moyen-orient

Une nouvelle technique de datation des anciens ossements

Une nouvelle technique de datation des anciens ossements

 

Squelette d epoque neolithique mis au jour en israelUn squelette d'époque néolithique mis au jour en Israël. Photographie par Yosef Galili, Ehud Galili, Itamar Greenberg, Wikimedia Commons

 

L'intérêt pour les origines des populations humaines et leurs voies de migration s'est considérablement accru ces dernières années, avec de nombreuses nouvelles découvertes bouleversant certaines certitudes trop tôt établies. Un aspect critique du traçage des événements de migration est de les dater, et de les dater de façon fiable. Cependant, les techniques liées au radiocarbone *, couramment utilisées pour dater et analyser l'ADN de squelettes anciens, peuvent être inexactes et pas toujours applicables. Inspirés par le modèle de la structure démographique géographique qui permet de suivre les mutations de l'ADN associées à la géographie (et donc l'environnement), les chercheurs ont développé une nouvelle méthode analytique, la Time Population Structure (TPS), qui utilise les mutations de l'ADN pour déduire l'époque.

Le Dr Umberto Esposito, chercheur postdoctoral dans le laboratoire du Dr Eran Elhaik, Département des sciences animales et végétales à l'Université de Sheffield, Sheffield, Royaume-Uni, a annoncé à la conférence annuelle de la Société européenne de génétique humaine que la TPS peut calculer les mélanges d'ADN provenant de périodes différentes pour estimer son âge définitif. " Cela introduit une toute nouvelle approche de la datation. À ce stade, dans son état embryonnaire, TPS a déjà montré que ses résultats sont très similaires à ceux obtenus avec la datation traditionnelle au radiocarbone. Nous avons trouvé que la différence moyenne entre nos prédictions d'âge sur des échantillons qui existaient il y a 45 000 ans et ceux donnés par la datation au radiocarbone était de 800 ans ". La nouvelle technique n'en est qu'à ses débuts mais ils sont déjà très prometteurs...

Lire la suite

Les petrosphères du néolithique gardent tout leur mystère

Les petrosphères du néolithique gardent tout leur mystère

 

Petrospheres europe moyen orient2

Une nouvelle étude sur ces mystérieuses petites sphères gravées en pierre du néolithique n'a pas dévoilé le mystère de leur utilité et science, mais des traces cachées donnent tout de même un espoir d'avancer sur le sujet prochainement. J'avais déjà parlé de ces étonnantes petites sphères de la taille d'une balle de baseball, aussi nommées "petrosphères" par les spécialistes, en référence aux pétroglyphes qui semblent en représenter certaines en 2D sur la pierre, dans deux articles ces dernières années :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-artefacts-etranges-dans-des-musees-britanniques.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-pages-des-anomalies-scientifiques-1.html

 

Plus de 200 ans après leur première découverte connue, ces objets demeurent parmi les plus énigmatiques concernant la période du néolithique. Alors qu'une grande majorité de ces pierres sculptées en 3D ont été trouvées dans le nord de l'Europe, il en a été trouvé d'autres, dans des contextes aussi estimés du néolithique, au Moyen-Orient et Proche-Orient par exemple ("From Reckoning to Writing," Scientific American, p. 58, August 1977.- Denise Schmandt-Besserat, de l'Université du Texas à Austin, qui en a découvert en Jordanie par exemple).

En ce qui concerne l'Europe, plus de 500 de ces objets énigmatiques ont été trouvés, la plupart dans le nord-est de l'Écosse, mais aussi dans les îles Orkney, en Angleterre, en Irlande et en Norvège.

Les archéologues ne connaissent toujours pas le but ou la signification originels des boules de pierre du néolithique (datées de 8500 à 5000 ans), qui sont reconnues et interprétées par défaut comme l'un des plus beaux exemples d'art néolithique que l'on trouve dans le monde. Mais maintenant, ils ont créé des modèles 3D virtuels des "balles" magnifiques, principalement à partager avec le public. En outre, les modèles ont révélé de nouveaux détails, y compris des motifs cachés dans les sculptures sur les sphères.

 

https://skfb.ly/6HtsQ

Les modèles 3D des boules de pierre sculptées, y compris la boule Towie en spirale (au centre), sont maintenant affichés en ligne.

