moyen-orient

Turquie : un nouveau site de 11 800 ans découvert

Turquie : un nouveau site de 11 800 ans découvert

 

Turquie fouilles2019 11800ans mardin 500

 

Faisant maintenant partie de la province de Mardin, cette région du sud-est de la Turquie a accueilli de nombreuses civilisations, notamment des Sumériens, des Akkadiens, des Babyloniens, des Hittites, des Urartiens, des Romains, des Abbassides, des Seljuks et des Ottomans. C'est sur le site de l'ancienne colonie Boncuklu Tarla que des dernières découvertes ont eu lieu.

L'archéologue Ergül Kodaş a déclaré que son équipe procédait à des fouilles sur le site dans le cadre d'un projet axé sur la documentation et le sauvetage de sites culturels situés dans le district de Dargecit, lorsqu'ils ont découvert un réseau d'égouts vieux de 11 800 ans et plus de deux douzaines d'artefacts architecturaux. Le professeur Kodas, professeur au département d’archéologie de l’Université Mardin Artuklu et conseiller scientifique des fouilles à Boncuklu Tarla, a déclaré que les travaux avaient été dirigés par la professeure Ayşe Tuba Ökse, du département d’archéologie de l’Université de Kocaeli.

Au total, 15 restaurateurs et archéologues, ainsi que 50 travailleurs, procèdent actuellement à des fouilles dans la zone, qui a été désignée site historique et culturel par les autorités turques.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Il y a 400 000 ans, des hominines faisaient des conserves

Il y a 400 000 ans, des hominines faisaient des conserves !

 

Grotteqesem israel0 mini

Des chercheurs de l'Université de Tel Aviv, en collaboration avec des universitaires espagnols, ont mis au jour des preuves du stockage et de la consommation tardive de la moelle osseuse dans la grotte de Qesem près de Tel Aviv, site de nombreuses découvertes majeures de la fin du Paléolithique inférieur, il y a environ 400 000 ans.

La recherche fournit des preuves directes que les premiers paléolithiques ont sauvegardé les os d'animaux jusqu'à neuf semaines avant de se régaler à l'intérieur de la grotte de Qesem.

L'étude, publiée dans le numéro du 9 octobre 2019 de Science Advances , était dirigée par Mme Ruth Blasco du département d'archéologie et des civilisations du Proche-Orient ancien du TAU et par le Centre national d'investigation sur l'évolution de la société humaine (CENIEH) et ses collègues du TAU, le professeur Ran Barkai et le professeur Avi Gopher. Elle a été menée en collaboration avec les professeurs Jordi Rosell et Maite Arilla de l’Université Rovira i Virgili (URV) et de l’Institut Català de Paleoecologia Humana i Evolució Social (IPHES); Antoni Margalida, professeur à l’Université de Lleida, à l’Université de Berne, et à l’Institut de recherche sur le jeu et la vie sauvage (IREC); et le professeur Daniel Villalba de l'Université de Lleida.

" Les os ont été utilisés comme des" boîtes de conserve " qui ont préservé la moelle osseuse pendant une longue période, jusqu'à ce qu'il soit temps d'enlever la peau sèche, de briser l'os et de manger la moelle osseuse ", souligne le professeur Barkai (voir ci dessous) :

Lire la suite

Egypte, Luxor : des découvertes multiples s'enchaînent

Egypte, Luxor : des découvertes multiples s'enchaînent

 

Luxorfouilles2019b

Crédit: Ministère des Antiquités Egypte

 

Le 11 octobre 2019, une publication dans les médias annonçait la découverte d'une véritable "Zone industrielle" remplie d'objets royaux, composée de 30 ateliers et d'un grand four à céramique, un site tentaculaire découvert dans la Vallée des Singes de Louxor. C'est maintenant plus de 20 sarcophages intacts, scellés et peints, en parfait état, qui viennent d’être découverts dans une cachette à El Assasif, sur la rive ouest de Louxor. Une annonce officielle est prévue samedi 19 octobre 2019.

