moyen-orient

Gunung Padang : Les traces perdues de l'Atlantide à Java ?

Gunung Padang : Les traces perdues de l'Atlantide à Java ?

 

Gunungpadang mini

 

" Tout ce que nous avons appris sur les origines de la civilisation peut être erroné ", dit Danny Natawidjaja, Ph.D., géologue senior au Centre de recherche pour Géotechnique à l'Institut indonésien des sciences. " Les vieilles histoires sur Atlantis et autres grandes civilisations perdues de la préhistoire, longtemps repoussées comme des mythes par les archéologues, commencent à être prouvées vraies. "

Je grimpe avec le Dr Natawidjaja la pente raide de 300 m de hauteur, de la pyramide à degrés au milieu d'un paysage magique de volcans, de montagnes et de jungles parsemé de rizières et plantations de thé à une centaine de miles de la ville de Bandung à Java-Ouest, Indonésie.

La pyramide a été connue de l'archéologie depuis 1914, lorsque les structures mégalithiques formés de blocs de basalte en colonnes ont été trouvés dispersés parmi les arbres denses et les sous-bois qui ont recouvert son sommet. Les populations locales ont considéré le site comme étant sacré et l'ont appelé Gunung Padang, le nom qu'il a encore aujourd'hui, qui signifie " Montagne de Lumière " , ou " Montagne des Lumières " , dans la langue locale Sundanese. Le sommet, où ont été trouvés, disposés sur cinq terrasses, des mégalithes, avait été utilisé comme un lieu de méditation et de retraite depuis des temps immémoriaux, ont dit les archéologues, et cela reste vrai encore aujourd'hui.

Cependant, ni les archéologues, ni, apparemment les habitants, n'ont réalisé que la pyramide était une pyramide. Elle a été considérée comme une colline naturelle, quelque peu modifiée par l'activité humaine, jusqu'à ce que Natawidjaja et son équipe aient commencé une étude géologique ici en 2011. Et puis, le sommet avait depuis longtemps été nettoyé et les terrasses mégalithiques reconnues comme anciennes et faites par l'homme, mais aucune datation au radiocarbone n'avait été déjà faite et l'âge déjà accepté du site - d'environ 1500 à 2500 avant JC - a été fondé sur des suppositions plutôt que sur des fouilles.

Voir la suite ci-dessous :

Lire la suite

Découverte de la tombe d'un pharaon égyptien mythique

Découverte de la tombe d'un pharaon égyptien mythique

Egypte newpharao mini

© © Ministère égyptien des Antiquités

Des archéologues américains ont découvert la tombe d’un pharaon ayant régné sur l’Egypte il y a près de 3.700 ans, dont le nom était jusqu’ici inconnu, a indiqué mercredi le ministère des Antiquités.

Abydos 2© © Ministère égyptien des Antiquités

L’équipe américaine de l’Université de Pennsylvanie a découvert la tombe du pharaon Senebkay sur le site archéologique d’Abydos dans la province de Sohag, dans le sud du pays, a indiqué le ministre Mohamed Ibrahim dans un communiqué. Le chef du département des Antiquités pharaoniques au sein du ministère, Ali el-Asfar, a précisé à l’AFP que des cartouches royales révélant le nom complet du pharaon avaient été découvertes sur son sarcophage et sur un mur de la tombe dont le plafond était en bois, une découverte inédite.

Abydos 3© © Ministère égyptien des Antiquités

Quelques hiéroglyphes de son nom figuraient sur le "Papyrus de Turin", un document vieux de plus de 3.000 ans recensant quelque 300 noms de Pharaons, a-t-il expliqué.

Les archéologues ont également découvert le squelette du pharaon, qui semble indiquer qu’il mesurait 1m85, ajoute le communiqué. En outre, des vases funéraires destinés à recevoir les organes des corps momifiés ont été mis au jour, mais aucun élément du mobilier funéraire, ce qui indique que la tombe a été pillée durant l’ère pharaonique.

Abydos 4

© © Ministère égyptien des Antiquités

Selon M. Asfar, l’étude de la tombe de Senebkay pourrait également révéler que les Hyksôs — un peuple sémite venu du sud de la Syrie actuelle qui a envahi puis dirigé l’Egypte au 18ème siècle avant Jésus-Christ– n’ont pas régné sur la totalité de l’Egypte.

Abydos 6© © Ministère égyptien des Antiquités

(Sources : Belga - http://jack35.wordpress.com/2014/01/16/decouverte-de-la-tombe-dun-pharaon-egyptien-inconnu/ - http://www.france24.com/fr/20140115-egypte-archeologie-tombe-pharaon-inconnu-archeologie-senebkay-abydos/)

Le papyrus de Turin, appelé également Canon royal de Turin, est écrit en hiératique. La face avant du papyrus, donne des listes de nom de personnes et d'institutions avec ce qui semble être une taxe ou un impôt pour chaque évaluation. Le verso contient une liste des Dieux, des demi-Dieux, des esprits et les noms et années de règne de plus de 300 Rois, souvent précises au jour près, depuis le règne des Dieux jusqu'aux débuts de la XVIIIe dynastie (1549-1295). Presque toutes les dynasties y sont énumérées, y compris la dynastie des Hyksôs (XVe dynastie, v.1663-1530), mais le nom de ses Rois ne sont pas dans un cartouche et un signe hiéroglyphique a été ajouté pour indiquer qu'ils étaient des étrangers. Onze colonnes de texte subsistent, chaque ligne donne le nom d'un Roi dans son cartouche, suivi par le nombre d'année de son règne. Des erreurs manifestes ont été commises sur les durées de règne les plus anciennes, avec des périodes énormément élevées.

Papyrus turin01Vue d'une partie du Papyrus

On constate également d'autres anomalies comme le fait que les Rois de la III e dynastie (2647-2575) possèdent leur nom dans un cartouche, alors que celui-ci n'est utilisé qu'à la fin de cette dynastie, ou encore des imprécisions concernant les noms. Parfois ce sont les noms d'Horus qui sont utilisé parfois non. Il faut encore souligner que le texte ne divise pas les groupes en dynasties. Les Rois sont rassemblés selon leur capitale, de ce fait, ces regroupements ne correspondent pas tout à fait aux dynasties telles que nous les connaissons d'après Manéthon.

Lorsqu'il fut découvert dans la nécropole Thébaine en 1820 par Bernardino Drovetti, il semble que le papyrus était en grande partie intact et devait comporter près de 300 noms entiers. Malheureusement de mauvaises conditions de conservation au Musée de Turin, qui l'a acquis en 1823/1824, l'ont beaucoup détérioré. Le papyrus est aujourd'hui très endommagé et est maintenant composé d'environs 160 morceaux. Il faisait 1,07 m long et 0,41 m de hauteur. Il est actuellement exposé au Museo Egizio de Turin (musée Égyptien).

Source : Listes Royales égyptiennes

Yves Herbo-SFH-01-2014

Documentaires sous-marins

Documentaires sous-marins

Je suis en très mauvaise forme depuis deux semaines et ça n'a pas l'air de vouloir s'arranger... voilà quelques documentaires très intéressants sur les découvertes sous-marines récentes.

Documentaire Expedition Tsunami mission scientifique sur les fonds marins

Longtemps resté dans la catégorie des mythes et légendes: les mystérieuses cités englouties de l'antiquité vont peut-être enfin nous révéler leurs secrets.