Crédit: National Museums Scotland - https://sketchfab.com/3d-models/carved-stone-ball-towie-aberdeenshire-b3580aa890b841d19ac51e2d0f83e91c#embed

Lire la suite

Arabie Saoudite : Des empreintes humaines de 85 000 ans

Arabie Saoudite : Des empreintes humaines de 85 000 ans

 

Arabiesaoudite empreintes 85000ans

Les empreintes humaines trouvées dans la région de Tabuk, au nord-ouest de l'Arabie Saoudite, seraient âgées d'au moins 85 000 ans : dernière époque où cet endroit était humide et permettant à des empreintes d'exister. Crédit d'image: Courtoisie: SPA

 

La découverte a été faite par une équipe de chercheurs du Saudi Geological Survey, du SCTH, de l'Université King Saud, de la Fondation Max Planck pour l'histoire humaine, de l'Université d'Oxford, de l'Université de Cambridge et de l'Université de Nouvelle-Galles du SudLes empreintes de pas de nombreux humains, creusées dans les rochers, ont été découvertes sur les rives d'un ancien lit de lac dans le désert de Nafud qui, selon les scientifiques, était autrefois une région luxuriante et humide, il y a environ 85 000 ans. 

C'est une preuve de plus nous disant que l'homme moderne est passé à travers le Sinaï lors d'une très ancienne migration de l'Afrique car ces empreintes de 85 000 ans ont été trouvées dans la région de Tabuk, au nord-ouest de l'Arabie Saoudite. Ce sont les déclarations du Prince Sultan Bin Salman, président de la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national (SCTH), lors d'une visite au Musée national de Tokyo. Il était l'hôte de l'exposition "Roads of Arabia - Chefs-d'œuvre archéologiques saoudiens à travers les âges".

Les empreintes de pas mènent loin du lac, dans des directions différentes. Les chercheurs disent que la découverte a montré que les chasseurs-cueilleurs étaient venus dans la région à ce moment-là et qu'ils auraient peut-être aussi pêché dans le lac.

 

As tabuk footprints

Michael Petraglia - COURTESY SAUDI PRESS AGENCY (SPA), MINISTRY OF CULTURE AND INFORMATION, SAUDI ARABIA

Lire la suite

Irak : L'antique cité mésopotamienne de Mardama identifiée

Irak : L'antique cité mésopotamienne de Mardama identifiée

 

The remains of the royal city mardama mini

Le site est fouillé depuis 2013 mais c'est la traduction de tablettes cunéiformes découvertes en automne 2017, dont j'avais parlé (voir lien ci-dessous) à l'époque, qui ont pu révéler le nom de la cité enterrée sous ce tel situé dans le nord de l'Irak, dans la région surnommée Kurdistan de nos jours. 

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/kurdistan-decouverte-de-tablettes-cuneiformes-de-l-empire-assyrien.html

La cité de Mardama (ou Mardaman) était connue des historiens car plusieurs anciens textes babyloniens (qui citent au moins un roi de Mardaman : Tish-Ulme) en parlait comme d'une cité royale, possible capitale d'un ancien royaume conquis par les Assyriens, sans indications géographiques... Les datations font remonter à il y a 4 800 ans la fondation de cette cité.

C'est récemment que Betina Faist, philologue (experte en langues) à l'Université de Heidelberg en Allemagne, a déchiffré le texte sur les tablettes, pour retrouver le nom de cette ville antique...

The remains of the royal city mardamaLes vestiges de l'antique Mardama à Bassetki, Iraq. Credit: Matthias Lang/ Benjamin Glissmann, University of Tübingen eScience-Center

Les anciens textes nous apprennent aussi que la cité a été en relation amicales ou hostiles avec plusieurs anciens royaumes, dont celui de Mari :

Lire la suite

Des anciens textes ou codex mystérieux

Des anciens textes ou codex mystérieux

 

Codexgrolier maya

 

Au fil du temps ont été découverts des textes, certains surnommés "codex", dont certains ont pu être déchiffrés et datés, authentifiés, d'autres non. Ces différents textes font évidemment l'objet de continuelles analyses précises car ils pourraient révéler des choses inconnues et importantes sur une ancienne culture méconnue. La plupart du temps écrits dans un écriture morte et rare, voir même indéchiffrée partiellement, voici quelques exemples de textes qui ont pu révéler juste une partie permettant de donner un sens à leur histoire, alors que d'autres continuent à complètement dérouter les archéologues et spécialistes des langues...