" Chaque atelier avait un but différent ", a déclaré l'archéologue Zahi Hawass, qui a dirigé les fouilles, lors d'un entretien téléphonique avec CNN. " Certains étaient utilisés pour fabriquer de la poterie, d'autres pour produire des artefacts en or et d'autres encore pour fabriquer des meubles ".

Sur le site, qui s'étend sur environ 75 mètres dans la vallée, l’équipe de Hawass a découvert des perles de marqueterie, des bagues en argent et du papier doré - des objets couramment utilisés pour décorer les cercueils en bois de la royauté antique égyptienne. Selon la déclaration, certains des artefacts représentaient les ailes d’Horus, une divinité associée à la mort et à la résurrection.

 

Luxorfouilles2019a

L'équipe de fouilles a découvert 30 ateliers utilisés pour produire des objets tels que des poteries, qui ont été placées dans les tombeaux royaux parsemant les vallées environnantes. Crédit: Ministère des Antiquités Egypte

 

" Ceci est sans précédent ", a déclaré Hawass à propos des trouvailles. " Jusqu'à présent, tout ce que nous savions sur la région (de Louxor) provenait des tombes elles-mêmes, mais cette nouvelle découverte nous permettra de faire la lumière sur les outils et techniques utilisés pour produire les cercueils royaux et le mobilier placé dans les tombes ".

Selon Hawass, cette découverte marque la première fois que des ateliers de fabrication d'ornements funéraires à "l'échelle industrielle" sont découverts en Égypte. Il a ajouté que le site fournirait des informations supplémentaires sur la vie des ouvriers qui y travaillaient.

" Nous avons trouvé des pièces de stockage contenant de l'eau et de la nourriture, ainsi qu'un réservoir d'eau dans lequel les travailleurs pouvaient boire ", a-t-il expliqué.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Motza, découverte d'une cité préhistorique

Motza, Israel, découverte d'une cité préhistorique MAJ 08-2019

 

Israel motza

Reportage par Ilan Rosenberg et Ari Rabinovitch - Nir Elias

 

MOTZA, Israël (Reuters) - Une énorme colonie préhistorique découverte près de Jérusalem par des archéologues israéliens offre un nouvel aperçu du développement des civilisations à la fin de l'âge de pierre. La métropole, vieille de 9 000 ans, découverte lors d'une enquête menée avant la construction d'une nouvelle autoroute, est l'une des plus grandes jamais découvertes, a déclaré mardi l'autorité israélienne des antiquités.

L'équipe a estimé que 2 000 à 3 000 personnes y vivaient, ce qui correspondrait à une ville par rapport aux normes modernes. Il couvrait des dizaines d'acres près de l'actuelle ville de Motza, à environ cinq kilomètres à l'ouest de Jérusalem.

Avant la découverte, on pensait généralement que toute la région était inhabitée au cours de cette période, au cours de laquelle les gens délaissaient la chasse pour leur survie pour adopter un mode de vie plus sédentaire comprenant l'agriculture.

Voir la suite ci-dessous :

Lire la suite

Jordanie : confirmation d'une guerre mentionnée dans la bible

Jordanie : confirmation d'une guerre mentionnée dans la bible hébraïque ?

 

Jordanie autelmoabite

Un autel en pierre datant de 2 800 ans, découvert dans un sanctuaire moabite de l'ancienne ville d'Ataroth en Jordanie, parle d'une ancienne guerre biblique. 

L'autel porte deux inscriptions. Les mots sont dans la langue et l'écriture moabites, tandis que les chiffres dans les inscriptions sont en hiératique (un système d'écriture égyptien). L'autel semble remonter à une époque après que Mesha, roi de Moab, se soit rebellé avec succès contre le Royaume d'Israël et ait conquis Ataroth (une ville parfois orthographiée Atarot), ville contrôlée par le Royaume d'Israël. À ce moment-là, Israël s'était séparé en deux avec un royaume du nord qui conservait le nom d'Israël et un royaume du sud appelé Juda. 