Le mythe du déluge Archéologie interdite

Yves Herbo-SFH-01-2014

La tombe du brasseur de bière du Pharaon a été ouverte

La tombe du brasseur de bière du Pharaon a été ouverte

Luxor - (c) Alamy

C'est en nettoyant le parvis d'une sépulture appartenant à un haut responsable sous le règne du pharaon Amenhotep III (18ème dynastie) qu'une équipe d'archéologues japonais ont découvert une autre tombe, intacte. Jiro Kondo, responsable de la mission archéologique de l'université japonaise de Waseda, a expliqué qu'il s'agissait de la tombe d'un dignitaire nommé Khonso em Heb et que les murs de la tombe retraçaient en quelque sorte sa vie.

(SUPREME COUNCIL OF ANTIQUITIES / AP/ SIPA)

Il y a 3.200 ans, il était le brasseur de bière du pharaon, et vraisemblablement intendant des réserves royales. On sait que la bière a probablement été brassée en premier par les Sumériens, mais aussi que les pharaons raffolaient de la bière issue du blé rouge. D'après le Ministre égyptien des antiquités, Mohamed Ibrahim, cette découverte de la tombe intacte dans la Nécropole de Thèbes est l'une des plus importantes à Luxor, ville du sud du pays, célèbre pour ses temples pharaoniques longeant les bords du Nil.

De magnifiques couleurs très bien préservées (SUPREME COUNCIL OF ANTIQUITIES / AP/ SIPA)

Le ministre Ibrahim a souligné la présence de " paysages dessinés et de diverses inscriptions sur les murs et le plafond (...) qui révèlent de nombreux détails de la vie quotidienne dans l'Egypte antique, notamment les relations entre le mari, sa femme et leurs enfants, ainsi que les rituels religieux ". L'un des murs montre le chef des brasseurs, également à la tête des réserves royales, présentant des offrandes aux dieux, entouré de sa femme et de sa fille, selon le communiqué du ministère.

Sources :

Yves Herbo-SFH-01-2014

Tsunamis en Europe, des études alarmantes

Tsunamis en Europe, des études alarmantes

 

 

Les scientifiques de l'Université de Genève ont révélé que les banques suisses du lac Léman, où au moins un million de personnes vivent, sont exposées à des tsunamis destructeurs, comparables à celui qui s'est produit dans la région au sixième siècle.

Ces tsunamis sont généralement causés par les chutes de pierres, les tremblements de terre ou des grandes tempêtes, et la ville de Genève est vulnérable à ces risques de par son altitude relativement basse et son emplacement dans l'extrémité étroite du lac.

Des chercheurs suisses l'ont reconstruit en utilisant un modèle informatique semblable à celui qui a causé de nombreux décès au sixième siècle et la destruction. d'après la recherche, la catastrophe a commencé avec un éboulement de la montagne, qui a provoqué une énorme avalanche de boue, suivie par un déplacement de l'eau et des vagues de tsunami de 13 mètres de hauteur.

Environ 70 minutes plus tard, une vague de huit mètres de haut a éclaté contre les villes de Genève et Lausanne et d'autres villes, dont certaines ont été détruites. Les scientifiques croient que le risque d'une catastrophe similaire puisse se reproduise à Genève est sous-estimé et devrait être pris plus au sérieux.

Peut-être que la plupart ne le savent pas, mais la péninsule ibérique est considérée par les experts comme une zone à haut risque de tsunamis. Nos villes, en fait, ont déjà subi plusieurs fois l'impact destructeur de ces grandes vagues, en particulier dans le golfe de Cadix et la côte méditerranéenne. Les vagues ont aussi causé des milliers de morts en Espagne. Cependant, en Espagne, il n'existe pas de protocole et aucun avertissement de tsunami d'urgence ou de plans qui peuvent en atténuer les effets ou d'une certaine manière préparer la population dans les zones les plus à risques.Plus tard, lors de la réunion internationale de l'UNESCO sur les tsunamis, en présence de 80 représentants de plus de 40 pays à l'Institut hydraulique environnementale de l'Université de Cantabrie à Santander, des géologues, des physiciens, des sismologues, des spécialistes et des gestionnaires des communications ont présenté un programme de protection civile et jeté les bases pour la création de systèmes d'alerte précoce (semblables à ceux qui existent déjà dans le Pacifique), également dans l'océan Indien, l'Atlantique Nord et de la Méditerranée et de la mer des Caraïbes. C'était la première fois que la réunion annuelle des experts de l'UNESCO avait lieu en Espagne :

Lire la suite

La tablette Joas du Temple de Salomon est reconnue vraie

Après 10 ans de procès pour faux, la tablette Joas du Temple de Salomon est reconnue vraie (juridiquement) !

C'est un événement qui est pratiquement passé inaperçu (sauf pour les spécialistes) car il s'est déroulé en plein été, mais c'est un véritable demi-tour qui s'est effectué en matière de la reconnaissance de certains artéfacts jusque-là fortement repoussés par des archéologues ou spécialistes (beaucoup impliqués aussi religieusement d'ailleurs). En effet, le collectionneur d'antiquités Oded Golan avait été poursuivi depuis 10 ans pour la fabrication et vente de fausses reliques antiques, et notamment cette tablette du Roi Joas qui serait donc la première preuve sur le premier Temple du roi Salomon, mais aussi d'autres artéfacts importants "mis à l'écart", comme l'Ossuaire de St Jacques par exemple... mais des études plus approfondies l'avaient fait acquitté en 2012... et cet été 2013, l'Etat d’Israël a tenté de récupérer les artéfacts qu'il tentait de dénigrer auparavant...

JERUSALEM 1 Août 2013 - Dans un magnifique demi-tour, après avoir perdu un effort juridique de 10 ans pour prouver qu'un collectionneur israélien d'antiquités avait truqué une inscription du temple de Salomon, l'avocat de l'état d'Israël a prié le tribunal de grande instance de Jérusalem, mercredi, de permettre au gouvernement israélien de garder l'artefact sur ​​le motif qu'il est " une antiquité . "

Oded Golan, le collectionneur d'antiquités israélienne qui a été acquitté d'avoir forgé la Tablette Jehoash (Joas) après un procès criminel de sept ans, a dit qu'il avait offert de la prêter à un musée pour son étude et l'affichage public, mais qu'il combattrait les tentatives de l'État de le confisquer.

La Tablette de pierre noire rectangulaire Jehoash  - environ 12 cm de long, 10 cm de large et un peu plus de 3 cm d'épaisseur - est inscrite avec une écriture ciselée de 15 lignes en écriture ancienne semblable à un passage célèbre du Second Livre des Rois qui enregistre des réparations effectuées par le roi Joas sur le Temple de Salomon à Jérusalem vers 800 avant notre ère. Si elle est authentique, elle est le seul élément trouvé jusqu'à présent qui peut provenir du Temple de Salomon, construit autour du 9ème siècle avant JC et détruit par les Babyloniens 300-400 ans plus tard.

Golan a été acquitté de toutes les accusations de faux en Mars 2012, neuf ans après qu'il avait été arrêté sur des soupçons d'avoir forgé l'inscription. Il a aussi été acquitté d'avoir forgé les mots « James, fils de Joseph, frère de Jésus " sur un sarcophage de sépulture en pierre, et des dizaines d'autres articles comprenant des empreintes de sceaux liés à des personnages bibliques, des signes d'inscriptions sur des tessons de poterie et une antique lampe en pierre richement décorée.

La Tablette de Joas n'a jamais été affichée en public - à l'exception de la Cour de district de Jérusalem du juge Aharon Farkash. Elle a été saisie par la police israélienne en 2003 avec des centaines d'autres articles, y compris l'ossuaire de Jacques, dans une série de raids sur la maison, le bureau et les entrepôts de Golan.

