Science : Éruption solaire modérée M : la Terre y répond quand même !

Science : Éruption solaire modérée M : la Terre y répond quand même !

eruption-solaire.jpg

Après une période exceptionnellement calme après les éruptions du mois précédent, le soleil a déclenché une éruption solaire le 17 mai dernier, mais les scientifiques sont maintenant intéressés par ce qu'il s'est passé sur Terre.

En réponse à l'explosion, les Neutrons ont éclairé l'ensemble du monde pour la première fois en six ans, en dépit qu'il ne s'agissait que d'une éruption de classe M, c'est à dire calme à modérée.

Cette "réponse" à une telle impulsion n'aurait pas dû arriver du tout. Maintenant, les scientifiques tentent de démêler ce qu'il s'est passé, et pourquoi notre planète a "pulsé" en réponse.

James Ryan, un astrophysicien au Centre UNH Space Science a dit: « Cette éruption solaire a été des plus médiocres et le CME associé était seulement un peu plus énergique. Et regardant optiquement, il a été remarquablement faible, il était, tout compte fait, d'un faible pourcentage d'événement solaire. "

Les scientifiques sont en train d'analyser les données en utilisant un satellite qui scanne une gamme de particules bizarres invisibles à d'autres engins spatiaux - Pamela, un vaisseau spatial européen dédié à l'observation des rayons de l'espace.

Lancé en 2006 et dédié à l'étude des rayons cosmiques, à peine deux semaines avant la plus récente des explosions, PAMELA a été upgradé pour se concentrer sur la physique solaire en raison de l'activité solaire de plus en plus en hausse.

Pendant des décennies, il y a eu un vif débat sur la possibilité que des processus complexes produisent des particules extrêmement énergétiques qui sont effectivement enregistrées sur le terrain : est-ce dû à l'onde de choc à l'avant d'un CME ou est-ce que les particules proviennent de l'éruption solaire elle-même ?

eruption-du-17-mai-2012.jpg

L'événement le plus récent permettra l'étude de l'évolution de l'éruption de faible à haute énergie sans interruption.

« Le satellite PAMELA nous fournit un pont qui n'a jamais existé auparavant», dit Ryan, « un pont entre les particules énergétiques solaires mesurées par d'autres engins spatiaux (en d'autres endroits) et les mesures qui sont faites sur le terrain par les moniteurs à neutrons, comme celles que nous avons exploité ici à Durham depuis des décennies. Remplir cette lacune a ouvert de nouvelles possibilités. "

Traduction fr Yves Herbo pour SFH 06-2012

Yves Herbo sur Google+

environnement climat météo astronomie

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.