Surprises avec le génome de l'homme de Tianyuan

Surprises avec le génome de l'homme de Tianyuan

 

Tianyuan cave mini

 

Selon un article paru dans Science Magazine, des scientifiques menés par Qiaomei Fu, un paléogénéticien du laboratoire de paléontologie moléculaire de l'Institut de paléontologie et de paléoanthropologie des vertébrés de l'Académie chinoise des sciences à Beijing, ont examiné le matériel génomique extrait du fémur d'un squelette de 40 000 ans découvert dans la grotte de Tianyuan en Chine.

 

Tribu melanesie denisovien

Cet enfant d'une tribu mélanésienne contient dans ses gènes de l'ADN de l'hominidé disparu Denisovien, également trouvé en Sibérie (aparté)...

 

L'étude indique que "l'homme de Tianyuan" était un humain moderne partageant environ quatre à cinq pour cent de son ADN avec Neandertal, mais aucun ADN détectable hérité des Denisoviens (l'étrangeté au sujet des Denisoviens (original trouvé en Sibérie) est que leur gène a été aussi retrouvé... en Mélanésie (Australie du nord, Papouasie-Nouvelle-Guinée) !).

 

Tianyuan cave

Les grottes de Tianyuan en Chine où a été trouvé en 2003 le squelette daté de - 40 000 ans - (crédit Haowen Tong)

C'est une première surprise car on pensait à l'origine que l'homme Tianyuan était la progéniture d'un Néanderthal et d'un humain moderne. En fait, l'homme de Tianyuan a été trouvé comme partageant l'ADN avec une personne dont les restes de 35 000 ans ont été découverts dans les grottes de Goyet en Belgique !Mais il ne le partage pas avec d'autres humains anciens qui vivaient à peu près en même temps en Roumanie et en Sibérie - ou avec des Européens vivants. Mais l'homme de Tianyuan est au plus proche des peuples vivant en Asie de l'Est - y compris en Chine, au Japon et en Corée - et en Asie du Sud-Est, y compris en Papouasie-Nouvelle-Guinée et en Australie.

Tout cela suggère que l'homme de Tianyuan n'était pas un ancêtre direct, mais plutôt un cousin lointain, d'une population fondatrice en Asie qui a donné naissance aux Asiatiques actuels, rapporte aujourd'hui l'équipe de Fu dans Current Biology. Il montre également que ces anciennes «populations se déplaçaient beaucoup et se mélangeaient», explique le paléoanthropologue Erik Trinkaus de l'Université de Washington à St. Louis dans le Missouri, qui n'est pas co-auteur.

Et certains ont laissé de la progéniture alors que d'autres ne l'ont pas fait. "Je trouve intéressant que ... certains des premiers colonisateurs modernes d'Eurasie aient eu du succès alors que d'autres n'en ont pas eu", explique le co-auteur Svante Pääbo, paléogénétique à l'Institut Max Planck d'anthropologie évolutionniste à Leipzig, en Allemagne.

 

Genome tianyuan man

squelette de l'homme de Tianyuan (Crédit Qiaomei Fu)

 

Autre surprise : L'étude indique qu'environ 9 à 15% de l'ADN des peuples Karitiana et Sururi du Brésil et des Chane du nord de l'Argentine et du sud de la Bolivie provenaient d'un ancêtre également partagé par l'homme Tianyuan, faisant d'eux des cousins ​​éloignés.

Mais par contre, cet ancêtre n'avait aucun rapport avec les Amérindiens vivant en Amérique du Nord, suggérant ainsi qu'il y avait bien deux sources de populations différentes en Asie pour les Amérindiens.

" Cette publication est très excitante parce que c'est le premier génome à combler un très grand fossé, à la fois géographiquement et temporellement, en Asie de l'Est ", explique le paléogénéticien Pontus Skoglund de la Harvard Medical School à Boston.

Pour rappel, les dernières découvertes suggèrent fortement qu'une grosse partie des hommes modernes s'est retrouvé il y a environ 70.000 à 60.000 ans au Moyen-Orient (Arabie Saoudite jusqu'à la Turquie) et s'y est croisée avec des néanderthaliens installés depuis longtemps. Ensuite et assez rapidement, cette population descendante de ce mélange d'hommes modernes et de néanderthaliens a essaimée en Europe et en Asie, atteignant l'Australie il y a environ 60.000 ans et probablement l'Amérique du sud un peu plus tard... C'est bel et bien cette population qui est identifiée tant en Europe de l'ouest qu'en Asie de l'Est et au sud de l'Amérique latine...

Cette publication est une bonne nouvelle pour Skoglund, qui avait trouvé dans une étude distincte en 2015 que les peuples Karitiana et Surui d'Amérique Latine sont étroitement apparentés aux Australiens indigènes, aux New Guineans et aux Islanders d'Andaman. À l'époque, il avait prédit qu'ils provenaient de la même population, une source «fantôme» en Asie, qui était distincte d'une autre population asiatique qui avait donné naissance aux Amérindiens en Amérique du Nord. "Il est fascinant qu'une prédiction d'une " population fantôme " fondée uniquement sur les populations modernes puisse être confirmée de cette manière", dit-il.

Yves Herbo : On peut donc aussi noter que des récents résultats d'études génétique sur de l'ADN des crânes des Paracas péruviens - trouvant un mélange ayant des origines du Moyen-Orient/Europe/Asie - se trouvent ici confirmés également...

 

Sources : https://www.archaeology.org/news/6031-171019-genome-tianyuan-man

http://www.sciencemag.org/news/2017/10/was-ancient-person-china-offspring-modern-humans-and-neandertals

 

Yves Herbo : en ce qui concerne ces grottes chinoises visibles ci-dessus, un simple zoom permet de déceler, à mon avis, des gravures artificielles sur toute la devanture de ces grottes, un peu comme dans d'autres régions du monde en rapport avec cette période (et ce peuple ?) de -40 000 à -15 000 ans... Leur nombre exclu toute paréidolie... Vous pouvez cliquer sur les images pour agrandir :

 

Tianyuan cave zoom1

Tianyuan cave zoom2

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 21-10-2017

 

 

Yves Herbo sur Google+

moyen-orient archéologie prehistoire échange lire mystère génétique Amériques

Ajouter un commentaire