An Israel Antiquities Authority official with the Jehoash Tablet at the Israeli High Court on Wednesday. The tablet was broken in two along an existing crack while in the safekeeping of the IAA (Copyright Photo: Matthew Kalman)

Après l'arrestation de Golan, un groupe d'experts désignés par l'Autorité des Antiquités d'Israël a déclaré faux la tablette de Joas et l'ossuaire de Jacques. Golan et quatre autres ont été inculpés en Décembre 2004, sur plusieurs chefs de falsification et accusés d'être membres d'un réseau international de contrefaçon d'antiquités. Aucune des charges n'ont été retenues par le tribunal.

Un an après l'acquittement de Golan, le juge Farkash a ordonné au poursuivant de retourner la Tablette de Joas, l'Ossuaire James et les autres éléments à Golan.

Mais après avoir plaidé pendant une décennie que la tablette de Joas était un faux, le ministère public a soudainement décidé qu'elle est une antiquité, et donc la propriété de l'Etat en vertu de la loi 1978 des Antiquités d'Israël.

Ce magnifique volte-face - à partir de l'image de marque de la tablette disant que c'est un faux et la poursuite d'une chasse aux sorcières de dix ans pour son faussaire, pour décider ensuite que c'était une antiquité précieuse qui devait être sous le contrôle de l'Etat d'Israël - est devenue l'élément central du gouvernement qui se pourvoit maintenant en appel devant la Haute Cour d'Israël.

Le gouvernement israélien exige efficacement que Golan soit puni malgré son acquittement par la confiscation de la tablette de Joas.

Dans un ajout cinglant de ses commentaires souvent prudents tout au long de l'affaire, le juge Farkash a admis que le retour de la Tablette de Joas (à son propriétaire) devrait attendre la décision en appel par le tribunal de grande instance, mais il a ostensiblement rejeté l'argument du ministère public.

" L'Etat a insisté sur son point de vue que ce n'était pas une antiquité, mais une antiquité forgée. Depuis, selon l'état, il n'est toujours pas une antiquité, il ne peut maintenant soutenir qu'il possède la tablette selon la loi sur les antiquités, et donc par la loi, il doit être retourné à Golan, " a écrit Farkash dans une décision rendue le 12 Février 2013.

Au cours d'une audience d'appel devant la Haute Cour d'Israël à Jérusalem mercredi, le sous-procureur général Naomi Katz-Lulav a fait valoir que, bien que l'état croyait encore l'inscription était fausse, la pierre elle-même était "ancienne ".

" Nous disons que c'est une antiquité ", a déclaré Katz-Lulav au panel de trois juges . " Nous voulons la garder. "

Les mots pour " antique " et " antiquité " sont les mêmes en hébreu : Atiqa

" Nous comprenons la situation différemment maintenant. C'est le nôtre et nous avons le droit de faire ce que nous voulons de nos biens "

Les juges ont ostensiblement demandé comment le poursuivant pourrait inverser son argument précédant disant que la tablette était un faux, y compris la preuve de son propre témoin expert qui dit que la pierre a été récemment inscrite et venait de l'étranger. Ils ont également demandé comment le ministère pourrait faire valoir que la pierre est venue d'Israël, et ainsi appartenait à l'État, alors que la seule preuve attestant de ses origines était la preuve de la défense par un ouï-dire que le marchand d'antiquités qui l'avait vendu à Golan lui avait dit qu'elle avait été découverte dans la fin des années 1990, près du Mont du Temple à Jérusalem. Tout au long du procès, l'accusation avait marqué que la preuve avait été fabriquée pour essayer de prouver l'authenticité de l'objet.

" Nous comprenons la situation différemment maintenant. C'est le nôtre et nous avons le droit de faire ce que nous voulons de nos biens ", a déclaré Katz-Lulav après l'audience : " Nous n'avons pas besoin de donner une raison ".

Elle a suggéré que dans le futur, elle pourrait être découverte comme étant authentique. « Il est impensable qu'un tel article puisse être dans des mains privées », dit-elle au tribunal.

Un archéologue assis dans la galerie du public lors de l'audience éclata de rire à l'argument de l'accusation, soulignant que toutes les pierres sont « anciennes », car elles ont été créées il y a des millions d'années. Ce n'est que l'addition de l'inscription qui a transformé une "ancienne" pierre en une " antiquité " - une inscription que le poursuivant continue de dénoncer comme fausse.

" L'accusation veut avoir leur gâteau et le manger ", dit l'archéologue. " Leur argument est complètement absurde. "

Mais les juges étaient apparemment frappés par la tablette et ont demandé à ce qu'elle soit produite en justice afin qu'ils puissent gérer eux-mêmes. La tablette a été offerte une fois pour une vente au musée d'Israël pour quatre millions de dollars. Elle a été brisée en deux pendant la garde de l'Autorité des Antiquités d'Israël et a été portée devant les tribunaux dans une boîte en bois brut, protégée par une pellicule de plastique.

" Aujourd'hui, nous avons senti que nous avons tenu dans nos mains un morceau d'histoire ", a déclaré Yoram Danziger, président du groupe judiciaire, clairement secoué après avoir tenu le seul élément connu qui pourrait avoir orné le temple. « De toute évidence, la Tablette Joas doit être considérée dans une catégorie distincte de tous les autres éléments. "

Après l'ajournement du procès pour discuter de la question, les juges sont revenus et, défiant la logique énoncée dans la décision du juge Farkash, a proposé un compromis en vertu duquel l'Etat garderait la tablette de Joas et négocierait le retour de plus de 250 autres objets saisis à Golan.

" Leur position est ridicule et le compromis proposé est totalement inacceptable ", a déclaré aux journalistes Golan après l'audience du tribunal de mercredi . " Je devrais juste la donner à l'Etat après ils m'ont mis à part pendant les dix dernières années ? Pourquoi ? Je leur ai déjà dit que j'étais prêt à le prêter à un musée et à le soumettre aux essais. "

" Maintenant, après avoir échoué à me détruire, ils attendent de moi juste que je leur donne la chose même qu'ils ont dit que j'avais truqué. L'offre proposée par le tribunal ne se fera pas. Je vais négocier avec l'accusation et essayer d'offrir d'autres possibilités, et nous espérons que le tribunal de grande instance acceptera " , a-t-il dit.

James Ossuary de Silwan

Par Matthew Kalman - http://jamesossuarytrial.blogspot.co.il/2013/08/jehoash-tablet-no-longer-forgery-israel.html

YH : notez bien que Golan a été déclaré non coupable de la moindre tricherie sur l'ossuaire de James puisque plusieurs autres experts ayant étudié l'inscription ont prouvé que, s'il y avait eu ajout d'une partie du texte ("frère de Jésus"), cela a été probablement fait au 3ème siècle après J.C., par un chrétien... et oui, l'Eglise chrétienne, comme les prêtres juifs, ont aussi fait probablement leurs faux pour convaincre leurs ouailles... remontant à l'antiquité et étant donc des "vrais" de nos jours...

Yves Herbo Traductions-SFH-12-2013

Les Mystères du Baloutchistan au Pakistan

Les Mystères du Baloutchistan au Pakistan

La partie qui nous intéresse à l'origine se situe dans le plus grand parc naturel protégé du Pakistan, mais aussi malheureusement dans une région très déstabilisée depuis 2004 et de sanglantes révoltes alimentées à la fois par la misère entretenue par le système et les Talibans très implantés et influents. Le Baloutchistan occupe la partie est du plateau iranien, et c'est l'un des plus anciens sites de colonies agricoles anciennes connues à l'époque de la pré-civilisation de la vallée de l'Indus, dont la plus ancienne a été Mehrgarh, datée à 7000 av. J.C.

