traduction

Eclairage des grottes préhistoriques: lampes à graisse et autres

Eclairage des grottes préhistoriques: lampes à graisse et autres

 

879386 grotte bruniquel stalagmites

La grotte de Bruniquel en France, avec ses structures circulaires en stalagtites de néandertalien, dont on parle un peu ici (Crédit CNRS)

 

Alors que certains s'interrogent encore sur le mode d'éclairage à l'intérieur des pyramides égyptiennes, les spécialistes de la préhistoire bien plus ancienne savent très bien que tant Néandertalien que Cro-Magnon avaient déjà inventé bien sûr les torches et l'usage du feu pour s'éclairer et travailler, alors que les plus anciennes lampes à graisse/huile sont datées du Gravettien (vers - 31 000 ans). Un genre d'invention impossible à oublier et qui sera utilisé ensuite par toutes les sociétés préhistoriques, puis historiques.

Cette nouvelle étude propose des expérimentations sur les systèmes d'éclairage dans les grottes du paléolithique, tout en citant certaines découvertes de ces systèmes au fil du temps, en n'oubliant pas de citer l'extraordinaire découverte des structures à feu de Bruniquel, en France, datées de 176 000 ans et créées par Néandertalien.

Une recréation de trois types courants de systèmes d'éclairage paléolithiques (torches, lampes à graisse et cheminées) éclaire comment les habitants des grottes paléolithiques auraient pu voyager, vivre et créer dans les profondeurs de leurs grottes, selon une étude publiée le 16 juin 2021 dans le revue en libre accès PLOS ONE par Mª Ángeles Medina-Alcaide de l'Université de Cantabrie, Espagne, et ses collègues.

Les humains ont besoin de lumière pour accéder aux zones les plus profondes des grottes - et ces visites dépendent également du type de lumière disponible, car l'intensité et la durée de la lumière, la zone d'éclairage et la température de couleur déterminent toutes comment l'environnement de la grotte peut être utilisé, (comme l'exécution d'œuvres d'art, les activités funéraires et l'exploration de grottes). La durée d'éclairage limite le temps passé à l'intérieur de la grotte et définit si la visite sera un long séjour ou une courte exploration. De plus, la gestion optimale d'une partie des gaz produits (c'est-à-dire les fumées des outils d'éclairage) est indispensable pour effectuer une fréquentation souterraine prolongée. Dans cette étude, Medina-Alcaide et ses collègues utilisent des preuves archéologiques de vestiges d'éclairage trouvés dans plusieurs grottes paléolithiques présentant de l'art rupestre dans le sud-ouest de l'Europe pour reproduire expérimentalement les systèmes d'éclairage artificiel vraisemblablement utilisés par les habitants des grottes humaines d'origine, permettant des observations empiriques immédiates.

Les auteurs ont mené leurs expériences dans la grotte d'Isuntza 1 dans la région basque espagnole. Leur éclairage répliqué était basé autant que possible sur des preuves archéologiques trouvées dans des grottes paléolithiques similaires, et comprenait cinq torches répliquées (fabriquées variablement à partir de résines de lierre, de genévrier, de chêne, de bouleau et de pin), deux lampes en pierre utilisant de la graisse animale (moelle osseuse de vache et chevreuil), et une petite cheminée (bois de chêne et de genévrier).

Résumé : " L'éclairage artificiel était une ressource physique cruciale pour développer un comportement social et économique complexe dans les groupes paléolithiques. De plus, la maîtrise du feu a permis le développement du premier comportement symbolique dans les grottes profondes, vers il y a 176 000 ans. Ces activités augmenteraient au Paléolithique supérieur, lorsque les résidus d'éclairage proliféraient sur ces sites. Les particularités physiques des ressources d'éclairage paléolithiques sont très mal comprises, bien qu'il s'agisse d'un aspect clé pour l'étude de l'activité humaine dans les grottes et autres contextes sombres. Dans ce travail, nous caractérisons les principaux systèmes d'éclairage paléolithiques (par exemple, torches en bois, lampes à graisse portables et cheminées) à travers des observations empiriques et une archéologie expérimentale dans un contexte endokarstique. Par ailleurs, les résidus de combustion caractéristiques de chaque système d'éclairage ont été identifiés pour une meilleure identification du dossier archéologique. Les expérimentations reposent sur une revue exhaustive des informations archéologiques sur ce sujet. En outre, nous appliquons les données lumineuses estimées d'une grotte paléolithique avec l'art paléolithique (Atxurra dans le nord de l'Espagne) en 3D grâce à la technologie SIG pour approfondir les implications archéologiques de l'illumination dans les activités souterraines paléolithiques."

