Patagonie, Chili : une empreinte humaine datée de 15600 ans BP

Patagonie, Chili : une empreinte humaine datée de 15600 ans BP

 

Chili 15600ans1 500

C'est une nouvelle preuve de la présence d'êtres humains en Amérique du Sud AVANT l'existence de la culture Clovis (nommée ainsi car découverte à l'époque à proximité de la ville de Clovis) en Amérique du Nord. On parle donc ici de pré-Clovis car, bien que des traces beaucoup plus anciennes que cette culture ont été découvertes tant en Alaska, Canada et USA, elle est toujours considérée comme la première culture évoluée des Amériques, et datée d'environ 14000 ans avant maintenant. Cette culture est supposée avoir disparue suite à un cataclysme généré par la chute d'un gros astéroïde ou comète, et aux changements climatiques liés.

Mais, depuis ces dernières années, plusieurs découvertes effectuées en Amérique Latine (surtout Brésil et Chili), avec des datations d'environ 20000 ans avant maintenant, ont semé le doute dans la communauté des spécialistes des Amériques. On note aussi une empreinte fossilisée découverte au Mexique (toujours contestée) qui a été datée de 40000 ans avant maintenant ! Les principales preuves du 20ème siècle ne consistaient pratiquement que les études de cette culture Clovis et les scientifiques avaient conclu que les premiers indiens étaient entrés dans le nord des Amériques au moment où, grâce à la dernière glaciation et l'abaissement du niveau des océans, le passage via le Détroit de Béring était possible à pied et aussi par cabotage de canoës suivant ces terres aujourd'hui englouties. Mais, déjà, certains scientifiques avaient souligné que cette période n'était pas la seule et que le Détroit de Béring était également hors d'eau tôt lors de la période glacière, aux alentours de -22000 jusqu'à -14000 ans environ... voir même aussi lors des périodes glacières précédentes...

Il se pourrait donc que ces scientifiques aient eu raison et qu'une première migration (ou plusieurs) se soit produite à ces très anciennes dates... ou que le génie humain avait déjà trouvé un autre moyen pour arriver directement en Amérique du Sud, bien avant la culture Clovis.

C'est une publication scientifique dans Plos One, l'un des principaux centralisateurs de publications scientifiques mondiaux, qui annonce une découverte et étude attendue par de nombreux chercheurs sur le sujet. L'endroit est voisin d'un site déjà connu pour son ancienneté, mais cette empreinte humaine est accompagnée d'outils lithiques et d'ossements de mégafaune disparue, dans la même couche sédimentaire, ce qui constitue des preuves évidentes selon les auteurs de cette publication.

 

Chili 15600ans2 1000

Empreintes expérimentales.

Chaque rangée correspond à une fabrication de traces et chaque colonne à une teneur en eau sèche, humide et saturée du sédiment, respectivement. Notez que dans toutes les expériences, Trackmaker A a une empreinte en avant plus profonde des doigts et une grande arche longitudinale médiane (flèche blanche), le trackmaker B a une distribution légèrement plus uniforme de la profondeur de l'empreinte, mais ne montre aucun signe majeur d'arc longitudinal. (flèche blanche) et Trackmaker C laisse des empreintes de pas uniquement sur des substrats contenant de l’eau saturée et humide (les concepts utilisés ici sont schématisés en remplacement de l’empreinte absente de teneur en eau sèche). Cela s'explique principalement par la légèreté du corps (au moins 10 kg de moins que les autres constructeurs de trace), ainsi que par un centre de gravité bien équilibré (les centres de gravité des constructeurs de voies A et B sont déviés vers l'avant). En général, le hallux est une structure de premier plan qui peut être identifiée à chaque expérience, tandis que l'empreinte des parties latérales est variable. Lors des expériences sur la teneur en eau saturée, l’hallux peut faire glisser les sédiments vers l’avant (triangle de pointage) ou vers l’arrière (étoile). Trackmaker C sur un substrat à teneur en eau saturée a laissé des traces remarquablement similaires à celles de la structure sédimentaire excavée à Pilauco.