Papyrus pharaon senwosret i

Ce papyrus ancien de 1500 ans d'après les datations a été trouvé près de la pyramide du pharaon Senusret I (1971 à 1926 Avant J.-C.)

Crédit: Fonds Rogers, 1934 / Public Domain

Lire la suite

Canaan : une tombe royale de 3600 ans dans l'ancienne Armageddon - Megiddo

Canaan : une tombe royale de 3600 ans dans l'ancienne Armageddon - Megiddo

 

Megiddo tomb treasure 400

 

Comme chacun est censé le savoir, Canaan est une ancienne région du Proche-Orient, donc de l'est Méditerranéen. Cette région correspond plus ou moins aujourd'hui aux territoires réunissant l’État d'Israël, les Territoires palestiniens, l'ouest de la Jordanie, le Liban et l'ouest de la Syrie. On appelle Cananéens les habitants de ce territoire à l'âge du bronze, parfois appelé pour cette région « période cananéenne ». Dans le récit biblique, Canaan désigne la terre promise aux Hébreux, par Yahvé (l'Eternel) à Abraham. Elle désigne la région comprise entre la Méditerranée et le Jourdain, avant sa conquête par Josué et les tribus d'Israël sorties d'Égypte. Le terme proviendrait du nom de Canaan, petit-fils de Noé. Et, dans cette région très citée évidemment dans les textes anciens, religieux ou non, se trouve le site archéologique très célèbre de Mediggo, ville canaanéenne également citée dans la Bible à plusieurs reprises : dans la liste des 31 rois vaincus par Josué (Josué 12, 21) lors de la conquête de la Terre promise, dans le livre des Rois, le roi David élargit ses frontières et le roi Salomon la fortifia (1. Rois, 9,15) alors que dans l'Apocalypse (16,16) de l'apôtre Jean donne le nom d'Armageddon הר מגידו, Har-Megiddo, le mont Megiddo, le lieu où les rois de la terre se rassemblent pour faire la guerre...

Dans la partie nord-ouest du tél, les fouilles ont découvert des phases ultérieures de l'âge du fer, dont une couche du 7ème siècle avant notre ère qui a produit des découvertes reliées aux versets bibliques concernant le meurtre du roi Josias de Juda à Megiddo en 609 avant notre ère, dont il est aussi question dans les anciens textes.

Une découverte extrêmement intéressante a eu lieu dans l'ancienne cité de Meggido, qui pourrait donner des informations inédites sur la dynastie royale peu connue qui a régné sur ce centre très puissant avant sa défaite et conquête par l'Egypte  au début du 15ème siècle avant J.-C. Il s'agit d'une chambre funéraire intacte datée de 3 600 ans donc et qui contient tous ses trésors archéologiques mais aussi des données ADN potentiellement très instructives sur l'époque concernée.

Situé à 30,5 km au sud de Haïfa, ou encore 90 km au nord de Jerusalem, dans ce qui est aujourd'hui le nord d'Israël, le site antique de Megiddo a dominé une passe stratégique sur les principales routes militaires et commerciales internationales pendant près de neuf millénaires, de 7000 avant JC à 1918, dates de la première trace d'habitation humaine connue et d'une grande bataille entre les Anglais et l'Empire ottoman. Surplombant la vallée de Jezreel, le site a été témoin de nombreuses batailles décisives antiques qui ont modifié le cours de l'histoire, lui donnant le nom figuratif d' Armageddon (de Har-Megiddo, ou «colline de Megiddo») inventé pour la première fois dans le livre de l'Apocalypse.

Historiquement, lors de la première bataille enregistrée dans l'histoire du Proche-Orient ancien, à Megiddo, les forces du pharaon égyptien Thoutmosis III ont assiégé la ville fortifiée dans la première moitié du 15ème siècle avant JC. Après un long siège de sept mois, la ville a capitulé et céda au pharaon, qui incorpora Canaan comme province dans son empire. Et cette tombe royale date de la période juste précédente d'après la fourchette de datations...

11 megiddo tomb treasure adapt 885 1

Un modèle représente la tombe avant l'ouverture. La chambre funéraire est la structure en haut à droite avec deux grandes dalles appuyées l'une contre l'autre - MODÈLE PAR ADAM PRINS ET ROBERT HOMSHER

Lire la suite

Irak et Italie : des ports antiques découverts

Irak et Italie : des ports antiques découverts

 

Paleopolis sous mer

Hasard du calendrier, deux publications archéologiques parlent de la découverte de ports antiques cette mi-mars 2018, mais aussi, la découverte du plus ancien de ces deux ports a été faite par une équipe italo-irakienne en Irak, alors que l'autre a été faite par une équipe italienne en Italie, du côté de Naples...