Selon M Álvarez et D. Fiore4 ], l'expérimentation et le témoignage archéologique doivent être liés par un lien dialectique ; les questions de recherche qui découlent des preuves archéologiques conduisent et déterminent la conception des expériences. Et les résultats obtenus grâce à ces derniers sont des outils qui fournissent un nouveau type de connaissances sur les premiers.

Ce contexte archéologique interne correspond spécifiquement à des grottes d'art paléolithique. En effet, ces types d'études pour cette période ont été principalement orientés vers les cavernes décorées. Il y a eu très peu d'études concernant le contexte archéologique interne des grottes sans activité graphique paléolithique5 ]. Nous nous concentrerons sur les parties profondes des grottes pour suivre les systèmes d'éclairage paléolithiques car nous pouvons garantir dans ces sites que le feu avait une finalité fonctionnelle liée à l'éclairage sans exclure d'autres types d'activités supplémentaires.

Une meilleure compréhension de l'éclairage du Paléolithique supérieur utilisé pour accéder et utiliser les parties profondes des grottes permettra une compréhension plus précise des activités menées, qui sont étroitement liées aux origines des comportements symboliques et artistiques humains. Cette étude a caractérisé quantitativement, pour la première fois, les principaux aspects de luminosité des systèmes d'éclairage paléolithiques sur la base de données archéologiques et empiriques. Ces informations sont d'un grand intérêt pour la communauté scientifique. Il est essentiel pour l'analyse sensorielle des espaces profonds fréquentés dans les grottes paléolithiques à travers différentes solutions technologiques (systèmes d'information géographique et réplications tridimensionnelles, entre autres), y compris la diffusion réaliste du patrimoine culturel situé dans ces sites.

 

Unedeslampesdelascaux

L'une des lampes à graisse de Lascaux (France)

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Etude d'une plaque en plomb avec l'écriture Ibérique archaïque

Découverte et étude d'une plaque en plomb avec l'écriture Ibérique archaïque

 

Ruvid uv excavacio pico ajos yatova plaque plomb

Crédit ruvid.org

 

Une équipe de recherche multidisciplinaire de l'Université de Valence (UV), du Musée de Préhistoire de Valence (MPV) et de l'Université de Barcelone (UB) a publié une étude détaillant leur découverte et interprétation d'une plaque de plomb avec écriture ibérique, la première obtenue dans une fouille réglementée à Pico de los Ajos (Yátova), l'un des sites ibériques les plus importants.

La feuille est inscrite avec une écriture archaïque et un thème inconnu qui a été transcrit phonétiquement, faisant progresser notre connaissance de la culture ibérique. La plupart des feuilles de plomb connues proviennent de pillages et non de fouilles réglementées. La plaque représente l'une des rares et la première de ce site à avoir été obtenue lors d'une fouille dans un contexte connu, à la fois temporel et spatial.

La plaque de plomb a été retrouvée pliée et comporte des inscriptions des deux côtés formant un seul texte, les spécialistes étant capables d'identifier des symboles ibériques écrits entre le IVe et le IIIe siècle av. JC.

« Ce site possède l'un des plus grands ensembles de textes écrits en ibérique de toute la péninsule », précise David Quixal. Les feuilles de plomb utilisées comme support d'écriture sont relativement courantes dans les gisements de la culture ibérique. Le Pico de los Ajos, ​​une cité située dans la ville de Yátova, était habité au moins depuis le 7ème siècle avant JC et a ensuite été abandonné entre le premier siècle avant JC et le premier siècle après JC.

 

Ruvid uv excavacio pico ajos yatova 300x188

Le site des découvertes - Crédit ruvid.org

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

L'ADN révèle une ancienne route de migrations inconnue

L'ADN révèle une ancienne route de migrations inconnue

O2a1 mini

migration du groupe O2a1 mondial

Depuis dix ans, les scientifiques du projet Genographic ont exploré et expliqué comment les modèles dans notre ADN montrent des signes de migrations hors de l'Afrique et à travers le monde. Mais une nouvelle étude montre que, finalement, certains de nos ancêtres ont aussi reculé et fait le chemin inverse...

