Les tatouages de la momie de Otzi révèlent la médecine de l'âge du cuivre

Les tatouages de la momie de Ötzi révèlent la médecine de l'âge du cuivre

 

Otzi3

 

This bracelet-like tattoo adorns the wrist of the 5,300-year-old Iceman. (Photograph South Tyrol Museum of Archaeology/EURAC/Samadelli/Staschitz)

 

Selon une nouvelle étude, la communauté âgée de 5 300 ans de Ötzi, l'homme de l'âge du cuivre européen, découvert dans la glace des Alpes en 1991, pouvait se venter de techniques de soins de santé étonnamment avancées. Ses restes, trouvés par deux touristes allemands lors d'une randonnée de routine dans les Alpes en 1991, ont été ensevelis sous la glace peu après sa mort, et les conditions glaciaires ont involontairement préservé une grande partie de ses tissus, os et organes. Trois décennies de recherches ont fourni des détails intimes sur la vie d'Ötzi, sur son âge, sa taille et son poids à la mort, lorsqu'il a succombé à une flèche dans l'épaule gauche au début de l'été.

 

Otzi1

Les tatouages ​​de "Iceman" s'alignent avec les points d'acupuncture classiques et les plantes trouvées dans ses affaires ont des applications médicales bien connues (Crédit Musée d'archéologie du Tyrol du Sud / EURAC / Samadelli / Staschitz)

Récemment, une équipe de chercheurs européens a analysé les tatouages dispersés à travers le corps de Ötzi, ainsi que les diverses herbes et les médicaments trouvés à côté de ses restes, afin de peindre une image plus claire de la communauté de l'époque et ses pratiques médicales anciennes, rapporte Joshua Rapp dans science magazine. Les résultats des scientifiques, récemment publiés dans l'International Journal of Paleopathology, suggèrent qu'Ötzi appartenait à une société dotée d'un système de santé étonnamment avancé.

Des études antérieures sur les tatouages ​​de la momie ont émis l'hypothèse que les lignes et les croix gravées dans sa peau offraient des avantages thérapeutiques plutôt que simplement des embellissements décoratifs. Selon April Holloway, de Ancient Origins, les tatouages, créés à partir de petites incisions tracées au fusain, s'alignent sur les «zones de travail difficiles du corps humain», notamment les chevilles, les poignets, les genoux et le bas du dos. Ces taches sont généralement associées aux traitements d'acupuncture, ce qui soulève la possibilité que la communauté d'Ötzi ait connaissance de cette pratique 2 000 ans avant son apparition en Asie. http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/l-homme-spirituel/les-premiers-guerisseurs.html

 

Otzi2

This graphic shows the general location of each of the 61 tattoos on the Iceman’s body. (Photograph South Tyrol Museum of Archeology/EURAC/Samadelli/Staschitz.)

 

Les archéologues ont initialement cartographié toutes les 61 encres d'Ötzi en 2015, rapporte Carl Engelking pour le magazine Discover. Avant cet examen, les chercheurs pensaient que les tatouages ​​d'Iceman se rapprochaient de 59. L'analyse d'imagerie multispectrale a révélé un ensemble de tatouages ​​non identifiés auparavant regroupés sur la poitrine de l'homme préhistorique, une zone généralement associée aux points d'acupuncture ciblant les troubles intestinaux.

La nouvelle étude s’appuie sur ce corpus de connaissances pour affirmer que les tatouages ​​d’Ötzi exigeaient «un effort considérable… et, indépendamment de l’efficacité du traitement, prenaient soin de l’Iceman». Les auteurs stipulent en outre que si les compagnons d’Ötzi ont développé et subi un régime étendu d'essais et d'erreurs, c'est qu'ils ont été stimulé par le désir - et la capacité - de développer des pratiques médicales.

 

Otzi4

Tattoos on the body of Ötzi, the Tyrolean Iceman. (Photograph South Tyrol Museum of Archaeology/EURAC/Samadelli/Staschitz)

 

Les plantes retrouvées dans le sac de Ötzi soutiennent le portrait de l’étude donnant une société curieuse et complexe. Le champignon du polypore de bouleau attaché aux bandes de cuir des outils d’Ötzi peut avoir calmé l’inflammation ou agi comme un antibiotique, d'après les notes de Rapp Learn dans Science, tandis que les fougères détectées dans son estomac auraient pu servir de traitement contre le ténia. Des traces de mousse de tourbière révèlent des bandages de fortune.

Compte tenu de l'ensemble d'outils sophistiqués qu'Otzi utilisait, ainsi que des «éléments de conception intentionnels» apparents dans ses vêtements, il n'est pas étonnant de mettre l'accent sur l'artisanat dans les pratiques médicales de la communauté de l'âge du cuivre.

Comme le concluent les auteurs dans leur étude, «l'image d'une forme d'opération ordonnée, qualifiée et stratégique met en perspective la fourniture de soins».

 

Sources : International Journal of Paleopathology

science magazine

magazine Discover

www.iceman.it/en/the-research/iceman-research-milestones/

link.springer.com/article/10.1007%2Fs15009-015-5330-3

https://www.smithsonianmag.com/smart-news/what-otzi-icemans-tattoos-reveal-about-copper-age-medical-practices-180970244/

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/l-homme-spirituel/les-premiers-guerisseurs.html

 

Yves Herbo Traductions, S-F-H, 18-09-2018

 

 

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire échange lire mystère médecine chamanisme

Ajouter un commentaire