Amazonie : preuves d'une communauté évoluée il y a 10600 ans

Amazonie : premières preuves d'une communauté évoluée il y a 10600 ans

 

Amazonie bolivie 500

 

Une communauté est considérée comme évoluée quand elle commence a enterrer ses morts dans des sites précis et à modifier son environnement. C'est bien le cas ici...

Un nouveau communiqué de presse (24-04-2019) émanant de l'Université Park de Pennsylvanie, USA, précise les choses au sujet de la présence d'une communauté ancienne dans la région Llanos de Moxos dans le sud-ouest de l'Amazonie, en Bolivie. On sait que cette région contenait des sociétés complexes il y a au minimum 2500 ans, mais les dernières fouilles et découvertes repoussent la présence d'une communauté humaine déjà évoluée au début de l'holocène, il y a 10600 ans. Communauté humaine n'ayant pas une simple structure de chasseurs-cueilleurs mais déjà évoluée car enterrant ses morts dans des endroits précis et ayant évolué au point de cultiver certains légumes et plantes...

Voyons ce que dit ce communiqué de presse au sujet de cette étude qui a regroupé des anthropologues, géographes et archéologues internationaux : Blaine Maley, président de l’anatomie, Idaho College of Osteopathic Medicine; Carlos Zuna, étudiant en archéologie à l'Universidad Mayor de San Andres; Heinz Veit, directeur de l'Institut de géographie de l'Université de Berne; et Douglas Kennett, professeur d'anthropologie à l'Université de Californie à Santa Barbara.

" Des humains se sont installés dans le sud-ouest de l'Amazonie et ont même expérimenté l'agriculture beaucoup plus tôt que prévu "

Résumé de la publication : L’Amazonie a été témoin de l’émergence de sociétés complexes, il y a 2500 ans, qui ont modifié les paysages tropicaux grâce à une agriculture intensive et à la gestion de systèmes aquatiques. Cependant, on sait très peu de choses sur le contexte et les conditions qui ont précédé ces transformations sociales et environnementales. Nous démontrons ici que les îles forestières des Llanos de Moxos, dans le sud-ouest de l’Amazonie, renferment des sépultures humaines et qu’elles représentent les premières colonies de peuplement de la région il y a entre 10 600 et 4 000 ans. Ces sites archéologiques et leur contenu représentent les premières preuves de l'existence de communautés ayant connu des conditions propices à la production alimentaire, telles que la stabilité de l'environnement, la perturbation des ressources et la territorialité accrue des basses terres tropicales amazoniennes.

" Nous savons depuis longtemps que des sociétés complexes ont émergé à Llanos de Moxos dans le sud-ouest de l'Amazonie, en Bolivie, il y a environ 2 500 ans, mais nos nouvelles preuves suggèrent que les humains se sont installés pour la première fois dans la région il y a jusqu'à 10 000 ans, au début de l'Holocène ", a déclaré Jose Capriles, professeur adjoint d'anthropologie.

" Ces groupes de personnes étaient des chasseurs-cueilleurs; cependant, nos données montrent qu’ils commençaient à épuiser leurs ressources locales et à adopter des comportements territoriaux, les incitant peut-être à commencer à domestiquer des plantes telles que la patate douce, le manioc, les arachides et les piments chiliens pour acquérir de la nourriture. " (lire la suite ci-dessous) :

L'équipe archéologique a mené son étude sur trois îles forestières - Isla del Tesoro, La Chacra et San Pablo - dans la savane inondée de façon saisonnière des Llanos de Moxos, dans le nord de la Bolivie.

" Ces îles sont surélevées au-dessus de la savane environnante et ne sont donc pas inondées pendant la saison des pluies ", a déclaré Capriles. " Nous pensons que les gens utilisaient régulièrement ces sites comme camps saisonniers, en particulier pendant les longues saisons des pluies, lorsque la plupart des Llanos de Moxos étaient inondés."

 

Amazonie bolivie

Localisation des Llanos de Moxos et des îles forestières excavées. (cliquer pour agrandir)

A ) Emplacement des sites connus de carapaces de coquillages par rapport aux noyaux de paléosol contenant des preuves stratigraphiques de paléosols enfouis. Cartes topographiques montrant les unités d'excavation situées à ( B ) Isla del Tesoro (SM1), ( C ) La Charca (SM3) et ( D ) San Pablo (SM4). Crédit photo: (A) Image de base: World Imagery, Esri.

 

Les fouilles effectuées par l'équipe dans les îles forestières ont révélé des squelettes humains qui avaient été intentionnellement enterrés différemment des chasseurs-cueilleurs traditionnels et qui ressemblaient davantage aux comportements de sociétés complexes - caractérisées par une hiérarchie politique et la production de denrées alimentaires. Leurs résultats apparaissent aujourd'hui dans Science Advances (lien en bas de l'article).

" Si ces chasseurs-cueilleurs étaient très mobiles, vous ne vous attendriez pas à ce qu'ils enterrent leurs morts dans des endroits spécifiques; au lieu de cela, ils laisseraient leurs morts où qu'ils soient ", a déclaré Capriles.

 

 

Capriles a noté qu'il est rare de trouver des vestiges humains ou même archéologiques antérieurs à l'utilisation de poteries cuites dans la région. " Les sols ont tendance à être très acides, ce qui fait que la conservation des matières organiques reste très médiocre ", a-t-il déclaré. " En outre, la matière organique se détériore rapidement dans les environnements tropicaux et cette région manque complètement de tout type de roche pour la fabrication d’outils en pierre. Même ceux-ci ne sont donc pas disponibles pour étude."

 

Amazonie bolivie2

Diagrammes stratigraphiques et dates calibrées au radiocarbone en fonction des fréquences pondérales des spécimens analysés de coquilles, d'os et de terres brûlées provenant des sites d'étude.

Notez le modèle d’augmentation initiale puis de diminution de l’abondance des restes de carapace, tandis que les os et l’argile brûlée fluctuent avec le temps.

 

Selon Umberto Lombardo, spécialiste des sciences de la Terre à l'Université de Berne, lorsque les chercheurs ont publié leur découverte de ces sites archéologiques en 2013, ils ont dû fonder leurs conclusions sur des preuves indirectes - essentiellement des analyses géochimiques - plutôt que sur des preuves directes telles que des artefacts.

" En raison du manque de preuves directes, de nombreux archéologues étaient sceptiques quant à nos découvertes ", a déclaré Lombardo. " Ils ne croyaient pas vraiment que ces îles forestières étaient des sites archéologiques de l'Holocène ancien. L'étude actuelle fournit des preuves solides et définitives de l'origine anthropocentrique de ces sites, car les fouilles archéologiques ont mis au jour des sépultures humaines de l'Holocène précoce. Ce sont les preuves définitives de l'ancienneté et l'origine de ces sites. "

 

Amazonie bolivie3

Stratigraphie des carottes et excavations réalisées à SM4.

SM4 est placé au-dessus des sables fluviaux recouvrant les dépôts d'argile ( A ). Le sable et l’argile présentent des niveaux élevés d’hydromorphisme: des taches rouges et jaunes dues à la formation d’oxydes de fer. Ces conditions hydromorphes sont typiques des sols tropicaux soumis à des cycles répétés de conditions humides et sèches, comme cela se produit dans les régions à forte saisonnalité. Cependant, à l'heure actuelle, ces sédiments se trouvent sous une zone humide ( B ), ce qui suggère que ces oxydes de fer sont une caractéristique relique du passé, lorsque la nappe phréatique moyenne était à quelques mètres en deçà de sa profondeur actuelle. Une vue du nord ( C) montre comment l’île forestière est aujourd’hui entourée d’une haute végétation de marais et reliée au continent par une chaussée moderne. Crédits photo: (B) Image source: DigitalGlobe, Google Earth et (C) José M. Capriles, PSU.