Mais commençons pas la découverte effectuée et confirmée ce mois dans l'ancienne Mésopotamie sumérienne, et dont les datations en font l'un des plus anciens ports au monde puisqu'il a été daté du 3ème millénaire Avant J.-C. En fait, les fouilles d'Abu Tbeirah révèlent un trésor qui remonte à 5000 ans. C'est la première excavation d'une structure portuaire liée à une ville sumérienne dans la région, ainsi que la plus ancienne. 

D'après les découvreurs, cette découverte du port d'Abu Tbeirah, qui a été nommé Marsa, et qui se trouvait autrefois sur le littoral du Golfe arabe, permettra aux archéologues d'écrire un nouveau chapitre de l'histoire de la Mésopotamie, dépassant le stéréotype commun selon lequel les cités mésopotamiennes étaient entourées de champs de céréales et irriguées artificiellement par des canaux. Il devient de plus en plus évident que le delta du Tigre et de l'Euphrate et les marais environnants ont joué un rôle fondamental dans le développement de cette grande civilisation. La mission archéologique, coordonnée par les professeurs Licia Romano et Franco D'Agostino, a débuté en 2017 grâce au financement de l'Université Sapienza et du ministère italien des Affaires étrangères. Des fonds supplémentaires seront fournis par la Fondazione Bardelli.

 

Les villes sumériennes étaient toutes organisées autour du pôle temple / palais, et reliées entre elles par des canaux, équipés pour cela d'un port permettant la gestion des contacts et des entreprises. Bien que connu de sources cunéiformes grâce à certaines tablettes, ce type de structure n'a été identifié que par la technologie satellitaire, mais n'avait jamais été fouillé.

Marsa portsumerien

Marsa, le port sumérien, situé près de l'ancienne embouchure du fleuve Euphrate (près de l'actuelle Nassiriya)

Lire la suite

Découverte historique sous la tombe du prophète Biblique Jonas

Découverte historique sous la tombe du prophète Biblique Jonas

 

Tunnelsirak

Le prophète Jonas est très connu et vénéré tant par les chrétiens que les musulmans et israélites car son personnage historique est décrit dans un des livres de l'Ancien Testament, lui-même issu des textes juifs mais également dans le Nouveau Testament et cité également plusieurs fois dans le Coran. L'histoire de la baleine (ou plutôt du poisson géant selon la traduction)  et de Jonas fait partie de ce Livre. Si le récit biblique ne semble pas être daté du tout de la même époque ni considéré par les érudits comme très sérieux, le personnage, historiquement, a bien possiblement existé au 8ème siècle avant J.C. (cité brièvement dans le deuxième livre des Rois) et l'emplacement de sa tombe (détruite malheureusement, ainsi que la mosquée de Yunus par Daesch/EI en 2014) est connue pour être à Ninive (Mossoul) et avoir été très longtemps vénérée.

Mais la découverte qui vient d'être faite n'a en fait aucun rapport avec ce prophète biblique, à part que c'est ce qui est considéré comme les débris de sa tombe qui surplombent les souterrains creusés par les pillards, dans lesquels cette étonnante trouvaille historique a été faite. Etonnante car il s'agit d'écritures anciennes, en cunéiforme, qui parlent d'un ancien roi qui a "dominé le monde" au 7ème siècle avant J.-C., et découvertes par Daesh !

Voyons donc  de quoi parle cette publication scientifique qui nous révèle une Histoire datant d'environ 2700 ans donc... :

 

Ruins of the mosque of yunus

Lire la suite

Bombardement d'un Temple araméen de 3000 ans par la Turquie

Bombardement d'un Temple araméen de 3000 ans par la Turquie

 

Aindaratemple mini

Décidément, les recherches archéologiques en territoire Kurde enchaînent bonheur et tristesse. Après les intéressantes et encourageantes découvertes effectuées l'année dernière dans des territoires habités depuis des générations par la communauté kurde au nord de l'Irak, nous assistons aux affligeants et tristes bombardements d'autres sites archéologiques au nord de la Syrie, notamment aux environs de Afrin. Ce n'est pas sans rappeler certains actes abominables commis par Daesch envers le patrimoine de l'Humanité, mais il s'agit ici de bombardements effectués par l'armée turque, pour des raisons essentiellement politiques...

