Portugal

  • Portugal: la plus ancienne momie au monde certifiée a 8000 ans

    Portugal: la plus ancienne momie au monde certifiée a 8000 ans

     

    Portugal vallee de sao 730

    Le squelette de ce que l'on pense être la plus ancienne momie connue a été retrouvé sur un site funéraire vieux de 8000 ans dans la vallée du Sado au Portugal.(Crédit image : Peyroteo-Stjerna et al/European Journal of Archaeology)

     

    Des photos auparavant non développées révèlent des signes de momification vieux de 8 000 ans – les plus anciennes preuves trouvées au monde.

    Il y a environ 60 ans, un archéologue a pris des photos de plusieurs squelettes enterrés dans des tombes vieilles de 8 000 ans dans le sud du Portugal. Maintenant, une nouvelle analyse de ces photos auparavant non développées suggère que les plus anciennes momies humaines ne viennent pas d'Égypte ou même du Chili, mais plutôt d'Europe

    Plus d'une douzaine de corps anciens ont été découverts dans la vallée du Sado, au sud du Portugal, lors de fouilles dans les années 1960, et au moins un de ces corps avait été momifié, peut-être pour faciliter le transport avant son enterrement, ont déclaré des chercheurs après avoir analysé les images et visité le cimetière.

    Et il y a des signes que d'autres corps enterrés sur le site pourraient également avoir été momifiés, ce qui suggère que la pratique aurait pu être répandue dans cette région à cette époque.

    Des procédures élaborées de momification ont été utilisées dans l'Égypte ancienne il y a plus de 4 500 ans, et des preuves de momification ont été trouvées ailleurs en Europe, datant d'environ 1 000 av JC. Les momies dans la région côtière du désert d'Atacama au Chili, celles des Chinchorros, datent d'environ 7 000 ans, avec également des procédures élaborées de momification. Celles du Portugal seraient donc plus anciennes de 1 000 ans par rapport aux plus anciennes connues et prouvées à ce jour, mais ne possédant pas de procédures très élaborées, juste des liens resserrés au fur et à mesure d'un séchage naturel.

    Bien que la momification soit relativement simple dans des conditions très sèches comme le désert d'Atacama, il est difficile d'en trouver des preuves en Europe, où des conditions beaucoup plus humides signifient que les tissus mous momifiés restent rarement préservés, a déclaré Rita Peyroteo-Stjerna, bioarchéologue à l'Université d'Uppsala en Suède. YH : mais les momies des Chichorros, des actuels Chili et Pérou, sont tout de même très élaborées car les corps étaient littéralement démembrés puis reconstruits à l'aide de bois, cordes, végétaux et argiles, rien à voir avec les momies naturellement séchées par les civilisations suivantes, qui procèdaient avec des liens et des "fagots" enrobant les corps..., comme au Portugal à priori.

    " Il est très difficile de faire ces observations, mais c'est possible avec des méthodes combinées et un travail expérimental ", a-t-elle déclaré à Live SciencePeyroteo-Stjerna est l'auteur principal d'une étude sur la découverte publiée ce mois-ci dans le European Journal of Archaeology

     

    Portugal 8000ans1

    Les archéologues ont pu reconstituer les lieux de sépulture à partir de descriptions écrites, de cartes dessinées à la main et de photographies récemment découvertes.(Crédit image : Peyroteo-Stjerna et al/European Journal of Archaeology)

     

    La preuve de la momification provient de plusieurs rouleaux de film photographique trouvés parmi les effets personnels d'un archéologue portugais décédé, Manuel Farinha dos Santos, décédé en 2001.

    Farinha dos Santos avait travaillé sur des restes humains découverts dans la vallée du Sado au début des années 1960. Lorsque les chercheurs de la nouvelle étude ont développé les images, ils ont découvert des photographies en noir et blanc de 13 sépultures du Mésolithique, ou Middle Stone Age.

    Bien que certains documents et cartes dessinées à la main du site aient été conservés au Musée national d'archéologie de Lisbonne, ces photographies étaient auparavant inconnues et ont donné aux archéologues une occasion unique d'étudier les sépultures, a déclaré Peyroteo-Stjerna.

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite