Pérou : le site de Wat'a passé au LiDAR avant fouilles

Pérou : le site de Wat'a passé au LiDAR avant fouilles

 

Wata perou2600

 

La colonie qui doit être étudiée se trouve dans une zone archéologique connue sous le nom de Wat'a, qui signifie "île" dans la langue autochtone locale, à une altitude d'environ 13 000 pieds. C'est environ 5 000 pieds (1524 mètres) plus haut que le Machu Picchu, considéré comme le couronnement de la civilisation inca. Ce site n'est pas le Wat'a proche de Cuzco, mais un autre, le Wat'a de Huánuco.

L'explorateur du National Geographic, Albert Lin, ainsi que les archéologues Adan Choqque Arce et Thomas Hardy, ont utilisé une technologie révolutionnaire appelée LiDAR (détection et télémétrie par la lumière) pour révéler l'étendue de cette cité référencée en 2007 dans le dictionnaire Teofilo Laime Ajacopa, Diccionario Bilingüe Iskay simipi yuyayk'ancha, La Paz, 2007 (dictionnaire quechua-espagnol).

Wat'a (en quechua pour "île", orthographe hispanisée: Huata) est un site archéologique au Pérou. Il se situe dans la région de Huánuco, province de Huamalíes, district de Singa, dans la petite communauté de Bella Flores au nord de SingaWat'a est situé à une altitude d'environ 3 889 mètres (12 759 pieds) au sommet d'une montagne qui est bordée par les petites rivières Tawlli (Taulli) et Aqu (Aco).

 

1278px huata wat a 00608

Vue du complexe Wata (Huata) depuis la route qui commence à San José de Paucar - Crédit : Waterloo1883 - Trabajo propio - CC BY-SA 4.0

 

L’existence de cette zone était connue des chercheurs, mais jusqu’ici ils avaient utilisé des méthodes archéologiques traditionnelles. Les chercheurs ont découvert des traces de tombes, de places de cérémonie, de zones résidentielles et d’un grand mur d'enceinte.

Avec cette enquête LiDAR - la première fois que cette technologie a été utilisée sur le site - les archéologues ont pu révéler de nombreuses caractéristiques inédites. Les archéologues avaient déjà compris que ce site datait de bien avant les Incas, mais que c'était eux qui l'avaient agrandit et érigé en véritable petite ville locale.

Lire la suite ci-dessous :

" C'est très difficile d'arriver là-bas ", a déclaré Albert Lin. " Vous êtes à environ 13 000 pieds d'altitude et son paysage est principalement dégagé, car il n'y a pas beaucoup d'arbres dans les environs. Vous pouvez donc faire la cuisine au soleil de haute altitude, sans problème ".

 

Wata perou

Crédit : NATIONAL GEOGRAPHIC

 

" Quand vous êtes là-haut, vous avez ces vues grandioses - toutes les montagnes environnantes vraiment magnifiques et le site lui-même, qui surplombe cette montagne, est un point de vue idéal sur toutes les différentes vallées où se dressent les routes d'approvisionnement (YH : on ne peut parler de commerce quand on parle de l'économie inca et pré-inca, puisque ces civilisations n'ont jamais connu de monnaie d'échange et l'on sait aussi que si les Incas ont ainsi étendu leur empire, c'était aussi pour éviter le troc, en annexant les régions productrices de produits désirés...), peut-être même vers le site qui deviendrait un jour Machu Picchu. "

 

Wata perou2

Extrait du film " Les villes perdues avec Albert Lin National Geographic

 

Le LiDAR a essentiellement permis à l'équipe de "voir à travers" les épais arbustes et les innombrables cactus qui recouvrent le sommet de la montagne. La technologie utilise des instruments montés sur des aéronefs, en l'occurrence des drones, émettant des impulsions de lumière laser vers le sol des centaines de milliers de fois par seconde. Les données collectées sont ensuite utilisées pour créer des cartes 3D détaillées qui révèlent la topographie du pays et toutes les anciennes caractéristiques artificielles qui ne sont normalement pas visibles.

Parmi ces caractéristiques, l'équipe a été en mesure d'identifier les terrasses Inca caractéristiques, ainsi que les structures circulaires associées aux pré-Incas. YH : En ce qui concerne ces pré-incas, notons que toute la région a été dominée du 13ème siècle jusqu'à la conquête des Incas, à la moitié du 15ème siècle (peu de temps avant l'arrivée des Espagnols donc), par la culture huánuco, aussi nommée yaro, qui a établi le royaume des Huanuco dans la région de Alto Marañon, qui correspond à l’actuel département péruvien de Huánuco.

" D'un coup, on peut supprimer ces arbustes et tout d'un coup, la montagne entière est devenue ce lieu en forme de terrasse, tout comme le Machu Picchu - ces terrasses se déplaçant tout en haut, bien qu'à une plus petite échelle, bien sûr, et avec moins de détails ", a déclaré Lin. " Vous avez l'impression que les pré-Incas et les Incas ... ils ont déplacé des montagnes."

La ville antique est intriguante car, comme sur d’autres sites du Pérou, la cité Inca a été bâtie au-dessus d’une ancienne colonie pré-inca. De plus, les chercheurs disent que ce site était en quelque sorte un modèle pour le Machu Picchu - qui a elle été construite au milieu du XVe siècle.

" Voyez cela comme une évolution de leur chemin vers le Machu Picchu ", a déclaré Lin. " Je pense que c'est un endroit assez inspirant."

Le film " Les villes perdues avec Albert Lin " est diffusé sur National Geographic.

 

800px wata huata 09333

Entrée du complexe Crédit : Waterloo1883 - Trabajo propio - CC BY-SA 4.0

 

Selon les études de S. Maldonado, l'empire de Yarowilca couvre probablement " de Rapayán (sud d'Ancash) au nord de Pasco et de la rivière Marañón jusqu'aux sommets de la chaîne de montagnes centrale ". Amat Olazabal a déclaré, parlant du principal dieu des yaro : Libiac, en tant que père suprême, représentait la foudre, le tonnerre, la foudre, des tempêtes telles que la grêle (chiri) et des ailes pluvieuses torrentielles qui recréent les prairies. En outre, Libiac a assumé diverses significations mythiques dans chaque ayllu yaro.

Vous pouvez découvrir l'ensemble des images LiDAR et le petit film concernant cette étude sur NewsWeek ou sur National Geographic.

https://www.newsweek.com/ancient-inca-city-peruvian-andes-1468755

Il n'est pas facile de trouver des photos ou des vidéos de ce site, voici deux vidéos amateurs faites par des habitants locaux qui permettent de voir quelques images du site, bien connu des locaux, mais dont les nouvelles informations topologiques vont permettre de nouvelles fouilles aux endroits adéquats.

 

 

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 15-11-2019

 

 

archéologie échange lire mystère antiquité Pérou

Ajouter un commentaire