 

Les découvertes archéologiques en territoire kurde : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/kurdistan-une-cite-du-neolithique-decouverte-sous-un-monticule.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/kurdistan-decouverte-de-tablettes-cuneiformes-de-l-empire-assyrien.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/kurdistan-irak-decouvertes-antiques-en-sulaymaniyah.html

 

De récentes frappes aériennes turques sur la région d'Afrin, au nord de la Syrie, ont détruit un temple antique, avec des sculptures en pierre datant de 3 000 ans "détruites en fragments", selon un groupe de surveillance.

La collaboration The American Schools of Oriental Research's (ASOR) Cultural Heritage Initiatives a suivi la destruction des monuments pendant la guerre en Syrie. Selon la dernière mise à jour du groupe, le temple d'Ain Dara, juste au sud d'Afrin, a subi de "lourds dégâts" après avoir été touché, entre le 20 janvier et le 22 janvier.

Le temple a été construit par un groupe de personnes connues sous le nom d'Araméens au début du premier millénaire avant JC, après l'effondrement de l' Empire Hittite, à une époque où les civilisations de la région émergeaient de l'âge du bronze... Le site a été mis à jour grâce à la découverte d'un énorme lion en basalte dans les années 1950 :

 

LionbasalteAinDara

Lire la suite

L'Homme moderne hors d'Afrique il y a 177000 à 194000 ans !

L'Homme moderne hors d'Afrique il y a 177 000 à 194 000 ans !

 

Israel modern humans mini

Décidément, les certitudes et choses apprises à l'école ne résistent pas au temps, les "théories prouvées" n'en sont pas du tout... Après la découverte de fossiles de l'Homme moderne (Homo Sapiens sapiens) au Maroc, datés de 400 000 ans l'année dernière, une nouvelle découverte vient non seulement confirmer les choses, mais indiquent que cet Homme moderne avait déjà quitté l'Afrique il y a entre 177 000 et 194 000 ans... A moins que, si on se réfère aux découvertes encore plus anciennes d'un hominidé possiblement ancêtre de Homo dans les Balkans... ou encore les crânes de Georgie russe, sans oublier les fossiles éthiopiens montrant un grand nombre de caractéristiques modernes mis au jour dans les sites d'Omo Kibish et de Herto, datés respectivement d'environ 195 000 et 160 000 ans. Homo Sapiens pourrait bien en fait n'être pas apparu "spécialement" en Afrique, mais un peu partout puisqu'il serait possiblement une mutation génétique d'Homo Erectus, qui s'était répandu dans le monde entier il y a environ 2 millions d'années... le débat restant ouvert en fait...

Cette nouvelle découverte a été faite donc au Moyen-Orient, hors d'Afrique, puisque c'est dans la grotte Misliya, sur les flancs ouest du Mont Carmel en Israël que la découverte a été faite. En réalité, c'est en 2012 que la découverte de cette mâchoire humaine encore équipée de sept dents a été effectuée, mais il a fallut 5 ans pour confirmer les soupçons des chercheurs et l'aide de la communauté internationale pour commencer à prouver l'appartenance de cette mâchoire à Homo Sapiens sapiens et non pas à Néandertalien par exemple ou à Erectus... Cette publication dans "Science", accompagnée d'autres publications d'accompagnement demeure encore très prudente, mais il faut bien avouer que les récentes découvertes au Maroc ou même déjà en Israël en 2015 vont toutes dans le même sens et confortent les scientifiques question probabilités.

Des découvertes antérieures en Israël avaient convaincu certains anthropologues que les humains modernes avaient commencé à quitter l'Afrique il y a 90 000 à 120 000 ans. Mais la mâchoire récemment datée est en train de modifier ce récit. " Ce serait le premier humain moderne que quelqu'un ait jamais trouvé en dehors de l'Afrique ", a déclaré John Hawks, un paléoanthropologue de l'Université du Wisconsin, Madison, qui n'a pas participé à l'étude. La mâchoire supérieure - qui comprend sept dents intactes et une incisive cassée, a été décrite dans un article de la revue Science et fournit des preuves fossiles qui soutiennent les études génétiques qui ont suggéré que les humains modernes ont déménagé plus tôt que supposé d'Afrique. En fait, les scientifiques pensent maintenant de plus en plus que l'Homme moderne était déjà hors d'Afrique il y a environ 220 000 ans selon l'article cité :

 

Misliyagrotte israel

C'est dans la grotte Misliya, sur les flancs ouest du Mont Carmel en Israël que la découverte a été faite. (Mina Weinstein-Evron, Université de Haïfa)

Lire la suite

Manuscrits de la Mer Morte : du nouveau

Manuscrits de la Mer Morte : du nouveau

 

QumranQumran - les anciennes grottes

 

Les archéologues sont en train d'excaver une nouvelle grotte à Qumran, dans l'espoir de trouver de nouveaux manuscrits de la mer Morte.