Historiquement, le Baloutchistan a été l'un des premiers endroits où Zoroastre (plus connu sous le nom de Zarathustra) a voyagé à partir de Bactriane à la recherche de nouveaux convertis à sa religion. Certains des premiers prosélytes de sa religion vivaient ici avant que le zoroastrisme se répandre dans les parties occidentales du plateau iranien. Makran et d'autres parties du Baloutchistan furent utilisés pour faire partie de Maurya, Kushan, Gupta, une partie de l'empire de Harsha Vardhana et d'autres dynasties du nord de l'Inde avant avènement des Turko-Afghans.

Source : Indus and Mehrgarh archaeological mission, Musée Guimet

Comme d'autres groupes ethniques du Moyen-Orient, le baloutche revendique des origines arabes et affirment qu'ils sont les descendants de Amir Hamza, oncle paternel du prophète islamique Mahomet et issus d'un conte (Pari). Ils placent toujours leur premier établissement à Alep, où ils sont restés jusqu'à ce qu'ils se rangent du côté des fils de Ali, ont pris part à la bataille de Karbala et ont été expulsés par Yazid, le deuxième calife omeyyade, en 680 Ap. J.C. Ils sont allés à Kerman, et finalement à Sistan où ils ont été reçus avec hospitalité par Shams-ud-Din, souverain de ce pays. 

Cependant, une autre théorie dit que les Baloutches sont d'origine des Mèdes. [ 2 ] Ils sont un groupe kurde qui a absorbé certains gènes dravidiens et des traits culturels locaux, principalement des personnes du peuple Brahui. La pointe nord du Baloutchistan était connue comme Pachto, ou Dzaranga, qui était connue comme Drangiane par les Grecs et est devenue  connue par les Perses comme étant Saka. L'épopée persane de Shahnama enregistre les baloutches dans la région de Qazvin-Zanjan du vieux Iran dans le 6ème siècle de notre ère, quand ils ont été engagés dans la bataille par le roi de Perse Chosroès je Anoshirvan. Le Shahnama enregistre également ses héros, Rustom et Sohrab, comme étant des Sakas et non des Perses, faisant de Sistan ou de l'ancien Sakistan leur origine. Avec le temps, les tribus baloutches ont été linguistiquement absorbés par toutes les populations locales dans le Makran, au sud du Sistan et du pays brahui, devenant un groupe assez important pour rivaliser en taille avec l'autre groupe Iranic dans la région.

La cité de Mehrgarh semble être apparue d'elle-même aux alentours de 7000 avant J.C., probablement issue des premiers peuplement néolithiques de la région (d'après les archéologues), et se trouve dans la plaine du Kachi, près de la passe de Bolan, à l'ouest de la vallée de l'Indus et entre les villes actuelles de Quetta, Kalat et Sibi. D'après certains archéologues, le site est considéré comme le premier site de fermage de l'Asie du Sud, c'est en tout cas ce qu'affirment les dernières recherches sur le site faites entre 1974 et 1985 par l'archéologue français Jean-François Jarrige. C'est là aussi que l'on trouverait les plus anciennes poteries de l'Asie du sud.

A figurine from Mehrgarh, c. 3000 BCE. (Musée Guimet, Paris)

D'après ces études, la période Mehrgarh I (7000 av. J.-C. - 5500 av. J.-C.), était néolithique et acéramique (sans utilisation de la poterie). La première agriculture dans cette aire était développée par des peuples semi-nomades exploitant le blé et l'orge et des animaux tels que le mouton, la chèvre et les bovins. Les habitations étaient de simples constructions en pisé, divisées en quatre zones. La chasse satisfait encore la plus grande partie de la consommation de viande, puis l’élevage d’ovins et de bovins (zébus, buffles) augmente rapidement. Des paniers recouverts de bitume sont utilisés. Les niveaux supérieurs (fin du VIIe millénaire av. J.-C., début du VIe millénaire av. J.-C.) ont donné de nombreuses maisons aux plans réguliers et de vastes zones d’activité artisanale et domestique, ainsi que des cimetières. De nombreuses tombes ont été mises au jour, plusieurs contenant des objets élaborés comme des paniers, des outils en pierre ou en os, des perles, des bracelets, et parfois des animaux sacrifiés. On y a retrouvé aussi des bijoux fabriqués avec des coquillages, du calcaire, de la turquoise, du lapis-lazuli, du grès et du cuivre poli, aussi bien que des figurines simples de femmes ou d'animaux. La céramique apparaît dans la première moitié du VIe millénaire av. J.-C., sous la forme de poteries grossières. L’agglomération est alors caractérisée par la présence de bâtiments qui constituent un complexe impressionnant de magasins. On note la multiplication des figurines humaines et animales dans les tombes à cette époque. En 2001, une étude des dentitions de certains anciens squelettes prouvent de grandes connaissances dentaires et des soins précis des dents de la part de ce peuple. Il a été suggéré que des forets de pierre destinés à la fabrication de perles, ont été utilisés à cette fin (Andrea Cucina, Université du Missouri-Columbia [1]) (Sources : http://en.wikipedia.org/wiki/Balochistan,_Pakistan +  http://fr.wikipedia.org/wiki/Mehrgarh).

La civilisation de Mehrgarh est maintenant considérée comme antérieure à celle de la Civilisation de l'indus proche et a à nouveau bouleversée la chronologie historique de la région. Mais passons aux choses peu connues et à quelques images de paysages étranges, de formations rocheuses ou pierreuses jugées naturelles souvent sans réelles études archéologiques, géologiques et d'ingéniéries de la pierre et de l'architecture (il faut à mon avis les trois ensembles pour réellement tenter de prouver ou infirmer l'usinage d'une pierre naturelle).

Voici tout un arrangement bien étrange de la part de la nature sur ce site, qui est maintenant longé par l'autoroute N10, avec la "Princesse de l'Espoir" (Princess Hope, nommée ainsi par Angelina Jolie quand elle est venue au Pakistan... le nom est resté !). Pour les scientifiques, il ne s'agit juste que de roches érodées par les vents secs pendant des milliers d'années. :

Cette zone côtière du Pakistan s'étend le long de la mer d'Arabie sur environ 1000 km, de la Rann de Kutch marécageuse à l'Iran à l'ouest. Le Makran ( Urdu : مکران ) est une chaîne côtière qui forme une étroite bande de montagnes le long de 75 pour cent environ de la longueur de la côte, ou environ 800 km. Le nom de la région pourrait avoir été dérivé du persan " mah -i- khoran " ( mangeurs de poissons ) , du sumérien " Magan " , ou du Parthe " makuran " . Les montagnes escarpées le long de la côte s'élèvent à une altitude de jusqu'à 1.500 m. La côte de Makran ne possède qu'une seule île, l'île Astola, près de Pasni, et plusieurs îlots insignifiants (Notez que c'est juste ici qu'une nouvelle île vient d'apparaître, suite au récent séisme de cet automne 2013.). Le littoral peut être divisé en un littoral de lagons à l'Est et un littoral de sédiments vers l'ouest. Les principales lagunes sont Miani Hor et Kalamat Hor. Les principales baies de la côte sont en sédiments vers Gwadar West Bay et Gwatar Bay. Cete dernière baie abrite une grande forêt de mangroves et les sites de nidification d'espèces de tortues en voie de disparition. Des crocodiles existent encore dans le Parc Naturel et la rivière.

