Sciences-Faits-Histoires

Moyen-Age

  • Des fragments anciens de la légende de Merlin découverts

    Des fragments anciens de la légende de Merlin découverts

     

    Bristol manuscript fra 3

    Imagerie multispectrale des fragments à la bibliothèque centrale de Bristol avec Team Pigment. Crédit : Professeur Leah Tether

     

    Des fragments manuscrits de Bristol de la célèbre légende de Merlin parmi les plus anciens du genre

     

    Des fragments de manuscrits médiévaux découverts à Bristol qui racontent une partie de l'histoire de Merlin le magicien, l'un des personnages les plus célèbres de la légende arthurienne, ont été identifiés par des universitaires des universités de Bristol et de Durham comme certains des premiers exemples survivants de cette section de Le narrateur.

    L'analyse a également révélé comment les documents écrits à la main se sont retrouvés à Bristol, des différences dans le texte des versions précédentes de l'histoire et en utilisant une technologie d'imagerie multispectrale, les chercheurs ont pu lire des sections endommagées du texte invisibles à l'œil nu. et pourrait même identifier le type d'encre qui a été utilisé.

    Les sept fragments de parchemin ont été repérés par hasard au début de 2019 par Michael Richardson de la bibliothèque des collections spéciales de l'Université de Bristol. Ils ont été collés dans les reliures de quatre volumes de l'époque moderne, publiés entre 1494 et 1502 et conservés dans la collection de livres rares de la bibliothèque centrale de Bristol.

    Les fragments contiennent un passage de la séquence de textes en vieux français connue sous le nom de cycle de la Vulgate ou cycle Lancelot-Grail, qui date du début du XIIIe siècle. Des parties de ce cycle ont peut-être été utilisées par Sir Thomas Malory (1415-1471) comme source pour son Le Morte Darthur (imprimé pour la première fois en 1485 par William Caxton) qui est lui-même le principal texte source de nombreux récits modernes de la légende arthurienne en Anglais.

    Après la découverte, le professeur Leah Tether, président de l'International Arthurian Society (British Branch) du département d'anglais de Bristol, son mari, historien médiéval et spécialiste des manuscrits, le Dr Benjamin Pohl du département d'histoire de l'université et le Dr Laura Chuhan Campbell, spécialiste dans les histoires Old French Merlin de l'Université de Durham, a entrepris d'examiner et d'analyser les fragments en détail pour en savoir plus à leur sujet.

    Leurs recherches et découvertes collaboratives, qui comprennent une transcription complète et une traduction en anglais du texte, ont été rassemblées dans un nouveau livre intitulé The Bristol Merlin: Revealing the Secrets of a Medieval Fragment, récemment publié par ARC Humanities Press avec une page entière images en couleur des fragments capturés par le photographe primé basé à Bristol, Don Hooper.

     

    Bristol manuscript fra 2

    Un gros plan du texte montrant les mains des deux scribes. Oui, c'est du vieux français. Crédit : Don Hooper - cliquer pour agrandir

     

    Le professeur Tether a déclaré: " Nous avons pu dater le manuscrit dont les fragments ont été extraits de 1250-1275 grâce à une analyse paléographique (écriture manuscrite), et nous l'avons localisé dans le nord, peut-être le nord-est de la France grâce à une étude linguistique. Le texte lui-même (la Suite Vulgate du Merlin) a été écrit vers 1220-1225, ce qui place le manuscrit de Bristol à une génération de la paternité originale du récit. Nous avons également pu placer le manuscrit en Angleterre dès 1300-1350 grâce à une annotation dans une marge - encore une fois, nous avons pu dater l'écriture et l'identifier comme une main anglaise."

    " La plupart des manuscrits du texte connus pour avoir été en Angleterre au Moyen Âge ont été composés après 1275, il s'agit donc d'un exemple particulièrement ancien, à la fois des manuscrits de la Suite Vulgate en général connus, mais surtout de ceux connus pour avoir trouvé leur chemin de la France vers l'Angleterre au Moyen Âge."

    " Travailler avec le professeur Andy Beeby du département de chimie de l'Université de Durham a également changé la donne pour notre projet grâce au spectromètre mobile Raman développé par lui et son équipe, Team Pigment, en particulier pour l'étude des manuscrits. Nous avons capturé des images de sections endommagées et, grâce au traitement numérique, avons-nous pu lire certaines parties du texte plus clairement."

    " Ce procédé nous a également permis d'établir, puisque le texte apparaissait sombre sous lumière infrarouge, que les deux scribes avaient en fait utilisé une encre à base de carbone - fabriquée à partir de suie et appelée " noir de fumée " - plutôt que le plus courant " fer à repasser " - l'encre de galle, fabriquée à partir de noix de galle, qui apparaîtraient claires sous un éclairage infrarouge. La raison du choix de l'encre des scribes peut avoir un lien avec les matériaux de fabrication d'encre particuliers disponibles près de leur atelier. "

    En plus de découvrir des détails sur l'âge du manuscrit, l'équipe a également pu reconstituer comment les fragments se sont retrouvés dans les livres et comment les livres eux-mêmes ont trouvé leur chemin jusqu'à Bristol.