A l'origine, les manuscrits de la mer Morte ont été découverts dans 11 grottes et remontent à environ 2000 ans. Ils sont constitués de milliers de fragments provenant de plus de 900 manuscrits, y compris de nombreux exemplaires de textes de la Bible hébraïque (Ancien Testament). Les parchemins ont été écrits en hébreu, en araméen et en grec, mais qui, exactement, les a écrits est un sujet de débat parmi les érudits. Beaucoup d'experts croient que les membres d'une secte juive appelée les Esséniens ont écrit les parchemins de Qumran. Onze des grottes de la mer Morte ont été découvertes entre 1947 et 1956 près de la nouvelle grotte, dans ce qui est maintenant la Cisjordanie, près de la côte de la mer Morte.

En 2017, les archéologues ont annoncé la découverte d'une 12ème grotte, bien qu'ils aient dit que la grotte avait été pillée au milieu du 20ème siècleÀ l'intérieur de la grotte, ils ont découvert un seul rouleau vierge, avec les restes de bocaux, de tissu et un bracelet en cuir qui aurait servi à emballer et ranger les rouleaux, selon l'équipe, dirigée par Oren Gutfeld, un archéologue à l'Institut hébreu d'archéologie de l'Université de Jérusalem.

Gutfeld et Randall Price, de l'Université Liberty de Lynchburg, en Virginie, dirigent maintenant une équipe d'archéologues qui fouillent cette nouvelle grotte :

Dead sea scrolls 1

Lire la suite

Jordanie : Retour chez les mystérieux Natoufiens

Jordanie : Retour chez les mystérieux Natoufiens

 

Jordanie hearth mini

Retour car j'ai déjà parlé de ce peuple constructeur de chasseurs-cueilleurs au savoir étonnant, car il date bien du paléolithique tardif, ici : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-mysterieux-peuple-des-natoufiens-decouvertes-recentes.html

En fait de chasseurs-cueilleurs, on sait maintenant que les Natoufiens étaient encore plus anciens que supposés (-15000 ans avant maintenant étant devenu le minimum), qu'ils s'étaient répandus et étaient restés (ne demeurant "nomade" qu'entre ses sites privilégiés) sur un vaste territoire comprenant Israël, la Jordanie, le Liban et la Syrie de -15000 ans à -11500 ans. Et que c'est l'un des premiers peuples à avoir construit des maisons. Cette nouvelle étude sur ce peuple a été faite à partir d'un nouveau site découvert en Jordanie, une étude qui remet en cause une théorie d'expansion à partir d'une région centrale (située en Galilée) grâce à des datations précises du site...

On peut aussi rappeler que ce peuple était probablement mené par des chamanes (l'extraordinaire tombe d'un chamane féminin, une guérisseuse, a été découverte) et qu'il enterrait ses morts sur des lits de fleurs et avec des couronnes de fleurs autour de la tête... on est bien loin des tribus guerrières imaginées (probablement faussement) par des anthropologues et des scénaristes trop influencés par l'histoire de notre propre civilisation guerrière...

 

Shubayqa en jordanie natoufien

IMAGE:  PROFESSEUR ELISABETTA BOARETTO ET DR TOBIAS RICHTER. AU PREMIER PLAN SE TROUVE UN FOYER NATOUFIEN À SHUBAYQA, EN JORDANIE. CRÉDIT: L'INSTITUT WEIZMANN DES SCIENCES

Lire la suite

De nouveaux écrits bibliques découverts

De nouveaux écrits bibliques découverts

 

Textebibliqueengrec mini

La première copie grecque originale connue d'une "écriture chrétienne hérétique" décrivant les enseignements secrets de Jésus à son frère James (Jacques) a été découverte par des érudits bibliques de l'Université américaine d'Austin au Texas. Le manuscrit original était probablement le modèle d'un enseignant, utilisé pour aider les élèves à apprendre à lire et à écrire.