 

Capriles a noté que les os humains de ces îles forestières étaient préservés malgré les mauvaises conditions, car ils étaient enfermés dans des coffres - ou tas de déchets - contenant d'abondants fragments de coquillages, d'ossements d'animaux et d'autres restes organiques.

" Ces personnes cherchaient des escargots de pommes pendant la saison des pluies et déposaient les coquilles en tas, appelés amas ", a déclaré Capriles. " Au fil du temps, l'eau a dissous le carbonate de calcium contenu dans les coquilles et ces carbonates ont précipité sur les os, les fossilisant efficacement."

Les os humains ayant été fossilisés, l'équipe n'a pas pu les dater directement en utilisant la datation au radiocarbone. Au lieu de cela, ils ont utilisé la datation radiocarbone du charbon et de la coquille associés comme approximation pour estimer la plage de temps occupée par les sites.

La préservation des sépultures humaines dans des environnements de dépôt tropicaux chauds, humides et acides est très rare. Néanmoins, lors de nos fouilles, nous avons enregistré cinq sépultures humaines réparties sur les trois sites. L’enfouissement de base en carbonate de calcium, favorisé par le dépôt des coquilles de gastéropodes, a facilité la préservation structurelle des os. Cependant, toutes les sépultures étaient fortement minéralisées et incrustées de carbonates de calcium. Le crâne dans toutes les sépultures était fortement affecté par la compression, provoquant une fragmentation à SM1 et SM4 et une distorsion taphonomique à SM3. Toutes les inhumations documentées incluaient des adultes célibataires occupant des positions étendues horizontales, mais dans une gamme d'orientations et comprenant à la fois des hommes et des femmes (section S3). Les dents de tous les individus étaient complètes et très usées, ce qui suggère que la plupart des individus étaient des personnes âgées, mais cette estimation devrait être prise avec une certaine précaution car le régime alimentaire qui était probablement composé d'une proportion substantielle de mollusques et crustacés (ainsi que de graines disponibles de façon saisonnière) qui aurait inclus une concentration élevée de sable et de gravier. Aucun cas d'arthrose ou de déficit nutritionnel n'a été noté, mais en raison du dépôt de carbonate de calcium et de la précipitation à travers les échantillons squelettiques, il était très difficile d'observer la présence de toute pathologie. De même, mis à part des traces d'ocre rouge (YH : étonnant, comme la plupart des sépultures des Cro-Magnon découvertes en France notamment !) près de la sépulture de SM4 et la carapace complète d'un escargot terrestre boulimulide placé avec la sépulture de SM1, nous n'avons observé aucune preuve claire d'offrandes associées.

 

Amazonie bolivie4

Inhumations documentées sur l'île forestière SM3 du site de Llanos de Moxos.

A et B ) Enterrement 1 et ( C et D ) Enterrement 2 pendant les fouilles et après le nettoyage des os incrustés de carbonates. Crédit photo: José M. Capriles, PSU.

 

" Les restes abondants de terre brûlée et de bois suggèrent que les gens utilisaient le feu, susceptibles de défricher le sol, de faire cuire les aliments et de rester au chaud pendant les longs jours pluvieux ", a déclaré Capriles.

La découverte constante de restes humains remarquablement préservés montre également que ces sites étaient des foyers d'activités sociales et rituelles de premier plan entre il y a 10 600 à 4 000 ans. La découverte de sépultures humaines est en soi un puissant indicateur de mobilité et de territorialité réduites, car les sépultures peuvent fournir une forme tangible de légitimation des droits d'accès ou de propriété exclusifs sur les parcelles de ressources. Par conséquent, il est possible de supposer que les îles de la forêt de Llanos de Moxos ont été parmi les premiers travaux de terrassement d’importance économique et symbolique construits dans le sud-ouest de l’Amazonie.

Selon Capriles, il existe un fossé entre les personnes étudiées par son équipe qui vivaient dans les îles forestières il y a 10 000 à 4 000 ans et la montée en puissance de sociétés complexes qui a débuté il y a environ 2 500 ans.