La Bible hébraïque mentionne la rébellion, disant qu'avant la rébellion de Mesha, Moab devait donner à Israël un tribut annuel de milliers d'agneaux et d'une grande quantité de laine de bélier. La rébellion est également décrite dans la stèle de Mesha (voir plus basdécouverte en 1868 à Dhiban, en Jordanie, qui affirme que Mesha a conquis Ataroth et tué de nombreux habitants de la ville. 

L'autel a été découvert lors de la fouille du sanctuaire, en 2010. L'autel et le sanctuaire ont récemment été décrits dans le journal Levant.

Voir ci-dessous :

Lire la suite

Egypte : des milliers de papyrus bientôt traduits ?

Egypte : des milliers de papyrus bientôt traduits ?

 

Graphicalabstract papyrus1 1Crédit Helmholtz-Zentrum Berlin

 

Pendant plus d'un siècle, de nombreuses caisses en métal et cartons ont été entreposés au musée égyptien et à la collection de papyrus de Berlin. Tous ont été mis au jour par Otto Rubensohn de 1906 à 1908 dans une île appelée Elephantine sur le Nil au sud de Egypte, près de la ville d'AssouanQuatre-vingt pour cent des textes sur les papyrus dans ces contenants n’ont pas encore été étudiés, ce qui est difficilement réalisable avec les méthodes classiques. Il y a des milliers d'années, les Égyptiens roulaient ou pliaient avec soin lettres, contrats et amulettes de très petite taille, de manière à occuper le moins de place possible. Pour les lire, les papyrus devraient être dépliés avec autant de soin.

" Aujourd'hui, cependant, une grande partie de ces papyrus ont considérablement vieilli, de sorte que les textes de valeur peuvent facilement s'effriter si nous essayons de les déplier ou de les dérouler ".

Les chercheurs ont étudié un petit morceau de papyrus mis au jour sur l'île d'Éléphantine sur le Nil il y a un peu plus de 100 ans. L’équipe a utilisé les méthodes Serval, y compris les techniques non destructives, à BESSY II. La première chose qui attire l'attention d'un archéologue sur le petit morceau de papyrus de l'île Éléphantine sur le Nil est une tache apparemment vierge. Des chercheurs du musée égyptien, des universités berlinoises et du Helmholtz-Zentrum Berlin utilisent maintenant le rayonnement synchrotron de BESSY II pour en révéler le secret. Cela ouvre grand la porte à l'analyse de la collection de papyrus géants de Berlin et de bien d'autres.

Le physicien du Helmholtz-Zentrum BerlinHeinz-Eberhard Mahnke, savait, après de nombreuses années de recherche, analyser le papyrus fragile sans le détruire: projeter un faisceau de rayons X sur le spécimen provoque l’excitation des atomes dans le papyrus et renvoie les rayons X, un peu comme un écho. Comme les éléments respectifs présentent un comportement de fluorescence X différent, les chercheurs peuvent distinguer les atomes de l’échantillon par l’énergie du rayonnement qu’ils renvoient. Les scientifiques ont donc depuis longtemps mis au point des équipements de laboratoire utilisant cette fluorescence X pour analyser des échantillons sensibles sans les détruire.

