Un hominidé présent dans les Philippines il y a 700 000 ans

Un hominidé présent dans les Philippines il y a 700 000 ans

 

Luzon

Les archéologues ont découvert un regroupement d'os de rhinocéros dépecés et des douzaines d'outils en pierre sur la plus grande île des Philippines, Luzon. La découverte repousse les premières preuves de l'occupation humaine des Philippines de plus de 600 000 ans, et les archéologues se demandent qui sont ces humains anciens et comment ils ont pu traverser les mers profondes qui entourent cette île et d'autres en Asie du Sud-Est.

" La seule chose qui manque est le fossile de l'hominidé ", explique l'archéologue Adam Brumm de l'université Griffith de Nathan en Australie. Ce dernier dit que c'est effectivement une découverte chanceuse et extraordinaire.

 

Luzon 709000ans

Une équipe de préhistoriens viennent de mettre à jour des traces d'activités humaines vieilles de 709.000 ans sur l'île de Luzon, la principale de l'archipel des Philippines. — © MNHN, Thomas INGICCO, Mission archéologique MARCHE (MEAE)

Les chercheurs ont découvert que 75% d'un squelette de rhinocéros fossilisé et des os de jambes étaient encore marqués par les outils qui retiraient leur viande et leur moelle. Ils se trouvaient dans une ancienne boue qui avait rempli un chenal encore plus ancien. Pour déterminer l'âge du site, nommé site Kalinga, les chercheurs ont daté l'émail de l'une des dents du rhinocéros, ainsi que les grains de quartz incrustés dans les sédiments au-dessus et en dessous des os, en utilisant la résonance électronique (ESR) qui mesure l'accumulation d'électrons dans un matériau qui est exposé au rayonnement au fil du tempsL'équipe a daté la couche de sédiments au fond à environ 727 000 ans, la dent de rhinocéros à environ 709 000 ans et la couche de sédiment supérieure à environ 701 000 ans. Plusieurs experts indépendants se disent impressionnés par l'utilisation de la technique par l'équipe. "Ils l'ont clouée", explique Alistair Pike, un expert en datation archéologique à l'Université de Southampton au Royaume-Uni au sujet de la datation.

Alors, qui étaient ces anciens peuples qui possédaient une culture liée aux pierres taillées  (paléolithique) ? Ils ne pouvaient pas être notre propre espèce, Homo sapiens, qui a évolué des centaines de milliers d'années plus tard, en Afrique et possiblement ailleurs. Le pari le plus probable est Homo erectus, une espèce humaine archaïque qui a évolué il y a près de 2 millions d'années et qui pourrait avoir été le premier membre de notre genre à s'étendre hors d'Afrique (mais dire que absolument toutes les lignées humaines proviennent de l'Afrique est déjà un pari en soit, très théorique...), écrit l'équipe aujourd'hui dans Nature. Des os de homo erectus ont été trouvés en Chine et à Java, alors les chercheurs savent qu'ils vivaient en Asie au moment où le rhinocéros a été massacré à Luzon. Mais Thomas Ingicco, paléoarchéologue au Muséum national d'histoire naturelle de Paris qui a dirigé la recherche, ne veut pas tirer de conclusions sans ossements humains - surtout pas dans une région qui a déjà donné une grande surprise aux scientifiques qui étudient les humains archaïques.

 

41586 2018 72 fig4 esm

a) Dessin stratigraphique détaillé de la tranchée H montrant également la paroi est du quadrant S de l'excavation principale. Les profils sédimentaires sont les mêmes que sur la figure 1. Les diagrammes représentatifs de la taille des grains logarithmiques sont représentés pour les échantillons de chaque unité sédimentaire. b) Dessin stratigraphique détaillé des principaux murs d'excavation. c) Aperçu vers le nord-ouest des quadrants N et NW de la fouille principale en 2015. La concentration de restes fauniques et d'outils en pierre à la base de l'unité F est exposée, juste au-dessus du contact érosif incliné vers l'est avec l'unité A. d) Vue détaillée du quadrant NW montrant la position d'un flocon situé à côté du fémur gauche du rhinocéros. e) Détail du quadrant N montrant le morceau de fragment de bois gorgé d'eau (contour jaune) récupéré près d'une extrémité de côte de rhinocéros (contour bleu). f) Détail du quadrant NE montrant la tectite récupérée dans l'unité F avec les restes fauniques et lithiques. - © MNHN, Thomas INGICCO, Mission archéologique MARCHE (MEAE)

