Homo Sapiens : Nouvelles propositions sur son évolution

Homo Sapiens : Nouvelles propositions sur son évolution

 

Afrique 300000ansL'Afrique il y a +300 000 ans

 

Une nouvelle parution scientifique (https://www.cell.com/trends/ecology-evolution/fulltext/S0169-5347(18)30117-4) fait le point sur les nouvelles découvertes concernant directement les origines et évolutions de l'Homme Moderne (Homo Sapiens), qui suggèrent que notre espèce ne proviendrait pas d'un seul endroit donné, mais plutôt que tout le continent africain serait notre berceau. Ou tout au moins, aurait servi de multiples "pouponnières" à celui qui deviendrait l'homme moderne...

Jusqu'à présent, et c'est encore ce que certains apprennent à l'école de façon probablement erronée, la théorie était que notre espèce actuelle descendait d'un groupe d'hominidés qui vivaient quelque part en Afrique il y a environ 200 000 ans. Certains scientifiques ont placé cette origine en Afrique de l'Est; d'autres ont défendu un lieu de naissance méridional. Dans les deux cas, le récit commence toujours à un endroit. Ces hominidés ancestraux, probablement Homo heidelbergensis, accumulaient lentement les traits caractéristiques de notre espèce: le crâne arrondi, le petit visage, le menton proéminent, des outils avancés et une culture sophistiquée. De ce berceau précoce, nous nous sommes ensuite répandus à travers l'Afrique, et finalement dans le monde entier... Mais les récentes découvertes font que, de plus en plus de scientifiques repoussent cette idée. Car ce récit de manuel scolaire a tort dans sa simplicité, sa linéarité et sa géographie. Oui, nous avons probablement évolué à partir d'hominidés ancestraux en Afrique, mais nous l'avons fait d'une manière compliquée, qui implique tout le continent, et non pas un seul groupe et une seule région...

Considérez les fossiles humains antiques d'une caverne marocaine appelée Jebel Irhoud, qui ont été décrits juste l'année dernièreCes ossements, âgés de 315 000 ans, sont les plus anciens fossiles connus de l'Homo sapiensIls ont non seulement repoussé l'aube proposée de notre espèce, mais ils ont ajouté l'Afrique du Nord-Ouest à la liste des sites d'origine possibles. Ils ont également eu une combinaison étrange de traits, combinant les visages plats des humains modernes avec les crânes allongés des espèces antiques comme Homo erectus. En les regardant de face, ils auraient pu passer pour nous; En les regardant de profil, ils se seraient distingués...

Micro computerized tomography scans of jebel irhoud 1 qafzeh 11

Changements évolutionnaires de la forme du crâne humain, d'une forme allongée à une forme globulaire. Ce dernier évolue au sein de la lignée H. sapiens par une expansion du cervelet et un gonflement du pariétal. (à Gauche) Tomodensitométrie micro-informatique de Jebel Irhoud 1 (~ 300 000 ans, Afrique du Nord). (à Droite) Qafzeh 9 (~ 95 000 ans, le Levant). Crédits : curators of the original fossils in Morocco and Israel, and J-J. Hublin.

Les fossiles de toute l'Afrique ont à la fois des traits modernes et anciens dans des combinaisons variées, y compris le crâne Florisbad d'Afrique du Sud vieux de 260 000 ans ; les restes de 195 000 ans d'Omo Kibish en Ethiopie; et le crâne Herto de 160 000 ans, également d'Éthiopie. Certains scientifiques ont fait valoir que ces restes représentent différentes sous-espèces de Homo sapiens, ou encore des espèces tout à fait différentes... Notons aussi tout de même que la découverte du crâne Dali Man en Chine, qui a été daté à 260 000 ans, remet d'une certaine façon une origine absolument certaine d'Homo Sapiens en Afrique, ou alors il faut admettre une sortie d'Afrique bien avant dès premiers Homo Sapiens archaïques...

Florisbad helmei homo heidelbergensiscrâne de FlorisbadHomo sapiens archaïque ou Homo heidelbergensis peut-être Homo helmei - Wikipedia

 

A noter (ci-dessus) : Le crâne de Florisbad d'Afrique du Sud avait déjà été classé comme un "homo helmei". Ce spécimen était relativement de la même taille que les humains modernes, avec un volume de cerveau légèrement plus grand, de 1400 cm3 . Le crâne présentait également une hyperostose poreuse étendue ainsi qu'un grand nombre de lésions cicatrisées... En 1996, des échantillons d'émail provenant de la dent ont été soumis à la technique de résonance magnétique électronique qui a permis aux chercheurs de dater le crâne à environ 259 000 ans.​

Mais peut-être qu'en fait, ils étaient tous des homo sapiens, et notre espèce était simplement beaucoup plus diversifiée que nous ne le sommes actuellement. " Si vous regardez les crânes, vous verrez différentes caractéristiques de l'homme moderne apparaissant dans des endroits différents à des moments différents ", explique Eleanor Scerri, archéologue à l'Université d'Oxford. Et la raison en est, dit-elle, que " nous sommes une espèce avec de multiples origines africaines ". (YH : mais alors, que faire de Dali Man en Chine, qui est tout aussi vieux ?).