Les érudits de l'Égypte ancienne écrivaient généralement avec une encre de suie noire faite de morceaux de bois ou d'os carbonisés et composée principalement de carbone élémentaire. " À certaines fins, cependant, les anciens Égyptiens utilisaient également des encres colorées contenant des éléments tels que le fer, le cuivre, le mercure ou le plomb ", explique Heinz-Eberhard Mahnke. Si les anciens scribes égyptiens avaient utilisé une telle "encre métallique" pour inscrire la partie qui apparaît maintenant vierge sur le papyrus Éléphantine, la fluorescence X devrait permettre de révéler les traces de ces métaux. En effet, en utilisant les équipements de leur laboratoire, les chercheurs ont pu détecter la présence de plomb dans le patch vierge du papyrus :

Lire la suite

Toujours pas de nouvelles du papyrus en copte

Des nouvelles du papyrus en copte affirmant que Marie-Madeleine était la femme de Jésus - MAJ 11-04-14

 

 

" Quatre mots sur un fragment de papyrus jusqu'alors inconnu fournissent la première preuve que certains des premiers chrétiens croyaient que Jésus avait été marié ", a dit le professeur à Harvard, Karen King, au 10e Congrès international des études coptes en septembre 2012. On a donc appris à l'époque que ce document avait été révélé en 2010 et dormait depuis longtemps.

King, le professeur en titre de Théologie à Harvard Divinity School, a annoncé l'existence de l'ancien texte lors de la réunion du congrès, qui se tient tous les quatre ans et accueilli en 2012 par l'Institutum Patristicum Augustinianum du Vatican à Rome. Les quatre mots qui apparaissent sur le fragment se traduisent par " Jésus leur dit : ma femme. " Les mots, écrits en copte, une langue des chrétiens égyptiens, sont sur un fragment de papyrus de 1 inche et demi sur 3 inches (3,81 cm sur 7,62 cm).

Roger Bagnall, director of the Institute for the Study of the Ancient World in New York City, believes the fragment to be authentic based on examination of the papyrus and the handwriting. Photo © Karen L. King

Un côté du fragment contient huit lignes incomplètes de l'écriture, tandis que l'autre est gravement endommagé et l'encre est fanée d'une telle manière que seulement trois mots et quelques lettres individuelles sont encore visibles, même avec la photographie infrarouge et l'amélioration des photos avec l'ordinateur. Malgré sa petite taille et mauvais état, King a dit que le fragment fournit des aperçus aguichants des questions sur la famille, les disciples, et le mariage que posent les chrétiens antiques.

King et sa collègue Anne-Marie Luijendijk,  professeur agrégée de religion à l'Université de Princeton, croient que le fragment fait partie d'un évangile récemment découvert. Leur analyse du fragment est prévue pour une publication dans le numéro de Janvier 2013 de Harvard Theological Review, une revue par leurs pairs.

King a publié un avant-projet du document, un segment de questions-réponses approfondies sur le fragment et sa signification, et des images de lui, sur une page du site de la Divinity School.

Le fragment déchiré brun-jaune appartient à un collectionneur privé anonyme qui a contacté King pour l'aider à traduire et l'analyser. Le collectionneur a joint King avec une lettre du début des années 1980 indiquant que le professeur Gerhard Fecht de la faculté d'égyptologie à l'Université libre de Berlin croyait qu'il est la preuve d'un possible mariage de Jésus.

King a dit que lorsque le premier propriétaire l'a contactée au sujet du papyrus, en 2010, " je ne croyais pas qu'il était authentique, et lui ai dit que je n'étais pas intéressée. " Mais le propriétaire était persistant, de sorte qu'en Décembre 2011, King l'a invité à l'amener à son labo à Harvard.

Après l'avoir examiné en Mars 2012, King a amené le fragment à New York et, avec Luijendijk, le transmet à Bagnall pour qu'il soit authentifié. " Lors de l'examen de Bagnall des moyens utilisés pour l'écriture, que l'encre avait pénétré, avait interagi avec le papyrus et que d'autres facteurs susceptibles de confirmer son authenticité existaient, le travail sur l'analyse et l'interprétation du fragment a commencé sérieusement ", dit King.

On sait peu sur la découverte du fragment, mais il est censé provenir de l'Egypte, car il est écrit en copte, la forme de la langue égyptienne utilisée par les chrétiens là-bas au cours de la période impériale romaine. Luijendijk a suggéré qu '« un fragment aussi endommagé venait probablement d'un ancien tas d'ordures, comme tous les premiers restes du Nouveau Testament." Parce qu'il est écrit sur les deux côtés du fragment, il appartient clairement à un livre ancien, ou un codex, et pas à un rouleau ", dit-elle.

