Pérou : Des robots et des nouveaux souterrains Chavin

Pérou : Des robots et des nouveaux souterrains Chavin

 

Chavin3

Credit: Juan Ponce/El Comercio

 

Une nouvelle fois, l'utilisation de petits robots en archéologie apporte la très grande utilité de la robotique en matière de découvertes dans le monde souterrain des anciens. Cela avait déjà été le cas au Mexique pour l'exploration de nouveaux souterrains sous la fameuse pyramide du Serpent à plume à Teotihuacan, de celle de Palenque, ou encore lors de leur utilisation dès 1993 dans la Grande pyramide de Gizeh en Egypte par exemples (et qui ont exploré les mystérieux conduits partant des chambres supposées funéraires). Ce sont trois nouveaux souterrains qui ont été découverts cet été au nord du Pérou et explorés grâce à de petits robots conçus spécialement pour ce genre de travail.

 

A chavin rover

Voici l'un des petits robots explorant les nouvelles galeries de la civilisation Chavin au nord du Pérou, en passant par les petits canaux qui y mènent. Ces véhicules robotisés possèdent quatre roues motrices, guidés par télécommande et équipés de caméras et de systèmes d’éclairage... (photo: Andina)

 

Robotpourpalenque mexique

Le petit robot qui a exploré le souterrain sous la pyramide Maya de Palenque au Mexique

 

robot Tlaloc2 Teotihuacan

 

Le robot tlaloc 2 explorant le souterrain de la Pyramide du Serpent à plumes de Teotihuacan, Mexique (INAH)

 

Gizeh robotupuaut2 1993

Le robot Upuaut2 ayant exploré en 1993 les petits conduits dans la Grande Pyramide de Gizeh en Egypte

 

Mais revenons à cette découverte très intéressante de ce qui ressemble à une gigantesque nécropole souterraine pour l'instant :

 

El castillo2

Chavín de Huántar 1920-1930 (Unesco - whc.unesco.org/fr/documents/110406) - Des curiosités architecturales, comme le positionnement des canaux de drainage ou les “miroirs” en charbon poli pour renvoyer la lumière, conduisent les archéologues de l’université de Stanford (Californie) à penser que ce sanctuaire était destiné à créer un effet de choc et de stupeur. Pour effrayer les fidèles, les prêtres utilisaient des effets visuels et auditifs. Ils soufflaient dans des conques qui faisaient écho, amplifiaient le son de l’eau coulant dans les canaux et réfléchissaient la lumière du jour par des puits de ventilation.

 

Le lieu de la découverte est déjà très connu, puisque Chavín de Huántar, situé dans la région d'Ancash, à environ 460 kilomètres au nord de la capitale Lima, est considéré comme la capitale de cette très ancienne culture péruvienne des Andes (estimations de -1300 à -550 Avant JC, voir probablement une plus grande fourchette de temps (-1500 à -300 pour l'Unesco)) et un endroit touristique, désigné site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1985. Jusqu’à présent, 36 passages souterrains interconnectés ont été trouvés sur le site, selon le ministère péruvien de la culture. Mais, il vient d'être annoncé qu'en plus des 3 nouvelles galeries découvertes et explorées depuis juin 2018, trois autres ont été détectées, semblables à celles-ci, situées entre " le côté gauche du temple principal et la place ronde du complexe ".

 

El castillo 1

Chavín de Huántar de nos jours (le Castillo - Temple tardif (-700 Av. JC)) (Ministère Culture Pérou)

 

D'après les archéologues, il s'agit tout de même de la plus importante découverte sur ce site depuis 50 ans, alors que le Ministère de la Culture péruvien estime qu'il faudra des siècles pour dégager et découvrir tout ce qui reste caché dans le sol : seuls 15% du site a été réellement excavé, et les Chavin ont creusé des galeries et salles souterraines pendant au moins 300 ans... la carte de ce labyrinthe souterrain est de toute façon incomplète...