Pour découvrir des preuves d'un modèle de migration ancienne, les scientifiques ont étudié l'ADN d'un haplogroupe spécifique (l'O2a1).

Mais qu'est-ce qu'un haplogroupe ?

Un haplogroupe est un groupe qui partage un ensemble de séquences d'ADN similaires (appelés haplotypes). Les haplogroupes sont utilisés pour comprendre les lignées génétiques.

Selon le projet Genographic, " Votre haplogroupe est votre branche sur l'arbre de la famille humaine. Toutes les personnes vivant aujourd'hui appartiennent à des haplogroupes distincts basés sur la séquence de marqueurs génétiques existant dans leurs cellules. Les personnes appartenant au même haplogroupe peuvent tracer leur descendance d'un ancêtre commun et même d'un endroit précis où cet ancêtre doit avoir vécu ".

La carte ci-dessous montre quelques haplogroupes dominants dans le monde entier.

World map of y dna haplogroupsCouldn’t you look at this all day ? Click to enlarge ! Find the O2a haplogroup—that’s the population that fascinating new Genographic research has studied.
Merveilleuse carte par Chakazul, courtesy Wikimedia. Notez bien qu'il y a plusieurs points d'interrogations sur des groupes apparus sans traces de "routes de migration" connues. Les zones grisées sont des zones qui ont été inondées par la montée des eaux. CC-BY-SA-3.0

Les généticiens qui ont mené la nouvelle recherche disent qu'ils ont étudié l'haplogroupe O2a1 car " il représente près de 15 pour cent des lignées mâles des indiens (de l'Inde) et 58 pour cent des lignées mâles en provenance d'Asie du Sud-Est ", parmi d'autres raisons. Qu'en est-il des femmes ?

Quel est le pourcentage de femmes d'Asie du Sud appartenant au haplogroupe O2a1 ?

Ils n'y en a pas. Comme tous les haplogroupes indiqués sur la carte ci-dessus, O2a1 est un haplogroupe du chromosome Y. Cela signifie que les séquences d'ADN (haplotypes) qui relient ce sous-groupe particulier se trouvent sur le chromosome Y. Et seuls les hommes ont des chromosomes Y. (Les hommes ont également des chromosomes X. Les femmes ont seulement des X. Il y a, bien sûr, des exceptions notables.)

Le modèle de migration décrit dans cette nouvelle recherche est un peu différent de ce que les généticiens attendaient peut-être...

Quel est le modèle de migration typique en Asie du Sud ? A quel point  le nouveau modèle est différent ?

L'ADN a montré que les humains génétiquement modernes ont quitté l'Afrique il y a environ 60.000 ans et sont partis vers l'est, vers le Soleil levant, dans l'Asie.

La nouvelle étude montre que la population (de l'haplogroupe O2a1) a migré de ce qui est maintenant le Laos et l'Asie du Sud-Est vers l'ouest et vers le sous-continent indien.

Globaljourney1

http://education.nationalgeographic.com/education/media/global-human-journey/?ar_a=1

Cliquez sur ce lien pour accéder à une courte animation montrant la progression de la migration humaine globale

 

Jetez un œil à la carte ci-dessous. Quel type de voies de migration pensez-vous que l'ancienne population O2a1 a utilisé afin de passer de l'Asie du Sud au sous-continent indien ?

- Ils auraient pu suivre les routes terrestres, la randonnée à travers les basses plaines et les forêts de ce que sont aujourd'hui le Laos, la Thaïlande, le Myanmar, le Bangladesh puis l'Inde.
- Ils pourraient avoir suivis les rivières et leurs affluents, comme le Mékong, l'Irrawady, et le Gange-Brahmapoutre.
- Ils auraient pu suivre les voies de migration côtières, la navigation de la rive nord de la baie du Bengale, y compris le delta du puissant Gange-Brahmapoutre.

O2a1Around the darkest red spot in southern Asia in the map above, two small arrows indicate the westward movement of people of haplogroup O2a1 from Laos back into India. Seules deux flèches ici repartent vers l'ouest et l'Inde. (Image courtesy The Genographic Project)

Après ce résumé, que dit plus précisément cette étude ?