 

Voyons d'abord le résumé de la publication : " La présente étude décrit la découverte d'une structure sédimentaire singulière correspondant à une ichnite (une empreinte de pied fossilisée) qui a été excavée sur le site paléo-archéologique Pilauco (Osorno, Chili). Le fossile trace est associé à des os de mégafaune, du matériel végétal et des outils lithiques unifaciaux. Nous présentons ici une analyse détaillée de l'ichnite de Pilauco et des structures sédimentaires associées, ainsi que de nouvelles données radiocarbone. L’analyse ichnologique attribue avec certitude la trace aux ichnospécies Hominipes modernus, une empreinte d’hominoïde généralement liée à l’ Homo sapiens. Certaines caractéristiques particulières de la trace de Pilauco comprennent un hallux distal allongé, des empreintes digitales latérales oblitérées par le sédiment effondré et des masses de sédiment à l’intérieur et autour de la trace. Afin d'évaluer l'origine de l'ichnite, des expériences de traçage d'empreintes sont effectuées sur des sédiments de fonds de fossiles réhydratés. Les résultats démontrent qu'un être humain pourrait facilement générer une morphologie d'empreinte équivalente à la structure sédimentaire lors de la marche sur un substrat saturé (de la boue). À la lumière des éléments de preuve, nous concluons que le fabricant de la trace pourrait très bien avoir été un homme adulte pieds nusCette découverte, ainsi que la présence d'artefacts lithiques dans les mêmes niveaux sédimentaires, pourraient constituer une preuve supplémentaire d'une colonisation sud-américaine pré-Clovis du nord de la Patagonie, proposée à l'origine pour le site voisin de Monte Verde. "

" La datation au radiocarbone des graines et du bois est la plupart du temps constamment récente vers le sommet du profil stratigraphique, reflétant un paramètre de faible énergie avec seulement de légères perturbations. Pour les strates sous-jacentes PB-6, la moyenne des deux âges de probabilité médianes est de 17 300 années BPL'âge de l'empreinte est limité par sept âges compris entre 13 195 ± 35 et 12 735 ± 40 14C BP. Ainsi, selon les âges de probabilité médians, il est raisonnable de dire que l'empreinte du Pilauco est d'environ 15 600 calibrés / ans BP. Une datation additionnelle au radiocarbone obtenue à partir d’une portion de Notiomastodon platensis (un mastodonte - espèce d'éléphant disparue), le crâne retrouvé près de la trace, ainsi qu'un échantillon prélevé dans une côte et ses sédiments de remplissage, indiquent des âges respectifs de 13 220 ± 60 ans et de 13 240 ± 60-122 905 ± 40 14 ans BP. Il est tout à fait normal de retrouver ces tranches d'âge, car le bois, les semences et / ou le matériel osseux ont des historiques de dépôt distincts dans le site, et ceux-ci avec l'empreinte elle-même, qui ne peut être datée directement. "

Voyons les autres données et les documents scientifiques ci-dessous :

Chili 15600ans1 1000

A) Photographie de la structure sédimentaire originale attribuée à une empreinte humaine excavée sur le site de Pilauco. Une masse de sédiment est apparemment intégrée dans le lit de la trace (étoile). Barre d'échelle 5 cm. B) Modèle tridimensionnel en vue dorsale avec une inclinaison virtuelle de 45 ° vers le sud pour faciliter l’observation des lignes de profil 1–2, 3–4 et 5–6 tracées sur la surface du modèle 3D (123Catch d’Autodesk et version d’essai de Rhino4, McNeel & Associates). C) Lignes de profil: [ 1 - 2 ] traversant les lignes “talon”, “arcade médiale longitudinale” et “hallux”; [ 34 ] en passant par la ligne médiane. Notez que la masse de sédiment est à 2,1 cm de hauteur de la base de l'empreinte; et [ 5 - 6] ligne passant par le «talon», la «voûte longitudinale latérale» et les «digits latéraux».

 