« Ces nouveaux résultats nous montrent un monde de galeries avec (chacune) leur propre organisation », a déclaré aux journalistes l'archéologue américain John W. Rick de l'université Stanford, précisant que le complexe de Chavín comptait un grand nombre de galeries de différentes époques dont plusieurs n'ont jamais été fouillées. « Les archéologues ont travaillé pendant de nombreuses années pour comprendre le monde Chavín, mais nous n'avons gratté que la surface », a précisé le chercheur américain qui dirige les recherches sur place.

 

Johnrick obelisquechavin

L'archéologue américain John W. Rick près de la Lanzón de Chavin, dans l'ancien Temple du LanzónAu centre du labyrinthe souterrain se trouve le sanctuaire le plus significatif de la religion chavin, le monolithe de granit de 4,60 m. de hautle lanzon de chavin (lance de chavin), représentant un personnage mi-homme mi-félin (culte supposé du jaguar ?) tourné vers le soleil levant, lève le bras droit et baisse le bras gauche. Il est représenté avec des yeux globuleux, une imposante gueule pourvue de crocs, des cheveux transformés en serpents et des mains pourvues de griffes. Un habile procédé de canalisations souterraines permettait de faire trembler la terre en y déviant les eaux de 2 fleuves. Après les tremblements de terre, la circulation de l'air à l'intérieur de cette salle cérémonielle est certainement des plus déconcertante. Face à la statue, de part et d'autre de l'autel, les murs comprennent des voies d'aération dont les orifices se font face. Normalement l'air devrait circuler de l'une à l'autre dans un sens unique. Or une simple expérience prouve que de chaque côté l'air est expiré et qu'au centre il n'y a pas de turbulence, un mystère que des années de recherches n'ont toujours pas élucidé. Le sommet du monolithe est scellé dans le plafond et émerge ainsi dans le sol de la galerie supérieure qui existait jadis sous le sommet de la pyramide (NdT: avant l’alluvion de 1945 qui détruisit en grande partie le monument). L’assemblage de pierres branlantes dans cette chambre supérieure, qui forme un bouchon à la couronne de la pyramide, a conduit à la supposition qu’elles auraient pu être mobiles, permettant au Lanzon d’être exposé à ciel ouvert par un orifice. D’autres indices découverts sur le site, tel un gros bloc arrondi creusé de sept cupules figurant les Pléiades, suggèrent qu’un des éléments du rituel de Chavin – peut-être en raison de l’étroitesse de l’espace entourant le Lanzon, davantage réservé au prêtre scrutant le ciel qu’au public – pourrait avoir inclus l’alignement de la stèle avec des événements astronomiques... (tout ceci est visible et décrit sur place). (photo: USI)

 

Ce grand complexe de temples et l'un des premiers lieux de pèlerinages de l'Amérique du Sud a récemment été exploré par l’anthropologue et archéologue américain John Rick, responsable du programme de recherche archéologique et de conservation de Chavín et son équipe de Chavin Rovers électroniques équipés de "haute technologie". Ce jour-là, " ils ont découvert des tombes des personnes qui ont construit le temple " qui sont encore intactes après des milliers d'années. " Ce qui est intéressant, c’est qu’ils n’étaient pas des personnes de haut rang social. Ils ont probablement été sacrifiés, mais nous le trouverons avec d’autres études", a déclaré l’archéologue, également membre de l'Université de Stanford et de la société minière Antamina. En effet, L'archéologue est intrigué par la position des corps, enterrés face cachée sous des piles de roches, qu'il considère comme un traitement "peu honorable" pour les défunts.

 

Chavin1

Credit: Juan Ponce/El Comercio

 

" Donc, nous avons résolu une partie du mystère à propos de l'endroit où les habitants de Chavin ont enterré leurs morts. Je ne crois pas qu'il était de coutume de le faire dans les galeries, mais parfois ils l'ont fait ", a déclaré John Rick qui, en deux mois, a à peine quitté les ruines, niché dans une vallée isolée des Andes, à 3 100 mètres d'altitude. Le spécialiste est convaincu qu'il peut trouver au moins trois autres lieux de sépulture car il a localisé des galeries similaires à celles-ci, situées du côté gauche du temple principal et de la place ronde du complexe.