L'ADN a montré que les humains génétiquement modernes ont surgi en Afrique il y a environ 150.000 ans, puis il y a environ 60.000 années (on ignore pourquoi), ils ont quitté l'Afrique et sont allés à l'est en Asie, au nord vers l'Europe, et au sud vers l'Australie. Mais de nouvelles recherches en Inde des scientifiques du projet Genographic montrent que finalement, certains d'entre eux se sont également déplacés vers l'ouest, et ont apporté leur langue avec eux.

Les scientifiques du Genographic Project, les Drs. Ramasamy Pitchappan et GaneshPrasad Arunkumar du Tamil Nadu, en Inde, ont analysé le chromosome Y de l'ADN (paternellement hérité donc) de plus de 10.000 hommes de l'Asie du Sud. Les résultats, publiés dans le Journal of Systématique et Evolution, ont montré que dans les 8.000 dernières années, les humains se sont répandus de l'ouest de l'Asie du Sud-Est à l'Inde.

Cette migration non détectée auparavant est évidente à partir de la fréquence et de la diversité d'un clan génétique spécifique, ou haplogroupe, dans cette partie du monde. Les scientifiques du projet Genographic ont trouvé une fréquence beaucoup plus élevée de l'haplogroupe O2a1 dans leurs recherches que prévu. " Depuis que l'O2a1 est accepté comme la lignée fondatrice des langues austro-asiatiques (un groupe de langues apparentées à l'Asie du Sud), l'origine et la propagation de cette lignée donne des indices sur l'histoire de ces anciens langages et de la région. Notre étude montre une nette diminution de l'ancienneté et de la diversité des haplotypes O2a1 du Laos à l'Est de l'Inde, ce qui suggère une propagation de l'est vers l'ouest de l'Asie du Sud-Est ", explique le Dr Arunkumar dans ses conclusions.

Mais pourquoi se sont-ils concentrés sur un seul haplogroupe, alors qu'il y a des centaines de haplogroupes distincts en Asie ?

" L'haplogroupe chromosomique Y O2a1 représente près de 15 pour cent des lignées mâles indiennes et 58 pour cent des lignées mâles en provenance d'Asie du Sud-Est, et la distribution de cet haplogroupe correspond à la distribution des langues austro-asiatiques (c.-à-vietnamienne, cambodgienne, Munda, et Nicobarais), et certaines de ces populations parlant austro-asiatiques sont à 100 pour cent du haplogroupe O2a1, "ajoute le Dr Arunkumar. "Ainsi, la compréhension de la distribution des O2a1 jette la lumière sur l'origine et la circulation des personnes dans cette partie du monde."

Dr G. Arunkumar

Dr. G. ArunKumar collects samples in the field in eastern India. (Photo courtesy of G. ArunKumar)

Des études antérieures du projet Genographic ont également montré une forte corrélation entre la langue et la fréquence d'un certain haplogroupe. Les exemples comprennent la relation entre les langues indo-européennes et l'haplogroupe paternel R1 et les langues austronésiennes et l'ADN mitochondrial (maternel) de haplogroupe B4. Dans chaque cas, les similitudes linguistiques sont parallèles aux similitudes génétiques.

Donc, est-ce que cela signifie que la langue que vous parlez est enracinée dans votre ADN ?

Eh bien non, mais même si la langue est apprise (culture) et l'ADN est hérité (nature), les deux sont sans doute reliées entre elles et, comme nous l'avons montré, en corrélation.

Pour en savoir plus à ce sujet et d'autres recherches du projet Genographic et ces haplogroupes que nos scientifiques étudient actuellement, voir sur genographic.com.

http://voices.nationalgeographic.com/2015/04/21/genographic-southeast-asia/

Yves Herbo : Il semble bien que, géographiquement, cet haplogroupe soit apparu sur les terres de l'Asie du sud-est maintenant sous l'eau à cause de la montée des eaux... Cela correspond en tout cas question datations et fin de la dernière ère glaciaire... cela pourrait expliquer d'ailleurs ce demi-tour vers l'ouest et l'Inde... et aussi, par extension, l'apparition un peu plus à l'ouest encore des sumériens en Mésopotamie ensuite, avec des connaissances et un langage hérités... mais ce ne sont encore que des hypothèses...

Article lié : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/une-plus-ancienne-branche-genetique-du-chromosome-y-decouverte.html

Yves Herbo traductions, S, F, H, 04-05-2015