Lire la suite

Canaan, Israel : découverte d'un scarabée et de tablettes gravés

Canaan, Israel : découverte d'un scarabée et de tablettes gravés

 

Tel rehov israel 3500ans astarte2

Une sculpture trouvée lors des fouilles à Tel Rehov montre une déesse de la fertilité. (Gabi Laron, fouilles de Tel Rehov / Université hébraïque de Jérusalem )

 

Des fouilles dans une ancienne ville de 3500 ans du pays de Canaan, Tel Reḥov, maintenant dans l'Israel moderne, révèlent que Rehob était l'une des plus grandes cités cananéennes du sud du Levant à la fin de l'âge du bronze (XVe-XIIIe siècles av. J.-C.) et a prospéré lorsque l'Égypte contrôlait une grande partie de la région.

Les archéologues ont déterré cinq tablettes en argile représentant des femmes égyptiennes à la poitrine nue et un scarabée sculpté et gravé.

Amihai Mazar et Uri Davidovich sont professeurs d'archéologie à l'Université hébraïque de Jérusalem. Ils ont détaillé leurs nouvelles découvertes dans un article récemment publié dans le Bulletin des écoles américaines en recherches orientales, que vous pouvez lire sur le site Web de l'Université de Chicago.

Mazar et Davidovich écrivent dans l'article « Réhob a été construit près de Beth Shéan, une ville protégée par une garnison égyptienne » et les sculptures des femmes nues « représentent probablement des déesses de fertilité anciennes, comme Asherah ou Astarté » . Et, essayant de donner une raison sur le but pratique expliquant à quoi les tablettes auraient pu servir, Mazar a expliqué qu’elles étaient " utilisées à la maison, dans le cadre de pratiques religieuses domestiques populaires, dans la sphère domestique, principalement liées à la fécondité des femmes. ”.

Les tablettes représentant les femmes nues ont été retrouvées dans une « grande structure publique complexe dont le but et la taille totale sont inconnus », et ses larges murs et ses contreforts sont encadrés par une cour spacieuse. Mazar et Davidovich ont écrit que le bâtiment avait « une grande salle au sud, des fondations profondes et des remplissages de construction massifs, qui témoignent tous de sa nature non domestique ».

Voir la suite ci-dessous :

Lire la suite

L'Arche de Noé et les documents déclassifiés de la CIA

L'Arche de Noé et les documents déclassifiés de la CIA

 

ararat-anomaly-1949-closeup.jpg

ararat-anomaly-1949-closeup

 

" Toutes les informations dans cet article, même si autrefois SECRET / NOFORN, ont été déclassifiées par les organismes compétents et publiées par le Freedom of Information Act (FOIA) à Clifford A. Paiva. L'anomalie du mont Ararat n'est pas l'Arche, mais plutôt une structure géologique et peut-être culturellement modifiée. L'Arche et la photo de Simmons-Arslan, images traitées par Clifford A. Paiva, est à l'altitude de 16.500 pieds (5.000 mètres) dans la section nord-est du volcan. Le Dr. Arslan qui a pris la photo en 1989 pour M. Robin Simmons, affirme que la zone sévèrement crevassée est très dangereuse et apparemment inaccessible. Le Dr. Robert Gates, secrétaire à la Défense actuel, a ordonné une des nombreuses enquêtes précédentes sur la position de l'Arche dans le milieu des années 1990. Le danger pour le monde en ce qui concerne précisément comment un tel navire massif est parvenu à se positionner sur un volcan haut de 17,000 pieds continue d'être une menace pour la sécurité internationale. "

ararat-anomaly-1949.jpg

1949-CIA

 