Princess Hope à gauche, le Sphinx du Pakistan à droite

Deux anciennes colonies de l'époque des Harappéens ont été trouvées à Sutkagen Dor (sur Dasht River) et à Sokhta Koh (à cheval sur la Shadi River). Les sites côtiers sont la preuve des échanges entre l'Indus et les villes sumériennes, ainsi qu'avec ceux de la région du Golfe. Makran a été conquise par Cyrus en 530 av . JC. L'une des premières références historiques de la région est le passage de l'armée d'Alexandre le Grand lors de son retour d'Asie du Sud, comme enregistré dans les journaux de Néarque. Selon Néarque, Alexandre avait voulu dépasser les réalisations de la reine Sémiramis et de Cyrus le Grand, dont les tentatives de traverser le désert avec des armées avaient abouti à un désastre. Toutefois, il a également été suggéré qu'il était nécessaire de prendre cette route pour se rendre à l'appui de la flotte grecque. Selon Plutarque, seulement un quart de l'armée d'Alexandre survécu au voyage.

Le Salt Range et le Plateau Potwar : La zone entre Tilla Jogian et Bakrala Hills, près de la rivière Jhelum de la montagne Suleiman est le domaine des Salt Range. L'élévation se trouve à une altitude ne dépassant pas 600 à 700 mètres, sauf sur un point près de Khusahb, où ses hauteurs sont à environ 1500 mètres au Skesar et on est fasciné de trouver de la neige au milieu de certaines des plaines les plus sèches et les plus chaudes et dans les basses collines du Pakistan. Les mines de sel de Khwera sont les plus grandes mines de sel du monde, (re)découvertes en 1922 et elles continuent à produire la meilleure qualité de sel. Il ne faut jamais manquer de visiter ces mines, qui ne sont guère qu'à une demi-heure de route de l'autoroute (sortie Balkasar). Le Salt Range est parsemé de temples hindous, dont le plus notable est la Katas Raj, situé à 25 kilomètres de Chakwal.

Au Nord de la Salt Range se trouve un plateau ou le plateau Potwar, appelé localement Pothohar ( Urdu : سطح مرتفع پوٹھوہار ) qui s'élève à peu près à la même hauteur que celle de la Salt Range. Délimité à l'est par la rivière Jhelum, à l'ouest par l'Indus, au nord par le Chitta Range Kala et la Margalla Hills, et au sud par le Salt Range. Il comprend les districts de Rawalpindi, Attock, et Jhelum. Deux petites rivières, c'est à dire, Swan et Haru, irriguent les vallées et tombent dans la rivière Indus. Le Plateau Potohar est vraiment vallonné, multi-coloré, pittoresque et une zone géographique mal définie. Pothohar est le pays du clan de guerre Gakkhar - comme, plus tard confirmé par le premier empereur moghol Babur, " le Sultan Sarang avait maintenant de l'âge, et voyant qu'il ne pouvait pas évincer son cousin (Hati Khan) par la force des armes, il obtint sa mort par poison et a assumé la direction du navire en 1525. lui et son frère ont fait leur soumission à Babur, et Adam Khan, avec une force Gakkhar, l'a assisté à Delhi, et pour le pays de Pothohar, il a été confirmé à leur disposition par l'empereur. "

En raison de la faible pluviométrie, du déboisement intensif, de l'extraction du charbon et de l'exploration du pétrole et du gaz, la vallée devient dépourvue de végétation. Les zones de lacs (Uchali, Khabeki et Jhallar - des sites Ramsar reconnus internationalement, et le pittoresque Kallar Kahar) sous l'eau ont été réduites à des zones beaucoup plus petites que dans le passé. Les experts disent que le lac est ici depuis au moins 400 ans.

Lac Hanna-Quetta-Pakistan

Les habitants parlent d'un étrange phénomène qui a été observé sur le lac Ucchali en 1982. Un arc en ciel très large et distinct est apparu sur l'horizon du Ucchali et a été vu en continu pendant 15 jours. Aucune explication scientifique n'a été donnée jusqu'à présent, mais les gens du pays pensent que l'arc en ciel est apparu à cause d'un volcan caché sous les lacs. Ils disent aussi que à cause du volcan caché, l'eau du lac ne cesse de changer de couleur. Son paysage varié est constamment affecté par l'érosion. La zone a été la maison de la Culture Soan, qui est attestée par la découverte de fossiles, outils, pièces de monnaie, et des vestiges de sites archéologiques. Certains des touts premiers artéfacts de l'âge de pierre du monde entier ont été retrouvés sur le plateau, datant de 500.000 à 100.000 ans. La pierre brute récupérée à partir des terrasses des Soan portent les traces de mouture humaine et des travaux dans cette partie du monde à partir de la période inter-glaciaire.

Haute plaine de l'Indus : La zone nord de Mithan Kot forme la Haute plaine de l'Indus et est très fertile à cause du sol apporté par la rivière Indus. Un certain nombre de canaux sillonnent la région, ajoutant à la fertilité de la terre et la production de cultures rentables. Le désert Thal à l'ouest de la Jhelum, est maintenant devenu aride et sans vie dans une zone de peuplement, principalement en raison du barrage de Jinnah et des canaux qui en découlent. Il y avait quelques petites collines autour de Chiniot, Sargodha et Sangla qui sont rapidement détruites pour une utilisation dans les constructions.

Sources et photos : http://www.pakistanpaedia.com/land/GEO_5.html - Wikipedia

Yves Herbo Traductions-SFH-12-2013

Vidéos sur la Civilisation de Sumer

Vidéos sur la Civilisation de Sumer

statuettes-sumer-annunakis.jpg

L'épopée de Gilgamesh part 1 :


L'épopée de Gilgamesh part 2 :

L'épopée de Gilgamesh part 3 :

L'épopée de Gilgamesh part 4 :

Aratta et les Sumeriens part 1 :

Aratta et les Sumeriens part 2 :

Aratta et les Sumeriens part 3 :

Autre version de La Genèse Revisitée des Archives Perdues, documentaire principalement axé sur les légendes sumériennes et Nibiru :


Le vase d'Uruk (entre - 3200 et - 2900 Avant J.C) - Roi ou roi-prêtre ? Etude iconographique du décor du vase d'Uruk par l'infographie

Objectifs : - Apprendre à décrire/interpréter un objet archéologique - Comprendre les cultes de fertilité dans la vision du monde des Sumériens - Identifier la forme architecturale d'une ziggourat - Sensibiliser à la question de la conservation du patrimoine mésopotamien (le vase d'Uruk a été volé pendant le pillage du musée de Bagdad en avril 2003 puis retrouvé incomplet et en morceaux...).

Le vase d'Uruk : un objet et sa signification Part 1 :

Le vase d'Uruk : un objet et sa signification Part 2 :

Yves Herbo-SFH-11-2013

Des civilisations avancées il y a 12.000 ans

Des civilisations avancées il y a 12.000 ans

 

 

Crespi1.jpg

Voilà une série de documentaires consacrés à la réalité de sociétés beaucoup plus évoluées spirituellement et techniquement que ce que la science, influencée par ses dogmes d'ordres raciaux, religieux et politico-économiques a longtemps préféré refuser ou ignorer, en grande partie pour signifier de force que l'évolution humaine toute entière nous a mené où nous sommes, au sommet de notre gloire... ce qui est entièrement faux et essentiellement psychologique, de l'auto-préservation de civilisation (et pas la première) qui a tendance, toujours, à effacer et à modifier à son seul avantage historique cette même réalité : l'anéantissement, destruction et récupération des acquis et sciences des vaincus ou qui ont précédés dans le temps... et notre propre civilisation actuelle en est probablement l'une des pires exemplaires... et bien non, nous ne sommes pas, même de nos jours, les meilleurs constructeurs et utilisateurs de la pierre par exemple, les matériaux de construction les plus solides et les plus durables ne sont plus réservés à chaque famille, comme le privilégiaient les plus anciens, mais seulement aux châteaux et belles constructions pour riches... bel exemple régressif de notre propre civilisation soi-disant "avancée" technologiquement... pour certains...

