Des géoglyphes-oiseaux de Nazca identifiés

Des géoglyphes-oiseaux de Nazca identifiés

 

Colibri nazca 50mlong

Les scientifiques ont analysé les lignes de Nazca en forme d'oiseau et ont découvert que ce géoglyphe censé montrer un colibri est en réalité un oiseau appelé un ermite, qui ne vit pas dans le désert. Par Diego Delso, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=42787840

 

Une équipe de scientifiques japonais a étudié certains grands géoglyphes de Nazca. Les grandes lignes de Nazca ont longtemps été couvertes de mystère. Les énormes géoglyphes se comptent par milliers et représentent tout, des animaux et des plantes aux bêtes apparemment mythiques en passant par des figures humaines étranges, ainsi que des motifs géométriques. Ces chercheurs ont découvert que certaines des créations massives du Pérou représentent des oiseaux non indigènes.

Selon une nouvelle recherche publiée le 19 juin 2019, dans le Journal of Archaeological Science: Reports, le désert de Nazca, dans le sud du Pérou, comprend un oiseau ermite (une espèce forestière) et un pélican (un habitant de la côte).

Personne ne sait pourquoi les lignes de Nazca ont été faites, et il est trop tôt pour dire pourquoi les pré-incas qui les ont sculptées se seraient intéressés aux oiseaux non locaux, a déclaré Masaki Eda, co-auteur de l'étude, zoarchéologue au musée de l'université de Hokkaido au Japon.

Voir la suite ci-dessous :

Les lignes de Nazca sont d’énormes géoglyphes, créés avec des pierres empilées ou creusées dans le sol sec du désert. La plupart sont des formes géométriques ou des dessins d'animaux réalisés avec une ligne continue; Ils sont mieux visibles de l'air ou des collines environnantes.

Les habitants de Nazca ont commencé à tracer ces lignes - en gravant dans le désert et en utilisant des piles de pierres - vers 200 avant notre ère (YH : on note ici que des géoglyphes plus au nord ont été faits par les Paracas, et sont plus anciens). Des archéologues soupçonnent que ces tracés devaient avoir un but religieux. Ces créations ont peut-être servi de labyrinthes que les pèlerins ou les prêtres ont pu parcourir (YH : C'est la théorie actuelle préférée des archéologues). Eda a commencé à regarder les oiseaux des lignes de Nazca à la demande du co-auteur de l'étude, Masato Sakai, un expert des lignes à l'université de Yamagata au Japon. Eda travaillait à l'identification des ossements d'oiseaux sur un site archéologique situé à proximité, dans le désert de Nazca, lorsqu'il s'intéressa à l'étude des lignes elles-mêmes d'un point de vue biologique.

" Je pense que les motifs des géoglyphes d'animaux sont étroitement liés au but de leur gravure ", a déclaré Eda.

 

Oiseau ermiteensiferaensifera equateur-perou

L'ermite de l'Equateur et du nord péruvien a toutes les caractéristiques du glyphe célèbre des nazcans. On remarque son grand bec, l'absence de cou, les plumage et les trois doigts, seuls visibles chez cet oiseau. Notons que cet animal se nourrit principalement du nectar de certaines fleurs (dont il permet la reproduction), de petits insectes et araignées. Il se sert d'ailleurs de toiles d'araignée pour consolider ses nids. L'araignée est d'ailleurs aussi l'un des célèbres géoglyphes de Nazca.

 

À l'aide d'une approche d'ornithologue, Eda et son équipe ont étudié les caractéristiques anatomiques de chacun des 16 oiseaux gravés, en catégorisant des caractéristiques telles que la forme du bec et de la queue et la longueur relative de la queue et des pieds. Ils ont pu identifier trois oiseaux en toute confiance. Un glyphe célèbre, précédemment identifié généralement comme un colibri, apparaît en fait être un ermite, un sous-groupe de colibris que l'on ne trouve que dans les régions tropicales et subtropicales, ont rapporté les chercheurs. Les ermites vivent dans les forêts du nord et de l'est du Pérou, mais pas dans le désert du sud.

 

Colibri nazca2

En raison de son bec long et mince, de ses pattes courtes, de trois doigts dirigés dans la même direction et de sa longue queue avec une section médiane allongée, le colibri précédemment identifié est reclassé en ermite. Crédit: Eda M., T. Yamasaki, Sakai M. Revue de science archéologique: Rapports. 20 juin 2019

 

Eda a ajouté qu'une autre surprise a été la découverte et qu'un autre des glyphes représente un pélican, qui n'aurait été trouvé que sur la côte. Le troisième glyphe identifiable représente un oiseau de guano, qui représente un groupe d'espèces important au Pérou aujourd'hui. Sur les îles situées au large des côtes du pays, le cormoran de Guanay, le fou péruvien et le pélican péruvien laissent d’énormes quantités de caca d’oiseaux, ou guano, qui est devenu un produit extrêmement précieux pour les spéculateurs britanniques au milieu des années 1880, car il constitue un excellent engrais. Le guano d'oiseau est toujours récolté dans les îles aujourd'hui.

 

Nacsa Pelican ou raptor

Un pelican (mais le bec ne correspond pas ni le nombre de doigts) ou un raptor (qui possédait aussi 3 doigts...) ?

 

La prochaine étape, a déclaré Eda, consiste à étudier les représentations des oiseaux sur les sites des temples de Nazca et sur les céramiques de Nazca. Des comparaisons entre les trois exemples de dessins d'oiseaux pourraient aider à expliquer pourquoi les Nazca ont choisi de présenter les oiseaux qu'ils ont fait, a-t-il déclaré. Ce travail est toujours en cours, a déclaré Eda, mais l'équipe a déjà constaté certaines différences dans les types d'oiseaux présentés dans les trois contextes différents.

 

YH : Cette espèce particulière (qui n'est pas considérée comme un colibri mais une espèce à part entière) a-t-elle été identifiée à un "dieu" par les nascans, de par sa capacité à voler sur place, avec des battements d'ailes si rapides qu'elles en deviennent presque invisibles et floues, ses trois doigts et sa capacité à fertiliser les fleurs avec son bec-trompe aussi grand que son corps ? Les spécialistes en ufologie ne pourront certainement pas s'empêcher de faire une comparaison avec certains témoignages d'OVNI pratiquant de même, surpris en prélevant de l'eau douce dans des lacs ou rivières... Quant aux trois doigts, qui apparaissent sur énormément de céramiques ou gravures, textiles nazcans (et ailleurs), y compris des représentations d'êtres humains (ou humanoïdes) ne possédant que trois doigts ou trois orteils, les références ne manquent pas... Notons qu'il n'y a pas non plus de singes dans le désert, alors qu'il y a aussi un géoglyphe célèbre à Nazca... et qu'aucun singe connu ne possède que trois doigts.

 

Source : https://www.livescience.com/65755-mysterious-nazca-lines-birds-identified.html

 

Autres liens sur Nazca : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-des-geoglyphes-datent-de-plus-de-3000-ans.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/visibles-que-du-ciel-4.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/pages/pages/reliques-etranges-du-perou-momies-de-nazca.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/momies-de-nazca-presentation-officielle-des-resultats-d-analyses.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/du-col-de-vence-aux-andes-recherches-de-manu-alteirac.html

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 02-07-2019

 

 

archéologie prehistoire interviews échange lire mystère légendes antiquité

Ajouter un commentaire