" BSM Research Associates traite de la CIA et des investigations d'imagerie de l'Agence Geo-Spatial Intelligence Agency concernant le Mont Ararat, l'Arche, et des discussions avec la Defense Department's National Reconnaissance Office (NRO). Elles ont eu lieu sur une unité de télécommunication sécurisé (STU) téléphonique en 1999, au Laboratoire Dahlgren du Naval Surface Warfare Center pendant que je travaillais en tant que physicien. Les informations concernant le «navire» ont été classifiées au moment de la conversation, en 1999, cachées bien sûr du grand public mais révélées à moi par le biais du téléphone STU de la Defense Intelligence Agency (la DIA) du NRO. Mon engagement portait sur l'application de techniques de traitement d' images appliquée à l'imagerie disponible du navire. Ces événements ont suivi le mandat de l'actuel secrétaire à la Défense Robert Gates (1994) et son abandon de ses responsabilités en matière de sécurité nationale concernant la vérification et la validation de la position du navire sur le strato-volcan, du mont Ararat en Turquie orientale. Les craintes concernant des embarras personnel et professionnel peuvent avoir influé sur son courage au sujet de cette enquête d'une importance capitale. Le Dr. Gates a peut-être confondu anthropologie historique et géophysique avec l'illusion de la religion. Le concept de religion est un moyen sûr (de manipulations ?) pour les employés du gouvernement.

 

anomaly1989a.jpganomaly1989

L'Arche a été statuée comme exister, et la photo Simmons-Arslan confirme qu'elle est située dans la section nord-est du strato-volcan, très près du sommet, au nord-ouest de la gorge Ahora. Le navire a été photographié par le Dr Ahmet Arslan en 1989 sous la direction et le financement de M. Robin Simmons. Voir ci-dessous :

Lire la suite

Photos des U2 déclassées : des découvertes archéologiques

Les photos d'espionnage U2 déclassées révèlent de nouvelles découvertes archéologiques

 

Moyen orient davidanderson

Image d'un "cerf-volant du désert" ou d'un piège à gibier datant de la préhistoire, capturée par un avion espion U2. - ARCHIVES NATIONALES ET ADMINISTRATION DES ARCHIVES

 

Au cours de la guerre froide, les États-Unis ont mené une série de missions de reconnaissance clandestines à l'aide d'avions-espions U2 volant à 70 000 pieds (21 336 mètres) d'altitude au-dessus de l'Europe, du Moyen-Orient et de l'Asie. Le programme a pris fin de manière célèbre et publique lorsque l’Union soviétique a abattu le pilote américain Francis Gary Powers le 1 er mai 1960, mais avant ces événements, des pilotes américains avaient effectué des dizaines de missions pour rassembler une documentation photographique détaillée sur le terrain. Ces photographies s'avèrent inestimables pour les archéologues travaillant au Moyen-Orient aujourd'hui.

Dans un nouvel article en accès libre publié dans Advances in Archaeological Practice , Emily Hammer et Jason Ur détaillent leurs derniers efforts pour rendre les données de ces vols U2 accessibles au public et pour démontrer leur importance pour les projets de recherche en cours au Moyen-Orient. L'imagerie aérienne est utile en archéologie pour identifier les caractéristiques difficiles à voir au niveau du sol. Dans cette étude, les images de U2 ont également aidé Hammer et Ur à identifier les sites archéologiques endommagés ou détruits au cours des 60 dernières années : (Voir suite ci-dessous) :

Lire la suite

Arabie Saoudite : un étonnant site de 10000 ans étudié

Arabie Saoudite : un étonnant site de 10000 ans étudié

Arabiesaoudite tabuk 10000ans mini

 

Des chercheurs du département d'archéologie de l'Université de York, en Grande-Bretagne, étudient actuellement un site archéologique en Arabie Saoudite, dans la région de Tabouk près de la Mer Rouge, datant de l'âge de pierre, il y a environ dix mille années.