 

Amazonie bolivie5

Chronologie des occupations des îles de la forêt Llanos de Moxos.

Comparaison de la distribution de probabilité, somme des datations radiocarbone calibrées à partir des sites d'amas coquillages et de paléosols régionaux (voir tableau S2).

 

Notre chronologie actuelle est basée sur 88 datations au radiocarbone obtenues par spectrométrie de masse par accélérateur (AMS) sur quatre sites archéologiques et 23 paléosols enfouis. SM1 porte actuellement la plus ancienne preuve de présence humaine, env. 10 600 cal BP, sur la base de deux dates à partir de la base du nid coquille et une augmentation de l'intensité de l'occupation entre 6700 et 4000 cal BP. Le développement des sédiments anthropogéniques à SM4 débute il y a environ 8500 ans et persiste régulièrement pendant les trois millénaires suivants. À SM3, l’occupation humaine et le dépôt de coquillages et d’autres sédiments anthropiques remontent à 8700 cal BP et persistent jusqu’à environ 5800 ansCette période coïncide aussi en grande partie avec la chronologie de San Francisco (SM2), une autre île forestière contenant des sédiments anthropiques, y compris des amas coquilliers, creusée mais non excavéeDans l’ensemble, coïncidant avec la formation de divers paléosols, ces sites de chasseurs-cueilleurs ont été occupés pendant des millénaires avant l’intensification de l’agriculture dans le sud-ouest de l’Amazonie.

Les sites que nous avons examinés ont été abandonnés plusieurs siècles avant l’apparition, dans l’Holocène supérieur, de sociétés agricoles complexes dans les Llanos de Moxos. Le décalage dans les archives archéologiques entre les occupations de chasseurs-cueilleurs tropicaux que nous décrivons et les sociétés agricoles ultérieures n’est pas nécessairement une indication d'un abandon régional, mais pourrait être une conséquence de l’avulsion méridionale du Rio Grande ou des biais de la recherche. Par exemple, des recherches récentes menées dans le sorbier à coquilles ou la sambaquí de Monte Castelo et le site riverain de Toetônio, dans le sud-ouest du Brésil, confirment la domestication du riz sauvage et l’existence d’autres cultures pendant cette transition.

" Ce document représente la première étape dans l'effort visant à en apprendre davantage sur les personnes qui ont habité le sud-ouest de l'Amazonie pendant des milliers d'années, mais sur lesquels nous ne connaissons rien ", a déclaré Lombardo.

Capriles a ajouté: " Est-ce que les personnes que nous avons trouvées sont les prédécesseurs directs de ces sociétés plus tardives et plus complexes ? Il reste encore des questions à résoudre et nous espérons pouvoir le faire dans les recherches futures."

Sources :

https://advances.sciencemag.org/content/5/4/eaav5449 - publication complète

https://www.eurekalert.org/pub_releases/2019-04/ps-hsi042219.php

 

Autres articles sur le même sujet :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/bresil-prehistoire-migrations-adn-ovnis.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/civilisations-tres-anciennes-en-amazonie.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/retour-sur-les-geoglyphes-amazoniens.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-hommes-installes-en-amazonie-il-y-a-plus-de-10000-ans.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvertes-dans-les-andes-et-en-amazonie.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/amazonie-les-harakmbut-devoilent-leurs-monolithes-sacres.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-bresil-avait-aussi-son-cro-magnon.html - déjà un lien avec les Cro-Magnon...

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/bresil-les-preuves-d-une-migration-plus-ancienne.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/prehistoire-antiquite/la-mysterieuse-pierre-d-inga-bresil.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/bresil-des-francais-deterrent-des-objets-de-23-000-ans.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/bresil-kuhikugu-ou-site-x11-la-cite-z.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/amazone-paititi-cernee.html

 

Yves Herbo Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 29-04-2019

 

archéologie prehistoire interviews échange lire mystère légendes Amazonie

Ajouter un commentaire