Premier portrait d'un Denisovien

Premier portrait d'un Denisovien

 

Denisovien 1erportraitb

Il s'agit en l'occurence d'une jeune denisovienne...

 

Il y a 100 000 ans, de multiples groupes d'êtres humains, y compris des humains anatomiquement modernes, des Néandertaliens et des Denisoviens se croisaient et certains se mêlaient. Mais ce à quoi nos cousins Denisoviens auraient pu ressembler n'était que supposé pour une raison simple: toute la collection de restes de Denisovan comprennait un os rose, trois dents et une mâchoire inférieure. À présent, les chercheurs de la revue Cell ont publié des reconstructions de ces parents disparus depuis longtemps, sur la base de modèles de méthylation dans leur ADN ancien.

Attention, il ne s'agit que d'un premier aperçu de ce à quoi ressemblaient les anciens Denisoviens, avec une estimation de 85%, en se basant sur l'apport des données de méthylation de l'ADN ancien.

 

Denisovien 1erportraitb

Portrait d'une jeune femme Denisovan basée sur un profil squelettique reconstitué à partir de cartes de méthylation de l'ADN ancien. Crédit: Maayan Harel

 

" Nous fournissons la première reconstruction de l'anatomie squelettique de Denisovan ", explique l'auteur Liran Carmel de l'Université hébraïque de Jérusalem. " À bien des égards, les Denisoviens ressemblaient aux Néandertaliens, mais par certains traits, ils nous ressemblaient et par d'autres, ils étaient uniques. "

Dans l'ensemble, les chercheurs ont identifié 56 caractéristiques anatomiques dans lesquelles les Denisoviens différaient de l'homme et / ou du Néandertal moderne, dont 34 dans le crâne. Par exemple, le crâne de Denisovan était probablement plus large que celui des humains modernes ou des Néandertaliens. Ils avaient probablement aussi un arc dentaire plus long :

Carmel, avec le premier auteur de l'étude, David Gokhman, et leurs collègues, sont parvenus à cette conclusion en utilisant des données génétiques pour prédire les caractéristiques anatomiques des Denisoviens. Plutôt que de s'appuyer sur des séquences d'ADN, ils ont extrait des informations anatomiques à partir de modèles d'activité génique. Ces modèles d'activité génique ont été déduits sur la base de modèles de méthylation de l'ADN ou de modèles épigénétiques à l'échelle du génome, modifications chimiques qui influent sur l'activité des gènes sans modifier la séquence sous-jacente de As, Gs, Ts et Cs.

Les chercheurs ont d’abord comparé les modèles de méthylation de l’ADN entre les trois groupes d’hominine pour trouver des régions du génome méthylées de manière différentielle. Ensuite, ils ont cherché des preuves de ce que ces différences pourraient signifier pour les caractéristiques anatomiques basées sur ce que l'on sait des désordres humains dans lesquels ces mêmes gènes perdent leur fonction.

 

Denisovien 1erportraita

Portrait d'une jeune femme Denisovan basée sur un profil squelettique reconstitué à partir de cartes de méthylation de l'ADN ancien. Crédit: Maayan Harel - YH : notons que le crâne de Denisovien reconstitué ici, du fait de cette forte machoîre, est oval ou en forme d'oeuf allongé. 

 

" Ainsi, nous pouvons prédire quelles parties du squelette sont affectées par la régulation différentielle de chaque gène et dans quelle direction cette partie du squelette changerait, par exemple un fémur plus long ou plus court ", explique Gokhman.

Pour tester la méthode, les chercheurs l'ont d'abord appliquée à deux espèces dont l'anatomie est connue: le Néandertal et le chimpanzé. Ils ont découvert qu'environ 85% des reconstructions de traits permettaient de prédire avec exactitude quels traits divergeaient et dans quelle direction. En se concentrant sur les prévisions consensuelles et la direction du changement plutôt que d'essayer de prévoir des mesures précises, ils ont été en mesure de produire le premier profil anatomique reconstruit du Denisovan.