Civilisations avancées 10000 av. J.C part 1 :

 

Civilisations avancées 10000 av. J.C part 2 :

 

Civilisations avancées 10000 av. J.C part 3 :

 

Technologie ancienne avancée première partie part 1 :

Technologie ancienne avancée première partie part 2 :

Technologie ancienne avancée première partie part 3 :

Technologie ancienne avancée deuxième partie part 1 :

Suite ci-dessous :

Lire la suite

Les mystères du Sphinx de Gizeh

Les mystères du Sphinx de Gizeh

 

secret-sphinx-4.jpgAnubis Sphinx

 

De nouvelles données très intéressantes viennent d'être publiées par Antoine Gigal sur son site (voir en bas) et permettent une mise à jour sur les recherches des géologues et archéologues qui prouvent que, comme pour la plupart des données erronées issues du 19ème siècle (on le constate tous les jours), l'Histoire réelle n'est pas celle dont nous avons hérité... C'est une suite à cet article : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/inondations-tsunamis-deluges-les-geologues-gagnent-sur-les-egyptologues.html​

 

Les derniers secrets du sphinx partie 1

Bien des personnes pensent tout savoir sur le sphinx du plateau de Giza et l’on ne peut imaginer les trois pyramides voisines de Chéops, Chéphren et Mykhérinos sans le sphinx tellement celui-ci est devenu indispensable à l’harmonie visuelle du plateau. Ceci n’est pas étonnant car le sphinx est placé exactement où il faut dans une conception basée sur des principes géométriques de la section d’or. Le nombre d’or est en relation avec une série de nombres: la suite de Fibonacci (0,1,1,2,3,5,8,13,21,34,55,89,…) et l’archéologue égyptien et Professeur Emeritus : Alexander Badawy (1913-1986) à prouvé dans son étude de plus de 50 temples au bord du Nil que les anciens égyptiens avaient bien utilisé cette série de nombres à dessein démontrant une fois de plus leur grande connaissances et sophistication en matière architecturale. Or je vais vous démontrer dans cet article que le sphinx recèle bien des secrets encore méconnus pour la plupart et que notre vision actuelle est bien déformée par rapport à son aspect originel :

 

secret-sphinx-1.jpg

Lire la suite

Aliens et Ingénieurs Antiques

Aliens et Ingénieurs Antiques

tongatabu1.jpgTonga-Pacifique

Voici une vidéo (sous-titrée en français) de History et de sa célèbre collection "Ancient Aliens" - il s'agit de l'épisode 6 de la Saison 3 - qui nous montre une bonne partie des preuves à travers le monde de l'existence d'ingénieurs antiques ayant laissé des traces de travaux censés impossibles à l'époque où ils ont été réalisés. S'agissait-il d'extra-terrestres, de "francs-maçons" antiques initiés par des extra-terrestres ou ayant des connaissances d'une civilisation disparue ? Certains initiés parlent d'écoles antiques secrètes qui auraient perduré à travers les âges, initiant pendant des millénaires certains élus choisis. Notre société préfère nettement ignorer ces preuves qui crèvent les yeux devant ces questions multiples ayant de multiples réponses possibles...

archeologie-mystere6.jpg

Cette vidéo est à ajouter aux différentes recherches de traces de ces anciens ingénieurs, comme celles -ci, parmi beaucoup d'autres sur ce site :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/etude-sur-le-roc-du-lion-de-sigiriya-au-sri-lanka-partie-4.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/des-sarcophages-baignoires-de-sainte-sophie-identiques-a-ceux-du-sri-lanka.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/technologie-avancee-ancienne-au-perou-de-nouvelles-preuves.html

egypte-mystere.jpg

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/decouverte-d-une-culture-inconnue-a-panama.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/arkaim-et-mysteres-archeologiques-russes.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/une-civilisation-prehistorique-basee-sur-les-frequences-sonores.html

archeologie-mystere4.jpg

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/ecosse-un-systeme-elabore-de-calendrier-vieux-de-10-000-ans-decouvert.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-preuves-sur-une-autre-histoire.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/beaucoup-d-artefacts-etranges-trouves-en-equateur-part-2.html

archeologie-mystere.jpg

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/preuves-d-une-autre-histoire-en-bolivie.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/israel-un-peuple-qui-descend-des-fideles-de-l-heretique-akhenaton.html

Etc...

archeologie-mystere7.jpg

Yves Herbo-SFH-09-2013

Des sarcophages-baignoires de Sainte-Sophie identiques à ceux du Sri Lanka

Des sarcophages-baignoires de Sainte-Sophie identiques à ceux du Sri Lanka

saint-sophie-istambul-mini.jpg

Dans la suite des recherches de Vladimir Kovalev sur les mystères entourant les liens et interactions très anciennes entre régions et civilisations pourtant éloignées, voici un nouvel article récent traduit en français, faisant nettement suite à cette série d'articles traduits ici :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/etude-sur-le-roc-du-lion-de-sigiriya-au-sri-lanka-partie-4.html

Mystère de Sainte-Sophie - les mêmes choses trouvées au Sri Lanka et en Turquie. Que sont-ils - des sarcophages ou des baignoires anabiosis * ?

saint-sophie-istambul.jpg

Hagia Sophia à Istambul (Sainte Sagesse, l'exceptionnel temple orthodoxe vieux de 1500 années),
a servi de cathédrale orthodoxe et de siège du Patriarcat de Constantinople

Récemment, j'ai été à Istanbul (Turquie) et ait visité l'Eglise de Sainte-Sophie, où j'ai vu les mêmes choses qu'à Mihintale, Polonnaruwa et Anuradhapura (Sri Lanka) auparavant - de très spéciales "baignoires" ou "sarcophages" (sur les photos ci-dessous) qui se ressemblent tout à fait.

Vous pouvez lire en vo sur les "sarcophages" du Sri Lanka ici : Mihintale, Sigiriya et Yapahuwa : triangle mystérieux des objets sacrés, dont la mémoire a traversé les millénaires. Symboles maçonniques avant l'ère bouddhique. Le chapitre 4 d'une composition photographique détaillée sur Sigiriya.

stesophie-sarcophage.jpgLa pierre mystérieuse «sarcophage», sculptée en forme de silhouette de corps humain, situé sur le territoire de Sainte-Sophie (la Sainte Sagesse, l'unique, l'ancienne église orthodoxe), Istanbul, Turquie.

polonaruwa-medic.jpg "sarcophage" en pierre de granit ou "baignoire" provenant d'un ancien hôpital de Polonnaruwa, Sri Lanka ?

mihintale-bath-1.jpgPrehistoric city of Mihintale, Sri Lanka : "sarcophage" en pierre de granit ou "baignoire" provenant d'un ancien hôpital ?

 

Je les ai trouvés au temple d'Hagia Sophia (Ste Sophie, Sainte Sagesse, l'église orthodoxe unique ancienne). Pour être exact, ces "baignoires" ont été deterrées dans le plus ancien temple, à la fondation de Sainte-Sophie :

sarcophage.jpg

sarcophage2.jpg

sarcophage3.jpgForme de la sculpture des sarcophages de pierre, la place pour la tête, avec une sorte de "coussin"

 

Bien sûr, les "sarcophages" de Sainte-Sophie pourraient être juste des imitations, mais l'imitation de quelque chose ... mais qu'est-ce que exactement les anciens maîtres orthodoxes auraient pu voir ailleurs ... au Sri Lanka ?!?