Tabuk saudi arabia locator map

Selon le professeur Geoff Bailey, un expert en archéologie arabe, " l'installation est considérée comme l'un des sites archéologiques parmi les plus rares dans le monde, et qui soulève de nombreuses questions scientifiques autour de lui ", tel que rapporté par l'Agence de presse saoudienne, SPA.

Lire la suite

Anatolie : Découverte d'un nouveau site de 11500 ans

Anatolie : Découverte d'un nouveau site de 11.500 ans

 

Hasankeyf monticule 11500ans3 mini

 

Les découvertes très anciennes, de l'époque du site de Gobekli Tepe, devraient augmenter au fil du temps, et les datations sur un nouveau site situé dans le monticule de Hasankeyf sur le littoral de la rivière Tigris, dans la région anatolienne de la Turquie le confirment. Nous sommes donc à proximité de la ville antique de Hasankeyf, dans la province du sud-est de Batman de Turquie et c'est la cinquième étape des fouilles de la cité ensevelie, initiée par le projet Ilısu Dam HES et ses travaux de sauvetage du patrimoine culturel.

Le chef des fouilles à Hasankeyf, le professeur adjoint Mevlüt Eliüşük, a déclaré que 12 archéologues japonais travaillent également dans le monticule. " Les fouilles ont continué sur le site au cours des trois premiers mois, puis le recensement des constatations a été faiteLes analyses ont révélé que le site de Hasankeyf Mound remonte à 9 500 av. J.-C., il y a 11 500 ans ", a-t-il ajouté.

 

Hasankeyf monticule 11500ans

Lire la suite

Chypre : Découverte d'un impressionnant bâtiment d'environ 7000 ans

Chypre : Découverte d'un impressionnant bâtiment d'environ 7000 ans

 

Chypre2

Photo: Département des antiquités de Chypre

 

Le département chypriote des antiquités du ministère des Transports, des Communications et des Travaux publics vient d'annoncer l'achèvement de la mission archéologique 2019 de l'Université Aristote de Thessalonique (AUTH) dans les montagnes du Troodos. L'équipe, sous la direction du professeur Nikos Efstratiou, était composée d'étudiants de premier cycle et de troisième cycle de la section d'archéologie du département d'histoire et d'archéologie de l'AUTH et du chercheur chypriote Demetris Kyriakou.

Cette année, le site d’Agios Ioannis / Vretsia-Upper Rhoudias, situé dans la partie supérieure de la terrasse de la rivière Xeros dans une zone de hautes terres du district de Pafos (altitude: 460 m), découvert au cours de la saison de fouilles 2018, a été fouillé. Les fouilles de 2019 ont dévoilé un impressionnant bâtiment circulaire qui appartient chronologiquement à la « phase de Choirokoitian » (environ 6400 - 5600 av. J.-C.). Le bâtiment en pierre a un diamètre d'au moins 5 mètres et est extrêmement bien construit (constitué de deux lignes de pierres). Il est conservé dans un très bon état. D'autres structures plus petites ont également été révélées en association avec le bâtiment plus grand, ainsi qu'une zone réservée aux ordures. Les découvertes de l'excavation comprennent un grand nombre d'outils en pierre concassée, des outils en pierre brute et en pierre broyée, voir ci-dessous :

Lire la suite

​Ecritures énigmatiques 4 : la tablette Dispilio

Écritures énigmatiques 4 : la tablette Dispilio

 

Distilio tablet mini 1

Un article récent au sujet d'une tablette très ancienne inscrite de symboles jusqu'à présent indéchiffrés a attiré mon attention au détour d'une recherche qui n'avait aucun rapport, comme souvent... Cet article est donc, comme toujours, un ajout de données à une compilation axée sur les écritures ou messages énigmatiques laissés par nos lointains ancêtres, et dont voilà les premières données sous forme de liens :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/ecritures-enigmatiques.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/ecritures-enigmatiques-le-disque-de-vladikavkaz.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/glozel-authentifie-cela-change-tout-1.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-plus-anciennes-ecritures-ne-sont-pas-de-sumer.html

 

La tablette Dispilio déchiffrée - une preuve de la plus ancienne écriture du monde ?