Alors quelle était encore controversée, la preuve Pléistocène du peuplement de l' Amérique du Sud gagne une plus grande acceptation basée sur la recherche interdisciplinaire renouvelée sur les sites archéo-paléontologique classiques et découverts récemment [ 1 - 4 ]. Le site de Monte Verde est situé dans le nord - ouest de la Patagonie chilienne et daté entre 12780 ± 12230 ± 140 14 année C avant le présent (BP an) ~ 14600 calibré (cal) ans BP; [ 5 , 6]). C’est certainement le site le plus connu et le plus reconnu qui enregistre la première chronologie de la présence humaine dans le sous-continent [ 2 , 7 , 8]Le site de Pilauco est un autre site archéo-paléontologique du Pléistocène tardif qui a été fouillé et analysé à partir de 2007 dans la ville d’Osorno (40 ° 34'S - 73 ° 07'W). Le site est contemporain du Monte Verde et situé à 100 km de celui-ci. Jusqu'à présent, le site de Pilauco a fourni diverses preuves sur la coexistence des hommes, des fleurs et de la faune au Pléistocène supérieur dans le nord-ouest de la Patagonie [ 9 - 15 ] ( fichier S1 ). Les restes de fossiles recueillis à Pilauco pendant les saisons de fouilles 2007-2016 comprennent de gros os de mammifères fossiles, des invertébrés, des traces, des fragments de bois, des semences, des matériaux végétaux et un assemblage lithique composé d'artefacts unifaciaux, de flocons et de débits fabriqués à partir de matériaux volcaniques aphanitiques (basaltes) et  matériaux vitreux.

 

Chili 15600ans3

Représentation schématique de la cinématique de la marche pour le fabricant de trace C expliquant le mécanisme de formation d'empreinte sur un substrat contenant de l'eau saturée.

A) phase debout, le poids corporel déforme le substrat en générant un rebord de déplacement et un collapsus de sédiment distal recouvre la surface dorsale des orteils (en particulier sur le hallux); B) phase initiale de décollage, les traceurs subissent une force de réaction de la progression du substrat distal ralentissant la progression (flèche noire); C) phase de soulèvement presque terminée, seuls les doigts sont en contact avec le substrat distal en tirant une partie vers le haut et vers l'avant, une force de réaction plus petite contrecarre le mouvement du pied (petite flèche noire); D) phase de soulèvement complet, la partie de substrat chargée sur les orteils tombe (flèche blanche) dans la première moitié distale de l'empreinte. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0213572.g005

 

Avant chaque trace expérimentale, les échantillons de sédiments ont été analysés pour déterminer leur teneur en eau. Les données sur le poids de l'échantillon avant et après la dessiccation totale après 48 heures, à 40 ° C, indiquaient des teneurs en eau de 36%, 44% et 68% dans chaque essai sur sédiments, codés respectivement pour les teneurs en eau «sèche», «humide» et «saturée».

Chili 15600ans4 1000

Vue schématique de la grille d'excavation ouest de la PB-7 (saison 2011 uniquement).

De gros morceaux de bois (gris) et divers peuvent être observés. La structure sédimentaire est en grille 14AD. Notiomastodon platensis : 1) côtes; 2) le crâne; 3) atlas; 4) vertèbre dorsale; 5) le tibia; 6) péroné; 7) l'astragale; et 8) l'omoplate d'un mammifère herbivore, d'équidés ou de camélidés plus petit. Remarque sur les quatre outils lithiques identifiés (étoiles) sont répartis sur les grilles 14-15 uniquement. Le diagramme en rose indique la direction préférentielle SE-NW du matériau fossile.

 

Les premiers os de mégafaunes éteintes ont été retrouvés à Pilauco en 1986 lors de la construction de la Villa Los Notros dans le quartier Pilauco. Les fossiles ont été identifiés comme des restes de mastodonte et de cheval15 , 16 ] et le site est resté intact jusqu'en 2007. Au cours des travaux sur le terrain de 2011, une structure ichnologique a été déterrée dans une seule couche de tourbe sablonneuse (PB-7), qui correspond à un marais. - dépôt semblable à une ancienne plaine colluviale de la rivière Damas. Outre les objets archéologiques rassemblés à Pilauco [ 17 ] ( dossier S1), la présence d’une trace humaine fournit une preuve extraordinaire et indépendante de la présence de colons du Pléistocène supérieur dans ce contexte stratigraphique.

 