 

Chavin2

Credit: Juan Ponce/El Comercio

 

« Ces trois galeries souterraines contiennent les premières sépultures humaines de la période Chavín jamais découvertes », s'est félicité dans un communiqué le ministère de la Culture.

 

Galeries labyrinthe

L'intérieur du temple est un labyrinthe souterrain de petites cours sur au moins 3 étages.

 

Notons que des pièces archéologiques importantes de cette civilisation se trouvent essentiellement au Musée de Lima. On en recense également dans les collections nationales américaines et au musée du Quai Branly à Paris...

 

Stone sculpture from chavin de huantar

sculpture chavin. Un être déifié manifestement tridactyle...

 

" Le caractère cérémoniel et culturel de ce site est évident dans sa création architecturale, technique et symbolique, caractérisée par des bâtiments en pierre de taille appareillées et des terrasses artificielles autour de places, surplombant un dédale de galeries comportant un réseau compliqué de conduits de ventilation et de canalisations, sans précédent en Amérique du Sud. Les bâtiments et les places étaient décorés d’une iconographie symbolique zoomorphique et anthropomorphique luxuriante, d’une extraordinaire synthèse esthétique, gravée en bas-relief sur des tombes, poutres et sculptures monolithiques en granit. Le Lanzón de Chavin, la stèle Raimondi, l’obélisque Tello, le portique des Faucons, la Place circulaire et les têtes encastrées dans les pierres, entre autres, attestent de l’exceptionnel et monumental art lithique de Chavin. Toutes ces caractéristiques font de ce site archéologique un monument unique d’importance universelle " (Unesco).

 

Dessin de la sculpture ci-dessus courtesy of federico kauffmannDessin de la sculpture chavin dans la photo est au-dessus. Un être déifié manifestement tridactyle (trois orteils et trois doigts)... (courtesy of federico kauffmann)

 

EFE [August 21, 2018]

Obelisquetello chavin

l'Obélisque Tello (nom du découvreur de Chavin) est la sculpture d'iconographie la plus compliquée qui existe au Pérou, et qui jusqu'à présent n'a pas pu être déchiffrée entièrement. Il mesure presque 3 m et fut trouvé sur la place circulaire du complexe à 40 cm de profondeur.

 

Steleraimondi chavin 

Steleraimondi chavin2

L'étonnante Stèle Raimondi - Chavin - dalle de pierre de 1,95 mètres de haut et de 0,74 mètre de large. Cette pièce fut découverte au milieu du XIXe siècle par un paysan qui l'emmena chez lui pour l'utiliser comme table. La face gravée de la dalle représente un personnage mythique, debout, tenant dans chaque main un sceptre ou un bâton. Cette figure et toutes celles qui lui ressembleront par la suite seront désignées sous l'appellation de « dieu aux bâtons ». La figure, à la posture anthropomorphe, combine les traits anatomiques empruntés au félin, au reptile et au rapace.

 

Sources : https://archaeologynewsnetwork.blogspot.com/2018/08/robots-help-find-new-underground.html#8zPdai8Io5LARWWV.97

http://www.lapresse.ca/sciences/decouvertes/201808/21/01-5193798-perou-une-sepulture-pre-inca-decouverte-grace-a-des-robots-miniatures.php

https://whc.unesco.org/fr/list/330

https://gestion.pe/fotogalerias/pequenos-robots-ayudaron-descubrir-milenarios-entierros-galerias-peru-242235?foto=7

Autre lien sur ce site :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/etude-sur-l-acoustique-des-ruines-de-chavin-de-huantar-perou.html

 

Yves Herbo et Traductions, S-F-H, 27-08-2018

 

 

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire échange lire mystère astronomie légendes antiquité

Ajouter un commentaire