Dispilio tablet

La tablette Dispilio est une tablette de bois portant des gravures inscrites, datée de 5260 ± 40 avant JC. Elle a été découverte en 1993 sur un site lacustre du Néolithique, près du village moderne de Dispilio, à Kastoria, en Grèce. À ce jour, ces marques n'ont pas été déchiffrées.

L'INTERPRÉTATION DE L'AUTEUR :

Distilio tablet 1

 

Il y a quatre colonnes au total, et les 2e et 4e colonnes sont presque identiques. (Certains signes sont retournés, et quelques-uns sont légèrement différents). Si nous divisons la tablette en deux, on obtient deux colonnes de 23 signes et deux colonnes de 22 signes. Ces chiffres sont assez proches du nombre de lettres de certains alphabets anciens.

Dispilio tablet text

Les symboles de la tablette Dispilio divisés en deux parties

PREMIÈRE MOITIÉ :

Lire la suite

Ecritures énigmatiques 1-Mycène

Ecritures énigmatiques - 1 Mycène - Minos

 

Disquephaistos

disque-de-phaistos-minoen.jpg

disque de Phaistos

Plusieurs civilisations disparues ont inventé ou utilisé des systèmes d'écritures que nous n'avons pas encore su déchiffrer à ce jour. Les diverses traductions du célèbre disque de Phaistos sont aujourd'hui encore très insatisfaisantes et l'énigme de cette civilisation minoenne pas résolue. Egalement inexplicables encore à ce jour, les 160 signes "Rongorongo" des habitants de l'ïle de Pâques : ils sont pratiquement identiques aux caractères de la civilisation d'Harappa au Pakistan, vieille de plus de 5.000 ans. Des centaines de pierres avec d'étranges gravures ont été trouvées en Amériques, certaines inscriptions seraient des runes vikings. Elles n'ont jamais été traduites. Les tables de pierre d'Oaxaca au Mexique comportent des inscriptions assimilées à du chinois ancien et de l'hébreux. De nombreuses pierres noires en provenance de Colombie - où des artéfacts très étranges ont été trouvés, comportent des signes totalement inconnus. On retrouve les mêmes signes, assimilés aux premiers druides et constructeurs de mégalithes aussi bien en Bretagne, France, que dans toute la méditerranée, qu'à l'autre bout du monde, dans les îles du pacifique et jusqu'aux abords de l'Australie, avec les mêmes types de mégalithes, pierres levées et indications de sources d'eau, de failles telluriques, de sites magnétiques...

Le disque de Phaistos ou disque de Phaestos est un disque d'argile cuite découvert en 1908 par l'archéologue italien Luigi Pernier sur le site archéologique du palais minoen de Phaistos, en Crète. Il pourrait dater du milieu ou de la fin de l'âge du bronze minoen (iie millénaire AV JC). son diamètre est d'environ seize centimètres et il est couvert, sur ses deux faces, de hiéroglyphes imprimés à l'aide de poinçons. En tout, ce sont 241 signes, dont 45 différents qui recouvrent le disque, en formant une spirale partant de l'extérieur vers le centre de l'objet. Son usage, sa signification et même son lieu de fabrication font l'objet d'âpres discussions.

phaistosdisklarge.jpg

 

De nombreuses théories entourent ce disque, quant à sa provenance, son utilisation ou sa signification. Alors qu'il n'est pas encore certain qu'il s'agisse d'un texte, la plupart des chercheurs penchent pour cette hypothèse, certains d'entre eux ayant proposé des déchiffrements ou des traductions. Mais l'absence d'objet similaires permettant de confronter leurs théories ne permet pas à ce jour de valider ces hypothèses.

Le disque original est exposé au musée archéologique d'Héraklion :

Lire la suite