Elle et d'autres soutiennent que les humains provenaient de plusieurs populations diverses vivant à travers l'AfriqueSéparés les uns des autres par des barrières géographiques, ils ont surtout évolué dans l'isolement, et chaque groupe a développé certains de nos traits caractéristiques, mais pas d'autres. Mais leur séparation n'était pas constante: alors qu'un climat changeant remodelait le paysage africain, verdissant les déserts et asséchant les forêts, ces premiers humains ont été rassemblés et séparés à plusieurs reprisesChaque fois qu'ils se rencontraient, ils s'accouplaient et se mêlaient, échangeant des gènes et des idées dans un melting-pot à l'échelle du continent qui finit par se fondre dans le bingo complet des caractéristiques que vous ou moi pourrions reconnaître de nos jours.

Cette théorie, connue sous le nom de «multirégionalisme africain», est une vision fondamentalement différente de la façon dont nous avons evolué. Elle dit qu'aucun endroit ou population n'est notre origine. Elle dit que le berceau de l'humanité était l'intégralité de l'Afrique...

Scerri s'est récemment réuni avec 22 autres anthropologues, archéologues, généticiens et climatologues à Londres pour examiner les preuves du multirégionalisme africain. Leurs discussions sont décrites dans un article publié aujourd'hui et que Mark Thomas, co-auteur, décrit comme un appel aux armes. " Nous disons qu'il est extrêmement improbable que les humains aient évolué dans un endroit et se soient ensuite propagés à travers le monde ", dit-il. " Notre ascendance aura atteint de nombreux coins de l'Afrique ". (YH : et même la Chine donc, voir ailleurs !).

« C'est un bon document et je suis définitivement d'accord », explique Louise Leakey, qui a longtemps étudié les fossiles d'hominidés en Afrique de l'Est. " Les nombreuses découvertes qui ont émergé de différents sites en Afrique [suggèrent] un patchwork de populations très structurées vivant à travers le continent."

Cela peut être un concept difficile à saisir, parce que nous sommes tellement habitués à penser à l'ascendance en termes d'arbres, qu'il s'agisse d'un arbre généalogique qui unit les membres d'un clan ou d'un arbre évolutif qui trace les relations entre les espèces. Les arbres ont des troncs uniques qui se divisent en branches nettement divisées. Ils déplacent nos pensées vers des origines uniques. Même si les humains étaient répandus en Afrique il y a 300 000 ans, nous avons sûrement dû commencer quelque part, d'après cette logique... qui n'en est donc pas une pour cette étude...

Ce n'est pas le cas, selon les partisans de l'africanisme et du multirégionalismeIls soutiennent que Homo sapiens a émergé d'un hominidé ancestral qui était lui-même déjà répandu à travers l'Afrique, et s'était déjà séparé en beaucoup de populations isolées. Nous avons évolué au sein de ces groupes, qui s'accouplaient parfois entre eux, et peut-être avec d'autres hominidés contemporains comme Homo naledi.

La meilleure métaphore pour cela n'est pas un arbre. C'est une rivière tressée - un groupe de cours d'eau qui font tous partie du même système, mais qui se faufilent les uns dans les autres.

Ces flux finissent par fusionner dans le même grand canal, mais cela prend du temps - des centaines de milliers d'années. Pendant la majeure partie de notre histoire, n'importe quel groupe d'Homo sapiens avait juste une partie de la constellation complète de caractéristiques que nous utilisons pour nous définir actuellement. « À l'époque, les gens semblaient plus différents les uns des autres que les populations actuelles », dit Scerri, " et il est très difficile de répondre à la question de savoir à quoi ressemblait un Homo sapiens précoce, mais il y avait alors une tendance continentale vers la forme humaine moderne. En effet, les premières personnes qui ont eu l'ensemble complet (identique à nous) sont probablement apparues entre il y a 40 000 et 100 000 ans ".