À ce jour, seul un petit nombre de textes de la bibliothèque de Nag Hammadi - une collection de 13 livres gnostiques coptes découverts en 1945 en Haute-Égypte - ont été trouvés en grec, leur langue originale de composition. Mais plus tôt cette année, Geoffrey Smith et Brent Landau, spécialistes des études religieuses de l'UT d'Austin, ont ajouté à leur liste plusieurs fragments grecs de la première apocalypse de Jacques, du cinquième ou du sixième siècle, qui avaient été conservés sans traductions jusqu'à maintenant.

 

Textebibliqueengrec

Un morceau de la traduction copte de la première apocalypse de Jacques du Codex Nag Hammadi V.

Crédit: Image d'un objet de la bibliothèque de Nag Hammadi, Université d'Oxford.

Lire la suite

Kurdistan/Irak : découvertes antiques en Sulaymaniyah

Kurdistan/Irak : découvertes antiques en Sulaymaniyah

 

Kurdistan irak mini

 

J'en avais déjà parlé récemment, les reculs de la guerre de religions en Irak permettent aux archéologues de revenir et de s'intéresser à des régions très peu explorées et fouillées jusqu'à présent, notamment dans le nord du pays et les provinces irako-kurdes : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/kurdistan-decouverte-de-tablettes-cuneiformes-de-l-empire-assyrien.html

Une nouvelle publication fait état du retour d'une équipe d'archéologues basés à Francfort dans la province irako-kurde de Sulaymaniyah, avec de nouvelles découvertes très intéressantes. La découverte d'un métier à tisser daté du 5ème ou 6ème siècle en particulier a déclenché beaucoup d'enthousiasme. Les récentes fouilles sur le site de Gird-ı Qalrakh sur la plaine Shahrizor font déjà état de la découverte d'une occupation et même probablement d'une refortification remontant au début du premier millénaire avant JC et aussi un mur en terrasse massif en pierre du nouvel empire Assyrien (entre le 9ème et 7ème siècle Avant J.-C.), mais également une succession de céramiques amenant jusqu'à la présence locale d'une grande fabrique de tissus utilisant notamment ce métier à tisser Sassanide et ses accessoires (entre le 4ème et 6ème siècle Après J.-C.) qui sont décrits ci-dessous...


Khurdistan irak

le site de Gird-ı Qalrakh sur la plaine Shahrizor (vous pouvez cliquer pour agrandir l'image) - Vue aérienne du site depuis le sud montrant les zones d'excavation sur le versant et le versant sud-ouest ainsi que la petite fosse d'essai sur le versant sud-est. Crédit: Philipp Serba

Lire la suite

Grande Pyramide : une nouvelle cavité de 30 mètres

Grande Pyramide : une nouvelle cavité de 30 mètres !

 

Web khufus aerial 3d cut view with scanpyramids big void 1 mini

 

Cela fait bientôt deux ans que le projet ScanPyramids utilise ses instruments de pointe tout autour de la Grande Pyramide de Gizeh (surnommée Khéops) afin de percer certains secrets éventuellement liés à sa construction ou autre. Ces recherches ont fait déjà l'objet de deux articles sur votre blog mais une nouvelle publication dans Nature, après presque un an de silence, vient littéralement jeter un gros pavé dans la mare de ceux qui pensaient qu'il n'y avait plus rien à découvrir sur ce dernier exemplaire presque intact des 7 merveilles du monde antique...

voici tout d'abord les deux articles en question, qui avaient déjà révélé des cavités ou éventuels couloirs près de l'une des façades de la pyramide :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/gizeh-cavites-et-couloirs-caches-dans-la-grande-pyramide.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/pyramides-d-egypte-de-la-hitech-utilisee-des-novembre.html

 

Gizeh1

 

Des scientifiques annoncent jeudi 02-11-2017 dans la revue Nature (qui sert souvent de publications scientifiques publiques) avoir découvert une énorme cavité au milieu du monument "funéraire" (dans lequel aucune momie n'a jamais été découverte !) qu'aucune théorie n'avait prédite ni même imaginée.

Cette cavité est "tellement grande", c'est comme "un avion de 200 places en plein coeur de la pyramide", explique à l'AFP Mehdi Tayoubi, co-directeur du projet ScanPyramids à l'origine de la découverte...

Lire la suite