     

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Allemagne : L'engloutissement de la cité de Rungholt

    Allemagne : L'engloutissement de la cité de Rungholt

     

    Rungholt fouilles plongee mini

     

    Comme plusieurs cités ou ports historiques ou légendaires, disparus ou engloutis au fil du temps, il y a longtemps eu des interrogations sur la réalité de l'existence de la cité de Rungholt, sur les côtes nord de l'Allemagne, en l'absence de traces matérielles étudiables. Un peu comme Vineta, dont je parle ici, il y avait des traces écrites et donc des "témoignages littéraires", mais aucun preuve réelle. En fait, on peut dire que, comme la ville de Troie - issue principalement à l'origine des poèmes (et fictions pour beaucoup) d'Homère sur la fameuse guerre qui y est décrite - la légende est devenue réalité, avec l'effective découverte d'artefacts et de preuves étudiées...

    Mais, que s'est-il passé ? Que sait-on vraiment sur cette cité disparue, son ancienneté et histoire ? Et enfin, qu'a-t-on trouvé depuis sa citation dans des écrits du moyen-âge ?

    Frise maps

    Voici deux maps de la région en question. Celle de gauche montre la contrée a l'époque de la création de ces deux cartes, en 1651, avec les fonds marins visibles (à gauche) et à droite est une reconstitution des côtes avant leur submersion en 1362

    Lire la suite

  • L'origine des Incas dévoilée par la génétique ?

    L'origine des Incas dévoilée par la génétique ?

     

    Maukallacta2

    La génétique des héritiers modernes des Incas jette une nouvelle lumière sur leurs origines et leurs lignages. La première étude sur les familles d'ascendance documentée de la noblesse Inca montre au moins deux groupes patrilinéaires et leurs origines liées au lac Titicaca et à la région du sud de Cusco. 

    UNIVERSITÉ DE SAN MARTIN DE PORRES - Une équipe multinationale sud-américaine du Pérou, du Brésil et de la Bolivie dirigée par l'  Université de San Martin de Porres  à Lima, au Pérou, a publié la première étude génétique sur les descendants modernes des lignées impériales incas dans la revue  Molecular Génétique et génomique. Ce travail soutenu par des fonds du projet Genographic (Geno 2.0), montre de nouvelles perspectives sur les origines et les lignées Inca... :

     

    Temples de maukallacta perou

    Ruines des temples de Mauka llacta dans le district de Paccarictambo à environ 50 km au sud de Cusco, construits par les Incas en l'honneur de leurs ancêtres. Une des origines intermédiaires probables de la lignée inca dans le voyage vers Cusco. Crédits : Ricardo Fujita

    Lire la suite

  • Bulgarie : des squelettes de vampires potentiels découverts

    Bulgarie : des squelettes de vampires potentiels découverts

     

    vampire-bulgarie1.jpg

    Deux squelettes du Moyen-Âge, percés de morceaux de fer pour ne pas se transformer en vampires, ont été découverts récemment sur la Mer Noire.

    Une histoire à se faire un sang d'encre. Deux squelettes du Moyen-Âge, percés de morceaux de fer pour ne pas se transformer en vampires, ont été découverts récemment dans la ville bulgare de Sozopol, sur la Mer Noire.

    Selon le directeur de l'Institut historique national, cette technique était courante à l'époque. "Ces deux squelettes percés de morceaux en fer illustrent une pratique qui s'est maintenue dans certains villages bulgares jusqu'à la première décennie du XXe siècle", a déclaré à l'AFP Bojidar Dimitrov.

    En effet, selon une croyance païenne, les morts qui, de leur vivant, étaient considérés comme "méchants" étaient percés au coeur, le soir de leur enterrement, avec un bâton en bois ou en fer. Ils étaient ainsi cloués à leur cercueil et empêchés d'en sortir à minuit, transformés en vampires, a-t-il expliqué.

    vampire-bulgarie.jpg

    Pour Bojidar Dimitrov, une centaine de tels squelettes ont déjà été retrouvés en Bulgarie au fil des années. L'archéologue Petar Balabanov, qui avait découvert en 2004 six squelettes du IVe siècle "immobilisés" avec des clous, sur le site archéologique voisin de Debelt (est), a déclaré que cette pratique avait existé aussi dans d'autres pays balkaniques, notamment en Serbie.

    La légende de vampires la plus connue des Balkans est celle du comte roumain Vlad, qui empalait ses adversaires avant de boire de leur sang, et qui a inspiré le personnage de Dracula.

    Source : http://infosciences.fr/bulgarie-des-squelettes-de-vampires-potentiels-decouverts.html

    A l'été 2007, une équipe d'archéologues découvre en Irlande une série de tombes d'un genre inhabituel qui datent du Moyen-Âge. Deux des squelettes plongent notamment les chercheurs dans une grande perplexité : ils ont été enterrés avec des pierres dans la bouche. Christopher Read et Catriona McKenzie, deux archéologues, sont chargés de percer le mystère de cette singulière découverte. Ils supposent aujourd'hui que les morts en question étaient considérés par leurs contemporains comme des " revenants ", des individus qui se seraient échappés du royaume des morts pour tourmenter les vivants.

    Autres infos : http://www.vampirisme.com/encyclopedie/dcouverte-d-un-squelette-de-vampire-venise/

    vampire-squelette-venise-1.jpg vampire-squelette-venise-3.jpg

    SFH 06-2012