

Pour comparer les résultats de l'Institu Inkari (ou préparer ce qui va être annoncé), je vous conseille de regarder la petite vidéo de Gaia au sujet de leurs analyses (juin 2018) :

https://www.gaia.com/video/update-7-next-sequence?fullplayer=feature

(notez que toutes les vidéos de Gaia sur cette affaire sont gratuites...) Vous pouvez mettre des sous-titres très bons en français en bas vers la droite

 

Yves Herbo, S-F-H, 18-11-2018

 

 

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire interviews alien échange lire video mystère légendes antiquité

Commentaires (3)

jules mornon
  • 1. jules mornon | 25/11/2018
Merci de votre réponse rapide et efficace, j'espère vous voir nous expliquer ça en détail sur Nurea TV un de ces jour :)
jules mornon
  • 2. jules mornon | 25/11/2018
Bonjour,

J'ai vraiment hate de lire votre décryptage devant tant de nouveaux éléments!

Cordialement,

Jules Mornon
yvesh
Beaucoup de laboratoires et de nombreux spécialistes, certains diplômés, reconnus et publiés (surtout ceux des USA ou de Russie) et d'autres moins, comme partout dans le monde (mais encore moins quand il s'agit de pays comme le Pérou) ont pris le risque de se pencher sur ces reliques dont le contexte de découverte (qui est malheureusement banal en Amérique du sud) est mal ou pas identifié. Leurs résultats, alors que les scientifiques les plus réputés étaient sceptiques comme ils l'ont dit, les surprennent eux-mêmes. Les scans HD en 126 coupes (dont certaines ont été montrées) sont à priori à la disposition de toute autorité scientifique reconnue, comme la plupart des études scientifiques préliminaires protégées. Les scans HD ne pouvant être trompés, de nouvelles découvertes ont été faites, certaines confirmant la réalité et authenticité de la grande majorité de ces reliques, d'autres infirmant certaines suppositions précédentes tirées des radios et scans non HD. En ce qui concerne le C14, le doute n'est plus permis sur l'ancienneté de toutes ces reliques, plusieurs prélèvements ayant été effectués en interne, individuellement sur plusieurs de ces corps. Les datations de trois échantillons à différents endroits d'un même corps par exemple et correspondant en datation et ADN élimine de facto la possibilité d'un montage à partir de plusieurs "cadavres" anciens ou d'animaux. D'ailleurs, aucune trace d'un ADN animal connu n'a été découvert dans tous les tests ADN à ma connaissance, et les scans HD montrent bien l'intégralité de tous les cranes examinés. En ce qui concerne l'ADN, c'est toujours bien plus compliqué car, comme les laboratoires l'ont expliqué, tout dépend de la question posée : les tests sont effectués différemment selon cette ou ces questions. Celle-ci était de pouvoir déterminer si ces reliques étaient attachées au genre humain, dans quelle mesure, et aussi de comparer avec l'ADN de toutes les espèces connues sur notre planète (bases de données, FBI, BLAST entre autres). Les réponses sont surprenantes pour la majorité des reliques à ce niveau (avec seulement 30% d'Homo Sapiens pour la grande momie Maria - entre 15 et 19% pour les petits corps), mais par exemple une grande main de presque 7000 ans, on trouve 97% ! Comme tous les laboratoires l'ont exprimés, des analyses bien plus affinées doivent être effectuées (ne pas oublier que une partie du génome humain a mis 15 ans pour pouvoir être "posé" (partiellement car la partie "ADN poubelle" ou non ou peu codante est toujours à l'étude, avec déjà des résultats annoncés surprenants), l'ADN de néandertalien a été plus ou moins posé, à l'aide de trois corps différents, et sur plusieurs années. Comme il fallait donc s'y attendre, les résultats sont encore préliminaires (la découverte est tout de même récente et les premiers tests encore plus récents), mais ces derniers devraient tout de même attirer l'intérêt des scientifiques dignes de ce nom, dont les motivations sont supposées être la curiosité et volonté d'examiner toutes les possibilités amenées par de nouvelles découvertes et tenter d'établir des certitudes analysables et reproductibles... Plusieurs élus et députés péruviens appellent donc la communauté scientifique internationale (le Pérou ayant des moyens limités) a se pencher sérieusement sur ces reliques, qui doivent faire l'objet d'une loi de protection spéciale, afin d'assurer non seulement leur conservation mais statut légal pour leur étude sereine...

Ajouter un commentaire