 

Denisovien 1erportraitc

Portrait d'une jeune femme Denisovan basée sur un profil squelettique reconstitué à partir de cartes de méthylation de l'ADN ancien. Crédit: Maayan Harel

 

Les preuves suggèrent que les Denisoviens partageaient probablement des traits de Néandertal, tels qu'un visage allongé et un large bassin. Les chercheurs ont également souligné les différences spécifiques à Denisovan, telles qu'une augmentation du volume de l'arcade dentaire et du crâne latéral.

Carmel note que, alors que leur article était en révision, une autre étude décrivant la première mandibule de Denisovan confirmée avait été publiée. Et, il s'est avéré que l'os de la mâchoire correspondait à leurs prédictions.

Les résultats montrent que la méthylation de l’ADN peut être utilisée pour reconstruire des caractéristiques anatomiques, y compris certaines qui ne survivent pas dans les archives fossiles. L'approche peut finalement avoir un large éventail d'applications potentielles.

" L'étude de l'anatomie de Denisovan peut nous apprendre sur l'adaptation humaine, les contraintes évolutives, le développement, les interactions gène-environnement et la dynamique de la maladie. Nos prévisions correspondent au seul os de Denisovan informatif sur le plan morphologique à ce jour, ainsi qu'au crâne de Xuchang, qui a été suggéré par certains être celui d'un DenisovienNous concluons que la méthylation de l’ADN peut être utilisée pour reconstruire des caractéristiques anatomiques, y compris certaines qui ne survivent pas dans les archives fossiles. ", déclare Carmel. " De manière plus générale, ces travaux constituent un pas en avant pour pouvoir déduire l'anatomie d'un individu en fonction de son ADN."

 

Sources : https://phys.org/news/2019-09-glimpse-ancient-denisovans-dna-methylation.html

Cell, Gokhman et al .: "Reconstruire l'Anatomy de l'hominidé de denisova en utilisant les " cartes ADN Méthylation " cellule (2019). https://www.cell.com/cell/fulltext/S0092-8674(19)30954-7, DOI: 10.1016 / j.cell.2019.08.035

 

Dernière info : la phalange de denisovien découverte dans la fameuse grotte de Denisova a été analysée et vient de faire l'objet d'une nouvelle publication : les denisoviens avaient des mains très proches de celles de l'Homme Moderne de la même époque. En effet, les doigts de Denisovan ressemblent davantage à des doigts humains modernes qu'à des doigts de Néandertal d'après une nouvelle étude publiée dans Science Advances par une équipe de chercheurs composée de membres venus de France, du Canada et de Russie qui a mis en évidence ces preuves.

Des recherches antérieures ont montré qu'il y a environ 800 000 ans, les hommes de Néandertal et les hommes modernes divergeaient d'un ancêtre commun inconnu. Il y a environ 400 000 ans, une autre scission s'est produite - un groupe qui a conduit les Denisoviens à se démarquer des Néandertaliens. Après la scission, le groupe qui est devenu les Denisoviens s’est installé en Asie, tandis que les Néandertaliens sont restés principalement en Europe. Chacun des trois groupes a développé des caractéristiques uniques, mais ils sont restés suffisamment similaires pour se croiser à l'occasion. Fait intéressant, l'étude de l'ADN humain moderne a mis en évidence une scission au sein des Denisoviens également, au cours des dernières années de leur existence.

 

Denisovien phalange

Reconstruction virtuelle de la cinquième phalange distale de la grotte de Denisova. Crédit: Photo d'un fragment distal de la phalange: Eva-Maria Geigl, Institut Jacques Monod (CNRS / Université de Paris). Micro-scanner et reconstruction virtuelle: Bence Viola, Département d'anthropologie, Université de Toronto (Canada).