Chili 15600ans5 1000

A) Emplacement des sites archéo-paléontologiques dans le sud de l'Amérique du Sud, datant d'environ 12 500-14000 BP, y compris le site de Pilauco (étoile noire): 1) Pilauco, Osorno, Chili 2) Monte Verde, Chili. B) Emplacement détaillé du site de Pilauco à côté de la rivière Damas, à Villa Los Notros, Pilauco, adresse postale: Río Cachapoal # 159, Osorno. C) Stratigraphie schématique du site Pilauco (modifié de Pino et al., 2013). PB-1: tuf de lapilli; PB-2: Tuf de Lapilli à matrice de cendres volcaniques abondantes; PB-3: Tuf de Lapilli à matrice de sable moyenne; PB-4: cendres volcaniques; PB-5: Sable grossier terrigène avec cailloux anguleux dispersés; PB-6: Gravier composé de clastes de 1 à 15 cm de diamètre; PB-7: Tourbe fortement fossilifère (indiquée par un dessin en os blanc) à matrice brun très foncé (10Y 3/1) comprenant des clastes de gravier isolés et mal sélectionnés jusqu'à 7 cm de source andine. Cette couche recouvre PB-2 et PB-6 par des discordances érosives; PB-8: tourbe sableuse (2.5Y 4/2), légèrement plus brun que PB-7. PB-9: Tourbe noire non fossilifère (2.5Y 2/0). Les deux PB-7 et PB-8 partagent un changement de faciès latéral vers le sud avec une interférence de couches de gravier et de sable.

 

Diagnostic: empreintes de pas solitaires ou agrégées, plantigrades, à plan axial allongé, entaxoniques, généralement pentadactyles; avec des empreintes digitales courtes, rondes, ovales à légèrement allongées, pouvant être présentes ou non en raison de conditions taphonomiques. L'empreinte digitale I ovale et étendue dans le sens antéro-postérieur, et deux fois plus longue que les empreintes digitales restantes. La troisième région antérieure est plus large que le reste de la trace et séparée des empreintes des doigts par une arête axiale. L’arche médiale est bien délimitée et concave par rapport au bord intérieur de l’empreinte ( https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0213572#pone.0213572.s007). Marque de talon sous-circulaire (balle) projetée à l'intérieur et plus étroite que le tiers antérieur. Empreintes de distribution cosmopolite, enregistrées du début du Pléistocène à la fin de l'Holocène, et attribuées aux hominidés bipèdes du genre Homo , principalement Homo sapiens.

En Amérique, des empreintes de pas mexicaines de 40 000 ans, bien que contestées [ 33 ], ont une taille similaire à celle du Pilauco (26–27) cm de long [ 34 , 35 ]. La taille de l'empreinte humaine de Pehuen Co varie également dans la plage (23–35 cm de long) [ 36 , 37 ].

En raison de ses dimensions, de sa forme générale et de ses attributs taphonomiques, l'ichnite de Pilauco correspond à l'empreinte du pied droit d'un être humain adulte et élimine les autres produits tels que les paresseux au solfichier S1 ). La longueur et la largeur générales ainsi que la présence d'une surface plane avec un arc médial bien défini et un talon postérieur arrondi permettent d'identifier cette trace comme étant Hominipes modernus [ 10 , 22 ]. L’impression a une forme allongée et semi-ovale, avec un axe longitudinal incurvé intérieurement, formant une arcade longitudinale projetée vers la gauche qui s’étend de l’arc médial au talon ( figure 3).). La longueur totale linéaire mesurée dans la réplique en silicone à partir du bord antérieur de l’empreinte du pied I jusqu’à l’arrière du talon est de 279 mm, tandis que la plus grande largeur, située dans la partie médiale du tiers antérieur (c’est-à-dire la "boule" du pied), est de 105 mm. La plus petite largeur, à la hauteur de la constriction médiale, qui est maintenue vers l'arrière de ce qui pourrait être interprété comme le talon, est de 82 mmFig 3 ). L'indice d'empreinte FI estimé est de 0,38, ce qui situe l'empreinte de Pilauco dans la plage des individus plus grands et plus robustes décrits pour les espèces d'ichnospécies 22 , 38 ].

 

Toutes les données techniques et complexes ne sont pas traduites ici, vous avez l'article en entier ici, ainsi que ses dossiers et photos d'artefacts découverts (la plupart en basalte aphanitique ou en verre dacitique, y compris un biface et un grattoir... :

https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0213572

https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0213572#pone.0213572.s007

 

Autres articles sur le Chili :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-geoglyphes-de-chiza-au-chili-d-autres-decouvertes-a-etudier.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/chili-des-glyphes-sur-4-km-visibles-que-de-loin.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/un-apprenti-archeologue-de-13-ans-trouve-une-momie-de-7000-ans-au-chili.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-momies-les-plus-anciennes-au-monde.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-plus-anciennes-momies-du-monde-deviennent-de-la-boue-noire.html

 

 

Yves Herbo Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 10-05-2019

 

 

archéologie prehistoire échange lire mystère

Ajouter un commentaire