Il semble que Hagia Sophia ait été construit sur un objet beaucoup plus ancien, au même titre que le Temple de Salomon à Jérusalem et le temple de Jupiter à Baalbek ont été construits sur des supports inconnus en âge de dizaines de millénaires...

Par ailleurs, il y avait quelque chose à réfléchir quand j'ai lu une plaque d'information sur le lieu des fouilles près de Sainte-Sophie, d'où ces "sarcophages" ont été retirés sur : " Afin de ne pas nuire à l'actuel bâtiment Hagia Sophia, de nouvaux travaux de fouilles n'ont pas été effectués ".

stesophie-panneau.jpgstesophie-excavations.jpgLieu de fouilles près de Hagia Sophia, Istanbul avec des restes de quelques œuvres anciennes en pierre

Cher turcs et scientifiques du Sri Lanka, qu'est-ce que vous en pensez ?

Vladimir Kovalev

* : Yves Herbo : anabiosis : se réfère à un état de vie suspendue, de stase, coma, restauration de la vie après une presque mort, ressuscitation, remise en fonction...

Yves Herbo Traductions-SFH-09-2013

Le mystère de la grande fissure lunaire

Le mystère de la grande fissure lunaire

mc-lune1.jpg

Des savants de la NASA ont relevé une fissure de plusieurs centaines de Km ainsi que d'autres crevasses plus petites, mais ils ne savent pas encore la cause qui leur a donné naissance. Un mystère de plus pour notre Lune, qui les accumule on peut le dire…

Certains croient que cela serait dû à des impacts de météorites, d’autres pensent à des écoulements de laves ; mais ce ne sont que des hypothèses.

La particularité de ces fissures réside dans le fait que certaines d’entre elles ressemblent à des « cordons de soudure ». On a nettement l’impression d’être en présence d’une surface métallique qui se serait fendue puis ressoudée.

moon-rilles-04.jpg

Tout ce que les savants de la NASA disent aujourd’hui c’est que : « La lune s’est bien fracturée un jour !? »

Par quoi et comment, cela reste un mystère depuis plus de trente ans. Il est à noter que de telles fissures ont été déjà observées depuis plus de deux siècles au moyen de petit télescope. 

A la vue de ces photos l’hypothèse des laves qui auraient coulé sur les fentes depuis des millions d'années, comme cela a été le cas sur la terre a été rejetée. En effet on ne voit aucune trace de failles ni d’effondrements semblables a ceux que l’on voit sur le relief terrestre.

Les fissures lunaires ont les bords saillants et la découpe franche, leurs soudures sont continues et lisses donc parfaitement confectionnées.

moon-rilles-05.jpg

Contrairement au failles terrestres qui présentent des cratères et des discontinuités, le cordon lunaire est continu autant sur sa longueur que sur sa largeur. Sa base semble consolidée et son relief ne ressemble à aucune topographie ni sur la terre ni sur aucune autre planète.

Un rapport de l’Union Américaine de Géophysique publié en 1970 affirme que la fissure lunaire ne s’inscrit dans aucune théorie moderne.

Par contre, l’Ingénieur Ralph Juergens propose une hypothèse fort intéressante: D’après lui, il s’agirait d’une décharge électrique provenant de l’espace extra lunaire analogue à celle d’une foudre ; celle-ci aurait provoqué l’éclatement de la lune et sa soudure !?

Si l’on se réfère aux lois de la gravité et celles des interactions spatiales, cette fragmentation de la lune, si elle a eu lieu, aurait dû provoquer son effondrement. Quel phénomène l’aurait-il provoquée et quel phénomène aurait-il causé sont retour à l’état primitif avec un assemblage de nature « électrique » ?

moon-rilles-06.jpg

Quelles que soient ses causes, la fissuration de la lune est là ; nous la constatons réellement, et elle reste mystérieuse pour les scientifiques.

Les savants de la NASA et les physiciens de l’espace, trouveront peut être un jour une théorie qui expliquerait ce mystère scientifique …

source: le blog de Merlin

En complément, il est utile de parler des références religieuses concernant précisément cette fissure (ou que certains assimilent à...) :

Tout d'abord, sur d'éventuels extra-terrestres :

Allah dit:

"Parmi Ses Preuves est la création des cieux et de la terre et des êtres vivants qu'Il y a disséminé. Il a en outre le pouvoir de les réunir quand Il voudra."

c'est pas bien clair en Français, mais en arabe ça donne un autre sens

وَمِنْ آيَاتِهِ خَلْقُ السَّمَاوَاتِ وَالأَرْضِ وَمَا بَثَّ فِيهِمَا مِن دَابَّةٍ وَهُوَ عَلَى جَمْعِهِمْ إِذَا يَشَاءُ قَدِيرٌ (29) الشورى

selon ce verset il existe des êtres vivants dans d'autres cieux, ....il y en  a qui disent qu'Il parle des anges, mais normalement lorsqu'on parle des anges on ne dit pas "dabbah"...

Ensuite, la légende d'après les Textes :

L'histoire de cette fissure sur la lune est connue. Des Musulmans du moins.

Puisqu'il avait fallut au prophète Mohamed (Saws) démontrer aux incroyants, au même titre que le sont les Juifs (qui, d'après leurs propres textes, n'ont pas arrêté de renier leurs propres croyances, et ont fini par le payer très cher !), que la volonté de Dieu est supérieure.

Mohamed (Saws) avait invoqué Dieu afin qu'il accomplisse un miracle pour convaincre ces impénitents, et alors la lune s'est fendue et s'est partagée en deux, restant ainsi un bon moment. 

Malgré ce que ces hypocrites avaient vu, ils continuaient de démentir la chose, jusqu'à l'arrivée d'une caravane. Interrogés à ce sujet, les caravaniers avaient confirmé avoir vu la lune partagée en deux parties...

(sourate 54 Al-Qamar ( la lune ))


Inutile de dire que les géologues préfèrent envisager le fait que des pans de la croûte lunaire entiers se soient effondrés, suite à un gros choc ou à l'effet des marées gravitationnelles...

MAJ 06-2013 : Voici une très belle photographie de la Lune prise avec un robot équipé du panel entier du spectre avec les vraies couleurs, celles que l'être humain ne voit pas incluses, mais qui sont éventuellement visibles en parties par des animaux par exemple. On peut d'ailleurs déjà considérer que les robots équipés de ce type de vision ont une large supériorité sur le biologique, le vivant, et par toutes luminosités. Mais ce qui amène cette photo ici est bien les larges fissures qui partent du sud en étoile, et particulièrement une que l'on voit traverser la Lune du sud au nord... assez étonnant comme cette visualisation de la réalité correspond au sujet de cet article (cliquez pour agrandir) :

lune-relief-nasa-nb.jpglune-relief-couleurs.jpg

(NASA) : relief Lune : ce que l'homme voit à gauche et la réalité du spectre complet des ondes à droite