Notre comportement a probablement évolué de la même manière. Pendant quelques millions d'années, les hominidés ont fabriqué le même style de grandes aiguilles en pierre d'un millénaire à l'autre. Mais cette stagnation technologique a pris fin il y a environ 300 000 ans - le même âge que les premiers fossiles d'Homo sapiens. À partir de cette période, les archéologues ont découvert de nouveaux types d'outils de pierre spécialisés et sophistiqués, comme des poinçons et des pointes de lance...

Ces outils du soi-disant âge moyen de la pierre montrent que l'esprit humain moderne s'est développé à peu près en même temps que le corps humain moderne. Et ils suggèrent que cette transition s'est produite à l'échelle continentale, car de tels outils ont été trouvés à Jebel Irhoud au Maroc, à Olorgesaillie au Kenya, et à Florisbad en Afrique du Sud, avec des petites différences régionales sur chaque site.

 

Outilspierres levallois

Des outils de pierre "type Levallois" trouvés dans de multiples endroits liés aux Homo Sapiens archaïques

 

Il y a un gros problème potentiel avec l'histoire du multirégionalisme africain. Les études génétiques des populations africaines d'aujourd'hui suggèrent qu'elles ont divergé les unes des autres il y a entre 100 000 et 150 000 ans - bien plus tard que l'origine précoce, à l'échelle du continent, suggérée par les os et les outils. Cette origine profonde et large pourrait être juste, " mais, ce n'est pas quelque chose que nous, généticiens, ont formellement testé ", explique Brenna Henn de UC Davis, qui est un des auteurs de cette publication. " Nous avons discuté des moyens de le faire, mais il n'y a pas encore de publication indiquant qu'il existe une structure de population profonde en Afrique ".

Mais l'ADN des Africains d'aujourd'hui a été façonné par des bouleversements de population plus récents qui ont occulté les événements de 300 000 ans. Qui plus est, les études qui ont analysé cet ADN moderne ont largement reposé sur des modèles de population arborescents dans lesquels une seule lignée se développe à partir d'un seul endroit - exactement le scénario que les partisans du multirégionalisme africain disent comme faux. « En science, nous utilisons des modèles simples pour de bonnes raisons, car souvent nous n'avons pas suffisamment de données pour informer et soutenir des modèles plus complexes », explique Thomas, lui-même généticien. " Mais il y a une différence entre utiliser des modèles simples et y croire ".

" Nous sommes juste au début d'essayer de comprendre comment affiner cette nouvelle théorie ", explique Scerri. " Pour en savoir plus sur ce qui s'est passé, nous devons obtenir davantage de données sur de nombreuses lacunes en Afrique. Les premiers fossiles d'Homo sapiens nous viennent de 10% de l'Afrique, et nous extrapolons sur 90% du continent. La plus grande partie reste inexplorée. Nous disons effectivement que ces endroits ne valent pas la peine d'être vus parce que nous avons la réponse de 10%. Comment pouvons-nous savoir cela ? "...

Yves Herbo : Théorie très intéressante et plausible, mais d'autres questions demeurent : pourquoi donc cet ancêtre de l'Homo Sapiens dont il est question, se serait déjà répandu à travers toute l'Afrique... et se serait arrêté à une frontière "continentale" fictive ? Peu probable. Certes, le plus gros de la troupe serait resté en Afrique, d'où des mélanges plus importants, mais on se doit aussi d'insister aussi sur ces fossiles chinois très proches et tout aussi anciens, et probablement d'autres entre l'Afrique et l'Asie donc... En quelque sorte, se bloquer "régionalement" sur l'Afrique est aussi lié à un "blocage de manuels scolaires" qui n'est pas non plus obligatoire au vu de la diversité humaine passée que l'on rencontre sur plusieurs continents finalement... Quant au manque de diversité de l'Homme Moderne actuel, on peut tout de même regarder d'un peu plus près les populations des pygmées africains et d'Asie du Sud-Est et les populations norvégiennes par exemple, ou encore les aborigènes australiens, pour constater encore une certaine diversification moderne actuelle...

Sources, références :

https://www.cell.com/trends/ecology-evolution/fulltext/S0169-5347(18)30117-4

https://www.theatlantic.com/science/archive/2018/03/a-deeper-origin-of-complex-human-cultures/555674/

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-homme-moderne-apparition-entre-500-000-a-300-000-ans.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-homme-moderne-hors-d-afrique-il-y-a-177000-a-194000-ans.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/prehistoire-antiquite/un-ancetre-masculin-de-l-homme-moderne-est-ne-entre-340-000-et-208-000-ans.html

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 12-07-2018

 

 

Yves Herbo sur Google+

moyen-orient archéologie prehistoire interviews échange essai auteur lire mystère

Ajouter un commentaire