Il s'est avéré que le morceau de petit doigt découvert en 2008 et celui découvert en 2010 provenaient tous deux d'une même origine, ce qui a permi une reconstitution mieux élaborée de l'os en question. Les chercheurs rapportent que les doigts de Denisovan étaient remarquablement similaires à ceux de l'homme moderne - et ne ressemblaient pas beaucoup aux Néandertaliens. La découverte était surprenante, étant donné que Denisovan et Neanderthal sont beaucoup plus étroitement liés. Les chercheurs s'empressent de noter que la découverte ne suggère pas que les Denisovans ressemblent davantage à l'homme moderne en général; il n'y a aucune preuve pour cela (en effet, le fossile de la mâchoire n'était pas très proche de la mâchoire humaine moderne). Mais cela suggère que les Denisovans ont utilisé leurs mains pour évoluer de manière similaire à celle de l'homme moderne. Les chercheurs disent que les autres chercheurs doivent veiller à ne pas étiqueter accidentellement les fossiles de Denisovan comme des êtres humains modernes, juste au cas où il y aurait d'autres similitudes.

Source : https://phys.org/news/2019-09-fossil-denisovan-fingers-modern-human.html

YH : Décidément, Denisovian devient de plus en plus intéressant et nulle doute que nous en apprendrons plus sur lui dans les années à venir. Si ce premier portrait est confirmé et affiné prochainement, avec d'autres découvertes et études, ce cousin proche de l'homme (jusqu'à 6% d'ADN dans les hommes modernes de certaines régions asiatiques) avait un crâne allongé naturel (en forme d'obus ou d'oeuf) engendré par une forte et large machoire, un large bassin supporté par de probables puissantes jambes, mais avait aussi développé des mains identiques à celles des hommes modernes...

Ce qui pourrait éventuellement confirmer l'existence d'une espèce ayant un crâne allongé naturel dans le génome proche de l'être humain (Denisovan, mais aussi l'ancêtre commun x ?), ayant engendré de par son souvenir cette pratique devenue en grande partie artificielle par la suite ? Sans parler de l'éventualité que cet ancêtre commun détecté il y a 800 000 ans, encore inconnu, ait eu aussi un crâne encore différent, mais avec des caractéristiques des trois cousins (voir 4 avec l'Homo Floresiosis et d'autres en Asie !)...

Cette caractéristique d'une main proche de celle de l'homme moderne  semble confirmer la présence d'objets sophistiqués découverts sur les lieux, chez les denisoviens : 

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/siberie-grotte-de-denisova-nouvelle-decouverte.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-scientifiques-confirment-qu-un-bracelet-a-40000-ans.html

Il semble étrange que nous découvrions de nombreuses traces d'animaux préhistoriques bien plus anciens que ces 800 000 ans en question, et aussi peu concernant les homininés de la même période. Car il y a un grand trou entre les Homo Erectus, présents en Europe (il y a 1,5 Million d'année en Géorgie par exemple), et les autres homininés connus, comme l'Homme de Tautavel (YHEn 2015, le Musée de la Préhistoire de Tautavel a annoncé la découverte d'une dent vieille de 560 000 ans, (Arago149) - L'Homme de Tautavel est considéré comme un Erectus par certains, un Heidelbergensis par d'autres), ou Homo Heidelbergensis (690 000 ans, Somme)...

 

Autres articles sur les Denisoviens et les découvertes de fossiles d'hominines en Chine :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-analyses-genetiques-des-neandertaliens-et-des-denisoviens-revelent-une-autre-espece-inconnue.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-cranes-de-denisoviens-enfin-decouverts.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouverte-de-la-fille-d-une-neandertalienne-et-d-un-denisovien.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/siberie-grotte-de-denisova-nouvelle-decouverte.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-scientifiques-confirment-qu-un-bracelet-a-40000-ans.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/une-nouvelle-espece-humaine-en-chine.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-ancetres-de-l-homme-vivaient-en-chine-il-y-a-1-7-millions-d-annees.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/chine-homo-erectus-pourrait-etre-apparu-en-chine-et-non-en-afrique.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/chine-preuve-d-un-nouvel-hominide.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/un-hominide-present-dans-les-philippines-il-y-a-700-000-ans.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/officiel-un-hominine-inconnu-aux-philippines.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/indonesie-malaisie-philippines-les-mysteres-caches-vont-ils-finir-par-reapparaitre.html

 

Yves Herbo, Traductions et compilations de données, Sciences-Faits-Histoires, 23-09-2019

 

 

archéologie prehistoire interviews échange lire mystère légendes

Ajouter un commentaire