Comparez à toutes ces fissures visibles sur la surface de notre satellite, que j'ai soulignées sur leurs pourtours : on dirait presque qu'il a été épluché comme un oignon ! :

lune-relief-nasa-nbfissures.jpglune-relief-couleurs-jpg-fissures.jpg

Loin de moi de vouloir attester et accentuer une quelconque théorie ou légende citées au-dessus, mais voici une très belle image haute résolution d'un détail où l'on voit certaines fissures en question (la percussion d'un gros astéroïde est tout de même la théorie la plus "fiable"):

moonmap-from-clementine-data.png

MAJ : Les données récoltées grâce aux sondes Grail (Gravity Recovery and Interior Laboratory) mettent en évidence une croûte, sous la surface lunaire, plus mince et plus fissurée que ce qui était pensé jusqu’à présent. L’épaisseur moyenne de cette structure est estimée entre 34 et 43 kilomètres, soit 10 à 20 kilomètres de moins que ce que les précédentes études avaient conclu. "Avec une telle épaisseur de sa croûte, la composition de la Lune est similaire à celle de la Terre, ce qui conforte la théorie selon laquelle la Lune est formée de matériaux terrestres éjectés lors d'un énorme impact au début de l'histoire du système solaire" explique dans un communiqué Mark Wieczorek, de l'Institut de Physique du Globe à Paris. En effet, cette couche présente également de nombreuses fragmentations certainement liées à un bombardement intense. Mais ce n'est pas la seule conclusion obtenue puisque les chercheurs ont également relevé la présence de dykes, des filons de magma incrustés dans les fissures de la croûte. "Ces dikes sont parmi les plus anciennes structures de la Lune. Les comprendre nous aide à connaitre le début de son histoire" souligne Jeffrey Andrews-Hanna, de l'Ecole des mines du Colorado. Le relief lunaire observé avec une précision inégalée Selon lui, la présence de ces langues magmatiques témoignent d’une expansion de la Lune durant les premiers milliards d’années qui ont marqué le début de son existence. Ajouté à cela, la cartographie fournie parles sondes Ebb et Flow montre avec une précision encore jamais obtenue le relief présent à la surface de notre satellite naturel, y compris les volcans, les bassins et les cratères.

http://www.maxisciences.com/lune/video-les-sondes-grail-devoilent-une-nouvelle-cartographie-de-la-lune_art27839.html
 

YH : autrement dit, le "miracle" de la Lune coupée en deux servant à "recruter" des adeptes (on pourrait aussi d'ailleurs se demander pourquoi un Allah ou un Dieu si puissant, créateur de toute chose, aurait besoin d'adeptes parmi sa propre création ! : ce simple fait remet en question sa propre puissance... et semble trop matérialiste et humain !) serait en fait interprétable comme un phénomène atmosphérique connu, semblable à la vision de deux ou trois soleils, comme une parhélie, mais lunaire... le fait que le phénomène se soit passé avec une montagne au milieu et les deux "parties" de la Lune de chaque côté est particulièrement significatif d'un phénomène optique atmosphérique (tout comme les "mirages" visibles par tout le monde dans les déserts)...

Parhelie

Yves Herbo-S,F,H, 05-2012/06-2013

Une pyramide ou un temple mégalithique découvert dans le lac de Tibériade

Une pyramide ou un temple mégalithique découvert dans le lac de Tibériade

 

pyramidemergalilee200.jpg

 

Les archéologues ont découvert au fond de la mer de Galilée (appelé également lac de Génésareth ou lac de Tibériade) en Israël une pyramide géante de forme conique construite à partir de blocs de basalte et de roches. La pyramide pèse quelque 60 000 tonnes et a 10 m de haut.

Selon certaines hypothèses, de telles constructions ont été utilisées comme tombeaux.

La pyramide mystérieuse a été détecté pour la première fois en été 2003 pendant l'échosondage du fond de la mer. Ensuite elle a été étudiée par des plongeurs.

structure2003mergalilee.jpg

Lire la suite

L'offrande de Pharaon à Esna

L'offrande de Pharaon à Esna

egyptetempleesna.jpg


En regardant la colonne comme je le fait sur la photo, vous vous direz: Voici Pharaon offrant une branche de fleurs et 3 oies à un Neter... vous vous direz c'est joli et après avoir admiré vous passerez votre chemin... et vous auriez tort. En effet, parce que vous manqueriez toute la richesse des significations qu'un ancien égyptien aurait compris, lui, en voyant une telle scène. Tout d'abord nous sommes dans le temple d'Esna qui est dédié à Khnum. Et c'est à Khnum a droite que pharaon fait ses offrandes.

offrande-pharaon-a-esna.jpg
Il est la représentation de la renaissance, de la création et du soleil du soir, des aspects de la nature de Dieu. A Esna (Létopolis), connu sous le nom de Lunyt ou Ta-senet, en Egypte antique, dans ce temple, Khnoum est appelé «le père des pères» ... Il est à l'origine la représentation divine de la source du Nil, Khnum est donc lié à la crue annuelle qui apporte le limon et l'argile, ce qui donne la vie et la fécondité aux champs... il était vu ainsi comme étant le créateur des corps humains, qu’il façonnait avec cet argile sur un tour de potier, puis les plaçait dans l’utérus des mère. Khnum le bélier: le symbole complet de la fertilité. De façon à ce que cette fertilité ne cesse de revenir en Egypte avec l’inondation annuelle, Pharaon fait des offrandes symboliques à Khnum.

La représentation des 3 oiseaux, d'oies ou de canards égyptiens de la même famille n'est pas une representation en soi de 3 oies, car le nombre 3 en ancien égyptien désigne un pluriel, des myriades. Alors Pharaon offre une myriade d'oiseaux. Et pour les anciens Egyptiens la venue des millions de ces oiseaux migrateurs venant d'Eurasie qui remplissaient les cieux égyptiens à chaque automne coïncidait avec la montée des eaux du Nil et de l'inondation dans les champs apportant la prospérité. Pour les anciens Égyptiens, l'arrivée de ces migrants ont réaffirmé leur croyance en la renaissance cyclique de l'univers et ces les oiseaux sont devenus des symboles puissants de la vie et de la protection.

En ce qui concerne la branche de fleurs: la première chose que vous devez savoir, c'est qu’en ancienne Egypte: la branche: «Teru» signifie: invoquer, prier, adorer ... et Pharaon avec ces lotus dans ses mains tient en réalité le symbole de l'eau (lotus) qui est attendue en urgence , donc Pharaon invoque Khnoum pour de l'eau très nécessaire et l’inondation... le lotus est la seule fleur en Egypte qui fleuri en permanence tout au long de l'année et elle est la seule plante qui à des fruits et des fleurs en même temps. Le lotus est également associé à la renaissance, à la création et à la prospérité. Ainsi, la fleur de lotus a été prise comme une représentation symbolique du soleil, parce que la fleur de lotus ce ferme pendant la nuit et redescend dans l'eau marécageuse et remonte une fois de plus à l'aube.

Dans la pensée égyptienne le lotus est donc associé avec les éléments de l'eau et du feu. Les oiseaux eux sont associés aux éléments air et terre. La Terre parce que l'ancien nom pour canard est Geb qui est aussi le neter de la terre et que les 3 oiseaux sont aussi une fine allusion aux 3 Neters créateurs de la Terre Amun, Geb et Ptah. En tout cas l'harmonie des quatre éléments est là, et l'offrande est parfaite, le souhait de pharaon ne peut qu'être accepté.

Texte&Photo©AntoineGigal 2012 - http://www.gigalresearch.com/

Yves Herbo : Mme Gigal nous confirme à nouveau en particulier que le symbole du lotus n'est pas soit une simple fleur ni simplement un signe d'offrande comme le traduisent nombre d'archéologue, mais bien un symbole d'élément primordial, eau et feu. Quand on regarde les grandes gravures de lotus avec de grandes tiges recourbées comme à Denderah, en Egypte, il ne s'agit bien évidemment pas de simples fleurs de lotus comme édicté par les archéologues, mais bien d'un système électrique avec une forte mention de l'élément feu-eau très significatif...

denderah.jpg

Les "lotus" de Denderah

SFH 12-2012