 

Trois mille kilomètres plus au sud, sur l'île de Flores en Indonésie, les archéologues ont découvert H. floresiensis, une petite espèce humaine archaïque connue sous le nom de hobbitCe dernier a vécu il y a environ 60 000 à 100 000 ans et semble avoir développé sa petite taille, ses grands pieds et d'autres traits distinctifs en raison de son long isolement sur Flores. Il n'y a aucune preuve que les bouchers de rhinocéros sur Luzon sont les ancêtres du hobbit, ou connectés à ces humains inhabituels en aucune façon. Mais la découverte de H. floresiensis a ouvert la possibilité qu'il pourrait y avoir beaucoup d'espèces humaines jusqu'ici inconnues vivant et évoluant en Asie du Sud-Est. " En théorie, vous pourriez avoir quelque chose de spécial sur chaque île ", dit Ingicco.

« La carcasse du rhinocéros comme le reste de faune que nous avons trouvé à Kalinga ont été retrouvés entre 1,20 mètre et 1,70 mètre de profondeur, explique le paléoanthropologue. Les sédiments sont bien en places, nous avons pu dater précisément les couches au-dessus et en-dessous des restes du rhinocéros découverts via différentes méthodes psycho-chimiques. Nous avons pu faire de même avec le squelette du rhinocéros et nous obtenons une datation cohérente. Les traces d’activités humaines ne peuvent être que de la même époque. »

 

Luzon

Cette nouvelle découverte soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. Elle laisse à penser que la première colonisation des Philippines par l’homme est 10 fois plus ancienne qu'estimée. " En 2010, nous avions trouvé un os de pied dans la grotte de Callao, toujours sur l’île de Luzon, et daté de 67.000 ans ", détaille Thomas Ingicco. C'était le plus ancien ossement humain trouvé sur cette île, voir dans toutes les Philippines...

Tout aussi mystérieux est la façon dont les ancêtres des bouchers de rhinocéros sont arrivés à Luzon, qui était alors entourée d'eau profonde, comme c'est le cas aujourd'hui. "J'étudie Homo erectus depuis longtemps, et je pense qu'ils sont assez intelligents ", explique Susan Antón, paléoanthropologue à l'Université de New York à New York qui n'était pas impliquée dans le travail. Des recherches récentes suggèrent même que les peuples de l'âge de pierre utilisaient des bateaux il y a plus de 130 000 ans en Méditerranée. Mais comme la plupart des chercheurs, Antón n'est pas convaincu que les humains anciens aient délibérément traversé les mers d'Asie du Sud-Est il y a si longtemps. Plus probablement, ils ont été transportés vers des îles lointaines par des vagues de tsunami, ou sont arrivés là par l'intermédiaire d'îles flottantes et de débris détachés pendant les typhons. " La présomption a été que Homo erectus ne s'est pas, au moins délibérément, dispersé sur l'eau ", explique Antón. " Mais plus tu trouves d'endroits où ça arrive, alors ... plus il y a de chances qu'ils aient un certain contrôle sur ça. Mais ce genre de conclusion est encore loin dans le futur. " (YH : C'est tout dire... d'autant plus que les indices se multiplient en effet sur une bien plus grande intelligence des hommes préhistoriques que supposée encore récemment...).

Il est aussi intéressant de noter qu'outre les outils et os de rhinocéros dépecés trouvés, des os de cervidés (cerfs ou rennes) et de stegodon (espèce d'éléphants préhistoriques disparue) se trouvent sur le site semblable a un lieu de découpe de gibiers. L’ensemble est daté de 709.000 ans alors que jusque-là, la plus ancienne trace de l’homme sur l’archipel remontait à il y a 67.000 ans.​..

 

Sources : https://www.nature.com/articles/s41586-018-0072-8#Abs1

http://www.sciencemag.org/news/2018/05/ancient-humans-settled-philippines-700000-years-ago-new-fossils-reveal

https://www.20minutes.fr/sciences/2264507-20180502-archeologie-comment-hommes-fait-arriver-philippines-700000-ans

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 04-05-2018

 

 

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire interviews échange lire mystère

Ajouter un commentaire